Le Deal du moment :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz ...
Voir le deal
999.99 €

Partagez
 

 Les murmures du chaperon [Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Sam 04 Juil 2015, 00:22


    Un murmure… Au loin, puis se rapprochant à mesure qu’elle avançait… Un autre prenait le dessus, suivant ce même crescendo… Puis un troisième… Et ainsi de suite, jusqu’à obtenir une bruit assourdissant dont on ne pouvait s’échapper…Mais Jenifaël ne comptait pas mourir ici, et surtout, pas ainsi ! Mourir de folie en entendant des voix dont on ne pouvait se débarrasser, ce serait bien ridicule.

    Mais que faire pour que cela cesse ? Elle ne pouvait pas attendre ici, accroupie, se bouchant les oreilles du mieux qu’elle le pouvait, même si cela s’avérait largement insuffisant. Alors à quoi bon, n’ayant rien à perdre, elle se mit à courir. Et elle ne devait pas s’arrêter tant que ces voix continueraient. Il fallait tenir, ces murmures finiraient bien par prendre fin, le tout était de savoir s’ils cesseraient avant qu’elle ne devienne folle et qu’elle ne parvienne plus à sortir.

    Pourquoi n’avait-elle pas contourné cette forêt bon sang ! Ça sentait le piège à plein nez… Mais mademoiselle la démone  avait préféré ce chemin direct qui aurait dû être plus rapide… Ou pas, dirait-on dans ces cas-là. Haletante, elle s’autorisa une pause alors qu’elle sentait les voix s’estomper. Ce ne fut que de courte durée puisqu’elles reprirent de plus belle. Jenifaël se désespérait... N’y aurait-il donc jamais de fin à ce calvaire ? Elle en était pourtant loin. Et cette boucle incessante la mettait hors d’elle. Elle avait à présent arrêté de chercher l’origine des murmures, qui s’abaissaient cette fois ci de manière plus efficace semblerait-il. Jen releva la tête, qu’elle s’efforçait de garder baissée pour ne pas s’effrayer davantage et assimiler l’image obscure et lugubre de cette forêt aux différents sons aussi incompréhensibles qu’angoissants. Elle entrevit alors une silhouette, de manière très brève. Etait-ce son sauveur ? Un magicien capable de contrôler ces voix venues de nulle part ? Ou était-ce son tyran ? Un homme qui aurait des aptitudes obscures de maitrise de sorts mentaux ? Pour le savoir, la démone n’avait plus qu’à prendre son courage à deux mains, et aller dans la direction de l’ombre…

    Elle s’approcha alors prudemment, bien décidée à découvrir l’identité de cette homme, de manière totalement imprudente car s’il était responsable de ce qui se passait dans cette forêt, il écraserait la démone d’un battement de cil s’il le voulait. Néanmoins, ce ne fut pas un homme qu’elle vit derrière cet arbre, mais un animal. Elle ralentit son pas juste qu’à distinguer l’espèce de cet être vivant… un loup. Dans cette forêt où rien augurait de bon ; la jeune femme ne se fia pas à cet animal et privilégia rapidement la fuite… Comme si elle pouvait lui échapper, elle dont l’armure l’encombrait, et dont la cape noire qui la dissimulait manquait à de nombreuses reprises de la faire trébucher… jusqu’au moment où cela arriva. S’en suivit alors une cascade magistrale se terminant par deux jolies roulades, jusqu’à être à l’arrêt.  La bête s’approchait d’un pas lent

    .*Hub, si tu as l’intention de m’aider, c’est maintenant qu’il faut rappliquer !*

    Mais le rapace semblait loin. Bien que fidèle à sa maîtresse, il était intelligent et avait rapidement fuit cette endroit de malheur. Néanmoins, son aide n’était peut être pas nécessaire… après tout, le loup ne semblait pas se montrer agressif, au plus grand étonnement de Jenifaël…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 05 Juil 2015, 20:58


