Le Deal du moment :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz ...
Voir le deal
999.99 €

Partagez
 

 La Valse de Lumières | Min Shào

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Sam 28 Jan 2023, 00:12

La Valse de Lumières | Min Shào Mist-x10
Image : Air Jellyfish by mist XG
La Valse de Lumières
Waltz - Lindsey Stirling


Aux ordres de la Capitaine, l’Erärkas amorça sa descente sur un plateau situé en aval des montagnes. Exhalant un dernier soupir, les moteurs dispersèrent des mottes de neige, de terre et de poussière qui s'envolèrent dans toutes les directions, avant de s'éteindre paisiblement. Malgré l'atténuation du bruit, le silence ne reprit pourtant pas ses droits, le sifflement des ancres propulsées par des canons pour assurer la stabilité de l'embarcation aérienne troublant une fois de plus la tranquillité rurale du village magicien. Lorsque les premiers membres de l'équipage mirent le pied à terre, tout espoir d'un retour au calme s'envola avec eux : alors que leur nombre ne cessait d'augmenter, le tumulte s'accroissait également de manière exponentielle sous l'effet des coups de marteaux, des grésillements de la Magie et des chalumeaux, et des cris qui s'élevaient aux alentours du navire. Un peu partout, des petites infrastructures s'érigeaient pour accueillir toutes sortes d'inventions – parfois merveilleuses, mais souvent inusuelles – qui laissaient présager la tenue imminente d'un événement spécial.

Posté à côté de l’une de ces installations, Elyot observait le village s’animer au fur et à mesure que les habitants, mus par leur curiosité, quittaient l’enceinte de leurs maisons pour admirer les représentants de l’Empire à l’œuvre. Reportant son attention vers l’invention – une petite boîte en bois munie d’une manivelle, d’un amplificateur de sons et d'une plateforme circulaire servant à accueillir des disques spéciaux – qu’il était censé présenter au public, il se répéta mentalement les explications qu’il avait préparés en prévision de ce moment. Il avait passé des jours à essayer de comprendre les mécanismes intrinsèques de l’objet, et malgré les difficultés auxquelles il s’était heurté, notamment par manque d’expertise dans le domaine des conceptions musicales, il avait fini par en saisir toutes les subtilités, ou du moins, toutes celles qui étaient utiles à son fonctionnement. L’exercice intellectuel qu’il avait effectué pour atteindre ce niveau de maîtrise avait été particulièrement long et épuisant, d’autant plus que son progrès avait été compromis par le manque de disponibilité de son créateur qui, en guise d’appui pédagogique, ne lui avait laissé que des instructions vagues sous forme de schémas et d’illustrations obscurs pour l’aider à accomplir son travail. Il fallait aussi dire que les préparatifs de la Valse de Lumières avaient accaparé le temps de tous les ingénieurs d’expérience, déléguant aux Matelots moins expérimentés la responsabilité de guider les jeunes recrues dans leurs démarches, en commençant par leur donner quelques conseils sur la façon de bien comprendre les mécanismes d’une invention avec laquelle, très souvent, ils étaient eux-mêmes peu familiers. Malheureusement, les inventions sur lesquelles il leur avait été demander de travailler s'étaient avérées, pour la majorité d'entre elles, excessivement complexes, entravant d'autant plus l'efficacité de cet encadrement. Plus qu’une simple célébration, la Valse de Lumières était aussi une occasion, pour la Maison Smara, de rappeler la supériorité de son savoir-faire au reste du monde : être invité à y participer, d’une manière comme d’une autre, représentait un véritable honneur, autant en termes de carrière – par l'obtention presque certaine d'une promotion au sein de l'Empire, qu’en termes de mérite – par la reconnaissance tacite du talent que possédait les heureux élus.

