Le Deal du moment : -33%
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur ...
Voir le deal
99.99 €

Partagez
 

 [Quête | Les mois des musées] - Vin et Gourmandise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Lun 25 Juil 2022, 17:44


Vin et Gourmandise


Aujourd'hui c'était jour de fermeture. J'en profitai pour retrouver Iivo chez lui. J'avais énormément de choses à lui demander, que ce soit sur la gestion des stocks, les vins qui valaient le coup d'être commercialisés... Mais actuellement il tentait m'expliquer tout à fait autre chose : comment tenir la comptabilité d'un établissement. Plus importante encore que ce pourquoi j'étais venue selon lui car c'était en tenant au clair ses chiffres que l'on pouvait garder une cave correcte, obtenir un revenu descend et, par extension, permettre d'améliorer le commerce. Seulement... « Y a pas des gens plus doués qui peuvent faire ça à ma place ? » me plaignis-je fatiguée de tout ces chiffres et expressions. « Ça va faire une heure et c'est toujours aussi flou. Je passe mon temps à faire des erreurs de caisses ! » - « Tu peux, mais à la naissance d'une entreprise je te le conseille pas. ». Je l'interrogeai d'un regard. « Un commerce naissant génère bien peu de revenu. Suffisamment pour vivre mais trop peu pour des extras. » - « Ah, mais si c'est qu'une histoire d'argent y a pas de problème, je me débrouillerai. ». En vérité je n'étais pas très sûre de mes fonds et n'étais pas tout à fait certaine de cette affirmation. J'avais fini par confier la gestion de mon portefeuille à Oriane, par sécurité. Apparemment elle aurait commencé à placer à la banque Harpagon. J'imagine que ça veut dire qu'il y a assez pour mes envies. « Bon puisque la question de la comptabilité est réglée, on passe à autre chose ? Dis-moi, une cave est vraiment nécessaire pour conserver le vin ? Y a pas un moyen alternatif ? ». C'est d'abord un œil curieux que Iivo me lança avant me répondre. « Il y en a mais rien ne vaut une bonne cave à l'ancienne. L'avantage de la cave c'est qu'elle conserve une température ambiante parfaite pour une bonne conservation du vin, d'autant plus qu'elle est constante tout au long de l'année et qu'importe les variations de température. ». Je fronçai des sourcils. Voilà qui était ennuyant. Est-ce que le trou que j'avais demandé à avoir serait suffisamment efficace ? « Tu es sûr qu'il y a pas des solutions alternatives ? » insistai-je donc. « Tu veux que je fasse comment dans le désert ? ». Je commençai à me dire que j'allais abandonner cette idée de bar à vin pour une boutique dédiée à mes biscuits. Ça me poserait tellement moins de problème. « Essais de faire isoler une pièce à moindre exposition avec de la pierre. Légèrement poreuse de préférence pour éviter l'accumulation d'humidité. » - « De l'humidité ? Dans le désert ? ». Je ris à moitié de cette remarque. « Il y a de l'humidité partout, je pensais que tu le savais. Elle y est moindre qu'à Avalon, certes. Mais elle est existante. ». J'ignorai s'il m'apprenait quelque chose ou s'il se foutait délibérément de moi. « Sinon tu trouves un vin qui résiste bien à la chaleur, mais c'est faire une croix sur les vins blancs et les cuvées magiciennes, d'autant que je suis même pas certain ça existe. ». Je soupirai face à cette dernière affirmation. « Peut-être j'aurai dû le commencer ici mon affaire. Ça aurait été plus simple. » - « Ça dépend. ». À nouveau je l'interrogeai en silence. « Il y a un nombre incalculable d'établissement à Avalon. Tous ne sont pas des bars à vins mais ceux existant on su retenir la clientèle d'une façon ou d'une autre pour qu'elle ne soit pas aller voir ailleurs. Si tu veux t'installer à Avalon tu vas devoir faire preuve d'imagination, que ce soit dans la façon de te faire connaître, dans l'ambiance que tu comptes offrir comme dans l'offre que tu comptes fournir. ». Je ne répondis rien dans l'immédiat. Ça valait toujours le coup d'essayer, non  ? De toute façon si je demandais aux ouvriers à Utopia d'aménager ainsi une cave, il faudrait attendre le temps que la missive arrive, que l'architecte dessine un plan, que les travaux se fassent, qu'on importe la pierre... Bref, ça prendrait du temps. Assez pour avoir le temps de trouver un bâtiment à racheter, refaire le mobilier dans un temps premier, réfléchir à la carte et se fournir ce dont j'avais besoin... Peut-être que ça prendrait un peu de temps finalement ça aussi. Mais probablement moins que d'attendre une cave fonctionnelle au cœur du Désert. « Laisse-moi te demander quelque chose également. » reprit Iivo qui s'était levé en attendant la fin de ma réflexion qui ne vint jamais. Un "pop" sonore retentit dans la pièce avant qu'il ne récupère deux verres pour y verser le vin. « Pourquoi tu as été te perdre chez les Humains pour ça ? Si tu ne voulais pas être à Avalon, tu aurais pu choisir d'aller chez les Magiciens ou même les Ygdraë. Mais non. Toi tu vas dans l'une des régions les moins propice au vin, en plus de t'infliger une bonne quinzaine de contraintes pour réussir à faire fonctionner ton affaire. ». Je haussai les épaules, tendant le bras pour me saisir de mon verre. « Pour le défi. Je pensais que si j'étais capable faire un truc là-bas, je pourrai faire ça n'importe où. ». Je laissai une pause, le temps d'avaler une gorgée. « Hum, il est bon. Qu'est-ce que c'est ? » repris-je sur un tout autre sujet. « Un petit vin de garde de Caelum que le caviste m'a refilé y a quelques jours pour goûter, de je sais plus de quel coin. Va falloir qu'ils songent à mettre ce genre de précision sur leurs bouteilles à l'avenir. ». Je souris, amusée de la réaction du Patron. La réflexion était cependant pertinente. « Tu n'en avait qu'une ? » - « Pour l'instant. C'est un petite production apparemment, j'aurai jamais un gros débit avec de toute façon. ». Je réfléchis en silence à cette dernière remarque. Il n'y aura jamais assez pour tout les établissement d'Avalon. Un vin appât en quelque sorte.
©gotheim pour epicode


