Le Deal du moment : -16%
Mini Frigo Xbox Series X (4,5 L, 8 canettes)
Voir le deal
56.99 €

Partagez
 

 [Quête] - Objectif : sauver Dastan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyz'Sahale'Erz
~ Chaman ~ Niveau I ~

~ Chaman ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 289
◈ YinYanisé(e) le : 19/12/2019
Lyz'Sahale'Erz
Lun 11 Juil 2022, 22:23



Objectif : sauver Dastan


Objectif : En voyage pour soi-disant apprendre le commerce à Avalon, Tekoa entend parler de la guerre qui se prépare et des risques que courent Dastan. Il décide d'aller le sauver.

« T’es sûr de ça ? » demandai-je, suspicieux. L’Esprit fit la moue, comme si ma question l’avait contrariée. Elle fit mine de partir. « Attends ! Je dois savoir ! » « Si tu ne t’informes pas, ce n’est pas de mon fait. » répliqua-t-elle, en croisant les bras sur son corps spectral. « D’ailleurs, tu ne devrais pas être hors d’Awaku No Hi. » C’était vrai, en partie. Disons que j’avais reçu quelques honneurs ici et là et que ça avait davantage légitimé mon voyage. Les Ætheri semblaient me vouloir hors de l’île, et pas dedans. A’Hawé avait voulu m’accompagner mais j’avais refusé et elle ne jouissait pas du même regard « irrésistible » que moi. En réalité, elle était bien plus mignonne, mais j’étais de loin le plus chiant. Je pouvais répéter mes demandes un nombre incalculable de fois, en boucle, sans jamais changer de refrain. J’étais exaspérant et ça ne s’arrangeait pas avec l’âge. D’un autre côté, j’étais Isemssith, Ükjilh i Tobieth et connu par ci par là. En plus, mes téléportations aussi mystérieuses et incontrôlables qu’incessantes allaient dans mon sens. S’ils ne m’emmenaient pas, il y avait fort à parier que je finirais tout de même par disparaître d’une façon ou d’une autre. Je n’avais pas encore fusionné, je n’avais pas non plus encore battu un ours et je n’étais toujours pas le Chaman le plus fort du monde. Néanmoins, j’avais à présent des amis qui n’habitaient pas sur l’île que l’on disait maudite. C’était pour les voir que j’avais fait le voyage, sous couvert d’apprendre le commerce dans les environs d’Avalon. Je m’étais dit qu’une fois là-bas, je pourrais prétexter un besoin urgent et prendre mes jambes à mon cou. Les Esprits, de toute façon, me retrouveraient bien assez vite. Vu mon âge, mes nourrices n’avaient plus grand-chose à dire, normalement. Le fait est qu’elles continuaient de me surveiller, à cause de ma non-fusion. J’étais légèrement en retard. « Je sais je sais. Mais j’y suis et les adultes ont dit oui. » « Les vivants, parfois, n’ont aucune sagesse. » se lamenta la jeune femme. « Je te signale que c’est toi qui as commencé à t’intéresser à moi. » lui répondis-je, l’air de dire que si ma situation ne lui plaisait pas, elle pouvait toujours aller voir ailleurs si j’y étais. Loin de moi l’idée de me montrer insolent mais quand même… il y avait des Esprits étonnement rabat-joie et, curieusement, je me les farcissais tous.

Je fis quelques pas vers elle. « Bon, excuse-moi d’avoir douté mais… est-ce que tu peux me réexpliquer tout depuis le début ? » Elle leva les yeux au ciel. « Les Réprouvés vont attaquer Amestris parce que la Perle de Sceptelinôst a trouvé la mort à Arcadia. » « Et tu dis que Dastan et Érasme sont mêlés à ça ? » « Oui, parce que Val’Aimé Taiji cherchait le Prince Noir au moment où Shezira a attaqué son cheval. Et il est venu avec le roux. » « Et comment tu sais tout ça ? » « J’ai mes sources. » « Mouais. » fis-je, de nouveau suspicieux. Elle sourit, sans pour autant perdre son air princier. « Il y a des romances à ne pas rater. » « Romance ? » Je l’avais dit d’un air dégoûté mais c’était plus par réflexe qu’autre chose. J’avais du mal à avouer mon intérêt de plus en plus grand pour les femmes. J’avais trop répété à tort et à travers que jamais on ne m’y prendrait. J’étais, à présent, comme enfermé dans mon propre jeu, même si je n’avais pas forcément envie d’une romance. Notre groupe masculin me convenait très bien d’ailleurs. Simplement, nous étions trop éloignés les uns des autres pour nous voir souvent. « Peu importe. Pour revenir au point central : ton ami Dastan devrait être parmi les Réprouvés qui partent pour Amestris. Si tu veux mon avis, il va se faire tuer. Les pronostiques sont mauvais, chez les vivants comme chez les morts. » « T’es sûre de ça ? » La boucle était bouclée. « Tekoa, tu es exaspérant. » « Nan mais c’est pas ça… » répondis-je, dans mes pensées. « Si Dastan est en danger, je dois aller l’aider ! C'est le gang ! » Même s'il avait de fausses croyances et qu'il me fallait toujours le remettre dans le droit chemin. Elle cligna des yeux plusieurs fois. « Tu… Quoi ? » « Mais oui ! C’est facile : je pars moi-aussi pour Amestris ! » « Non mais… » « Un roux parmi une foule, ça se voit facilement. Tu m’aideras. Quand on l’aura trouvé, je le préviendrai et l’amènerai en lieu sûr. » Plan infaillible.

