Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Partagez
 

 [Quête] - Après l'effort, le réconfort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dürdane Bēkara
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 190
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2022
◈ Activité : Boulangère [Rang I]
Dürdane Bēkara
Ven 22 Juil 2022, 02:54


Erkan Jāmanī
[Humain] – Niveau I

Spécialités :
● Agilité : 4
● Force : 8
● Charisme : 6
● Intelligence : 8
● Anti-Magie : 6

Physique :
● Âge apparent : 15 ans
● Taille : 1m68

Particularité :
● Une courte tresse sur le côté droit du visage, un anneau dans l'oreille gauche

Métier :
● X

Partenaire : Solo [Erkan Jāmanī]
Objectif / Intrigue : Après avoir subit l'intense entraînement de sa mère, Erkan profite de la fin de sa permission avec son petit frère pour aller voir un spectacle de Kaivehi.


Erkan se tenait dans la pièce principale de la demeure des Jāmanī juste après son entraînement matinal avec sa mère. Tout son corps tremblait à cause des efforts intenses qu'il avait dû fournir ; il faillit même se renverse son verre d'eau sur la figure alors qu'il tentait de boire.

– Ah, mon petit Erkan, tu es là ! Va te débarbouiller qu'on puisse passer à table ! déclara énergiquement sa grand-mère en passant la porte de la cuisine.

Une bonne odeur de tajine flottait derrière elle, ce qui fit saliver Erkan. Elle avait dû se rendormir après lui avoir servi de réveil pour réussir à être aussi dynamique se dit-il admiratif tout en se dirigeant tant bien que mal vers la salle d'eau. C'était une petite pièce qui contenait un baquet en bois, plusieurs étagères et quelques seaux d'eau déjà rempli. Ils avaient la chance que leur maison soit située non loin d'un puits qui s’enfonçait directement dans les profondeurs de Qaixopia, c’était plus facile pour le transport. Après avoir fait un brin de toilette, il rejoignit sa famille qui était déjà attablée, Ouna n'attendait plus que lui pour servir.

– Tiens, une double portion pour toi mon petit, parce que tu t'es bien entraîné !

Erkan vit clairement sa mère lever les yeux au ciel en entendant les paroles de sa propre mère mais pour cette fois elle ne fit aucun commentaire, cela n’empêcha cependant pas l’atmosphère d’être lourde et silencieuse comme à chacun des repas qui se déroulaient sous l’œil attentif de Gülen. Personne n'osait déroger à cette règle tacite, pas même Bekir, le père d'Erkan.

Alors que les assiettes se vidaient et que les ventres se remplissaient on entendit de puissants coups frappés sur la porte d'entrée.

– Laisse Dādī Ouna, je vais y aller ! s'exclama Erkan en prenant de court sa grand-mère qui s’apprêtait à se lever.

Un homme d'une quarantaine d'année au ventre bedonnant patientait sur le seuil, il portait les couleurs de la Garde de l'Āramī.

– Bonjour Appelé Jāmanī, j'ai un message à délivrer au Capitaine Jāmanī, annonça-t-il rapidement lorsqu'il vit Erkan.

Erkan le connaissait bien ; c’était Aylan Tebani, un ami de son père. Ils avaient servis dans le même régiment pendant quelques années. À présent il faisait partie du corps spécifique des Messagers.

– Oh, bonjour Aylan ! Entre, on est tous à table ! lança joyeusement Erkan en oubliant totalement que sa mère pouvait l'entendre et qu'elle ne manquerait pas de désapprouver sa trop grande familiarité.

Le messager Tebani suivit donc Erkan dans la salle à manger. Il salua brièvement de la tête les membres de la famille attablés ainsi que Bekir puis il se tourna vers Gülen au garde-à-vous en claquant les talons de ses bottes. Cette dernière posa ses couverts et s’essuya la bouche avec lenteur avant d'ordonner à Aylan de parler.

