Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

Partagez
 

 Bouteille à la mer | Destinataires inconnus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orphée Dasgrim
~ Orisha ~ Niveau I ~

~ Orisha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 147
◈ YinYanisé(e) le : 11/03/2023
◈ Activité : Voyager avec les Enfants de Yanna
Orphée Dasgrim
Jeu 11 Mai 2023, 23:12



Unknown

Bouteille à la mer

Elyot & Orphée



Penché sur le petit bureau de la cabine, Orphée formait minutieusement ses lettres sur le papier, la langue sortie tel un gouvernail qui l’aiderait à garder le cap. Assis sur ma couchette, dos contre le lambris, je l’observais. Depuis qu’il savait lire et écrire, il s’amusait à adresser des courriers à des destinataires inconnus. Au début, j’avais trouvé cela étrange – inhabituel, en tout cas. Avec le temps, j’avais fini par m’y habituer, si bien que désormais, je le regardais noter ses dernières aventures avec une tendresse toute particulière. Ce n’était pas plus intrigant que d’avoir des amis imaginaires. Le garçon n’avait pas la chance de pouvoir fréquenter régulièrement d’autres enfants de son âge. Grâce à l’expédition, cela devait changer. Sa passion pour ces mots jetés à l’océan le suivrait-elle ? Peut-être. Les habitudes ancrées ressemblent aux coquillages qui dévorent la coque des navires – il est difficile de s’en débarrasser. Pourtant, en général, il ne recevait pas de réponses. La plupart de ses messages n’arrivaient jamais à destination. La mer était vorace : elle pouvait bien les dévorer. Pour les quelques rares qui trouvaient des mains prêtes à les recueillir, j’avais ensorcelé les bouteilles de sorte à ce qu’elles revinssent près de nous dès qu’elles étaient plongées dans l’eau. Notre vie de nomades ne se prêtait pas à d’autres modes de communication. Nous bougions trop souvent, trop vite. « Est-ce que je peux dire qu’on va à Port Diraella ? » demanda-t-il, sans relever la tête. « Oui. » - « Je peux parler de l’expédition avec Circë ? » - « Je ne préfère pas. » - « Pourquoi ? » - « Imagine si ta lettre tombe entre les nageoires d’une armée de requins affamés qui voudront nous croquer ! » m’exclamai-je en me redressant, les mains recourbées comme des griffes. Orphée rit. J’aimais son rire. Sa façon de résonner avec tant de légèreté, ses tressautements incontrôlables et les pétales de joie dont il parsemait son visage. « T’es bête ! » Je souris et me laissai repartir en arrière. « Et si je dis juste qu’on participe à une expédition ? Pour chercher un trésor, comme des pirates ? » - « Tu peux. » Nous lisions souvent des histoires, ensemble. Des légendes sur des marins, des aventuriers, des explorateurs. Je lui apprenais la syntaxe, la grammaire, l’orthographe, la conjugaison et toutes ces choses qui, lui expliquais-je, permettait au poète de transformer des phrases en sensations. Il aimait la poésie et la littérature, tant qu’elles étaient adaptées à son âge. J’avais eu du mal à trouver ce qui pourrait lui plaire, au début. Quand je l’avais recueilli, j’avais presque oublié ce que c’était, d’être un enfant. Il replongea sur sa feuille, et je laissai le silence s’étendre entre nous.

Cher inconnu, chère inconnue,

Ce soir, nous arrivons à Port Diraella. Je crois que nous sommes un peu en retard, par rapport aux autres navires. Nous avons eu quelques problèmes, en route, mais rien de grave.

C’est la première fois que je vais à Port Diraella. J’ai hâte d’arriver, parce que je suis curieux de voir à quoi cela ressemble. T’y es-tu déjà rendu(e) ? Mon père m’a raconté que c’est la première ville qui a été construite sur Tælora. Elle a été partiellement détruite, il y a quelques temps, par des Zihaags. En as-tu déjà vu ? Moi, jamais, mais je crois que je ne suis pas très curieux de voir à quoi ils ressemblent en vrai. Ils sont suffisamment inquiétants en dessin. Il paraît que la ville est déjà entièrement reconstruite. C’est impressionnant, non ?

Nous allons à Port Diraella pour rejoindre d’autres aventuriers (tous ne font pas partie des Enfants de Yanna, je crois). Nous allons participer à une expédition (nous cherchons un trésor). Je suis très impatient de rencontrer les autres équipages et de démarrer cette aventure.

Et toi, que fais-tu en ce moment ? As-tu des projets que tu as hâte de réaliser ?

J’espère que cette lettre te trouvera. Pour me répondre, tu as juste à mettre ta feuille dans la bouteille, à la refermer et à la mettre dans de l’eau (il faut faire comme cela parce que je ne serai peut-être plus à Port Diraella quand tu répondras).

À bientôt,

Orphée

« C’est bon, j’ai fini ! Tu peux relire pour corriger, s’il te plaît ? » Je levais les yeux de la boussole qui pendait à mon cou. « Bien sûr. » Toujours, je corrigeais, et je retirais ce qui devait demeurer secret. Je n’aimais pas l’idée que quelqu’un pût savoir trop de choses sur nos vies. Il arrivait que, mû par un pressentiment, je changeasse le prénom du garçon. Cette fois, je ne modifiai que quelques fautes d’accord, l’écriture de deux ou trois mots et une tournure de phrase. Je ne ressentais aucun danger potentiel. Si cette lettre était lue, ce ne serait pas par un esprit malveillant.



