Partagez
 

 [Q] Danse avec l'Inconnu | Zephyros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Ven 09 Sep 2022, 18:10


Image par Margo Zakharova

Danse avec l'Inconnu
Chapitre II.

Objectif : Min et Zephyros se rencontrent à Avalon.

Ce jour-là, le soleil d'après-midi était parsemé de nuages au-dessus d'Avalon. La lumière s'entrecoupait de passages grisâtres, mais cela n'enlevait en rien le prestige de la Cité des Déchus. En s'avançant dans les rues, Min se baissait parfois en voyant une ombre s'approcher de lui, comme si un nuage allait lui tomber dessus. Mais il ne s'agissait que du passage de Déchus ailés dans les étages supérieurs de la ville. La verticalité était la première chose qui avait frappé l'Orine ; son peuple était la seconde. Il s'était attendu à voir des sauvages peu grâcieux, comme des Réprouvés, mais il n'en était rien : les Déchus arboraient des visages symétriques et des corps sculptés, d'une Beauté redoutable et majestueuse, réhaussée par leurs grandes ailes sombres. Il n'y avait aucun doute sur l'aide d'une Magie mystérieuse pour parfaire leur apparence. Min trouvait une certaine grâce dans leur façon de voler et dans l'architecture a priori chaotique de la ville. Avait-il mal jugé les Déchus ? Ses clichés tombaient un par un, comme des dominos. Peut-être que, finalement, ce peuple saurait apprécier l'art des Orines à leur juste valeur. Peut-être que sa galerie aurait du succès. Ou peut-être pas.

La méfiance de Min à leur égard n'en était pas pour autant endormie. S'il était dans son état normal, il ne se serait jamais aventuré seul dans les rues de cette ville que l'on lui présentait comme dangereuse. Mais une dégustation faite le midi-même avait comme abattu une barrière dans l'esprit de l'Orine, dont l'état était altéré par l'alcool. Sa guide et résidente de longue date, Saaya, l'avait emmené dans un nouveau bar à vin pour lui faire découvrir un pan de la culture Déchue qu'elle affectionnait tout particulièrement : son Aisuru était sommelier. Mais les secrets de l'alcool étaient très peu connus des Orines ; Min, pour sa part, n'avait fait qu'un seul essai peu concluant dans son enfance, entraîné par Chuan dans une combine. Il avait volé une coupelle de baijiu dans un Temple. L'alcool produit par le peuple d'Onikareni n'était jamais utilisé pour leur consommation personnelle, mais comme offrande aux Aetheri et objet de commerce avec les étrangers. Le goût était si misérable qu'il n'y avait plus jamais retouché. Le vin n'avait pas été à son goût non plus, mais le savoir-faire Déchu l'avait beaucoup intéressé. Il ne soupçonnait pas la complexité de la production d'un tel breuvage. La gastronomie, en général, était un milieu fascinant, mais Min manquait des papilles pour l'apprécier à sa juste valeur. Son meilleur ami Wao, en revanche, serait ravi d'y goûter à sa venue le lendemain. Quoiqu'il en soit, Min succombait à la faiblesse de son corps : malgré avoir recraché la majorité du contenu de ses verres, le peu qu'il avait ingurgité avait fait effet.

Min aurait tout donné pour ne pas faire son discours le lendemain, qui était supposé lancer le vernissage de sa galerie artistique dans la ville. Il était mort de trouille, tellement qu'il n'avait pas réussi à griffonner la moindre phrase sur sa fiche. L'échéance approchait et l'Orine avait choisi la fuite. Alors il avait succombé à cette voix si séduisante qui lui criait de partir à l'aventure et s'était faufilé dans les rues, seulement armé de sa bague de téléportation d'urgence à l'ambassade en cas de problème. Grisé par un sentiment de liberté mêlé à celui d'interdit, l'Orine s'imprégna de l'inconnu. Il s'avançait en sifflotant et en trottinant, s'attardant sur toutes les curiosités. Sa présence ne passait pas inaperçue : certains posaient longuement leur regard sur lui, d'autres le suivaient même sur quelques mètres. Mais personne ne tenta de lui adresser la parole : il allait trop vite.

Soudain, une vision singulière le stoppa net. A l'entrée d'un parc, havre des Paresseux, une créature détonnait avec le paysage. Elle était hissée sur un grand rocher entouré d'arbres, surveillé par une audience enthousiaste. La créature n'avait pas d'ailes sombres, mais un corps tout bleu et des cornes. Min n'avait jamais rien vu de tel. Quand il s'approcha, il fut surpris de constater qu'il s'agissait en réalité d'un homme. Il était en pleine performance ; Min s'immobilisa sur le côté de la foule attentive, ses sens artistiques en éveil. Il se sentait diablement inspiré : s'il avait eu le moindre matériel, il aurait certainement couché l'objet de son Inspiration sur le papier ou par notes. Mais l'Orine n'avait rien d'autre que son corps pour exprimer son Art. Attentif, il attendit l'opportunité de participer à sa performance.

Mots: 822

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Lun 12 Sep 2022, 16:08


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 8
- Charisme : 9
- Intelligence : 8
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


Dans la vie, il y avait de bonnes idées, de mauvaises idées et de fausses bonnes idées. Les premières étaient faciles à identifier. Se brosser les dents pour éviter les caries, c’était une bonne idée. Manger du chocolat après s’être brossé les dents, c’était une mauvaise idée. Les fausses bonnes idées, elles, elles étaient subtiles. Elles avaient tout l’air des bonnes idées, et, sur papier, elles en étaient ! Confronté à la réalité, toutefois, le voile se levait et tout explosait à la figure, tel le cas présent.

Pour Zephyros, aller se réfugier à Avalon, la cité des Déchus, avait tout d’une bonne idée. Le Démon disposait d’une magie si faible que de se dissimuler derrière une apparence humaine lui était hors de portée. Inutile également de faire mention de ses pouvoirs démoniaques quasi inexistants. Il n’était donc pas évident de passer inaperçu avec des cornes, une queue et une peau partageant la couleur du ciel. On pourrait être tenté de dire qu’être moche, ça ne constituait pas un crime, mais encore valait-il mieux être moche qu’être un Démon. Le vilain ignorait pourquoi ou comment, mais la réputation de sa race était pourrie. Enfin, ignorer était un grand mot. Les impulsions innées aux Démons, et donc partagées avec Zephyros ne se prêtaient guère à la cohabitation. Mais s’apitoyer sur son sort était contre-productif, alors, comme dit le proverbe quand la vie te donne des citrons, autant en faire de la citronnade.

Ainsi donc, Zephyros se présenta à Avalon, la cité des Déchus dans l’espoir de se fondre dans la foule et avoir quelques instants de répit avant le prochain traumatisme. Ça ne pouvait quand même pas être pire que la dernière rencontre avec un membre de sa race démoniaque ! Parce que la menace de se faire dévorer vivant ne concordait certainement pas avec une ville dite civilisée. Et puis, un Démon ne pouvait qu’être à l’aise dans la ville des péchés ! Et bien non. Que dire d’un type louche aux traits démoniaques qui cherchaient à dissimuler ses traits indésirables dans d’amples vêtements, actuellement sales dû au voyagement ? À un vendeur de drogue, bien sûr ! Et qu’est-ce qu’un vendeur de drogue attirait ? Les accrocs ! Et qu’est-ce que les accrocs attiraient ? Des revendeurs territoriaux soucieux de maintenir leur clientèle ! Et qu’est-ce que les revendeurs territoriaux attiraient ? Les gros bras des gangs de rue !

Le record personnel à battre était désormais de 30 minutes pour passer de « tout va bien, je mène ma vie tranquille dans mon coin et je n’embête personne » à « poursuivi par trois gangs de rues. » Un record respectable compte tenu de l’incapacité a volé du détenteur du record. En théorie, les maigres pouvoirs du jeune Démon étaient suffisants pour lui permettre de faire apparaître ses ailes démoniaques. Il s’agissait d’un jeu d’enfant, dans la définition littérale et métaphorique du terme. D’un, parce que les enfants Démons s’amusaient réellement à faire apparaître leurs ailes et de deux, parce qu’il fallait être le plus médiocre des Démons pour échouer à quelque chose d’aussi simple. Alors, théoriquement, Zephyros pouvait faire apparaître ses ailes, mais il ne disposait ni du physique ni de la magie nécessaire pour donner une utilité auxdites ailes. Alors mieux valait ne pas risquer de découvrir que la disparition de ces ailes nécessitait une réserve de magie supérieure à celle du concerné.

Maintenant qu’il était établi que le narrateur de cette histoire était faible et malchanceux, il allait de soi qu’évidemment, Zephyros tomba sur la mauvaise personne en manque de la mauvaise substance. Évidemment, cette personne sauta à la conclusion que sous le manteau sale, se trouvait ladite substance, dévoilant le Démon au grand jour. Évidemment, cette personne sauta à la prochaine conclusion logique, le Démon cachait sa substance illicite sous ses autres vêtements. Il en résultat d’une course-poursuite dans les mauvais quartiers avec un poursuivant qui s’époumonait à crier des énoncés erronés. Lesdits énoncés furent entendus par les mauvaises personnes qui reconnurent un empiètement territorial et tel des oiseaux de proie, les Déchus se multiplièrent. La morale de cette histoire ? Prenez garde aux fausses bonnes idées.

***

Zephyros ayant échoué à franchir une porte sans s’attirer des ennuis, il était temps de laisser Angélique prendre la relève. À quoi avait-il pu penser en croyant que sa personnalité naturelle pouvait faire mieux que sa personnalité de scène ? Peut-être parce qu’une certaine Démone lui avait donné la fausse bonne idée d’être honnête ? La même qui avait essayé de le dévorer, il fallait le préciser. Changeant du tout au tout, Zephyros devint Angélique. Son gestuel, ses manières, son vocabulaire et son attitude, tout était aussi différent que le jour et la nuit !
« Voici un auditoire digne de ce nom !
Une foule nombreuse et diverse !
Permettez-moi donc ce geste…
Pour initier une performance de renom !
»

D’un habile tour de passe-passe, Angélique échangea de place avec l’un de ses poursuivants en détournant l’attention des autres. D’un habile mouvement de queue, le poursuivant fut incité à accélérer, pendant que le Démon s’accroupit pour lui passer entre les jambes. Le temps que l’attention de la foule passe de la distraction à leur cible initiale, celle-ci avait été remplacée par l’un des leurs, semant la confusion. Angélique aurait alors pu disparaître dans une ruelle ou encore emprunter des vêtements pour se déguiser, mais il s’agissait du premier acte d’un spectacle, non d’une simple disparition. La confusion était l’arme principale du magicien-charlatan et Angélique comptait bien en maximiser le potentiel. Le Démon bleu réapparu donc au milieu de ses poursuivants, profitant d’un rayon de soleil pour optimiser l’effet dramatique.
« La glace étant brisée…
À la suite, il est temps de passer !
Angélique est de présence à Avalon…
Alors vers une meilleure scène, filons !
»