– Je suis désolé de vous déranger pendant votre permission, Capitaine Jāmanī, mais votre présence est requise de toute urgence à la caserne. C'est votre Commandante Zainab qui m'envoie.

– Rompez, Messager. Erkan, j’évaluerais tes connaissances théorique plus tard, j’espère que tu profiteras de ce temps supplémentaire pour t’améliorer. Je ne supporterais pas que tu sois aussi médiocre qu’aujourd’hui, jeta Gülen avant de s'en aller en saluant à peine les autres.

L'Āramī passait avant tout le reste. Erkan le savait et il devrait être prêt à faire le même genre de sacrifice s'il le fallait pour monter en grade. Il fut interrompu dans sa réflexion par un soupir de soulagement provenant de Selim, il paraissait de nouveau respirer pleinement depuis que leur mère avait passé le pas de la porte.

– Le devoir n'attend pas ! constata Bekir en reprenant son repas là où il s’était arrêté. Mais il ne faut surtout pas que ça vous coupe l’appétit, hein !

Les deux jeunes garçons hochèrent la tête et engloutirent le reste de leur assiette.

– Dis moi, mon grand, puisqu'à présent tu as l’après-midi de libre, que compte-tu faire ? reprit le père d'Erkan pour faire la conversation.

– Oh, eh bien je ne sais pas encore, en fait ! Dürdane doit être occupée avec son père donc je ne vais pas la déranger. Je vais peut-être dessiner ou alors m’entraîner à la tamja [flûte de roseau oblique] ! s’enthousiasma le garçon.

– Si tu veux on peut aussi aller se promener, annonça son petit frère, j'ai entendu dire que la troupe Shabun ferait une démonstration de danse sur la place Utara cette après-midi.

– Bonne idée ! Il fallait justement que je trouve une troupe pour Dürdane et moi, ça m'inspirera peut-être !

– Laissez-moi juste le temps de vous préparer des petit gâteaux, en cas de coup de mou ! s’écria Ouna avec enthousiasme en se dirigeant déjà vers la cuisine.

Post I – 795 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39442-durdane-bekara
Dürdane Bēkara
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 190
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2022
◈ Activité : Boulangère [Rang I]
Dürdane Bēkara
Ven 22 Juil 2022, 03:13


Erkan Jāmanī
[Humain] – Niveau I

Spécialités :
● Agilité : 4
● Force : 8
● Charisme : 6
● Intelligence : 8
● Anti-Magie : 6

Physique :
● Âge apparent : 15 ans
● Taille : 1m68

Particularité :
● Une courte tresse sur le côté droit du visage, un anneau dans l'oreille gauche

Métier :
● X

Erkan et Selim flânaient dans les rue de Qaixopia, ils connaissaient suffisamment bien la ville pour passer par les petites rues peu fréquentées plutôt que par les grandes artères. Il faisait bon derrière les épaisses murailles de sable et de roches.

– Dis, Erkan, t'aurais aimé faire quoi si tu n'avais pas prévu de t'engager ? demanda Selim alors qu'une poule passait entre ses jambes en caquetant.

– Hein ? Quelle question bizarre ! s'exclama Erkan en réponse, pourquoi est-ce que je me demanderais ça ?

– Je ne sais pas, juste comme ça, pour savoir ce qui te plaît vraiment dans la vie, marmonna son petit frère, mal à l'aise.

– Bin, je sais déjà ce qui me plaît vraiment dans la vie ! Je suis fait pour l'Āramī, je le sais au plus profond de moi depuis des années. J'ai envie de servir et d'aider mon Royaume et ma Race !

Erkan exultait de joie en disant ces paroles parce que c’était réellement le but ultime de sa vie tandis que Selim resta silencieux. Ses épaules étaient tendues, il avait la tête basse et le regard fixé sur ses pieds. Erkan n'avait pas le talent de sa sœur pour comprendre les gens, toutefois, il sentit bien que quelque chose se passait dans la tête de son petit frère.

– Parce que toi tu y as déjà réfléchi ?