768 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38027-lyz-sahale-erz
Lyz'Sahale'Erz
~ Chaman ~ Niveau I ~

~ Chaman ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 289
◈ YinYanisé(e) le : 19/12/2019
Lyz'Sahale'Erz
Mar 12 Juil 2022, 13:29



Objectif : sauver Dastan


Ma tête sortit d’un arbre… ou de ce qu’il en restait. Difficile de statuer sur sa vivacité. Ses branches étaient déformées et il semblait prêt à se faire frapper par la foudre volontiers dans le seul objectif d’abréger ses souffrances. Le sol était mouillé par endroit, sec par d’autres. Nementa Corum était un vrai cauchemar, surtout pour mon pantalon. J’avais fait l’effort de m’habiller plus ou moins bien et je m’étais fait happer par le sol. J’aurais pourtant juré que l’endroit où j’avais mis les pieds était dur avant de m’enfoncer dedans. À force de marcher sur les terres sorcières, je commençais à me dire que toutes les histoires qui décrivaient des lieux horrifiques, hors Awaku No Hi, provenaient d’ici. Mes rêves les plus sombres ressemblaient à cet endroit, même si je ne pouvais m’empêcher d’être légèrement excité à l’idée de croiser un monstre. Il me dévorerait peut-être tout cru mais, au moins, je mourrais heureux. Qu’est-ce que la mort, en comparaison d’un face à face avec une bête gigantesque ? Deux fois rien. « Bon mais il n’y a personne. Tes informations étaient bidons… » « T’es en avance. Je t’ai dit que ça ne servait à rien de te précipiter ici. » Certains Esprits semblaient hanter les lieux, perdus dans une contemplation des mauvaises herbes et autres végétaux effrayants. Les Alfars auraient aimé étudier le lieu. Il n'était pas entretenu, bien que quelques routes très peu usitées se frayassent un chemin entre les ronces et les lierres qui étouffaient les arbres. Les Mages Noirs utilisaient fréquemment la magie, ce qui expliquait sans doute l’état de la campagne. « Ouais… Bah… Va falloir trouver quoi faire. Tu crois que si je me présente au manoir là-bas, ils m’accueilleront pour la nuit ? » « … Tu peux essayer. Au pire tu mourras. C’est pas si terrible. » fit-elle, moqueuse. « C’est sûr que c’est pas si terrible. » répliquai-je, sérieusement. « Le seul souci c’est que je ne pourrai pas prévenir Dastan ensuite. Il ne faut donc pas que je meure. » « Élémentaire. »

Après un silence durant lequel je tentai d’étudier la situation, je sortis de ma cachette improvisée. « Bon… Je vais demander le gîte et le couvert, comme ils disent. » « Tu vas te faire tuer. Les Sorciers ne sont pas les Magiciens ou les Déchus. S’ils acceptent de t’héberger, tu peux t’attendre à te faire tuer pendant la nuit. Ils pourraient aussi te réduire en esclavage… » « Faut toujours que tu vois tout noir. » répliquai-je, plus pour me convaincre d’y aller que par réelle volonté de l’accuser. Je savais que les Sorciers n’étaient pas tendres. Seulement, j’avais grandi sur Awaku No Hi. J’étais donc un minimum résistant. En théorie. « En plus, j’ai un atout imparable. » « C’est quoi ? » « Attends, tu verras. »