Le contraste entre le Démon craintif, les épaules basses qui cherchaient à se faire discrètes et le Démon jovial, le dos bien droit qui s’affichait sans hésitation était un choc suffisant pour faire douter plus d’un. Car si les yeux voyaient la même personne, la raison était trompée par le personnage. Était-il bien de la bonne teinte de bleu ? Ses habits avaient-ils changé ? Évidemment non, mais la raison avait préséance sur la vue et le doute était semé dans les esprits, esprits pas tous exempts de substances illicites. De nouveau, Angélique refit son manège et échangea de place avec un poursuivant confus. Un simple tour de détournement des regards, une perte soudaine de hauteur et un changement de direction imprévisible et puis voilà le Démon réapparu avec fracas sur un rocher du parc avoisinant.
« Mais quelle tristesse de répéter un numéro…
Alors, faisons place au grandiose !
Permettez-moi de me jeter à l’eau…
Et admirez un instant ces poses !
»

Bien en évidence en équilibre précaire sur un rocher glissant, Angélique était limitée dans ce qu’il pouvait accomplir sans se couvrir de ridicule. Non pas que l’option n’était pas valable, mais son instinct dramatique lui dictait que la manœuvre était mal avisée. Une chute, un mauvais pas, ou encore une performance douteuse, ne ferait que permettre aux esprits de se remettre de leurs doutes et associer Angélique à Zephyros. C’est donc comme si sa vie en dépendait, et c’était probablement le cas, que le Démon improvisa quelques pas de danse pour mettre en évidence du rocher sur lequel il se trouvait. Il devait donner une histoire au rocher, mais l’exprimer non pas par les mots, mais par le gestuel. Il se devait de jouer un jeu dangereux, afin d’attirer l’attention des passants lambdas afin de garnir la foule de spectateurs qui n’avaient rien à voir avec la poursuite originale.

La danse était l’un des rares arts où le physique démoniaque de Zephyros pouvait être exploité pour initier des mouvements autrement inédits. La queue, en particulier, était un outil au potentiel illimité, pour, entre autres, ne pas tomber d’un rocher que ne cherchait qu’à se débarrasser du danseur. Et parce que son corps était parcouru de l’adrénaline qui ne pouvait être stimulée que par le pressentiment d’un imminent danger mortel, qu’un impromptu coup d’œil sur le poignard rouillé de l’individu louche de la troisième rangé à gauche raviva, tous les sens d’Angélique opéraient au maximum de leur capacité dans l’atteinte de deux ô combien importants objectifs : ne pas tomber et ne pas se couvrir de ridicule. Dans un recoin de sa tête, hors de porter d’Angélique et de ses idées folles, la partie refoulée de la personnalité de Zephyros était certainement en train de perdre des années de vie en stresse accumulées. Encore heureux qu’un Démon fût immortel !

***

Son numéro achevé, Zephyros se surprit d’être toujours vivant, de n’avoir fracturé aucun de ses membres et de n’avoir rien de plus que quelques écorchures à la suite de rencontres rapprochées avec un rocher avec plusieurs bords tranchants. Jugeant qu’Angélique faisait un bien meilleur travail pour ne pas attirer les ennuis, Zephyros retourna se cacher dans un coin de son esprit et laissa Angélique le soin de le garder en vie. Épuisé, le Démon se permit une courte révérence et confirma qu’aucun poignard rouillé n’était à proximité létal avant de s’effondrer puis de s’adosser au rocher, qui ne manqua pas sa chance d’écorcher à nouveau son gêneur, afin de reprendre son souffle. L'artiste laissa ainsi une chance à la foule de se disperser avant de pouvoir se risquer plus loin dans la cité des péchés.

1577 mots
1er message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Dim 25 Sep 2022, 13:20


Image par Margo Zakharova

Min applaudit de toutes ses forces quand l'inconnu acheva sa présentation. En écoutant sa prose, une idée lui vint en tête : faire de son discours de vernissage un poème. Oui, pourquoi pas ? S'il ne plaisait pas à l'audience, Min en aurait au moins tiré un grand plaisir. Rien qu'en regardant sa performance, cet inconnu venait de changer le cours de sa journée pour le meilleur. Comment le remercier ? L'Orine s'avança vers lui, perdu dans une intense réflexion. Tellement qu'il ne fit pas attention à la silhouette qui s'était faufilée à travers la foule pour se rapprocher de l'homme bleu, après lui avoir laissé le temps de retrouver son souffle.

Ce dernier se fraya un chemin en coupant la route à l'Orine, qui lui tendit un croche-pied involontaire. Sa botte percuta violemment la geta de Min, qui émit un gémissement de douleur avant de retenir le Déchu, qui s'écorcha le coude sur le rocher coupant. « Oups ! Pardonnez-moi, messire. » Malheureusement, l'Orine ne disposait pas de pouvoirs de guérison, alors il se figura que l'Art serait le meilleur pansement à cette blessure. « Laissez-moi formuler un Haiku en votre honneur pour me faire pardonner. »

A peine eût-il le temps de désamorcer la situation que l'inconnu se releva, le visage déformé par la colère, puis le poussa allègrement. L'Orine, frêle comme une brindille face à une telle carrure, chuta sur quelqu'un d'autre, manquant de le faire tomber à son tour. Quand il reprit son équilibre, Min crut qu'il allait se prendre le premier coup de poing de sa vie, brandi cette fois par l'autre personne. Mais le geste se stoppa en plein vol quand l'autre inconnu remarqua ses yeux bridés.

Instantanément, il se tourna vers l'autre Déchu et dévia son poing vers son nez à lui. « Espèce de déchet ! On pousse pas une Orine quand on tient à la vie ! » Ce dernier recula de quelques mètres sous le coup, mais se jeta sur lui à son tour. « Orine ou pas, j'ai failli tomber et il doit payer, espèce de fot-en-cul ! » Min recula avec hâte de l'explosion de rage des Déchus, ne sachant que faire d'autre. Toute réflexion semblait avoir déserté son esprit pour laisser place à un vide béant. Il était en état de choc en regardant le sang couler du nez de l'homme baraqué, loin d'imaginer que la situation pouvait encore bien s'empirer si le premier décidait de dégainer son couteau.

« Ah oui ? Alors c'est ça, Avalon ? Une ville de dégénérés qui ne respecte pas les émissaires de l'Art ? Ce sont des bêtes comme vous qui nous couvrent de honte ! » Et en parlant, ce dernier levait les bras à l'attention de la foule. Il s'agissait sans nul doute d'un Orgueilleux qui profitait de la situation pour attirer l'attention sur sa personne. « Lâche ! Tourne-toi et viens te battre ! » provoqua le Coléreux en se mettant en position. Mais contre toute attente, l'attaque fut projetée de l'autre côté du parc : deux Déchus, qui avaient déployé leurs ailes en signe d'intimidation, avaient choisi leur camp.

*Oh non, ça pue, ça pue...* paniquait Min. Pétrifié, il regardait les événements se poursuivre. Il était tiraillé entre deux envies contraires : apaiser les tensions et prendre les jambes à son cou.  « On va t'apprendre le respect, gros pignouf. » Soudain, la foule s'était épaissie. Tous les regards se portaient vers les combattants. Certains commençaient à faire des paris et scandaient des sommes pour l'un ou pour l'autre. D'autres criaient en levant le poing, électrifiant l'air d'une tension insupportable. L'orage grondait et la foudre allait frapper, mais sur qui ?

Min détourna le regard. Il ne pouvait pas voir un tel déchaînement de violence. Et soudain, l'homme bleu revint dans son champ de vision. Sa Galerie d'Art ! Il ne pouvait pas mourir avant de l'ouvrir.  Les jambes de l'Orine restaient clouées au sol, mais il parvint à formuler quelques mots à l'attention de l'inconnu qui l'avait inspiré quelques minutes auparavant. « Que... que... puis-je faire ? » Il remit son sort entre les mains d'un étranger, incapable de prendre la moindre décision. Couvé dans un havre de paix, Min était comme un bébé face aux conflits ; il se cachait derrière la jambe des adultes compétents.

Mots: 773

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Jeu 29 Sep 2022, 21:42


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 8
- Charisme : 9
- Intelligence : 8
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


Ce sont quelques instants, une grimace de douleur et un soupir de soulagement qui confirma au jeune Démon qu’il vivrait un jour de plus. Comme quoi, il suffisait de rassembler des Déchus et de sortir de leur centre d’intérêt pour échapper à leur attention. Cela dit, Zephyros n’était pas dupe. Le vilain n’était pas sorti de son tourment, pas encore. Un geste brusque et il pouvait retrouver la lumière des projecteurs alors qu’il convoitait l’ombre. Il fallait rester tranquille, attendre le moment idéal et se trouver une cachette.

Sitôt Zephyros tenta de reprendre le dessus sur lui-même, sitôt une opportunité rappela Angélique en avant-plan. Un jeune rouquin demandait de l’aide. Alors, tout démon qu’il était, Zephy n’en avait rien à foutre de l’avorton. Il n’allait quand même pas faire signer un pacte au beau milieu d’une foule ! Le Guide du Parfait Petit Démon était clair, un pacte, c’était un geste intime et discret qui devait être à l’avantage du Démon. Bref, n’était pas de la restauration rapide qui se balançait à la va-vite (mais seulement parce que le Démon était trop à risque de commettre des erreurs). Enfin, c’était une bonne chose qu’Angel refasse surface, parce que la personnalité altruiste avait capté un détail ô combien important. Le rouquin était orine, le genre d’ami particulièrement utile pour avoir une entrée dans les Terres d’émeraude.

Une toilette en quelques gestes et Angélique se redonna en spectacle, non pas pour distraire la foule, mais pour distraire un client précis (même s’il ne savait pas encore qu’il devrait payer pour ce service).
« Petit oiseau loin de son nid…
Ouvre grand tes ailes et envole-toi !
Petit oiseau cloué au sol suit-moi…
Filons avec qu’il ne fasse nuit !
»

Zephyros avait lu quelque part que figer sur place était un trait évolutif chez certaines espèces animales. Les Démons, pour leur part, ne dérogeaient guère d’une réponse encore plus primaire : fuir ou combattre. Les plus audacieux combattaient pour mieux fuir, alors que Zephyros fuyait pour mieux fuir. Parfois, mieux valait reconnaitre et accepter sa faiblesse que de prétendre le contraire. Enfin, ça, c’était Zephy. Sous la personnalité d’Angel, fuir ne suffisait pas. Il fallait fuir avec panache !

Agrippant le bras de l’Orine avec son appendice caudal, le Démon mit en œuvre une double disparition. Les mains représentaient une composante essentielle de la vie et des interactions sociales. Il était donc logique qu’elles attirassent l’attention. C’est pourquoi Angélique s’en servait pour attirer les regards là où il voulait, loin de ce qu’il accomplissait réellement à l’insu des yeux trompés par la supercherie. Ainsi, donc, de gestes doux, dociles et pacifiques, le Démon bleu échappa à l’attention populaire au profit de ce duel de personnalités qui menaçait à tout instant de dégénérer en mêlée chaotique. Et puis, pouf ! Plus de Démon bleu. Plus d’Orine aux cheveux roux.