Bien qu’il n’en laissât rien paraître, l’Ygdraë était heureux que le Maître d'équipage en chef l’ait autorisé à prendre part à cet événement, malgré son manque d’ancienneté et, de surcroît, d’expérience. S’il se considérait désormais comme un membre à part entière de la Maison Smara, son adhésion datait, en réalité, d’à peine une année. À l’instar de tous ses semblables qui avaient embrassé la voie de l’Empire, il n’était rien de moins qu’une recrue inexpérimentée; un novice dont les compétences étaient sans cesse questionnées, notamment en raison de son âge, mais surtout, dans son cas particulier, à cause des blessures qu’il avait reçu à la tête, il y a quelques mois. Heureusement, son état de santé, qui n’avait cessé de s’améliorer depuis cette tragédie, s’était amplement stabilisé pour que les docteurs responsables de son suivi acceptent de réviser les conditions de sa convalescence, prolongeant le temps d’activité qui lui était alloué de deux heures : il pouvait désormais s’adonner à ses activités professionnelles pendant quatre heures et demie sans être supervisé par un collègue. Même si elle n’était que de courte durée, Elyot appréciait réellement la liberté dont il jouissait à l’heure actuelle, où chaque instant passé en dehors des murs de sa chambre lui faisait oublier sa condition précaire, incarnée par les bandages qu’il portait encore autour du crâne.

Installant un disque au hasard sur la plateforme circulaire de l’appareil, le sylvestre rabattit délicatement l’aiguille à sa position initiale, saisit la poignée de la manivelle, puis la fit tourner plusieurs fois avant de la relâcher. D’abord lointain et diffus, le son prit de l'ampleur au même rythme que les violons, dispersant la mélodie aux quatre coins de la vallée.

✠ 801 mots

P.S : L’invention qu’Elyot présente, c’est un gramophone. D'ailleurs, la musique qui joue, c’est la même que dans l’entête de mon post o/

Quelques précisions sur la Valse de Lumières:


Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunk
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Lun 30 Jan 2023, 21:46


La Valse de Lumières
Avec Elyot

— Je le vois, il arrive ! S'écria une Orine, l'œil collé dans une longue-vue. Oh, il est gros ! Et il est tout plat ! Avec des grands ballons !
— Fais voir ! Une autre voulut s'emparer de l'objet, mais quelqu'un fut plus rapide. Hé ! C'est pas ton tour, poursuivit-elle, l'air renfrogné.

Une querelle éclata dans le groupe d'observateurs. Tous voulaient être les premiers à apercevoir le vaisseau volant des Enfants de Yanna. Sans la lunette, il n'était guère plus gros qu'un pois chiche. Min Shào plissa les yeux en se concentrant sur le petit point. Il se pencha en avant, les mains emmitouflées dans ses gants. Le blond était impatient de le voir atterrir, notamment parce qu'il n'était pas à l'aise. L'Orine bondissait d'un pied sur l'autre pour chasser le froid, mais il s'insinuait en lui à chaque inspiration, rendant ses efforts inutiles. Il aurait pu user d'une Invocation Céleste pour appeler la nature à son secours, mais il était trop excité par l'événement à venir pour se concentrer.

Negi-san, son professeur de mathématiques, l'avait amené à l'événement. Il en avait fait une sortie scolaire, avec pour objectif de faire découvrir les bienfaits de la science. Il y avait aussi amené trois de ses meilleurs élèves —les trois chenapans qui se disputaient l'ordre d'utilisation de la longue-vue. Negi-san avait décidé d'y emmener aussi Min, puisque l'examen du blond approchait et sa motivation s'était essoufflée. Cela avait fonctionné ; un peu trop bien fonctionné. Min s'était tellement enthousiasmé que tout son quartier, à Maëlith, était au courant de ce qu'était la Valse de Lumières, d'où elle prendrait place et quand. Naturellement, il avait proposé à ses voisins de venir, sans son autorisation, et il s'était retrouvé à gérer le voyage d'une vingtaine d'Orines.

Le Professeur, en guise de représailles, avait mis Min à contribution. Il avait été chargé de se rendre au village en premier, seul, afin de repérer un lieu où les Orines planteraient leurs tentes ensorcelées et demander l'autorisation aux responsables. Il s'avérait que Min était un beau parleur, mais un mauvais négociant. Il avait promis un tas de choses que Negi n'avait pas pu délivrer et ce dernier avait perdu son après-midi à calmer la situation. *Comment j'aurais pu savoir que c'était si dur d'avoir un katana ?! Trente lunes d'attente... pff, c'est insensé !*, songea amèrement Min en repérant la grand-mère avec qui il avait négocié quelques jours auparavant. Elle le foudroyait du regard, la lèvre pincée, ses rides creusant des crevasses dans son front. Derrière elle, une contestation commune montait contre Negi-san, qui avait confisqué la longue-vue pour mettre fin à la dispute.