Post I | Mots 1034
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Lun 25 Juil 2022, 17:45


Vin et Gourmandise


Il y avait un nombre certains d'échoppes en tout genre à Avalon et tout autant qui vendait les murs de leur établissement soit parce que le propriétaire désirait du changement, soit que l'affaire n'avait su se lancer. Si je cherchais plutôt des ventes causée par la première situation, j'évitais avant tout les propriétaires Avare. Babelsba qu'il était compliqué — si ce n'était impossible — de négocier avec eux. J'avais ainsi fini par jeter mon dévolu sur une bâtisse dans une ruelle parallèle à la Grande Rue. Si le lieu n'était pas tenu par un Avare, la raison pour laquelle il se vendait me demeurait inconnue pour l'instant. Cernée d'habitations des plus standards, on pouvait trouver tout de même une épicerie fines quelques maisonnées plus loin. Si l'endroit n'était pas le plus visible, et donc pas le plus connu, il était tranquille et ceux qui se promenaient ici étaient des connaisseurs à la recherche du moindre monde. « Yo ! ». Je me tournai à l'interpellation et fis face à un jeune homme aux airs avenants. « C'est donc vous Kyra Lemingway. ». J'affirmai d'un signe de tête. « Bonsoir... ? » - « Ythen. » compléta celui-ci, comprenant que son assistance m'était nécessaire pour achever ma phrase. « Oh ! C'est vous ? Enchantée, j'arrive plus tôt que prévu mais... ». Je ne finis pas ma phrase constatant qu'il était à me détailler de la tête aux pieds sans gêne ni se cacher. « Il y a un soucis ? ». À mon interrogation seulement son regard se leva vers le mien. « Non, juste que je ne vous imaginez pas... Comme ça. » - « Ah ? Et comment m'imaginiez-vous ? » demandai-je avec plus de curiosité que d'ennui. « Plus athlétique. Plus sévère peut-être aussi. Je n'en sais rien en fait. Mais pas comme... Ça. ». Je crû percevoir une forme de déception méprisante dans ce dernier "ça" qui me piqua légèrement plus, aussi décidai-je de changer immédiatement de sujet et revenir sur des sentiers plus amicaux. « Est-ce que l'on peut visiter s'il-vous-plaît ? C'est pour ça que l'on s'est retrouvé n'est-ce pas ? » - « En effet, suivez moi. » confirma-t-il avec un sourire pincé comme il se tourna vers l'entrée pour poser une main sur la poignée. Un glyphe se dessina autour de la prise jusqu'à la serrure, brillant d'une lueur bleue, avant qu'un clic sonore se fasse entendre, le motif s'effaçant dans un même temps. « Verrouillage magique. Vous pourrez bien sûr le modifier ou même l'enlever si vous décidez de finaliser l'achat. » m'expliqua-t-il en poussant la porte. Nous pénétrâmes un petit vestibule où se trouvait un guichet de bois sombre protégeant les portants destinés à recevoir les vestes et autres affaires de la clientèle. Un épais double rideau noir séparait la pièce de la suivante. Le poussant d'une main, nous nous trouvâmes à présent dans la salle principale qui s'éclaira à notre entrée. « Voilà le centre névralgique de l'endroit. » commenta en même temps mon guide. Grande, un luxueux chandelier pendait au plafond éclairant faiblement les lieux d'une lueur homogène. Des tables étaient disposées en nombre réduit à travers toute la salle. À ses quatre coins, des carrés plus fermés étaient aménagés de petites tables et de fauteuils pour ceux recherchant un peu plus d'intimité. « C'était un cabaret, n'est-ce pas ? » - « Tout à fait. » répondit-il en ne s'arrêtant qu'une fois devant la scène. « Si vous en avez besoin les danseurs