Mes pieds heurtèrent les cailloux blancs du chemin. La grille était ouverte sur un jardin magnifique. Ce jardin à lui seul aurait dû m’avertir de la richesse et de l’importance du propriétaire du manoir. On ne fait pas pousser des fleurs au beau milieu d’un cauchemar facilement. « Viens. » chuchotai-je. « Tu devrais arrêter de me parler à partir de maintenant. On va te prendre pour un fou. » « Tu sais qui vit là ? » Elle ne répondit pas. « Bon, tant pis, j’y vais. »

Je parcourus la distance jusqu’à la porte et fis retentir la cloche. Il y avait également un système magique mais je n’y connaissais rien alors je me retins d’essayer de l’utiliser, même si je mourrais d’envie d’essayer. « Oui ? » me questionna une voix ferme sortant d’un corps longiligne et strict. « Euh… » Mon interlocuteur ne m’aida pas. « C’est que… » Je pris une gorgée d’air et me lançai. « Voilà, je viens voir le Prince Érasme mais la nuit est en train de tomber et je crois que je suis encore loin d’Amestris. Auriez-vous la gentillesse de m’héberger pour la nuit ? » « Le Prince Érasme ? » « Oui… » J’espérais que l’autre crétin ne s’était pas donné des airs et qu’il était vraiment Prince. « Érasme Salvatore n’est plus Prince Noir depuis la Crucifixion. » « Ah… Ouais… La Crucifixion… » Les Mages Noirs faisaient-ils également des sacrifices aux Ætheri ? « Les Dieux ont dû apprécier. » Il plissa les yeux. « Harvé ? Qui est-ce ? » « Un gueux qui prétend connaître l’ancien Prince Noir. » J’ouvris de grands yeux en visualisant le nouveau venu. Il était… beau. Pas beau comme pouvaient l’être certains Chamans. Il avait une beauté délicate. « Je le connais vraiment ! » dis-je, en me reprenant et en fronçant les sourcils. « S’il dit qu’il le connait… » articula l’homme. Il sourit. « Toutes mes excuses. Je suis Dyonis Taiji, l’assistant du Duc Val’Aimé Taiji. » « Assistant ? » « Je gère ses affaires personnelles. » « Oh… » fis-je, en me laissant guider à l’intérieur, n’ayant aucune notion véritable d’assistance. « Vous êtes de la même famille ? » « Cousins très éloignés. Je suis le frère du Duc Lhéasse Taiji. Vous le connaissez ? » « Pas vraiment… » répondis-je, franchement. Il avait des manières étonnantes. Il boitait légèrement aussi, sans que le mouvement de balancier ne ternît l’allure de sa silhouette. Ses yeux étaient bleus clairs, presque blancs.

899 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38027-lyz-sahale-erz
Lyz'Sahale'Erz
~ Chaman ~ Niveau I ~

~ Chaman ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 289
◈ YinYanisé(e) le : 19/12/2019
Lyz'Sahale'Erz
Mer 13 Juil 2022, 13:29



