Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11273
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] - Médecin [Rang III] - Éleveuse de Vaches [Rang I] - Investisseur [Rang II] - Prêtresse d'Amsès [Rang I]
Mancinia Leenhardt
Jeu 02 Déc 2021, 16:30


Illustration - Inconnu

Que votre Voeuh soit Exaucé


Ihsan éternuât brutalement, avant d'écarquiller les yeux, étonné. Il n'avait pas l'habitude de ces températures curieuses, étant plus coutumier à la chaleur écrasante de Qaixopia, ou au climat doux d'Haute-Terre. D'ailleurs, il n'avait jamais eu l'occasion de voir de la neige et il s'était mis à rire lorsque ses chevilles disparaissaient dedans. C'était blanc, froid et la texture était étrange ... Tant de nouvelles sensations. Il adorait être ici ! Monika le surveillait, assise à ses côtés sur le banc de bois, avec sa Jumelle sur les genoux qui était terriblement concentrée sur la scène se déroulant devant ses yeux. La Camériste ne pouvait pas dire que le fils des Écuyers de l'Aurore était turbulent, bien au contraire, il était très sage malgré quelques bêtises dues à l'âge.

Azzière, Vizain ! Ze zuis Nez Zuzuta et ze dézendrai ma Zeine ! Haaaan !

Le garçon leva son épée de bois et tapa, gentiment, le genou de son adversaire. Neah mis sa main dessus instantanément et se laissât tomber sur le côté, dans la neige, presque aussitôt, en mimant une blessure douloureuse et terrible.

Ah ... ! Je suis touché !

Les Enfants des Cieux sursautèrent.

Momo ! entamait Ihsan en attrapant le bras de Monika. Papa, il est blessé !
Non, non, sourit-elle. Ne t'inquiète pas, Ihsan, c'est une pièce de théâtre. Papa s'amuse !

Il ne comprenait pas vraiment ce que voulait dire celle qu'il considérait presque comme une soeur, mais il était vrai que tout le monde s'extasiait, heureux et rieurs, devant cette prestation. Cela voulait dire que rien de Mal ne s'était produit ici. La Magicienne reportait son attention sur la scène extérieure, où se dessinait l'adaptation d'un Conte concernant la Marquise et le Capitaine. Elle se trouvait dans son rôle, mais Neah incarnait le méchant, laissant la part belle au petit garçon qui rêvait de devenir chevalier.

Ô merci, mon Preux Chevalier, entonnait Mancinia d'une voix chantante.

C'était amusant de la voir être une princesse dans sa tenue bicolore, mélangeant l'ivoirien et le bordeaux. Elle avait joint ses mains près de sa joue, comme conquise, avant de se baisser et de donner un bisou au vainqueur, alors que le petit Amien levait son épée de bois, bombant le torse sous les acclamations du public. Et ainsi, les Prophètes d'Ësse'Aellun vécurent heureux. Quand les choses étaient belles et bien conclues, Amien se dirigeait en quelques pas maladroits auprès de la masse étendue non loin.

Z'ai bon, Nez, tu zeux te relezer !

Neah était se rasseyait dans la neige, souriant au petit garçon, lui disant que ce se serait un grand guerrier tout en époussetant un peu ses cheveux et ses vêtements enneigés avant de voir une tornade miniature se précipiter dans sa direction.

Papa, papa, tu vas bien ? Je peux te soigner avec un bisou !

L'Ange marquât une pause en regardant son fils. Il ne lui donnait aucune réponse et le prit dans ses bras pour le serrer contre lui.

Papaaaaaa, tu chatouiiiiiiiilles !

Mancinia mis une main contre son sternum, ressentant avec violence le sentiment de tendresse et d'amour qu'avait Neah envers Ihsan, qui se débattait maintenant pour s'enfuir de l'étreinte de son collant de père. Cela lui arrachait un rire léger.

Mamaaaan !

La Canine Blanche desserrait ses bras, laissant l'Enfant des Cieux libre de ses mouvements. Il agitait ses bras emmitouflés, visiblement contrarié et se détournait de lui pour aller vers sa mère. Sale caractère ... certainement celui de Mancinia. Il sourit. L'Ange avait tellement voulu avoir ce cadre de vie aux côtés de l'Humaine, que l'avoir en sa possession rendait son bonheur complet. Les imperfections ne comptaient pas. En se redressant, il chassait les paroles que Reine lui avait tenu ici, il y a plusieurs mois. Sa vie actuelle ... était à l'image de l'Imprévisible. Ils avaient dû gérer l'arrivée de Koelyë dans leur vie, mais ils avaient laissé derrière eux leur statut de Souverains pour revêtir ceux de Prophètes d'Ësse'Aellun. Sur l'île où Dieu de la Bienveillance et de la Famille était dominant, autant dire qu'ils étaient incontournables des habitants. Heureusement pour eux, ils n'étaient pas les seuls à attirer les regards, en cette période de festivités, d'autres couples, volontaires ou non, avaient été mis à l'honneur.

Je crois que c'est bientôt l'heure, Mancinia.
On a encore un peu de temps.
Tu es satisfaite de la situation, n'est-ce pas ?
Très.

Mancinia prit une bouffée d'air glacé en se retournant vers l'établissement derrière eux. Ils avaient quelques biens immobiliers sur l'île, mais ils logeaient dans cet endroit, dont elle était propriétaire. Voeuh. Elle ne se souvenait plus de la raison pour laquelle cette résidence avait pris ce nom, une sorte de variation entre un voeu et la présence de vaches, dans les environs. Elles étaient comme un test, puisqu'on lui avait assuré que les bovidés n'aimaient pas ce type de températures, mais curieusement, elles semblaient s'y plaire. Ësse'Aellun devait être un ami de ses petites vachettes, surtout qu'elles permettaient d'assurer un suivi continu de lait sans causer du tort à leurs petits.

Cette situation est vachement bien même ! déclara-t-elle.
Maman ! Maman ! Mamaaaaan !

Elle ne se retournait jamais assez vite.

On peut aller manger des cougnous ?!
Avec du chocolat !

Idril protestait depuis les bras de Monika.

Du sucre !
Du chocolat !
Du sucre !
Et pourquoi pas les deux ? demanda-t-elle.
Haaaan, ouiiiii !

Ils pétillaient de joie dans la neige, enfin, seulement Ihsan. Idril ne marchait toujours pas. Quant à Sif, elle n'avait pas encore essayé non plus. Ils grandissaient trop vite à son goût ...

Post I - 930 mots
Mancinia et Neah sont de retour de Koelyë, dans l'Archipel de Maggie. Ils réalisent une escale sur Boraür en raison des célébrations du Jour d'Aellun, où ils avaient été nommés Prophètes durant leur dernier voyage. Ils doivent présider un événement au Temple. Pour l'instant, ils sont aux alentours de Voeuh et viennent de terminer d'interpréter un Conte aux enfants, dont les leurs. Ils sont abordables.


Explications


Bienvenue dans ce RPPT axé sur Noël nastae

Il a aussi pour but de réanimer les gains de Noël de l'année dernière, notamment les Contes de Boraür et Voeuh en vous donnant l'opportunité de les jouer ou de trouver de nouveaux partenaires !

Je vous laisse vous divertir comme vous voulez, sachez qu'il y a un petit stand tenu non loin de Voeuh. Il permet à votre personnage de vous parlez au travers d'une boule de cristal. Ce sera vos bonnes résolutions, si vous souhaitez les écrire. Mwahahaha.

Je reprends ce que Mitsu a donné l'année dernière concernant les activités ;

- Marchés d'Aellun - ce sont des stands, semblables à des marchés de Noël, dans lesquels vous pouvez trouver tout un tas de choses. Il n'y a pas d'argent sur l'île. Les objets et services se donnent. Donc si vous voulez du vin chaud, on vous en offrira sans souci. Il y a beaucoup d'artisans. Aussi, chaque race a un stand assez grand pour exposer des objets. Là ça dépendra pas mal de vous et de ce que vous ferez. Votre personnage peut être là pour ça, ou juste être venu faire du tourisme.

- Sports - vous pouvez faire de la luge, du patin à bois [du ski, en gros] ou du patin à glace sans problème. Il y a des courses de traineaux.

- Expéditions - des petits coquins essayent de dénicher des Cerfeuils d'Od ou des Piäh. D'autres groupes sont formés pour découvrir l'île.

- Concours de Bonhommes de Neige - c'est très important sur l'île <3

- Temples d'Ësse'Aellun - votre personnage peut également être venu pour se rendre dans l'un des Temples d'Ësse'Aellun. Par exemple, s'il a pour désir de fonder une famille, ou s'il essaye depuis longtemps sans y parvenir, s'il veut agrandir celle qu'il a déjà, ect etc. Pareil, les gens en recherche de bienveillance, qui ont besoin de se ressourcer, peuvent venir dans l'un de ses temples.


Gains


Vous réalisez l'événement au format de votre choix, vous avez aussi la possibilité de faire un message solo de 1800 mots si vous n'avez pas le temps de vous mêler aux autres, mais que vous souhaitez tout de même être présent. Pour le reste, le barème des quêtes s'applique !

Participation ; La Bénédiction des Prophètes - Il s'agit d'un anneau d'argent où une pierre blanche ayant les traits d'un flocon a été incrusté. Il attire la bienveillance d'autrui lorsque le personnage le revêt et lui permet également d'obtenir une faveur, toujours empreinte de gentillesse, de la part de quelqu'un d'autre [seulement une fois par RP, sur PNJ ou accord du Joueur préalable].

> C'est Mancinia et ses équipes qui ont réalisés ces anneaux et ils ont été béni au Temple d'Aellun, où les Prophètes les distribueront comme cadeaux un peu plus tard, ainsi, vous avez une justification d'où il provient 8D

Il n'y a pas de deadline à ce RP nastae


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhard
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Dim 05 Déc 2021, 23:51

[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Pdpx
Grendel le Démon qui kidnappe Ihsan
Que votre Voeuh soit Exaucé
Grendel & Ihsan