Message I – 819 mots

Le narrateur, Ulysse : apparence.


Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40008-orphee-dasgrim-ve
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Mer 31 Mai 2023, 05:03

Bouteille à la mer | Destinataires inconnus Yuumei12
Image : Water's Shadow - (Yuumei) Wenqing Yan


Le dos appuyé contre la balustrade du navire, Elyot exhala un soupir que le vent frais de la nuit condensa en nuage de buée. Penché au-dessus de lui, Halfdan soutenait délicatement sa tête à l’aide d’une main qu’il avait enfoui dans ses cheveux, tandis que de l'autre, il lui étreignait la taille pour éviter qu’il ne tombe au fond de l’océan. Sous la lumière émise par l'œil divin de Phoebe, l'éclat blanchâtre de ses crocs contrastait avec la couleur, bien plus vive, du sang qui s'écoulait sur la courbe du cou de sa victime, dont les doigts se resserrèrent autour de la barre de métal qu'il agrippait derrière son dos. En pleine extase, le pouls de l'Ygdraë s'accélérait à mesure que le Vampire apaisait sa soif dévorante, ravivée par l'odeur alléchante qu'il dégageait et qui se transposait sur ses papilles gustatives. Comme une bête affamée, l’Enfant de la Nuit ingurgitait son sang avec une intensité qu'il peinait à maîtriser, peu accoutumé aux délices que lui procurait cette volupté dont sa Mère lui avait toujours privé afin de l’empêcher de déraper. À présent qu'il avait bravé l'interdit, il comprenait mieux les réserves qu'elle avait pris à son égard, mais l'appétit que son collègue avait éveillé en lui l'avait malheureusement rendu aveugle au danger. Pourtant, il avait été le premier à s’opposer à la proposition du sylvestre, qu’il avait immédiatement catégorisé comme étant une idée folle et imprudente. Il ne voulait pas lui causer davantage de problèmes, d’autant plus que le jeune homme avait déjà frôlé la mort quelques mois auparavant, y échappant par il ne savait quel miracle. Il serait cruel de l’amener à revivre cette même expérience à cause d’une erreur stupide qu’ils auraient facilement pu éviter. Malgré tout, le Vampire s’était laissé convaincre par les belles paroles susurrés par l’Enfant de Yanna sous le couvert de l’expérimentation, acceptant sa proposition sans toutefois connaître ses véritables intentions. Elyot n’avait pourtant pas menti : sa curiosité à l’égard du Baiser était réelle, et bien que les souvenirs d’une ancienne Reine eussent influencé son jugement, il ne regrettait absolument pas son choix. S’il était tous les deux consentants, alors l’acte devenait forcément légitime, non? Cependant, il valait mieux qu’il s’abstienne de se faire prendre à un jeu aussi dangereux, même s’il avait confiance en ses habiletés pour se sortir d’un pétrin, si jamais le contexte l’y contraignait. C’était la promesse qu’il avait accepté de sceller auprès du Vampire en échange de sa coopération. Cette nuit marquait par ailleurs le commencement de leur partenariat singulier.

L'écho d'un verre qui cogna timidement la coque du bateau le tira brusquement de ses pensées, alertant ses sens décuplés par l'œuvre de sa Magie. « Arrête. » souffla-t-il à l'intention d'Halfdan posant ses deux mains contre son torse pour l’obliger à reculer. Enivré par l’arôme unique de son hémoglobine, le Vampire ne réagit pas d’emblée à l’avertissement contenu dans sa voix, s’acharnant à consumer le précieux liquide vermeil jusqu’à ce que les gestes du sylvestre se fassent plus insistants. Décrochant ses dents de la chair qu’il avait percé, le blond braqua sur lui un regard interrogateur pendant qu’il s’essuyait le rebord des lèvres. « Qu'est-ce qu'il y a? » le questionna-t-il avant de se figer abruptement. « Quelqu'un nous a vu? » - « Chut! » Les paupières closes, Elyot écoutait le bruit des vagues s'écraser contre le métal qui fortifiait le pourtour de l'embarcation, à l'affût du son particulier qu'il avait entendu. Il n'eût pas à attendre longtemps avant que le courant réoriente la trajectoire du débris invisible vers le Vaisseau en produisant un tintement distinctif. Pivotant sur lui-même, le Löth se hissa sur la rambarde afin de repérer ce qui se cachait sous les flots, plissant les yeux pour l’aider à sonder l’horizon à travers le voile opaque de la nuit. Lorsque la Lune darda ses rayons sur un objet translucide, l’Ygdraë invoqua des lianes qu’il manipula habilement pour venir pêcher le déchet échoué. « Une bouteille. » murmura Halfdan en examinant la chose détrempée qui reposait entre ses doigts. « Ce n’est qu’une bouteille. » Un soupir de soulagement s'évada immédiatement de ses lèvres dès qu'il réalisa leur erreur. « Fausse alerte! » conclut-il en se passant une main dans les cheveux. « Tu m'as vraiment foutu la trouille, Alvys. » Malgré le rire nerveux qui secoua ses cordes vocales, le Mousse n'émit aucun commentaire. Son attention était concentrée ailleurs. « Il y a quelque chose à l'intérieur. » constata-t-il en faisant miroiter la bouteille à la lumière des étoiles. Il retira le bouchon. « C'est une lettre. » déclara-t-il, surpris. « Sérieux? Fais voir. Je veux la lire. »