« Taisez-vous ! » S'écria soudain Negi. Il était rarissime de l'entendre élever la voix, ce qui rendait l'expérience spécialement déplaisante. Tous obéirent. Quand leurs voix se turent, un vrombissement se détacha progressivement de leur écho. Le bruit se renforça, encore et encore, jusqu'à devenir un grondement qui aurait fait trembler les arbres. Le vaisseau s'était approché et avait baissé son altitude. Min ouvrit la bouche en observant la géante coque de métal les surplomber. Apeurés, certains firent demi-tour et commencèrent à courir, persuadés que le monstre allait s'écraser. Le vaisseau ralentit en s'approchant du sol, de la fumée jaillissant de ses entrailles, puis atterrit dans un dernier ronflement de métal. Min écarta le bras de son visage et suivit Negi-san jusqu'au vaisseau. Une porte s'ouvrit et les passagers apparurent dans l'entrebâillement. L'un d'eux portait des lunettes rondes et noires, lui donnant des airs de mouche humaine.

Min était fasciné par leurs accoutrements d'un autre âge. Ce fut d'ailleurs vers le passager-mouche que Negi le guida. Ce dernier dévoila deux yeux vairons en soulevant ses lunettes et ils échangèrent une tape amicale. Après avoir effectué les présentations d'usage, Negi tourna sa longue chevelure de jais vers son élève. « Min ? Je dois négocier avec lui. Retrouvons-nous plus tard. » Il hocha la tête et gratifia les deux hommes d'un signe d'au revoir. Le blond regarda avec envie son Professeur qui était guidé jusqu'à l'entrée du titan de métal. *Peut-être que si je demande gentiment, quelqu'un d'autre me permettra une visite*, pensa-t-il, plein d'espoir. Autour de lui, les Enfants de Yanna s'agitaient pour préparer leurs œuvres à l'exposition.

Min laissa son regard le guider entre les étals. Des cliquetis se mêlaient aux cris des enfants Orines qui dévalaient les allées comme des tourbillons, leurs bottes creusant des traces de boue sous la neige. Les Enfants de Yanna, de leur côté, étaient concentrés et méticuleux. Min s'arrêta, guidé par un chœur d'aiguilles, et observa des tonnes d'horloges empilées sur une table nappée. Certaines indiquaient l'heure, mais d'autres étaient plus obscures. Il tenta de poser une question à l'inventeur, mais il lui tourna le dos, lui envoyant un message clair. Alors il reprit sa marche, nullement vexé. Il avait le temps de découvrir toutes ces trouvailles. Lui et les autres Orines n'étaient, après tout, que des observateurs.

Quand il tendit l'oreille, Min décela l'écho d'une musique qui prenait de l'ampleur à chaque mesure. Une mélodie moderne, entre bois et métal, tonnait dans la montagne. Il se retourna, essayant d'en découvrir la provenance, mais l'écho déjouait ses sens. Ce fut deux petites Orines qui lui prodiguèrent la réponse. Elles dansaient devant une grande jonquille de métal. Min se joignit à elles, entraîné par le rythme. La mélodie était excentrique, mais le rythme était binaire, très simple à suivre. Il commença à danser avec elles, mais changea aussitôt d'avis. La curiosité était trop forte : il voulait savoir d'où venait la musique.

« Hum... » Il s'approcha de la grande fleur, mais quand il se plaça juste en face, le son bourdonna violemment dans ses oreilles. Il se plaqua les mains dessus en se courbant, surpris. « Mazette ! » Min contourna l'objet : il comprit que la musique était amplifiée par la pétale. Il se pencha derrière et plissa les yeux, s'attendant à voir des Faes malicieuses jouer la musique dans la boîte. Mais le caisson était précautionneusement fermé. Pendant ce temps, la musique se terminait. Les Orines s'inclinèrent l'une devant l'autre, et laissèrent la place à une foule grandissante de se frayer un passage dans l'allée. Alors, Min se releva d'un coup sec et regarda l'inventeur de la jonquille musicale d'un air suspicieux. Il lui demanda, en désignant la caisse de l'appareil : « Dites-moi, vous cachez un orchestre là-dedans ? » Min se doutait que ce n'était pas le cas, mais il ne voyait pas d'autre explication à ce sortilège. « Comment... comment ça fonctionne ? » Il s'était approché de l'inconnu en croisant ses bras derrière le dos, comme pour demander une confession.
Mots: +1200 (oups)

Anniversaire du forum:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Sam 04 Fév 2023, 22:49