«Mais c'est pas possible, il fait aussi froid qu'entre les cuisses d'une vieille fille ici.» Grommelai-je avec mauvaise humeur en m'extirpant la moitié du corps hors d'une congère. Bichon éclata d'un rire gras et me lança une grande claque dans le dos qui termina de me débarrasser de la neige accumulée sur mes vêtements. «Tu dis ça car t'y as jamais mis la main, le gnome.» J'aurai bien aimé pourtant. «Parce que tu sais toi peut-être ?» Il s'arrêta de rire. «Je vais t'enfoncer la tête dans la neige si tu ne déguerpis pas dans trois secondes.» Répondit-il de sa voix douce comme le miel. Et juste comme ça, j'avais décampé. Déambulant dans le village qui transpirait la joie de vivre, je passais outre les regards intrigués sur ma perruque proéminente et mon maquillage non moins atypique. Ils ne s'attardaient jamais longtemps et je n'y avais jamais fait attention. C'était préférable au dégoût qu'ils affichaient lorsque je ne dissimulais pas mon monstrueux faciès même si je n'étais pas certaine que les locaux soient capables d'une once de méchanceté. Mais j'avais pris l'habitude de ne jamais découvrir mon visage, pas même aux autres artistes du Cirque. La plupart ne se souvenaient même plus à quoi je ressemblais lorsque Chichi m'avait repêchée.
Depuis notre arrivée, Mildred avait mystérieusement disparu mais je soupçonnais ce sournois de se faire papouiller de partout dans l'établissement où nous logions. C'était ça ou bien il était parti tâter les mamelles des vaches. J'avais essayé de vérifier dans chaque chambre s'il n'y était pas mais après un regard de travers particulièrement glaçant d'une femme, j'avais résolu de chercher le chat à l'extérieur avant qu'on ne m'y jette par la force. C'est seulement en revenant sur mes pas et en regardant en l'air par hasard que je surpris la silhouette du vicieux, perché dans les branches d'un sapin. Il me fixait de son regard jaune à la fois paresseux et d'une insolence horripilante. «Oh toi...» Sifflai-je férocement avant d'entreprendre de grimper pour attraper le félin. Je grognais, suais dans mon costume en velours, insultais Mildred de tous les noms et quand enfin je tendis le bras dans sa direction, l'abominable créature sauta au sol souplement sans même daigner m'accorder un regard. Mon injure resta bloquée dans ma gorge quand je sentis mon équilibre basculer et mes genoux glisser de l'écorce humide. Avec un bruit mat, je chutais sur une masse molle et moins froide que prévu. Je roulais sur moi-même et découvris alors un marmot. Horrifiée, je le poussais du pied pour l'éloigner de moi comme s'il était porteur d'une maladie hautement contagieuse. «Nom d'une pustule mais d'où tu sors ?» Aux dernières nouvelles, je n'attendais pas d'enfant. Curieuse, je pliai les genoux pour le regarder de plus près. Non, avec cette tête, il n'était pas de moi. Pour quelqu'un qui faisait autant de plaisanteries sexuelles, j'étais très peu informée sur toute la procédure pour faire des enfants.
«J'ai perdu mon chat.»L'informai-je soudainement, l'accusation sous-jacente dans mon ton. Après tout, peut-être avait-il appelé Mildred sans que je l'entende ? Je plantai soudainement mon index sous son menton ridiculement moelleux et doux, le crochetant comme un poisson pour soulever le visage du petit vers moi. «J'ai une idée. Comme je n'ai plus de chat, tu vas le remplacer. Ce sera comme un jeu. Malgré ton intellect limité, tu devrais y arriver. Tout ce que tu auras à faire, c'est suivre mes ordres.» Un vilain sourire découvrit mes dents. Nous allions bien nous amuser tous les deux. Coinçant ensuite sa mâchoire dans le creux de ma main gantée, je lui fis tourner la tête pour examiner son profil. J'émis un petit reniflement désapprobateur. «Tu ne ressembles pas à Mildred.» Fis-je remarquer, déçue. «Viens, on va remédier à ça et faire ce qu'on peut. Assieds-toi sur cette bûche et ne bouge plus ou je t'ouvre le ventre le ventre comme un cochon.» Dis-je sur un ton léger en fourrageant dans mes poches, non pas à la recherche de mon couteau - pas encore - mais de mon maquillage car j'en avais toujours sur moi pour me refaire une beauté. «Ah voilà ! Tu aimes le maquillage ? Ferme les yeux maintenant. Comme ça c'est bien, bon petit.» Et j'appliquais consciencieusement sur tout son visage la base crémeuse grise que j'utilisais parfois pour me peinturlurer le visage. «Tu vas être aussi joli que maman, tu verras.» Promis-je en mentant sans vergogne. «Tu peux pas ranger ces ailes ? Bon tant pis, tu seras un chat ailé.» Me saisissant de ses petites mains, je le tirais pour le remettre debout et l'examinais d'un oeil critique. «Miaule et mets-toi à quatre pattes pour voir ?»

Message I | 850 mots
Je sais pas dans quel état Mancinia et Neah vont retrouver Ihsan mais euh 8D


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11273
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] - Médecin [Rang III] - Éleveuse de Vaches [Rang I] - Investisseur [Rang II] - Prêtresse d'Amsès [Rang I]
Mancinia Leenhardt
Mar 14 Déc 2021, 19:00


Illustration - Inconnu

Que votre Voeuh soit Exaucé


Boraür était en effervescence en ce Jour d'Aellun, s'étant parée de ses plus beaux atours. Sous les flocons virevoltants, les Écuyers de l'Aurore se promenaient au milieu des étales avec leurs enfants. La longue cape rouge de Mancinia donnait l'illusion de toucher la neige. Sous ses yeux émerveillés, l'endroit s'était encore mué. Les maisons étaient décorées, ornées de petites guirlandes multicolores et de bougies aux vitres. Il y avait énormément de stands de nourriture et de boissons chaudes, en plus de quelques artisans locaux qui vendaient leur travail.

Splendide.

Sans rien dire, l'Ange observait sa compagne soutenant Idril dans ses bras. En effet, c'était splendide. L'instant, plus que l'endroit. Lui, il se sentait vraiment heureux. À leurs côtés, tandis qu'il mâchait le restant de sa cougnou sucrée en claudiquant un peu dans la neige en essayant de suivre le rythme, Ihsan manquât de s'étrangler avec la nourriture tandis que quelque chose apparu devant ses yeux.

Toi, d'où tu sors d'abord ! protesta-t-il.

Il n'était pas ravi qu'on le traite aussi durement alors qu'il passait un bon moment avec les siens, surtout par un truc aussi drôlement accoutré. Il avait froncé les sourcils, mais cela n'impressionnait personne, à l'inverse de ses parents où les malotrus auraient mouillés leurs pantalons. Tout au plus, cela lui donnait un air mignon.

Un ... Chat ... Perdu ?

N'était-il pas parti à cause de ses sales manières ? C'est que les animaux étaient sensibles et ils avaient rapidement peur devant des gestes brusques, ou des couleurs criardes. L'Humain se gardait bien de le demander à voix haute. Sa maman aurait pu être mécontente de son attitude et il n'avait pas envie de subir ses sourcils froncés. Et puis, c'était dur de parler avec ses mains sur son menton qui l'empêchait d'ouvrir la mâchoire. Qu'est-ce qu'elle disait ?

J'suis pas un chat ! J'suis un Anmain !

Il avait des ailes immaculées et dégageait l'aura caractéristique des Enfants de Sympan, c'était donc l'évidence même. ​À ​ses yeux, il était le mélange entre ses deux parents et, selon son humeur, il était un Ange ou un Humain. Un Anmain, donc. Évidemment, son interlocutrice ne devait connaître aucune race à ce nom, ne ressentant d'ailleurs aucune antimagie émanant de lui.

Intellect limité toi-même !

Il ne savait pas trop ce que ça voulait dire, mais ça avait l'air méchant dans la bouche de quelqu'un d'autre et puis, il n'avait pas envie de jouer au chat. Il était grand, maintenant. Cette remarque était oubliée l'instant d'après devant sa furieuse curiosité.

C'est ton chat, Mildred ?

C'était curieux, il était convaincu que c'était le nom d'une chanteuse et non d'un chat. Peut-être était-ce un chat chanteuse ?! Han, ce serait tellement bien ! Ihsan terminait son morceau de pain sucrée en l'enfournant dans sa bouche d'un coup.

C'est bien pour te faire plaisir ! clama-t-il, entre deux mâchouillement, en s'asseyant sur la bûche, nouant les bras contre sa poitrine. Tu me dois une faveur !

Un véritable négociateur. Puisqu'il traînait avec des adultes, il avait reprit certaines mimiques et certaines phrases sans en saisir le sens véritable pour autant, d'autant plus que le petit garçon n'avait pas vraiment le temps de s'attarder là-dessus, clignant des yeux. Du maquillage ?

Ma maman en met parfois, répondit-il en écoutant ses indications. Mais elle aime pas beaucoup ... Moi, je sais pas !

Savoir si les hommes en mettait ou non, il s'en moquait bien. D'ailleurs, il était loin du trait sur les yeux et de la poudre sur les joues. Elle lui dessinait une base, avant d'utiliser une crème grise aussi froide que la neige et de mettre le contour de ses yeux en rouge, dans des traits exagérés. Il allait ainsi ressembler à sa mère.

Ah oui ?!

Il l'aimait énormément, alors c'était un excellent moyen de lui faire croire n'importe quoi et de le laisser sage comme une image dans un coin. Quand elle eu terminée, Ihsan se tournait vers ses ailes.

Nan, je te l'ai dis, j'suis un Anmain ! On range pas nos ailes parce qu'on est forts et courageux !

C'était surtout qu'il ne le pouvait pas, d'autant plus qu'il ne savait pas les mouvoir et que seul le vent balayait ses plumes. De nouveau debout, l'Humain clignait des yeux à sa demande, considérant la chose pendant de longues secondes. Elle lui avait déjà demandée, mais en fait, il n'avait pas trop envie ...

Pourquoi tu ne le fais pas en premier ? Moi, j'ai trop froid !

Ses mains n'étaient pas bien protégées à son goût. Il n'était pas habitué à ces températures.

C'est quoi ton nom, au fait ? Moi, c'est Ihsan ! déclara-t-il alors. Si Mildred est partie, elle doit être dans un coin chaud.

Ça voulait dire entre ici et l'autre bout de Boraür en ces circonstances.

On peut la chercher ensemble ! Tout le monde est gentil avec moi, ce sera super facile !

Il se moquait un peu de sa réponse qu'il avait attrapé son poignet et l'entraînait avec lui à l'aventure. Tout le monde était gentil, rien ne pourrait leur arriver, d'autant plus qu'il était l'enfant des Prophètes d'Ësse'Aellun, revenus en l'honneur de leur Aether. En parlant d'eux, ils étaient toujours au même endroit. Plus pour longtemps. Parce que Mancinia venait de remarqué que quelqu'un n'était plus dans son champs de vision.

Neah ... Où est Ihsan ?
... Ah !

Les Écuyers de l'Aurore se regardaient en prenant conscience de la situation, leurs sourires suspendus, intérieurement paniqué.

Post II - 920 mots | Ihsan est avec Grendel


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhard
Invité
Invité

avatar
Lun 27 Déc 2021, 14:54

Que votre Voeuh soit exaucéDjinshee & Elh

-Je n'aime pas la neige.

La déclaration était tombée avec mollesse, comme si elle s'était écrasée sur cette épaisse couche blanche autour d'elles. Le paysage était parfaitement homogène et donnait l’impression d’être figé dans le temps. Elh adorait ça. C'était si calme. Le moindre son était aussitôt absorbé, à tel point que cette quiétude semblait impossible à briser. Alors qu'elles marchaient côte à côte, les mains dans les poches, sur le chemin qui menaient au marché, Elh se retenait de se jeter dans la poudreuse. Sur Sülh, ils ne voyaient pas la neige, ou du moins pas souvent. Le climat océanique rendait les variations de saison moins fortes qu'à d'autres endroits. Sur la côte en particulier, le sel de l'air marin empêchait tout flocon de tenir sa forme plus de quelques heures. Se retrouver dans un tel endroit allait, de ce fait, au-delà de toutes ses attentes.

-Mais je ne déteste pas cet endroit.

Là, Elh haussa un sourcil et sourit. Un tel aveu de la part d'une femme aussi fière et têtue, c'était un peu comme une victoire. Evidemment, pour elle c'était plus facile : son Elément n'entrait en conflit avec aucun autre, hormis la Glace. Or, Elh se représentait un peu la Neige comme de la Glace, mais en gentil : au lieu d'être tranchant, c'était tendre et tout doux. Dans le cas de Djinshee, le problème était différent : dans tous les cas c'était froid, et ça fondait pour former de l'eau. Son effort était donc de taille.

