-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Événement réprouvé] Yamazu'Lus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Ven 19 Avr 2019, 09:31

Yamazu'Lus




Vulon attendit un instant, sa torche brandit bien haut dans la pénombre du début de soirée. Les réprouvés autour de lui se turent un instant, observant attentivement ses gestes. "Gon Naruu'Pogaan !" Son cri fut reprit par plusieurs de ses collègues. Lentement, l'homme avança le bras devant lui, jusqu'à ce que les flammes ne lèchent l'imposante statue faite de paille tressée. Le feu n'eut aucun mal à se propager le long de la tête de bicorne. Avant qu'il n'ait eut le temps de dévorer l’entièreté de l'effigie, l'homme passa le flambeau à la femme qui se tenait à sa droite et qui, après avoir clamé le nom du Zaahin qui était représenté sur le bûcher, enflamma à son tour la statue de paille. De partout sur la place, les bipolaires se mirent à allumer les structures qu'ils avaient mis de longues journées à préparer. D'ici à ce que la nuit ne tombe complètement sur les terres dorées, le village serait parfaitement éclairé par les bûchers qui s'illuminaient un à un, au rythme des cris guerriers. Beaucoup de ces statues étaient à l'effigies du Zaahin bicorne. Certains représentaient simplement l'animal. D'autres l'illustraient tel un homme avec la tête de l'animal. D'autres bûchers réduisaient en cendre des figures de la jument Key’Jus, la mère protectrice, ou d'autres divinités que les habitants avaient eut envie d'honorer. Les terres agricoles croulaient néanmoins sous le poids des deux divinités fécondes. Vulon admira le spectacle quelques secondes, la danse des flammes se miroitant sur ses pupilles, avant qu'il ne s'écarte du brasier pour regagner la foule en retrait. Dès que son flambeau avait embrasé la figure du Héro, la musique s'était élevée, incitant quelques bipolaires à faire bouger leurs corps au rythme de la mélodie.

Le chef du village se fraya un chemin jusqu'à une rangée d'enfants. Gardant un air solennel, il attrapa une sacoche accrochée à sa ceinture et en sortir quelques graines de courge. Le premier garçon de la lignée ouvrit la bouche tandis que l'homme y déposa une graine. "Naak fiin gein." déclara le réprouvé. Aussitôt, l'enfant avala la nourriture. Le chef continua ainsi, distribuant les semences à tour de rôle jusqu'au dernier enfant. "Naruu'Pogaan drun krif !" clama-t-il haut et fort, une fois sa besogne accomplie. Les plus jeunes reprirent en cœur ses paroles avant de se disperser à nouveau dans la foule, riant à cœur joie. Vulon esquissa un sourire, ce qui sembla apaiser son visage brute, comme taillé dans la pierre. Le dirigeant du village était d'habitude des plus austères, mais en ce jour, il semblait enclin à se dérider quelque peu. Ses deux tâches les plus importantes ayant été terminées, l'homme pouvait à son tour participer aux nombreuses activités organisées pour la fête des cultures... Yamazu'Lus était là pour célébrer la fin de Krah et la venue de Vah, ainsi que le renouvellement des cultures, le début des plantations : dès que le jour se lèverait de nouveau, les agriculteurs retourneraient au champ pour travailler leur terre et commencer la sème des plantes. Le froid mordant de la dernière saison se dissipait enfin, pourtant les tenues de peaux et de cuir à base de bicorne et de jument couvraient encore les muscles des guerriers, les protégeant des dernières fraîcheurs.

Le réprouvé se joignit à la foule de danseurs pendants quelques instants, avant de se diriger vers le buffet où l'on avait réunit quelques bocaux ou autres provisions. Les plus généreux et ceux qui avaient été chanceux lors des dernières récoltes mettaient à disposition quelques réserves pour ceux qui n'avaient pas eut cette chance et qui seraient peut être en difficulté dans les lunes à venir. Ceux-ci sauraient retourner la pareille pour les remercier. Quelques armes apparaissaient souvent sous le perron des généreux, parfois c'était une bouteille d'huile ou tout autre denrée que l'on avait en trop. A côté des conserves, d'autres plats, bien préparés et prêts à être dévorés, avaient été mis à la disposition des fêtards qui ne sauraient tolérer un ventre vide pour festoyer comme il se devait. Une fois rassasié, le chef de village s'éloigna du buffet pour rejoindre un groupe de bipolaire, à l'écart des effigies des Zaahin qui étaient réduits en cendres. Ici, tous les hommes étaient vêtus de façon à représenter des bicornes. En plus des peaux et des vêtements fabriqués à partir de l'animal totem, les réprouvés arboraient des coiffes en forme de bois, ou des masques représentant la bête. Les femmes, quand à elle, étaient à l'image de la Zaahin de la fécondité. "Eana elhen !" scanda un homme ! Aussitôt, la moitié des hommes et des femmes partirent en courant, dans toutes les directions, essayant de trouver une cachette avant que leurs poursuivants ne soient lancés à leurs troussent. "Ah elhen !" s'exclama ensuite le meneur, après avoir patienté pendant quelques minutes. Aussitôt, les derniers candidats se lancèrent à la recherche de leur moitié, sous les cris d'encouragement des autres réprouvés. Lorsque les chasseurs auraient trouvé leur partenaire, ils honoreraient les Héros qui étaient aujourd'hui au centre de l'attention, de telle sorte que bientôt, de nouveaux anges et démons verraient le jour, si les Grands le voulaient bien.

900 mots
Spoiler:

Explications


Coucou  

Alors, voici un petit événement Réprouvé qui est, concrètement, une fête des cultures et de la fertilité, un peu comme une sorte de fête du printemps. Ça se passe principalement dans les villages de Lumnaar’Yuvon et un peu dans la campagne autour de Sceptilinost (mais en bien plus modeste, il n'y a pas forcément autant d'activité.) Désolée pour ceux de Stenfek et de Gona'Halv.

