Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Partagez
 

 Serpent et Papillon | Aliénor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4079
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Sam 11 Sep 2021, 19:22



Serpent et Papillon


« Est-ce une garantie ? » « Oui Majesté. » « Bien. » Le médecin resta immobile, ma magie léchant sa peau et créant sur elle des stries noirâtres. Mon regard s’attarda sur lui, plus acéré que celui d’un aigle. Il se racla la gorge. « Je sais qu’elle n’a pas perdu sa vertu. » précisai-je sèchement. Il se mit à bredouiller à propos de Niklaus et des questions fréquentes qu’il posait jadis. Je ne l’écoutais déjà plus, sa voix se transformant en un son aussi nasillard que lointain. Ce qui m’intéressait était bien plus utilitaire. Je me fichais qu’un régiment de Réprouvés lui fût passer entre les cuisses. Ce que je désirais, c’est qu’elle tombât enceinte cette nuit.

Je sortis de la pièce sans rien ajouter, afin d’entrer dans la chambre. Mon regard passa sur elle et s’y arrêta un bref instant. « Dame Vaughan. » Elle était nue sous les draps. Il fallait donner l’impression que tout se déroulerait à la perfection. Le médecin était convaincu que j’allais la déflorer. Il avait raison mais pas de la manière traditionnelle. « Je ne serai pas long. » articulai-je, en disparaissant dans la pièce adjacente tout en emportant avec moi la valise sombre que je tenais.

Une fois dans la salle de bain, je posai ce que j’avais amené sur le meuble et en sortis une seringue. Mes yeux remontèrent vers la glace et croisèrent mon reflet. J'étais fatigué. Surtout, je n'avais aucune envie d'être ici. Je posai un instant mes mains à plat sur l’évier et restai là, immobile. Je fermai les yeux, soupirai et demeurai stoïque encore trois secondes avant de me résigner à procéder à l’opération. Le déroulement des événements était imprégné dans mon esprit. Les choses ne seraient agréables ni pour elle, ni pour moi. Elles devraient malgré tout se faire. Plusieurs considérations me heurtaient et me hantaient. J’allais avoir un autre enfant aussi naturel que légitime. Ce serait le deuxième que je pourrais officiellement reconnaître, le premier pour lequel je serais certain. Même si elle les cachait parfaitement, ma femme avait de nombreux amants, que ce fût dans le cadre de ses missions ou pour son propre plaisir. Délilah n’était peut-être pas ma fille et, même si elle l’était, je ne l’avais que très rarement considérée comme telle. Elle m’horripilait, par ce qu’elle était et parce qu’elle me rappelait que j’avais échoué en tant que père. J’échouerais probablement aussi avec ce futur enfant. Je ne pourrais jamais les élever comme je le désirais en tant qu’Empereur Noir. L’éducation d’Érasme était affreuse et bien que Cyrius intervînt dans cette dernière, je ne pouvais m’empêcher d’avoir un œil aussi critique qu’effrayé sur le garçon que j’avais engendré. Il ne m’effrayait pas parce que je craignais qu’il me fît du mal. Il m’effrayait parce que je craignais qu’il s’en fît à lui-même. Malgré tout, je ne pouvais pas intervenir, parce que les histoires d’enfants ne concernaient que très peu les Monarques. L’important était la descendance, qui devait être nombreuse et faste. Le reste ne me concernait pas tant aux yeux des nobles, hormis son futur mariage dont je devrais m'occuper. Qu’Érasme torturât les domestiques aurait même dû me remplir d’une certaine fierté à les écouter. J’aurais dû faire part à mes conseillers de ma joie de le voir s’épanouir en parfait Sorcier, avec un caractère fort et des prédispositions au mal qui dépassaient clairement les miennes lorsque j’avais son âge. Mais ce n’était pas le cas. Je le voyais courir sur le fil tendu de sa vie et je craignais qu’il cédât, brisé par le Destin, brisé par un Dieu mécontent.

Je défis lentement mes chaussures puis fis la même chose avec le reste des vêtements qui me couvraient les jambes. La venue d’un énième enfant m’inquiétait et, cette angoisse, mélangée au reste, me rendit la tâche bien plus difficile. J’aurais aimé goûter à la magie d’Adam afin de perdre certains de mes sens et en décupler d’autres. Enchaîné ainsi, je ne pensais plus à rien. Là, j’étais seul et je devais tenter de me détendre et me tendre à la fois. Tout ce qui me passait par la tête était loin d’être agréable. Je ne voulais pas qu’elle tombât enceinte, pas de moi. « Merde. » murmurai-je, en cessant les mouvements de va-et-vient un instant. J’allais pourtant devoir y arriver, d'une manière ou d'une autre.