La Valse de Lumières | Min Shào Mist-x10
Image : Air Jellyfish by mist XG
Valse de Lumières
Waltz - Lindsey Stirling


Tel l’arôme d’une fleur qui attire les abeilles, la musique happa bien rapidement la curiosité des passants qui s’attroupèrent autour du kiosque où l’Ygdraë montait sagement la garde. Se détachant de la foule qui tendait l’oreille à une distance relativement éloignée, sans doute par crainte d'être les seuls à se laisser emporter par la danse, un duo d'enfants prit, contre toute attente, l'initiative d'ouvrir le spectacle. Guidées par l'air des violons qui se dispersait à travers les montagnes, les deux fillettes adaptaient habilement leurs pas au rythme cadencé des notes, imprimant leurs empreintes sur la neige qu'elles foulaient avec entrain et allégresse. Bien que leurs mouvements souffrissent d'un flagrant manque de coordination, ceux-ci conservaient une certaine élégance et fluidité que le Mousse pouvait pleinement admirer, à défaut d'avoir l'expertise de les critiquer. Pour lui, la beauté de leur performance ne se mesurait pas en termes d'harmonisation ou de discipline : l'énergie qu'elle libéraient à chaque impulsion de pieds et de mains méritaient amplement le respect dont il leur témoignait. C'était la première fois, en réalité, que l'Ygdraë assistait à une danse aussi véhémente, emportée et libre, à laquelle aucune règle ne semblait s'appliquer, à l'exception de celles auxquelles les jeunes danseuses souhaitaient se plier.

Plongé dans la contemplation du spectacle, Elyot ne fit pas attention à la venue soudaine d'un troisième danseur, qui se joignit au duo d'enfants. À vrai dire, il remarqua sa présence seulement lorsque ce dernier, après s'être brièvement séparé de ses partenaires de danse, poussa un cri en se plaçant devant l'orifice de l'amplificateur. Tiré de sa rêverie par le son distordu qui tonna à ses oreilles, l'Ygdraë pivota brusquement la tête en direction de l'individu à l'origine du bruit. « Hé ! Faites attention : si vous restez trop près de l'amplificateur, vous risquez d'endommager vos tympans ! » s'exclama-t-il afin de couvrir le son de la musique. Probablement attiré par sa voix, le concerné, qui devait à peu près avoir son âge, s'avança vers lui en le gratifiant d'une œillade soupçonneuse, alors que la mélodie s'éteignait doucement. « Est-ce que vous allez bien? » se reprit-il sur un ton plus léger. D'abord nerveux, le regard de l'Elfe s'arrondit subitement avant qu'il ne finisse par saisir le sens de la question posée par son interlocuteur. Enroulant une mèche de cheveux autour de son doigt, le Mousse réfléchit brièvement à la manière de bien formuler sa réponse en ressassant promptement le contenu des notes qu'il avait prises pour assouvir la curiosité d'éventuels intéressés.  

« Cet appareil fonctionne grâce à un système de rotation. Un mécanisme, contenu dans le boîtier, permet d'activer la rotation du plateau qui, en retour, permet au disque de tourner. L'aiguille, qui demeure fixe, lit la musique en réagissant aux différences de profondeurs entre les sillons gravés sur le disque. En se déplaçant sur ces sillons, l'aiguille peut reproduire les différentes natures de sons – aigus ou graves, et faibles ou forts, du morceau enregistré. » Il tentait de simplifier ses explications afin que ces dernières restent au moins compréhensibles pour une personne qui n'avait suivi aucune formation en mécanique. « Pour faire jouer la musique, il faut d'abord placer un disque sur le plateau (il joignit la parole au mouvement en retirant l'ancien disque pour le remplacer par un nouveau), rabattre l'aiguille sur le disque, faire tourner la manivelle à pleine extension, la relâcher et voilà ! » Un nouveau morceau, bien plus doux que le précédent, se mit à jouer à l'instant où il libéra la poignée. « Comme il a été conçu grâce à un système purement mécanique, l'appareil n'a pas besoin de Magie pour fonctionner. » précisa-t-il. « Son concepteur travaille encore sur un moyen d'améliorer la qualité du son, mais l'appareil devrait pouvoir être commercialisé d'ici peu. » Ce ne fut qu'après avoir appelé l'instrument « appareil » à une troisième reprise qu'Elyot réalisa subitement qu'il n'en connaissait pas le nom. Il avait investi tant d'efforts pour essayer de comprendre les mécanismes de l'« appareil » qu'il avait oublié de se renseigner au sujet de son appellation. Une erreur qu'il n'espérait ne pas avoir à regretter en présence d'un client potentiel.

