-33%
Le deal à ne pas rater :
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur rapide
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Louée soit la Lune [PV Béluas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Dim 16 Fév 2014, 16:44


Le chant de la forêt s’était tu à mesure que le soleil se couchait derrière l’horizon. La faible lumière du crépuscule avait laissé place à la pâle clarté de la lune qui était venu relayer l’astre du jour pour éclairer sa bien-aimée, la terre. La lune était pleine ce soir, ce qui marquait la fin d’un cycle pour les béluas. La déesse venait s’approcher d’eux pour recueillir leur amour, pour entendre leurs prières et leur donner la force d’affronter les épreuves qu’elle leur enverrait dans le cycle qui suivrait. Elle guiderait leur pas, leur rappelant à tous la place que devait avoir la nature dans leur cœur, leur rappelant à tous l’attention toute particulière qu’ils devraient poster à l’esprit qu’elle avait placé en eux. Certains béluas parmi les plus puissants de leur race avaient une relation fusionnelle avec leur totem, parvenant à faire appel à lui quand ils le souhaitaient, pouvant coller leurs deux esprits en méditant, mais certains autres, parmi lesquels figuraient Abel, avaient une relation plus conflictuelle. Les esprits animaux étaient sauvages et indomptés, et il fallait parfois de longues années avant de se faire accepter par eux. C’était une nuit importante pour les béluas, et Abel ne l’avait que trop attendue.

Le bélua avait les yeux rivés vers le ciel, vers la mère de son peuple, partagé entre la contemplation de sa beauté et le travail qu’il faisait en lui pour tenter d’atteindre son totem, qui pour l’instant restait silencieux. Mais on disait que lors des cérémonies de son peuple, la déesse appelait l’animal à se manifester, à communier avec son réceptacle, à lui dire ce qu’il attendait de lui. C’était la première fois qu’Abel participerait au rituel de manière active. Oh, il avait assisté à nombre d’entre eux auparavant, il avait même aidé à en organiser un, ce qui lui avait donné le droit de siéger au milieu des gardiens de Phoebe, mais cette fois ci, c’était différent. Le bélua était un petit peu inquiet, ne sachant pas réellement comment son totem allait réagir quand la déesse le ferait se manifester. Son contrôle sur lui avait été jusque-là très relatif, l’animal semblant prendre le dessus quand et aussi souvent qu’il le désirait, et il espérait bien parvenir à mieux comprendre son esprit animal. Ce n’était que par ce biais qu’il pourrait un jour rejoindre les gardiens de Phoebe. Peut-être même qu’il aurait l’occasion de rencontrer la reine Ophalee. On disait qu’elle prenait parfois part aux rituels, montrant la magnifique louve qui l’habitait aux chanceux qui étaient présent. Un jour, il la verrait, il en était certain.

Alors que la lune se levait peu à peu, des béluas sortaient de la forêt, commençant leur ascension du rocher. Les passages entre les immenses parois de pierre qui jalonnaient les lieux étaient connus de tous ici, et Abel prit la suite d’un groupe qui se dirigeait vers le sommet. Il leur fallut plusieurs dizaines de minutes pour y arriver, mais le jeu en valait la chandelle. La vue était magnifique… Les forêts qui bordaient le rocher semblaient le transformer en un récif solitaire au milieu d’une mer en furie, le vent soufflant faisant vibrer la canopée dans de grandes vagues qui venaient s’écraser contre la pierre avant de repartir au loin. Tout le territoire des béluas était visible depuis leur piédestal. Quel plus bel endroit pour célébrer leur amour pour cette nature qui s’étendait tout autour d’eux à perte de vue, bercée par la douce lueur de leur déesse ?

Plusieurs béluas étaient déjà présents au sommet du rocher, parmi lesquels une jeune fille de Phoebe aux yeux violets et aux airs félins à côté de laquelle vint se placer Abel en la saluant d’un petit sourire discret. La tension était palpable dans le cœur du bélua qui continuait de sonder son cœur à la rechercher de son totem. De toute manière, il allait bien devoir se manifester. Il n’y avait qu’à espérer que tout se passe bien…
Au loin, le long hurlement d’un loup se fit entendre. La déesse leur signalait que tout était prêt. La cérémonie allait pouvoir commencer.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 16 Fév 2014, 18:47


Alexie avait enfin trouvé quelques réponses au sujet des nouveaux pouvoirs qu'elle développait, et de ses nouvelles responsabilités en tant que futur Maître du temps. Bien sur, pour le moment elles n'étaient pas nombreuses, elle n'avait passé que deux étapes, mais elle savait désormais où se trouvait son objectif. Désormais, elle n'était plus perdu, mais avait encore beaucoup à faire. En tout cas, grâce à son nouveau statut, elle acceptait de mieux en mieux les responsabilités, qu'importe lesquelles. Et en plus d'accepter son nouveau titre, elle commençait enfin à accepter celui d'enfant de Phoebe, alors qu'elle l'avait depuis plusieurs mois déjà. Bon, elle savait qu'il ne lui serait pas réellement d'une grande utilité, ceux prenant la voie du temps n'ayant pas le droit à un important rôle politique. Ca ne la gênait pas vraiment, mais elle mûrissait et c'était  mieux ainsi.

Afin d'être un peu plus proche de la race des Béluas, la jeune femme s'était décidée à aller au rocher au clair de lune, lorsque cette dernière serait pleine. Elle savait que c'était un rituel important, et qu'elle avait le droit d'y participer. Elle avait un seul souvenir, très flou d'une cérémonie, mais à ce moment, elle était dans la forêt, car à ce moment, sa mère était considérée comme une traite. Durant ses moments de liberté, Alexie avait souffert de cette réputation, retombant sur la fille qui n'avait pourtant rien fait. Mais Ophalee l'avait blanchi, et elles s'étaient même rencontrées. Enfin, les Totems n'avaient pas vraiment aimé la manière dont Alexie s'était adressée à leur Reine, mais elle ne changerait sûrement jamais sur ce point, un esprit bien trop libre et indépendant pour vouvoyer quelqu'un.

Enfin, ce n'était pas le sujet du jour. La Bélua était arrivée, légèrement en avance, la lune se levant tout juste. Elle regarda le sommet du rocher, avant de commencer à grimper souplement, d'autres Béluas faisant de même. Elle tentait de le cacher, mais en réalité, elle était plutôt stressé. Certains présent se souviendraient probablement de la traîtrise de sa mère, et, bien qu'elle est été gracié, lui rejetteront la faute dessus. Mais, s'ils commençaient à lui lancer des piques, elle devrait garder son calme, car nulle dispute ne devait avoir lieu lors de ces cérémonies. Mais avec son caractère impulsif, se serait difficile. Seulement, elle ne devait pas leur donner raison, et rester impassible.

Alexie termina son ascension du rocher, et observa autour d'elle. Il n'y avait que peu de personne, et chacune restait dans son coin. Préférant observer pour le moment, elle partit s'appuyer contre un rocher, les bras croisés sur la poitrine. Elle resta immobile jusqu'à ce que la lune se soit réellement levée. Les Béluas commençaient à venir en grand nombres, et, pour avoir une place sans devoir pousser tout le monde, elle s'avança vers le centre, montrant ainsi qu'elle serait une participante active et non une simple observatrice. Il y eut quelques murmures, mais personne ne protesta, tout le monde sachant très bien que cette réunion était trop importante pour qu'un Bélua se fasse passer plus haut que son rang. A ce moment, un jeune homme aux cheveux noirs vint se placer près d'elle, ce dernier semblant tout aussi stressé qu'elle, ce qui eut pour effet de la faire rire. Au moins, elle n'était pas la seule paumé à ne pas savoir quoi faire. Bon, peut-être qu'il était un peu plus au courant des us et coutumes. Au final, elle aurait peut-être du écouté un peu plus ce que lui racontait sa mère au sujet de la race plutôt que de courir dans les bois... Mais en y réfléchissant, elle n'aurait jamais suivit de toute façon.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 17 Fév 2014, 10:03

Avril avait batifolé aux abords de la forêt toute la journée, avec son fidèle loup. Elle s'était levée avec les rayons du soleil, et avait dès lors témoigné d'une vigueur et d'une énergie hors normes. Lorsque la nuit se mit à tomber, ses soupçons se confirmèrent: parmi les étoiles, minuscules diamants dans l'infini de l'univers, il y avait cet astre étrange, et fascinant, éclairant la plaine mieux encore que le soleil lui-même. La lune -c'était sous ce nom qu'elle était le mieux connue- projetait sur le monde ses reflets argentés, elle était immense, et ronde, touche de perfection dans la nuit sombre et inquiétante. Avril l'observait tout les soirs, attendant avec impatience le moment où elle se montrerait sous sa plus belle face, ronde et brillante, bleu cristallin. L'astre semblait danser avec la nuit, et, sans qu'elle ne put l'expliquer, la Bélua était véritablement fascinée par sa présence.