Abandonnant le pont et la brise frissonnante de la nuit derrière eux, ils trouvèrent asile à l’intérieur d’une salle plus éclairée, à savoir un salon commun où d’autres Enfants de Yanna, sans doute atteints d’insomnie pour travailler à une heure pareille, s’affairaient à leurs propres occupations. Isolés dans un coin, les deux hommes se mirent à lire attentivement la missive qu'ils avaient étalé sur un tabouret. Même si le bouchon qui avait servi à fermer la bouteille n’avait pas entièrement survécu à l’épreuve de l’eau, l’essentiel du message demeurait lisible, et ce, malgré les sections ici et là où l’encre avait un peu coulé, effaçant quelques mots sans pour autant rendre le contenu incompréhensible. Une fois qu’ils eurent complété leur lecture, le silence regagna brièvement sa place, entrecoupé par le ronronnement de la machinerie et des éclats de voix de leurs voisins. Les yeux pétillants, le Buveur de Sang fut le premier à reprendre la parole, visiblement intéressé par l’auteur du courrier. « Alors? » L’Ygdraë battit des paupières, médusé. « Quoi? » - « Tu vas lui répondre, oui ou non? » - « Je... ne sais pas encore. » avoua-t-il sans cesser de fixer le papier. « Pourquoi? Ça pourrait être amusant. En plus, cet Orphée est l'un des nôtres. » - « Nous ne pouvons pas en être sûrs à cent pourcent. » le prévint le Mousse. « Qui te dit qu'il ne nous aurait pas menti? » Bien que ce genre d’excentricités collât plutôt bien au profil d’un membre de leur Empire, cela demeurait une éventualité qu’il ne pouvait prendre à la légère. Il n'y avait aucun moyen d'authentifier l'identité de cette personne, outre par son prénom qu'elle pouvait aussi avoir falsifié. « Ça non plus, on ne peut pas en être sûrs. » répliqua à son tour le Vampire. « Mais quand bien même il s'agirait d'un imposteur, jeter des bouteilles à la mer pour espérer tendre un piège à un inconnu me parait inutilement compliqué, pour ne pas dire improbable. » - « ... Tu as sans doute raison. » lui concéda-t-il en soupirant. Depuis qu’il incarnait le rôle d’Alvys, le sylvestre avait tendance à voir des impostures partout autour de lui, même quand il n’y en avait pas. Il devait se calmer, aborder les choses de manière plus rationnelle, ne serait-ce que pour garder sous contrôle cette paranoïa qui gangrénait son esprit. Sortant le stylo qu’il gardait précieusement dans ses poches, Elyot tira de sa main libre un compartiment du bureau qui contenait une pile de papiers. Il en saisit un au hasard, qu’il déposa ensuite sous l’éclairage de la lampe suspendu au-dessus de leurs têtes. « Répondons à sa lettre, dans ce cas. » décréta-t-il avant de se mettre à écrire :

Cher Orphée,

C’est par un heureux hasard que ta lettre soit parvenue jusqu’à nous (je suis présentement en train d’écrire ce message en compagnie d’un ami, d’où l’emploi du « nous »). Si ça n’avait pas été des courants favorables de la Mer de Cristal – et d’un petit tour de Magie, je crains que ta bouteille aurait terminé son voyage au fond de l’océan, broyée par les moteurs de notre navire. Comme toi, nous faisons également parti des Enfants de Yanna. C’est une drôle de coïncidence, n’est-ce pas? À moins qu’il ne s’agisse de l’œuvre du Destin, voire de la volonté d’Aylidis?

Il n’y a rien de plus excitant que de participer à une expédition de grande envergure. S’agit-il de ta première? Où comptez-vous aller? Votre voyage est-il commandité? Et si oui, par qui? L’Impératrice D’Avada? Votre Seigneur des Opaburahas? Une tierce partie? Comment te sens-tu, à quelques heures avant ton départ? Il est possible qu’au moment où cette lettre te sera réexpédiée, tu aies déjà levé les voiles, alors dans ce cas, comment trouves-tu ton expérience jusqu’à présent? Et si tu nous permets de te poser une dernière question, ferais-tu parti de la Maison Merynla, à tout hasard? Ce sont eux qui gèrent habituellement les chasses aux trésors, mais selon la nature de l’excursion, il arrive parfois que d’autres Maisons soient également impliquées, d’où ma curiosité. Soit dit en passant, nous – mon ami et moi – sommes tous les deux membres de la Maison Smara.

Sinon, pour répondre à ta question : non, nous ne sommes jamais venus à Port Diraella. Je ne doute pas qu’il s’agisse d’une cité merveilleuse, mais le territoire sur lequel elle a été bâtie est bien trop dangereux à mon goût. Si possible, je préférerai m’en tenir éloigné, un peu comme avec les Zihaags. Heureusement, nous avons eu la chance de ne jamais en croiser sur notre route, et je ne tiens pas non plus à en voir en vrai. J’espère que c’est le cas pour toi aussi.