Courir à quatre pattes n’était pas une habitude innée aux marcheurs bipèdes, alors évidemment, Zephyros avait passé de nombreuses heures à peaufiner le « triple enjambé. » Illusionniste sans magie, le Démon avait besoin de se soustraire aux regards indiscrets s’il voulait réussir ses numéros… et survivre. Une forme de déplacement à rase-motte à la fois rapide et sous la ligne de vue typique était d’autant plus pertinente et précieuse. Alors, pourquoi seulement trois enjambées ? Parce que c’était la limite que le Démon pouvait obtenir de ses facultés avant de perde pied.

Le rouquin ne sembla pas comprendre ce qui lui arrivait ou bien il était toujours sous le choc de… peu importe ce qui avait pu, l’affecter à ce point. Zephy jugeait, Angel compatissait, et c’était Angel qui avait le dessus en ce moment. Quelque chose attira le rouquin vers le bas, comme s’il chutait, mais ensuite, il fut projeté vers l’avant et sans avoir le temps de trop comprendre le comment du pourquoi, se retrouva à nouveau les deux pieds au sol le regard détourner de la masse hostile derrière qui ne portait plus aucune attention aux deux échappés. Et parce qu’il ne pouvait s’empêcher d’en ajouter une couche, Angélique se permit d’approcher l’Orine par l’arrière et lui murmurer à l’oreille.
« À la question : que puis-je faire ?
La réponse : partir et se taire.
À la question : que devrais-je faire ?
La réponse : changer d’aire !
À la question : qui ?
La réponse : Angélique !
»

Le jeune Démon n’était jamais trop certain de comment aborder et approcher les autres. La proximité était dangereuse, mais l’apparence et le spectacle primaient sur la sécurité quand Angélique était aux commandes. Il restait maintenant à découvrir comment réagirait le rouquin une fois éloigné de sa source de trauma et avec l’esprit clair.

774mots
2e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Sam 08 Oct 2022, 11:53


Image par Margo Zakharova

Fort heureusement, le bleu répondit à son appel à l'aide silencieux et se releva vers lui alors qu'un passant commençait à bousculer Min. La foule grossissait à chaque seconde : apparemment, même en pleine matinée, la perspective d'assister à un combat de rue était une activité reluisante pour les Déchus. Mais quelques vers et Min se retrouva... à quatre pattes sur la terre. Son visage fut fouetté par les branches d'un buisson et tout aussi vite, il se retrouva sur ses deux jambes, sauvé du chaos. En réalité, Min s'était plutôt attendu à se faire téléporter ou entraîner dans les airs plutôt que dans une pirouette féline. Mais il se figura qu'après tout, c'était une façon intelligente d'utiliser les ressources à sa disposition. Au flot d'informations trop importantes pour le cerveau de l'Orine s'ajoutèrent des vers susurrés à son oreille en le faisant sursauter. Min se retourna vers la créature pour s'en écarter, parvenant à exécuter au moins un réflexe. Et soudain, ses yeux s'arrêtèrent sur une petite masse sur son épaule. Un insecte.

« Gaah ! » L'Orine fit déguerpir l'animal comme si c'était une bombe et bondit tout droit sur une fontaine. Son pied buta contre la pierre et il faillit tomber, mais cette fois, il eut le bon réflexe et contrebalança le poids de son corps pour ne pas tomber dans l'eau. Après autant de sensations fortes, un épuisement gomma ses sens et il s'assit sur le rebord de la fontaine en haletant. Puis, son regard se porta sur cet étrange personnage qu'il venait de rencontrer. Il était encore fasciné par son apparence singulière. Il semblait tout droit sorti d'un tableau phantasmagorique, comme s'il avait basculé dans une autre dimension. Angélique ? C'était son prénom ? Quelle drôle de dénomination. Il ne voyait pas d'ailes blanches collées à son dos. Min retrouva ses manières et se leva, reprenant une forme de contenance, et s'inclina à son tour. Il recouvrit son masque d'Orine ; une expression harmonieuse, des gestes gracieux et une respiration contrôlée.

« Le sauveur de ma tourmente,
Mérite que je me présente.
Être de tranquillité,
Je suis Min Shào, enchanté.
»

Ayant repris son calme, Min eut le loisir de détailler du regard l'apparence de l'étranger. Il brûlait de questions, mais avait peur d'être impoli. Un tel être attirait certainement bien des curiosités et il devait être lassant d'y répondre encore et encore. Ce qu'il ne pouvait se retenir de faire, en revanche, c'était de créer sous l'impulsion de l'Inspiration. Il avait envie de dessiner ses traits à quelques coups de crayons, comme pour la figer sur le papier et la retrouver plus tard. L'Orine regarda autour de lui, en recherche d'une boutique proche. A Avalon, les rues pullulaient de boutiques, comme si les Déchus cherchaient toujours plus de raisons de dépenser leur argent.

« Serait-ce trop grand sacrifice
De m'accorder un service ?
Vous m'avez fort inspiré,
Donc je vais vous dessiner !
»

Sans attendre sa réponse, Min s'élança vers la boutique la plus proche. Quand il s'engouffra dans la porte, une odeur inattendue lui piqua les narines : de la viande séchée. C'était tout ce qui était vendu. Mais Min n'avait pas dit son son dernier mot. « Bonjour, Madame ! Quelle belle journée, vous ne trouvez pas ? » Etonnée de son entrain, cette dernière posa sa plume avant de répondre. « Euh... ouais. » Le regard de Min descendit de ses yeux à sa main, qui était figée au-dessus du papier. « Une très belle journée pour dessiner ! » s'écria Min. Il s'avança à pas sautillants vers elle puis lui demanda : « Pourrais-je vous acheter vos honorables outils ? » Il montra du menton sa plume et son bloc-notes. La vendeuse le regarda comme s'il venait d'un autre monde, et répondit : « Euh... non. » Il la jaugea du regard et constata qu'une pointe de curiosité illuminait son regard. Il déposa quelques pièces d'or sans rien dire. Ses yeux s'agrandirent à la vue du métal précieux et elle lui tendit ses objets sans rechigner. « Au plaisir de faire affaire avec vous ! » dit-il, avant de faire une pirouette pour s'incliner et sortir de la boutique. « Euh... » elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que Min était dehors.

Il en était sorti ravi, inconscient d'avoir payé beaucoup trop cher pour les objets. Tout ce qu'il lui importait, c'était de coucher sur le papier l'impression qu'il avait eue. Il revint aux abords du parc, dont la tranquillité était rompue par des échos lointains de beuglements. La bataille se poursuivait. Min souffla en repensant à sa mésaventure, puis secoua la tête pour se reconcentrer. Il s'assit sur le rebord de la fontaine et ferma les yeux quelques secondes, détendu par le bruit du flot continu de l'eau. « Maintenant, ma Muse... posez ! » s'écria-t-il en brandissant son outil de façon dramatique.

Mots: 835
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Ven 14 Oct 2022, 19:05


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 8
- Charisme : 9
- Intelligence : 8
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


Le « piège » se refermait sur le dénommé Min. La prestation d’Angélique devait avoir touché quelque chose, parce qu’en plus de demander de l’aide, voilà l’Orine qui demandait un service. Prêt à mordre sa proie, tel que le Guide du Parfait Petit Démon l’illustrait si bien, Zephyros s’apprêtait à reprendre le dessus pour négocier le pacte tant convoité chez les Démons que l’interlocuteur détala.

C’est d’abord la colère qui faillit se manifester au grand jour qui accapara le jeune Démon. « Tout ça pour rien ? » Puis, vint la réconciliation. « Au moins, je suis libérée de mes poursuivants. » Enfin vint la résignation. « Aussi bien passer à autre chose. » Mais l’artiste de rue n’eut pas la chance de faire trois pas que Min revint aussi soudainement qu’il fût parti. Comme quoi, « dessiner » n’était pas une métaphore. L’Orine voulait littéralement dessiner le personnage d’Angélique. Par chance, le monde cruel et impitoyable des Démons avait habitué Zephyros à des réactions promptes et efficaces.

« Un dessin de moi ?
Ainsi mal vêtu, d’accord…
Mais plutôt ailleurs !
»

Le gestuel exagéré d’Angélique donnait peut d’opportunité de saisir le personnage sur papier et Zephyros n’avait pas l’intention d’offrir si aisément son apparence sur le bloc-notes. Un Démon ne venait jamais gratuitement en aide à autrui, enfin, pas selon le Guide. D’une manière ou d’une autre, le Démon bleu obtiendrait sa juste rétribution. Alors pour s’assurer de maximiser ses chances, Angélique exécuta deux pas de danse improvisée, qui se terminèrent avec une invitation à l’égard de Min de le suivre vers un environnement plus approprié. L’intention de Zephyros donna un brin d’agressivité au mouvement, mais l’art du spectacle d’Angélique tourna le tout en un appel au sens artistique de l’Orine afin que sa « Muse » puisse s’épanouir dans un environnement plus propice qu’aux abords d’une bataille de rue qui pouvait dégénérer à tout instant.

« Ombres et flammes
Au papier et au crayon
Peuvent donner vie
»

Une distraction s’imposait pour achever de convaincre l’Orine et elle arriva promptement par la forme de forces de l’ordre qui venait mettre fin au conflit en pleine expansion. Le niveau de violence promettait d’être escaladé pendant encore un moment et Zephyros profita de la confusion pour s’imposer et guider Min vers un milieu plus serein et propice au dessin. Le Démon était un piètre guide pour manœuvrer la cité d’Avalon, mais tel n’était pas ce qu’il cherchait à faire. Au contraire, Angélique ne guidait pas Min vers une destination précise, mais plutôt un environnement. D’un artiste envers un autre, le Démon cherchait la scène idéale pour permettre à l’Orine d’exercer son art. Car, selon le Guide du Parfait Petit Démon, embellir le pacte aux yeux de l’intéressé était garant des meilleures contreparties.

Ce sont quelques dédales d’escaliers et de rues plus loin que les sens de la scène d’Angélique trouvèrent l’emplacement idéal, avec des jeux d’ombres et de lumières qu’il supposa bien se prêter au dessin. Si ni Zephyros ni Angélique n’avait d’expérience avec les arts du papier, les deux personnalités avaient développé des talents d’observateurs en ce qui concernait l’environnement. Du sombre qui permettait au bleu ciel de la peau du Démon de se fondre dans le décor, aux contrastes de lumières qui permettaient à ce même Démon de s’illuminer pour distraire une foule. L’environnement trouvé, avec la position actuelle du soleil fournissait les deux en même temps et c’est d’un accord mutuel qu’Angélique et Zephyros déterminèrent que c’était l’emplacement parfait pour passer à la suite des choses.