Cependant, ce soir, c'était comme différent, plus intense encore. La demoiselle, du haut de ses 16 ans, ne s'était transformée qu'une seule fois dans sa courte vie, et c'était au lendemain de la dernière nuit comme celle-ci, (qu'elle appelait lune-ronde). Désemparée, elle avait mis quelques jours à reprendre forme humaine, et depuis, sa forme animale lui manquait. Peut-être y avait-il un lien entre sa condition et la clarté de cette déesse de la nuit? Peut-être l'incident avait-il réveillé en elle un désir immuable de fusion avec cette lune? Elle ignorait pourquoi, mais elle avait envie de se rapprocher encore de la lumière divine de l'astre, approcher au plus près, jusqu'à le frôler du bout des oreilles. Elle ne connaissait que trop bien la région, et savait exactement où se rendre: le grand rocher. C'était le point culminant du lieu, elle était à quelques kilomètres, si elle se dépêchait, elle pourrait sans doute observer la lune d'encore plus près.

Elle courut à toute jambes, suivie par son loup, sur qui l'astre avait encore plus d'influence. Elle était essoufflée, mais courait encore, trop obnubilée par la connaissance. Lorsqu'elle fut à quelques mètres de l'endroit, elle stoppa net sa course. Jamais encore elle n'avait vu un tel rassemblement de personnes, et pourtant, sous ses yeux se tenaient peut-être une vingtaine de silhouettes, se rendant toutes là où elle voulait aller. Plissant les yeux, elle se rendit vite compte que la plupart de ces silhouettes était à moitié animales, comme elle. Elle distinguait en effet des oreilles pointues, des ailes d'oiseau, des moustaches et des crocs à tout va. Loin de la rassurer, cette affluence de monde la stressa d'avantage. Et s'ils étaient dangereux? Elle planta son regard sang dans les yeux azur de son compagnon, qui hérissait déjà le poil. Que faire? Cette envie de communier avec la lune était encore plus forte maintenant qu'elle était près du but, mais, elle qui ne connaissait absolument personne, ne prenait-elle pas un immense risque en se fondant dans la masse?

Comme bien souvent, c'est la curiosité qui l'emporta sur le bon sens. D'un geste de la main, elle ordonna à Venöe de rester au pied du rocher, puis, remontant sa capuche sur ses oreilles de renard et ses cheveux vermillons, elle avança d'un pas hésitant, s'assurant de toujours garder quelques mètres de distance avec les autres béluas. Le sang battait dans ses tempes, elle ne s'entendait plus penser. Le bruit émanant du haut du rocher ne trompait pas: ils étaient très nombreux. Le trajet lui parut s'éterniser, elle avait peur, d'ailleurs si l'un des êtres à proximité avait un instinct animal développé, il aurait tout de suite su qu'Avril était morte de trouille, elle devait sentir la peur à plein nez. Une fois arrivés, chacun sembla se diriger vers la place qui lui incombait, tous savaient où aller. Mais pas l'adolescente, elle était perdue, étouffée dans la foule. Elle alla se poster plutôt loin du centre, son instinct lui signalant que plus on se rapprochait du centre du cercle, plus on trouvait de Bélua puissant et influents. Elle resta debout, n'osant pas faire le moindre geste qui aurait pu être mal interprété. Elle observait. Tout le monde semblait attendre, quelque chose, ou quelqu'un d'important. Levant le nez vers la lune, elle sourit. La pureté de l'astre lui avait permis de recouvrer une part de sérénité. Il n'y avait aucune raison que les choses se passent mal non? D'ailleurs, qu'allait-il donc se passer?

Résumé::
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 19 Fév 2014, 21:18

Je regardais Salehm avec une lueur d'incertitude dans la voix j'avais peur. Peur d'un tas de ruc mais plus particulièrement de ma nouvelle race. Je n'étais Belua que depuis quelques mois. Je regardais ce monde avec un regard neuf. Mais, comme avec les sorciers, j'étais vus comme une étrangère. Un monstre. Du moins c'était comme ça que je me sentais, et c'était comme ça que je voyais le regard des autres couler sur moi. Nous étions non loin du fameux rocher au clair de lune. Je le regardais avec une certaine fascination mêlé d'un peu de crainte.

« Tu es sûr que je peux y prendre place ? Que j'y ais ma place ? »

J'avais peur. C'était idiot. Je ne craignais pas monstre et merveilles... Mais j'avais la frousse de me retrouver en compagnie de mes semblables. Je vivais avec la meute. Et on m’apprenais petit à petit à me comporter, à me sentir réellement Belua si j'osais dire. Il me tapota la tête puis me répondis d'une voix amusée.

« Ho mais ne t'en fais pas Ember, ils ne sont pas tous aussi... Conservateurs, et puis c'est très important comme réunion, tu verras je suis sûr que tu trouveras ça très intéressant. »

Le jeune Belua connaissait les pratiques que moi j'ignorais. Il était sang pur et moi j'étais Belua monstre. Je le suivais sans un mot, doucement. J'étais enveloppé dans une cape légère en zibeline. Un sourire doux sur le visage. Avant de regarder une dernière fois Salehm.

« Je ne suis sûre de rien, mais je pense que ça ne me fera pas de mal. Allons voir de quoi il en retourne. »

Je marchais avec de la bonne volonté vers l'inconnu. Comment savoir comment ça allait se passer ? Comment allaient-ils me regarder, me voir ? Je frissonnais une dernière fois avant de redresser fièrement la tête. Ma peur pouvait être pour d'autres une saveur bien sucrée sous la langue. Les émotions, chez certains d'entre nous ça se sentait. Il y avait déjà une petite foule au sommet du rocher. Je posais encore le regard de Salehm. Le jeune homme était fin, mais non pas dénué de musculature. Son teint était couleur olive. Des tresses descendaient jusqu'au milieux de son dos. Ses cheveux étaient aussi noir que ses yeux. Il était si différent de moi, qui ressemblait à un petit bonbon rose, mais il était ce qui se rapprochait le plus pour moi d'un frère. Je n'avais plus de famille. Je n'avais désormais plus que ma meute... Et Topaze, ainsi que Salehm. Je pris place comme une bonne petite fille bien obéissante parmi les gens. Je ne connaissais personne. Le silence qui y régnait était à la limite du religieux. Salehm était très croyant... Je sentis un coup dans mes côtes. Je dus étouffer un couinement de douleur, roulant des yeux, avant de me tourner vers la personne qui venait de m'esquinter. Salehm se mordait la joue pour ne pas éclater de rire. Je me redressais, avant qu'il ne baisse soigneusement le capuchon qui recouvrait ma tête. Mes grosses boucles roses se déployèrent alors autour de moi en un halo bonbonesque. Je me tournais vers lui, le fusillant du regard, plissant les yeux avant de lui murmurer à l'oreille quelques mots.