Objectif : sauver Dastan


« Après vous. » me dit-il, en accompagnant ses mots d’un geste de la main. La porte émit un craquement et s’ouvrit. Je pénétrai dans les lieux. C’était une chambre. « Alors ? » questionna-t-il, en s’avançant vers la cheminée. Il en inspecta le dessus. Je n’étais pas vraiment regardant sur la propreté. Il aurait très bien pu me faire dormir dans les écuries. « Alors quoi ? » demandai-je, mon attention partagée entre la pièce et lui. Surtout lui. Il s’assit dans un fauteuil, lia ses mains et me regarda. « Comment connaissez-vous Érasme Salvatore ? » Je passai mes doigts dans mes cheveux. L’Esprit me prévint. « Tu ne devrais pas lui répondre. » Le problème c’est qu’il dégageait quelque chose de particulier. Son visage était hypnotisant. Ses traits étaient bien marqués. Ses joues étaient creuses mais ne donnaient pas l’air de quelqu’un en manque de quoi que ce fût. « Tekoa… Ne dis rien. » dit-elle, de façon plus autoritaire. Son ordre glissa sur moi. Je m’approchai et m’assis en face de lui. « On s’est rencontré dans une sorte de… labyrinthe. Et on s’est revu après, à Basphel. » « Une sorte de labyrinthe ? » « Oui. Un labyrinthe divin. Peut-être était-ce un temple, perdu. » Il plaça son coude sur le cuir et me fixa. Ses yeux étaient pénétrants. « Vous étiez seuls, tous les deux ? » « Non… Il y avait aussi Dastan et Sympan. Mais le groupe s’est élargi. » « Le groupe ? » « Oui, le groupe de garçons. » Dès qu’il me posait une question, ma langue se déliait avec une facilité déconcertante. Il ne semblait pas maléfique, pour un Sorcier. Plus j’en disais, plus il avait l’air intéressé. « Un groupe, je vois. Amis pour la vie, ce genre de choses ? » « Un peu comme ça, même si on n’est pas d’accord sur tout. Il y a le jeu aussi. » « Quel jeu ? » « Ce sont des défis qu’on se lance. Et si on ne les fait pas, on a un gage. Par exemple, Dastan doit appeler Érasme Maître jusqu’à ce qu’il soit plus grand que lui en taille. » Il sourit et ce fut la première fois que j’eus envie de ressembler à quelqu’un comme lui. Mes modèles étaient généralement dotés d’un physique prodigieux et d’une force sans commune mesure. Guerriers ou chasseurs sauvages, ils n’avaient rien à voir avec Dyonis. Dyonis était juste… « Qui est Dastan ? » « C’est un Réprouvé. Il vit à Lumnaar’Yuvon. Il est roux. » « Un Réprouvé qui appelle un Sorcier Maître ? » demanda-t-il, l’œil amusé. « Je crois qu’il est un peu trop fier pour refuser les défis. » dis-je, après avoir réfléchi. « Comme beaucoup de Bipolaires. » Il avança sa main vers une petite table sur laquelle se tenait une bouteille et plusieurs verres. Dans la bouteille, un liquide de la couleur du miel reposait. « Vous buvez ? » « Euh… » « Refuse ! Et arrête de parler, bon sang ! » Je ne l’écoutais plus vraiment. Depuis le début, elle me mettait en garde. Pourtant, Dyonis me paraissait plus agréable qu’elle, plus captivant. « Vous n’êtes pas obligé. » articula-t-il. « Si… Si je veux bien. Ça m’arrive de boire parfois. » précisai-je. « Et de fumer aussi. » ajoutai-je, sans trop savoir pourquoi.

Il se pencha davantage et saisit la fiole entre ses doigts. Ses mains étaient belles, sans aucun défaut. Ses ongles étaient manucurés et taillés courts. Il portait une bague de la même couleur que ses yeux. Il servit deux verres et m’en tendit un. « À l’amitié. » dit-il. « Oui, à l’amitié... » bredouillai-je. Mon regard se perdit dans le liquide et j’en bus une gorgée. C’était fort. Ma grimace ne lui échappa pas.

« J’aimerais vous montrer quelque chose. » dit-il, en se levant. Je lui emboitai le pas, jusqu’à l’étage. Il sortit de sa poche un trousseau de clefs et ouvrit une porte à l’aspect simple. Il éclaira la pièce, plongée jusqu’ici dans la pénombre, et me guida entre des toiles, des chevalets et des pinceaux. « Votre groupe est semblable à celui-ci ? » me questionna-t-il en me désignant un tableau. Il était grand et, dessus, se tenaient cinq garçons : trois bruns, un blond et un roux. Ils semblaient tous avoir une personnalité différente. « Oui, c’est exactement ça. Qui est-ce ? » demandai-je, toujours sans filtre. Il s’avança et me désigna chacun des protagonistes. « Ici c’est mon frère, Lhéasse Taiji. À côté de lui, il y a Val’Aimé. Ensuite Alistair Vaughan et Judicaël Halloy. » Il y eut un silence. « Et le blond ? » Il sourit mais ne répondit pas. Je fixai le visage sur la toile. « Et vous ? Vous n’y êtes pas ? » « Moi… Je suis toujours celui qu’on ne voit pas. » « Ah ? » fis-je, sans comprendre. Il précisa : « Je tenais le pinceau. » « Oh… Et vous êtes encore amis ? Vous faisiez des défis, vous aussi ? Vous aviez quel âge là ? C'est vrai qu'on dirait un peu nous... » Ce qu’il me montrait m’enthousiasmait. J’en oubliais toute prudence. Je bus la fin de mon verre et commençai à me sentir étrangement engourdi.