et les danseuses peuvent revenir. Actuellement tous n'ont toujours pas retrouvé un emploi. » continua-t-il. « Ça ne sera pas utile. » le coupai-je en continuant à détailler l'environnement. « Il y a présentement une vingtaine de tables, dont une quinzaine de deux places. Les autres peuvent aller jusqu'à cinq. Si nécessaire d'autres tables et chaises sont disponibles à la cave. » reprit-il ses explications en balayant du bras la salle. Si son ton s'était fait un peu plus amer, je ne pus retenir un sourire lorsqu'il mentionna la cave. « Les voiles autour des carrés sont magiques. Si on les ferme, ce qu'il s'y passe est caché des yeux et des oreilles du monde. ». Il avait ajouté ceci en se dirigeant vers l'un de ces carrés, prenant appui des deux mains sur le rebord d'un fauteuil. Chaque détail qu'il ajoutait me rendait curieuse de la raison pourquoi il se débarrassait de cet établissement. Il semblait avoir tellement investi en temps comme en argent. « Pourquoi vous vendez ? Si ce n'est pas être trop intrusive. Mais vous ne semblez pas las de l'établissement alors, je me demande. Ça ne fonctionnait pas ? ». Les aménagements étaient tels que cette hypothèse me semblait peu probable. « Si, et même plutôt bien. ». Je l'interrogeai du regard. Pourquoi alors ? « Je suis simplement criblé de dettes et il faut que je rembourse ça avant m'attirer plus d'ennuis que nécessaire. Et comme les revenus de l'établissement n'étaient plus suffisant et bien...». Il ne conclut pas sa phrase, facile à deviner. Seule une moue grognon illustrait ce qu'il pensait. « Au moins vous n'aurez pas à vous inquiéter de la clientèle qui sera déjà présente. » - « Je n'en suis pas certaine. » commentai-je en faisant le tour de la salle. « C'est un bar à vin que je veux tenir. Je laisse ce qui à trait aux cabarets à Oriane. Je les y enverrai s'ils sont déçus du changement. » - « La Tentatrice ? » je confirmai d'un hochement de tête. Ce sobriquet m'amusait. Tous les fervent d'Uhaïna sont des tentateurs à mes yeux dès lors qu'ils ciblent un être qui ne l'est pas, Luxurieux. « Mon frère fait partie de ce fond de commerce, en client privilégié cela va de soi. Il s'est laissé avoir par ses charmes. Puis après une nuit elle s'est totalement désintéressée de lui. Il l'a mal prit. L'y envoyé ne me paraît pas être la meilleure des idées. » expliqua-t-il à moitié amusé, à moitié irrité. « Il devait pourtant s'y attendre, c'est une Luxurieuse. » - « C'est un Orgueilleux. ». Je le dévisageai à la révélation. Oui, forcément si elle faisait faire les montagnes russes à l'ego d'un Orgueilleux... « Je vous montre l'étage. » m'indiqua-t-il en déployant ses ailes. Je l'imitai et le suivis pour découvrir une large salle ouverte surplombant la pièce en contrebas. Ils avaient vu sur tout quand ceux en bas ne pouvait probablement pas les voir. « Le salon des privilégiés. » commentai-je en passant la tête par le balcon. C'était un beau bâtiment. Je comprends comment il avait pu fonctionner. Tout le monde avait sa part. Même les Paresseux pouvaient y trouver leur compte. La configuration était attrayante. « Serait-ce des dettes dû à des travaux ? » repris-je mon interrogatoire. Ça ne serait pas étonnant. Le montant total des travaux a dû être colossal. « Je préférerais, ce serait plus simple et plus sûr pour un prêt. ». Après une pause il s'expliqua. « Ce sont des dettes de jeux. ». J'exprimai ma compréhension d'une moue compatissante. Ce sont les pires.
©gotheim pour epicode