De longues minutes plus tard, je sortis de la salle de bain. Je m’étais rhabillé. Je remontai les manches de ma chemise afin de ne pas les salir et montai sur le lit, pour me placer à genoux entre ses cuisses. J’emportai le drap avec moi pour avoir accès à son corps. Une fois correctement installé, je posai la seringue à côté de moi, notant les stries qui se formaient déjà sur les jambes d’Aliénor. Ma magie la rongeait, comme un rat affamé aurait creusé les entrailles d’un prisonnier. « Écartez les cuisses. » Je la fixai. « Plus que ça. » Mon regard glissa sur son pubis puis plus bas. J’avais envie de mourir. « Bien. Il se peut que ce soit douloureux mais vous souffrirez bien plus à l’accouchement. » J’approchai mes doigts et lui écartai les lèvres afin de mieux appréhender son anatomie. « J’espère que vous avez bu correctement le philtre. Je ne tiens pas à recommencer à la prochaine lune. » Ma main droite saisit la seringue couverte de lubrifiant et en approcha l’extrémité de son sexe. J’appuyai doucement, entrant et sortant d’à peine quelques millimètres l’instrument, dans l’espoir qu’il s’enfoncerait sans que je dusse forcer. « Soufflez. » lui dis-je soudainement. J’attendis qu’elle le fît et je poussai d’un geste continu et précis la seringue à l’intérieur d’elle afin d’y libérer le liquide. Une fois que ce fut fait, je posai ce que je tenais et replaçai le drap sur ses jambes. « Ne bougez pas pendant quelques minutes. Lorsque vous vous relèverez, ne soyez pas étonnée. » Je m’assis sur le bord du lit et récupérai l’instrument sans même le regarder. « Vous partirez demain sur l’île d’Anthias le temps nécessaire à votre accouchement. » dis-je, à présent debout. « Une femme vous accompagnera afin de vous tenir compagnie et de répondre à vos questions. » La seringue, entre mes doigts, se désagrégea, comme le reste du matériel. « Nous nous reverrons à votre retour, avec l’enfant. » Je me dirigeai vers la porte et sortis. Il fallait que je me lavasse.

1021 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Aliénor Vaughan
~ Magicien ~ Niveau II ~

~ Magicien ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 574
◈ YinYanisé(e) le : 20/12/2016
Aliénor Vaughan
Sam 18 Sep 2021, 19:18


Image réalisée par Naimly

Serpent et Papillon



Le médecin n’avait pas eu besoin de toucher le corps de la Magicienne pour prendre connaissance de ce qu’il voulait savoir. « Buvez ceci et déshabillez-vous. L’heure du rendez-vous approche. » Aliénor resta immobile. « Qu’y a-t-il ? » « C’est que… Je pensais que ce serait lui qui me… Enfin, qui me déshabillerait ? » Le Sorcier émit un son méprisant et s’excusa sans répondre à sa question. Elle se retrouva seule, dans sa robe immaculée, avec la fiole à la main. Ses yeux descendirent sur la mixture. Plus les secondes s’écoulaient, plus elle sentait une anxiété intense lui dévorer les entrailles. Elle ne savait pas exactement comment les choses allaient se dérouler. L’homme ne lui avait rien expliqué, si bien qu’elle s’était interrogée sur sa connaissance quant à la situation qu’elle s’apprêtait à vivre. Elle n’avait rien dit, rien tenté de lui révéler. L’ombre d’Elias l’effrayait. Les mots qui pouvaient sortir de sa propre bouche également. Ses dents ne cessaient de coincer sa lèvre inférieure. Elle exécutait les mêmes gestes, encore et encore, sous l’effet du stress. Et lorsqu’elle eut fini de boire et qu’elle laissa la fiole vide sur un meuble, elle maltraita son auriculaire entre son pouce et son index un long moment, avant de se décider à se déshabiller. Son regard glissa sur le lit. Sa respiration devint plus profonde, craintive. Elle n’était plus très sûre, à présent. Néanmoins, ses hésitations n’avaient aucun poids. Il viendrait et il… Elle ferma les yeux. Ce n’était pas le moment de pleurer. Ce n’était pas le moment de reculer. Elle voulait cet enfant. Elle voulait être mère. C’était juste… la façon d’y parvenir qui lui glaçait les os. Peut-être aurait-elle préféré qu’il lui fît réellement l’amour. Peut-être que, ainsi, elle se serait sentie plus proche de lui. Elle n’avait aucune idée de ce que les doigts d’Elias s’insinuant en elle auraient provoqué chez elle. Et lorsqu’il l’aurait pénétrée, elle aurait sans doute hurlé. Elle ne voyait que les bons côtés, comme si elle aurait pu le désirer au beau milieu, s’il s’était montré doux ou passionné. Mais il n’était pas ainsi. Il ne se serait sans doute pas appesanti en préliminaires. Il lui aurait fait mal. Pour toujours, il aurait été sa première fois, cet homme bien plus âgé qu’elle qui n’éveillait en elle qu’une forme de respect apeuré. Néanmoins, elle espérait quand même qu’ils pourraient arriver à discuter, un jour, qu’il serait possible de le convaincre de l’apprécier un minimum, au moins pour leurs enfants. La gorge serrée, elle retira donc ses habits et se glissa sous les draps, en attente d’une suite qu’elle ne cessait d’imaginer sans en comprendre les tenants et les aboutissants exacts.