Une autre proposition du Guide était la sage utilisation du sentiment d’urgence. Il fallait un peu de pression pour motiver l’interlocuteur et l’empêcher de prendre un an pour réviser le pacte dans ses moindres détails, mais pas trop pour effrayer et ne pas avoir de pacte du tout. L’environnement actuel se prêtait à ce jeu, puisque l’équilibre entre les ombres et les lumières dépendaient de la position du soleil, une position éphémère, et de la météo. Peut-être une telle scène se répèterait le lendemain, ou peut-être qu’elle ne se répèterait pas de sitôt. Pensant avoir réuni suffisamment d’éléments en sa faveur, Zephyros se risqua à prendre le contrôle et à laisser Angélique en retrait pour établir les termes du pacte.

Replaçant ses cheveux, lustrant ses cornes, ajustant ses vêtements et adoptant un gestuel formel et soigné, le Démon essaya de proposer à son interlocuteur un contrat qu’il ne pourrait refuser.
«  Par deux fois je t’ai aidé aujourd’hui, Min Shào, déclara le Démon qui comptait la dernière escapade comme une aide additionnelle pour éloigner l’Orine de la démonstration de force des agents de la paix. Et une troisième faveur réclames-tu pour immortaliser le fruit de ta créativité. Il ne serait que justice qu’une contrepartie me soit offerte. Je te propose ce qui suit : dessine-moi dans cet environnement qui me sied et accepte de me retourner la faveur au moment qui me siéra.

Accepte, dessine-moi et un jour, je te demanderai de poser pour moi dans le lieu de ton choix. Refuse, et perds cette opportunité. Qu’en dis-tu ?
 »

Zephyros s’appropria alors l’une des feuilles vierges du carnet, sur lequel il inscrivit les termes qui venaient d’être énoncés, ainsi que les noms des deux parties, à savoir Min Shào ainsi que Zephyros Angélique Lazulis. Le Démon bleu étant particulièrement inapte en magie, il aurait pu se permettre un tour de passepasse pour dissimuler cet état, mais il n’en fit rien. Le pacte monopolisait toutes les vertus du peuple démoniaque, alors il devait être soigné, précis et final. Considérant qu’il s’était déjà beaucoup trop exposé, Zephyros laissa Angélique reprendre le dessus comme personnalité dominante pour conclure et détourner l’attention du sérieux du geste demandé.

« Et dans le futur
Ces lettres vaudront de l’or
Je te souhaite
»


952 mots
3e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Mer 23 Nov 2022, 22:21


Image par Margo Zakharova

Min s'était confortablement installé pour dessiner, mais il ne put tracer le moindre trait : son modèle gesticulait, visiblement peu enclin à accéder à sa demande. « Hein ? » balbutia-t-il face à la situation qui redevenait confuse. L'Orine se leva patiemment puis suivit l'inconnu, qui trottinait en direction d'une ruelle. Derrière eux, le vacarme d'une intervention avait tut les bruits de l'affrontement pendant un court instant. Puis il avait été redoublé : les forces de l'ordre rencontraient apparemment de la résistance pour séparer les coléreux. Peu enclin à assister à un conflit, Min s'empressa de suivre le bleu à travers les dédales d'Avalon.

Min jeta un œil sur sa bague de téléportation, rassuré par sa présence. Puis il plongea son regard au sol afin de ne pas tomber, tenant à son nouveau matériel. Son cœur bondissait dans sa poitrine comme un avertissement. Son esprit brûlait de questions sans réponses. Qui était cette personne ? D'où venait-elle ? Et surtout, que faisait-elle ici, à quel dessein ? Et où Min se situait-il dans cette histoire ? Mais ces questions restaient bien au chaud, dans un coin de son esprit. Min n'était pas d'un naturel méfiant et il n'était pas rare que les inconnus lui témoignent de la curiosité, quand ce n'était pas une sourde admiration. Pour lui, l'étranger était un ami que l'on ne connaissait pas encore.

Une fois que son interlocuteur atteignit l'endroit qui lui seyait, il lui fit une proposition bien singulière. « Bien sûr, bien sûr ! Être muse est autant un privilège qu'une mission », acquiesça Min. Il s'assit sur le rebord d'un plant d'arbre et se reprépara à dessiner. Mais avant de poser, Angélique s'approcha de lui et tira une feuille de son carnet, devant son air surpris. Il y griffona des choses. Des indications, peut-être, sur comment le dessiner ? Mais quand il le lui montra, Min se ferma en voyant qu'il s'agissait d'une espèce de contrat ennuyant qui résumait leur conversation. « Cette lettre manque fort d'imagination. » Il trempa sa plume pour signer, mais s'immobilisa en plein geste. Il leva la tête vers son interlocuteur, l'air pensif. Il réfléchit quelques secondes puis demanda :

« Comment faire une bonne signature ? Vous le savez, vous ? » Min plongea son regard dans une fleur non loin d'eux. Une signature se devait d'être gracieuse, pleine d'arabesques et de courbes flatteuses. Mais elle devait être aussi formelle et représentative. Min aurait pu signer dans l'alphabet de son peuple, mais quelle en était l'utilité si Angélique ne pouvait la décrypter ? L'écriture commune était si peu imaginative. Comment lui conférer une beauté digne ? Min posa sa plume et brandit un doigt dans le vide. Il commença à faire quelques tentatives. Mais le point de son i lui posait problème. Il trouvait qu'un point suspendu et isolé du reste du trait était disgracieux. Dans leur alphabet, aucun trait n'était isolé. C'était contre-intuitif.

Soudain, l'Orine enfouit le contrat au fond du carnet. C'était une première pour lui : il ne voulait pas la gâcher. Il n'avait jamais signé de contrat de sa vie. A Onikareni, le droit était uniquement oral, excepté pour quelques contrats magiques. D'ailleurs, le concept de contrepartie était flou pour lui. En tant que communauté soudée, chaque Orine se contentait d'offrir ce qu'elle pouvait et de recevoir ce qu'elle voulait. Ce n'était pas plus compliqué que cela. Mais il concevait que leurs mœurs étaient différentes des autres. « Vous savez quoi ? Vous me direz. » Min trempa sa plume et inscrivit plusieurs signatures sur une feuille vierge. Il en inscrivit une en alphabet de son origine, et toutes les autres en langue commune. Il tenta de lier le point du i à des arabesques, parfois à la boucle de son M, parfois à la pointe du n. Enfin, il en inscrivit une de la lettre M, qu'il entoura d'un fouillis de cercles. Cet exercice était très amusant ! Il nota mentalement de le proposer à ses nièces. Dans le monde extérieur, il était utile de peaufiner sa signature officielle. *Oh ! Mais j'ai oublié ! Mon nom de famille est tout aussi important.*

Insatisfait, Min arracha la feuille d'un coup sec et la plia pour en faire une boule disgracieuse. Il la rangea dans sa poche et trempa sa plume une nouvelle fois. Il réfléchit un moment à comment y inscrire son nom de famille. Un simple S suffirait-il ? Ce dernier tenta toutes les versions : des signatures en M.S., d'autres complètes, et une encore signant M. Shào, le M formant une espèce de fond au nom de famille. Voilà. Maintenant, il pouvait dire qu'il avait fait de son mieux. Angélique aurait l'embarras du choix et l'Orine avait une pleine confiance en sa décision. « Laquelle est la meilleure, selon vous ? » Min se leva et lui présenta la feuille. Pendant qu'il décidait, ce dernier se caressait le menton avec la plume, songeur. Puis, ses pensées distraites le ramenèrent à son projet de dessin.

Il se retourna pour replanter la plume dans l'encrier, mais décela une couleur grise au fond du contenant. Surpris, il empoigna l'encrier et regarda à travers. « Oh non ! J'ai utilisé presque toute l'encre... » Il se gratta le menton, embêté. « Je pense que nous devrions retourner en acheter. » Son regard tomba sur la fleur en face de lui. Un arrosoir était posé à côté. Il s'en approcha et le regarda de haut afin de vérifier son niveau d'eau. « Ou je pourrais diluer le reste dans l'eau. Les traits seraient presque incolores, mais cela ferait un style. Qu'en pensez-vous ? Je pourrais aussi aller trouver un matériel encore meilleur. Vous ne seriez pas déçu ! » s'exclama-t-il en bondissant vers lui. Tant de possibilités s'offraient à eux ! Cette journée était palpitante.


Mots: 1002
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Ven 25 Nov 2022, 21:58


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 8
- Charisme : 9
- Intelligence : 8
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


Zephyros dû se retenir de sauter de joie à l’obtention de son premier Pacte Démoniaque. En fait, c’était le deuxième, mais la précédente signataire était morte avait que le pacte puisse prendre effet, l’annulant du coup. Pour ce nouveau pacte, le jeune Démon tenait à ne pas répéter l’erreur passée et s’assurer que Min vive, au moins jusqu’à ce qu’il ait reçu sa part du pacte. Ce n’était qu’une fois le dessin fait que l’Orine deviendrait contractuellement redevable au Démon. Enfin, aussi redevable que la contrepartie exigée par le pacte, à savoir poser pour un portrait.

Ce pacte pouvait sembler insignifiant, et il l’était certainement, mais il représentait un gain d’influence dans la société démoniaque. En d’autres mots, Zephyros n’était plus un moins que rien ! Il passait maintenant dans la pas très sélecte catégorie des plus que rien. Une victoire modeste, certes, mais une victoire malgré tout. La suite des choses impliquait maintenant de maximiser les bénéfices du pacte.

« Il est peu avisé pour un artiste…
De se soustraire aux nécessités de son art.
Inutile d’être avare pour quelques pièces d’or…
Je t’offrirai ce qu’il te plaira pour revenir en piste !
»

Si l’or pouvait offrir le bonheur, Zephyros serait l’un des plus heureux Démons. Ce n’était pas le cas, parce que ce genre de richesse avait peu d’influence sur le peuple démoniaque. Ce n’était que malheureux pour le jeune Démon pour qui le seul pouvoir était la richesse, mais il y avait de ces situations où la fortune avait sa juste valeur et l’instant présent en faisait parti. C’est donc un mélange des personnalités de Zephyros et d’Angélique qui insista pour que Min acquière le meilleur matériel disponible à Avalon.

Le lien établi par le pacte signé donnait une plus grande marge de manœuvre, et donc, de patience à Zephyros, mais le Démon souhaitait quand même ardemment conclure sa part du contrat avant la fin de cette journée pour éviter un nouveau cas de mortalité dans des circonstances mystérieuses, un véritable fléau chez les vilains qui se respectaient.

***

Une fois le matériel souhaité par l’Orine acheté, et quelques bricoles de plus pour s’assurer que l’artiste ait tout le confort souhaité pour produire son œuvre, Zephyros accepta de se laisser diriger par Min afin de prendre la pose qu’il lui plaisait pour dessiner. Enfin, le Démon s’appliqua de son mieux à cet exercice pour lequel il n’avait aucune expérience. Se tenir immobile et retenir sa respiration dans un espace clos et sombre, le Démon avait beaucoup trop d’expérience. Toutefois, cette même manœuvre dans un environnement exposé et ses sens devenaient confus. Deux fois plutôt qu’une, le jeune Démon bougeait, essayait de se souvenir de la pose en question, puis tentait tant bien que mal de reproduire l’instant précédent avec un succès mitigé.