« Tu ne perd rien pour attendre mon pote. »


Je dévoilais un sourire quasi cruel, dévoilant mes crocs. Avant de les remballer manu militari. Je ne voulais pas me faire mal voir. Je finis par me taire, observant la scène.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 22 Fév 2014, 11:44

L’astre rond et brillant surplombait le Rocher du Clair de Lune et guidait au sommet les pas de Saari. Elle avait lu, dans un des livres de la bibliothèque de ses anciens propriétaires, il y a quelques années, qu’un rituel destiné aux Béluas permettait le rapprochement entre l’Homme et la bête. Il avait lieu lors de certaines nuits de pleine lune. Elle s’était donc empressée de gagner le territoire afin d’y participer, et peut-être mieux comprendre son totem animal. Cet esprit qu’elle n’a encore jamais su dompter depuis 6 ans lui rongeait les entrailles. Ôtant d’innombrables vies au gré de ses désirs, rare étaient les fois où elle avait la chance de se réveiller le corps propre, dénué de sang d’inconnus. Saari en avait assez de tuer. Elle voulait contrôler sa rage intérieure et donc calmer la panthère qui l’habite. Ce rituel lui en apprendrait sûrement plus sur sa condition. Elle aura l’occasion de voir comment les autres se débrouillaient avec leur totem, et leur demander des conseils. C'était toutefois un grand risque de venir ici. Si elle se transformait et perdait le contrôle... Mais la chance de remédier à ça ne lui laissait pas vraiment le choix.

       Il y a quelques semaines, lors d'une mission pour un villageois, Saari s'était aventurée dans le désert. Elle y avait passé pas mal de temps avant de se changer en panthère sous l'effet de la peur. Mais elle était parvenue à reprendre sa forme humaine de son plein gré. Généralement, elle ne s'en rend pas compte. Mais cette fois là, elle s'était sérieusement concentrée pour le réussir. C'était dur, mais si elle comprenait qu'est-ce qui lui permettait de changer d'apparence à volonté, elle pourrait s'entraîner à le faire. Était-ce la sérénité, le calme ? Ou la crainte ? Un réflexe instinctif de survie ? Elle espérait en avoir le cœur net ce soir.

       Un peu en retard, la jeune Bélua fut surprise du nombre de mi-animaux présent. Elle n’en avait jamais vu autant dans un même endroit. Quelque part, elle se sentait bien de ne pas être seule dans sa situation. Évidemment, elle avait déjà croisée des personnes de sa race, mais ils se montraient hostiles envers elle. Une sorte de hiérarchie animale. En retrait du reste du rassemblement, elle en profita pour les observer attentivement. La plupart se déplaçait seul, certain formaient des petits groupes. Vu d'en bas, on aurait dit une marche funèbre. Tout était silencieux.
       Un peu stressée, Saari n'avait aucune idée de comment ce déroulait le rituel. S'il fallait prier la déesse de la Lune, c'était sans elle. Pas qu'elle n'était pas croyante, elle reconnaissait leur existence, mais elle ne leur vouait rien du tout. Chacun sa m*rde. Elle trouvait même agaçant les dieux qui réclamait un culte, c'était de la mégalomanie doublé de narcissisme. Elle respectait quand même les pratiquants. Tant qu'ils savaient faire autre chose que s'agenouiller et espérer que leur souhaits leur tombe dans les mains. De toute manière, elle fréquentait rarement la populace, par peur de se transformer devant eux, et même de les tuer. Son manque de sociabilité était justifié.
       Pas très loin devant elle un duo se forma. Ils avaient l'air de se connaître. A moins que ce genre d'événement rapprochait les semblables dans une sorte de complicité partagée. La Bélua décida de les suivre, ne serait-ce que pour ne pas s'égarer.
       L'estomac noué, elle se demandait si, par le hasard d'une déesse, sa petite sœur Erin ne se trouvait pas parmi eux. Et si elle aussi était Bélua, et avait décidé d'effectuer le rituel ? Non, c'était impossible. Elle était encore trop jeune, si elle avait un esprit, il pouvait ne pas s'être encore manifesté. Dans le fond, Saari espérait que sa sœur soit aussi Bélua. Elle pourrait partager ses souffrances avec elle, et même ses expériences.

       Peu importait. Pour le moment, elle avait un test qu'elle devra prendre au sérieux.



Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 23 Fév 2014, 13:26

Louée soit la Lune
~ Pour   nous   les   Béluas ~




Il n'y avait rien à expliquer. Une fois encore, je me retrouvais là. Percher en haut de cet arbre à regardait l'astre lunaire. Une fois encore, je ne disais rien. Jetant brièvement quelque coup d'œil vers la masse sombre qui se former, petit à petit, au sommet du rocher. Une fois encore, je restais à l'écart. Dévorais par une crainte infondée de me mêler à mes semblables. Je n'étais pas idiote. Du moins pas à ce point. Je savais pertinemment ce qui me tramé dans ces lieux. Étant enfant, ma mère me raconte régulièrement des contes portant sur notre espèce. Passant de l'amour impossible entre la terre et le soleil, à cette étrange cérémonie. Ce rituel, que jamais dans mon existence je ne pensais pouvoir voir un jour. Nie même y participer.

Balançant encore quelques instants mes jambes dans le vide. Fermant les yeux pour savourer ce dernier souffle d'oxygène. Avant de me laisser tomber dans le vide. Pour au final, me réceptionner sur terre, à l'aide de mes deux pattes arrière. Je n'avais pas une réelle envie de m'incruster à cet événement lunaire. Mais l'animal qui sommeillait en moi me réclamer tout l'inverse. Cherchant à prendre possession de mon organisme, pour m'obliger à prendre la direction du rocher au clair de lune. Je le sentais... agiter se soir. Comme si ce rituel le rendait existait. Comme s'il attendait ce moment depuis toujours. Posant une main sur mon cœur, je tentais tant bien que mal de canalisé cette adrénaline que me donner mon totem. Puis, je ne sais par quel miracle, mes jambes se mirent à se diriger d'elles-mêmes vers mes congénères. À croire que mon esprit était seul face à toutes les forces de son monde. Résigner à accepter mon sort, je me laissais emporter par l'ascension du rocher.

Je n'avais pas nécessairement besoin de ce rituel. Bien que mon animal était une véritable boule d'énergie, que je devais constamment centraliser. Je n'avais pas réellement de grandes difficultés à le maîtriser. Ce fut sans doute grâce au sang pur qui coulait dans mes veines. Mais qu'importe, les raison qui me pourraient à me rendre permis les miens. Je devais y aller. Et je n'avais pas mon mot à dire. En soir étoilé, j'allais beaucoup apprendre sur les miennes. De plus, je ne devais pas oublier que ce rituel me permettrais de me rapprocherait davantage de la Dame Phoebe. Celle pour qui je vénérais une fidélité sans faille. Finalement, ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'être présente dans ce lieu. J’espérais même insouciamment faire une belle rencontre.

Arrivant au sommet, je fus plus qu'estomaquer de voir le monde qui était présent. Me rendant bien plus inquiète que je ne l'étais auparavant. Les craintes de mes parents étaient bel et bien fonder. Comme on me l'avait si souvent répéter, nous étions plus qu'une petite minorité. Et ils avaient raison. Dans cette masse d'hybride, je ne distinguais qu'une seule personne au physique semblable aux humains. Pendant un court instant, j'essayais d'imaginer son histoire. Cherchant à savoir son cadre de vie. Imaginant sa famille. Et avant tout, savoir comment c'était déroulé son passage, assez cruel et brutal, de sa 13e année... Cette divagation cessa bien vite. Heureusement pour mes nerfs, qui ne l'auraient pas supporter bien longtemps. Chassant au passage rapidement ces mauvais souvenirs qui me rongé toujours. Cette échappatoire, je le dût à mes mirettes, qui avait distingué une chose bien plus intéressante à délibérer. Ce fut sur cette adolescente, couverte de rose, que mon regard prit en grippe. Elle me fit quelque peu penser à Sugar, mon petit renard-chat, qui lui aussi fut tombé dans un pot de peinture teinté de rose. Cette image me fit légèrement sourire. Un sourire qui s'accompagnait d'un regard bienveillant pour la Béluas monstre. D'où je me tenais, je pouvais ressentir sa crainte. Me donnant l'irrésistible envie d'aller la voir et de la rassurer. Chose que je ne fis pas. Me voyant très mal prendre une inconnu dans mes bras pour la consoler. De plus, je ne tenais pas non plus à me faire remarquer. Quelque peu désoler pour elle, je la quittais des yeux, elle et son amie de sang pur pour me fondre dans la masse.