Raphaël marchait, d’un pas assez rapide dans la forêt. La forêt des murmures. Une personne normale se serait maudite d’être entré la dedans, mais pas lui. Il était presque heureux. Heureux de sentir toujours un regard posé sur lui, et d’entendre ses murmures autour de lui. Avec ces deux éléments combinés, il était sur ses gardes, comme s’il était persuadé que quelque chose allait lui sauter dessus. Mais il n’y avait pas que ça. L’adrénaline parcourait ses veines et le tenait en alerte, repoussant la peur au fond de son être. Il en fallait beaucoup pour effrayé quelqu’un comme lui, de nature extrêmement calme, en grande partie parce qu’il était affilié à l’eau. Mais il sentait petit à petit la peur monter en lui, malgré l’adrénaline. Cette dernière n’allait pas la repousser en permanence. Et cela faisait déjà quelques temps qu’il était ici. Assez pour que l’hormone ne fasse plus effet. Et, encore une fois, il ne pouvait compter que sur lui-même. Nathaniel, malgré son envie de protéger le jeune homme, son instinct avait refusé de le faire entrer. Après tout, n’importe quel animal sein d’esprit, même s’il recherche la violence, ne rentrerait pas là-dedans.

Petit à petit, l’adrénaline perdit de son effet, et les murmures devinrent de plus en plus inquiétant, de plus en plus persistants. Raphaël accéléra le pas, et finit par se mettre à courir. Sa propre curiosité, mêlé à celle de Bagaya, il aurait voulu savoir d’où venait le murmure, mais la peur le prenait au ventre. Il secoua la tête, essayant de refouler les souvenirs enfouis de la vielle Sorcière qui revenait. Cette foutue malédiction commençait vraiment à le mettre en rogne. A un point qu’il se mettait à détester Bagaya, et pourtant ce n’était pas dans son caractère. Le problème, c’est qu’à cause de ça, un mal de crâne finit par l’envahir. Les images défilaient rapidement devant ses yeux, brouillant sa vue. Il trébucha sur une racine, et s’écrasa lamentablement par terre. Il roula quelques mètres, entraîné par sa vitesse. Par pur instinct, il mit les mains sur sa nuque, mais ne put rien faire pour empêcher la chute. Il finit par s’arrêter contre un arbre, son dos cognant contre lui. Mais il ne sentit pas la douleur. Seul celle dans sa tête prenait le pas sur tous ses autres sens, anéantissant tout sur son passage. Serrant les dents, il mena un combat contre les souvenirs, et réussit à les refouler. Relâchant ses muscles, il prit plusieurs inspirations pour calmer son rythme cardiaque. Son cerveau n’était vraiment pas fait pour ce genre de traitement.

Raphaël se redressa, essuyant la sueur sur son front. Au moment de relever la tête, il aperçut un mouvement. Bondissant sur ses pieds, il se mit en garde, bâton en main, et attendit. Rapidement, une bête sortie de l’ombre. C’était un loup. L’animal n’était pas menaçant, au contraire. Il marchait lentement, donnant cette impression de danger majestueux, mais pourtant, il n’avait pas une position d’attaque, et rien ne faisait penser qu’il le ferait. L’Elémental en était persuadé, car il commençait à passer maître dans l’art de déduire les émotions, et futures actions des gens, ou animaux, en observant leur comportement. C’était bien pratique pour quelqu’un qui voyageait autant que lui, et qui ignorait le nombre d’ennemi, ou d’ami qu’il avait. La bête se retourna, et se mit à avancer. Il s’arrêta quelques mètres plus loin, et jeta un regard par-dessus son épaule, observant Raphaël, comme s’il l’invitait à le suivre. La curiosité remportant sur le reste, l’Elémental se mit à marcher, mais resta sur ses gardes. Un animal était imprévisible. Le loup se mit à courir à un rythme que Raphaël pouvait suivre. S’en savoir pourquoi, il avait la forte impression de se mettre dans de sales draps. A nouveau. Comme d’habitude en fait. Il fallait bien avouer que c’était son pain quotidien, mais qu’il aimait ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 06 Juil 2015, 15:06

    La panique liée à la compagnie du loup laissa place à l’espoir… Cet espoir qui s’était auparavant éteint, dès le moment où elle pensait ne plus pouvoir échapper aux murmures. Et après tout, tout s’apprêtait à croire que l’être incarné par ce loup les avait fait taire. Peut-être pourrait-il également la sortir de là, s’il était vraiment son sauveur du jour.