✠ 762 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunk
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Mar 21 Fév 2023, 21:21


La Valse de Lumières
Avec Elyot

Le bourdonnement provoqué par la machine se réduisit progressivement, permettant à Min de retrouver son ouïe. Il se frotta l'oreille par réflexe et se tourna vers ce qui semblait être un Ygdraë. Sa sollicitude lui paraissait sincère. Il l'apprécia instantanément. « Mieux que jamais ! » Lui répondit-il. Il s'approcha de lui et se concentra alors qu'il lui exposait les caractéristiques de la machine. Ce dernier le fixait, mais son esprit commença à vagabonder dès sa deuxième phrase. A quoi ressemblerait l'hymne des Orines, joué par cette machine ? Il y aura moins de basses. Peut-être qu'il grésillerait moins. Il hocha la tête pour donner l'illusion de sa concentration.

L'inconnu remarqua peut-être son égarement, puisqu'il décida de joindre le geste à la parole. Min cligna des yeux et se reconcentra. Il le regarda effectuer chaque étape consciencieusement. Il frétilla quand il entendit les cliquetis émis par la manivelle. Il y avait quelque chose de satisfaisant à observer ce rituel d'un autre univers. Puis, la musique s'éveilla dans la fleur mécanique. Les bois chantèrent. Les cordes prirent la suite. La musique était complètement différente de la précédente : des instruments au tempo, Min voyageait dans un univers artistique à mille lieux du premier.

En concert, il était impossible de changer de genre aussi rapidement, à moins de rassembler les instruments du monde entier et leurs musiciens dans une seule pièce. Min dessina une telle salle dans son esprit, la remplissant de tous les instruments de musique qu'il connaissait. Puis, son cœur bondit avec les percussions. Le blond ferma les yeux. La qualité des basses était médiocre, mais la machine faisait son office. Il y avait aussi une certaine beauté à l'imperfection du son. Si Min avait voulu imaginer le chant d'une machine, il aurait certainement ressemblé à cela.

Le blond se tut pendant toute la durée de la musique. Son esprit voyagea au-delà des montagnes, dans des contrées oniriques. Le plus impressionnant était que la magie n'avait joué aucun rôle dans la réalisation de cette oeuvre… il les rouvrit à la fin de la musique et applaudit. Quelques Orines qui s'étaient immobilisées pour écouter la musique l'imitèrent. Mais il n'y avait personne à applaudir ; les machines n'y étaient malheureusement pas sensibles. Il se tourna vers l'Ygdraë et son regard s'illumina. « C'est une superbe création ! » Le gratifia-t-il avec spontanéité. Il était ébahi face à cette technologie. Les Orines n'étaient pas étrangères à la science et à ses miracles, mais elles n'étaient pas prégnantes dans leur quotidien. A Maëlith, il menait une vie humble et modeste, calquée sur le cycle de la nature.

Ses tantes ne possédaient aucune machine : elles aimaient prendre le temps et s'accommodaient fort bien des impraticabilités, si cela signifiait garder leurs habitudes ancestrales. Min voyait les choses différemment. Sa jeunesse l'aspirait à la découverte. Ses tantes abhorraient l'inconnu ; lui y sautait à pieds joints. « Commercialisé, vous dites...? Si je veux une jonquille mécanique comme celle-ci, où pourrais-je aller, alors ? Il y en a d'autres, c'est ça... Monsieur...? » Le blond le laissa se présenter et déclina son identité à son tour. « Je m'appelle Min Shào et je suis venu avec un groupe de Maëlith, la capitale Orine. Nous sommes venues spécialement pour vous voir ! ...moi, j'ai voulu venir pour voir vos vaisseaux. Je ne pensais pas être encore plus impressionné par cette petite chose ! » Ajouta-t-il en laissant un rire cristallin lui échapper.

Min fit un grand geste du bras, puis se repencha vers l'amplificateur de sons. Il ignorait complètement l'ordre de valeur d'un tel appareil, mais cela importait peu. Il le lui fallait coûte que coûte. Sa fascination l'avait épris d'un caprice. Il pensait à toutes les possibilités que cela pourrait lui offrir. Il avait bien un métronome pour s'entraîner chez lui, mais ce n'était jamais pareil, sans musique. Cette chose lui paraissait soudain indispensable. Elle avait creusé un trou dans son esprit. S'il repartait sans promesse, l'Orine ressentirait le manque de quelque chose dont il n'avait pourtant pas soupçonné l'existence la veille.