Bon du coup, il y a plusieurs petites coutumes qui se font et que je vais détailler mais, en gros, l'ambiance est plutôt festive, il y a de la musique et de l'alcool. Tout le monde s'est reposé et a eu bien froid pendant la saison de Krah mais c'est le début de Vah et les températures commencent doucement à remonter. Même si c'est pas encore super folichon, on peut à nouveau ressortir dehors sans choper la crève, même s'il est conseillé de sortit bien couvert. Ce n'est pas une obligation mais beaucoup de gens sont habillés avec des peau de bicornes ou de chevaux, puisqu'ils représentent les deux animaux totems des Zaahin principalement priés ce jour là : Naruu'Pogaan et Key’Jus [plus d'infos] Y'a pas mal d'éléments qui font référence à eux un peu partout (que ce soit dans les vêtements ou dans les décorations des villages.)

Pour ce qui est des activités/coutumes :
- De partout dans le village, il y a de grandes "statues" faites de pailles et autres matières inflammables, à l'effigie des Zaahin (principalement Naruu'Pogaan et Key’Jus mais s'il y a un autre zaahin important pour votre personnage ou dans le village ou il habite, il peut aussi y en avoir à son effigie.) Ces statues ont été fabriquées durant Krah pour l'événement. Pour démarrer les festivités, les gens se rassemblent autour des statues et y mettent feu, ce qui éclaire tout le village pendant la nuit o/ Une fois que le feu est éteint, les gens ont pour habitude de récolter les cendres et de les disséminer autour de leurs champs ou de leurs maisons pour se porter chance et espérer avoir de bonnes récoltes pour l'année à venir.
- Une deuxième coutume, c'est de donner à manger des graines aux enfants/adolescents qui obtiennent de nouveaux champs ou qui commencent à travailler aux champs. Selon la population du village, c'est sois le chef du village soit un parent qui s'occupe de plusieurs enfants. Encore une fois, cette graine est censé leur apporter de la chance pour les récoltes à venir, leur donner la force de bien travailler la terre pour obtenir de bons produits.
- Même si Santa'Claus est passé, l'esprit de partage règne encore un peu et en plus d'un buffet général, certains agriculteurs qui ont eut de bonnes récoltes l'année précédente peuvent mettre à disposition quelques bocaux pour ceux qui ont pas forcément beaucoup de réserves. Ce n'est absolument pas obligatoire, c'est à la discrétion de chacun. Ceux qui ont "en trop" se contentent de déposer leurs produits dans un coin, et ceux qui en ressentent le besoin peuvent aller se servir et refaire un peu leur stock. Comme c'est gratuit, il est habituel que ceux qui en profitent déposent dans les jours qui suivent des cadeaux en échange (par exemple, quelqu'un qui travaille avec du bétail peut échanger des peaux avec un agriculteur à qui il a pris des légumes, ou alors quelqu'un peut laisser une petite hache toute simple en échange de la nourriture.) Comme tout le monde sait un peu tout ce qui se passe autour, les gens essaye de bien rendre la monnaie pour pas avoir mauvaise réputation. Même si ce n'est pas grand chose, il faut donner quelque chose en retour, à la hauteur de ses moyens.
- Même si les cultures sont à l'honneur, on célèbre la fertilité de façon générale, pas seulement celle des sols. Des couples qui espèrent pouvoir enfanter ou alors adopter un Kiir’Sahqon participent donc à une sorte de cache-cache, appelé Nir'Arz. Ca se joue en duo. Un homme donne un premier top départ, et le premier joueur part se cacher. Un peu plus tard, un second top est donné et le partenaire part à sa recherche. Si le chasseur parvient à trouver sa cible en moins d'une heure, ça finit généralement en galipettes, dans l'espoir de voir sa famille s'agrandir 8D (et pour ceux qui veulent adopter, même s'ils n'ont pas eux-même d'enfant, il est de coutume de dire que réussir l'épreuve est de bonne augure.)
- Un peu plus tard dans la soirée, il y a une chasse de bicorne qui est organisée. Généralement, c'est la plus belle bête qui est chassée. Celui qui abat le bicorne gagne le titre racial de Lot'Ah [Grand chasseur en Zuldov]. La bête est ensuite préparée pour que tout le monde puisse en profiter durant la soirée.

Voilà, c'est un peu tout. Si vous avez envie de créer d'autres coutumes, hésitez pas, ce serait cool !
J'espère que ça vous plaira ! Des bisous  ♥

Vous avez jusqu'au 30 juin 2019 23h59 pour poster.

Gains


900 mots : 1 point de spécialité au choix;
1350 mots : 1 point supplémentaire au choix.

Pour ceux qui participent à la chasse au bicorne, je tirerai au sort celui qui remportera le titre de Lot'Ah.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37253-davina
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Mer 24 Avr 2019, 09:14


« Pourquoi est ce que je devrais m'habiller en jument ? » râla la blonde tout en donnant un regard peu approbateur à la tenue étendue sur son lit. « Bah parce que t'es qu'une gonzesse ! » répliqua le démon dans son dos qui terminait de s'essuyer avec sa serviette. « Faut être un homme, un vrai, pour pouvoir porter les vêtements de Naruu'Pogaan. » Sol leva les yeux au ciel tout en se retournant pour faire face à son jumeau qui commençait à enfiler ses vêtements en peau de bicorne. « Non, c'est totalement faux. Si c'était vrai, on te laisserait pas t'habiller comme ça. » rétorqua-t-elle tout en croisant les bras sur sa poitrine. Mani fronça les yeux et, ne trouvant rien à répliquer suite à la pique de sa sœur, il se contenta d'un signe grossier dans sa direction. Sol se contenta de hausser les épaules et de se concentrer sur les vêtements que sa mère avait choisi. Penchant sa tête sur le côté, elle détailla les peaux de cheval. « C'est nul, d'être petite... » laissa-t-elle simplement échapper.Il s'agissait là de la véritable raison : les seuls tenues de bicornes que sa famille possédaient étaient soit devenues trop petites, soit trop grandes. C'était injuste que son frère ait eut le droit d'en porter une, et pas elle. Mani se moquait éperdument de ces animaux, alors qu'elle, Sol, les admirait depuis toute petite. « Ha, t'avais qu'à te comporter comme une vraie réprouvée. J'suis sûr ça t'aurais donné quelques centimètres en plus. » la railla le brun tout en boutonnant son pantalon. Sans que sa sœur ne s'en aperçoive, il s'approcha d'elle et la poussa brusquement sur son lit, où elle s'étala de tout son long. « Eh ! Espèce de Goled puant ! » l'insulta-t-elle tout en se redressant. S'emparant du premier objet à sa portée- un jouet en bois- elle le lança de toutes ses forces en direction de son jumeau maléfique qui l'esquiva tout en ricanant. « Bon allez, va t'laver et habille toi ! De toute façon, t'as pas le choix : c'est soit ça, soit te balader cul-nu. » « Hum... » L'ange sembla réfléchir un instant à la possibilité de se balader nue dans les rues de Lumnaar’Yuvon : la nudité n'avait jamais été tabou et la plus jeune manquait d'un certain sens de la pudeur. Un frisson parcouru néanmoins son corps en se rappelant de la température extérieure et elle se résigna à s'habiller avec la tenue choisie pour elle.