Selim opina du chef ce qui fit bafouiller Erkan d’incrédulité :

– Mais... Mais pourquoi ? Tu ne veux pas rejoindre l'Āramī comme toute la famille Jāmanī ? C'est une bonne situation pourtant, la solde et les conditions de vie ne sont pas mauvaises et on est utile à notre pays... Qu'est-ce que tu pourrais faire de mieux que ça ?

– Pour le moment j'aime travailler le bois mais j'ai aussi envie de tester le soufflage du verre, où alors la poterie ! Je ne sais pas encore mais je pourrai être autant utile avec un métier d'artisanat ! s'emporta Selim.

– Tu dis ça pour le moment mais ne t'en fait pas, dès que tu auras commencé ton Askeri tu changeras d'avis ! professa Erkan en essayant de se convaincre lui-même.

– Mais je ne suis même pas sûr de survivre à l'Askeri ! cracha Selim avec violence. Comment j'y arriverais alors que je suis moins athlétique que toi et moins intelligent qu'İkbal ? Malgré vos efforts Māṁ n'est jamais satisfaite, tu peux me dire du coup comment moi j'arriverai à la contenter ? Tu ne vois pas tous les reproches silencieux qu'elle me fait tout le temps ? Je ne suis clairement pas le fils préféré alors comment je peux y arriver ?

– À t'entendre, Sikehen, on croirait vraiment que Māṁ est un ver des sables ! Elle est un peu dure je te l'accorde mais c'est pour notre bien. Elle veut juste qu'on donne le meilleur de nous-même ! s'exclama Erkan.

– Ah parce que pour toi c'est normal de vomir pendant un entraînement ? C'est grâce à ça qu'on sera au maximum de nos capacité ? Regarde-toi, tu as du mal à marcher après avoir seulement passé une demie-journée entre les mains de Māṁ, ce n'est pas normal !

Comment peut-il dire ça de sa propre mère alors qu'elle ne veut que notre bonheur ! songea Erkan avec hargne.

Il balaya les paroles de son frère d'un geste. Le jeune garçon n’appréciait vraiment pas que l'on dise du mal de sa mère qu'il admirait par dessus tout. Néanmoins, il n’aimait pas non plus lorsque Selim et lui haussaient le ton à cause de désaccords donc il n'exprima pas sa pensée. Selim avait l'air dans le même état que lui puisqu'il le voyait se tordre les mains tout en marchant. Il avait repris sa posture, tête baissée vers le sol et pieds traînants.

Tout en criant et s’énervant la fratrie avait continué à marcher et ils étaient arrivé en vu de la petite place Utara ce qui leur donna une parfaite opportunité pour changer de sujet.

– Ça n'a pas l'air d'avoir commencé encore, déclara Erkan en passant sous la grande arche colorée qui bordait la place.

Une estrade avait été montée pour l'occasion et des badauds étaient déjà installés en face sur des bancs rudimentaires.

– Par là, Elehen [grand frère], appela Selim en se dirigeant vers le bout d'un banc.

L'homme qui y était déjà installé se décala de bon cœur pour laisser plus de place aux deux jeunes garçons qui attendirent le début de la démonstration en devisant tranquillement, comme si leur dispute un peu plus tôt n'avait jamais eu lieu.

Post II – 767 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39442-durdane-bekara
Dürdane Bēkara
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 190
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2022
◈ Activité : Boulangère [Rang I]
Dürdane Bēkara
Ven 22 Juil 2022, 03:33


Erkan Jāmanī
[Humain] – Niveau I

Spécialités :
● Agilité : 4
● Force : 8
● Charisme : 6
● Intelligence : 8
● Anti-Magie : 6

Physique :
● Âge apparent : 15 ans
● Taille : 1m68

Particularité :
● Une courte tresse sur le côté droit du visage, un anneau dans l'oreille gauche

Métier :
● X



Ils s'interrompirent lorsqu'une belle jeune femme à la peau noire monta sur l'estrade. Elle ne paraissait pas avoir plus de vingt-cinq ans car aucune ride ne marquait son harmonieux visage allongé. Ses cheveux couleur charbon étaient joliment nattés serrés sur le dessus de son crâne tandis qu'ils retombaient lâches et ondulés sur sa nuque. Sur son front bombé reposait un disque d'or, élégamment relié par des chaînettes à des anneaux et à deux autre disques pendant de ses oreilles. Ses yeux noisettes, rehaussés par un trait de Khôl, brillaient d'assurance et de confiance en elle et cette impression était renforcée par son nez droit et ses lèvres pleines.

