Le deal à ne pas rater :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz – i7-12650H – ...
999.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 | Religion chez les Sorciers |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mitsu
♚ Fondatrice ♔

◈ Parchemins usagés : 36417
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005
Mitsu
Lun 28 Sep 2020, 17:45


Image de Kayden Rowk
Avec les participations significatives d'Isahya et de Kaahl

Généralités

La principale Divinité honorée par les Sorciers n’est autre que la Déesse de la Lune Noire et du Chaos : Ethelba. Véritable guide spirituel, chaque Mage Noir possède le plus souvent un objet représentant la Lune Noire, astre qui revêt une signification particulière au sein du peuple et qui fait partie des symboles de l’Æther.

Lune Noire


La Lune Noire fait partie des trois lunes tournoyant dans le ciel des Terres du Yin et du Yang, avec la Lune Bleue – symbole des Magiciens – et la Lune Blanche. Si les trois lunes sont toujours présentes dans le ciel, la Lune Noire y demeure le plus souvent invisible, son manque d’éclat se fondant totalement dans l’obscurité de la voûte. Les légendes sorcières relatent énormément de faits sur la Lune Noire et lui prêtent des propriétés plus ou moins vérifiées. Ainsi, l’on sait que lorsque la Lune Noire devient visible – un cercle lumineux l’entourant alors – les pouvoirs des Sorciers s’en trouvent renforcés. L’on sait également que lorsque la Lune Noire recouvre la Lune Bleue – et la Lune Blanche pour toute la période précédent la Troisième Partie de l’Ère de la Renaissance du Dieu Roi – le Chaos a plus de chance d’apparaître et de devenir une menace pour l’ensemble du Monde. La destruction, la maladie, les peurs enfouies, ressortent généralement à ces occasions. Ça a été durant une éclipse de Lune Blanche que les Sans-Âmes ont envahi le monde sous les ordres de l’Empereur Noir Orion Shidori. Ça a été également sous une éclipse de Lune Blanche que l’Empereur Noir Jun Taiji a détruit bon nombre de cités et qu’un chaos temporel s’est créé. Vraisemblablement, plus la Lune Noire est grosse, plus des phénomènes propres à Ethelba et favorisant les Sorciers apparaissent. C’est pour cette raison que la Lune Noire fait partie intégrante de la religion et rythme la vie des Mages Noirs. Beaucoup de vêtements comportent des motifs y faisant référence, que la Lune Noire soit représentée ronde ou non.

Depuis plusieurs Ères, de nombreux observatoires sorciers ont vu le jour afin d’étudier les rotations lunaires et les phénomènes parfois inexpliqués qui découlent de la position des Trois Lunes. Durant l’Ère de la Conciliation, pendant la prise de la Terre Blanche par les Sorciers, les Lune Bleue et Noire se sont en effet fondues l’une dans l’autre par exemple. Ce n’est pas la seule manifestation non comprise, loin de là. La magie joue un rôle non négligeable dans la valse des lunes et il a toujours été difficile de comprendre les significations de certains positionnements demeurés sans effet concret observable. Depuis le retour de la Lune Bleue au milieu de la Troisième Partie de l'Ère de la Renaissance du Dieu Roi, les recherches ont été renforcées. Il existe donc de nombreux essais sur les différentes positions lunaires qui ne suivent pas un cycle parfait, contrairement à la Lune Blanche de façon générale. Il faut noter également que, parfois, d'autres astres viennent cacher une partie de la Lune Noire ou de la Lune Bleue, sans que ceux-ci ne soient connus et identifiables. Également, la magie, parfois, masque des morceaux de lune.