Une heure plus tard, lorsque tout le monde fut propre et habillé, la famille Tynath'thuk se joignit à la foule qui était déjà rassemblée autour des champs. La vertueuse aida son père à transporter des bocaux de carottes et de potirons remplissant leur paniers d'osier : cette année, ils avaient décidé de faire preuve de générosité. Puisque le fils aîné s'en était allé à Gona'Halv pour son service militaire, ils avaient une bouche en moins à nourrir et l'année précédente avait été plutôt prolifique. Ils avaient donc trouvé suffisamment de nourriture dont ils pouvaient se séparer et le duo se dirigea jusqu'au grand buffet où ils déposèrent leur don. Sol en profita pour chaparder un morceau de saucisson qui avait été découpé et laissé sur la table en bois. « Tu aurais pu attendre que les festivités commencent, avant de commencer à grignoter. » la réprimanda gentiment son père tout en lui ébouriffant les cheveux. « Mais... J'ai faim. » avoua la blonde tout en avalant la viande. « Allez viens, rejoignons ta mère, elle doit être près des Nus'Zaahin. » « Et où est ce qu'il est encore parti, Mani ? » « Je ne sais pas. Mais il n'est sans doute pas avec votre mère, à attendre bien sagement son tour... » L'ailée grimaça. « Pff... Il fait jamais ce qu'on lui demande, ce bêta... » Le père Tynath'thuk partit dans un grand rire en entendant la râlerie de sa fille. « Dis, 'pa, est ce qu'il serait possible de faire bouger Mani pour qu'il utilise la chambre de Nin, maintenant qu'il est parti ? » « Ce n'est pas un départ définitif, ma puce. Ton frère reviendra avec nous dès qu'il aura terminé son service. » « Oui mais, en attendant... » « Est ce que tu veux à ce point que ton jumeau meurt ? A ton avis, comment réagirait Nin en se rendant compte que le petit démon a prit possession de sa chambre, hein ? Crois moi, ce ne serait pas joli à voir... » « Mmh... C'est peut-être un peu le but... » concéda la fillette avec un air innocent. Le réprouvé soupira, visiblement las. « Tu sais, même si vous êtes si différent l'un de l'autre... Vous restez tous les deux des Tynath'thuk. Vous êtes de la même famille, que cela vous plaise ou non. Alors il faudra apprendre à faire avec. Commencez déjà par arrêter de vous chamailler pour des broutilles, ça pourrait être une bonne idée. » La voix du père s'était soudainement durcie. Il était agacé par le comportement des plus jeunes. « C'est à Mani qu'il faut dire ça. C'est lui, le diablotin, pas moi. » « Ca ne veut pas dire que tu es irréprochable non plus. Tiens, voilà ta mère. Va la rejoindre, j'aimerais aller parler à quelqu'un. » Sol acquiesça et se dirigea vers madame Tynath'thuk qui l'accueillit d'une caresse dans les cheveux.

Les réprouvés attendirent que le soleil descendent dans le ciel, pour enflammer les Nus'Zaahin. Une fois que Sol ait honoré le Héro de la fertilité, elle s'en alla recevoir la bénédiction de son père qui déposa une graine de courge dans sa bouche, ainsi que dans celle de plusieurs autres enfants qui habitaient dans les champs environnant les leurs. Ensuite, la blonde passa une bonne partie de sa soirée à manger goulûment et à danser au rythme de la musique.

Lorsque l'aube se leva enfin sur les terres dorées, l'Ange tenait à peine debout tant la fatigue l'assaillait. Néanmoins, un dernier rituel demandait sa concentration, le plus important de tous. La famille Tynath'thuk se regroupa devant leurs champs de potirons et de carottes. Le père de famille se mit à scander une prière aux Zaahin, tandis que son épouse s'agenouilla et commença à faire un trou dans la terre humide. La fillette à ses côtés développa une petite statue de bois qu'elle avait passé une saison entière à tailler de ses propres mains -avec quelques désagréments apportés par cette tâche- et la plaça dans le sol que l'on recouvrit de terreau. La même opération fut répétée avec le démon tandis que le patriarche continuait à louer les Héros. Une fois fait, les jumeaux se levèrent et s'emparèrent chacun d'une jarre remplie des cendres des effigies incendiées. Lentement, ils versèrent le contenu sur leurs terres, jusqu'à dessiner un cercle autour de leurs champs. Après cela, chacun rentra dans la ferme familial, pressé de rejoindre leur lits pour se reposer avant la longue journée qui les attendrait le lendemain matin.