À défaut d’être un modèle stable, Zephyros était un modèle persévèrent et patient qui offrit à Min tout le loisir d’exprimer son art. Peu importait la pose demandée ou le temps, et ce, jusqu’à ce que l’Orine obtienne satisfaction. Poser s’avéra plus épuisant que le Démon l’aurait cru, mais il y avait aussi les mésaventures précédentes qui avaient fatigué le Démon. C’était sans faire mention de l’interprétation du rôle d’Angélique, qui, de par son gestuel exagère, puisait un peu plus dans les réserves d’énergie du vilain.
« Le soleil va bientôt se coucher, averti Zephyros en baillant, puis en s’étirant. Ça va devoir être tout pour moi. Ravi d’avoir fait ta connaissance, Min, mais je vais avoir besoin de beaucoup de pratique avant de pouvoir te dessiner à mon tour. Pas d’inquiétude, je saurai te retrouver le moment venu. Pour l’heure, il me faut trouver une chambre… et continuer de regretter de ne pas avoir d’ailes… »

***

Son Pacte Démoniaque fièrement envoyé au Gardien des Pactes, Zephyros avait maintenant trois objectifs : un bain, un repas chaud et un lit. Il s’était donné à fond lors de cette journée et le Démon avait besoin de se ressourcer avant que ses vices ne prennent le dessus sur lui. C’était bien connu, les Démons étaient au-dessus des vices qu’ils stimulaient chez leurs victimes. Les vilains avaient donc le luxe de s’en prémunir ou de s’y exposer, selon leur bon vouloir. Enfin, ce serait le cas si Zephyros était un Démon digne de ce nom et pas le raté défectueux de la réalité.

Cela dit, la journée avait été bonne, alors il était certainement possible de célébrer par le vice de la gourmandise…


746 mots
4e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Lun 19 Déc 2022, 09:18


Image par Margo Zakharova

L'étrange personnage ne répondit pas à ses suggestions. Sans s'en formaliser, Min les prit lui-même. En réalité, il découvrait ce qu'il voulait faire au moment où il posait ses questions. Quand il utilisa les restes de l'encre qu'il mêla à un peu d'eau pour signer l'ennuyeux contrat, le regard d'Angélique s'illumina, embrasé par une joie fulgurante. Sa méfiance balayée par sa naïveté, Min sourit de toutes ses dents. Il se sentait béni de pouvoir offrir tant de bonheur à quelqu'un avec si peu d'efforts.

Le soleil entamait doucement sa coulée vers le crépuscule quand Min put enfin s'atteler au portrait d'Angélique, de retour au parc. Il lui avait fait prendre une pose difficile à tenir, mais il tenait absolument à mettre en avant ses talents d'acrobate et sa queue singulière. Pour ce dessin, il avait choisi l'encre et un pinceau qui ne convenait pas à la calligraphie, mais qui donnait un aspect brut et abstrait que Min trouvait intriguant. A défaut de briller par sa technique, l'Orine exprimait sa créativité par des formes avec peu de détails, qui renvoyaient plus à des émotions qu'à des éléments de composition précis. Quand il eût fini, Min ressentit une énorme fierté. La peinture n'était pas sa spécialité mais étrangement, les conditions de cette peinture réunies avaient donné un résultat plus que satisfaisant. Min hésitait à la montrer directement à Angélique, quand il déclara devoir partir. L'Orine était fort déçue que cette rencontre inattendue prenne fin. Grâce à lui, il n'avait plus pensé à l'ouverture de sa galerie pendant des heures, et cela lui avait été salvateur. Il devait trouver un moyen de le remercier !

« Oh, déjà ? » Se plaignit-il alors que son modèle ne prenait pas la peine de lui demander de voir le résultat. « Le moment venu ? Il pourrait arriver vite ! » Commença-t-il en se levant. Il devait presque le retenir par le bras pour avoir le temps d'annoncer sa proposition. « Vous avez fait preuve d'un tel talent que j'exposerai la peinture dans ma galerie ! Vous êtes conviés à son vernissage, si bien entendu, cela vous intéresse. » Et en disant ces derniers mots, un regard l'implorait de ne pas refuser. Il lui prodigua tous les détails et revint à l'ambassade plein d'idées en tête. Plus que lui avoir changé les idées, Angélique lui avait donné un nouveau souffle d'inspiration pour son discours d'ouverture.

*


Quelques jours plus tard, l'encre de la peinture d'Angélique avait séché. Min l'avait entreposé dans la salle principale de sa galerie, perchée sur l'un des balcons qui s'étiraient sur la longueur de la pièce. Pour peindre son portrait, Min s'était inspiré du concept entre Anges et Démons. Le prénom d'Angélique, couplé à une queue parfois associée à des créatures malveillantes, lui avait fait apparaître le concept comme par magie -alors qu'il était à mille lieues de s'imaginer que la créature était bel et bien un démon. Pour élever le concept, il avait décidé de lui dessiner des ailes rachitiques et une aura d'encre presque invisible. Les traits étaient grossiers, si bien que l'on ne distinguait qu'une forme animale dans sa peinture. Il l'avait transformé en une espèce d'oiseau.

Comme la peinture était la seule création du fait de Min dans la salle principale de la galerie, il avait accordé une attention toute particulière aux réactions du public. Il avait redouté les critiques, mais la réalité s'était avérée bien pire : personne ne s'était arrêté devant. C'était là un drame aussi angoissant qu'inattendu. En restant devant une peinture à côté de celle d'Angélique, mine de rien, Min attendit de longues minutes que quelqu'un s'immobilise devant. Il tendit l'oreille pour la moindre mention de son oeuvre. Et soudain, il perçut un mouvement d'arrêt dans sa vision périphérique. Min se détacha de la peinture qu'il avait fixée bien trop longtemps pour être discret et se tourna vers son portrait. Quand il reconnut Angélique, sa surprise fut totale.

« Angélique ! Quel plaisir de vous voir. Vous reconnaissez cette peinture, n'est-ce pas ? C'est vous ! » S'exclama-t-il, comme s'il lui annonçait une nouvelle incroyable. « Que pensez-vous de la peinture ? Enfin, je dis ça, mais il n'y a pas que ça qui importe ! L'intérêt, c'est surtout la galerie. Je ne vais pas dire ma galerie, parce qu'on a été quatre sur le projet, même si elle était à mon nom. » Il se rapprocha de lui et serra les poings en bondissant, surexcité de voir une connaissance dans un océan de spectateurs indifférents. « Le véritable maître d'oeuvre, si je puis me permettre le jeu de mots, est Sir Mænet. Vous l'avez vu ? Il est très particulier... » Et en disant cela, Min se rendit compte qu'il faisait preuve d'impolitesse. Si ce dernier était particulier, ce n'était rien comparé à Angélique. Il secoua les mains et afficha un sourire gêné.

« Enfin, bref ! Vous êtes là et c'est génial ! Vous avez essayé le havre de Méditation ? Et l'atelier ? Vous êtes plutôt art ou artisanat ? J'ai tenté de donner la part belle à toutes les formes d'art. » Min débitait tout ce qui lui passait par la tête sans laisser le temps à son interlocuteur de respirer. « Vous connaissez l'art Orine, en fait ? Jugez-vous que cette galerie est accessible ? Tant de choses me paraissent être des évidences ! Mais ce n'est peut-être pas le cas de tous. » Cette fois, le blond s'arrêta pour inspirer un grand coup, déjà prêt à l'asséner de nouvelles questions qui lui brûlaient les lèvres.

Mots: 975
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Dim 01 Jan 2023, 18:07


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 8
- Charisme : 9
- Intelligence : 8
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


Zephyros avait appris deux éléments importants depuis son séjour à Avalon. D’abord, les Déchus étaient fort complaisants envers les individus à tendance pécheresse. Ensuite, la chance pouvait sourire à plus d’une occasion au vilain malchanceux. Il fut presque perturbant pour le jeune Démon de séjourner dans une auberge sans s’y faire expulser par un quelconque redresseur de torts de passage. Comme quoi la nature de déchéance des Déchus tenait éloigné ce genre d’individu.

Le vilain comprenait maintenant que les désagréments de son arrivé aux portes de la ville des péchés, ne tenait pas de son apparence en tant que Démon, mais de sa tenue dégradée par les intempéries et un concours de circonstances. Somme toute, cet épisode c’était soldé avec plus de peur que de mal et un Pacte Démoniaque. Ce moment passé, l’apparence démoniaque de Zephyros avait eu peu, sinon aucun impact sur l’attitude des habitants à son égard. Pour la première fois depuis fort longtemps, Zephyros pouvait s’assumer tel qu’il était et même se permettre d’incarner son propre rôle.

Ne pas avoir à se cacher derrière la flamboyante personnalité d’Angélique fut étrange, voir désagréable pendant un temps. C’était comme si Zephyros apparaissait nu en public. Il y a eu quelques rechutes ici et là, mais après une journée sans atteinte contre sa vie, le jeune vilain gagna suffisamment confiance en lui, le véritable lui, pour s’assumer en tant que Zephyros, reléguant Angélique dans un coin sombre de sa tête. Cette personnalité était présente depuis bien trop longtemps dans la vie du vilain pour disparaître, alors elle guettait son heure pour refaire surface…

***

Le jour du vernissage de Min, Zephyros prit de nombreuses heures à se préparer. Un Démon digne de ce nom était capable de surveiller magiquement les individus liés à lui par pacte, mais Démon incomplet qu’il était, Zephyros ne le pouvait pas. Il avait donc recouru à la manière non magique : bouger ses fesses et aller voir l’individu en personne. Mais un vernissage était un événement public. On n’y allait pas faire le clown ou des pitreries pour amuser la galerie. On y allait d’abord pour faire des connexions avec des personnalités influentes et ensuite pour prétendre aimer l’art d’artistes avec une notoriété moindre.

Min était un investissement pour Zephyros. S’il n’avait pas le plaisir d’être le premier signataire avec le jeune Démon, il était le seul encore en vie. Le vilain avait donc tout avantage à rentabiliser son investissement en tant qu’artiste et en tant que personne. C’était ainsi que le Pacte Démoniaque gagnerait en valeur et que Zephyros gagnerait en notoriété parmi les siens. C’est dans cette optique que le vilain opta pour se présenter tel qu’il était réellement. Pour cet événement mondain, pas d’artifices, pas de subterfuge, une franche honnêteté. Un seul problème à l’horizon : qui était Zephyros ?

Crise identitaire mise à part, Zephyros se vêtit d’habits blancs avec quelques accessoires dorés qu’il fit ajuster par un tailleur. Forcément, avec un appendice caudal et des cornes, on ne se présentait pas dans une boutique avec une simple taille en tête. Après tout, c’était cette difficulté vestimentaire qui était à l’origine des événements à la porte d’Avalon. La combinaison de blanc avec quelques touches dorées s’harmonisait avec la peau bleu ciel du Démon pour donner un ensemble voyant, mais agréable à l’œil.