Observateur lunaire peut être un métier pour votre personnage, qu'il soit Sorcier ou non d'ailleurs. Vous pourriez contribuer à faire évoluer cette section sur la Lune Noire, tout en apportant des éclairages sur la Lune Bleue également. N'hésitez pas à me contacter pour que je vous donne le La. Pareil, si vous avez envie d'inventer des légendes sur la Lune Noire, n'hésitez pas. Ce serait bien qu'on ait une section pour ça, comme chez les Magiciens ^^

Oracle du Chaos et Dynastie du Mal


L’Oracle du Chaos est un personnage aussi mystérieux que vénéré chez les Sorciers. Généralement, seuls de rares Élus ont le privilège de l’apercevoir. Homme et femme, il est considéré comme le représentant d’Ethelba parmi les Mortels. Ses apparitions publiques peuvent se compter sur les doigts d’une main et ont été réalisées à l’occasion de certains couronnements ou de périodes réellement destructrices. L’Oracle du Chaos n’a pas besoin de se présenter. Elle le fait silencieusement, l’aura émanant d’elle la désignant comme telle. Personne ne peut se prétendre Oracle du Chaos sans l’être et quiconque le ferait serait torturé longuement pour outrage à la Déesse.

Les légendes sur l’Oracle du Chaos racontent qu’il viendrait rendre visite à des Sorciers particulièrement prometteurs, puissants et voués à de grandes choses, afin de mettre au monde un enfant, descendant de l’Oracle et, lui aussi, voué à un Destin chaotique et glorieux. Une légende plus stricte réserve cette rencontre qu’aux futurs Rois aux desseins particulièrement ténébreux. Néanmoins, il n’est généralement pas de coutume de désigner un enfant comme étant né de l’Oracle, étant donné la mentalité fourbe des Sorciers. Souvent, les Enfants de l’Oracle ne sont même pas au courant de leur statut tout particulier puisque l’Oracle peut décider de ne pas confier l’enfant à son parent ou de le garder avec elle en l’attente d’un temps plus clément à l’accomplissement de son Destin.

Aussi, puisque les Enfants de l’Oracle sont voués à un grand Destin chaotique, les légendes racontent que l’Oracle viendrait leur rendre visite, une fois devenus adultes, pour leur offrir un descendant, créant ainsi des lignées incestueuses : les Dynasties du Mal, autrement appelés les Dynasties du Chaos ou les Dynasties de la Lune Noire. Les rivalités entre les Enfants de l’Oracle nourrissent un bon nombre d’histoires et de contes, même si d’autres légendes les présentent comme liés et complémentaires. Certains récits, qui ont surtout cours chez les Magiciens, affirment que les Enfants de l’Oracle pourraient se retourner contre lui, en devenant des Élus de Yaveäth au cours de leur existence, afin de servir le Bien, la Paix et la Lune Bleue. Néanmoins, ceux-ci n’ont pas leur place chez les Mages Noirs. À noter qu'il existe un Oracle opposé chez les Magiciens, représentant de la Lune Bleue et de la Paix.

Les Enfants d'Ethelba


Les Enfants d’Ethelba sont apparus à l’aube de l’Ère de la Conciliation. Leur cas est encore assez mystérieux. Il s’agit de Sorciers considérés comme les plus purs possible, dans le sens où rien ne semble pouvoir les corrompre et les détourner des Ténèbres. Ce sont des êtres noirs, aux desseins affreux et mortels et à la magie particulièrement développées. Leurs corps sont recouverts d’arabesques, le plus souvent plus foncées que leur carnation d’origine mais parfois plus claires. Les Enfants d’Ethelba ont comme particularité de pouvoir naître dans n’importe quel foyer, que ce dernier soit composé uniquement de Sorciers, qu’il soit mixte ou composé d’au moins un Magicien. Si les Mages Noirs les recherchent activement, c’est parce qu’ils sont convaincus que ces derniers apporteront à la race et à sa splendeur. Enfermés dans une institution particulière, ils sont pris en charge de façon à les aider à révéler leurs sombres talents et à les préparer à sortir et à accomplir leur Destin. Leur propension à vouloir faire le mal coûte que coûte les rend particulièrement vulnérables dans un premier temps, lorsqu’ils n’ont pas encore les moyens de leur prétention. Ils sont traités avec beaucoup d’égard parmi le peuple et vénérés par certaines assemblées religieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Mitsu
♚ Fondatrice ♔

◈ Parchemins usagés : 36417
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2005
Mitsu
Mer 20 Jan 2021, 11:16


