Le Deal du moment : -32%
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ ...
Voir le deal
749.99 €

Partagez
 

 Rode, petite ombre... [PV ninille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Ven 05 Fév 2016, 19:14

La magie est grisante. Le pauvre hère né humain ne connaitra jamais la sensation de complétude et de puissance qui habite les êtres magiques. Elle se détache de la logique et s'émancipe des règles du monde. Elle n'est ni science, ni hasard. La magie est une seconde chance qui donne des échappatoires aux situations sans issue. La magie n'est qu'un outil pour influencer le destin, mais malheur à ceux qui n'en sont pas pourvus car ils sont à sa merci.

Lynn ressentait la magie se frayer un chemin dans son corps. Elle prenait naissance en son sein et se déployait comme les ailes d'un oiseau. celle-ci exsudait par les pores de sa peau et se transformait alors, se pliant docilement aux directives de la magicienne. Le mystère dévoilait ses fonctions, malléable à loisir, comme un outil complexe dont on ne connait pas les mécanismes intrinsèques mais qui ne fait pourtant jamais défaut. Le corps de la magiciennes se délitait entre le visible et le mirage, les formes et les ombres, si bien qu'on avait du mal à savoir si la silhouette qui avançait sur cette terre rocailleuse n'était pas imaginée. Pourtant, Lynn n'arrivait pas à disparaitre complètement comme elle le faisait si facilement jadis. La magie jaillissait alors de son corps à la manière d'une cascade ; sauvage et abondante. Cependant, les récents évènements ou une vie oisive avait fait décliner ses forces, jusqu'à perdre certains de ses pouvoirs. Le plus regretté sera probablement son bouclier inviolable qui la gardait de tout danger. C'était tellement jouissif de voir ses ennemis briser leurs forces sur ses fortifications sans qu'elle ne soit jamais inquiétée.

Ce bouclier lui manquait horriblement dans cette endroit. La brume était opaque et les lumières traitres. On se sentait épié. On se sentait suivi. Le duvet sur sa nuque ne cessait de se hérisser dans la vaine tentative de pouvoir détecter une présence avant qu'elle ne lui tombe dessus. Lynn n'avait pas peur cependant, car trop fière pour reconnaitre que sa magie avait décliné d'un iota. Pour elle, l'Antre des Damnés était un défi pour une Ultimage dont la puissance aurait du faire trembler le monde plutôt que d'être juguler par une bande d'Archimages véreux, trop heureux de profiter de sa faiblesse.

La jeune femme s'arrêta en apercevant une ombre qui grignotait lentement l'horizon, gagnant sur la brume grisâtre jusqu'à devenir un immense mur d'obsidienne vaporeux. Elle venait d'atteindre une falaise de roche crayeuse, franchissable si on était un grimpeur émérite, mais ce n'était même pas envisagé par la voyageuse qui se mit à longer la paroi. Tout n'était que nuance de gris par ici, du ciel uniformément gris, jusqu'au sol de poussière gris, aux falaises gris sale. Gris, gris, gris. Et gris était encore le passage qui s'ouvrait dans le mur de la falaise, comme si quelques géants en avaient piétiné la crête pour y créer une trouée. Elle s'y engagea bien évidemment, puisqu'il semblerait que s'était l'unique voie pour aller plus loin, mais elle redoubla d'autant de vigilance car il se pouvait que le chemin soit fréquenté.