Me glissant entre tous ces individus terrifiants, je finis par stopper ma flânerie derrière deux êtres qui semblait avoir mon âge. L'une d'entre eux était une jeune fille au oreille de chat et quand à l'autre, il était tout autant mie animale mie humain que sa partenaire. Voyant cette masse d'hybride, je compris dès lors, que les Béluas de sang pur ne seraient bientôt plus qu'une vieille légende, que l'on racontera aux enfants. Cette idée me rendu légèrement mélancolique. Pour une raison que je ne serais expliquer. Dans ce lieu qui était mon refuge. Je ne me sentais pas à ma place. Parmi ces personnes qui était mon peuple. Je me sentais étrangère. J'avais l'impression que ce silence religieux était dût à ma présence.

Alors que mon malaise grandissait, un rayon de lune caressa doucement mon visage. Attirant de ce fait mes prunelles inquiètent vers les cieux. Vers ce ciel étoilée qui m'avait tant bercé toute mon enfance. Lentement, les rayons lunaires me firent oublier tout mes songes les plus sombres. Je commençais enfin à me sentir bien. Oubliant mes craintes et appréhensions. Ne tentant plus à savoir qui d'entre nos classes était le plus détestable. Je voulais juste me sentir, pour une fois, ne seraisse qu'un court instant, enfin à ma place.




Résumé::
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 23 Fév 2014, 14:35

Wirven n’avait pas spécialement calculé et c’est en arrivant près du roché au claire de lune et en levant les yeux vers le ciel qu’il comprit. Il était arrivé un soir de pleine lune et une des réunions de bélua allait se produire.
Il hésita devait-il y aller ? Ne serai-ce pas trop abusé comme première apparition dans cette communauté bélua ? Et surtout était-il tout simplement prêt à assister à une telle réunion ou son esprit animal ne fera qu’un avec lui… Qu’allait-il voir dans la transe commune qui allait se déchainer en son sommet ?
De nombreux doute l’assaillaient puis il repensa aux paroles d’Alexie et sans tergiverser plus il grimpa à l’écart des groupes qui s’étaient réuni sur les routes pour gravir le sommet. La lune avait commencé son ascension, elle stagnait dans son éternelle beauté ne pâlissant pas et gardant chaque jour son éclat mais ce soir elle brillait. Son reflet brillait et éclairait tout le territoire bélua. Elle les surveillait, les observaient et les chérissaient. Le contact de la pierre le fit revenir à la réalité, il se concentra sur le frottement de la pierre et les bruits alentours. Il n’y avait pas de bruit, le silence régnait et il en profita pour fouiller au fond de lui et sentir son corbeau particulièrement agité mais qui pour une fois ne voulait pas prendre le dessus sur son esprit. Wirven se libéra laissant la porte ouverte à son corbeau qui petit à petit monta vers son cœur et son esprit mais ne s’en saisit pas, pas encore.
Enfin il arriva en haut, il sauta par-dessus un dernier roché et observa la scène. Il n’était pas le premier c’était déjà un soulagement il ne sera pas observé comme un pleutre venu trop tôt. Des petits groupes se formaient chacun de leur côté, les plus jeunes ne s’avançant pas trop. Un énorme stress se sentait, il y avait surement beaucoup de nouveau ce soir, le bélua avait quelque appréhension mais ne se sentait étrangement pas mal à l’aise pour autant. Son corbeau y était surement pour quelque chose, il restait particulièrement calme en présence de cette lune si brillante ce qui intrigua fortement Wirven. Mais il savait aussi qu’il pouvait facilement renvoyer son corbeau au fond de lui là où il ne pourra pas nuire aux autres et ne pas montrer de lui une image qu’il ne voulait pas. Il s’y était entrainé longtemps, il savait maintenant ou pensait savoir garder un certain contrôle de lui-même.
Alors il vit son acolyte, la petite chatte violette qui c’était avancer plus en avant. Wirven sourit, il avait l’impression de l’avoir quitter depuis un certain temps mais déjà ils se retrouvaient. D’un petit bond il s’approcha des deux personnages dépassant ne jeune femme qui partait dans la même direction que lui. Il passa dans leur dos et dit joyeusement :

_ Bonsoir est-ce que je vous dérange, je peux me joindre à vous avant le début de la cérémonie.

Alexie avec la même rapidité qu’il avait pu observer lors de leur précédente rencontre se retourna d’un mouvement vif suivit d’un homme de taille normal. La jeune femme lui sourit avec son éternel visage ironique et répondit :

_ Salut Wirven. Qu’est ce tu fiche là ? Et bah vient, oui tu peux venir

Wirven s’approcha et leva la tête, la lune allait bientôt être assez haute pour commencer mais maintenant il n’avait pas spécialement envie de se remettre en arrière :

_ La cérémonie va peut être bientôt commencé mais dis-moi qui est ce jeune homme qui est avec toi, dit-il en se tournant vers lui il regarda son visage et ses yeux oranger et lui demanda directement, quel est ton totem ? Je suis du totem des corbeaux mais toi, tu as l’air d’avoir un totem légèrement plus féroce.

Wirven avait parlé calmement et en souriant et après coup il se rendit compte qu’il avait pu paraitre légèrement insolant et espéra qu’il ne l’avait pas offensé. Il attendit sa réponse en cherchant à ne pas paraître plus insolent qu’il ne venait de l’être.


RESUME + HRP:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 26 Fév 2014, 14:41



Je me retrouvais dans la citée des béluas, je venais d'apprendre quelque chose qui m'avait profondément bouleversée et franchement je ne savais pas vraiment ce que j'allais faire, moi qui croyais que connaitre mon passée allais m'aider a mieux affronter mon avenir, je m'étais complètement tromper. J'étais quelque peut dévastée avec cette nouvelle et pourtant j'allais devoir faire avec, ça n'allait pas être simple. Je me demandais encore toutes les raisons plus profondes de mon histoire et pourtant en même temps je ne voulais plus essayer de comprendre. Je voulais essayer de tourner la page, mais je ne savais pas vraiment comment faire.
C'est pourquoi je m'étais rendue dans la demeure de celle qui m'avait aidée la première fois quand j'avais fui de la maison de mes parents adoptifs. J'espérais qu'elle sache encore m'aider une nouvelle fois, même si je ne savais pas comment. Cependant, elle était malgré tout d'un grand réconfort quand je lui avais expliqué ce qui m'amenait ici et elle voulait trouver quelque chose pour m'aider, mais elle se montrait un peu maladroite sur le coup, car elle ne s'attendait pas à quelque chose comme ça, mais j'appréciais son geste. Elle finit alors par cette levée et venir s'assoir preste de moi.

— Il a quelque chose qui pourrait peut être te permettre de te retrouver, je n'ai pas encore pu t'en parler, mais nous les béluas nous regroupons quelquefois pour entrée en harmonie avec nos totems, apprendre a mieux le connaitre et d'autre chose comme ça. Ça se passe ce soir au sommet du rocher au clair de lune, tu devrais t'y rendre ce soir, je suis certaine que ça te fera du bien.

Elle avait sans doute raison, ça me permettrait de mieux me connaitre, malgré le temps qui avait passé, j'avais tellement du mal à comprendre qui j'étais vraiment. C'était vraiment une bonne idée, je lui demandais alors ou ça ce passait et comment ça ce passait, mais après m'avoir indiqué d'une manier plus précise l'endroit, elle me dit que je verrais bien une fois arriver sur les lieux. Bon, ça ne m'aidait pas vraiment et je demandais alors si Sangha pouvait m'accompagner.

— Pourquoi ne pourrait-il pas ? Et puis si ça ce trouve il y aura un bélua tigre là-bas, allée ne stresse pas et oublie ce que tu as appris, donc en route, tu va être en retard.