-Bizarrement. Compléta-t-elle finalement, car cela lui semblait absolument nécessaire.

Histoire de remettre son égo là où il devait être, tout de même. Djinshee ne voulait pas donner l'impression d'être totalement conquise par cette île, parce que ça n'était pas le cas. Et ce malgré sa particularité. Ce n'était pas qu'une rumeur : il y avait cette atmosphère très apaisante que la Lyrienne n’aurait pas soupçonné.

Elh avait insisté pour y emmener sa meilleure amie. Elle était fière de l'avoir fait céder et se sentait le devoir de ne pas la faire regretter. Elh aimait bien voyager. Ça lui arrivait parfois de prendre son envol et de s'évader un jour ou deux. Généralement, elle n'annonçait pas son départ à grand-monde, juste une ou deux personnes pour qu’on ne s’inquiète pas. Ça lui faisait un bien fou, de se libérer de son quotidien. Elle voulait montrer à son amie à quel point cela pouvait être bénéfique et avait profité de l’événement qui se tenait sur Boräur comme prétexte.
De son côté, Djinshee avait le sentiment d'être au pays des niais. Bizarrement, elle ne se sentait pas pas du tout à sa place, ce qui la perturbait. Et elle n'arrivait pas à en être inquiète non-plus, ce qui aurait dû être le cas. Elle renifla, une sorte de réflexe parce qu'il faisait froid alors que son nez ne coulait pas. Djinshee faisait en sorte que sa température corporelle ne suive pas celle de l'extérieur. Du coin de l'œil, elle saisit la proposition d'Elh, qui suggérait d'aller chercher du vin chaud.

-Si tu veux.

Elle ignorait si elle allait en prendre, car elle n'était pas coutumière de la boisson. Néanmoins, le mot "vin" associé à "chaud" lui plaisait. C'avait intérêt à être bon.

-Tu voudrais faire quoi ensuite ? Demanda la plus grande. Un coup d'œil dans la direction de son amie et elle fronça les sourcils. Désolée, sans moi dans ce cas.

Les concours de bonhomme de neige, ça ne la tentait pas. Alors qu’elles approchaient des premiers stands, Djinshee chercha de l’argent dans l’une de ses poches. L’odeur épicée de la fameuse boisson leur chatouillait déjà les narines.

-Bonjour et bienvenue au marché d’Aellun ! Je vous sers deux verres de notre délicieux vin chaud ?

-Hm, oui. A côté d’elle, Elh acquiesçait vivement. Ça sentait tellement bon ! Je paye les deux, c’est combien ?

Elle s’attendait à ce que ce soit plutôt cher, vu la valorisation d’un tel produit. Le marchand leur offrit un grand sourire qui dévoila ses dents.

-Rien du tout mesdames ! Nous n’utilisons pas de monnaie d’échange sur cette île. C’est gratuit !

-Oh… vraiment ? Djinshee fronça les sourcils. Etrange. Eh bien… c’est gentil. Merci.

En temps normal, elle aurait demandé davantage d’explications, mais sa nature suspicieuse s’était effacée. Ces gens dégageaient une joie de vivre et une sincérité profonde. Au contraire, l’ombre d’un sourire s’imprima sur ses lèvres tandis qu’elle les trempait dans le liquide.


~742 mots~
Elh et Djinshee sont dispos.

Revenir en haut Aller en bas
Bellada Ward
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 919
◈ YinYanisé(e) le : 30/07/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : Gilbel ♥
◈ Activité : Cuisiner avec amour !
Bellada Ward
Sam 01 Jan 2022, 09:47


Image par Andrew Bosley
Que votre Voeuh soit exaucé.
Bellada & Gilbel
New born - Alex Boye - Merci Kyky !

Bellada ferma les yeux, avant de joindre ses mains devant elle. Silencieuse, elle se concentra pour formuler sa prière. Elle avait déjà prié au temple de Yaveäth, suite à la fête des gratitudes, mais maintenant qu'elle se retrouvait sur l'île de Boraür, elle n'avait pu s'empêcher de faire un détour par l'un des temples d'Ësse'Aellun. Je vous remercie, seigneur Ësse'Aellun, d'avoir pris soin de mes proches comme vous l'avez fait. Merci pour les moments de joie partagés, et de nous avoir donné la force de nous réconcilier dans les moments plus difficiles. Merci également pour la naissance de la petite Marguerite. La magicienne continua ainsi, remerciant le divin pour toutes les bonnes choses qui s'étaient passées dans sa famille, que celle-ci soit proche ou éloignée. Protégez ma famille du malheur, faites qu'il ne leur arrive rien de grave durant cette année. Permettez-nous d'avoir encore de nombreux enfants, d'agrandir notre famille et d'accueillir de nouveaux êtres parmi les nôtres. Bellada avait hâte de rencontrer ces futurs enfants, ou bien de nouveaux partenaires. Elle était toujours ravie de voir que leur arbre généalogique s'agrandissait - à croire qu'il s'agissait d'une question d'honneur, que de faire de la concurrence aux Vaughan. S'il vous plait seigneur, venez en aide à Aleran. Permettez-lui de renouer avec ses parents, et faîtes qu'il soit enfin accepté... Bénissez Léonor car elle nous est souvent venue en aide lorsque nous étions en difficulté. Retournez-lui sa bienveillance, et accordez-lui l'enfant qu'elle peine tant à recevoir. Là encore, la mage blanche continua à formuler ses espérances, qu'elle confia à Ësse'Aellun. C'était sa façon, à elle, d'être bienveillante. De penser à ceux qui, comme elle, n'avaient pas eu la chance d'avoir une famille aimante et nombreuse. Elle réalisait, ici, à quel point elle avait été bénie de croiser la route de Gilbel, et de fonder une famille aussi merveilleuse que la leur. Bien sûr, elle n'était pas parfaite, mais pour rien au monde elle ne l'aurait changé.

« Maman ? » appela Alizée dans le dos de sa mère. Cette dernière frappa de nouveau dans ses mains, comme pour apporter une note finale à sa prière. Finalement, elle rouvrit les yeux puis s'éloigna du banc sur lequel elle avait pris place pour se tourner vers sa fille. « Oui, ma puce ? » fit-elle, s'emparant de la main de la blonde. Cette fois-ci, la famille Ward semblait s'être réunie sur l'île en encore plus grand comité que d'habitude. La benjamine de la fratrie s'était même jointe au groupe. « Les enfants veulent aller faire des activités, dehors. Je crois que les plus grands aimeraient aller visiter les villages voisins. Il y a une visite organisée par des locaux, pour se rendre à Säpein puis à Qadöth. Veux-tu te joindre à eux ? » « Non, c'est gentil ma puce, mais je pense que je vais plutôt rester dans les parages. Mais vas-y, si tu veux. » Elle connaissait suffisamment sa fille pour deviner que la concernée souhaitait s'y rendre, contrairement à elle. « Amusez-vous bien. » fit-elle. « Merci maman. » fit Alizée, embrassant tendrement le front de sa mère. « On se retrouve ce soir. » Les deux femmes se séparèrent, agitant leurs mains pour se saluer. Bellada se tourna pour sonder la foule des croyants venus prier au temple. Elle retrouva sans difficulté son époux, qu'elle attendit patiemment, admirant l'architecture spectaculaire et pourtant sobre du lieu de culte. « Alors, as-tu demandé plein de nouveaux petits-enfants, Pomme d'Amour ? » demanda le magicien avec un sourire complice. « Oh, toute une ribambelle. » renchérit son épouse, lâchant un léger rire tandis qu'elle passait son bras par dessus celui de Gilbel. C'était un acte anodin et naturel, témoin de leur complicité. « Bien, rejoignons les autres. J'ai entendu dire que Valentine et Hugo participait à un concours de bonhomme de neige. J'aimerais bien voir ça. » « Mmh, connaissant ces deux-là, je serais étonné que ça n'ai pas dégénéré en bataille de boules de neige, plutôt. » La grand-mère laissa échapper un nouveau rire. « C'est vrai. Mais qui sait, peut-être que l'atmosphère de l'île les aura calmé un peu. » espéra l'aïeule.

« Bonjour. Merci d'être venus honorer Ësse'Aellun dans notre temple. » Bellada sourit chaleureusement à la femme qui s'était adressée à eux. « Merci à vous de nous avoir accueilli. » fit-elle. La prophétesse lui retourna son air enjoué. « Pour vous remerciez, veuillez accepter ce présent. » La jeune femme disposa deux anneaux, un dans la main de chacun. « Pour que la bienveillance de notre Æther vous suive même hors de notre île. » expliqua-t-elle. « Merci ma fille. Qu'Il vous bénisse. » Les croyants glissèrent les bagues à leurs doigts, admirant le travail qui y avait été apporté.

829 mots
Bella et Gilou sont allés prier au temple d'Ësse'Aellun. Ils sont abordables si vous voulez. Au prochain poste, je pense qu'ils iront au marché, ou bien qu'ils iront voir un spectacle des contes de Boraür.


Avatar
Avatar de noël : LINOK_SPB
[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé 2exr
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35442-bellada-ward-le-c
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Mar 04 Jan 2022, 09:53

[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Pdpx
Grendel le Démon qui kidnappe Ihsan
Que votre Voeuh soit Exaucé
Ihsan & Grendel