« Et ces jolies lunes... » poursuivit-il en montrant le disque du doigt, dont il avait déjà oublié le nom. « Elles sont livrées avec ? Comment ça s'enregistre, la musique ? Il faut un autre appareil pour ça ? ...et toujours pas de magie ? » Il espérait pouvoir en enregistrer d'autres, car il avait tout un répertoire de danses qu'il réservait pour les cérémonies du peuple Orine. S'il pouvait s'entraîner plus efficacement, il aurait des facilités à améliorer sa performance d'année en année. Soudain, il se rappela de ce que venait de lui dire l'enfant de Yanna. « Attendez ! » Il se redressa, foudroyé par sa révélation. « Ce n'est pas vous, le concepteur ? » La déception pointait dans sa voix. Etait-il un simple vendeur, alors ? Un commercial ? Quel lien entretenait-il avec le projet ?
Mots: 848
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Ezechyel
~ Ygdraë ~ Niveau IV ~

~ Ygdraë ~ Niveau IV ~
◈ Parchemins usagés : 838
◈ YinYanisé(e) le : 27/08/2014
◈ Âme(s) Soeur(s) : Mircella Rumblee
◈ Activité : Stratège
Ezechyel
Sam 11 Mar 2023, 01:12

La Valse de Lumières | Min Shào Mist-x10
Image : Air Jellyfish by mist XG
Valse de Lumières
Waltz - Lindsey Stirling


Ravi par son compliment, Elyot ne put s’empêcher de lui retourner son sourire. Cela lui faisait toujours plaisir de discuter avec quelqu’un d’aussi passionné, encore plus lorsque ses réactions étaient à ce point sincères et spontanées. Il avait l’impression que, malgré ses maladresses de débutant, il demeurait suffisamment compétent pour captiver un auditoire tout en assouvissant leur curiosité. Qu’il ne sache pas le nom de l’invention qu’il présentait ne lui paraissait plus aussi terrible qu’avant, comme si la bonne humeur de son client se déteignait sur lui. « Merci. » lui glissa-t-il spontanément, même s’il ne s’agissait pas de sa création. Néanmoins, son sourire vacilla légèrement lorsque Min s’enquit sur la disponibilité du produit. Gêné, l’Ygdraë reprit brièvement contenance en déclinant son identité qu’il lui révéla précipitamment avant de se murer dans le silence : « Alvys. Je m’appelle Alvys. » Ce qu’il n’osait pas avouer, c’était qu’il ignorait le prix exact de la machine, même s’il se doutait que ce dernier devait être particulièrement élevé. C’était du moins le cas pour la majorité des appareils manufacturés par les Enfants de Yanna et il avait beau y réfléchir, il ne voyait pas pourquoi les choses seraient différentes dans la présente situation. Il y avait bien une raison pour laquelle les merveilles technologiques de l’Empire ne couraient pas les rues : leur coût était tout bonnement exorbitant. Les Enfants de Yanna accordaient une grande valeur à leurs biens et rechignaient à en partager les bénéfices avec des étrangers, contrôlant minutieusement l’offre et la demande de leurs produits afin de maintenir leur monopole sur la technologie. Si certains peuples étaient capables de réaliser des avancées dans le domaine sans requérir l’aide de l’Empire, celui-ci pouvait toujours se vanter d’en accomplir de meilleures, et ce, bien plus fréquemment. De toute évidence, Min ne semblait pas être au courant des règles qui régissaient le commerce de son Empire, ce qui plaçait le Löth dans une position un peu embarrassante. Il ne se sentait pas à l’aise de briser ainsi les espoirs de la jeune Orine, mais en même temps, le désenchantement lui paraissait inévitable. La dernière chose qu’il souhaitait, c’était de nourrir son client de faux espoirs sur l’accessibilité d’un produit qui n’était même pas le sien. Mais peut-être qu’il se trompait. Peut-être que Min avait bel et bien les moyens de s’offrir cet appareil.