C'est vrai que la journée était déjà bien avancée, je pris alors mes affaires et je me dépêchais d'arriver sur les lieux en me posant pas mal de questions sur comment ça allait ce passée.
Une fois arriver, je remarquais qu'il y avait déjà beaucoup de personnes pressantes, je n'avais pas pensé à demander combien de personnes devaient arriver, maintenant peut-être qu'il n'y avait pas de nombre fixe. Je les regardais quelque instant avant de leur faire un salut de tête poli, puis j'allais m'installée un peu à l'écart du groupe, je devais m'avouer que je ne me sentais pas vraiment à mon aise, un peu comme si je n'y avais pas vraiment ma place, alors que je savais que c'était tout le contraire. Mais en même temps, j'étais curieuse, je voulais en apprendre plus sur moi et si en même temps je pouvais en apprendre plus sur les autres. J'en profitais alors pour regarder un peu au alentour, je put allée remarquer qu'il y avait des béluas de sang pur et des mêlés, car comme Lya, certaine avait des signes visibles. J'attendais donc que ça commence, en me demandant un peu qui allait s'en occuper. Dans un coin de ma tête, je me demandais si ce n'était pas le rôle de quelqu'un d'important dans la race, ce serait logique après tout.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 02 Mar 2014, 00:28


Abel avait à la fois hâte que la cérémonie commence, pour être fixé sur ce qui allait réellement se passer, tout en étant incapable de penser à ce qu’il pourrait se passer si son totem n’en faisait qu’à sa tête. Même s’il était pour l’instant relativement calme, tapis au fond de lui comme un animal endormi, le bélua ne pouvait pas oublier le fait que lorsqu’il souhaitait prendre le dessus, son contrôle sur lui devenait tout relatif. Mais après tout, il ne ferait certainement pas de mal aux siens, et la Lune serait certainement assez forte pour lui commander de se tenir tranquille…
Tout ceci était nouveau pour lui, et il ne pouvait cacher ses doutes aux yeux des autres béluas qui l’entouraient. Celle à côté de qui il était venu se placer semblait un petit peu inquiète elle aussi, mais son arrivée eut pour effet de la faire rire, ce qui ne pouvait qu’être une bonne chose. Il lui répondit par un petit sourire amusé, tâchant de paraître un peu moins peureux
Partout autour d’eux, des béluas continuaient d’arriver. Certains étaient inquiets, d’autres semblaient dégager une grande assurance, sans doute ceux qui avaient déjà participé à ces cérémonies. En détaillant les nouveaux arrivants, il remarqua une jeune femme fille qui semblait se chamailler avec un autre bélua. Abel tenta de faire le vite dans son esprit pour effleurer l’aura de son totem, mais il ne ressenti que du vide au fond de lui. Etait-il impressionné lui aussi ? Après tout, peut-être que la perspective d’être exposé de la sorte au regard de sa déesse l’inquiétait tout autant que lui… Cette pensée le rassura quelque peu, trouvant enfin quelque chose qui le rapprochait de son esprit animal.

Plusieurs fils et filles de la Lune vinrent se placer derrière eux, et l’un d’eux adressa la parole à celle à côté de qui il était venu. Sans doute se connaissaient-ils. Après quelques secondes, il s’adressa à lui et Abel sourit en l’entendant. Féroce ? C’est bien ce qui lui faisait peur…
« Mon esprit animal est une panthère à plaques. J’espère qu’il laissera voir un côté un petit peu plus docile que ce à quoi je suis habitué ce soir. C’est bien à cela que servent ces réunions, non ? Il a parfois tendance à se montrer un petit peu trop sauvage… J’espère que j’arriverais à mieux le comprendre. »
Les paroles du bélua étaient à moitié pour Wirven et à moitié pour lui-même, tant il tentait de se persuader que tout allait bien se passer. Ces réunions étaient une bonne occasion pour essayer de connaître mieux les siens. Peut-être que même que certains d’entre eux pourraient l’aider à atteindre cette symbiose qu’il recherchait.

La cérémonie était sur le point de commencer, mais les gardiens de Phoebe qui s’étaient massés au centre du rassemblement semblaient attendre quelque chose, comme s’il manquait une dernière pièce pour que le tableau soit parfait. La lune était haute dans le ciel, et ses pales rayons répandaient une lumière diffuse qui leur permettait de voir même à travers la nuit qui tombait. Un murmure se répandit dans l’assemblée à mesure que le temps passait. Abel regarda autour de lui et aperçut un homme étrange debout sur un rocher qui semblait scruter attentivement le rassemblement de ses yeux perçants. C’était assurément un bélua, mais ce dernier dégageait une telle force qu’elle semblait presque palpable. Il portait une armure légère qui faisait penser à un soldat, et en lieu et place de ses mains il arborait deux pattes animales aux griffes acérées. S’il arrivait à maintenir la transformation à ce niveau, il devait assurément être très puissant. En y regardant bien, plusieurs hommes et femmes similaires s’étaient dispersés discrètement un peu partout autour d’eux, certains passant même parmi eux, sondant chacun du regard.

Après quelques minutes, Abel aperçu le garde situé le plus proche de lui faire un signe de tête à celui qui était resté sur le rocher, signe qu’il relaya vers l’endroit par lequel tout le monde était arrivé. Mais que pouvait-il donc bien se passer ?

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 04 Mar 2014, 18:27


La vie avait suivi son cours. La jeune femme observait sa main à la lumière du jour, tranquillement allongée dans l'herbe d'une clairière de la forêt entourant le rocher. L'atmosphère était détendue et la reine se plaisait à se perdre parfois dans ses pensées, sans devoir se soucier d'autrui, juste du temps et de l'espace. Elle ferma les yeux quelques instants. Quand elle les rouvrit, quelqu'un était penché au-dessus d'elle et le ciel était devenu orangé. On lui tendit une main qu'elle prit volontiers et elle se redressa calmement, profitant de l'occasion pour voir qui venait la tirer d'une sieste bien méritée.

C'était un homme à la figure fine et au nez long. Ses lèvres minces s'étirèrent en une courbe. Le cygne avait une façon particulière de sourire. « Que me vaut ta visite ? » dit-elle en défaisant les plis de sa robe et en enlevant quelques brindilles ici et là. « Je venais te chercher. Il ne va pas falloir tarder. » Elle haussa la tête et regarda le ciel «  Le soleil prend ses aises en ces temps. » puis elle posa son regard sur l'homme puisqu'il n'était pas simplement venu pour lui récapituler ses devoirs. Elle plissa le regard. Il se tourna, lui tendit le bras comme un cavalier et souligna tout simplement « Qu'il n'est pas dur pour toi de nous percer, ma reine. Allez, allons-y. » Elle lui prit le bras et ils s'en allèrent à Minehegys.

Le temps passa vite. En effet, il y avait les préparatifs de la cérémonie du soir-même. Dans les rues, les drapeaux de la cité étaient abandonnés aux fenêtres des maisons récemment construites. Les rues s'illuminaient au fur et à mesure que le temps avançait grâce à des lampadaires qui épousaient la forme des bâtiments. Mais les préparatifs les plus longs résidaient dans les menus du soir. Si les totems venaient à prendre le contrôle d'une bonne partie de la population sans que celle-ci n'eut l'expérience de les maîtriser, des risques encourraient. En effet, si un bélua félin et un bélua rongeur venaient à prendre forme, l'un risquait de manger l'autre. C'est pour cette première raison qu'il fut toujours conseillé de manger avant une cérémonie mais pour éviter tout risque en plus, il y avait de nombreux préparatifs gastronomiques, assez appétissant pour détourner les yeux des prédateurs les plus affamés.

Ophalee n'avait rien à craindre de ce côté-là.

Adossée aux carreaux de la fenêtre de sa suite, la reine était pensante. La nuit s'abattait sur les terres béluaques. La lune caressait de ses rayons la naissance de son cou et le bas de son dos, seuls endroits où sa chair était visible. L'apparat était d'un blanc éclatant. Le cygne voulait donner à la reine des airs de gaieté, de douceur et de fraîcheur. Il souhaitait qu'elle ressemble à Phoebe, comme elle le figurait dans ses songes. L'habit était alors réussi. Le plus grand styliste des béluas avait mis tout son savoir dans chaque tissus pour que la lumière se reflète doucement sans aucune magie.