Post II | Mots 1204
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mer 03 Aoû 2022, 03:12


Vin et Gourmandise


«
Et donc en fait tu vas où là ? ». Sans que je lui en fasse la demande, Oriane avait décidé de me suivre. Elle s'ennuyait disait-elle. Je ne m'y étais pas opposée toutefois. Un œil supplémentaire ne faisait jamais de mal pour se décider. « Au pied du Plateau. J'ai appris qu'un Magicien y avait construit un chai récemment. Il aurait également taillé une cave à même la roche de la falaise. J'aimerais voir s'il a quelques conseils à me donner sur les variétés de vins. Et goûter celui qu'il fait vieillir aussi, quitte à faire. D'autant que ce serait bien que je puisse avoir un retour sur investissement assez rapide. » pour compenser la perte que je subissais à Utopia. « Je vois. ». Je sentais une pointe de curiosité lascive dans sa remarque. Je n'en fis pas cas, c'est l'inverse qui m'aurait justement étonné.

Posant pieds à terre à quelques mètres de l'habitation, la question d'Oriane me stoppa à mi-chemin. « Comment il s'appelle déjà celui à qui tu as acheté l'établissement ? ». Depuis que je lui avais révélé son identité, je la trouvais régulièrement pensive et le regard perdu dans une profonde réflexion. « Lagarde. Ythen de son prénom. Ythen Malone. » - « C'est dingue, je suis sûre d'avoir déjà entendu ce nom mais incapable de me souvenir quand et pourquoi... ». Je souris devant son air ennuyé. « Peut-être parce qu'il est l'une des nombreuses victimes de la Tentatrice. » expliquai-je en reprenant la marche. Devant son silence je me tournai vers elle pour capter son regard curieux. « Ivan Isaac. » ajoutai-je alors. Pourtant elle ne sembla pas voir un instant de qui je pouvais parler. Je ne pus m'empêcher de plaindre mentalement cet homme. Surtout connaissant sa nature, le pauvre n'aurait jamais supporté ça. « Un Orgueilleux. » - « Ah ! C'est pour ça ! ». Cette fois c'est moi qui l'interrogeai en silence, laissant mon poing suspendu en l'air, prêt à toquer à la porte. « C'est amusant de charmer les Orgueilleux. Ils sont persuadés que leur aura est ce qui pousse les autres à s'intéresser à eux, à un point qu'ils en ignorent la nature des autres. Parce que peu importe leur origine, ils ne peuvent que les désirer. » se moqua-t-elle. « Mais c'est aussi ce qui les rend ennuyants, les pauvres. Ils sont beaucoup trop fiers. Ils sont persuadés qu'ils peuvent rivaliser avec n'importe qui haut la main au lit et ils en deviennent insupportables lorsqu'on atteint l'orgasme. Sans compter qu'ils y privilégient leur personne mais, Uhaïna soit loué, juste assez pour aussi vouloir quand même entendre l'autre jouir. Quel échec ce serait de ne pas réussir à offrir assez de plaisir pour faire atteindre l'orgasme. ». Le cynisme enveloppait sa dernière phrase. Je demeurais cependant sceptique face à ses explications. « Alors pourquoi tu couches avec eux ? » - « Pour ça justement. Il est bon parfois de donner un coup sur leur piédestal pour les faire tomber et les ramener sur terre quelques jours. » sourit-elle pendant que je lui jetai un œil plein de reproches. Ce fut elle qui conclut la conversation de quelques coups sur la porte de la maisonnée du Mage. Après quelques secondes il nous apparut enfin. Il était plus jeune que ce que je pensais. « Bonjour ? » - « Bonjour. Je suis Kyra Lemingway. Voici– » - « Oriane Natey. » me coupa Oriane. Un œil sur elle et j'en devinai immédiatement la raison.