Allongée dans son lit, Sol repensait à la discussion qu'elle avait eut avec son père quelques heures auparavant. Ses yeux s'étaient habitués à la pénombre et se contentait d'écouter les bruits rassurants qui l'entouraient : les rires étouffés de ses parents dans la chambre voisine, la respiration de son frère, les oiseaux qui commençaient déjà à chanter... Même si elle se sentait épuisée, son esprit cogitait bien trop pour qu'elle ne puisse s'endormir. « Dis Mani, est ce que tu m'aimes ? » « Pff, quoi ? On t'a jamais dit que l’inceste, c'était dégueux ?! » Sol tourna la tête dans sa direction. Elle ne pouvait pas voir son visage et, en réalité, cette situation lui convenait parfaitement. Lorsqu'elle le voyait, les choses étaient toujours plus compliquées. Mais là, dans le noir quasi omniprésent, les confidences semblaient plus faciles. « Moi, je t'aime. Même si t'es super agaçant. C'est peut-être parce que je suis une ange, je ne sais pas. Mais... Au fond, quand tu cherches pas à m'embêter, je te trouve que tu es sympa, comme frère. » Ces occasions étaient plutôt rares, mais il arrivait à la blonde de s'attacher au brun. Des moments qu'elle chérissait et auxquels elle s'accrochait désespérément. Il était toujours plus simple de se souvenir de ces moments là, plutôt que de ressasser les mauvais. Un long silence suivit sa déclaration. « Tu sais, c'est pas grave si toi tu m'aimes pas. Mais papa a dit qu'il faudrait qu'on apprenne à vivre ensemble, d'une manière ou d'une autre... » confessa-t-elle d'une petite voix. « On est de la même famille. » répondit Mani. « Alors oui, peut-être que je t'aime un peu aussi. Mais juste un peu. » Personne ne put le voir mais un sourire étira les lèvres de la fillette jusqu'aux oreilles. « Un petit peu, c'est mieux que pas du tout. » conclut-elle. « Fais de beaux rêves, Mani. » Le garçon soupira. « Dors bien aussi, gamine. »
1542 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37253-davina
Invité
Invité

avatar
Jeu 25 Avr 2019, 22:45

[Événement réprouvé] Yamazu'Lus Tup4

''Nous allons devoir allonger notre séjour ici." Déclare son père. Même s'il ne l'avait pas dit plus tôt, Anha s'était douté de ce choix. Voilà plusieurs jours qui étaient arrivés ici, à Yamazu'Lus. À la base, Anha avait cru à une simple visite de rencontre pour du commerce, mais après avoir rencontré la famille de son père, elle s'était douté, que leur séjour s'allongerait. ''Nous allons participer à la fête des cultures et de la fertilité.'' Continu son père. ''C'est la fête du Vah ? C'est comme ça qu'ils l'appellent ici non ?'' Demande Anha qui avait délaissé le rebord de la fenêtre pour s'approcher de l'homme. ''C'est exactement ça, mais à la façon des gens d'ici.'' Anha hoche simplement la tête, acceptant avec un air fatidique le choix de son père. De toute façon, ce n'était pas comme si elle avait le choix de refuser et de toute façon, Bruniik semblait bien s'entendre avec quelques habitants du coin, mieux qu'elle. ''J'aimerais que tu participes un peu aux festivités avec Bruniik. Que tu apportes ta petite touche personnelle.'' Souffle son père en testant le terrain.  

Au même moment, Bruniik pénètre dans la maison, saluant respectueusement l'homme de la maison avant de s'approcher de la table de cuisine ou se trouvait Davenn et Anha. Elle vient prendre place aux côtés de la petite bipolaire avant de demander ; "J'ai remarqué que certains sortaient des effigies de pailles et ça sent les festivités dans l'air.'' ''Oui, comme je disais à Anha, il y aura une fête ce soir et je voudrais que vous participiez toutes les deux.'' ''Sans problème, j'appréciais bien le coin.'' Réplique la grande noire avec un certain enthousiasme qui surprend les deux autres personnes qui se trouvent avec elle. ''Parfait ! Quand vous aurez une chance, aller à l'étable de la ferme, les enfants de mon frère sont en train de faire de petites effigies de bois ou de pailles pour leur faire brûler ce soir. Essayer de représenter un ou plusieurs Zaahins que vous souhaitez honorer ce soir.'' Encourage son père. ''Tu veux bien me parler un peu de la fête de ce soir ?'' Davenn observe sa fille un instant, surpris et suspicieux d'elle. Il connaissait que trop sa fille pour savoir qu'elle était encore trop chaotique pour bien se tenir, il faudrait qu'il la garde à l'œil. Il avait cependant remarqué que depuis que Bruniik avait démontré son intérêt pour Yamazu'Lus, elle essayait de se tenir un peu plus à carreaux. Il sourit toutefois, il était rafraichissant de la voir s'intéresser à autre chose que ses livres.  

***

Une fois le soir venu, tous, c'était regroupé au centre du village où allait se passer la plus grande partie des activités. Avec un peu de patience et d'acharnement, Anha avait réussi à faire trois petites effigies qui lui tenaient à cœur. La première et non la moindre, était pour Boholt'Kein et elle avait essayé de représenter son animal préféré, un corbeau. Au travers de la paille et la corde de lin, elle avait réussi à placer les plumes sombres d'un corbeau. Elle avait pris les plus brillantes biles bleues qu'elle avait trouvées et les avaient insérées de force pour faire les yeux. Le deuxième était la Zahiin de la sagesse, du savoir, des arts et de la mémoire, Anha'Sona. Elle était celle-ci, qu'elle priait le plus après le grand Boholt'Kein. Son effigie avait été la plus difficile à faire parce qu'elle était représentée par un Dragon. Elle avait dû utiliser beaucoup d'imagination pour essayer de le représenter, mais au final l'effigie ressemblait plus à une grosse salamandre. La sculpture du bois n'était certainement pas sa force et elle avait dû demander de l'aide aux autres. Elle avait ensuite vaguement dessiné avec de la peinture des écailles de reptile coloré.  

Pendant qu'elle regarde ses effigies, elle ressent une certaine fierté face à eux. Bon d'accord, ils étaient loin d'être faits par la main d'une artiste, mais Anha était satisfaite. “Dit Bruniik, j'ai terminé et toi ?” Anha se tourne au même moment vers sa compagne de cœur. Cette dernière s'était appliquée sur un bicorne assez impressionnant. L'animal sur quatre pattes, avait des cornes très impressionnantes et Bruniik les avaient décorés avec des rubans colorés. “Whoa...” Murmure Anha en observant. “Beau travail.” “Il faut remercier les enfants, ils m'ont énormément aidé dans sa confection.” Réplique la grande noire. “Je pense également participer à la chasse de bicorne.” "Profites-en pour utiliser la nouvelle arme que tu as trouvée au festival de la coupe des Nations.” Bruniik hoche doucement la tête, avant de se lever de son banc. Elle attrape son effigie et elles quittent ensemble pour le festival.  