Pendant la traversée de cet étroit conduit calcique, Lynn entendit un long hurlement qui déchira le silence régnant en maitre depuis des heures. Ce son était si effrayant qu'il glaçait le sang de Lynn au point qu'elle avait l'impression que l'hémoglobine se cristallisait dans ses veines. Rapidement, elle tissa quelques trames de magie blanche invisibles qu'elle mit en travers du passage encaissé. Ainsi, elle serait prévenu si une présence franchissait sa barrière. Elle se mit ensuite dans un coin, son invisibilité rendant toujours sa silhouette aussi imprécise, et elle sortit une longue pipe de verre. Après y avoir glissé quelques cristaux translucides, elle mit le feu au dispositif, faisant fondre les éclats minéraux comme s'il s'agissait de glace, avant d'en aspirer l'épaisse fumée blanche qui se dégageait. Bon sang ce que c'était bon ! La peur et la faiblesse s'enfuyaient comme chassées par un autre poison bien plus fort qu'eux, mais plus pernicieux. Lynn se détendit alors tant sous l'effet du narcotique que de la confiance qu'elle plaçait en sa magie. Si quelque chose passait par là, elle en serait forcement informée ; ami ou ennemi, bien qu'elle ne gage pas grand chose sur cette première possibilité.

La pipe avait déjà répandue ses effluves anisées tout autour de la magicienne lorsque celle-ci détecta une présence non loin. Elle cessa alors tout mouvement et se servit de son invisibilité pour fondre sa silhouette dans ce paysage uniforme. Cependant, la personne qui approchait n'avait rien des ignobles créatures qui hantaient l'Antre des Damnés, mais peut-être était-elle tout aussi monstrueuse. C'était potentiellement un danger pour Lynn qui n'avait plus la même puissance que jadis. mais elle ne pouvait décemment pas laisser s'échapper une pareille coïncidence qui défiait toutes probabilités et était vraisemblablement un coup du destin.

-Tu es bien loin de la mer, sirène, lança la magicienne en guise d'introduction.

Lynn tenta de garder un air sévère en tirant une bouffée sur sa longue pipe de verre, qui lui donnait presque l'air solennel d'une sage magicienne, mais elle ne put finalement pas retenir un large sourire en croisant le regard d'une très vieille amie...

mots : 928
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 06 Avr 2016, 19:06


Du bout des doigts, la Khæleesi effleurait avec délicatesse les arabesques frénétiques et ondulantes qui parcouraient le dos de cette montre si précieuse, qu’elle portait en pendentif depuis qu’elle la possédait. Sa valeur était devenue inestimable aux yeux de la Sirène, désireuse de rester cachée des Dieux contre lesquels elle se dressait, dans cette Guerre des Immortels. Dans un soupir, elle ferma les yeux et laissa les visions envahir son esprit. Certaines images revenaient sans cesse, à en devenir épidémique. Elle savait ce qu’elle devait faire. Seulement, l’heure n’était pas encore arrivée et ses dons lui rappelaient sans cesse que ce rendez-vous devait être honoré. « Qui est-elle, cette figure de ton passé que tu dois absolument revoir ? » s’enquit la Chaman, la mine désapprobatrice et les bras croisés. « Oh … » souffla tout bas Vanille, un léger sourire aux lèvres, sans quitter le divan sur lequel elle était allongée et occupée à contempler son bijou. « Juste une vieille amie. Nos destins se sont mêlés jadis, avant de prendre des chemins inexorablement différents. Bientôt, ils vont se croiser à nouveau. » Elle rit doucement. « Je me demande ce qu’elle sait sur moi. C’est qu’il s’en ait passé des choses, depuis notre dernière rencontre. » De femme de l’ombre discrète, elle était devenue une Reine, aussi désirée pour ses charmes et sa beauté que crainte pour sa puissance obscène, promise à l’Empereur Noir. Adulée des foules, elle avait séduit les Terres du Yin et du Yang grâce à son sourire et son éloquence, avant de les ravager et de quitter la scène avec cette élégance cruelle qui était sienne. Seulement, son implication n’était pas de notoriété publique. Certains ignoraient qui était responsable de ces derniers évènements, auxquels ils n’avaient pu échapper. C’était le genre de détails qui était primordial, dans les débuts d’une conversation avec quelqu’un. « Elle a été une Magicienne remarquable, en son temps. Elle s’est laissée allée. » - « Magicienne ? » reprit Yun en arquant les sourcils. « Elle a été l’une de tes proches, réellement ? » - « Tout dépend de ta définition de proche. » Cole, assise en tailleur sur le rebord de la fenêtre du salon et le nez plongé dans un vieil ouvrage, marmonna avec sarcasme : « Elle adore les Magiciens, même si elle ne l’avouera pas. » il dût esquiver un verre qu’elle avait lancé dans sa direction. Il mima un baiser, moqueur. Vanille l’ignora. Sans rien ajouter, elle se releva pour filer dans la salle d’eau. Une fois prête, elle s’éclipsa sans même daigner prévenir qui que ce soit.