Les présentations et les détails sur la raison de notre venue faites, le Magicien — Jérémien de son prénom — nous invita à pénétrer sa demeure. « On m'a fait savoir que vous produisiez. Je n'ai pas connaissance de vignobles dans le coin pourtant. » fis-je remarquer une fois installés. « C'est normal. La météo de la région pourrait être idéale pour la bonne croissance des vignes cependant le Cœur Vert, de par sa topographie, ne ferait que noyer les plants à la saison des moussons. Quant aux côtes de Maübee, le terrain aurait été parfait si elles ne passaient pas leur temps à changer. » expliqua-t-il en revenant de l'âtre, une théière bouillante à la main. « Vous venez depuis le Lac Bleu alors ? Ou depuis Cælum peut-être ? » interrogea Oriane à ma place avec un air intéressé non par le sujet toutefois, se penchant légèrement en avant et la joue reposant dans le creux de sa main. C'était évident pour qui la connaissait un minimum de deviner le fond de sa pensée. « Ni l'un ni l'autre. » répondit-il après un regard et un sourire en sa direction. Comme il remplit des tasses de porcelaine, l'odeur de la caféine embaumant l'air, il détailla sa réponse. « Mes parcelles se trouvent sur Volatys, dans la région de Valdoré. Nous ne sommes pas nombreux à faire de la viticulture là-bas, mais ça commence tranquillement à se développer. Le terroir y est différent de celui que l'on peut trouver à Cælum ou au Lac Bleu. Il est beaucoup plus minéral et pierreux. Il a fallu expérimenter un certain temps pour trouver les cépages qui correspondent le mieux au terrain, mais nous y sommes arrivés. » sourit-il fièrement. Il me rendait curieuse. Peut-être était-elle ici la particularité que je cherchais. D'après ses explications, il devait être rare le vin commercialisé provenant de ces terres. « Il y a des portails à Volatys ? ». Je me tournai vers Oriane qui avait reprit la parole. Elle semblait interloquée ce qui, en passant, n'était pas si curieux. L'île était encore peu fréquentée, la question pouvait donc se poser. « Deux seulement. Un qui mène à Cælum et le second au Lac Bleu. » - « Donc vous faites venir votre cuvée du Lac Bleu ou de Cælum jusqu'ici ? Ça fait un sacré parcours... ». Elle avait la langue bien pendue pour un sujet qui ne la concernait à l'origine pas et je commençai à douter que son intérêt soit uniquement réfléchi pour ferrer le Magicien. Ou alors elle y mettait beaucoup de cœur. Attendant également la réponse, je portais la tasse à mes lèvres pour souffler sur la boisson encore chaude. « Pas toutes mes cuvées. » - « Comment ça ? » le questionnai-je à mon tour. « Nouvelle terre, nouvelles méthodes. Nous avons peut-être trouvé les cépages adéquats, mais ce n'est pas que cela qui fait la boisson. Actuellement j'essaie différentes façons de laisser maturer le vin, d'où ma présence sur les Côtes de Maübee. ». Il se leva et commença à se diriger vers la sortie. « Suivez-moi, je vais vous montrer. ». Ce que nous fîmes.