En ce moment, c’est plutôt tranquille chez nous. Nous avons récemment célébré la Valse des Lumières sur les Terres du Lac Bleu, mais depuis, nous nous contentons simplement de voyager là où le vent guide nos voiles. Cela dit, nous passons beaucoup de temps à faire de la recherche, notamment afin d’améliorer la technologie de prothèses bioniques. Nous avons procédé à notre première opération sur les Terres d’Iyora il y a plusieurs semaines, mais il reste encore certains détails à peaufiner. À vrai dire, la technologie demeure à un stade embryonnaire, mais nous faisons tout notre possible pour corriger ses défauts. Malheureusement, nos progrès sont ralentis par d’autres projets annexes sur lesquels nous nous intéressons, comme l’études des gemmes qui sont apparues dans le ciel et de la sauge qui pollue les mers et les océans. Nous sommes présentement en route vers Aeden pour récolter quelques échantillons. Mais assez parler de nous : travailles-tu sur des projets en dehors de ceux qui concernent ton expédition? Et si oui, lesquels?

Au plaisir de recevoir de tes nouvelles,

Alvys et Halfdan



Le lendemain, aux premières lueurs matinales, Elyot roula la feuille de papier sur laquelle le Vampire et lui-même avaient reproduit leur message, l’inséra dans la bouteille qu’il s’assura de sceller comme il le faut, puis la jeta dans la gueule béante de la mer afin qu'elle puisse retourner à son propriétaire.

✠ 1 804 mots

Halfdan : apparence


Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunk
Orphée Dasgrim
~ Orisha ~ Niveau I ~

~ Orisha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 147
◈ YinYanisé(e) le : 11/03/2023
◈ Activité : Voyager avec les Enfants de Yanna
Orphée Dasgrim
Sam 27 Avr 2024, 10:20



Unknown

Bouteille à la mer

Alioth & Orphée



Je parcourus plusieurs fois la lettre des yeux. Je n’avais pas le sentiment qu’elle provînt d’individus dangereux, mais je ne souhaitais pas que nous prissions de risques inutiles. Rien ne me garantissait qu’elle retomberait bien entre les mains de ces deux amis, Alvys et Halfdan, car la bouteille qui la transportait répondait à une magie si capricieuse que toutes ses œuvres ne semblaient être que celles du hasard. Je relevai le visage vers Orphée, assis sur sa couchette, les iris rivés sur moi avec au fond des prunelles cette impatience criblée de fébrilité. En croisant mon regard, il se pinça les lèvres et battit l’air des pieds. Je lui souris. « Tu peux leur dire que nous sommes aussi de la Maison Smara, mais ne mentionne rien au sujet de l’expédition. » Le sujet revenait souvent : son enthousiasme était tel que le petit garçon avait du mal à garder ce secret pour lui. « Mais ils font partie de Yanna ? » - « L’expédition ne concerne pas que Yanna. Certains d’entre nous ne sont pas au courant de son existence, et si jamais ta lettre parvient à quelqu’un d’autre, ce sera problématique. » Orphée acquiesça lentement. « Ah, oui. » Sa figure se plissa. Il semblait réfléchir. « Tu crois qu’elle ne sera pas lue par Alvys et Halfdan ? » - « Je ne sais pas. » L’enfant parut hésiter quelques secondes, puis un large sourire fendit ses traits. « Ce serait amusant qu’elle aille ailleurs ! » Il se mit sur ses pieds d’un bond et se dirigea vers le bureau. Je me levai à mon tour et m’apprêtai à le laisser à son écriture, lorsque sa voix résonna à nouveau : « Je peux leur parler du rêve avec le dragon ? » Je me retournai et l’observai, déjà penché sur une feuille, plume à la main. « Oui. » répondis-je en pivotant vers la porte de la cabine, contre laquelle reposait la boussole. Je pris une inspiration et décrochai l’objet, dont je passai le collier autour de mon cou. Lui et moi allions devoir parler. « Appelle-moi quand tu auras fini. »

Chers Alvys et Halfdan,

Mon papa dit que je ne dois pas vous parler de notre expédition parce que c’est un secret ! Donc je suis désolé mais je ne peux pas répondre à vos questions. En plus, il dit que ce n’est pas sûr que ce soit vous qui récupériez ma lettre, alors imaginez si elle tombe sur un méchant Démon ou un Sorcier ! (si vous êtes un Démon ou un Sorcier, pardon mais c’est toujours vous les méchants dans les histoires…)

Je ne suis pas de la Maison Merynla, non. Moi aussi je suis de Smara ! Peut-être qu’on se verra lors d’un prochain voyage ? On bouge beaucoup, avec papa. Je ne sais pas où on ira après l’expédition mais peut-être qu’on se croisera. Je suis plutôt petit, avec les cheveux blond très clair et j’ai un œil vert et l’autre marron clair. Et vous ? Et vous êtes quoi ? Nous on est des Magiciens mais je n’ai jamais vécu chez eux, j’ai toujours été avec Yanna.