L’Antre des Damnés était un lieu aussi sombre que repoussant, une immondice qu’ils étaient nombreux à éviter. Le choix était douteux de la part d’une Magicienne mais la Khæleesi était bien mal placée pour discuter les décisions obscures des autres, pour entre maître dans l’art. D’une démarche sereine, elle vagabondait à travers les dédales de l’Antre, sans vraiment se préoccuper des hurlements d’agonie qui transperçaient l’horizon. Les longues boucles corail de sa chevelure, laissée libre, rebondissaient avec douceur au moindre de ses pas. Une chemise blanche aux manches tombantes pointait de par-dessus un corset, les épaules dénudées. Il ne fallut guère longtemps aux deux jeunes femmes pour se retrouver. Vanille savait où elle devait aller, après tout. Elle laissa un léger sourire se dessiner sur ses lèvres, alors qu’elle approchait de cette vieille connaissance. « Cela faisait longtemps, Lynn. Toi aussi, tu es bien loin des tiens. » remarqua-t-elle en évoquant le Lac de la Transparence. Elle la dévisagea brièvement. Elle n’avait pas vraiment changé et était la même que dans son souvenir, avec ses grands yeux d’argent. « Que deviens-tu ? Le monde a eu bien peu de nouvelles de ta part. » La Sirène ressentait aussi les changements mais, dans un instant miséricordieux pour la mémoire de l’ancienne Ultimage, n’en pipa mot. La puissance s’entretenait ; une vérité que Vanille avait bien comprise. Elle ne détenait pas une puissance pareille par erreur ou par hasard. Dans l’attente d’une réponse, elle ne cilla pas alors qu’un nouveau cri perçait l’Antre. Peu sentimentale, elle ne s’émouvait pas des tourments des inconnus, pas plus que des peines des membres de sa propre famille. Après une légère pause, elle ajouta : « Que t’est-il arrivé, Lynn ? » Elle était curieuse du sort qu’elle avait pu subir, elle qui fut Reine et forte à une époque. Très peu de bruit avait circulé à son sujet. Les quelques rumeurs qui étaient parvenues aux oreilles de la Khæleesi n’avaient rien de satisfaisantes. Elle préférait avoir la version de cette Magicienne.

Vanille pencha très légèrement la tête en arrière, le temps d’épier le ciel. Des ombres filaient dans la voûte grisâtre. Elle sourit. Elle savait de quoi il s’agissait. Ses amis n’étaient jamais bien loin.

800 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 24 Mai 2016, 18:37

Le voile d'invisibilité s'était dissipée. Révélant une la petite silhouette emmitouflée dans une épaisse cape de voyage aux contours fuyants, comme si le sortilège ne l'avait pas totalement quitté. Pourtant c'était bien la pénombre et le tissage de mauvaise facture qui donnait à la toile cirée cet aspect discret et quelconque. Un capuchon de cheveux cendreux dépassait d'une grosse écharpe au rouge délavé, qui grignotait le visage de la magicienne jusqu'au mince trait rosé que formait sa bouche et d'où dépassait son éternelle pipe de verre.

Lynn dévisagea la sirène à son tour. Elle non plus n'avait pas beaucoup changé. Toujours cette cascade de cheveux roux et ce visage de porcelaine. Cependant, Vanille avait un peu perdu de cette légèreté qui la caractérisait autrefois ; ce brin de folie chargé d'innocence qu'accompagnait une cruauté toute enfantine. Elle semblait plus dure, plus mature, et peut-être un peu plus éprouvée par les épreuves de la vie. Ce n'était toutefois qu'une brève analyse esquissée en quelques secondes à laquelle il ne fallait pas apporter trop de crédit. On ne juge pas les gens sur une première impression. Du moins, pas quand on est cartésien comme Lynn.