Plus à proximité de la falaise se trouvait le chai qu'il nous invita à pénétrer. Je ne pus qu'être bouche bée devant ce que j'y découvris. Trois énormes barriques qui auraient pu tenir enfermé un hippopotame tout en lui laissant malgré tout une liberté de mouvement appréciable ornaient la salle et rendaient les murs invisibles. « Dans ces cuves se trouve le vin qui a voyagé par les portails. Toute sa maturation s'effectue ici, sur les Côtes de Maübee. » - « Pourquoi ici plutôt qu'en terre Magicienne ? » demandai-je les yeux rivés sur les deux immenses cuves qu'il nous indiquât. « Le climat y est différent. J'avais envie de quelque chose de plus particulier que les nombreux vins qui se font, par exemple, à Vervallée. ». Ça se comprenait. Du moins, je le comprenais. Tout le monde n'adhère pas à la différence cependant. Pas immédiatement en tout cas. Cependant elle pouvait également se montrer si unique que rien ne pouvait faire obstacle à son bon développement sinon la volonté du monde. « Celui-ci est venu par bateau. » continua-t-il sa visite en se tournant vers le mur opposé habillé d'une unique cuve. « Cette cuvée a commencé sa maturation en mer avant la finir ici. » - « En mer ? ». J'étais étonnée. Cela changeait-il vraiment les choses ? « Ça demande plus de préparations, mais cela ajoute un petit côté salin pas inintéressant au produit fini. ». Je souris. Il était passionné et ça se voyait. Ça se ressentait même. « J'ai également dans l'idée de faire une cuvée particulière dont le vin aura totalement maturé en mer. Sous l'eau peut-être même. Il va juste falloir que je négocie avec des Sirènes pour ça. » - « Sous l'eau ? ». Cette fois ce fut Oriane qui se montrât interpellée, autant que je pouvais l'être d'ailleurs. « Oui. Entre la différence de pression, de température, les courants et un tas d'autres paramètres que j'oublie, je suis certain qu'il y a quelque chose à creuser. » - « Il y a d'autres propriétaires viticoles qui expérimentent comme vous le faites ? ». Il ne répondit pas immédiatement, un air amusé dessinant ses traits comme il me dévisageait. Je ne compris pas pourquoi cependant. « Il y a bien un Magicien qui a tenté quelque chose il y a quelques années de ça. C'est d'ailleurs lui qui m'a inspiré à essayer d'autres choses que ce qui peut se faire plus communément. ». Il s'approcha d'une table à peine visible dans un coin de l'immense pièce pour y trouver une feuille de papier utilisable. « Il a appelé ça le vin glacé. Plutôt que de récolter les raisins à la fin de la saison chaude, il attend les premières gelées de la saison des neiges. C'est à cette période, quand les fruits sont gelés, qu'il fait ses récoltes. Je n'ai jamais eu l'occasion de goûter le vin qui résultait de ce procédé cependant. Mais s'il n'a pas arrêté, c'est que ça doit marcher. » continua-t-il en grattant à la plume quelques mots sur le papier qu'il finit par me tendre. Alto Vaughan. J'avais ma prochaine adresse.
©gotheim pour epicode


Post III | Mots 1658
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mer 10 Aoû 2022, 03:00