Lorsqu’il entra, elle se figea de nouveau. « Bonsoir. » réussit-elle à articuler. Elle fut presque reconnaissante au moment même où il disparut dans la salle de bain. Pourtant, plus les minutes se succédèrent, plus elle s’inquiéta. Avait-il décidé de renoncer, finalement ? Était-il parti ? Lentement, elle descendit l’une de ses mains entre ses cuisses, pour essayer de se faire à l’idée, tenter de comprendre. Elle n’était pas ignare sur la question. Elle avait expérimenté une vie entière dans la peau de Priam. Elle savait ce qu’un pénis était, sa forme, sa texture. Elle savait que la taille pouvait augmenter, soit de façon naturelle soit avec quelques va-et-vient. Puis, elle avait senti l’Ange pénétrer la Réprouvée, expérimenté le plaisir qu’il avait éprouvé entre ses cuisses. Et il s’était déjà masturbé plus d’une fois avant ça. Elle savait. Ce qu’elle savait moins concernait ses propres réactions. Bien sûr, elle avait déjà touché cette zone mais ce ne serait pas la même chose. Imaginer la rendait de plus en plus mal à l’aise. Blanche comme les draps, elle attendait que la sentence tombât, qu’il réapparût et qu’il procédât à ce dont ils avaient parlé précédemment. Elle le redoutait.

Lorsque la poignée s’actionna, elle se redressa légèrement, ses mains maintenant le drap sur sa poitrine, comme si elle désirait qu’il ne la vît pas plus. Elle comprit néanmoins que le Roi se fichait de son corps. Il semblait… désireux d’en finir au plus vite. Son indifférence la blessa d’une manière inattendue. N’avait-il donc aucun désir ? Ni pour elle, ni pour personne d’autre ? Et… Est-ce que les rumeurs étaient véridiques ? Lui prendrait-il ses enfants pour les… Non. Non. Un frisson d’effroi lui parcourut l’échine malgré son refus catégorique concernant cette possibilité. C’était impossible qu’il… « Je… » Aliénor cessa de penser à la pédophilie de l’Empereur Noir lorsqu’il s’approcha. Sa magie s’insinua en elle. Elle commença à se sentir mal, étouffée. Ses veines ressortirent, noires et sinueuses, gonflées et douloureuses. Elle avait l’impression de déjà tomber enceinte des ténèbres. Son ventre se noua. Elle aurait aimé lui échapper, reculer, remonter le Temps. Ses lèvres entrouvertes laissaient passer un souffle qui se glaçait de plus en plus. Elle se sentit faiblir. Elle se serait peut-être même évanouie s’il n’avait pas découvert ses cuisses. Elle eut honte, honte de lui livrer cette partie là de son corps. Quand il ordonna, elle obéit cependant. Elle n’avait pas la force de résister. Ça aurait été idiot. Elle seule avait voulu qu’ils eussent un enfant. Lui n’avait jamais ne serait-ce qu’évoqué le sujet. La sueur collait ses cheveux sur ses épaules. Elle se sentait moite, prise par le mal, fiévreuse. « D’accord… » s’étrangla-t-elle. Cet homme rendait le moment gênant, froid, cruel. Il n’y avait pas une once de chaleur en lui. Elle se demanda comment elle avait pu croire un seul instant qu’ils pourraient s’entendre et échanger normalement. Elle pensa furtivement à Priam, priant presque pour qu’il apparût soudainement pour l’enlever. Mais elle savait ses espoirs fous et vains. « O… Oui… » Elle sentit l’objet contre elle, entre ses lèvres. Elle déglutit, prête à le supplier de se dépêcher, d’arrêter de la torturer. Elle ne comprenait pas qu’il essayait de limiter la douleur en travaillant l’entrée. C’était froid et humide, glissant, mouillé, extrêmement désagréable. Le pire, c’était le regard qu’il posait sur elle, comme si elle n’était qu’un bout de viande. Souffler ? Souffler… Elle souffla, ce qui ne diminua pas la sensation de douleur. L’instant ne dura pas. Lorsqu’elle prit pleinement conscience de son mal et de ce qu'il venait de se passer, la seringue n’était déjà plus en elle et le drap reposé sur ses jambes. Son mari lui parla mais elle n’entendit presque rien, choquée. Elle resta muette jusqu’à ce qu’il partît, et plusieurs heures après. Elle se sentait sale et l’impression s’intensifia lorsqu’elle se leva et que le liquide glissa le long de ses jambes. Elle allait porter l’enfant de ce… de ce monstre et… Des larmes coulèrent sur ses joues, acides, comme si la magie du Roi était allée jusqu’à contaminer ses glandes lacrymales. Sa main se posa douloureusement sur son ventre. Elle redoutait déjà la chose qui s'y développerait.

1122 mots
Fin
 


Serpent et Papillon | Aliénor  Wmln
Serpent et Papillon | Aliénor  3298876942 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34361-alienor-vaughan
 

Serpent et Papillon | Aliénor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (A) - Meurtre ? - ft. Aliénor
» | Aliénor Vaughan |
» | Aliénor Vaughan |
» Ses lamentations | Aliénor
» | Aliénor Vaughan |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Nementa Corum :: Amestris-