    Ce dernier, après l’avoir longuement fixée dans les yeux, partit doucement à l’Ouest. Il dégageait une aura dont seul un être magique pouvait être responsable. C’était mystique, hypnotisant… Sur ses gardes tout de même, la démone le suivit inconsciemment. Ce loup était le seul espoir qu’elle avait pour la sortir de cet endroit maudit. Et qui sait, les murmures assourdissants ayant cessé à son arrivée, peut être recommenceraient-ils de plus belle une fois que la bête aurait quitté ces lieux. La démone ne souhaitait en aucun cas revivre cela, et préférait suivre cet animal, tout en gardant une distance acceptable pour être réactive au cas où un danger faisait surface.

    A sa suite et durant tout le trajet, le silence était toujours de mise… Et si ce loup était à l’origine de ces murmures, pour apparaitre comme un sauveur alors qu’il cessait lui-même les tourments qu’il aurait créés ? Et si cette stratégie avait pour seul but d’attirer l’appât vers un piège, son piège ? La jeune femme aurait dû passer plus de temps à méditer sur cette hypothèse, mais n’en fit guère, trop soulagée de mettre fin à l’angoisse qui l’habitait précédemment.

    Au fur et à mesure que leur marche avançait, la main de Jenifaël se desserrait de sa dague, jusqu’à qu’elle reprenne le dessus quand ils arrivèrent à une petite maisonnette en bois, bâtie de manière très élégante. Le loup s’approcha délicatement de la porte, et frotta sa patte contre le bois. C’était certainement sa manière d’annoncer son arrivée et son identité.

    La belle démone resta à quelques mètres de l’entrée, cachée derrière un buisson. Après tout, on n’est jamais trop prudent, et elle ne savait pas ce qui se cachait dans cette maison, bien qu’elle n’ait, à première vue, rien d’un manoir hanté. Mais comme on dit, l’habit ne fait pas le moine…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 07 Juil 2015, 02:03


Dans sa course, Raphaël avait fini par remarquer que les murmures n’avaient pas cessé, mais avait diminué, et que la peur l’avait quitté. Cette peur qu’il ignorait d’où elle venait. Il était content, car, bien qu’il fût difficilement apeuré, il détestait cette sensation. Mais comme tout le monde. Personne n’aimait la peur. Enfin, en un sens, il ne la détestait pas tant que ça, car elle pouvait le maintenir en vie, ainsi que tous ses sens en alerte. Il prenait de grandes inspirations tout en suivant le loup, essayant de garder un bon rythme cardiaque, ainsi que des muscles en formes. Heureusement, le loup courait plutôt lentement, par rapport à sa vitesse maximale. L’Elémental ignorait pourquoi l’animal était aussi sympathique, et il savait d’expérience que tous les animaux étaient dangereux. Nathaniel l’était encore malgré sa loyauté envers Raphaël, il avait certaines réactions violentes. Violentes mais ça se passait souvent contre des gens qui leur voulait du mal. Une bonne chance pour Raphaël, car le dragon de feu avait un caractère presque complètement à l’opposé du jeune homme. Seul l’adrénaline et leur amour de l’action les liait réellement. Et aussi une loyauté sans faille venant de l’un et de l’autre.