860 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38027-lyz-sahale-erz
Lyz'Sahale'Erz
~ Chaman ~ Niveau I ~

~ Chaman ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 289
◈ YinYanisé(e) le : 19/12/2019
Lyz'Sahale'Erz
Mer 13 Juil 2022, 21:08



Objectif : sauver Dastan


Je me redressai. « Aïe. » fis-je, en sentant une douleur aigue me piquer le crâne. Je passai ma main sur mon visage, me frottai un œil et laissai glisser mollement mes doigts sur ma joue. Elle se déforma, comme la pâte sous le geste du boulanger. Je clignai des yeux, avant de me perdre sur les draps du lit. J’étais nu et ce qu’il s’était passé la veille me revenait par séquences incertaines. Dyonis avait continué à me poser des questions. Je n’étais plus très sûr du contenu de ces dernières. Des choses sur le groupe puis des éléments plus personnels. Mon nom, mon âge, mes préférences. « Tu as beaucoup dormi. » Sa voix était toujours égale à elle-même. Il était assis dans le fauteuil, celui-là même qu’il avait occupé la veille. Mes prunelles se déplacèrent vers lui. J’avais l’impression d’être resté immobile longtemps. M’avait-il peint ? Je me souvenais qu’il m’avait demandé de m’approcher, pour m’examiner, et après… « Je ne pensais pas que tu serais si sensible aux effets de l’alcool. » Il n’employait plus la politesse qui était propre à beaucoup d’autres peuples. Pourquoi ? L’Esprit qui m’accompagnait la veille n’était plus là pour me répondre. Il y en avait d’autres mais ils ne faisaient pas attention à moi. « Ni que tu te déshabillerais. » « Ah… » Je m’étais déshabillé ? Je m’observai. Oui. J’étais complètement nu, c'est vrai. Ça m’était égal, étant donné mon île d’origine, mais il avait dû ressentir de la gêne. J’avais appris que tous les peuples n’étaient pas fait du même bois. La pudeur m’était étrangère mais ce n’était pas le cas de tout le monde. « Désolé. » lâchai-je, en le regardant. J’avais l’impression d’avoir vu son visage de près et d’avoir entendu ses murmures à mon oreille. Peut-être avait-ce été un rêve ? « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » demandai-je. Il croisa ses mains sur ses cuisses. « Tu as beaucoup parlé. Tu as dit que tu savais faire des tatouages corporels avec de la peinture et c’est à ce moment-là que tu as décidé de te déshabiller. » Je me sentis un peu idiot. Ce qu’il disait était probable mais je ne m’en souvenais pas.

Je pris de nouveau mon front dans ma paume. « Tu as mal à la tête ? » m’interrogea-t-il. « Un peu. » « Je pourrais te préparer un remède. » « Hum… Je ne savais pas que les Sorciers savaient en faire. » Évidemment qu’ils savaient. Il me sourit, sans paraître prendre ombrage de ma remarque. Il reprit le cours de son récit. « Tu m’as avoué vouloir sauver Dastan de la guerre et être venu ici bien plus pour le voir lui que pour voir Érasme. » Il attrapa un verre d’eau et en but une gorgée. Le voir faire me donna soif mais je ne bougeai pas. Le fait qu’il me prît en flagrant délit de mensonge me gênait. J’avais l’impression de l’avoir déçu. Il était vraiment beau et je ne voulais pas le décevoir, sans trop comprendre pourquoi. « C’est vrai… mais je comptais voir Érasme aussi, une fois que Dastan serait hors de danger. Vous devez connaître ça, non ? Je veux dire… quand vous aviez votre groupe. » Il referma sa main sur la carafe et, comme la veille, versa le liquide dans un verre. Il se leva et me le tendit. « Tiens. » dit-il, avant de reprendre le fil de la conversation. « Bien sûr que je connais ça. Je ne t’en veux pas de vouloir sauver ton ami. » Sa phrase me soulagea. Je ne le connaissais que depuis la veille mais j’avais l’impression d’être proche de lui. Jamais je ne pensai qu’il pût m’avoir ensorcelé d’une quelconque manière. Il s’assit sur le matelas. « Seulement, je sais aussi que lorsqu’il y a des romances dans les groupes d’amis, ça ne finit jamais bien. » « Romance ? » « C’est ce que tu as dit. Entre Érasme et Dastan… Non ? » Je ne répondis pas tout de suite. « Cette partie était un peu brouillonne puisque tu as parlé d’un… Esprit qui te l’avait dit ? » « Ah ? Ah ! Ah oui non c’est une amie que j’appelle comme ça… Ha ha. Mais je n’ai pas de vraies preuves qu’il y ait une romance ! Et elle non plus, d'ailleurs ! » répondis-je en paniquant. Que lui avais-je dit d’autre ? Que savait-il ? « Je vois. » articula-t-il, sans aucun trouble. « Dans tous les cas, je ne peux pas te laisser partir prévenir Dastan. Il le prendrait mal si tu venais à le priver de sa guerre. En plus, tu ne dois pas quitter le manoir avant d’avoir rencontré Val’Aimé. Je suis sûr que tu lui plairas beaucoup. » « Euh… » « En attendant, on pourra parler d’amitié. Je te donnerai des conseils. » Il sourit. Je n’eus plus du tout envie de partir.