Lorsqu'elle sortit de sa chambre, il y avait devant elle quatre gardes, rangés de façon à l'accompagner jusqu'au rocher à pied pour sa sécurité. Elle se mit alors à avancer d'un pas long pour rapidement rejoindre la sortie du palais et la place qui lui était destinée.

On entendait au loin un brouhaha. La population s'agitait bien qu'elle ne fut pas totale au pied du rocher. Certaines peinaient à garder leur forme, signe de la juvénilité de leur relation avec leur totem. Bien qu'Ophalee n'était pas encore au niveau du rocher, on pouvait sentir de loin son arrivée car Phoebe en cet instant imprégnait ses vêtements de sa lueur. Les gardes avaient un contrôle d'eux et de leur totem important car sans cela, ils se seraient déjà changés.

Une fois qu'elle eut gravi les marches cachées du Rocher et qu'elle eut atteint l'esplanade, Ophalee sortit du rocher et seule, levant les bras tout en avançant pour accueillir les béluas qui acclamaient en cet instant non Ophalee, mais l'incarnation de Phoebe.


Résumé et déroulement:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 04 Mar 2014, 19:38


Alexie sentit plusieurs présence derrière elle, tandis que juste après qu'une voix résonna derrière elle. Elle dressa les oreilles, reconnaissant la voix, se retournant avec rapidité et fluidité. Elle sourit à Wirven, prenant toujours un ton ironique. «Salut Wirve,. Qu'est-ce tu fiche là?». Elle regarda le jeune homme à coté d'elle qui s'était aussi retourné. «Eh bah viens, oui tu peux venir». Il s'approcha, et regarda l'homme à coté. Elle haussa les épaules. «Aucune idée». Mais elle ne tarda pas à avoir sa réponse, car le corbeau demanda directement à l'inconnu, qui répondit. Alexie ne put s'empêcher de remarquer le visage légèrement hésitant de Wirven, après ses questions.

Elle se tourna vers Abel. «J'espère qu'il va pas faire des siennes, sinon tu risque d'avoir de sérieux ennuie, surtout ce soir». Alexie savait que se battre était interdit dans ces réunions, mais c'était encore pire cette nuit là apparemment. Effectivement, la jeune voleuse avait remarqué les soldats tout autour du rocher. Ses yeux experts les avaient facilement remarqué, son travail lui ayant appris à regarder son environnement. Mais en plus, ceux là semblait plus puissant que la plupart rassemblés ici, et elle sentait une énergie qui arrivait, une énergie qu'elle avait déjà ressentit auparavant, et qui était encore plus marqué qu'avant. Elle passa une main dans ses cheveux, avant de sourire légèrement. «Eh bah, j'ai l'impression qu'on va avoir un invité de marque ce soir. Au moins, ça risque d'être mouvementé parmi les plus jeunes, ou tous ceux qui l'ont jamais vue». Alexie affichait un sourire mystérieux.

Ensuite, elle se tourna vers Wirven. «Bon, je crois que tu vas devoir nous excuser, notre invité de marque arrive, et je crois que tous ceux qui sont des Enfants de Phoebe ou au-dessus doivent s'approcher». Elle se tourna vers Abel, sur qu'il avait le même rang qu'elle. «Eh bien, comme je suppose que tu es du même rang que moi, pourquoi pas ne pas y aller? Qui sait, on aura peut-être l'occasion de parler à Ophalee, quoique... Je l'ai déjà fait une fois». Oui, et au moins elle en avait gardé une bonne impression. Enfin, même si elle n'aimait pas le roi ou la reine, elle ne pourrait pas le détrôné. D'une, il aurait fallu qu'elle ait envie d'avoir se titre, et ensuite elle était une apprentie Maître du temps, un rôle souvent plus important qu'un souverain. «Bon aller Wirven, on se reverra un autre jour». Lui dit-elle en lui faisant un signe de la main.

Alexie se tourna, et s'approcha du rocher. Elle sentit son Totem se réveiller de plus en plus, mais, contrairement à ce qu'elle pensait, il ne tenta pas de prendre le contrôle, au contraire il entra en symbiose avec la Bélua, qui commençait à comprendre de plus en plus son Totem avant ça, mais ici, les deux se comprenaient et étaient en accord total. Lorsque Ophalee fut au-dessus de la foule, vêtu entièrement en blanc. Les Béluas l’acclamèrent, mais Alexie resta silencieuse, regardant la reine qui l'avait gracié. Alexie l'appréciait déjà, comme reine bien sur, aucune des deux ne se connaissaient, mais elle pourrait faire une excellente souveraine. Enfin, en ce moment, elle était un symbole, l'incarnation de Phoebe. Alexie ne croyait pas en la déesse, même si elle savait qu'elle existait, ou avait existé. «Ca en serait presque impressionnant». Dit Alexie à Abel. Elle finit par s'arrêter restant derrière un groupe de Bélua, sûrement des Gardiens.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 05 Mar 2014, 11:17

L'endroit était rempli de monde. Le moindre mouvement de foule aurait pu faire des dizaines de morts. Mais Avril était étrangement sereine. Bien trop à son goût. Une fine file de Bélua continuait de défiler dans les pentes sinueuses, se frayant un chemin à travers la masse de gens. La plupart se mêlaient aux autres, sans craintes, mais certains Béluas restaient en retrait. C'est une jeune fille brune qui attira le regard de la renarde: elle semblait craintive, ou peut-être juste mal à l'aise, et s'était placée en retrait. Avril, ravie de pouvoir partager son état d'âme avec quelqu'un d'autre avança d'un pas lent, mais assuré, vers cette jeune créature.
Se postant plus ou moins discrètement à ses côtés, elle ne trouva rien de mieux à dire qu'un simple:

"Salut! Y'en a du monde dis-donc! C'est la première fois que tu viens ici?"


Tout en disant cela, elle arborait un sourire serein, et respirait calmement, comme si la simple présence de cette inconnue avait suffit à la calmer. Elle ressentit soudain comme de l'agitation dans la foule, et son regard se perdit dans la marée, recherchant les détails inquiétant, les causes de cette excitation. Plus personne n'arrivait du rocher, cela devait faire 10 minutes que tout le monde s'était tût en attendant qu'il se passe quelque chose. Et ce quelque chose se produisit: remontant lentement la pente, tout en grâce et en finesse, dans un tissu blanc, scintillant en harmonie avec la lune, la reine se posta sur le rocher. Avril ne l'avait jamais vue, ignorait son nom, et tout d'elle. Pourtant lorsqu'elle leva les bras sur le rocher, ce n'était plus une reine que la Bélua voyait, mais une déesse, une réincarnation. Les acclamations de toutes la foule accompagnèrent le geste, y compris celles d'Avril. Et le carnage commença.

Légèrement en retrait par rapport au groupe, Avril eut le temps de contempler les transformations chaotiques des plus jeunes de l'assemblée, partout, des animaux reprenaient leurs droits sur les enveloppes charnelles humaines. Et il n'y eut aucune exception. Un frisson parcourut l'échine de la renarde, elle eut des douleurs sur tout le corps, se plia sur le sol, son visage déformé par des grimaces de souffrance. Ses bras et ses jambes devinrent des pattes, son nez s'allongera pour donner un museau, sur lequel il poussa des moustaches, son corps se couvrit d'un pelage roux luisant sous la lune. Et le renard s'empara de son corps. Fatiguée par la métamorphose, elle récupéra des forces, se "nourrissant" de l'euphorie collective, elle se releva et scruta aux alentours ceux qui étaient désormais ses amis ou ses ennemis.