Illustration - Klaher Baklaher
Texte - Isahya
Organisation générale

Chez les Sorciers, la religion gravite autour des Assemblées. Davantage que de simples groupes, il s’agit d’une forme d’organisation soigneusement orchestrée. Composées de croyants venant assister aux messes noires et honorant les Aetheri en participant à des rituels et autres cérémonies, et de religieux encadrant les pratiques, elles ont à leur tête le Chancelier Masskinn. Fondées sur une hiérarchie stable, il en existe trois principales, dédiées au culte d’Ethelba et à la gestion religieuse en général, et une multitude de secondaires, appelées Covens, honorant les autres divinités. Parmi les plus notables, on compte celui d’Ezechyel et de Xaraxus. Quand bien même l’appartenance à l’un de ces rassemblements n’est pas obligatoire et ne garantit pas la ferveur envers les Très Grands, ne pas se positionner est affreusement mal vu. Chez les familles importantes ou qui cherchent à s’attirer les faveurs de la société, il n’est pas rare que le dernier enfant soit destiné au service religieux. Durant leur apprentissage, les aspirants ont la possibilité de voyager et d’apprendre au sein de toutes les branches, afin de voir où leurs talents conviendraient le mieux.


L'Assemblée d'Ethelba

Que l’on soit religieux ou simple fidèle, appartenir à l’Assemblée d’Ethelba est un honneur pour tout Sorcier qui se respecte. Qu’il s’agisse de la plus conséquente n’implique pas qu’y entrer soit chose facile. En effet, les fidèles y ont un grand nombre de devoirs, allant de la participation pécuniaire à l’obligation d’assister aux cérémonies religieuses. En contrepartie, la rumeur veut que les croyants bénéficient des faveurs de la Déesse, et il arrive parfois qu’un souhait soit miraculeusement exaucé. Détenteurs de la parole sacrée, ce sont généralement des personnages charismatiques, qui la répandent à travers les messes noires. Perpétuellement au contact de leurs congénères, ils recueillent leurs doutes et leurs espoirs, et les façonnent dans l’espoir que le Chaos triomphe. Strictement confidentiels, les propos échangés permettent toutefois à certains religieux sans scrupule de faire chanter les autres. Éloignant par leurs conseils les Sorciers du chemin de la Lumière, c’est également à eux que revient la lourde tâche d’officier lors des cérémonies et des rituels, en étroite collaboration avec les Clercs. Lorsque l’heure du trépas sonne pour un Mage Noir, c’est à eux de recueillir dans le plus grand secret la Confession, et de rédiger l’éloge funèbre. Dans l’exercice de leur fonction, les Prêtres et les Prêtresses ont l’obligation de ne porter que du noir, en hommage à la Déesse.


L'Assemblée de l'Encre

Tournée vers l’éducation et la diffusion de la religion, l’Assemblée de l’Encre fait incontestablement partie des plus permissives. Chargée d’instruire les jeunes Sorciers, elle veille soigneusement à leur endoctrinement et enseigne à chacun les rituels, les cérémonies et les légendes sur les divinités. Traditionnellement, ce sont ceux qui rédigent les prières, les sermons et les textes sacrés, et qui murmurent aux enfants des contes d’horreur pour noircir leurs esprits. Il arrive également que les Clercs organisent des pièces de théâtre et des représentations artistiques pour ranimer la flamme dans le cœur de leurs semblables. Véritables artisans de tout ce qui représente le divin, ils décorent les temples, tissent les tenues de leurs confrères, et réalisent des œuvres d’art. Attachés aux convenances et aux règles, ils suivent à la lettre les recommandations des observateurs lunaires et organisent souvent leur quotidien autour de ces dernières. Parmi les fidèles, on compte une majorité de scientifiques, d’érudits et de professeurs. Par tradition, les tenues des Clercs se déclinent dans des nuances de vert.