Erkan et Selim n'avaient encore jamais vu pareille femme à la beauté envoûtante et ils en restèrent bouche béé.

Cette dernière – vêtue d'une longue tunique blanche en coton agrémentée d'un large liseré doré qui rappelait avec goût ses disques-bijoux – avait patienté quelques seconde afin de capter tous les regards et ainsi laisser le temps au silence de se faire. Elle prit ensuite la parole :

Srīmatī [madame] et Srī [monsieur], cher public, bienvenue en ces lieux idylliques. Ils seront pour vous, je l’espère, le théâtre d'un moment de bonheur et de plaisir des yeux. Je suis Tayri Hanat, la dirigeante de la troupe Shabun et je suis extrêmement fière de vous présenter aujourd'hui mes élèves. Ils ont travaillé dur pour vous offrir cette démonstration de Kaivehi [théâtre dansé] alors je vous prie de les accueillir comme il se doit. Mais trêve de bavardage, place à la Mâdary [danse] !

Son agréable visage quoi qu'un peu froid jusqu'à présent s'illumina en prononçant ces mots, prouvant ainsi toute sa passion et son intérêt pour cette troupe et cette démonstration ce qui finit de charmer les deux jeunes et impressionnables garçons.

Pendant son discours plusieurs musiciens en avaient profité pour s'installer de part et d'autre de l'estrade et lorsque Tayri Hanat en descendit, libérant de ce fait l'attention, Erkan reporta son intérêt sur ces derniers et leurs instruments. Il y avait des Bendir [tambour sur cadre], une Imzad [vièle monocorde], de nombreuses Tamja qu'Erkan commençait à pratiquer à ses heures perdues et deux Azamar [clarinette double].

Bel orchestre ! Ce n'est finalement pas une toute petite troupe, pensa Erkan en se remémorant certains spectacles de rues auxquels il avait assisté étant plus jeune. Ils n'avaient alors qu'un Bendir et une ou deux Tamja pour rythmer les pas des danseurs.

Les musiciens se mirent à jouer tandis qu'un homme et une femme entraient sur scène. Ils étaient tous les deux vêtus d'un haut safran s’arrêtant au dessus du nombril et d'un ample pantalon de la même couleur. Ils avançaient sur l'estrade les pieds nus, simplement mis en valeur par une peinture ocre. Ils portaient à leur chevilles de larges bracelets de grelots qui marquaient la mesure à chacun de leurs pas et sur leurs genoux tombait une ceinture brune retenue par de nombreux plis ouvragés qui leur conféra plus d'envergure lorsqu'ils commencèrent à danser.

Leurs mouvements étaient fluides et gracieux, les positions changeantes des mains étaient parfaitement étudiées et précises dans leurs exécutions ce qui fit que ce couple de danseur ne tarda pas à subjuguer l'assemblé toute entière. Leurs pieds bougeaient à une vitesse folle, tellement qu'Erkan eu du mal à se concentrer dessus et à les suivre. Il aurait été bien incapable de refaire le moindre pas !

Ce genre de pensée n’était pas habituel pour lui, alors, ne cherchant pas à savoir d’où elle provenait, il la chassa bien vite pour la remplacer par une autre.

Ces danseurs devaient pratiquer leur art depuis des années, il était alors normal qu'ils paraissent doués dans ce qu'ils faisaient mais il n'y avait aucun subterfuge derrière ça.