Vin et Gourmandise


Je poussai la porte de l'établissement, invitant l'architecte avec lequel je comptais transformer l'endroit à y entrer. « J'aime bien ce petit vestibule à l'entrée, j'aimerai le garder. Juste en faire quelque chose de plus, hum, raffiné ? Oui. Et un peu cozy si possible. » - « On se passe du velours donc. Des dorures peut-être ? » - « Hum, je ne sais pas. Je ne veux pas faire de cet endroit un lieu sélectif. Mon souhait serait que toutes les classes sociales s'y sentent à l'aise. Qu'un prolétaire se sente autant en droit d'y venir qu'un plus fortuné y trouve sa place. ». Il s'écoula une seconde avant que l'architecte ne reprenne. « Est-ce que quelque chose dans ce genre irait ? ». Je constatai alors mon environnement se flouter sous mes yeux avant le découvrir transformé. Le comptoir avait revêtu une teinte claire, presque rosée. Au lieu d'être parfaitement coupé et ciré, le plateau avait gardés la forme brute de l'arbre et n'était recouvert que d'un fin verni protecteur. Un fin liseré d'or, à peine visible, en dessinait les contours. Les voiles noirs avaient cédés la place à une double porte vitrée à travers laquelle la pièce principale était visible. Une poignée simple, en forme de barre argentée, était fixée sur chacune d'entre elles. « C'est joli. Mais comment on ouvre la porte avec ces poignées ? » - « En poussant ou en tirant, tout simplement. ». Je souris. Tout simplement. « Je vais réfléchir pour la porte, mais le reste... Oui, c'est parfait. ». Dès lors que j'eus approuvée sa proposition, toutes ces nouveautés s'évanouirent offrant à ma vision ce qu'était originellement la pièce. J'avais alors plus hâte encore que les travaux débutent.

Avec fracas je posai la lourde caisse de bois sur l'une des quelques grandes tables rondes que le précédent propriétaire avait laissé, puis l'ouvris, en dévoilant ainsi le contenu. J'avais profité de la nécessité des derniers détails à régler pour lancer les travaux, et donc de la disponibilité de l'établissement, pour y convier quelques personnes. « Du vin. Très bien et alors ? ». J'arquai un sourcil à la remarque d'Oriane. « Tu t'attendais à quoi ? » - « À rien d'autre justement. Mais je ne vois pas pourquoi tu nous a invité si c'est pour nous présenter ce que tu comptes commercialiser. On l'aurait vu un moment ou un autre. » - « Justement. » répliquai-je en sortant les bouteilles une à une. « Je ne suis pas encore certaine de commercialiser ça. » continuai-je en ouvrant l'une d'elle. « J'ai envoyé un message à quelques producteurs et revendeurs pour qu'ils m'expédient un échantillon de leur production. ». J'avais ainsi déjà réceptionné trois ou quatre caisses du genre contenant tant du vin rouge que du blanc. J'attendais encore les caisses de pétillants. « Avant de commercialiser quoi que ce soit je veux être certaine de la qualité du produit. C'est pour ça que vous êtes là tous. ». À savoir Oriane, Rajiv, Lena, ainsi que quelques autres personnalités. Le Palais Divin en faisait évidemment partie. Il est de ces gens l'impossibilité de ne pas les convier pour certains événements. Dans ma situation, Jeanne Euskara était l'un d'eux. « J'ai besoin de l'avis de plusieurs palais pour confirmer, ou non, l'offre que je compte offrir. Et puis, ça m'aidera pour savoir comment diriger quoi vers qui si l'on demande conseil. » conclus-je en versant un fond du breuvage dans chacun des verres. « À la vôtre. » ouvris-je la dégustation en tendant mon verre.