La suite de la préparation passait par un salon de coiffure. Bien qu’il aurait probablement été plus attrayant d’avoir une coupe plus courte des cheveux, le Démon préféra garder une chevelure plus longue, un soubresaut d’Angélique au moment de définir ses attentes au coiffeur. Il faut dire que le magicien-charlatan avait besoin de mille-et-un moyens pour détourner l’attention de son auditoire pour parvenir à obtenir l’illusion de magie. Des cheveux longs, c’était une distraction de plus que des cheveux courts. Zephyros se contenta donc de faire démêler sa tignasse, de faire une coupe très modeste pour se débarrasser des cheveux trop abîmés, puis de faire coiffer le tout.

***

Quand il se présenta au vernissage, le jeune Démon était à la fois méconnaissable, dû à sa présentation soignée, mais également distinctement reconnaissable due à la coloration de sa peau et de ses traits démoniaques non dissimulés. Le vilain se mêla à la foule avec une certaine facilité. Il n’était pas trop voyant, grâce à des invités beaucoup plus haut placés que lui, tout en étant suffisamment voyant pour ne pas détonner avec lesdits invités de marque. En d’autres mots, Zephyros avait visé juste. Peut-être qu’un jour, il aura le charisme et les moyens de ses ambitions, mais pour l’heure, le vilain n’avait pas à impressionner la foule, seulement un Orine avec qui un pacte avait été signé.

Sitôt eût-il été repéré par le concerné, sitôt Zephyros fut assailli de questions. Comme quoi, il n’y avait pas que le Démon qui avait encore beaucoup à apprendre. Le vilain ne s’en soucia pas et se contenta de saluer son interlocuteur une fois son tour venu.
« Bonjour Min Shào, salua poliment Zephyros. Pour éviter de perpétuer un malentendu, je me permets de me présenter comme il se doit. Je suis Zephyros Lazulis. Angélique est mon nom de scène, mais ce nom n’est guère approprié compte tenu des circonstances. Après tout, il s’agit du vernissage de ta galerie et non pas une de mes prestations !

Alors, au risque de te décevoir, j’ai peu d’expérience dans l’art de la peinture et du dessin. Je compte justement sur toi, Min, pour me permettre d’en apprendre plus sur ces formes d’art. Il en va de ton intérêt, après tout, puisque je serai amené à peindre ton portrait !
 »


933 mots
5e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Dim 22 Jan 2023, 10:16


Image par Margo Zakharova

L'interlocuteur de Min ne lui donna pas son avis, mais quand il mentionna vouloir apprendre de l'Orine, une cacophonie de leçons très importantes à retenir se bouscula dans son esprit. Il avait tant à lui raconter, rien que sur les oeuvres de sa galerie ! Il se tut un instant, mais ce n'était pas pour donner à Zephyros le loisir de parler à son tour : il réfléchissait pour déterminer par où il pourrait commencer.

« Min-yah ! » Soudain, une voix familière interrompit son intense réflexion. Son ami d'enfance s'était approché d'eux sans qu'il ne s'en rende compte. Le brun se tenait tout droit et regardait Zephyros avec curiosité, comme s'il étudiait une sculpture. « Je te cherchais. Aurais-tu l'aimabilité de nous présenter ? » Dit-il d'une voix douce, en affichant l'ombre d'un sourire. Min encercla son ami de son bras, lui tenant l'épaule :  « Ah oui ! Je te présente Wao Ming, Orine d'Onikareni comme moi, et futur peintre à renommée mondiale ! » Wao secoua la tête. Il comprit que Min était dans un état tel de fébrilité qu'il en oubliait ses bonnes manières. Parfois, un cocktail d'anxiété mêlée à de l'excitation lui faisait perdre pied, et l'ouverture de sa Galerie avait eu cet effet.

« Et j'te présente Ang... euh... » Il réfléchit un moment. Ce dernier lui avait donné son autre nom, mais il était en train de dire tellement de choses en même temps qu'il l'avait oublié. « Zephyros Azuli ! » Acheva-t-il en levant le menton, visiblement fier d'avoir retrouvé son identité avant que le silence devienne réellement gênant. « Regarde, c'est son portrait », continua-t-il en faisant tourner Wao avec son bras. « C'est évident, non ? » Demanda-t-il en décelant la confusion dans le regard de son ami.

« Pas vraiment », cassa le brun. Min se décomposa. « Tu as interprété le portrait, de sorte que tu montres la vision que tu as de lui plutôt que sa véritable apparence. Mais c'est là toute la magie de la peinture ! Je suis fier de toi », ajouta-t-il en affichant un léger sourire. Le blond souffla. « J'aurais aimé que tu me la montres avant d'ouvrir la Galerie, par contre. Nous aurions pu discuter de quelques retouches. » L'artiste en herbe leva les yeux et sourit, en décidant d'ignorer le sous-texte. Son ami était si attentionné !  « Qu'en pensez-vous, Zephyros ? » Interrogea Wao à son tour.  « Ce portrait vous représente-t-il fidèlement ? » Il désigna les ailes qui avaient été rajoutées par Min en dessinant leur contour dans l'air.

Il y avait une pointe de méfiance dans son regard. Il s'attardait tout particulièrement sur les cornes de l'inconnu. Ces pointes osseuses l'inquiétaient, en lui rappelant des créatures mythiques démoniaques qu'évoquaient les livres de légendes. D'un autre côté, ses vêtements contrastaient largement avec ces éléments intrigants. L'alliage de blanc et de doré témoignait d'un certain sens aiguisé de la mode et lui faisait penser qu'il n'était pas là pour semer le chaos. Derrière eux, à l'autre bout de la galerie, son Aisuru potentiel, l'Alfar Eöl Liën, les surveillait. C'était lui qui avait demandé à Wao de venir, en lui intimant de lui donner plus d'informations sur l'interlocuteur cornu de Min. Wao prenait les consignes de son promis très au sérieux, et il était déterminé à les coller jusqu'à ce qu'il ait de précieux détails à prodiguer à l'Alfar. Min semblait complètement ignorer sa méfiance.

De l'autre côté, le blond s'était mis à se frotter les doigts derrière son dos, inquiet de la réponse de Zephyros à la question de Wao. Son ami était quelqu'un de très direct, et il avait clairement mis les pieds dans le plat. *Et s'il n'aime pas ? Et s'il trouve ça moche ?* pensait-il, redoublant la vitesse de ses frottements anxieux. Soudain, il se rendit compte qu'il ne pouvait supporter de réponse honnête de la part de son modèle. Il ne supporterait pas une humiliation pareille ! Alors il décida de détourner ses interlocuteurs de la question.

« Attends ! Il n'y a pas que mon portrait ici. Il y a ta peinture, aussi ! » S'exclama-t-il avec une voix à moitié étranglée, forçant son enthousiasme. D'un bond, il se retourna et alla présenter la toile de Wao. Il s'agissait d'une fleur de lotus blanche faite à la peinture à l'huile*. Derrière, on pouvait apercevoir le cadre rouge d'une devanture de temple, embrasée par un levé de soleil. Son exclamation venait de tirer des spectateurs de leur contemplation de la toile. Ils se tournèrent vers Min et écarquillèrent les yeux, comme s'il venait de les réveiller d'un profond sommeil. « Elle est pas magnifique ? »

Cette toile était l'une des meilleures de Wao, et le fait qu'il l'offre à la Galerie de Min l'avait fort touché. Son Art Divin ensorcelait la toile et plongeait ses admirateurs dans une hypnose presque cathartique. Quand Min l'avait vue pour la première fois, il s'était senti comme transporté dans le lac. Toutes ses inquiétudes avaient disparu, pour laisser place à un silence uniquement brisé par le murmure de l'eau. Il avait senti les rayons du soleil lui réchauffer le corps... et maintenant qu'il se plongeait dans la toile, une fois encore, ces douces sensations l'envahissaient. Il se demanda si Zephyros serait aussi sensible que lui au pouvoir de Wao.

*Un peu comme un Monet !
Mots: 930
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Mar 24 Jan 2023, 03:22


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 8
- Charisme : 9
- Intelligence : 8
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


Le nouveau venu ne surprit pas Zephyros, contrairement à Min qui, visiblement, ne vu rien venir. Il n’y avait pas là un gage des sens du Démon de repérer celui présenté comme Wao Ming parmi la foule, car il n’y avait rien d’anormal à être alerte à son environnement immédiat. Le vilain se questionna pendant quelques secondes sur la pertinence de tenter un nouvel Orine avec un pacte. Une question qui fut répondit à peu près au même moment où Wao se révéla être un esprit bien plus logique que Min.

En soi, il n’y avait rien qui prédisposait la pensée logique à contrer les tentations démoniaques. Au contraire, la logique était plus éloignée de la moralité que l’émotion. Il suffisait d’avoir quelque chose de pertinent à proposer au moment adéquat. Malheureusement, Zephyros s’était présenté au vernissage les mains vides. Le Démon feignit donc l’ignorance, un compromis pour satisfaire l’égo de Min et la curiosité de Wao.
« Lazulis, comme la pierre, rectifia poliment Zephyros à la déformation de son nom. Ce n’est pas le nom le plus prestigieux, mais ma créativité des noms est à l’instar de mon créateur. »

La suite de la discussion entre Min et Wao, puis l’officieux concours de peinture, permis à Zephyros de brosser un portrait de celui qui se donnait des airs d’antagonistes, mais aussi de réaliser la proximité entre les deux Orines. L’instant semblait donc mal avisé pour choisir un camp, surtout à la vue de la méfiance dans le regard de Wao. Artiste de rue et magicien charlatan, le Démon avait appris à décoder les expressions faciales humaines.
« Au risqué de me répéter, confessa Zephyros avec de la tristesse au regard, je suis tout bonnement incapable de faire la différence entre une œuvre de qualité et le travail d’un débutant. Mon expérience réside dans l’art éphémère, alors comment a jugé l’art impérissable ? »

Ce n’était pas une réponse aux questions posées, et le vilain le savait pertinemment, mais se défiler ne faisait pas partie de ses intentions. La défensive n’était pas une stratégie tenable sans position solide. Dans ce contexte, l’offensive était préférable. Zephyros observa les deux œuvres et choisi ultimement celle de Min. C’était SON Orine après tout !
« Mais je devine que cette réponse ne satisfera ni l’un ni l’autre, annonça le Démon avec bravade. Alors soyez indulgent à la critique d’un néophyte. Allons droit au but, je préfère, et de loin, la peinture de Min.

Je devine que la peinture de Wao est ensorcelée. Pour ma part, je considère comme couardise le recourt à la magie pour rehausser une œuvre. Il suffit d’un coup d’œil à l’égard de ma personne pour comprendre que je ne pratique pas la magie. C’est ce handicap qui définit mon art et je donne tout ce que j’ai lors de chacune de mes représentations pour transcender cette limite. Je ne suis pas parfait, mon art n’est pas parfait, mais c’est cette imperfection qui sert de fondation au spectacle. Car personne n’est parfait, tous peuvent apprécier comment l’un se sert de l’imperfection pour rehausser l’expérience. Tomber victime d’un enchantement est à l’observation ce que la surdité est au chant. À quoi bon ?