Quoiqu'il en soit, la magicienne jaugeait Vanille avec une méfiance toute justifiée, car si elle avait changé d'un iota, son côté imprévisible, lui, demeurait une inconnue dangereuse dans l'équation. Si la sirène décidait de l'éliminer, Lynn ne pourrait pas faire grand chose contre ça.

La peur...

C'était de la peur ? A peine cet abjecte sentiment avait effleuré la fière jeune femme qu'une pointe de colère l'en chassa immédiatement. A plus forte raison que Vanille était en train de s'enquérir de ce qui lui était arrivé, comme si elle était au bord du gouffre. Heureusement qu'elle lui épargnait cette lueur de pitié qui accompagnait habituellement cette répugnante expression : "Qu'est-ce qui t'es arrivé".

-Je pensais qu'en donnant des ordres, je n'en recevrais plus jamais, mais je me suis trompé, avoua-t-elle. Les rois et la reines n'ont pas beaucoup de pouvoir ; seuls les dieux en ont et à défaut d'en devenir un, je n'ai aucune envie d'être leur pion.

Lynn avait un souvenir plutôt amer du pouvoir. Les manipulations de ses archimages qui exploitaient sa trop grande gentillesse, et puis le soi-disant procès d'Orion, l'Empereur Noir. Être Ultimage, c'est plus d'inconvénients que d'avantages.

-Ensuite, disons que j'ai pris un repos bien mérité, mais j'essaye de m'y remettre doucement. Ca m'ennuie un peu de ne plus pouvoir tuer des bestioles sous le regard larmoyant de leur propriétaire.

Lynn secoua la tête pour chasser les quelques mèches qui s'étaient enroulées autour de sa pipe et pointa le bec de celle-ci vers la sirène.

-Et toi ? S'enquit-elle. Quelle genre de sinistre voie as-tu prise ? Je te voyais devenir la maitresse de ton peuple mais tu ressembles plus à une bête traquée qu'une monarque adulée. Parles à ton aise, je suis bien mal placée pour te juger.

Pour cause, Lynn ne s'attendait à rien de bon venant de la sirène. Elle était l'une des rares personnes amorales qu'elle avait eu le plaisir de rencontrer. Cette originalité était même la principale raison pour laquelle la magicienne avait une certaine sympathie envers Vanille. Alors que les gens immorales sont légion pour des raisons aussi triviales que la couardise, la cupidité et la méchanceté, les amorales sont une espèce plus rares qui ne sont le résultat d'aucuns des vices humains.

Soudain, Lynn haussa un fin sourcil qui exprimait presque de la surprise sur son visage impassible. Son regard balaya la sirène à hauteur de hanche, semblant chercher quelque chose, puis revint bredouille se fixer sur son interlocutrice.

-Et Kesmos ? Demanda Lynn qui avait presque oublié la grosse peluche tigrée que la sirène se trimballait partout.

Une chose qui ne changeait pas, la jeune femme était toujours aussi curieuse. Un défaut qui s'accorde forcement avec les érudits et les sages que prétendent être les magiciens. Mais ce n'était pas forcement un intérêt morbide pour les mésaventures de la sirène qui l'animait, seulement une sincère implication dans le destin d'une femme qui avait jadis croisé sa route et qu'elle voyait s'élever avec elle dans les plus hautes sphères. Après tout, Lynn s'était confiée, même si son histoire n'était pas bien passionnante et motivée par la fainéantise, elle s'attendait bien évidemment à recevoir la pareille.

789 mots
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Rode, petite ombre... [PV ninille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rode, petite ombre [PV Dante]
» Quête - Rode, petite ombre... (pv Ethan)
» Rôde, petite ombre [Zane Azmog]
» Rode, petite ombre... [Nissa Cauthon]
» Rode petite ombre... {Feat Aeran}
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Antre des damnés-