Le loup le guida à travers la forêt, ne semblait pas effrayé le moins du monde par les murmures. Il devait y être habitué. L’Elémental serrait son bâton, prêt à frapper si quelque chose venait l’attaquer, ou que le loup se retourne contre lui. Il était trop méfiant pour se laisser guider tranquillement à travers une forêt inconnue, et effrayante. Le loup devait sentir qu’il était méfiant, car il ralentit. Au bout d’un moment, Raphaël ignorait combien exactement, il finit par arriver devant une petite maison en bois. Construite de manière élégante, la voir dans un tel endroit donnait l’impression étrange qu’elle n’avait rien à faire là, et pourtant, en même temps elle semblait être parfaitement fondue dans le décor. Ces deux sentiments étaient antithétiques. Mais il était loin d’être un professionnel en ce qui concernait la description de sentiment. Que ce soit les siens, ou ceux des autres. Encore une chose paradoxal, car il était devenu un expert en analyse comportementaliste.

Le loup s’avança vers la maison, mais ne fut pas suivit par Raphaël. Ce dernier préféra se planquer derrière un amas de buisson, et attendre. Il vint gratter à la porte, qui ne tarda pas à s’ouvrir sur une jeune femme. Elle s’agenouilla en face de lui, et sembla l’écouter, lui caressant la tête. Elle était d’une beauté époustouflante qui aurait pu faire tomber n’importe qui sous son charme, mais, sans grand étonnement, cela ne fit rien à l’Elémental. Ne pas ressentir d’attirance pour lui ou l’autre sexe pouvait se montrer très avantageux. Il évitait de tomber dans les pièges tendus par les femmes, ou hommes. Puis la jeune femme se redressa, et il put distinguer son visage. De longs cheveux châtains, ondulés, encadrant un visage pâles. Elle portait une cape rouge, faisant ressortir sa pâleur. Elle balaya l’endroit du regard, puis finit par dire, sa voix douce et chantante, un sourire gentil sur le visage. « Dit donc vous deux, et si vous sortiez de votre cachette ? Si je vous avais voulu du mal, j’aurais pu demander à mes loups de le faire ». Raphaël haussa un sourcil. Il s’était douté, en voyant le comportement des loups, et le sien, qu’elle savait qu’il était là, mais elle venait de dire qu’ils étaient deux à se planquer. Donc une autre personne était ici, et s’était sûrement fait guidé par un autre loup.

L’Elémental observa la jeune femme quelques secondes, se demandant s’il ne devait pas faire demi-tour. Tout ceci sentait le traquenard. Mais en même temps, et malgré le fait qu’il puisse retenir le moindre détail, et était donc dans la quasi incapacité de se perdre, il l’était. Le fait de courir comme un aveugle, et d’avoir eu une crise lui avait fait oublier le fait de regarder autour de lui. Ce qu’il faisait toujours en temps normal. Donc, demander de l’aide à la jeune inconnue était son seul moyen de sortir d’ici, à moins qu’il veuille tourner en rond pendant des années. Elle semblait vivre ici, la conclusion logique était qu’elle sache comment sortir de la forêt. Mais, cet endroit avait tendance à rendre dingue, il suffisait de voir son comportement de tout à l’heure, alors cette femme ne devait pas être tout à fait saine malgré son sourire enjôleur. Raphaël finit par soupirer, et s’avancer de quelques pas, sortant de l’ombre. Il restait quand même à une certaine distance, gardant son bâton serré dans sa main, prêt à se défendre. Il s’arrêta, et s’appuya dessus de manière assez nonchalante et détendu. « Qui dit que ton copain serait revenu vivant ? ». Au moins il mettait les choses à plat. Elle leur avait fait une menace voilée. Bon, la plupart des gens ne l’aurait pas vu, mais son petit minois ne trompait en rien l’analyse aiguisé de Raphaël, qui reconnaissait les signes du mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 08 Juil 2015, 22:21

    Jenifaël était donc cachée derrière ce buisson, accroupie et méfiante comme peu de personnes l’auraient été. Ce n’était qu’une maison, elle s’attendait à quoi ? Voir un monstre sortir ? Un dragon lui crachant du feu au visage à peine aurait-il ouvert la porte ? Non mais franchement… L’extrême méfiance dont elle faisait preuve finirait bien par se retourner contre elle un jour. Et pourtant, à son grand étonnement, Un autre individu était lui aussi caché ? Pourquoi ? L’avait-il imitée en la voyant arriver peu de temps avant lui ? Aucune idée, mais en attendant, les deux loups étaient là, grattant à la porte comme pour annoncer qu’ils avaient brillamment accompli leur mission, comme pour réclamer leur récompense.