«
Tu comptes le garder le lustre ? » - « Je n'en suis pas sûre. Pourquoi ? » répondis-je le nez dans mes notes à la lueur d'une chandelle dont j'avais amplifié la luminosité. Elle continuait cependant à vaciller, m'obligeant à me rapprocher des papiers à chaque fois que l'intensité diminuait. Nous n'avions put passer qu'une partie des bouteilles au crible, la soirée s'étant écourtée — initiative d'Oriane, plus modérée que je pouvais l'être — avant que l'ivresse ne prenne le pas sur le plaisir. Aussi je savais que je ne pourrai rien conclure ce soir. Je comptais toutefois m'avancer et faire une première sélection avant officialiser l'ensemble, quoi que certains avaient déjà été écartés définitivement et unanimement. Je compris mieux les tarifs largement accessibles de certains revendeurs : je suis certaine qu'ils coupent leurs vins avec de l'eau pour se faire une meilleure marge. « Je peux le prendre alors ça veut dire ? » - « Tu n'en a pas déjà un ? » lui demandai-je, étonnée. « Si. Mais celui-ci semble être de bien meilleure qualité. ». Je haussai des épaules. « Tu n'auras qu'à demander aux ouvriers de te le descendre alors. » commentai-je en me redressant sur mon assise dans un soupir. « Verdict ? ». Je relevai les yeux sur le visage d'Oriane pour y croiser ses iris brillantes de la lueur de la chandelle dans l'obscurité. « Je ne suis pas tout à fait sûre encore. Je confirmerai demain, l'esprit frais. » répondis-je en me servant un dernier verre pour finir la bouteille. « Ah. ». J'avais à peine eu de quoi remplir un fond. Quelle déception. « Tu fais ce que tu veux tu sais, mais tu ne crois pas que tu devrais t'arrêter là quand même ? » me conseilla-t-elle tandis que je me saisis de l'une des quelques autres bouteilles entamés. « Oh, ça va, c'est mon dernier, ensuite je rentre. J'ai des choses à faire demain et j'ai pas prévue de faire la grâce matinée pour ça. » rétorquai-je avec légèreté. « Tu peux me dire ta définition de "dernier" ? ». Je l'interrogeai d'un regard. « Ça fait déjà sept ou huit fois que tu annonces que c'est le dernier avant y aller. ». Je levai à nouveau les yeux sur elle, le verre au bord des lèvres, et suivi la direction que prit son regard. Au sol gisait déjà quatre cadavres de ces mêmes bouteilles ouvertes plus tôt. « Ah. ». Ce fut la seule chose que je trouvai à dire. J'étais certaine de n'en avoir fini que deux. D'où les deux autres sortaient ? Je cherchai rapidement une excuse qui ne vint jamais. « D'accord. J'ai peut-être un peu exagéré. » admis-je, ne pouvant me rendre qu'à l'évidence. Je finis tout de même mon verre sous l'œil réprobateur d'Oriane. « Eh quoi ? Je te dis quelque chose quand tu passes ta soirée à te faire prendre par tous Avalon en même temps ? Je suis plus à un verre prêt comme toi t'es pas à une queue. » grognai-je. « C'est marrant comme l'alcool te délie la langue. C'est peut-être ce qu'il te faut finalement pour que tu l'utilises autrement. » ria-t-elle. Je reposai alors mon verre, contrit. «  Très bien, j'ai compris. » soupirai-je en me levant. Je restai toutefois une seconde sans bouger, appuyée sur la table pour me stabiliser. « Ouf... Je me suis levée trop vite. » commentai-je une fois que ma tête eût fini se croire sur un navire. « Je ne suis pas sûre que ce soit une question de vitesse. » se moqua à nouveau Oriane en se redressant à son tour. « Puisqu'on est dans les excès et à parler d'histoire de queue, j'ai quelque chose à te demander. » - « Hum ? » l'invitai-je à continuer, la laissant se saisir de mon bras pour m'accompagner dehors. « Tu sais comme les rumeurs vont bon train et l'une d'elle dit qu'au dernier Fessetival, Léto et ton Humain– » - « Kinath ! Ça fait une éternité qu'il ne l'est plus, ça suffit avec ça. » maugréai-je. « Et puis, reparles-en moi demain. Je suis à l'évidence trop bourrée pour être sûre de ce que je veux répondre mais pas assez pour avoir la langue qui fourche. » me moquai-je à mon tour. J'avais rapidement deviné ce dont elle voulait parler. Mais comme lui-même l'avait fait remarquer, c'était trop tard maintenant. Nous n'étions plus à un jour donc.
©gotheim pour epicode


Post IV | Mots 1350
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête | Les mois des musées] - Vin et Gourmandise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q - Le mois des Musées] La Machinerie
» [Q] - Le Martyr de Saint-Daé [Event des Musées]
» | Galahéa - Æther de la Gourmandise et protection des Richesses |
» Et je te prends par gourmandise, et puis j'en redemande encore | Solo
» [Q | Les mois du musée] Lia l'Exploratrice
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Côtes de Maübee :: Avalon-