« Tu peux m'appeler Grendel, ou Maîtresse, comme tu préfères. Tu gagnes des points si tu m'appelles Maîtresse et que tu fais tout pour me faire plaisir, comme m'offrir à manger, m'obéir sans discuter, me faire rire et jouer avec moi en me laissant gagner. » L'informai-je gracieusement sans m'étouffer dans ma modestie. J'étais née pour être une dominatrice, je n'en avais peut-être pas encore les capacités mais l'ambition était là, l'envie pulsait dans mes veines comme une évidence. Je souhaitais qu'ils s'agenouillent tous devant moi, m'aiment et me craignent en mesures égales, Ihsan le premier. Je lui donnais même les billes pour bien s'entendre avec moi, ma générosité n'avait plus de limites. Sa réticence me crispait, c'était vrai, tout comme l'impertinence de sa proposition d'inverser les rôles mais j'acceptais de me montrer tolérante pour une fois, une seule ; il n'était qu'un bambin, et même pas un de ces désagréables moutards braillards, ceux qui étaient comme moi mais en moins moches et moins talentueux - c'était d'ailleurs une corrélation que j'étudiais avec la plus grande des attentions mais jusque là, je n'avais pas observé de tendance qui allait en mon sens ; en ce monde du Yin et du Yang, ils étaient tous et beaux, et forts, et brillants, et d'une perfection insupportable ; mais je digresse. En un tout autre lieu, je lui aurais suggéré le fouet pour qu'il reconsidère m'opposer une résistance la prochaine fois. Néanmoins, Boraür étouffait mes ardeurs galopantes et sauva le mouflet de mes colères légendaires et la lame argentée resta au chaud dans son fourreau tout comme ma langue acérée. Avec une patience dont je fus la première surprise, je lui expliquai son erreur. « Je peux pas faire le chat puisque j'en suis pas un, c'est évident non ? Et toi tu peux car t'es un truc qui existe pas donc t'as tout intérêt à faire semblant d'être un truc que tout le monde connaît sinon on va te lapider, crois-moi, j'ai déjà vécu ça et je ne te le souhaite pas. En plus, tu as dit quoi ? Un âne nain ? J'vois pas le rapport avec tes ailes en plus. » Je lui tapotai le dessus de sa tête avec affection, comme pour le pardonner d'être différent. Si tous les ânes nains étaient comme ça, j'en voulais un pour remplacer Mildred, il était plutôt attachant, plus que cette bestiole qui crachait et pissait sur mon oreiller. «Pas d'inquiétude mon lapin plumeux, j'ai rien contre les trucs étranges. D'où je viens, on est tous un peu spécial. D'ailleurs, si tu es sage, je demanderai à Chichi s'il veut de toi dans le Cirque. Tu as des talents particuliers ? Si tu me promets que tu fais pas pipi au lit, je te laisserai remplacer Mildred et on dormira ensemble ! » Après tout, pourquoi continuer à chercher ce chat ingrat si je trouvais mieux ? En vérité, l'idée de chercher le vil matou m'était un peu sortie de la tête tandis qu'Ihsan me traînait derrière lui, empressé de retrouver la trace du félin. Sa volonté de m'aider me réchauffait le cœur d'une façon inhabituelle, je n'étais pas indifférente aux attitudes chevaleresques, bien qu'elles tendent parfois vers la stupidité. En dehors de mes amis au Cirque, ils étaient rares les étrangers à vouloir aider la mocheté que j'étais. Même lorsqu'ils arrivaient à surmonter leurs préjugés face à mon apparence, il prenaient ensuite leurs jambes à leur cou lorsque j'ouvrais la bouche. Si tous les ânes nains étaient comme lui, j'allais en faire l'élevage. Il était petit, il était encore temps de le dresser pour en faire l'étalon de mon cheptel et commencer des projets plus vastes, des projets qui ramèneraient du bel or. Et rapporter du bel or à Chichi m'assurerait une place de choix au Cirque. C'était limpide, le plan était clair, la cible verrouillée. J'avais besoin d'Ihsan. D'une torsion du poignet, je me dégageai de son étreinte pour plutôt prendre sa main dans la mienne, aussi solidement que possible car c'était ainsi que cela serait à présent, c'était à moi de diriger, à lui de suivre. Accepterait-il de porter une laisse ? Maintenant que j'avais formé ces projets dans ma tête, la possibilité de voir mon poulain prodige glisser entre mes doigts m'était insupportable. L'enfermer dans une cage alors ? Il y avait toujours de la place parmi les animaux de Myail Paups. Cependant, je n'aimais pas beaucoup enchaîner les bêtes en ma possession. Mildred et Douceur vivaient à mes côtés libres de toute entrave. Demander à Mémé Mertle, ma mentor, de me concocter un philtre d'amour pour qu'il ne cherche jamais à me quitter ? Non, son art ne versait pas dans les décoctions niaises. Une malédiction l'empêchant de me quitter alors ? Bon mais en attendant, je devais me débrouiller avec mes propres moyens.
« Dis voir mon cochon, pardon, mon p'tit âne nain ailé maquillé comme un chat, ça t'intéresserait un partenariat ? Travailler ensemble. Toutes les célébrités ont besoin d'un assistant, tu comprends je n'ai pas le temps de m'occuper des menus détails, surtout quand le moment approche d'apparaître sur la piste. Tu es petit et vif, je le vois, tu serai parfait pour le rôle. Tu aimes les éléphants ? Douceur est très gentille et tout le monde l'aime. Mais pour commencer, je vais vérifier tes compétences. Ta première mission sera de retrouver Mildred pour moi. Il y aura deux autres missions et ensuite seulement je considérerai ta candidature. Alors ? Qu'est-ce que tu en dis ? Tu as des papiers officiels prouvant tes crédits ? Non, je te fais marcher, peu importe si tu t'appelles Marcel sans famille ou si tu es fils de roi, ce que je veux c'est de la mo - ti - va - tion ! Allez, tape m'en cinq et montre-moi de quel bois sont faits les ânes nains ! »

Message II | 1034 mots


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Eiko
~ Orine ~ Niveau I ~

~ Orine ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 253
◈ YinYanisé(e) le : 14/11/2020
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aurel
◈ Activité : Manger des mochis avec Papa Jun, chanter, danser, et remanger des mochis
Eiko
Mer 05 Jan 2022, 06:30

«

Image par Wlop & Marcin Jakubowski et LOLI_Samurai
Que votre Voeuh soit exaucé
Eiko

« Qu'est ce qu'on dit à la dame, Eiko ? » La fillette s'arrêta juste avant de tremper ses lèvres dans la boisson chaude que lui avait distribué la marchande. Un sourire ravi se dessina sur son visage poupin tandis qu'elle s'adressait à la gentille et vieille dame qui l'avait gâté. « Merci madame ! Bonne journée ! » la remercia-t-elle tout en secouant sa main dans sa direction pour la saluer. Sa réaction fit rire la locale : c'était un de ces rires pleins, sincères, qui sortent du cœur et réchauffent l'âme. « De rien ma grande. Amuse-toi bien sur l'île, et n'oublies pas : si tu passes par Rhen, demande à faire une ballade en traîneau, d'accord ? » « D'accord ! » promit la brunette avant de faire demi-tour. Ses mains plaquées contre le métal en fer blanc, elle goûta au chocolat chaud que lui avait versé la dame. « Mmh, c'est trop bon ! » s'extasia-t-elle avant d'en boire une autre gorgée. « Est ce que tu veux goûter le pain d'épice, avec ? » Eiko acquiesça avidement, ses yeux s'écarquillant de gourmandise à l'entente du gâteau. « S'il te plaît ! Merci ! » La fillette croqua dedans avec enthousiasme avant de laisser échapper un soupir satisfait.

Les deux Orines continuèrent leur tour du marché. Les yeux étaient assaillis de tous les côtés : de partout, des jouets et des objets sculptés qui donnaient envie à la fillette. Une maison de poupée. Une luge. Un ballon. Un bilboquet. Des déguisements. Souvent, on retrouvait le dessin d'un Cerfeuil d'Od ou celui d'un sapin. « Oh ! Regarde maman ! » s'écria la petite fille en remarquant un instrument local. « Pour Bae ! Tu crois que ça lui ferait plaisir ? » Le musicien s'entraînait souvent devant sa petite camarade - qui l'accompagnait en chantonnant distraitement tandis qu'elle était occupée à colorier ses dessins. La Hanatsu avait alors associé l'idée que son aîné aimait et savait jouer de tous les instruments qu'elle trouvait. La mère, plus sage, esquissa un sourire tendre. « Je ne suis pas certaine qu'il sache jouer de ça, ma puce. Mais si tu veux, on peut lui prendre un petit quelque chose. Je suis certaine qu'il serait très touché par l'attention. » « Hum... Alors, qu'est ce que tu dirais de ça ? » proposa-t-elle en désignant une boite à musique.



« Maman, on peut aller faire de la planche à bois ? » Eiko avait repéré, non loin de l'endroit où se déroulait le concours de bonhomme de neiges, une piste que des enfants s'amusaient à descendre. « C'est de la luge, ma chérie. » « On peut aller faire de la luge, alors ? » « Je ne sais pas... Tu ne vas pas avoir froid ? » s'inquiéta la mère, resserrant l'écharpe rouge qu'elle avait noué autour du cou de sa fille. La petite Orine était également vêtue d'un manteau de la même couleur, qui recouvrait son épais pull tricoté et cachait la moitié de son pantalon brun. Ses pieds étaient protégés de grosses chaussettes remontant jusqu'au genoux et de bottes. Eiko secoua la tête. « Non t'en fais pas ! » « Et si tu tombes et que tu te retrouves toute trempée. » « Boraür, je voudrais que mes vêtements sèchent, s'il te plait. » scanda la gamine. Depuis qu'elle avait découvert la capacité de l'île à réaliser les demandes, elle s'était amusée à lui demander tout ce qui lui passait par la tête - elle avait exagéré sur les Mochi et sa mère l'avait d'ailleurs réprimandée. Cette fois-ci néanmoins, Akiko laissa échapper un rire. « Bien... Si tu veux, tu peux y aller... » « OUAIII ! » Lâchant la main de sa maman, la turbulente se mit à courir aussi vite qu'elle le put en direction de la piste.

Eiko avisa un petit garçon, un peu plus âgé qu'elle. « Dis, où c'est que tu l'as trouvé ? » demanda-t-elle en désignant la luge. « Oh, je l'ai demandé à l'île. Mais tu peux prendre la mienne si tu veux. J'ai terminé. » proposa-t-il en tendant l'objet. La fillette l'accepta avec un sourire. « Oh, c'est lourd dis donc ! » remarqua-t-elle, surprise. « C'est la première fois que tu en fais ? » questionna le garçon. « Oui, mais c'est pas grave. Je vais apprendre. » répliqua-t-elle comme si elle avait craint qu'il lui retire la luge des mains. L'inconnu ne lui faisait pas peur. Au contraire, il semblait l'appeler. Elle était avide de nouvelles découvertes. « Tu veux que je t'aide, pour commencer ? » « Je veux bien oui. S'il te plaît. »

« D'accord ? » « D'accord ! » Le plus âgé avait gentiment pris le temps de tout lui expliquer, lui montrant sur leurs voisins ce qu'il essayait de lui enseigner. Il sentait néanmoins que la fillette n'en pouvait plus d'attendre : elle ne voulait qu'une chose, essayer elle-même. « Bien... Dans ce cas, tu peux y aller. » « Chouette ! » Et, sans plus attendre, elle poussa sur ses jambes pour pouvoir s'élancer. « AH ! » fit-elle, surprise par la vitesse que prenait la luge. « AAAAH ! » Sa voix se faisait aiguë. « AAAAAAAAAH ! » Dans son dos, son professeur lui hurlait des conseils, qu'elle n'entendait pas à cause de l'air qui sifflait à ses oreilles. Plus elle avançait, plus sa luge prenait de la vitesse. Elle ne savait pas comment l'arrêter, ni la ralentir. Or, elle voyait la fin de la piste se rapprocher à grand pas. Et devant-elle, deux silhouettes. « HI ! BORAÜR STOP ! » hurla-t-elle de toute ses forces avant qu'elle n'entre en collision avec les deux piétons. La luge s'arrêta à quelques centimètres du duo, ne les épargnant cependant pas d'un vague enneigée. Eiko cligna des yeux, légèrement tremblante. Lorsqu'elle réalisa qu'elle était bien arrêtée, elle se laissa tomber sur le côté, puis releva la tête pour observer les deux inconnus. En les voyant, elle explosa d'un rire irrépressible. « On dirait deux bonhommes de neige ! » fit-elle avant de se relever et de se dépoussiérer de la neige qui s'était accroché à ses vêtements. « Est ce que ça va ? Pas de bobo ? » pensa-t-elle enfin à demander, un air légèrement coupable rongea sa mine.

1053 mots
Eiko asperge Ihsan et Grendel avec sa luge. [RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé 943930617



[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé B6vi

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38528-eiko-hitoka
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11273
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] - Médecin [Rang III] - Éleveuse de Vaches [Rang I] - Investisseur [Rang II] - Prêtresse d'Amsès [Rang I]
Mancinia Leenhardt
Dim 23 Jan 2022, 22:00


Illustration - Inconnu

Que votre Voeuh soit Exaucé


Grendel, ce sera très bien.