***

“Tu es prête ?” Lui murmure Bruniik en lui tendant la torche. Anha sourit à son amie, attrapant le bout de bois qui allaient bientôt mettre le feu à leurs effigies. Elles étaient accompagnées par plusieurs des enfants de la maisonnée de son père. Malgré les apparences et les différences, ils avaient tenu à les accompagner. Ils donnaient davantage d'attentions à Bruniik, mais certains avaient été fascinés par le côté plus savant d'Anha. Tous ensemble, ils avaient réuni leurs effigies et Anha semblait attendre l'accord de tous avant d'avancer la torche et de mettre le feu. Dans un éclat de voix commun, les enfants s'exclamèrent devant les flammes qui dévorèrent les effigies. Anha sourit tendrement avant d'encourager les enfants à recevoir quelques graines pour une coutume qu'Anha ne comprenait pas réellement. “Et si nous allions voir les autres activités ? Je crois qu'il nous reste encore du temps avant la chasse.” Déclare Anha avec un air joyeux. Devant l'air joyeux des enfants, il était plutôt difficile de ne pas l'être. Cependant, à peine avant elle prononçait ceci, que l'une des filles du frère de son père, l'attrape par la main et la guide vers un stand.  

Très rapidement, les deux femmes furent entraînées par la horde d'enfants pour une séance de peinture aux tons, très colorés. Avec une joie enfantine qui entraîna Anha, elle se prend au jeu, dessinant sur les visages des autres avec ses doigts. Bruniik ne participait pas réellement, mais laissait les plus jeunes ajoutés à son visage et ses cheveux les traits colorés de leurs empreintes de doigts. C'était une petite activité qui permettait aux enfants de s'amuser les temps que les plus grands s'amusaient au Nir'Arz ou encore à la chasse du bicorne. Ils allèrent ensuite profiter de la nourriture locale où elles purent goûter à la spécialiser de la fin du Krah ; le bicorne aux légumes de Vah. Quelques mois justes avant cette fête, un beau bicorne est choisi et ensuite engraisser avec les meilleurs nutriments possibles pour que son goût soit le meilleur. Pour les légumes d'accompagnement, c'était surtout un, tout ce qui restent des réserves. Il y avait plusieurs manières de faire le plat, en tourtière, en ragoût, ou encore simple de la viande avec des légumes.  

Une fois bien régalés, ils allèrent enfin vers le terrain de chasse. “Tu te sens prête ?” Demande Anha à Bruniik. La grande noire hoche la tête, mais on voyait très bien la nervosité. Toutefois, Anha avait confiance en son amie, elle avait une très grande estime envers Bruniik. “Profite bien de la chasse...” Souffle Anha en lui donnant une petite tape dans le dos. Bruniik hoche simplement la tête, attrapant l'arc nordique avec un hibou gravé dessus. Elle prend une grande respiration avant de se lancer sur le terrain de chasse. Elle trépignait déjà de sentir le vent sur son visage. Elle savait qu'elle n'était pas la meilleure des chasseuses, mais avec un peu de chance, il acceptera sa prière et lui accordera la victoire. C'est donc en poussant un puissant cri de courage et de guerre qu'elle s'élance quand le cor sonne le début de la chasse de bicorne.

1377  mots
+1 agilité [Anha]
+1 intelligence [Bruniik]
Tirage au sort pour la chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Sól
~ Réprouvé ~ Niveau II ~

~ Réprouvé ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2030
◈ YinYanisé(e) le : 07/07/2016
Sól
Sam 08 Juin 2019, 11:38