Sa toute petite taille était sans doute (avec son roux naturel) presque le seul caractère qu'elle gardait en tant qu'animal. Ainsi, face aux félins et éventuels prédateurs de toute taille, sa petitesse ne faisait pas le poids. Elle savait au fond d'elle même que sa bouille de renard à peine mature ne lui serait d'aucun secours. Et la peur reprit le contrôle de ses actions. Elle chercha autour d'elle du soutien, tournant les yeux vers la demoiselle à qui elle venait de parler, se demandant si elle allait elle aussi se transformer, ou si, au contraire, elle l'aiderait en restant humaine. Et plus terrible encore, Avril avait terriblement faim.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 14 Mar 2014, 23:40


       La réceptacle arriva bientôt au sommet du Rocher du Clair de Lune. Une sensation étrange l'envahissait au fur et à mesure qu'elle s'approchait. Les battements de son cœur résonnait à ses oreilles. Son totem s'agitait, répulsif à la direction qu'elle prenait. Quelque chose clochait. Si bien qu'elle hésita à faire demi-tour. En regardant autour d'elle, certains commençaient à paniquer, et à se métamorphoser, d'autres ricanaient en les observant. C'est normal, comme réaction, on dirait... Quelque chose là-haut doit avoir un sacré pouvoir . Saari s'arrêta un instant, sa main se crispa sur sa poitrine, elle tenta de respirer lentement. Si je perd le contrôle maintenant, c'est fichu... Elle s'adossa à un arbre, laissant le monde prendre ses distances. Le rythme de son corps revint doucement à la normale. Elle décida de reprendre sa route. Ce n'est pas le moment de lâcher l'affaire...
       Chacun de ses pas devenaient de plus en plus lourds. Une sensation de tiraillement vers l'avant l'étreignait. Ce n'était plus qu'une question de temps avant que sa panthère face surface. Après tout, la plupart des Béluas présent avaient déjà passés le cap. Une chance pour la jeune fille d'avoir un totem animal plutôt intimidant et robuste, elle n'avait rien à craindre de ses adversaires. Plus agile et plus rapide, elle pourrait facilement s'enfuir. Enfin, ça, c'est seulement si elle garde conscience d'elle même. Chose rare. Ayant grandit seule, elle n'a pas pu apprendre cette nécessité fondamentale de fusion avec l'esprit enseigné naturellement au sein d'un clan. Plus encore, la manifestation de son totem s'est réalisé particulièrement trop tôt, à un âge où la morale n'est pas encore une évidence pour un enfant. Cette ignorance d'elle-même la rendait d'autant plus hargneuse. Elle se sentait comme une marionnette guidée par les caprices les plus primaires de l'espèce humaine, incapable de contrer sa nature.
       Les ténèbres la happèrent peu à peu. Ses poumons la comprimèrent douloureusement, elle s'écroula dans un cri de douleur, arrachant l'herbe de ses griffes. Son dos se courba anormalement sous sa cape, ses dents blanches s'allongèrent en pointes et ses yeux s'arrondissaient. De longs poils noirs poussèrent rapidement sur toute la surface de sa peau, tandis que ses os s'étendaient. En quelques secondes, la jeune femme à l'apparence humaine devint un félin deux fois plus gros qu'à l'ordinaire. Un prédateur sans conscience, mené par un désir sauvage impulsif. Mais ce soir, la Déesse était avec tout ces êtres mi-hommes mi-animaux, et elle guiderait leurs pas.
       Une odeur étrangère à la foule attisa l'attention du félin. Une senteur alléchante de viande cuite. Levant la tête, Saari renifla, éternua, se frotta le nez, secoua la tête et soupira un grognement. Son environnement la perturbait. Elle sentait le danger dans toutes les directions, et la faim se faisait sentir. Entres deux eaux, elle ne savait pas comment réagir. Très lentement, elle contourna les arbres, s'éloignant le plus loin possible de contacts inconnus, tout en restant près de son futur repas. L'animal ne détournait pas les yeux des personnes proches, tout en se dirigeant au flair. Rassurée par le désintérêt quasiment grossier de son entourage, elle jeta un œil à l'objet du désir. Sur une table de pierre reposaient un immense festin. Des fruits, de la viande, des légumes, de l'eau et du vin. Il ne restait pas un pouce de place pour y mettre la main. Saari avait cru, en arrivant, à un rituel privé, regroupant seulement quelques privilégiés tenus au courant par le bouche à oreille. Mais cette présentation impliquait des organisateurs, et donc une importance plus grande de l'évènement.
       La panthère se lécha les babines. Bien que normalement carnivore, pour un félin, Saari adorait un peu tout. Les fruits, notamment. Prête à se jeter sur la table, elle remarqua les bêtes déjà présente. Pour le moment, des rongeurs et une gazelle. Il fallait agir vite si elle ne voulait pas se retrouver face à un ours. En s'approchant, les animaux prirent la fuite. La Bélua se dressa sur ses pattes arrières, posant ses griffes avant au rebord, renversant quelques verres, et lécha un bol d'eau. Elle étancha sa soif avant de s'attaquer à un lapin entier qu'elle saisit dans sa gueule avant de s'en aller nonchalamment. Elle grimpa sur la plus haute branche d'un arbre et s'enquit d'avaler la bête. Repus, elle s'apprêtait à faire la sieste à cette place. Mais une chose l'intrigua soudainement. Un scintillement au sommet de la colline. Comme tout félin qui se respecte, sa curiosité l’enivra. Elle bondit du conifère gracieusement et se fondit dans les ombres, se déplaçant imperceptiblement.
       Enfin arrivée au sommet, la foule présente aiguisait son tensiomètre d'agressivité. L'envie d'un bain de sang lui était tout aussi agréable que celle de manger. Mais, au dessus de toutes ces têtes, une forme blanche calma ses ardeurs. Une femme ravissante aux allures de princesse surplombait le paysage. Des hurlements de joies et des acclamations soudaines firent sursauter la panthère. Le poil hérissé, elle se jeta sur un arbre, se sentant plus en sécurité en hauteur. Elle n'était pas la seule à se cacher derrière des feuilles, d'ailleurs. Saari sentait le poids de la puissance de cette femme. Et toute force qui ne lui était pas familière était considérée comme ennemie potentielle.
       La jeune fille n'était plus qu'un animal à présent. Toute action qui rappelait à son humanité dormait au fond d'un gouffre. Ses agissement ne dépendraient plus que de son humeur. En espérant que le rituel lui sera vraiment d'une utilité. Ses yeux jaunes vides de bonté perçaient le noir du feuillage de l'arbre, prêt à une éventuelle défense.


Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 15 Mar 2014, 11:03

Louée soit la Lune
~ Pour   nous   les   Béluas ~




Perdu dans mes pensées, je n'entendais que brièvement la masse humaine qui s'impatientait. Cacher entre ses différents corps hybrides, je ne prêtais pas attention aux personnes qui m'entourer. Silencieusement, j'attendais bien docilement que les choses changeaient. Espérant en vain qu'un miracle se produisit. Et c'est à cet instant, alors que je perdis tout espoir, que la situation évolua. Au loin, on pouvait ressentir une forte aura intrigante. Bénéfique ou Maléfique. Je n'aurais pu le dire. Tout ce que je ressentais à cette seconde, ce fut une attirance démesurée. Et c'est précisément à ce moment, qu'elle arriva. Tels un prodige étincelant. Déguiser en un ange de lumière. Bien qu'elle fit cacher par des gardes, son aura était imposante. Il n'était pas bien compliqué de savoir qui était cette personne. Même en ne l'ayant jamais vue. Suite à son passage entre les miens, le lieu bascula dans un nouveau cadré théâtral. Une acclamation remplaça les chuchotements. L'ambiance d'ennuie et d'inquiétude se changea en une euphorie et excitation générale. La foule se retrouva à plongé dans la démence. S'empressant de rejoindre avec hâte celle qui était notre Reine. Ou plus exactement, celle qui représentait l'incarnation de Phoebe, en cette belle nuit étoilée. Mais tout événement a un revers de médaille. Et je devais bien l'avouer, celui-ci, je ne m'y attendais point.