Ihsan n'avait pas conscience d'avoir les mêmes mimiques de sa maman, n'ayant nullement l'intention d'être méchant. Il avait seulement cette habitude de ne pas être déconsidéré et d'être aimé en raison de son statut. Qui plus est, il n'y avait que sa maîtresse des cours qu'il nommait ainsi et il ne voulait pas s'emmêler les neurones à en avoir plusieurs, surtout qu'il ne lui apportait jamais à manger et qu'elle jouait rarement avec eux. Ça serait trop bizarre et l'Anmain n'aimait pas que l'on bouscule un peu trop ses habitudes. Clignant des yeux alors que Grendel lui tapotait le haut du crâne. Comment ça, il n'existait pas ? Bien sûr que si, vu qu'il était là ! Ça n'avait aucun sens ce qu'elle racontait ! Oh, mais ... Peut-être que ... Peut-être que Grendel était comme Oncle Shapûr et qu'elle aimait boire des choses fortes qui le rendait incohérent de temps en temps ? Ce devait être ça.

Un Anmain, dit-il en sortant la langue. Si j'existe pas, ça veut dire que je suis plus rare que toi !

Particulièrement fier de sa réplique, le petit garçon bombait le torse.

Mildred fait pipi au lit à son âge ? demanda-t-il ensuit, très étonné. Je suis trop vieux pour ça, moi.

Et il en était fier. C'était les petites réussites de l'enfance. Dans un engouement inhabituel, leurs rôles s'étaient échangés, mais cela ne le dérangeait pas outre mesure.

Je sais danser ! Je devais le faire avec une Inphératice, au Bal, mais ça ne s'est pas fait. Elle devait dodo.

C'était comme ça dans les Royautés, tout le monde y dormait tôt, décidément. Ou peut-être était-ce parce qu'il s'était endormi sur sa chaise d'impatience ? S'il savait que personne ne lui ferait de mal ici, c'était avant tout car ses parents étaient comme des Souverains aux yeux des habitants. En tant que Prophètes du Dieu Principal, il y avait une place majeure. Dans son cas, ce n'était pas pareil et il avait encore du mal à le saisir. Sa seule difficulté du moment était de comprendre les mots difficiles qu'employait sa nouvelle amie. Partenariat, travailler, assistant ... Célébrité, par contre, il voyait. C'était quand tout le monde regardait la personne concernée avec la bouche grande ouverte, presque en criant et en agitant les bras. Quelque chose pour lui, en effet. Quant aux éléphants, bien sûr qu'il connaissait.

C'était comme les animaux. Il y avait Kamiya et Fran, les corbeaux, Chartiana la Simurgh et ... Sa maman en avait plein ! Et si elle n'avait pas d'éléphant, Ihsan savait ce que c'était, ceci dit ...

J'en ai déjà vu, bien sûr, mais ma maman ne veut pas que je m'en approche. Elle dit que c'est dangereux.

Et il l'écoutait. Ce que craignait surtout Mancinia, c'était de le voir courir inconsciemment entre leurs pattes et provoquer une panique. À l'animal qui l'écraserait par pure crainte. Cette idée lui était insupportable.

Évidemment, Douceur doit être bien plus intelligente vu que c'est ton amie !

Grendel avait l'air un peu à l'ouest, mais elle devait être maligne et réussir dans la vie vu comment les Jeux qu'elle inventait étaient amusant ! Ihsan l'écoutait avec attention en se remémorant bien les grandes lignes ; réaliser trois étapes, en débutant par retrouver Mildred. C'était ce qu'ils allaient réussir aisément. Puis, l'Anmain devrait remporter deux autres parties, c'était vraiment simple. Il ne savait pas du tout dans quoi il s'engageait, mais cela lui promettait des moments amusants.

Alors ... !

Il n'eut pas le loisir de répondre, ni de lever sa main pour se protéger qu'il sentit une vague glacée sur sa tête, fermant les yeux par réflexe en attendant que ça passe ... avant de les rouvrir en entendant un grand éclat de rire.

Je suis un Anmain, roh ! protesta-t-il en gesticulant pour sortir de son cocon blanc. Oui, ça va ! Et toi ? Non, parce que c'était pas très bien comme arrivée, tu sais ?

Il finit d'enlever la neige sur ses manches.

Et toi Grendel, ça va ?



De leur côté, Mancinia avait l'impression que son coeur allait imploser. Comment était-ce arrivé ? Ils étaient tous les deux présents, Ihsan se tenait même à quelques pas et elle n'avait rien vu ? C'était une mère tellement pitoyable ! Elle avait relâché sa vigilance et voici où ils en étaient désormais !

Calme-toi. Il ne doit pas être loin.

L'Ange pouvait déployer une maîtrise de soi, intérieurement, il était au même point. Où était leur fils ? Ils n'étaient pas seuls, Monika aussi se trouvait auprès d'eux, d'autres domestiques et les Gardes dans les environs et, malgré tout, Ihsan avait tout simplement disparu de leur champ de vision. Avec la foule s'étant déplacée pour le Jour d'Aellun, autant dire qu'il lui était impossible de le localiser, d'autant plus en l'absence de magie.

Nous devrions nous séparer pour le chercher. Il n'a pas pu aller bien loin, surtout que l'on sait qui il est.

C'était bien tout le problème. Ihsan ne craignait rien sur l'île, mais si on l'en sortait ...

Oui, mais ... nous devons nous rendre au Temple dans peu de temps, Neah. Notre absence va causer des problèmes.
Nous le retrouverons avant, dit-il avec une intime conviction. Et que nous le retrouvons ou non, on se donne rendez-vous là-bas à l'heure convenue.

Honorer leur Devoir alors que leur enfant avait des ennuis ? Elle n'était pas certaine de pouvoir tenir la célébration, tant cette idée lui arrachait le coeur et occuperait son esprit. Mancinia avait envie de courir partout en criant son nom, dans l'espoir qu'il lui répondît.

Ne t'inquiète pas. Ësse'Aellun ne permettrait pas qu'un de nos enfants soit blessé ici ... J'en suis certain.

L'Humaine n'eut d'autre choix que d'incliner la tête et ils se séparèrent, doublant la zone couverte. Ils devaient aussi être discrets pour ne pas engendrés de problèmes. Neah était mécontent de son absence de magie. Ce n'était pas agréable, en général, il le comprenait, mais il ne s'était pas attendu à avoir un tel problème et de se sentir ... démuni. Ihsan, où es-tu ? Seul, il n'y parviendrait jamais.

Excusez-moi.

Il avait interrompu deux personnes devant lui, simplement parce que l'une lui avait paru familière.

Je suis à la recherche de quelqu'un. Il a des cheveux blancs, des yeux bleus clairs et des ailes dans le dos.

Et, surtout ...

C'est un enfant de quatre ans.



Madame Ward !

Mancinia s'était soudainement exclamée en voyant la vieille dame dans son champ de vision. Elle avait du passé une fois devant celle-ci sans en avoir conscience, mais en observant chacun des visages accompagnant des enfants, l'Humaine se trouvait convaincue que la Magicienne pouvait lui venir en aide, se rapprochant, en quelques pas, de sa position.

Je suis désolée de vous importuner durant votre sortie familiale, mais ...

Elle entortillait ses mains, signe d'une extrême anxiété qu'elle refusait de maîtrisée en cet instant.

N'auriez-vous pas vu mon fils ?

Post III - 1170 mots | Ihsan est avec Grendel et Eiko. Mancinia et Neah se sont séparés, à sa recherche. Neah est allé vers Djinshee et Mancinia, vers Bellada.


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhard
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Mer 02 Fév 2022, 10:00

[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Pdpx
Grendel le Démon qui kidnappe Ihsan
Que votre Voeuh soit Exaucé
Ihsan & Grendel



Un sentiment indéfinissable florissait dans ma poitrine. Invisible, il répandait une chaleur agréable dans mes membres et apaisait mes traits crispés et ma langue acérée. Pouvais-je mettre cette faiblesse sur le compte de Boraür ou sur Ihsan qui m'offrait sans le savoir un voyage vers l'enfance. Faire l'enfant, me montrer immature, je le faisais tous les jours, mais au fond, ce n'était qu'une façade pour amuser, un leurre destiné à me faire pardonner mon comportement et mes paroles malheureuses. La réalité, c'est que j'étais une adulte même si, à force de faire comme si je n'étais qu'un gamin particulièrement insupportable, à force de voir ce visage dans le miroir et de porter cette peau d'enfant, je m'étais convaincue que je n'étais finalement pas adulte. Je la haïssais cette enveloppe, comme si on avait forcé un costume trop grand sur une âme qui aurait dû ne faire que quelques centimètres. Ce flou dans ma perception de moi-même était certainement ce qui expliquait mes sautes d'humeur. Mais à parler avec Ihsan, les pieds dans la neige molle et immaculée, enveloppée par la bonté de Boraür, je me sentais apaisée et enthousiaste à la fois, légère pour la première fois.
« Oui. Mais elle le fait pour m'embêter. Je l'aime plus qu'elle ne m'aime, je me demande même pourquoi je m'embête à la chercher. » En vérité, la chatte grise n'était devenu qu'un prétexte pour coller aux basques du petit garçon. « Oui, c'est pas mal si tu sais danser mais c'est un peu banal. Il faudrait que je vois comment tu te débrouilles, tu pourras me faire une démonstration ? Peut-être qu'avec des efforts, on te trouvera une manière de danser qui soit suffisamment originale pour Chichi ! » Je ne relevais pas la mention qu'il avait fait de l'Impératrice, mettant cela sur le compte des mensonges qui sortent de la bouche des enfants. Il voulait m'impressionner et j'en étais flattée, mais il ne fallait pas me prendre pour une idiote. Un enfant danser avec une Impératrice ? Je ne savais pas de quoi étaient faits ses rêves mais j'aurai bien aimé les partager.
« Douceur n'est pas dangereuse ! » M'offusquais-je en m'arrêtant brusquement, le foudroyant du regard. Encore un mot de travers sur l'éléphante rose et je lui sautais à la gorge, Boraür ou pas. « Elle ne ferait pas de mal à une mouche ! Elle est extrêmement timide mais une fois qu'on apprend à la connaître, elle aime beaucoup jouer. Elle aime aussi qu'on lui lise des histoires le soir avant de s'endormir. Elle n'aime pas la foule alors c'est un peu compliqué pour notre spectacle mais elle fait des efforts ! » Je me tus, essoufflée. Mes joues étaient devenues aussi rouges que des pommes, même si c'était à peine visible sous la couche de maquillage. Je me calmais ensuite en l'écoutant se rattraper avec ses flatteries. Je me remis à marcher et lâchais avec dédain. « Ne dis pas n'importe quoi. Elle est bête comme ses pieds. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut que ta maman t'empêche de la rencontrer, ce serait ridicule. »
Un voile glacé me coupa soudain du monde et je tombais en arrière, submergée par la vague moelleuse mais néanmoins très désagréable. Qu'est-ce que c'était que ces putains de conneries ? L'éclat de rire acheva de m'agacer et je me relevais d'un bond. « Mais tu peux pas regarder où tu vas, 'spèce d'idiote ? T'as faillis abîmer mon chat ailé ! Ou âne nain, comme il aime à le répéter. T'es fière de toi ? » La fillette eut la présence d'esprit de paraître désolée et je reniflais avec mauvaise humeur. « Non, ça ne va pas, à cause de toi. » Je ronchonnais et époussetais les paquets de neige collés à mon vêtement. « Boraür, sèche-moi et réchauffe-moi ! Et balance une boule de neige sur cette empotée aussi tant que t'y es. » L'entité n'accéda pas à ma dernière demande mais une vague de bien-être m'envahit, chassant toutes mes émotions négatives. Je fixai finalement mon regard sur les deux loustics. La nouvelle venue était très jolie, avec ses longs cheveux d'ébène, son visage aux traits délicats et ses vêtements soyeux. J'attendis le pincement de jalousie mais il ne vint pas, sans doute étouffé par la magie des lieux. Qu'est-ce que c'était chiant. « T'es qui d'abord ? Moi c'est Grendel. J'étais en train de faire passer des épreuves à Ihsan parce qu'il veut travailler pour moi. Mais je ne prend pas n'importe qui, il faut être très doué et suivre ce que je dis. Ça t'intéresse ? Il a déjà pris le rôle du chat, tu peux être Douceur si tu veux ! Je crois que j'ai du maquillage rose, attends. » Un instant plus tard, je sortais de mes poches un petit pot rempli de poudre d'un rose vif. « C'est du maquillage. Douceur est une éléphante, donc il faudra aussi que tu fasses comme si tu avais une trompe. On va essayer de te trouver une branche molle et on l'attachera à ton nez après. »