829 mots
T'as raison, il va falloir que tu ouvres un rp Objectif : sauver Tekoa [Quête] - Objectif : sauver Dastan 943930617

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38027-lyz-sahale-erz
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4076
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Sam 23 Juil 2022, 21:46



Objectif : Sauver Dastan



Quelques jours plus tard

Je claquai la porte au visage du jeune homme. Ses protestations aussi désespérées que stupides s’étranglèrent à travers le bois. Je restai là et esquissai un infime sourire lorsqu’il envoya une partie de son corps trop fin dans ce qui nous séparait. Le bruit m’indiqua qu’il s’était fait mal. Qu’il profitât car, lorsque je reviendrais, une tout autre douleur l’attendrait. « Qui est-ce ? » demanda une voix, derrière moi. Je me retournai et fixai mon regard sur Dyonis, peu disposé à lui parler de mon invité. « Harvé m’a fait part de la présence d’un étranger qui serait resté ici durant la guerre. » dis-je, d’un ton égal. Il sourit. « Oui. Il s’appelle Tekoa et il a quinze ans. » Cette déclaration ne m’arracha qu’un regard plus appuyé. « Dyonis… Tu sais que c’est illégal. » Ce fut à son tour d’esquiver le sujet. Pourtant, je savais ce qu’il avait fait avec cet adolescent. Il possédait des produits puissants, qui annihilaient toute volonté et effaçaient la plupart des souvenirs, pour ne laisser qu’une vague sensation. Il les avait déjà testés sur moi, lorsque nous étions plus jeunes. Ces tests expliquaient parfaitement sa présence à mes côtés. Personne ne le croirait s’il parlait mais je préférais l’avoir proche de moi qu’éloigné, même si notre relation avait bien changé. Je n’étais plus l’idiot du passé, frustré de ne pas avoir le grand frère et qui acceptait à contre cœur de reporter son affection sur le petit frère. Ça n’avait duré que quelques mois mais ils étaient suffisants. L’homosexualité était illégale, qu’importât que je ne me souvinsse que d’une fraction des actes. Je les avais voulus parce que, dans un état second, j’avais eu l’impression de tenir Lhéasse dans mes bras. « Je voulais te féliciter. Les Sorciers ont remporté une victoire écrasante. » dit-il, en s’appuyant sur sa canne. « Merci, même s’il n’y a aucun mérite à détruire des pouilleux armés de fourches et de haches. » « Hum… » « D’autant plus qu’une fonction imprévue vient de m’être octroyée. » « Ah oui ? » « Je dois représenter la société dans un procès demain. » « Oh, c’est donc ça… Laëth Belegad, n’est-ce pas ? » « Exact. » « De quoi est-elle accusée ? » « C’est à moi d'en décider. » dis-je. « Sa tentative était si stupide qu’il serait plus approprié de la décapiter directement. Ça aurait sans doute été fait dans d’autres circonstances. Elle serait morte sur le champ de bataille et personne n’aurait rien eu à y redire. Mais il semblerait que bien d’autres intérêts soient en jeu. » « Comme ? » « C’est sans importance. » murmurai-je, après un silence. Je lui fis un signe de la main, pour l’inviter à marcher avec moi dans le couloir. Il avança et nous nous éloignâmes de la chambre.