Je suis pressé de commencer l’expédition. Pour l’instant, on est encore à Port Dirælla. J’ai rencontré trois autres enfants d’à peu près mon âge et on s’amuse bien. J’espère qu’on sera sur le même bateau ! Pour l’instant, on n’a toujours pas vu de Ziihags (ouf !). Par contre, j’ai fait un rêve horrible ! C’était pendant l’expédition. On était sur un grand bateau, et un dragon nous attaquait. Il était trop beau mais il faisait aussi très peur. Papa m’a dit que plein de gens avaient rêvé de dragons ces derniers temps. Est-ce que c’est votre cas ?

C’est quoi, la Valse des Lumières ? Et les prothèses bioniques ? Les gemmes et la sauge, je sais, mais ça, je n’en ai jamais entendu parler. Si vous ne recevez pas ma lettre et que c’est quelqu’un d’autre qui me répond, je demanderai à papa. Il sait beaucoup beaucoup beaucoup de choses ! D’ailleurs, je ne connais pas Aeden et les Terres d’Iyora non plus : à quoi ça ressemble ? De tous les endroits que vous avez vus, c’est lequel votre préféré ?

Moi, en ce moment, je construis un bateau en coquillages. Je les ramasse sur la plage. J’en choisis des colorés et de plein de tailles différentes, et après, je les colle ensemble pour faire un bateau. Le dernier que j’ai fait, je l’ai offert à un monsieur qui nous a aidé à trouver notre chemin dans Port Dirælla. Quand celui-là sera fini, papa le fera voler ! Je pense que je le donnerai à un de mes nouveaux amis, mais il faut d’abord que j’en fasse deux autres pour qu’ils en aient tous un. Il faut que je leur demande leurs couleurs préférées et leurs bateaux préférés pour essayer de faire quelque chose qui leur plaira. Et vous, vous travaillez sur d’autres choses ? Ou surtout sur la sauge et les gemmes (et les prothèses bioniques) ? Et qu’est-ce que vous aimez faire quand vous avez du temps libre ?

À bientôt j’espère,

Orphée

PS : Si vous n’êtes pas Alvys et Halfdan, vous pouvez quand même me répondre, ça me fera plaisir ! Il faut juste écrire une lettre (mais ça ça paraît évident), la glisser dans la bouteille, bien la fermer, et la mettre dans de l’eau (mer, rivière, seau… tout ce que tu veux !). Tu peux répondre à toutes les questions de ma lettre, m’en poser aussi et me parler de toi et de ce que tu fais, si tu veux !



Message II – 950 mots

Le narrateur, Ulysse : apparence.


Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40008-orphee-dasgrim-ve
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4766
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mer 01 Mai 2024, 15:49

Bouteille à la mer

Des étincelles éclatèrent depuis le briquet pour embraser le feu de camp. Régulièrement, le groupe de Nains prenait ses distances avec Utopia et ses résidents. Ce n'était pas leur faute. Pas volontairement du moins. Mais il était difficile de vivre trop longtemps sans ressentir le flux magique qui reliait leur âme à la terre et ses trésors par le don du Dnoûde. Un objet attira l'attention d'Alþjófr. Une bouteille se promenait tranquillement dans le lit de la rivière à côté de laquelle ils s'étaient posés. Elle se laissait porter avec flegme par le courant sans se soucier de sa destination. Le forgeron s'en empara, mettant un terme à sa course. Il put constater, à l'intérieur, une feuille à l'abri des éléments. Un message ? Il ouvrit le contenant et libéra ce qu'il renfermait. Il ne craignait pas se montrer indiscret en déroulant le papier. Lorsque l'on jetait une bouteille à la mer, ce n'était pas pour s'adresser à une personne particulière et, de fait, rien de sensible n'était censé y être inscrit. Ainsi se trouva-t-il étonné de constater qu'en réalité, si, ce message était destiné à quelqu'un de précis. Décidément. Le service postal Yinois avait bien des soucis.

Cher Orphée,

Il semblerait en effet que ton message — je me permets de te tutoyer, j'espère que tu n'en prendras pas ombrage — se soit perdu en route. Je me prends à imaginer qu'une divinité a comme jeu d'égarer les missives envoyées. Figure-toi qu'il m'est arrivé une chose identique, m'amenant à correspondre avec cette inconnue qui eut réceptionné une lettre ne lui étant pas destiné. D'ailleurs, tu n'as pas à t'inquiéter de cet égarement. La bouteille n'a pas atterri entre les mains d'un Sorcier, et encore moins d'un Démon. J'appartiens au peuple Nain. De fait, si d'aventure nous devions nous croiser un jour, tu n'aurais aucun mal à me reconnaître. Nous ne sommes pas nombreux à nous aventurer hors de la Terre de Feu, le territoire où nous vivons. Si tu croises une personne de petite taille, il est fort probable qu'il s'agisse de moi.

Tu dis appartenir à la maison Smara. Il s'agit d'un groupe composant l'Empire de Yanna, n'est-ce pas ? J'ai eu l'occasion, par le passé, de rencontrer quelques-uns de ses membres, et eus la chance de pouvoir monter à bord de l'un de vos navires volants. C'était il y a longtemps, à l'occasion de ma première expédition hors de ma terre de naissance. Il faut bien admettre que c'était impressionnant, surtout lorsqu'il s'agit d'une première expérience. Ça l'est d'ailleurs toujours autant, même seulement en voyant ces vaisseaux depuis le sol.