    L’attente ne fut pas longue. Lorsque la poignée s’abaissa, la démone se baissa légèrement plus, par pur réflexe, mais observant toujours attentivement la scène, et ce qui se cachait dans cette étrange maison posée au milieu de nulle part… Cette maison, paraissant si accueillante, contrastait en effet avec ce lieu sombre et lugubre qu’incarnait le cœur de la forêt des murmures. A l’image de la maison, ce fut une jeune demoiselle vêtue d’un capuchon rouge qui pointa le bout de son nez, se baissant pour caresser et féliciter ses loups. La pâleur de son visage faisait froid dans le dos, et la douceur de ses traits ferait naturellement craquer tout homme qui se respecte. Elle dégageait une naïveté et une gentillesse qui mettait en confiance. Pourtant, elle ne semblait pas si naïve que cela en affirmant qu’elle savait que deux personnes étaient cachées ici-bas. Peut-être qu’elle aussi cachait donc bien son jeu. Mais personne ne pouvait s’en douter pour le moment.

    Alors comme ça elle n’était pas seule ? Après tout il y avait deux loups… Deux loups, deux cibles… et elle ne pouvait pas rester cachée, puisque sa présence était déjà connue de la demoiselle au capuchon, manifestement. Et à vrai dire, il n’y avait pas de raison de rester terrée ici... elle était épuisée, le ventre vide, et n’arriverait pas à trouver la sortie de cet endroit de malheur seule. Alors, elle irait à la rencontre de cette femme mystérieuse, même avec méfiance néanmoins. Et après tout, un autre individu était apparemment dans le même cas qu’elle. Donc dans l’hypothèse où la situation tournerait mal, elle ne serait probablement pas seule à vouloir s’en sortir. Mais il n’y avait pas lieu de dramatiser pour le moment de toute façon.

    Un homme sortit d’un buisson opposé, adressant à la femme une réflexion qui laissa échapper un rictus amusé de la part de Jenifaël, devant la prétention dont il faisait preuve. C’est alors qu’elle sortit elle aussi, munie de sa cape noire, la tête baissée et son capuchon noir ne laissant pas apparaître son visage. Elle leva légèrement les yeux vers l’inconnu, pour jauger un peu ses intentions. Ce dernier n’avait pas l’air très rassuré non plus. Mais bon, au pire des cas, ils étaient deux.

    « Allez, entrez ! J’ai préparé une soupe. »

    Le ventre de la belle démone répondit à la place de cette dernière, alors qu’elle lui emboîta le pas sans dire un mot. L’intérieur de la maisonnette était tout aussi charmant que l’extérieur. Meubles en bois, fleurs et plantes en tous genres, c’était un endroit des plus chaleureux. Au fond de la pièce principale était exposé un gros chaudron dont le contenu semblait bouillant, à en juger par l’évaporation s’y dégageant. La soupe ? Probablement, mais pourquoi un si gros chaudron si elle vivait seule ? Étrange…

    « Vous avez faim ? »

    Jenifaël, toujours sans un mot, acquiesça. Elle était affamée alors que la jeune fille fit signe aux deux individus de s’asseoir à sa table pendant qu’elle remplissait les bols.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 10 Juil 2015, 17:38