Elle était là, à quelques pas de lui. Ses cheveux roux ressemblaient à un véritable brasier, les reflets des flammes y faisant danser des reflets chatoyants. Son visage était éclairé par un sourire radieux tandis qu'elle effectuait les pas de danse que lui indiquaient son partenaire. Máni se mordit les lèvres, réprimant son envie d'aller l'aborder, incapable de décrocher son regard de la silhouette élancée de la jeune fille. Souvent, il s'imaginait assez brave pour lui échanger quelques mots. En pensée, il parvenait à la séduire, à la conquérir, se l'approprier. Mais dans la vraie vie, les choses étaient bien différentes. Il pouvait compter sur les doigts de la main le nombre de fois où ils avaient échangés quelques mots sans qu'il ne se mette à bafouiller et ne parte en courant, le teint rougit par la honte de son échec. Bien sûr, il n'avouerait jamais cela aux autres. Les autres ne pouvaient pas savoir. S'ils réalisaient sa faiblesse, il deviendrait la risée de tout le village ! Cacher son désir devenait plus simple en se contentant de l'observer, de loin, dans le couvert de l'anonymat. "Alors alors, diablotin ! Qu'est ce que t'as de beau ?" Rick tendit le bras pour s'emparer de la choppe remplie de bière que tenait le démon, mais celui-ci la porta hâtivement à sa bouche afin d'en boire tout le contenu avant que son compagnon ne puisse lui voler la moindre goutte. "Eh ! Sale goulu, t'aurais pu partager !" lui reprocha le maléfique en lui arrachant le récipient des mains, la penchant désespérément au dessus de sa bouche pour en récupérer un fond inexistant. "Eh puis quoi encore ? T'as cru qu'des ailes blanches m'ont poussé dans l'dos pendant la nuit ? Rêve pas mon vieux, ch'uis pas une d'ces fiotes d'anges !" Dans un geste possessif, le brun récupéra son bien tout en affichant un sourire satisfait face à la déception de son acolyte. "Eh puis, si tu t'mets déjà à boire à cette heure-ci, tu seras cuit avant que les choses intéressantes commences ! Et ta mère s'ra pas contente." Il était bien connu que l'autre démon possédait une tolérance à l'alcool misérable, et qu'après quelques bières seulement, il se mettait à agir de façon plus absurde encore que d'ordinaire. L'alcool avait d'ailleurs tendance à faire ressortir son pêcher, celui de la gourmandise, le plongeant plus profondément encore dans le tourbillon de la boisson, jusqu'à la déraison. Il en venait parfois à se montrer violent pour obtenir ce qu'il convoitait, ce qui attirait souvent les foudres de ses voisins, qui répondaient par la force. Bien que Máni soit friand de combats, il n'avait pas l'intention de s'y mêler ce soir. Même si cette fin semblait inéluctable, autant repousser l'échéance au plus tard possible. "Ha, très drôle tête de nœud !" répliqua vainement le garçonnet tout en assénant un coup de poing sur l'épaule du plus jeune. "Qu'est ce qui pourrait être intéressant à louper, hein ? C'est la même chose chaque année depuis qu'on est nés. Et très honnêtement, j'en ai ma claque d'aller mater les couples faire leur affaires alors que nous on est tous seuls comme des cons. J'préférerais de loin prendre part aux festivités !" Il est vrai que leurs activités de voyeurs avait quelque chose de frustrant. Faire partie de l'action, voilà ce à quoi ils aspiraient réellement. Máni laissa échapper un rire gêné, qu'il essaya de camoufler en quelque chose de plus confiant sans pour autant y parvenir. Sans même s'en rendre compte, il laissa glisser son regard vers la silhouette de la rouquine qui continuait à s'amuser sans le remarquer... Cette œillade n'échappa pas au gourmand qui laissa apparaître un rictus sur son visage carré. "D'accord mon grand, voilà ce qu'on va faire : si t'arrives à inviter cette gonzesse que tu reluques depuis des siècles à être ta partenaire pour le Nir'Arz, alors j'te jure que j'boirais pas comme un trou. Mais si t'échoues, tu t'assureras que j'boirais autant que je veux pendant toute la soirée." "Et pourquoi j't'écouterais, hein ?" "Bah parce que t'es pas un dégonflé, si ?" Le brun afficha une mine sombre. Non, il n'était pas un dégonflé ! Une part de lui aurait aimé envoyer balader son compère, mais une autre partie, bien plus puissante, lui dictait de sauver son égo. S'il ne voulait pas se faire charrier pour le reste de l'année, il devait prouver qu'il en était capable ! "Pff, trop simple." répliqua-t-il, pourtant peu sûr de lui-même. Après avoir inspiré un grand coup, le démon se leva du bang où il était installé et se fraya un passage jusqu'à la rousse, qui dansait désormais seule. Quelque peu angoissé, le gamin se mit à mordiller l'intérieur de ses joues avec acharnement, tout en effectuant quelques pas de danse disgracieux. Faisant mine de rien, il se déplaça jusqu'à être face à la demoiselle qui continuait à bouger sur le rythme de la musique sans le remarquer. Prenant son courage à deux mains, l'enfant se pencha vers elle pour lui parler à l'oreille mais fut vite arrêté à cause du coup de coude que lui asséna la réprouvée, trop occupée par sa chorégraphie. Se rendant enfin compte de la présence du jeune garçon, la bipolaire écarquilla les yeux face à la grimace de douleur du brun qui avait reculé de plusieurs pas. "Oh, s'cuse, j't'avais pas vu." "Non euh... Ca... Ca va." "D'accord." Et, sans plus se soucier de lui, l'adolescente se remit à danser. Le ventre noué, hésita à retourner bredouille vers son camarade. Non. Il était un homme. Un vrai. Un gars courageux, qui n'allait certainement pas se laisser intimider par une fille ! Prenant soin de faire remarquer sa présence par un petit coup sur l'épaule de sa conquête -un seul coup de coude lui suffisait, il n'avait pas envie de réitérer l'expérience- le Tynath'thuk s'adressa à la demoiselle. "Dis, ça t'intéresserait de participer au Nir'Arz avec moi ?" "Oh euh... Désolé, bonhomme, mais il te faudra encore prendre plusieurs dizaine de centimètres pour pouvoir espérer me courir après." répliqua l'adolescente en faisant glisser un regard qu en disait long sur le manque d'attrait du plus jeune. Humilié, le démon fit demi-tour et fila tout droit jusqu'à son camarade qui l'accueilli avec une tape sur l'épaule, comprenant à son visage dépité que la mission avait été un échec. "Bah, t'en fais pas ! Y'en aura d'autres, des nanas avec qui participer ! Peut-être juste pas cette année." Rick s'empara de la choppe de bière qu'avait laissé Máni et la lui tendit. "En attendant de rencontrer ta dulcinée, qu'est'ce'qu'tu dirais d'aller me chercher de quoi me désaltérer ?" Levant les yeux aux ciel, le brun se leva, admettant sa défaite au pari qu'ils avaient conclus.

La soirée passa plutôt rapidement. Dans l'espoir d'oublier l'affront qu'il avait subi, le diablotin prit à cœur la mission d'embêter  sa sœur à chaque occasion qui se présentait, bien que celle-ci n'eut pas l'impression que cela changea de d'habitude. Finalement, les bipolaires se préparèrent pour la chasse au bicorne. Máni se joignit au groupuscule d'hommes et de femmes qui avaient décidés de participer. La bête avait été lâchée, il ne restait désormais plus qu'à la retrouver et l'achever, en l'honneur des Héros. Máni sentit son corps se tendre, chaque muscle se contractant. L'air frais semblait soudainement s'être réchauffé sous l'effet de l'adrénaline qui parcourait ses veines. D'une main nerveuse, il s'empara de son marteau qu'il fit tourner. Finalement, le cor résonna dans l'air. Les chasseurs s'élancèrent, Máni dans leur sillage.
1363 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37253-davina
Invité
Invité