Message III | 897 mots
Je te laisse voir si Eiko accepte de se faire peinturlurer par Grendel, tu peux la jouer si tu veux pour ça :3


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Invité
Invité

avatar
Mer 16 Fév 2022, 11:48

Que votre Voeuh soit exaucéDjinshee & Elh

Avant de se concentrer sur ce qu'il venait de lui dire, Djinshee n'avait pu s'empêcher de considérer de la tête aux pieds celui qui les avait interpelées. Ce n'était pas n'importe qui ; c’était un Champion, de leur île par-dessus le marché. Ce n’était pas la première fois que Djinshee croisait Neah. Si l’opportunité ne s’était pas présentée lors de la Coupe des Huit, elle avait au moins eu cette occasion lors d’un Dîner. C’avait été bref, mais elle s’en souvenait très bien. Comment oublier ? A ses côtés, Elh avait des yeux ronds. Pour le coup, c’était la première fois qu’elle le rencontrait et la plus jeune était vraiment très impressionnée. Le rapport de taille devait jouer, Elh étant légèrement plus petite que lui tandis que Djinshee le dépassait largement, et ce même si l’on avait tendance à considérer ce genre de personnes comme plus grandes qu’elles ne l’étaient vraiment. Contrairement à son amie, Djinshee ne laissait pas autant paraitre une telle intimidation.

-Non, désolée je ne vois pas.

Elle questionna Elh du regard, pour qui il était impossible de détacher son attention de l'homme. Elle finit par secouer la tête, lui indiquant qu'elle n'en savait pas plus.

-Nous venons juste d'arriver. Compléta la plus grande.

Elle était surprise qu’il ait pu perdre son enfant. Comment avait-il fait son compte, ne l'avait-il pas surveillé ? Elle aurait cru qu’un Ange de sa trempe se montrerait irréprochable en tout point. D'un autre côté, qui était-elle pour juger ? Si elle avait été à sa place, cela aurait pu arriver. Heureusement, Djinshee n'en voulait pas. Les marmots la rendaient mal à l'aise, s'ils ne lui donnaient tout simplement pas envie de les jeter par la fenêtre. Par chance, elle n'en fréquentait quasiment jamais. Ses connaissances qui cherchaient à se multiplier étaient relativement rares.

-Mais nous y prêterons attention.

En voyant Elh faire, elle termina sa phrase par un sourire. Elle n'était pas très à l'aise. Pour y remédier, elle maintenait une grande partie de son attention sur la chaleur qui passait de son verre de vin chaud à ses mains. Un signe de tête en guise de salutation et les deux femmes reprirent leur chemin entre les stands divers et variés. Djinshee tournait la tête à droite et à gauche pour découvrir la nature de ce qu'on leur proposait de part et d'autre de l'allée. Elle sentait le regard de plus en plus pesant de son amie sur elle. Au bout d'un moment, elle finit par céder.

-Quoi ? Demanda-t-elle ennuyée.

Elle savait très bien ce que ces yeux signifiaient. Elh n'avait pas besoin de faire le moindre geste et Djinshee l'interrompit avant qu'elle ne lève un bras. Elle répondit sèchement à la remarque qu'elle n'avait pas encore exprimée.

-Non, je n'ai pas juste dit ça pour lui faire plaisir. On lui ramènera son gamin si on le croise.

Elh attrapa son bras, la forçant à se tourner vers elle.

-Quoi encore ? Je... qu... tu veux qu'on le cherche ?

La blonde acquiesça vivement. Elle ne plaisantait pas. Djinshee leva les yeux au ciel. En soi, ce n'était pas si ennuyeux. Elles n'avaient rien prévu de particulier durant leur séjour, alors elles avaient tout leur temps. Ce gosse ne devait pas être très loin et la tâche avait peu de chances d’être difficile. Seulement voilà, c’était un gosse. La rousse soupira.

-Bien. On va le chercher. Mais c'est Boräur et tu l'as dit toi-même : il ne peut rien arriver de mal sur cette île, alors on se détend. Ça aussi tu l’as dit toi-même. A tous les coups, ils l'ont déjà retrouvé.

Quand Elh eut donné sa confirmation, les deux Lyriennes reprirent leur marche, faisant davantage attentions aux personnes autour d'elles.

-Oui, on va s'arrêter demander si tu veux...

Les gens semblaient si généreux ici que ça ne serait pas très compliqué. Le garçon, de la façon dont on le leur avait décrit, avait un physique assez caractéristique. Quoiqu'avec toute cette neige, ses cheveux et ses ailes devaient relever d'un matériel de camouflage redoutable.

***

-C'est lui ?

Elh s'était immobilisée. Sa main vînt à son front : Je pense. Djinshee se reconcentra sur le petit. Un Ange blond platine, ça ressemblait effectivement à la description. Les deux femmes se rapprochèrent du groupe d'enfants.

-Hé.

Djinshee ne savait pas comment s'adresser à eux. Ils étaient jeunes. Cependant, elle était la seule à pouvoir le faire. Elle doutait qu'Elh parvienne à se faire comprendre aussi facilement. La Lyrienne désigna le petit garçon d'un mouvement de menton. Elle ne connaissait pas son nom. Son père ne le lui avait pas donné, ce qui aurait été pratique pour s'assurer de l'identité du gamin. Avec un peu de chance, il n’y en avait pas cinquante dans son genre.

-Je crois que ton père te cherche.

Hésitante, elle s'accroupit et les considéra un à un. Ils avaient de la neige dans les cheveux et sur leurs vêtements.

-Vous jouiez ensemble ?

La fille, ou le garçon – le clown – l’intriguait assez à cause de son accoutrement. Quant à la petite brune, elle était mignonne. Djinshee leur sourit brièvement. Elle voulait s'assurer que personne ne la prendrait pour une ravisseuse, car elle savait qu'elle n'inspirait pas souvent confiance aux premiers abords. Ceci fait, elle tendit une main vers celui qui l'intéressait.

-Bon, tu viens ? On va le rejoindre avant qu'il ne s'inquiète.


~897 mots~
Elh et Djinshee sont avec Ihsan, Grendel et Eiko.

Revenir en haut Aller en bas
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11273
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] - Médecin [Rang III] - Éleveuse de Vaches [Rang I] - Investisseur [Rang II] - Prêtresse d'Amsès [Rang I]
Mancinia Leenhardt
Mar 22 Mar 2022, 11:37


Illustration - Inconnu

Que votre Voeuh soit Exaucé


Il ne voulait pas paraître inquiet, mais Ihsan l'était. S'il avait envie d'être imperturbable, comme ses parents, son insouciance et ses craintes d'enfant revenaient vite sur son visage et le trahissait en s'exprimant sur ses traits. Si la petite fille l'avait tant surprit, la situation l'avait tant inquiété que l'Humain en avait oublié les propos de Grendel ... autrement, il lui aurait tiré les cheveux.

Je ne suis pas abîmé ... ! protesta-t-il.

Il ne réagissait pas vraiment à son débordement de violence verbale envers la nouvelle venue, assez secoué, mais ne pu qu'être émerveillée lorsque l'île réalisa ses souhaits. Plus ou moins.

Comment t'as fait ?!

Sa voix était admirative et ses yeux étaient remplis d'étoiles. Parce que oui, Ihsan restait un Humain. Il connaissait la Magie, uniquement parce que son Papa l'a pratiquait de temps en temps, mais ne ressentait ni le besoin de s'en servir, ni la tristesse de ne pas savoir le faire à cause de son statut d'Enfant de Sympan. C'était une habitude et il l'avait bien acquise. Néanmoins, que Grendel soit en mesure de l'utiliser seulement en exprimant ses envies était fascinant.

Tu es trop forte ! Hein, elle est trop forte ?

Il s'était retourné vers la seconde intervenante de leur groupe improvisé, ce qui ne l'empêchait pas d'être également ébloui de sa personne. Il n'avait jamais vu des cheveux noirs aussi lisses et soyeux, ressemblant à de délicats fils, équivalent à ceux que Momo utilisait pour réparer des tenues. Ceux de tonton Shapûr étaient hirsutes, au point que l'enfant soit habitué, mais même ceux de sa maman n'étaient pas ainsi. Il en oubliait d'être ridicule avec les couleurs dont l'avait affublée Grendel, mais il se disait que si son amie se chargeait de celle qu'il comparait à une poupée de porcelaine, elle serait d'autant plus jolie.

Je m'appelle Ihsan, dit-il dans un souci de confirmation avec ce qu'avait dit la Fae deux minutes avant. C'est quoi ton nom à toi ?

Ils restaient là, à discuter entre eux. Personne ne prenant réellement attention à eux. Quoi de plus normal que trois petits garnements qui s'amusaient en cette journée de festivités ? Même si quelques regards curieux pouvait observer Ihsan. Tous savaient, plus ou moins, que les Anges n'étaient plus en mesure d'avoir des enfants, ce qui voulait dire que lui, c'était un Enfant des Cieux, un Fils de Väaramar ... un Humain. Tous savaient, du moins les habitants de Boraür, que la Prophétesse d'Ësse'Aellun était sa mère. Ils ne prenaient seulement pas attention, car ce dernier semblait être avec des amis. Lui, il se devait de patienter, comme un gentilhomme. Il observait, trouvant les gestes experts de l'une et la tranquillité de l'autre presque admirable. Serait-il envieux ? Pouvait-il être comme elles, doué et paisible ? Ses parents lui disaient souvent qu'il serait tout ce qu'il voudrait. Donc, ça devait-être possible ? Grendel était encore en pleine préparation lorsque des adultes vinrent à leur rencontre. Ihsan cligna des yeux lorsqu'on compris que la conversation tournait autour de lui.

Mon papa ?

Ah ! Son visage trahi sûrement une expression mêlant surprise et compréhension ... Mais oui, il n'avait pas averti ses parents avant de partir ! Ils lui avaient bien dit de toujours resté près d'eux, de Momo ou dans leur champ de vision. Roh là là, il allait se faire gronder, c'était sûr !

On joue à qui travaille pour Grendel ! déclara-t-il en levant le bras. C'est amusant, c'est comme fait ma maman quand elle discute avec des gens !