L’entraînement est la clef de tout ! Et ce n’est pas Isemli qui va me contredire ! se rappela le jeune garçon.

Tout en admirant le spectacle Erkan parvint à intercepter quelques bribes de phrases lorsque les musiques se faisaient moins fortes car les danseurs, en plus de leur performance corporelle, déclamaient toute une histoire. Néanmoins, Erkan n'avait pas besoin de l'entendre pour la comprendre, c’était ce qui faisait tout le charme du Kaivehi.

Ils représentaient Sympan, l'Æther Suprême et ils racontaient à travers leur danse comment le Dieu-Roi avait donné vie aux Humains, puis le couple fut rejoint par de nouveaux danseurs, bien plus jeunes. Certains arboraient un maquillage outrancier et faisaient des mimique exagérée pour symboliser les Démons alors que d'autres faisaient battre dans leur dos de grandes pièces de tissus léger, rappelant les ailes des Anges. L'histoire venait de basculer sur le génocide Humain par les Démons et sur l'arrivé des Anges dans leurs vies.

Les jeunes danseurs étaient sûrement moins précis dans leur gestuelle que le premier couple mais pour un œil non initié comme celui d'Erkan cela passa inaperçu et il s'immergea totalement dans la représentation sans se soucier du temps qui passait. Il était totalement absorbé par cette histoire qu'il connaissait pourtant par cœur mais la danse et la musique la sublimait.

Lorsque les danseurs s’immobilisèrent et que la musique s’arrêta, le public resta une dizaine de seconde immobile, ne sachant comment réagir, comme s'ils sortaient d'un rêve et qu'ils leur fallait reconnecter avec la réalité. Puis ce fut un tonnerre d’applaudissement.

Post III – 870 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39442-durdane-bekara
Dürdane Bēkara
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 190
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2022
◈ Activité : Boulangère [Rang I]
Dürdane Bēkara
Ven 22 Juil 2022, 04:45


Erkan Jāmanī
[Humain] – Niveau I

Spécialités :
● Agilité : 4
● Force : 8
● Charisme : 6
● Intelligence : 8
● Anti-Magie : 6

Physique :
● Âge apparent : 15 ans
● Taille : 1m68

Particularité :
● Une courte tresse sur le côté droit du visage, un anneau dans l'oreille gauche

Métier :
● X

La foule de spectateurs étaient debout, les acclamations fusaient de toutes parts. Erkan et Selim suivirent le mouvement, enchantés eux aussi d'avoir assisté à cette démonstration, et cela renforça l'idée d'Erkan de vouloir pratiquer cette danse précisément avec Dürdane.

Les danseurs, le souffle court à cause de leur intense prestation, saluèrent le public avec de grands sourires de contentement aux lèvres puis ils s’écartèrent pour laisser passer leur dirigeante qui s'inclina à son tour, le visage illuminé de fierté.

Tayri Hanat attendit que les vivats se calment légèrement pour prendre la parole :

– Merci pour votre enthousiasme, cher public ! Vos ovations nous comblent de bonheur car cela veut dire que notre travail n'a pas été vain. Permettez-moi à présent de solliciter votre générosité pécuniaire afin de faire subsister ma troupe et qu'elle puisse continuer à vous offrir de si beaux spectacles. Sans vous nous ne sommes rien !

Les danseurs filèrent se changer dans leurs loges improvisées – des habitants de la place Utara leur avaient gentiment prêté leur rez-de-chaussé et des tentures avaient été tirées jusqu'à l'estrade – tandis que Tayri Hanat passait dans l'assemblée avec un bol en bois. Certains y déposèrent quelques piécette d'argent en souriant puis s'en allèrent, d'autres en profitèrent pour offrir des paroles d'encouragement ou faire des éloges plus personnelles à la dirigeante de la troupe Shabun, et d'autres encore laissèrent des bons de troc signés dans le bol afin de permettre à Tayri Hanat de venir récupérer plus tard des œufs, du pain, un bon repas, un objet quelconque... car ils ne les avaient actuellement pas sur eux pour les troquer contre la prestation vue. Finalement, très peu de personnes ne firent aucune offrande.
Erkan et Selim étaient assez embarrassés lorsque le bol se rapprocha d'eux car aucun des deux n'avaient quelque chose à offrir ; toutes leurs dépenses étant payées soit par l'Āramī soit par les adultes de la famille Jāmanī.