L'Assemblée des Justes

Redoutée de tous, l’Assemblée des Justes est chargée d’identifier et de châtier les infidèles. Véritable Inquisition, elle garde un œil attentif sur l’assiduité et la ferveur des Mages Noirs. Découverts, les malheureux s’adonnant à des cultes prohibés, ainsi que les incroyants, connaissent tous le même sort : attachés à un poteau et dépouillés de leurs possessions, ils sont alors brûlés vifs pour apaiser l’ire de la Déesse. Les exécutions sont publiques, et, en guise de pénitence, il revient parfois aux proches d’allumer le bûcher. Lorsque l’hérésie est repérée, une croix noire, invisible aux yeux des profanes, apparaît sur la porte ; si la rédemption est possible, le condamné en est informé. Ainsi, il a la possibilité de suivre la Correction, et s’il y survit, est absous de ses fautes. La tradition exige d’obtenir une preuve de la traîtrise : le témoignage d’un frère, des écrits indécents, des aveux extorqués sous la torture. Tous les moyens sont bons pour débusquer les coupables. La corruption étant monnaie courante, elle est, dans les faits, souvent falsifiée ou mystérieusement anéantie. Par fourberie ou opportunisme, certains Inquisiteurs choisissent d’officier sous une identité secrète. Au contraire, d’autres jouissent au grand jour de leur position, n’hésitant pas à accepter des pots-de-vin pour fermer les yeux, ou faire disparaître des gêneurs. On retrouve parmi les fidèles à la fois les plus fanatiques et les moins assidus ; lorsque le besoin s'en fait sentir, ils sont les yeux et les oreilles des Traqueurs. Par ailleurs, il arrive que les plus enthousiastes de ces derniers aillent débusquer les infidèles au sein des autres races et qu'ils mettent un terme à leurs méfaits ; la chose est cependant tenue secrète. En exercice, ils arborent de longues tuniques rouges.


La Confrérie

Institution fantôme, la Confrérie est une réalité dont personne ne prononce le nom, et dont beaucoup ignorent l’existence. Il s’agit d’un groupe mystérieux, dont les membres ne se réunissent jamais et exercent sous de fausses identités. Maîtres dans l’art de la dissimulation et du mensonge, ils s’apparentent en un sens à des espions. Leur mission tient en une ligne : s’infiltrer au cœur des autres races pour y faire régner le Chaos. D’une parole innocente, ou d’un meurtre déguisé, ils provoquent les évènements et jouent avec les esprits, vous poussant subtilement à faire les mauvais choix. Votre amie d’enfance, qui, toujours, a pour vous un conseil au bord des lèvres, ou cet inconnu à la taverne qui vend par chance des fioles de poison ; imaginez-vous que leur présence soit le fruit du hasard ? En permanence sous couverture, leur travail est insidieux et peut facilement prendre des années. Certains abhorrent tout particulièrement les cultes interdits, et, devenant religieux au service de ces derniers, ils s’emploient alors à les détruire de l’intérieur. Bien qu’ils ne disposent pas d’une hiérarchie interne, il arrive parfois que les religieux haut placés ou les Chanceliers fassent appel à eux.


La Matriarche

Effroyable machine, la Matriarche est une institution à laquelle l’on se donne corps et âme. C’est à elle que revient l’honneur de repérer et d’éduquer les Enfants d’Ethelba, et de permettre à leurs dons obscurs de se déployer. Tortures, expériences psychologiques, cannibalisme… Aucune interdiction n’a cours en son sein. Artisans de la malveillance, les employés y rivalisent d’imagination, et la magie ne s’y utilise qu’à des fins obscures. Trahisons, sévices, malédictions rythment le quotidien des élèves. Sorciers émérites, les membres de la Matriarche abandonnent généralement leur vie et leur identité pour se consacrer à leur devoir. L’emplacement de l’édifice est tenu secret. En dehors du personnel, seul l’Empereur Noir, et une poignée d’élus choisis par lui, connaissent sa situation géographique, et ont le droit d’y pénétrer. En ces lieux, on vénère Ethelba et l’Oracle du Chaos.

Revenir en haut Aller en bas
 

| Religion chez les Sorciers |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | Figures importantes et PNJ chez les Sorciers |
» | La Prison des Sorciers | [Sorciers & Magiciens]
» | La religion |
» VII - Religion et Mythologie
» VII - Religion et Mythologie
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Races :: Races Majoritaires :: Races maléfiques :: Sorciers-