Il est amusant également que tu évoques ce rêve avec des dragons. J'ignorais que d'autres personnes avaient vécu la même chose, quoique nos rêves respectifs semblent être différents. Le mien avait des allures de Quête. Un dragon s'en était également pris à nous — une autre personne ainsi qu'un second dragon se battant à nos côtés. De même, tu dis résider actuellement à Port Dirælla. À quoi ressemble la ville aujourd'hui ? La dernière fois que je m'y suis rendu, c'était justement à cause de l'attaque des Ziihags. Le dernier souvenir que j'en ai est une ville portuaire en piteux état. Cela étant, je te souhaite sincèrement de ne jamais voir l'un de ces monstres mangeurs d'hommes, même de loin. Ces créatures sont terrifiantes, tant par leur taille que leur barbarie.

Je ne peux malheureusement pas répondre à tes interrogations. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'assister à cette Valse des Lumières, ni même de visiter Aeden ou Iyora. Un jour, je l'espère, en aurais-je l'occasion. Toi également. Peut-être sera-ce là-bas que nous nous croiserons ? Mais parmi les lieux que j'ai pu visiter, s'il devait y en avoir un lieu sur lequel je devais m'arrêter, ce serait peut-être Avalon pour l'ambiance de la cité. Sinon les Terres d'Emeraudes ou l'île de Ryvië. Dans ces deux cas, la raison est tout autre et plus intérieure. Nous, les Nains, avons une profonde connexion avec la Terre et ses richesses. Les Terres d'Emeraudes regorgent de gemme, de minerai et de pierres précieuses, de même que Ryvië. Sentir leur présence sous nos pieds laisse un sentiment difficilement descriptible, même à l'attention d'un autre Nain, donc encore plus à une personne qui ne pourra jamais connaître cette sensation. Mais tu m'as l'air d'être jeune, peut-être n'as-tu encore jamais eu l'occasion de te confronter à cette difficulté.

Tiens, d'ailleurs, je ne t'ai pas demandé ton âge ? Mon fils, Jari, a, lui, déjà atteint sa septième année. Bientôt il sera en âge de forger ses premières lames. Il a toujours rêvé de voyager, au grand dam de sa mère, Án, mon épouse. Je suis un peu fautif dans cette histoire, je ne peux que l'admettre, moi-même voyageant beaucoup. Il a pu réaliser son rêve aujourd'hui en rejoignant l'île de Ryvië par la mer. As-tu déjà eu l'occasion d'aller visiter les Archipels de Maggie ? Si d'aventure tu venais à t'y trouver, car je crois comprendre que tu voyages beaucoup également, toi et ta famille seraient les bienvenus à Ryvië. Tous les membres de Yanna sont-ils des voyageurs ? N'est-ce pas trop dur de passer son temps à aller et venir sans avoir de point de chute où se poser ? Tout bien réfléchi, cette question ne doit avoir aucun sens à tes yeux si tu as passé ta vie sur les routes.

Quoi qu'il en soit, je te souhaite toute la chance du monde pour ton expédition secrète. Je ne doute pas qu'elle t'offre des souvenirs inoubliables et te forge une expérience unique.


NB : J'espère que cette réponse te parviendra correctement, ne serait-ce que pour que tu ne t'inquiètes pas de ne recevoir aucune réponse de la part de tes amis.


Amicalement.


Alþjófr Oaka

©gotheim pour epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Orphée Dasgrim
~ Orisha ~ Niveau I ~

~ Orisha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 147
◈ YinYanisé(e) le : 11/03/2023
◈ Activité : Voyager avec les Enfants de Yanna
Orphée Dasgrim
Sam 11 Mai 2024, 08:35



Unknown

Bouteille à la mer

Padmë & Orphée



Souriant, Orphée ouvrit le cahier que je lui avais offert quelques jours plus tôt. À l’aide d’un pinceau, il répandit la colle sur le dos de la lettre qu’il avait reçue, puis la fixa sur la troisième page du carnet. Sur la deuxième, la réponse d’Alvys et Halfdan figurait. Quant à la première, il y avait noté le principe : « lettres reçues du monde entier ». Il avait dessiné des vaisseaux, des Sirènes, des gemmes, des dragons, des algues, un nain, une hache, une carte, tous dans un style enfantin qui ne manquait jamais de m’attendrir. Je passai une main dans ses cheveux puis embrassai le haut de son crâne. « Bonne rédaction. » lui soufflai-je, avant de sortir de la cabine.

Cher Alþjófr (ça se prononce comment ?),

Ça ne m’étonne pas ! Ma bouteille magique a tendance à n’en faire qu’à sa tête. Mais ça ne me dérange pas, parce que comme ça, je peux parler avec plein de gens, qui viennent de partout dans le monde ! Je n’ai jamais parlé avec un Nain, je n’en ai même jamais vu, mais Papa m’a raconté plein de choses sur vous (il connaît plein de trucs !). Il m’a dit que vous n’étiez pas très nombreux et que vous n’aimiez pas trop les Démons parce qu’il y a très très très très très très très longtemps, ils ont tué beaucoup d’entre vous, et aussi que vous utilisiez un métal particulier pour faire vos armes (mais il ne se rappelait plus du nom). Il m’a raconté une légende sur les Naines, qui dit que si on en regarde une dans les yeux plus de deux secondes, on en tombe amoureux. C’est vrai ? Tu es souvent tombé amoureux ?