La femme aux loups afficha un léger sourire rassurant, mais Raphaël ne put s’empêcher de voir qu’elle n’avait pas apprécié la remarque. Un bruit de buisson se fit entendre, et quelqu’un en sortit un peu plus loin. Il tourna la tête dans cette direction. Il ne pouvait pas voir le visage de la personne, ni même son corps, car elle était recouverte d’une cape, mais il en déduisit que c’était une femme d’après sa posture et sa façon de marcher. Mais il pouvait se tromper, et elle ne dit pas un mot. En tout cas, elle était aussi rassurée que lui, c’est-à-dire, pas du tout. Elle avait sûrement courut, tout comme lui, après tout, la peur inspiré par ce lieu était peut-être une illusion, mais toute personne semblait la ressentir. Sauf les quelques dingues qui vivaient ici, parce qu’apparemment la femme en face n’avait pas la moindre trace de peur.

La femme à la cape rouge fit une proposition, difficile à refuser. Leur donner à manger. L’esprit de Raphaël résista quelques secondes, mais la faim que ressentait son estomac prit le dessus, et il s’avança, tout comme l’autre inconnue. Ils entrèrent tous les deux, suivant leur hôte. La maison, aussi surprenant que cela puisse paraître, était charmante, et presque rassurante. S’il n’était pas aussi méfiant, l’Elémental aurait pu se laisser aller, mais quelque chose lui disait qu’un truc clochait. Et, la partie de sa personnalité qui commençait à ressembler à Bagaya, lui soufflait la même chose. Enfin, il fallait dire que la Sorcière n’avait confiance en personne, pourtant, il ressentait une sorte de ressemblance avec l’inconnue. Peut-être qu’elle était aussi une Sorcière ? C’était fortement possible. Dans ce cas-là, il valait mieux qu’il évite de se montrer en tant qu’Elémental. Les deux peuples s’aimaient pas vraiment, et, déjà qu’il commençait à s’auto-détester à cause de la haine qu’avait la vieille Sorcière pour le peuple élémentaire, c’était pas le moment qu’il est d’autres ennemis.

L’odeur de la soupe lui donna l’eau à la bouche, et il tenta de déglutir le peu de salive qu’il avait réussis à produire. Ca faisait un moment qu’il n’avait pas bu, et, bien qu’il puisse créer de l’eau, il s’abstint de faire ça. La discrétion, la discrétion. Il devait se répéter ça, sinon il allait encore faire une bourde, comme à son habitude. La taille du chaudron était impressionnante pour une femme seule. Raphaël jeta un regard à la seconde inconnue, tandis que leur hôte leur faisait signe de s’asseoir. Il hésita quelques secondes, puis s’approcha de la table. Il s’assit, posant son bâton contre la table, de manière à ce qu’il puisse l’atteindre en cas de danger. Il ne lâchait pas les deux femmes du regard, adoptant pourtant une position relâchée, bien qu’elle soit feinte. La propriétaire revint avec trois bols pleins sur un plateau. Elle les posa devant ses deux invités, leur donnant également une cuillère. Puis elle s’assit en face d’eux. « Et voilà, j’espère que la soupe vous plaira ». Dit-elle avec une voix, et un sourire, enjôleur. Son petit cinéma rassurant, ou numéro de drague, passa loin au-dessus de Raphaël, qui n’était pas affecté, et gardait sa méfiance. Mais, il joua le jeu, adressant un sourire de remerciement à la femme. Il baissa les yeux sur sa soupe, plongeant la cuillère dedans. Son estomac lui criait de ramener le liquide à sa bouche, mais son esprit, qui réussissait à éloigner les instincts primitif quelques secondes, l’en empêchait. Raphaël lança un regard aux deux femmes, se demandant ce qu’elles allaient faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Les murmures du chaperon [Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q] Les murmures d'Obeah
» Délicats Murmures [Évent II - Pv Châtaigne - Mission III]
» | Description de la Forêt des Murmures |
» [EDR Réprouvé] Les murmures des disparus
» [Q] - Les murmures derrière les masques.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Forêt des murmures-