« Tu penses que le procès sera terminé pour le truc ? » « Le Roi ne semble pas tenir à ce que la comédie dure trop longtemps. » confiai-je. Je m’abstins de mentionner sa grande instabilité. Il lui faudrait faire preuve de contrôle pour se présenter devant une foule si importante sans que les bizarreries de son être ne ressortissent. Si je n’appréciais pas Cyrius, je ne pouvais que reconnaître sa puissance magique et sa capacité destructrice. En creusant, il avait fini par trouver une faille en moi, chose que peu réussissaient à dénicher. Je ne connaissais pas l’étendue de ses pouvoirs mais il ne faisait aucun doute que le pousser à bout ou l’exposer trop longtemps à un environnement inadapté avait un potentiel apocalyptique. Il valait donc mieux que ce procès se déroulât rapidement et que le verdict fût rendu dans la foulée, point que je ne manquerais pas de souligner avant ses débuts. Et puis, bien entendu, il y avait le truc. « Sans entrer dans les détails de ma relation avec mon invité, tu devrais le rencontrer. Il te plairait. » « Je ne suis pas comme toi. » dis-je, comme un automatisme. Je n’abusais pas les enfants. Dyonis avait été ma première et dernière relation. Depuis, je faisais sans, sans que cela ne me dérangeât outre mesure, malgré les commentaires de quelques Chanceliers d’Ivoire aussi pénibles aujourd’hui qu’hier. L’ombre de Lhéasse planait toujours, comme si les années n’avaient pas su me guérir de lui. À présent qu’il était Archimage, l’éviter relevait du miracle. De plus, fatalement, nous nous verrions dans deux jours, en comité réduit. « Ce n’est pas à ce sujet. Il dit connaître Érasme Salvatore et un Réprouvé du nom de Dastan Belegad. Je ne crois pas qu’il mente et ça pose quelques questions sur les fréquentations douteuses de l’ancien Prince Noir. » Je laissai les secondes défiler. « À quel peuple appartient-il ? » « Je n’ai pas réussi à lui tirer une information claire. Ses propos étaient bien trop délirants pour que je puisse les prendre au sérieux. Sans drogue, il n’a pas souhaité en parler et c’est bien la seule chose qu’il ne m’ait pas révélée. Peut-être est-il lui-aussi un Réprouvé mais il ne semble pas souffrir de leur bipolarité. » Il m’observa. Je ne fis aucun commentaire sur ce qu’il venait de dire. « Je le verrai. » dis-je, avant d’attraper fermement le tissu de son vêtement au niveau du bras. « Dyonis. Si tu le retouches encore une fois, c’est ta tête à toi qui sera détachée de ton corps. » Inutile de lui rappeler les raisons de son handicap. « J’ai compris, Val’Aimé. » « J’espère. » Il sourit, s'enfonçant dans la brèche pour reposer sa question initiale. « Et... qui as-tu enfermé dans cette chambre ? » Un problème à venir.

923 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Lyz'Sahale'Erz
~ Chaman ~ Niveau I ~

~ Chaman ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 289
◈ YinYanisé(e) le : 19/12/2019
Lyz'Sahale'Erz
Sam 25 Fév 2023, 22:20



Echec critique de la mission


Rp précédent : La nature reprend toujours ses droits

Mes yeux se levèrent lorsque Dyonis entra dans la pièce. Il ne frappait jamais. Il me sourit. Son aura me faisait toujours un effet dévastateur. Nous avions beaucoup parlé, lui et moi. Il m’avait appris à m’exprimer de façon plus correcte au fil du temps par l'intermédiaire de potions qu'il me faisait boire. Les effets finissaient néanmoins toujours par s'estomper, me replongeant dans le flot de ma méconnaissance. Je savais que la guerre était finie depuis bien longtemps. Les Esprits de Réprouvés ne cessaient de revenir sur les terres de Nementa Corum, dans l’objectif de constater les dégâts. Certains cherchaient leurs proches. D’autres ne cherchaient plus rien, si ce n’étaient des explications sur le sens de la vie et sur ce qu’il leur était arrivé. Je ne pouvais pas les aider. Je ne comprenais pas leur langue. Je ne faisais que ressentir leurs intentions et leurs émotions. J’aurais pu tenter de fusionner mais, loin des miens, je ne me sentais plus légitime. À chaque fois que je voyais le Sorcier, je lui demandais quand est-ce qu’il pensait me laisser partir. Il me répondait toujours vaguement et de façon tactile, en posant l’une de ses mains sur ma cuisse ou mon épaule. Parfois, alors que j’étudiais, il venait dans mon dos, comme le dossier d’une chaise. Il me caressait les cheveux. Certains de ses comportements me heurtaient légèrement mais je mettais ça sur le dos des coutumes de son peuple, des coutumes qui me restaient inconnues malgré nos nombreuses discussions. Il m’interrogeait beaucoup sur moi, sur mes aspirations. Parfois, il me parlait de lui, de son propre groupe d’amis. Au fur et à mesure que mon vocabulaire s’était enrichi, nous avions abordé des sujets plus complexes et philosophiques. Je tentais de garder les secrets que je détenais pour moi mais, de temps en temps, mon esprit se brouillait. La voix de Dyonis me paraissait alors plus lointaine mais son corps plus proche. Lorsque je perdais connaissance, il était là. Lorsque je me réveillais, il était là également. Les jours passaient ainsi. Quelques Esprits me rendaient visite mais j’essayais de leur parler le moins possible. Il m’était arrivé plusieurs fois de me faire prendre en train de communiquer avec ce qui semblait pour le Mage Noir être du vide. J’avais toujours inventé des histoires, le fait que je répétasse quelque chose ou que je parlasse tout seul pour m’occuper. Puis, un jour, un homme était apparu dans ma chambre, un homme qui n’était ni un Esprit, ni un Chaman. Je l’avais déjà vu précédemment, dans le labyrinthe. Sa peau était semblable à la mienne. Il m’avait regardé longuement, avait posé sa main puissante sur mon épaule et avait prononcé quelques paroles à mon attention. « Patience, mon fils. » J’avais ensuite senti mon cœur se dérober, comme si la Mort, soudain, m’avait tendu les bras, et je m’étais évanoui, convaincu que ma vie était finie. Mais la vie avait continué et je ne l'avais plus jamais revu.