L’œuvre de Min est parfaitement imparfaite. L’on y voit le jeune artiste à ses débuts, le point de départ indélébile. Est-ce que ce portrait me représente fidèlement ? Quelle question ! Même moi, je sais que ce tableau n’est pas un portrait, mais une adaptation. Et je l’aime cette adaptation ; coloré, mais sombre ; angélique, mais démoniaque ; noble, mais bestial. Est-ce moi ? Peut-être que oui, peut-être que non. Là n’est pas l’important. L’important, c’est ce qui est sur la toile et ce que ces traits évoquent chez un observateur en pleine possession de ses moyens.
 »

La critique venait naturellement chez les Démons, car il s’agissait là de l’art de blesser par les mots. Et quoi de plus savourant pour un Démon que de critiquer en public, devant une foule qu’on venait tout juste de sortir de la torpeur d’un enchantement ? Min et Wao, dans leurs imprudences respectives, avaient générer la situation idéale pour que quelques mots bien placés mènent à la déchéance morale d’une œuvre autrement tout à fait acceptable. Zephyros n’avait tout simplement pas pu résister à la tentation.

Cela dit, le Démon s’était gardé un minimum de retenue. Wao était visiblement lié d’amitié avec Min. Ce faisant Zephyros dirigea l’inévitable colère suivant la réalisation de tombée victime d’un enchantement mental, vers l’œuvre et non l’auteur. Artiste de rue et magicien charlatan, diriger et rediriger l’attention du public selon son bon vouloir était la clé de voute d’une prestation réussie. Et quand l’échec de la prestation impliquait la mort, il allait sans dire que la marge d’erreur était mince.

Le cas présent, un autre Démon aurait certainement cherché à retourner le couteau dans la plaie. Pendant encore quelques glorieuses secondes, Zephyros, le narrateur, serait le centre d’attention, Min, le bénéficiaire, savourerait une victoire morale et Wao, la victime, gouterait le goût amer de la défaite. La colère était un péché qui aspirait à se manifester contre un bouc émissaire. Il suffirait que d’une petite poussée dans la bonne direction et cette frustration pouvait être canalisée… Mais le vilain n’en fit rien, au contraire même.
« Mais bon, à quoi sert la jeunesse si ce n’est à commettre des erreurs ? Avoua Zephyros avec un juste peu trop d’enthousiasme dans sa voix. Je suis sûr que la galerie portera une plus grande attention à avertir les visiteurs des œuvres magiques à l’avenir. Sur ce, un certain havre de méditation attire ma curiosité. »

Et c’est ainsi que Zephyros redevint un bruit de fond dans le brouhaha de la foule. Il n’avait ni l’éloquence ni la prestance pour reproduire par lui-même une telle importance aux yeux et aux oreilles de personnalités bien plus impressionnantes qu’il l’était. Et puis, diriger la colère collective contre un bâtiment n’aurait guère plus de répercussions qu’une affiche informative placée devant l’un des tableaux exposés. Cela dit, cette altercation n’avait pas été sans conséquence et le vilain était encore beaucoup trop excité de son petit moment de gloire. Il était impératif de redevenir maître de ses émotions.

Un Déchu en manque et un Démon excité avait un peu trop en commun. Même si la cité déchue était probablement le meilleur endroit pour se laisser publiquement emporter par le péché, Zephyros devait reprendre le contrôle sur ses instincts s’il ne voulait pas antagoniser Wao jusqu’au point de non-retour. La critique avait été honnête, personnelle et percutante, mais elle demeurait dans les limites du rationnel. Le Démon s’attendait à être plus étroitement observé pour la suite des choses, alors aussi bien contrer l’excitation d’un éphémère moment de gloire par la patience d’une méditation.


1114 mots
6e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Sam 28 Jan 2023, 13:33


Image par Margo Zakharova

C'était une impossibilité mathématique. Un non-sens absolu. Quelqu'un, préférer la toile de son ami débutant à la sienne, véritable monstre technique, descendant de plusieurs générations de grands peintres ? Wao ne pouvait pas le croire. Un tourbillon s'était formé dans son esprit alors que l'information tentait de s'imposer à lui. Sur son visage, une petite veine apparut sur son front, trahissant son émotion. A côté, Min brillait comme un soleil et ignorait tout de sa tourmente. Il souriait de toutes ses dents et dansait d'un pied sur l'autre, ne pouvant contenir sa joie. Il était tout aussi surpris de la tournure de la situation que son ami.

Min s'immobilisa néanmoins quand ce dernier traita indirectement son ami de "couard". *Il va trop loin !* songea-t-il amèrement. Une boule désagréable se formait dans son estomac. Le blond, toujours plus enclin à la conciliation qu'au conflit, s'apprêta à répliquer, mais Zephyros poursuivit sa réflexion. La foule qui admirait la toile de Wao, en écoutant la réponse de Zephyros, s'était tournée de l'autre côté et étudiait attentivement celle de Min. Le peintre amateur jeta un regard anxieux à Wao. Son sourire avait disparu, remplacé par un vide inexpressif. Le brun s'était immobilisé et le regardait comme une statue pétrifiée sur place. Min ne l'avait vu qu'une seule fois dans cet état : quand il était durement critiqué par sa mère. Soudain, il remarqua que ses épaules se lâchèrent. Wao se détendit quand Zephyros mentionna sa propre incapacité à utiliser la magie. Il sembla enfin comprendre et avait porté sa main à son menton, l'air pensif. Ses yeux étaient rivés sur la toile de Min, à la recherche de son génie supposé. En vain.

Une fois l'analyse de la créature terminée, un silence gênant souffla un air glacial dans la galerie. Wao se détacha de la toile et jaugea les spectateurs du regard. Il y cherchait le moindre éclat de désaccord avec les dires de Zephyros. « Oh, d'accord... je vous remercie... » tenta de balbutier Min, l'air coupable. Il s'interdit de sourire, comme si cela affligerait une sanction supplémentaire à son ami. Chuan lui avait dit que Wao, malgré ses airs d'Orine trop mature pour son âge, combattait aussi ses propres incertitudes. Mais il ignorait que c'était aggravé par une jalousie que le brun ressentait bien malgré lui envers la créativité de Min.

Et puis, la limite fut franchie. Zephyros asséna le coup de grâce à Wao, tranchant et précis. En réaction, le brun souffla de surprise. Son regard embrasa le visage du cornu. Autour d'eux, Min décela de nombreuses réactions dans la foule. Certains avaient écarquillé les yeux et détourné le regard, comme s'ils venaient de voir quelque chose qu'ils ne devraient pas. D'autres s'étaient un peu rapprochés en reniflant le conflit. Min réalisa alors qu'il n'était pas à Onikareni, mais dans une cité où la dissidence était un sport. Un vague souvenir de la bagarre au parc lui revint en tête, et il sursauta à l'idée de voir la même chose se produire dans son sanctuaire. Il fallait qu'il désamorce la situation ! Mais la rhétorique n'était pas son fort, et Wao fut plus rapide que lui. Il s'était avancé d'un pas et s'était raidi.

« Je comprends votre analyse, en tant que profane. » Sa voix douce contrastait avec sa posture hostile. « Néanmoins, je la conteste. Mépriser un artiste pour son recours à la magie est comparable à blâmer un peintre pour l'utilisation de meilleurs pigments ou de l'apposition d'une double-couche. » Il croisa les bras. « La technique et la créativité fonctionnent de concert pour parfaire la Beauté. » Comme il lui sembla que Wao avait repris la main, Min s'interposa dans l'espoir de redresser la balance en faveur de son modèle. Après tout, il lui avait rendu service ! « Vos deux visions sont également intéressantes ! » S'écria-t-il en posant doucement sa main contre le dos du brun. « Savez-vous, Zephyros, qu'un pèlerinage Orine consiste à se rendre sur les terres humaines ? » Wao semblait prêt à poursuivre son argument, mais il n'interrompit pas Min. « L'objectif est, pour les Orines très puissantes en manque d'idées, de réapprendre à créer de l'Art sans magie. C'est un moyen pour elles de retrouver l'inspiration. »

Il adressa une œillade à Wao. Il lui adressa un sourire affectueux, d'un genre qu'il ne montrait qu'à ses amis les plus proches. Min fut rassuré qu'aucune animosité envers lui n'apparaisse dans son regard. Il fut enfin rassuré : le conflit avait été évité. Il avait rempli sa mission ! « Mais pour les Orines, utiliser la magie est aussi naturel que de respirer ou de chanter. D'ailleurs... » il s'avança vers Zephyros et s'inclina vers Wao pour lui signifier que leur conversation était terminée —et car il redoutait les conséquences d'une proximité prolongée entre les deux protagonistes. « Je pense que le Havre de Méditation vous fera adorer la magie ! À tout à l'heure, après la visite, Wao ! » Le brun hésita. Il s'inclina, ouvrit la bouche, puis la referma. Il se retourna vers une sculpture en silence, certainement en train de réévaluer tous ses choix de vie.

Pendant ce temps, Min ouvrait la marche vers le Havre de Méditation. Pendant qu'ils descendaient les escaliers, le ciel s'était éclairci. Les rayons drapèrent la pièce de rouge et de jaune, colorant la peau du cornu. Min se perdit dans la contemplation de son modèle, fasciné par le coloris de son épiderme, ayant déjà oublié la conversation précédente. Heureusement, il connaissait sa galerie par cœur et ne percuta rien, si ce n'est des invités, sur son chemin. Il s'arrêta enfin devant un lotus collé au mur dont une lumière bleue émanait mystérieusement. Pour lui, c'était le joyau de sa Galerie. Un groupe d'amis l'avait aidé à le façonner et il trouvait cette salle simplement parfaite. « C'est là ! Juste derrière. En touchant le lotus. » Il sautillait en le fixant, trop impatient de connaître l'avis de son nouvel ami. Ses compliments l'avaient gonflé de confiance.

Mots: 1078

Description du Havre:
PS:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 916
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Sam 04 Mar 2023, 23:25


Spécialités :
- Agilité : 9
- Force : 9
- Charisme : 9
- Intelligence : 9
- Magie : 1

Physique : Zephyros est un Démon bleu de bonne taille (1 m 82), doté d’oreilles pointues, de cornes, d’une longue queue préhensile et de crocs.

Pouvoirs :
- Le pacte démoniaque
- Le reflet de l’autre
- La tentation du diable
- Richesse à vie
- Charme

Fiche de personnage : Zephyros


AVERTISSEMENT : ce message a un contenu à caractère sexuel non-explicite.

La mention sur la magie du Havre de Méditation échappa à Zephyros quand Min en fit la promotion. Encore sur son petit nuage de fierté, le Démon avait baissé sa garde. Il ne s’attendait pas à un coup bas de Wao; le petit prodige avait trop à perdre. Après tout, ce n’était pas la qualité de l’œuvre qui était la cible de la critique, mais l’usage de la magie. Wao pouvait bien dire ce qu’il voulait, il avait ensorcelé sa peinture. Plus il pousserait le débat vers l’éthique de la chose et moins les gens porteraient attention à ladite peinture. Il pouvait se justifier, il pouvait s’expliquer, mais il n’en demeurait pas moins qu’il s’égarait. À parler de principes, il ne parlait pas de sa toile.