avatar
Dim 09 Juin 2019, 20:05

[Événement réprouvé] Yamazu'Lus F8pt
Yamazu'Lus


Ses doigts jouaient avec l’encrier. L’homme qui se trouvait en face d’elle commençait à perdre patience. « Si tu ne veux pas me dire qui tu es, cette conversation va s’arrêter ici ! » rugit-il, agacé. « Chut, vous êtes ridicule. » souffla-t-elle en Zul’Dov. Le sourire qui se dessina sur ses lèvres, suivi d’un regard autoritaire étrangement excitant, contribua à créer un certain malaise chez le Réprouvé. Il bougea sur sa chaise afin d’offrir à ses parties génitales plus d’espace. Win haussa un sourcil. Elle savait parfaitement ce qu’elle avait provoqué et c’était en soi une victoire. Za était assise sur les marches de l’escalier, ronchonnant silencieusement pour éviter d’éveiller le courroux des deux Grands. Après la disparition d’Erza, elle avait repris sa maison, maison qui semblait servir aux réunions importantes. C’était la première fois qu’elle voyait Win mais elle ressemblait à Paaz, si bien qu’il ne fallait pas être une lumière pour comprendre que les emmerdes venaient de frapper à sa porte. En même temps, l’homme n’était pas un tendre non plus. Il avait de l’ambition, une ambition dévorante qui lui avait fait prendre dix centimètres de muscles ces dernières lunes, dès qu’il avait appris la nouvelle. Il voulait devenir Empereur des Deux Rives et le danger que représentait Stenfek ne faisait qu’appuyer son envie. Elle écoutait, d’une oreille attentive, semblant invisible pour les deux protagonistes. À l’extérieur, Yamazu'Lus battait son plein. Elle était coincée ici, pour l’instant, attendant que les tensions retombent. Il faut dire que Grohiik était venu ici dans l’objectif de s’imposer comme Souverain. Win était alors apparue, visiblement opposée à ce projet. Après avoir repris contenance le Réprouvé passa l’une de ses mains dans ses cheveux avant d’abattre son poing sur la table. Elle avait beau être bonne – et lui dire quelque chose par la même occasion – il ne voyait pas comment ce bout de femme allait l’empêcher de faire quoi que ce soit. La dentelle qui courait le long de ses bras avait quelque chose de trop élégant. Elle ne pouvait être une Réprouvés, quand bien même elle parlait sa langue. Elle n’avait pas sursauté. La table, elle, avait craqué sous sa force. « Tu n’es qu’une femme, ta place est entre la cuisine et les mioches ! » lâcha-t-il dans un rugissement. Elle soupira, penchant doucement sa tête sur le côté, semblant lasse. « Et vous, vous ne contrôlez visiblement pas vos érections. Comment pouvez-vous prétendre au trône si la moindre croupe vous fait de l’effet ? ». Il haussa les sourcils. Il se fichait bien de ça. Un Roi pouvait avoir ce qu’il désirait. « Vous finirez empoisonné à la moindre occasion. Qui vous dit que je n’ai pas déjà versé du poison dans votre bière pendant que vous étiez occupé à replacer votre sexe ? ». Il marqua une pause, un sourire se dessinant sur ses traits, suivit d’un rire. « Tu n’es qu’une chienne et je vais t’envoyer rejoindre tes ancêtres. ». Za laissa retomber sa tête entre ses bras lorsque Grohiik se déplaça dans un fracas digne de ce nom. La table n’y résista pas. La Réprouvée essayait de ne pas trembler devant cette puissance brute, de ne pas être excitée par ses muscles durs et bandés. Il dégageait une odeur virile qui lui procurait une sensation chaude dans le bas ventre. Win ne le voyait pas ainsi. Pour elle, ce n’était qu’un insecte nuisible qui essayait de s’emparer d’un trône qui ne lui appartenait pas. Ils étaient de plus en plus nombreux dans ce cas, de plus en plus nombreux à vouloir profiter de la vacance pour s’élever dans la hiérarchie. La Thur avait décidé de choisir celui ou celle qui lui conviendrait si Erza tardait trop à revenir. En attendant, elle tirait les ficelles dans l’ombre. Za rouvrit les yeux lorsqu’elle entendit un bruit sourd. La femme blonde se tenait debout, indemne. À ses pieds, de la mousse blanchâtre sortait de la bouche de Grohiik, étalé sur le sol. Une fois qu’il fut mort, Win l’enjamba d’un geste élégant et se dirigea vers la Réprouvée calmement. « Je l’avais pourtant prévenu. » commenta-t-elle, pour elle-même. La Bipolaire tremblait à présent, malgré elle. Elle n’avait pas demandé à être là et la peur se mêlait à la colère. « Ne vous inquiétez pas, je vais effacer toutes les traces de ce qu’il vient de se passer. Vous pouvez continuer à préparer vos bocaux. Ne faites pas attention à moi. ». Za aurait aimé être un escargot et rentrer dans sa coquille. Malgré la situation, elle ne pouvait s’empêcher d’admirer la coiffure de son interlocutrice, une véritable œuvre d’art aux multiples croisements. Elle se leva difficilement, essayant de ne pas tomber dans les escaliers à cause de ses jambes, comme vidées de toute force ; déjà qu’elle n’en possédait pas beaucoup.

La Réprouvée se dirigea vers la cuisine. Elle avait commencé à sortir quelques provisions de la cave avant d’être interrompue par l’arrivée impromptu du cadavre qui trônait dans le salon. Erza avait une réserve incroyable, comme si elle avait craint toute sa vie de manquer de quelque chose, ou qu’elle avait préféré faire des réserves au cas où un Sorcier viendrait cramer les champs de Lumnaar’Yuvon. Hors de l’aura de Win, Za se sentait légèrement mieux. Ses mains continuaient de trembler mais elle pouvait reprendre ses esprits. Peu à peu, néanmoins, elle cédait à la panique. Elle se demandait ce qu’il se passerait lorsque les gens découvriraient la disparition de Grohiik. Elle se demandait si quelqu’un l’avait vu rentrer chez elle. Elle essayait de se rassurer comme elle le pouvait. Après tout, il y avait quelques temps, une créature avait enlevé une enfant. Elle n’avait pas trop suivi mais certains de ceux qui travaillaient aux champs avec elle lui en avaient parlé. Serait-il possible de mettre l’absence de Grohiik sur le dos de cette bête ? Et puis, l’homme était connu pour être téméraire. Il aurait très bien pu partir chasser le Goled seul et se faire tuer. Ses mains essayaient de soulever un tonneau de bière qu’elle allait mettre devant sa porte avec ses bocaux mais elle n’arrivait à rien. « Za ? ». La voix masculine lui rappela légèrement Priam. Elle se prit à espérer que ce fut lui. Elle ne savait pas pourquoi mais, depuis son départ, dès qu’elle pensait à lui, cette même sensation qu’elle avait ressenti en présence de Grohiik venait se déclarer dans son bas ventre. Cet Ange était d’autant plus attirant qu’il n’était pas là ; un vrai paradoxe. Elle devait baiser, sinon, elle ne s’en sortirait pas. À force d’abstinence, elle fantasmait vraiment sur n’importe qui. Ce n’était pas comme si les Ailes Blanches étaient connues pour leurs nuits de folie. Elle pensait être déçue si elle essayait un blanc bec.