– Bon... bonjour Srīmatī Hanat. Je... je voulais vous dire que j'ai adoré votre spectacle, il était vraiment fabuleux ! Ça fait combien de temps que vous pratiquez et que vous enseignez ? Je n'avais encore jamais entendu parler de votre troupe avant, vous venez d'un autre quartier ? Vos danseurs principaux ont l'air d’être vraiment expérimentés en tout cas ! Je suis désolé, mon frère et moi n'avons rien à vous offrir pour vous soutenir, j’espère que vous nous pardonnerez. Ah, et est-ce que vous donnez des cours ? Je recherche un entraînement de Kaivehi pour mon amie et moi et ce que votre troupe est cabale de faire en spectacle me donne très envie d'apprendre auprès de vous !

De près Tayri Hanat paraissait encore plus éblouissante ce qui fit bafouiller Erkan. Il cacha une fois de plus sa gène sous un flot de paroles ininterrompues et quasiment inintelligibles avec l'espoir que les foudres de sa mère soient moins fortes puisque la dirigeante de la troupe Shabun ne faisait pas partie de l'Āramī.

Tayri Hanat eu un petit rire cristallin lorsque Erkan mit enfin fin à sa digression.

– Eh bien, j'ai rarement vu un jeune garçon aussi enthousiaste. Tout d'abord, merci pour les compliments, ensuite, laisse moi essayer de suivre le cours de ta pensée, énonça-t-elle avec une voix harmonieuse. Je pratique le Kaivehi depuis mes quatre ans et cela fait neuf ans que je l'enseigne.

Erkan ouvrit la bouche de stupeur. Il avait déjà entendu parler de ces petits prodiges qui vouaient leur vie à un seul art – presque autant que les Orines (pour une fois que ses cours de connaissance des autres races lui servaient !) – mais il n'en avait encore jamais rencontré. Lui-même se dévouait entièrement à l'Āramī, néanmoins il y faisait tellement de choses différentes qu'il se demanda comment on pouvait se contenter d'une seule et si à force on ne s'ennuyait pas.

Tayri Hanat ne paru pas remarquer le trouble du jeune garçon, ou du moins elle ne le releva pas et continua sur sa lancée sans que sa voix ne fléchisse :

– La troupe Shabun est encore une jeune troupe, il ne s'agit ici que de notre troisième représentation mais avec Aris et Neila Soukane, mes danseurs principaux, nous avons à cœur de transmettre notre passion. C'est pourquoi vous serez les bienvenus toi et ton amie. Et avant que tu ne poses la question : oui nous avons des horaires aménagés pour s'adapter à votre Askeri.

Erkan sautilla de joie en approuvant et les détails furent rapidement réglés avec un lieu, une date et une heure de rendez-vous.

– J'ai tellement hâte d'annoncer cela à Dürdane, s'exclama Erkan lors de leur cheminement de retour.

– Oh, si seulement je pouvais être là pour voir sa réaction ! répliqua Selim, j’espère que tu me raconteras à ta prochaine permission.

Puis les deux jeunes garçons rentrèrent chez eux afin de profiter d'un bon goûter préparé avec amour par leur grand-mère.

Post IV – 821 mots [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39442-durdane-bekara
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] - Après l'effort, le réconfort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Quête] - Questions de métaphysique d'après les enfants | La kasbah
» Apres la pluie, le Beau temps ( Quête évent solo )
» [Q] - Un peu de réconfort [Shadow]
» Après-guerre
» Après-guerre II
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Désert de Näw :: Qaixopia-