C’est amusant toutes ces lettres qui se perdent. Et elle est gentille, la dame à qui tu écris ? Qu’est-ce que tu lui racontes ? Elle vient d’où ? Tu peux lui dire que je lui passe le bonjour depuis Port Dirælla, si tu veux !

Oui c’est ça, la maison Smara fait partie de l’Empire de Yanna. Tu avais voyagé avec quelle maison ?
Papa dit que quand les vaisseaux volent, c’est un peu comme si on était dans le ventre d’un gros oiseau. Moi j’aime trop quand on passe dans les nuages : après on est tout mouillés !

Il devait être trop chouette, ton rêve ! Moi j’ai vraiment eu peur. Je me suis réveillé en pleurant et papa a dû me réconforter et me promettre qu’aucun dragon n’allait nous attaquer, parce que j’étais sûr que ça allait arriver. Mais on est allés sur le pont du bateau et effectivement, il n’y avait rien. Et puis dans mon rêve, même s’il y avait deux de mes amis et une dame qui est avec nous, il y avait aussi Ezechyel Valärunkar, alors qu’il ne fait même pas partie de notre expédition ! C’est pour ça que je sais que c’était vraiment un rêve.

Quand on est arrivés à Port Dirælla, il y avait beaucoup de travaux en cours. Ça avance vite, parce qu’il y a un bâtiment qui était presque entièrement écroulé qui est quasiment reconstruit aujourd’hui. Mais c’est un peu bizarre (je trouve) parce qu’il n’y a que des hommes qui travaillent alors que chez nous, les Enfants de Yanna, tout le monde met la main à la pâte. Et puis ils travaillent beaucoup, même la nuit pour certains. Quand j’ai demandé à papa pourquoi c’était comme ça, il m’a dit que chez les Sirènes, c’étaient les femmes qui décidaient et qu’il fallait que la ville soit rapidement reconstruite.

J’adorerais qu’on se rencontre ! À la Valse des Lumières, à Aeden, à Iyora, à Avalon, sur les Terres d’Émeraude ou à Ryvië. Ou n’importe où ailleurs ! Je connais juste un peu Avalon, enfin je sais qu’on y est déjà allés, mais je ne me rappelle plus de grand-chose. Et je ne connais pas du tout l’Archipel de Maggie. Mais on a regardé sur une carte avec papa : c’est dans la Mer d’Ostëra, c’est ça ? C’est là-bas aussi qu’il y a Lagherta ! Je connais parce que quand j’étais petit j’avais un livre sur les animaux qui vivent dans son ciel. Je veux trop les voir, un jour ! Alors j’espère que nous pourrons venir chez toi à Ryvië, et qu’ensuite nous pourrons aller à Lagherta.

Si je trouve des pierres précieuses, je te les offrirai. Et si tu trouves des coquillages, tu n’auras qu’à me les envoyer ! Comme ça, je pourrai construire d’autres bateaux, et je t’en ferai un aussi.

J’ai dix ans ! Mais je n’ai jamais forgé une seule lame. Je pensais que c’étaient les adultes qui faisaient ça. Ton fils doit être super fort. Puis s’il arrive déjà à forger des lames, il devrait réussir à voyager sans rencontrer de problèmes. Vous pouvez peut-être l’accompagner, comme fait mon papa avec moi ?

Et oui, la majorité des Enfants de Yanna sont des voyageurs. On essaye d’explorer le monde entier, pour faire plein de cartes et découvrir plein de choses ! Ma maison, c’est mon bateau, et quand je suis fatigué, je peux me coucher dans mon lit. J’aime trop visiter de nouveaux endroits. Quel est le prochain voyage que tu voudrais faire ?

À très bientôt,

Orphée

PS : En fait je t’ai fait un bateau en coquillage tout de suite. Je le mets dans la bouteille et j’espère qu’il arrivera intact avec la lettre. Si tu n’es pas Alþjófr, ce n’est pas grave, tu peux garder le bateau et me répondre ! Je veux bien savoir d’où tu viens et ce que tu fais dans la vie, ce que tu aimes, les endroits que tu as déjà vus… Ce que tu veux ! Tu peux me faire un dessin aussi.



Message III – 971 mots

Le narrateur, Ulysse : apparence.


Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40008-orphee-dasgrim-ve
Padmë Erushaära
~ Orisha ~ Niveau I ~

~ Orisha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 30
◈ YinYanisé(e) le : 04/03/2023
Padmë Erushaära
Jeu 18 Juil 2024, 22:49

Bouteille à la mer | Destinataires inconnus 2e2y
Images par Inconnu
Bouteille à la mer