Trop concentré sur Wao, c’est finalement Min qui porta un coup bas contre Zephyros. Après son discourt sur sa position à l’égard de la magie, la dernière chose que le Démon s’attendait, c’était que l’Orine le subjugue à son tour. D’emblée, Zephyros se sentit confortable dans le Havre de Méditation. Il voyait les recoins sombres comme des endroits sécuritaires, alors sa méfiance instinctive s’envola à son tour. Or, un Démon excité par son récent succès, puis apaisé et dépourvu de tracas n’avait rien à voir avec la boule de nerfs aux mille-et-un soucis qui composait la personnalité de Zephyros. Pire, la personnalité d’Angélique était impuissante à prendre le dessus, justement car il n’y avait aucune source de stress pour déclencher une réaction. Le résultat était l’éveil d’une nouvelle personnalité qui n’était ni Zephyros ni Angélique.
« Min, je… je me sens bizarre… La voix du Démon était devenu suave et rempli de désir. J’ai chaud et je ressens... je… »

Sous les effets du havre, la peau du Démon adopta une teinte violacée. Son corps irradiait de chaleur et la sueur commençait à perler sur son front. Zephyros déboutonna le haut de ses habits en s’approchant de Min. Le Démon se frotta à l’Orine, avec une proximité absente de toute gêne, laissant sa respiration humidifier le cou de Min alors qu’il prenait de grandes et profondes respirations.
«  J’ai envie… j’ai envie de tout ! Chuchota Zephyros dans l’une des oreilles de Min. Le Démon se déplaça pour approcher son visage de celui de l’Orine, allant jusqu’à ce que les deux nez se frôlent. J’ai envie de m’empiffrer des plats les plus copieux… J’ai envie de dépenser sans compter… J’ai envie de baiser sans retenue… J’ai envie… J’ai chaud… Trop chaud… J’ai… ugh ! »

Zephyros recula soudainement d’un pas avant d’être plié en deux, possiblement de douleur. Le Démon déboutonna alors de force sa chemise, dénudant son torse alors qu’une paire d’ailes poussèrent de son dos. D’abord noires et rachitiques, elles prirent de l’ampleur pour atteindre une taille adéquate pour soutenir la morphologie du Démon en vol, puis une couleur correspondante à la peau colorée du vilain. Haletant et ruisselant de sueur, Zephyros reporta son attention à l’Orine qui avait toute sa place dans la liste des désirs du Démon.

D’un geste souple et doux, Zephyros enlaça Min de ses nouveaux appendices dorsaux, collant son torse dénudé contre le sien et passant sa main dans ses cheveux. L’appendice caudal du Démon, plus provocateur, s’enlaçait autour des jambes de l’Orine, remontant tranquillement vers les cuisses. Il n’y avait aucune agressivité dans le gestuel de Zephyros, lui qui était apaisé par les effets magiques du Havre de Méditation. Il n’y avait donc aucune rigidité dans l’enlacement, ce qui permettait à Min d’aisément reculer ou prendre ses distances s’il le souhaitait.

Pendant tout ce temps, Zephyros avait gardé les yeux fermés, une habitude instinctive. Ses yeux démoniaques reflétaient la lumière alors le vilain avait pour habitude de les fermer lorsqu’il se servait de la noirceur comme d’un refuge. Il se servait donc de ses autres sens pour ressentir, écouter et sentir la présence de Min. Le Démon s’en retrouvait d’autant plus envouter par la magie du Havre de Méditation qu’il n’avait pas le désir d’ouvrir ses paupières. Il n’avait donc aucune chance de comprendre son fonctionnement. Pour Zephyros, les sons et les odeurs étaient des produits de la pièce et non de magie.

Malgré l’insouciance d’avoir ses tracas magiquement estompés, le Démon réalisa à retardement la présence des ailes dans son dos. Le Zephyros normal aurait été particulièrement soucieux de leur présence, puisqu’il doutait d’avoir les capacités de les faire disparaître. Le vilain aurait certainement passé en revu les nombreux inconvénients d’avoir de tels appendices dorsaux, mais avec l’apaisement du havre c’est un tout autre ordre de pensée qui pris naissance dans l’esprit du Démon.
« Des ailes… Voilà qui nous permettra d’atteindre les hauteurs d’Avalon ! N’es-tu pas curieux de découvrir les Quartiers des Sommets ? N’aimerais-tu pas voir cette ville telle quelle est vue par les Déchus ? Ou peut-être, préfères-tu passer un moment plus intime, ici et maintenant…  »

À l’écoute de Min, Zephyros attendait patiemment une réponse. À nul douté, si l’Orine se montrait ouvert, le magicien-charlatan ne perdrait aucun instant pour faire disparaître les vêtements du concerné. À l’inverse, s’il désirait partir explorer le Quartiers des Sommets, il s’y envolerait de sitôt. Cela dit, aussi aillé, était-il devenu, le Démon n’avait ni la force ni l’adresse pour s’envoler, encore moins porter quelqu’un. Presque dénué de magie, Zephyros ne pouvait compter que sur ses muscles pour donner leur raison d’être à ses ailles, muscles qui avaient émergé seulement quelques secondes plus tôt. Mais à quoi bon tous ces tracas. Dans le Havre de Méditation la vie était bien plus simple.

Notes:


913 mots
7e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Min Shào
~ Orine ~ Niveau II ~

~ Orine ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 291
◈ YinYanisé(e) le : 25/03/2022
◈ Âme(s) Soeur(s) : Elle m'attend quelque part.
Min Shào
Lun 13 Mar 2023, 22:38


Image par Margo Zakharova

Min Shào était une Orine aventureuse et optimiste. La Soerei aimait imaginer à quoi ressemblait son lendemain en s'endormant. Il n'avait jamais raison : le Destin lui réservait des surprises et c'était l'une des grandes beautés de la vie.

Cette journée à Avalon portait déjà son lot de surprises, mais son grand final était plus inattendu encore. Min ne s'était pas imaginé se faire surprendre par sa propre oeuvre. Le Havre de Méditation était l'un de ses cocons les plus sûrs. Beaucoup s'endormaient et sortaient du lieu reposés, après une sieste réparatrice. Lui était parfaitement au fait des vertus des encens, qu'il avait minutieusement choisis. Au fil des années, sa tolérance s'était accrue. Il pouvait choisir de résister à leurs effets s'il en avait l'envie.

L'Orine fut donc estomaquée en témoignant de l'état dans lequel Zephyros avait été plongé. Au début, il pensa qu'il était malade : sa peau avait changé de couleur. Il transpirait comme une vache. « Zephyros ! Vous allez bien ? » Ce dernier avait sorti un mouchoir de sa poche et apposait de douces pressions sur son front. D'abord inquiet, son sentiment initial se mua en effroi quand ce dernier envahit son espace sans son consentement. Tous ses sens se mirent en alerte quand sa peau toucha la sienne. Min eut un mouvement de recul et écarquilla les yeux de surprise. « Oh ! Mais... » Il appuya ses mains sur son torse pour tenter de le repousser, une expression de dégoût déformant son visage face à l'indécence de l'agresseur.

A ce moment-là, il prit une grande inspiration et la senteur des encens pénétra ses poumons. Son cœur ralentit aussitôt. Son inconfort disparut. La sensation de danger s'estompa pour ne laisser qu'une douce complaisance lui embrumer l'esprit. Soudain, la situation lui parut très drôle. Il abandonna sa lutte et accepta l'étreinte de l'étranger. Le blond laissa un rire s'échapper de ses lèvres en écoutant Zephyros perdre la tête. « De s'empiffrer ? De... de quoi ? », répondit-il en gloussant. L'encens portait un nouvel effet sur lui, comme influencé par la présence d'autrui. C'était inattendu. « Mais non, il ne fait pas chaud, ici. »

Ayant toujours les meilleures intentions en tête, Min déplia son éventail et l'agita devant Zephyros. Son geste n'eut pas l'effet escompté. Au lieu de le rafraîchir, il lui avait fait pousser des ailes. En regardant la métamorphose de sa muse, Min écarquilla les yeux et laissa tomber son éventail. « Wouah ! Tu es devenu une chauve-souris », s'émerveilla-t-il. Il caressa l'aile du bout des doigts, fasciné par la tournure que prenait la situation. Il fut surpris de sentir une texture de peau, comme si l'aile était un prolongement de son corps. Les membranes se colorèrent sous son contact. Ce dernier se retourna pour vérifier s'il avait subi la même métamorphose. Mais il n'en était rien. « Moi aussi, j'aimerais savoir voler », murmura-t-il en poursuivant son geste, jaloux.

Un sourire rêveur s'étira sur ses lèvres. Il n'avait plus vraiment l'impression d'être éveillé. Ces situations étaient faites de rêves. Le blond se perdit dans l'étreinte de l'ailé. Il n'éprouvait pas de désir. C'était plutôt l'émerveillement d'un spectateur face à une danse qui n'obéissait à aucune règle. Tout pouvait arriver. Son regard tomba sur ses jambes serpentées par la queue du danseur. Il observa sa queue serpenter sur le tissu sans réagir. Min s'abandonna à lui, trop curieux de connaître son sort. Il fut pris de court quand un choix lui fut offert. L'Orine s'était confortablement installée dans son havre de passivité. Il regardait la scène se dérouler sans vouloir y prendre part. Mais Zephyros attendait sa réponse.

« Euh... » songea-t-il à voix haute. Petit à petit, il s'était mollement laissé tomber dans l'étreinte de Zephyros. La musique le rendait légèrement somnolent. S'il le lâchait, Min se serait étalé au sol. « Je... je ne sais pas », lui murmura-t-il lentement. Puisqu'il s'agissait d'un rêve, Min pouvait lui demander ce qu'il voulait, finalement. Mais l'ombre d'une idée finit par lui apparaître. Il ouvrit ses paumes. Deux épis étaient apparus dans le creux de sa main, conjurés par son pouvoir de l'Environnement printanier ; un de blé et un d'ivraie.

Il éloigna ses mains des ailes de sa muse et les cacha dans son dos. « Zephyros. » Il se pencha vers lui et manqua de lui tomber dessus. Ce dernier cligna des yeux pour se reconcentrer et poursuivit : « C'est très important. Tu dois choisir une main. » Sa gauche signifiait s'envoler pour d'autres horizons. La droite signifiait un prolongement de leur moment de... il ne savait pas trop comment le définir, en fait. D'intimité ? Min n'avait jamais fait l'expérience de ce genre d'étreintes. Autour d'eux, la douce mélodie se poursuivait. Les encens se consumaient lentement. Un écho de gong résonna. Le sort en était jeté.

Mots: 846

Décisions, décisions:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39520-min-shao-fini
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] Danse avec l'Inconnu | Zephyros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Danse avec moi mon enfant et oublions la cruauté
» [Q] La quête de la mort | Zephyros
» [Q] - Danse et jalousie
» [Quête] - Pas de danse
» [Q] - Entrez dans la danse
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Côtes de Maübee :: Avalon-