Coinçant une mèche de cheveux entre son pouce et son index, Elyot se mit inconsciemment à jouer avec. Il réfléchissait sur ce qu’il devait faire. Proposer au client d’acheter? Le dissuader? Au bout de quelques secondes pendant lesquelles il n’osa pas briser le silence, l’Ygdraë décida de s’insuffler un peu de courage en prenant une grande inspiration, avant de se jeter à l’eau. « Je crains que vous n’en trouviez nulle part ailleurs, monsieur Shào. » articula-t-il en libérant ses cheveux de son emprise. « Cependant, il vous est possible de prendre une commande, si vous en avez les moyens, afin d’être parmi les premiers à profiter de notre excellent produit. » Une distinction que de nombreux clients valorisaient avec un fanatisme démesuré, au nom du prestige ou de leur amour-propre. Les produits signés par l’une des grandes Maisons de l’Empire étaient souvent perçus comme des signes de richesse et d’opulence, étant donné les prix auxquels celles-ci les vendaient. Bien que le sylvestre se doutât qu’une Orine se laisse motiver par des prétentions aussi superficielles, il s’agissait quand même de la procédure qu’il était obligé de suivre pour attiser l’intérêt de sa clientèle. « Si son inventeur le souhaite, vous pourriez également bénéficier d’une offre promotionnelle dès qu’une nouvelle version du produit sera en vente sur le marché. » Il parlait avec une assurance qu’il était lui-même étonné de posséder, mais qui se fragilisait progressivement à mesure que Min multipliait ses questions. Inhalant une nouvelle bouffé d’air au creux de ses poumons, l’Ygdraë tenta de reprendre le contrôle sur leur échange qui se complexifiait de seconde en seconde. « L’enregistrement s’opère sur la même machine, sans Magie. Cependant, le disque qui est utilisé pour enregistrer les sons est différent de celui dont on se sert pour la lecture de la musique. »

Malheureusement, en dehors de ces informations, il n’en connaissait pas davantage sur les spécificités du système. Son concepteur s’était montré plutôt secret à ce sujet, comme s’il ne s’était pas encore arrêté sur un mode de fonctionnement précis – probablement parce qu’il avait l’intention de l’améliorer ou de le changer plus tard. Les inventeurs de Yanna se contentaient rarement de fabriquer qu’une seule version de leurs produits. Continuellement en quête d’amélioration, ils avaient plutôt l’habitude de retravailler leurs créations jusqu’à ce que ces dernières satisfassent leurs attentes. Évidemment, cette façon de procéder leur permettait également d’accumuler plus de profits, dans la mesure où chaque modèle amélioré était vendu séparément, mais surtout à des prix différents. Les versions antérieures étaient généralement moins chères que leurs versions plus récentes, qui, elles, se révélaient le plus souvent hors de prix pour une personne moins nantie. En revanche, comme bien des mœurs au sein de l’Empire, cette astuce de vente n’en était qu’une autre parmi un éventail de tactiques commerciales, des plus souples aux plus rigides. C’est pourquoi Elyot était incapable de garantir que l’inventeur de la jonquille – pour reprendre les mêmes termes employés par Min – soit réellement disposé à négocier avec lui ou, du moins, sans condition préalable. Il n’existait qu’une seule façon d’en être sûr, et au vu de l’enthousiasme qui animait la jeune Orine, l’Eskët ne voyait aucune raison valable de le priver de cette opportunité. « En effet. » confirma-t-il à son interlocuteur dont le visage s’était affaissé en réalisant qu'il ne s'adressait pas au créateur de la machine. « Voyez-moi plutôt comme une sorte de… promoteur. Ou de vendeur, si vous préférez. » C’était le titre qui correspondait le plus aux fonctions qu’il exerçait présentement. « Mais si vous êtes intéressé, je peux peut-être vous présenter au véritable inventeur? » suggéra-t-il. « Il sera plus à même de répondre à vos questions, que ce soit sur le prix de vente de la machine ou sur celui des disques. » À cette heure de la journée, l’Enfant de Yanna ne pouvait qu’être à un seul endroit : dans les cales du navire, à l’abri de la lumière du jour. Restait simplement à savoir si l’Artiste était prêt à faire la rencontre d’un Vampire.

✠ 1065 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34740-ezechyel-valarunk
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

La Valse de Lumières | Min Shào

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | Min Shào [Fini] |
» | Min Shào et compagnie |
» | Lyrienns lumières + ombres |
» Les Douces Lumières du Crépuscule [Kain <3]
» [Q] La valse de Papier
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres du Lac Bleu-