Dyonis s’avança et me fit asseoir sur mon lit. « Tekoa, je dois te dire quelque chose… » Il semblait peu ravi mais son visage irradiait tout de même d’un charme que j’avais fini par qualifier de maléfique. Il avait cette beauté froide et éclatante à la fois, quelque chose d’hypnotisant. Je me laissais manipuler à chaque fois, perdu dans la contemplation de son physique et, plus particulièrement, des traits de son visage et de ses mains. La voix des Esprits, face à la sienne, me paraissait toujours secondaire. « Val’Aimé ne veut plus que tu restes ici en étant aussi libre. » Je ne pouvais pas sortir. Son concept de liberté m’avait toujours paru étrange. « Il aimerait que je te fasse apposer la marque des esclaves. » Nous en avions déjà discuté, des esclaves. « Que tu deviennes mon esclave… » Quelque chose de lubrique passa dans son regard. Je n’en savais rien mais si je devenais esclave, il pourrait laisser libre cours à toutes ses lubies. Je ne serais plus considéré comme une personne mais comme un objet, une chose appropriée. Néanmoins, Dyonis n’était pas si pressé. « J’ai décidé néanmoins que je préférerais devenir ton mentor. Nos discussions m’ont intéressé et j’aimerais te proposer un partenariat. » « Un partenariat ? Quel genre ? » « Si tu acceptes mon offre, je te guiderai dans la vie en t’apprenant ce qu’il te faut savoir et une fois que tu seras prêt, tu m’aideras en retour pour mes affaires. Disons que tu serais une sorte d’investissement pour moi. » « Et est-ce que je pourrai rentrer chez moi ? » « Tu ne m’as toujours pas dit où était ce chez toi. De plus… je crois que ton avenir est près de moi. Tu as eu de la chance de me rencontrer. » murmura-t-il, sa main venant remettre l’une des mèches rebelles de mes cheveux derrière mon oreille. « Si tu étais tombé sur Val’Aimé, il t’aurait peut-être tué ou bien pire… » Le silence s’installa. « Si tu y tiens, tu pourras rentrer chez toi. Mais pas tout de suite. Tu iras si tu acceptes. Nous signerons un contrat qui nous liera. Une fois que je serai ton mentor, tu devras m’obéir. Tu recevras une marque d’apprentissage. » m’expliqua-t-il. « Je t’apprendrai ce que je sais pour que tu deviennes un homme accompli mais, étant donné tes lacunes et le fait que tu ne sois pas un Sorcier, j’ai pensé à t’envoyer à Basphel un certain temps. Tu connais déjà il me semble. Si tu réussis le test, tu seras beaucoup plus libre qu’aujourd’hui. Nous pourrons voyager parfois pour tes vacances. » « Pourquoi est-ce que vous faites ça ? Pourquoi ne pas me réduire en esclavage ? » « Je me suis attaché à toi. » m’avoua-t-il. Je sentis une forme de bonheur me parcourir tout entier. Moi aussi, je m’étais attaché à lui, malgré tout.

955 mots
Fin

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38027-lyz-sahale-erz
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] - Objectif : sauver Dastan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sauver un Magicien [Quête - Pv Naksatra]
» Sauver les Wëltpuffs - Quête solo
» Quête : Sauver un magicien ! (ft Riyo)
» Sauver le magicien [Quête - Miles. ]
» Sauver un Magicien | Quête solo
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Nementa Corum :: Amestris-