Padmë était étalée sur son lit. Sur le ventre, ses mollets allaient d’avant en arrière alors qu’elle se vernissait les ongles. Sa mère, Marise Vaughan, était une Magicienne et, en tant que Magicienne, elle estimait que sa fille ne devait rater pour rien au monde le bal du Vicomte Anthonius Halloy. Padmë, bien que de cet avis, était plutôt fatiguée. Toutes ces rencontres au tournoi d’Ublys l’avait épuisée. Surtout, elle ne cessait de penser à cette étrange fille qu’elle avait rencontrée et qui avait désiré devenir son copain. Et elle avait dit oui. À cette pensée, elle stoppa le mouvement du pinceau et plaça son menton dans la paume de sa main. Elle poussa un soupir alanguis, en se demandant ce que penserait Zeryel de tout ceci. Cette fois, elle soupira pour de vrai. L’Ange n’avait pas l’air de la remarquer, contrairement à cette fille qui lui avait sorti le grand jeu. « Vraiment… les hommes sont vraiment décevants. » décréta-t-elle, avant de lancer un coup d’œil rageur aux piles de magazines qu’elle avait entassés dans sa chambre. Toutes ces lectures ne servaient décidément à rien. Elle faisait des pieds et des mains pour attirer les prétendants acceptables et ils préféraient les Marie-Antoinette couche toi là qui montraient leur décolleté à tout le monde. Franchement, c’était le monde à l’envers. Cela étant dit, dans plusieurs numéros, il semblait que les garçons étaient plus attirés par les filles déjà prises. Elle pouvait donc faire semblant de sortir avec cette fille pour atteindre ses cibles. Il n’y aurait rien de mal à ça, pas vrai ? Le seul problème c’est qu’il faudrait qu’elle fît les choses bien, dans l’ordre. Les événements ne devaient pas lui échapper, sous peine de se faire traiter de gourgandine ou, pire, de péripatéticienne par Pomme-Cannelle ou autres Magiciennes de sa connaissance au prénom de fruit ou de légume.

« Padmë ? » « Hum ? » « Une lettre pour toi, je crois. » « Hein ? » Sa mère lui désigna un objet sans lui préciser la manière dont il était entrée en sa possession. L’adolescente se redressa et alla prendre des mains de Marise une étrange bouteille. « Mais… » Curieuse, elle avala les mots qui lui traversèrent l’esprit. « Merci bien ! » « N’oublie pas le bal ma puce. » « Oui oui. » Ce oui oui sonnait légèrement comme un non non. « Referme bien ma porte en sortant. » indiqua-t-elle. Elle n’aimait pas trop que les adultes entrassent dans sa tanière. « Mince… » fit-elle soudain, en s’apercevant qu’elle avait abîmé son vernis à cause de la bouteille. « C’est vraiment pas de chance… » Foutu pour foutu, elle décida d’ouvrir le tout. Il y avait un bateau qu’elle posa sur son lit et un parchemin. Au fond, Padmë savait déjà que la missive n’était pas pour elle. Elle en eut rapidement confirmation, ce qui n’arrêta pas ses iris de bouger, au fur et à mesure de sa lecture. C’était scandaleusement indiscret mais dans l’intimité de sa chambre, elle assuma de l’être complètement. Quelques minutes plus tard, l’Orisha décida de répondre. Si le début se présenta comme des commentaires aux dires du dénommé Orphée – elle lui assura d’ailleurs ne pas être le destinataire initial de la lettre – le reste se transforma rapidement en un florilège de propos divers et variés.

« Tu vois, mon cher Orphée, les garçons sont très décevants. Ils ne sont jamais clairs. J’espère que quand tu seras grand, tu seras clair avec les filles. Parce que tourner autour du pot, ça va bien cinq minutes. Moi j’ai fait une déclaration d’amour à un garçon qui ne m’a toujours pas répondu. Pourtant c’est un Ange ! Un Ange tu entends ? Il devrait être bien plus prévenant et attentif. Le problème c’est qu’il vient de Stenfek je crois bien. Ce sont tous des rustres là-bas alors il ne doit pas avoir beaucoup de manières finalement. Et quand bien même ! Je vais vraiment finir par me tourner vers des garçons plus directs afin de vivre une vraie histoire d’amour passionnée comme dans les nouvelles qui sont parfois publiées dans mes magazines ! Je vais d’ailleurs t’en joindre. Y en a plein que j’ai lues des centaines de fois ! Je les connais par cœur. Ça te montrera comment il faut se comporter avec les filles ! Tu me remercieras plus tard ! »

« Et là, cette fille est apparue de nulle part et m’a proposé de devenir mon copain… Je veux dire, c’est fou non ? »

« Pomme-Cannelle a une piscine dans le château de ses parents. Elle n’arrête pas de s’en vanter. C’est vraiment une pimbêche. En plus, il paraît qu’elle a déjà perdu sa virginité avec un type qui ressemblait à Dastan Belegad. Franchement, c’est sûr que Dastan est beau mais il paraît qu’il n’a pas inventé l’eau chaude – c’est parce que c’est un Réprouvé. Mes copines parlent aussi beaucoup de Lucius Paiberym mais, franchement, moi je préfère son père. En plus il est Duc ! Qu’est-ce que tu penses des relations avec les hommes plus âgés ? Enfin, hommes ou femmes, qu’importe. Moi je me dis que ça peut être bien d’être avec quelqu’un qui a de l’expérience. En plus, certains sont bien conservés quand même… »

« Et donc là elle lui a mis sa main devant le visage et elle lui a dit, comme ça « Parle à ma main ! ». Et le mec, il n’a pas compris. Franchement, c’était cocasse ! »

« Tu es déjà allé à un bal ? Moi j’y vais parfois. »


Et cetera.

907 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39989-padme-erushaara-e
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Bouteille à la mer | Destinataires inconnus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RD] L'Amour en bouteille
» Bouteille à la mer | ( Correspondance Herman - Isaris )
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent de Tælora :: Lyscenni :: Port Dirælla-