J'avais peur. Non. C'était bien plus que cela. J'étais terrifiée. Autour de moi, un semblant de folie s'empara des plus jeunes. Aussi bien ceux d'un faible d'esprit que ceux d'un corps vigoureux. Ces êtres aux apparences si valeureuses, ne purent contenir la fureur de leur Totem. Je les vis, se tordre de douleur. Criant au désespoir. Ne pouvant résister à cet appel animal qui les dévorer aux plus profonds de leur être. Le regard remplit d'incompréhension. Je ne pus répondre à leurs interrogations. Les voyants oublier peu à peu leurs parts d'humanité, pour ne laisser place qu'à leur instinct bestial. Sous des éclat de rire et des regards indifférent. Ils se mirent à s'agiter. Grognant. Ruminant. Effrayer ou affamer. Cherchant un moyen de fuir ou de se nourrir. Un semblant de chaos pris place au pied du rocher. Dans ce cadre quelque peu perturbant, je ne fis rien pour essayer d'apaiser la situation. Je me contentais simplement d'examiner le déroulement des événements. Regrettant quelque peu l'acquisition de mon empathie. Je restais là. Silencieusement et inpuissamment. Paralyser par un ressentiment inexplicable. Je ne pus exprimer ces émotions m'envahissant.

Un mélange de crainte et de satisfaction. D'une certaine manière, cette scène avait une allure de vengeance. De coureau justicière qui avait oublié de crier équité. La roue avait donc finalement tourné en ma faveur. En "notre" faveur. Sang-mêlé comme Béluas montres. Aucune classe ne fit épargner. C'était enfin à leur tour de passer ce fameux "test". De montrer leur valeur et de prouver qu'ils étaient dignes de notre race. Comme j'avais dû le faire il y a bien des années de cela... Comme le sang-pur furent et seront à jamais obligés à participer. Hélas.

Hélas, d'autres impactent sur la foule se fit ressentir. Notamment sur ma personne.
Un pas. Un grognement. Deux pas. Une canicule intérieure. Trois pas. Un rugissement. Quatre pas. Une frétillante agitation. Mais quelle folie l'habiter en cette heure? Plus je m'approchais de ma destination, plus je ressentais ma Kitsune s'agitait. Allant même jusqu'à se faire violence. Éclatant son doute, de cette manière, son désir de prendre ma place. Jamais mon totem ne c'était comporter de la sorte auparavant. Je ne pouvais nullement qualifier son attitude comme une mise en garde. Ce n'était pas non plus un autre caprice de sa part. Non, c'était autre chose. Une cause bien plus puissante et incontrôlable. Que nie moi, nie lui, ne pouvait justifier. Est-ce une autre épreuve que notre Aetheri nous imposer? Pour quelle raison... N'avais-je pas suffisamment prouvé ma dignité à ses yeux? Il semblait que non. Le fait d'avoir survécu au passage de ma treizième année n'avait sans doute aucune valeur. Et cela, pour qui que ce soit.

Receviez sur moi-même comme si le froid me dévorait la chair. J'avançais prudemment vers le rocher en essayant d'oublier ma respirant anarchique. Chacun de mes pas me semblait plus lourd. Plus brusque. Je sentais tous mes muscles se contracter. Frôlant la crampe. Ressentant l'overdose d'adrénaline que je ne pouvais contenir. Cette sensation corporelle... Me rappelait bien trop de mauvais souvenir. Quand cessera-t-il de s'affairer de la sorte? Souhaitant sans doute taquinait ses congénères renards. Voulant participer à la chasse qui aurait lieu sans doute plus bas. Demandant l'abandon cette histoire de rituel. Il m'insistait à partir. Seulement pour pouvoir aller s'amuser. Mais cela, je ne pouvais le lui accorder. Je ne le souhaitais gérer. Dans mon esprit, un tout autre projet avait était fixer. Plus que tout, je convoitais le fait de m'approcher davantage de ma douce Lune. Cet astre lunaire que je chérissais tant, depuis ma tendre enfance. Voir de mes propres yeux la Dame Phoebe. Célébrer cette utopie. Dans une scène pittoresque.




Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 16 Mar 2014, 11:54

De tout évidence Alexie ne connaissait pas non plus l’homme à ses côté mais n’ayant pas été offensé il répondit simplement et avec une sincérité qui l’étonna quelque peu :

_ Mon esprit animal est une panthère à plaques. J’espère qu’il laissera voir un côté un petit peu plus docile que ce à quoi je suis habitué ce soir. C’est bien à cela que servent ces réunions, non ? Il a parfois tendance à se montrer un petit peu trop sauvage… J’espère que j’arriverais à mieux le comprendre.  

Wirven l’espéra aussi pour lui et le comprit bien car lui aussi n’était pas toujours sûr de savoir ce que voulait lui dire son corbeau. Vivant seul, il avait souvent essayé de plonger dans l’inconscience pour essayer de comprendre son corbeau et de ne faire qu’un avec lui. Il savait refouler son corbeau au fond de lui mais il avait aussi remarqué que ce n’était pas forcement la bonne solution, que cela lui peinait de refouler en quelque sorte une partie de lui et coup de destin ou non peut être était-il ici pour cela. Il leva les yeux vers la panthère avec un respect dominant, lui savait cela et se forçait à y arriver et c’était sans doute la raison de sa venue. Mais il n’eu pas le temps de plus réfléchir car Alexie reprit la parole :

_ J'espère qu'il va pas faire des siennes, sinon tu risque d'avoir de sérieux ennuie, surtout ce soir. Eh bah, j'ai l'impression qu'on va avoir un invité de marque ce soir. Au moins, ça risque d'être mouvementé parmi les plus jeunes, ou tous ceux qui l'ont jamais vue.

Lui aussi avait remarqué que depuis quelque minute déjà des personnes avec un certain pouvoir était autour d’eux mais il ne savait que cela indiquait la venue d’une personne importante. Il tenta d’étendre son aura tandis qu’Alexie parlait à lui ou à l’autre homme. Et puis il compris, il comprit que la reine elle-même allait arrivé d’ici peu et que surement beaucoup d’agitation allait se produire dans les rangs béluas. Il reprit ses esprits au moment où Alexie lui disait au revoir, surement devait-elle aller plus en avant. Autant ne pas lui dire qu’il n’avait pas réellement écouté ce qu’elle avait dit, plus concentré à observer son entourage.  
Wirven, sauta plus loin il ne voulait pas être prêt de la reine quand elle fera son apparition, il ne voulait pas perdre le contrôle de soit et par simple respect ne souhaitait pas interférer dans la cérémonie qui allait commencer. Continuant de reculer un peu il entendit soudain de bruyante acclamation et par reflexe il se retourna pour voir ce qui se passait. Elle était là, aussi brillante que la lune avec sa robe blanche. Il était presque ébloui par la lumière qui dégageait d’elle et il senti que son corbeau avait décidé de faire surface maintenant poussé par la magie du lieux accrue par la présence d’homme et de femme aussi puissant qui se réunissait ici. Brusquement Wirven se retourna étant dos à la souveraine pour ne pas perdre le contrôle de soie. Il ordonna à son corbeau de ne pas forcer la transformation mais il ne ferma pas pour autant la porte qu’il lui avait ouverte en arrivant. Il se plaça sur un out de roché qui dépassait et s’assit en tailleur en attendant que Ophalee maintenant présente parmi nous donne le départ de la nuit. La lune était pleine, son corbeau mettait une pression presque insoutenable mais  c’était aussi lui qui ne prenait pas le contrôle du corps. Il restait en symbiose imparfaite  pour le moment mais suffisante pour rester conscient de son entourage. Wirven ferma les yeux, quiconque le voyait ne devait pas être très attiré par sa posture. Sa cape grise et ses vêtements noirs ne lui donnaient pas vraiment de trait amical mais pour le moment il se concentrait et rarement il avait été aussi courageux de plonger au plus profond de lui.

resum:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Louée soit la Lune [PV Béluas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [LDR Bélua] Ashara, la Lune soit louée
» Parc au clair de lune. [Lily-Lune]
» Que la lumière soit [Solo]
» Partie de chasse [PV béluas]
» [LDR Béluas] Impossible conciliation | Event aout
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Est :: Rocher au clair de lune-