L'Humain était trop jeune pour savoir ce qu'était un entretien d'embauche, de plus, il n'était pas sûr de vouloir suivre une nouvelle inconnue, maintenant qu'il était conscient que son père était à sa recherche ... Ceci dit, il ne savait pas où se rendre non plus.

Nous allions aller danser ! décréta l'Enfant des Cieux. Grendel veut voir comment je danse et il y a une célébration au Temple d'Ésé Alune, mes parents y seront !

Ce devait être un petit génie dissimulé ... Voilà qu'il venait de trouver un bon moyen de ne pas se séparer de Grendel, d'être avec une adulte et de retrouver ses parents dans la même heure. Un sourire illumina ses traits, visiblement ravi de l'idée, même si de base, ils étaient à la recherche de quelqu'un.

Je suis sûr qu'elle viendra ! dit-il à la Fae. Si elle aime la danse, elle viendra voir ma maman !

Parce que sa maman était la meilleure ! Ihsan bombait le torse en tapant son petit poing dessus, avant de déclarer avec fierté ;

Et j'te montrerai de quoi j'suis capable !

Post IV - 775 mots | Ihsan est avec Grendel, Eiko et Djinshee.


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhard
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Sam 09 Avr 2022, 17:48

[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Pdpx
Grendel le Démon qui kidnappe Ihsan
Que votre Voeuh soit Exaucé
Ihsan & Grendel



La fierté gonfla en moi comme le jabot d'un coq. « Bien sûr que je suis forte ! » Fis-je en roulant des yeux sur le ton de l'évidence, mais je sentais mes joues chauffer de contentement. Brave petit. Qui plus est, j'appréciais qu'Ihsan ne se détourne pas de moi à la faveur de la maladroite gamine aux cheveux de jais. Habituellement, les enfants se tournaient naturellement vers ce qui était beau, et la nouvelle venue était indubitablement d'une beauté toute exotique et fascinante, qui me donnait envie de crever de haine et de hurler à la mort tant le monde était injuste. Par réflexe, cette fille me déplaisait fortement. Il était paradoxal pour quelqu'un comme moi de juger à l'apparence mais c'était plus fort que moi. De toute façon, je n'avais jamais cru à ces sornettes de beauté intérieure, pour la simple et bonne raison que ma propre apparence était en parfait accord avec la mocheté de ma personnalité. Je n'étais que rancœur et pestilence, laideur et sournoiserie. Bref, j'étais une Sorcière, mais petite et moche. Mertle aurait approuvé, je pouvais me glisser ni vu ni connu parmi ces bouffeurs de morts, ils n'y auraient vu que du feu. D'ailleurs, c'est drôle car Amestris avait réellement eu chaud aux fesses. Où était-ce dans le futur ? Boraür était un lieu tellement à part que je m'emmêlais dans les fils complexes du temps, sans vouloir me prendre pour un Rehla, dont je ne connaissais pas l'existence.

Appliquée à saupoudrer de rose cochon la bouille de la mignonne petite Eiko, je me faisais un plaisir de masquer ses adorables traits sous l'épaisse couche de maquillage. Je m'étais même amusée à séparer ses cheveux en deux pour les remonter en deux gros arcs - l'idiote m'avait gentiment prêté deux éventails, contribuant ainsi à s'enlaidir - quand deux personnes s'immiscèrent dans notre cercle très fermé. Je n'aimais pas beaucoup ceux qui s'invitaient sans la moindre gêne, c'était mon rôle en général. D'abord cette gamine qui débarquait en les aspergeant de neige, maintenant les adultes. Et dire qu'on était supposés s'amuser sur Boraür. Je me renfrognais en levant les yeux sur la femme aux cheveux de feu, et à l'espèce d'ombre frêle à ses côtés qui nous observait sans rien dire. L'air hargneux, je les apostrophai en plaçant mes poings sur les hanches. « De quoi j'me mêle ? On t'a pas sonnée la rouquine. Et non, on ne joue pas, c'est extrêmement sérieux, même si je constate que cet âne nain voit les choses autrement. D'ailleurs mon coco, va falloir retravailler ton sens professionnel, ça va pas du tout. À ce rythme, tu vas finir chômeur, à vivre à cinquante ans encore chez papa et maman, c'est ça que tu veux ? » La colère grimpait en moi et je jetai brusquement pinceaux et boitiers de maquillage sur la neige avec rage. Mon index vint heurter avec force le torse d'Ihsan et je le repoussai à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il trébuche en arrière. « C'est ça. Cours voir papa, espèce de petit poltron. » Le surplombant de toute ma hauteur, je gonflai la poitrine pour me donner encore plus d'envergure. « J'ai changé d'avis. Je refuse ta candidature. Et celle de ta chérie aussi. » Depuis quand Eiko était devenue sa chérie dans ma tête ? Sans doute depuis son arrivée et la naissance de la jalousie en moi en voyant son visage parfait et sa gentillesse toute mignonne, tant de perfection, c'était tout simplement infernal et je ne pouvais tolérer ce spectacle plus longtemps. Mieux valait tout de suite briser les liens qui me liaient à Ihsan, avant de souffrir lorsqu'il déciderait que la petite fille était mieux que moi à tous les niveaux. Personne ne se débarrassait de moi. C'était moi qui virais ceux qui me contrariaient, moi qui était décisionnaire. « Le Cirque ne voudra jamais de vous deux. Vous n'avez rien d'exceptionnel, et le maquillage vous va très mal. Toi, tu ne sais même pas te mettre à quatre pattes pour imiter un chat, et toi, tu ressembles plus à un cochon qui a vécu deux saisons de famine qu'à Douceur qui est une adorable et rondelette éléphante. Vous me dégoûtez. » Sur ces mots, je les plantai là et revint sur mes pas, le nez en l'air et un sourire satisfait étirant mes lèvres peintes. Pour qui se prenaient-ils ces misérables vers de terre ? Ils avaient de la chance que nous soyons sur Boraür, j'aurai certainement tenté de leur planter mon couteau dans le ventre autrement.

Message IV | 793 mots
Du coup j'ai décidé que Grendel avait maquillé Eiko comme un éléphant. Les absents ont toujours tort 8D
Et elle se casse parce qu'elle en a marre que Boraür tempère ses ardeurs.


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Invité
Invité

avatar
Dim 10 Avr 2022, 12:48

Que votre Voeuh soit exaucéDjinshee & Elh

Djinshee avait arrêté de tendre la main comme une idiote dès lors qu'elle avait compris que le garçon ne la prendrait pas. Elle ne savait pas s'il ne fallait pas s'en préoccuper ou si au contraire, cela montrait à quel point elle était nulle pour s'occuper de gnomes. Faute de savoir quoi faire, elle écouta attentivement les explications du petit. Cela lui fit froncer les sourcils.

-... A... Ah oui ?

Elle ignorait à quel point les paroles d'un enfant en bas âge étaient fiables. Dans la vie, il y avait deux camps : ceux qui affirmaient qu'ils ne disaient que la vérité et les autres, qui prétendaient qu'ils ne tenaient que des propos mensongers et incohérents. Officiellement, Djinshee ne prenait pas de parti quant à ces deux théories. Néanmoins, elle avait tendance à accorder davantage de crédit à la seconde.

Elle leva un regard curieux en direction du clown. Jouer à qui est l'esclave de qui n'avait rien d'un jeu, selon elle et son avis d'adulte trop endurci. Néanmoins, elle ne trouva rien à y redire sur le moment. Le gamin n'avait pas l'air traumatisé pour un sou. Peut-être qu'elle avait mal interprété ses paroles... Si la question de la véracité de leur propos se posait, leur capacité à décrire et expliquer des situations, toutefois, était assurément déplorable. Surtout à cet âge-là, alors qu'ils venaient à peine d'apprendre à parler. Un regard en direction d'Elh l'informa que c'était tout de même curieux, mais pourquoi pas.

Son attention se reporta ensuite sur le clown. Aussitôt, Djinshee se redressa pour considérer l'insolent de toute sa hauteur. Ce nain était sur l'offensive, un peu comme ces chihuahuas qui hurlaient sur tout le monde mais avaient une apparence de rat dont une pichenette suffisait à briser toutes les côtes. Heureusement pour lui, l'effet de surprise avait joué en sa faveur et la Lyrienne ne le trouva pas aussi ridicule que ces chiens à sa mémère. Naturellement, son agressivité lui donnait envie de faire pareil. L'air s'échauffait déjà un peu autour d'eux.

-Oh, tu vas te calmer, oui ? Gronda-t-elle, les bras croisés. Pour qui tu te prends ?

Elh fit un pas en avant, prête à intervenir si la situation dégénérait. Elle lançait déjà un regard plein de reproches à son amie et à l'insolent. Elle était venue sur Boräur exactement pour éviter tout ça. Ils étaient supposés s'amuser et se détendre ici, pas l'inverse. Pourquoi fallait-il forcément que ça ne se passe pas comme prévu ?

-Si ce n'est pas un jeu, ça ne devrait pas exister. Ce sont des gosses, pas tes larbins. T’as quel âge d'ailleurs ?

Le plaisantin devait être plus âgé et mâture qu'il n'en donnait l'air. Djinshee ignorait de quel peuple il faisait partie, mais à l'entendre, il s'agissait d'un petit Démon. Ça expliquerait aussi on apparence grotesque.

-Laisse-les tranquille.

Elle sentait que cet ordre n'avait aucun impact lorsqu'elle le prononçait. D'habitude, pour faire taire ses opposants, les confrontations étaient plus physiques ou magiques. Les échanges verbaux avaient souvent besoin d'être accompagnés du non-verbal. Néanmoins, le lieu n'était pas propice à lancer davantage d'hostilités.

-C'est ça, qu'on ne te voit plus.

Que le fauteur de trouble parte de lui-même était la meilleure chose qui pouvait arriver. Djinshee attendit que celui-ci fut suffisamment loin pour se détendre.

-Vous allez bien ? Demanda-t-elle aux deux enfants. En même temps, Elh faisait quelques signes à leur attention. Elle s'appelle Elh. Moi Djinshee. Elle vous demande comment vous vous appelez. Elle rajouta : Elh est muette, donc elle communique avec des signes. C'est normal.

Elle espérait qu'ils comprendraient. Avant que le village ne commence à la connaitre, sur Sülh, on lui avait lancé pas mal de regards curieux. Elle avait même subi des moqueries. Ça n'avait pas été une période très facile. Elh se rapprocha de la petite Orine.

-Elle te demande aussi si tu veux qu'on t'aide à te débarbouiller.

Tout ce rose sur son visage ne lui faisait pas honneur et elle avait oublié qu'il suffisait de demander à l'île pour que le vœu se réalise.

-Bon. Si j'ai bien compris, on va au temple ?

En espérant que le départ du clown ne les ait pas contrariés au point qu'ils changent d'avis. Car encore une fois, les enfants étaient des êtres incohérents. Et oisifs. Et impulsifs. Djinshee espérait qu'ils ne feraient pas d'histoires, afin de régler le problème au plus vite. Faire la nounou, c'était très peu pour elle. Le temps qu'elle avait consacré à ces enfants était déjà supérieur à tout ce qu'elle ferait dans sa carrière.

-On y va ?

Encore un peu et ils allaient commencer à prendre froid.


~897 mots~
Elh et Djinshee sont avec Ihsan, Grendel (au-revoir) et Eiko. Self-control.

Revenir en haut Aller en bas
Mancinia Leenhardt
~ Humain ~ Niveau IV ~

~ Humain ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 11273
◈ YinYanisé(e) le : 01/05/2015
◈ Âme(s) Soeur(s) : Neah Katzuta | Ange | Compagnon
◈ Activité : Joaillière [Rang IV] - Médecin [Rang III] - Éleveuse de Vaches [Rang I] - Investisseur [Rang II] - Prêtresse d'Amsès [Rang I]
Mancinia Leenhardt
Lun 11 Avr 2022, 20:42


Illustration - Inconnu

Que votre Voeuh soit Exaucé


Pendant qu'il patientait derrière les deux demoiselles en tanguant sur ses appuis, Ihsan était en train de se dire que le maquillage de Grendel semblait moins appliqué que le sien, mais c'était sans doute en raison de son inquiétude. Ils cherchaient son amie et avaient été interrompus en de multiples occasions, l'impatience devait certainement guider ses gestes, mais l'intervention d'une adulte ne semblait guère lui convenir non plus et cela attisa sa colère qui ne manquât pas de surprendre l'Anmain.

Mais ...

Il n'eut guère le loisir de réellement protester devant la situation, la trouvant très injuste. Il avait pourtant fait de nombreuses choses pour lesquelles la jeune fille l'avait complimenté, son retournement de veste lui parut alors soudain et inexplicable, mais ce dernier était trop choqué pour répondre avec colère. C'était son sang Humain, il refusait de se laisser faire ! Pourtant, en cette occasion, ce fût la nouvelle intervenante ne manquât pas de mettre son grain de sel, tandis qu'il se retournait vers la petite fille pour la rassurée, une main sur son épaule.

Ne l'écoute pas, Eiko, elle est simplement en colère parce que son amie s'est perdue.

Il ne désirait pas que celle-ci soit soudainement triste devant les réactions de sa nouvelle camarade, même si elle méritait juste d'être boudée. Puis, Grendel disparu, tournant les talons sans demander son reste et en les laissant là. La morsure de la trahison lui piqua le coeur, mais il refusait de pleurer. Il était grand, maintenant.

Je suis Ihsan, dit-il en se présentant comme tel.Et elle, c'est Eiko. On vient de se rencontrer !

Et comme si l'île l'entendait, agissait sur son esprit avec des chuchotements apaisants, un sourire revenant illuminer son faciès, avant de regarder la dénommée Elh avec un regard curieux.

Ça veut dire que tu ne sais pas chanter non plus, alors ?

Les enfants et leurs questions, souvent idiotes. Il essayait de suivre le rythme de ses mains, mais ne parvenait pas à comprendre le langage codé qui en émanait.

Non, moi, ça va ! dit-il en secouant la tête.

Si Ihsan en voulait à Grendel, il aimait son maquillage, avant de confirmer d'un signe de tête énergique son envie d'aller retrouver ses parents.



Entourée d'un petit comité, la Prophétesse d'Ësse'Allun semblait appartenir à un autre monde. Elle avait échangé ses habits de bordeaux et de blanc pour ceux ayant un coloris bleu et argenté, en hommage à l'Aether dont elle serait la représentante au cours de la célébration nocturne. Si on doutait encore de son rang, ses bijoux d'argent et perlés l'indiquait. Et si elle souriait et se montrait confiante, son estomac était retourné avec la main glacée de l'inquiétude de ne pas avoir son fils dans son champ de vi ...

Maman ! Maman ! Mamaaaaan !

Peu importait à Mancinia d'être entourée d'une foule bruyante et envahissante, elle aurait reconnu la voix de n'importe lequel de ses enfants parmi elle.

Ihsan ! s'exclama-t-elle en se retournant. Mais qu'est-ce que ... ?

S'arrêtant dans sa tirade, l'Humaine le dévisageait quelque peu, ne s'étant pas attendue à le voir ainsi accoutré. Toutes ses appréhensions s'étaient envolées sous le bonheur de le revoir en bonne santé, mais une centaine d'interrogations l'avait remplacée. Ils étaient nombreux à s'être ôté de son chemin, la laissant progresser à grandes enjambées dans sa direction, avant que Mancinia ne se penche et ne saisisse ses deux épaules. Un geste qu'elle avait vu des centaines de fois de parents inquiets et qu'elle reproduisait aujourd'hui, comme dans un cycle perpétuel.

Où étais-tu ? Tu sais que tu n'as pas le droit de partir ! Sais-tu à quel point on s'est inquiété, ton père et moi ?

Ihsan eu les yeux ronds, se sentant soudainement honteux.

Idril et Momo ont été tristes aussi !

Monika avait été à deux doigts de s'évanouir. Deux secondes d'inattention. Deux. Idril rouspétait surtout de ne plus voir son Jumeau dans les environs. Ihsan baissait les yeux.

Pardon, maman. Je ... J'ai pas su retenir Grendel.

Mancinia penchait la tête sur le côté. Grendel ? Serait-elle une des filles de Boraür ? Voulait-il s'amuser avec d'autres enfants ? Il était vrai que ses cadets n'en avaient pas toujours l'occasion. Elle poussait un léger soupir, sa nervosité et ses inquiétudes avaient disparues, en partie, car celle de son époux demeuraient bien présentes ; Neah devait encore courir dans les moindres recoins.

Quand papa reviendra, tu devras lui faire le plus gros câlin du monde, d'accord ?
Oui, maman !

Un soupir discret s'échappait de ses lippes, tandis qu'elle observait son fils visiblement heureux. Boraür ne lui permettait pas d'entrer dans une colère noire et elle ne permettrait pas à l'enfant d'être triste plus de quelques instants. En se redressant, Mancinia regardait les deux femmes qui lui avait mis la main dessus et ...

Mais ... C'est vous !

Post V - 810 mots | À nos retrouvailles attendues


[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé Chriss10
Art by Chrissabug

Meuh:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38147-mancinia-leenhard
Invité
Invité

avatar
Lun 25 Avr 2022, 23:02

Que votre Voeuh soit exaucéDjinshee & Elh

Elh et Djinshee marchaient, l’enfant à leurs côtés. C’était assez silencieux. La première gardait un œil quasi-maternel sur le petit, tandis que la seconde se contentait d’aller droit devant. Djinshee redoutait un peu ce moment. Celui où elle allait rencontrer la mère du gamin. Elle n'avait pas vu Mancinia depuis longtemps, très longtemps si elle omettait cet étrange Dîner où elles s'étaient rapidement entrevues, sans à peine échanger. Elh avait bien conscience de la nervosité de la plus grande, même si elle n'en comprenait pas la raison. Ce qu’elle savait en revanche, c’était qu’elle tenait ce genre de stress dont le seul remède était la tranquillité. Rien ne servait donc de l’interpeler.

Arrivés à destination, les deux femmes regardèrent Ihsan se jeter dans les bras de sa mère. Elles restèrent à l'écart. Djinshee ne souhaitait pas s'impliquer davantage après ce "sauvetage", non seulement parce que ce genre de mission ne méritait pas que l'on s'attarde davantage dessus à son avis, mais aussi parce que... eh bien c'était Mancinia. Cette femme avait bien changé depuis leur première rencontre. Fatalement, c'était aussi le cas de la Lyrienne. Néanmoins, elle ressentait l'écart colossal qui s'était creusé entre elles. S'il était déjà énorme à l'origine, le seul fait de la regarder suffisait à comprendre que l'Humaine avait vingt fois plus évolué qu'elle. A présent, cette dernière était renommée, respectable. Au contraire, Djinshee s'était de plus en plus isolée dans son archipel et avait abandonné nombre de ses ambitions. La différence était tellement claire que ça la titillait. Evidemment, son égo prenait un coup de poignard dans le ventre. Et évidemment, ça l'agaçait un peu. Heureusement, Boräur était ce qu'elle était. C'était également l'île qui épargnait les deux Lyriennes de la faucheuse qu'était l'Anti-Magie. Elh n'y avait jamais été confrontée et Djinshee se souvenait très bien de la puissance de l'Humaine – qui avait probablement encore augmenté depuis. L'effet était aussi étouffant qu’un manque d'air : il fallait rester concentré et respirer doucement pour ne pas paniquer et croire qu'on était sur le point de mourir. Pour Djinshee, c'était accompagné d'une sensation de froid, comme les conséquences d'une mauvaise circulation sanguine.

-Bonjour.

Malgré les années, Djinshee ne savait toujours pas comment réagir face aux situations de ce genre. Elle qui appréciait une certaine façon de faire, elle se retrouvait à chaque fois noyée sous le flot de ses pensées. Le feu, qu'elle parvenait plus ou moins à contrôler en temps normal, sortait de son foyer et devenait ingérable. Et généralement, la seule réponse qu'elle trouvait à cela était de se figer. En revanche, elle devenait facilement irritable. La moindre faille devenait une issue pour son brasier intérieur, une source d'oxygène pour proliférer encore plus. Ce qui rendait la situation embarrassante était qu’elle se souvenait parfaitement de la manière dont elle s'était comportée les premières fois. Jeune, stupide, et excessivement méfiante. Si elle avait pu croiser sa « elle » du passé, elle n'aurait pas hésité à lui coller quelques claques.

-Ca faisait longtemps.

La Lyrienne baissa les yeux vers l'enfant. Elle voyait Elh s'agiter du coin de l'oeil. Celle-ci lui reprochait de ne lui avoir jamais parlé de sa rencontre avec l'Humaine. Il était vrai que Djinshee avait dû l'omettre. Mais comme elle venait de dire, cela faisait longtemps.

-Nous l'avons retrouvé en train de jouer.

Était-ce nécessaire de préciser qu'il s'était retrouvé en douteuse compagnie ? A son avis non. De toute manière ils étaient sur Boräur, n'est-ce pas ? En théorie, rien de mal ne pouvait arriver ici, alors son jugement personnel n'avait pas trop de valeur. Le principal était que tout soit rentré dans l'ordre.

-Voici Elh. Mon amie. Dit-elle en se décalant un peu sur le côté pour lui offrir plus de place.

Celle-ci inclina légèrement la tête en guise de salutation. La blonde était réellement impressionnée et honorée. Même si chez eux, les Humains n'étaient pas très appréciés. Quand ils naissaient au sein de leur peuple, ils s'en débarrassaient systématiquement. Officiellement, ceux-ci rejoignaient les habitants du Désert, ou n'importe quel autre territoire – ça ne les intéressait pas particulièrement du moment que c’était dehors – mais officieusement, chacun avait un peu sa méthode. Toutefois, il ne fallait pas oublier que le fiancé de celle-ci les avait honorés durant la Coupe des Huit. Pour leur peuple, qui ne s'exprimait pas tant sur la scène internationale, cela signifiait beaucoup.

-Qu'est-ce que vous faites ici ?

Elle avait évidemment connaissance de la notoriété de l'Humaine – et de son Ange – sans même s'être particulièrement informée. Néanmoins, elle préférait se concentrer sur leur actualité à eux plutôt que la sienne.


~762 mots~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[RPPT] Que votre Voeuh soit Exaucé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Événement - NaNoWriMo] Que votre Voeu soit Exaucé
» [RPPT] - Le Rêve qui crée le doute, le Rêve qui révèle, le Rêve qui exauce
» Que la lumière soit (Eilam)
» Que la lumière soit [Solo]
» Louée soit la Lune [PV Béluas]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Mers :: Mers - Ouest :: Mer de la Méduse :: Boraür-