Il fallut un temps certain à Za pour faire un lien capital : il y avait quelqu’un qui venait de rentrer chez elle. Il y avait un cadavre dans son salon. Il allait donc voir le cadavre dans son salon. Tout le monde saurait qu’un meurtre avait eu lieu et… Elle se mit à courir comme une folle, manquant de se prendre le coin du mur. On ne pouvait pas dire qu’elle était très futée. Ses maladresses lui coûtaient souvent un bout de peau en moins et des éraflures à n’en plus finir. Elle se retrouva devant deux hommes, dont l’un qu’elle connaissait plus que l’autre. Le premier n’était pas un Réprouvé, même si tout le monde ici le considérait comme tel. Ça faisait longtemps qu’il vivait là, à s’occuper de ses champs. Younes Taiji, un homme simple, sans ambition dévorante de prime abord. Il habitait avec une jolie blonde et leur fille. Le deuxième, par contre, ne lui disait pas grand-chose. Il avait de gros doigts, des doigts qu’elle aurait aimé sentir à un endroit bien particulier de son anatomie. Oui, elle était en chien, tellement en chien qu’elle en avait oublié le macchabé. Elle tourna la tête à droite et à gauche. Il n’était plus là, ni lui, ni Win. Elle jura en Zul’Dov. « Ça va ? T’as pas l’air dans ton assiette ! ». « Je euh… J’essayais de porter ce putain de tonneau hors de la cave mais… y a rien à faire ! Ça me fait chier ! ». Le plus grand sourit. « On va t’aider. ». « Mouais… » fit-elle, soûlée d’avoir besoin d’autrui pour se débrouiller dans la vie. Grâce aux deux hommes, les vivres furent sur le pas de sa porte à une rapidité effroyable.

1407 mots

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 28 Juin 2019, 14:36

[Événement réprouvé] Yamazu'Lus F8pt
Yamazu'Lus


« Je pensais que tu allais participer à la chasse aux Bicornes cette fois. » Za, Younes et Strun se trouvaient sous une véranda. C’était la fin de Yamazu’Lus. La pluie tombait sur les champs mais là où ils se trouvaient, ils étaient abrités. « Il y a des choses qui ne changeront jamais, je pense. » « Ton amour pour les animaux. Tu sais, nous aussi on les aime. On les élève, on les voit grandir… » « Et puis vous les mangez. » « C’est le cycle de la vie. » dit Strun en se penchant en arrière, afin de mettre son dos bien au fond de la chaise en osier. L’Orine sourit. Il pensait différemment mais n’était personne pour donner des leçons de vie à un peuple parmi lequel il vivait depuis de très nombreuses années. Il s’était acclimaté à l’endroit et s’il n’approuvait toujours pas certaines choses, il avait rapidement compris qu’il ne pourrait changer les mentalités. Il se sentait bien ici, avec Tomoe, sa fille et entouré de ceux qui priaient les Zaahin. Il ne s’était pas converti à leur religion non plus mais ce qui comptait était ailleurs. Il prenait soin de la communauté et protégeait les intérêts Réprouvés. C’était ça qui avait de l’importance. « En tout cas, elle, elle n’a pas hésité. » « Elle était un peu dépassée par la force du Bicorne… » « Oui mais ça a payé finalement. » Les deux hommes se mirent à rire de façon un peu moqueuse mais sympathique. La dernière réplique ne concernait pas le Bicorne mais Za en elle-même. Après sa chasse aux Bicornes, elle était tellement épuisée qu’à peine installée sous la véranda avec eux, elle s’était mise à dormir. Cela faisait un long moment qu’ils discutaient et elle ne s’était toujours pas réveillée.

Younes aimait ces instants où le temps semblait s’arrêter pour de bon. Sous cette véranda, il aurait pu passer la nuit. Il se sentait vraiment bien, au frais, bercé par le son des goûtes. Il lui semblait que la vie politique n’existait pas, que les ennuis étaient particulièrement lointains. La victoire de Sympan avait été synonyme de perte pour les Réprouvés mais depuis la fin de l’Ère de la Renaissance du Dieu-Roi, la vie avait repris son cours et chacun essayait de s’acclimater avec les nouvelles règles du jeu. « C’est amusant qu’elle soit comme ça. » « Un peu folle ? Ça fait son charme c’est sûr mais heureusement que certains Réprouvés ont à cœur de la protéger contre elle-même. » « C’est vrai qu’elle est attachante. » Za avait aussi l’habitude de donner des cadeaux à chaque individu qui croisait son chemin pour la première fois et gardait sur elle plusieurs friandises, petits saucissons ou autres aliments. Les deux hommes ne comprenaient pas ce drôle de comportement mais la laissaient faire. Ils n’étaient pas au courant de la « malédiction » qui ponctuait sa vie. Une fois, comme elle n’avait rien, elle s’était déshabillée pour contenter le nouvel arrivant. Elle n’avait pas contenté que lui ce jour-là.

L’Orine se mit à sourire, imitant son camarade pour s’installer confortablement. Il ferma les yeux quelques instants, tout en continuant à discuter. « Ça ne te manque pas ? Maëlith, tout ça ? » Il se rendait de temps en temps à Jueru mais passait le plus clair de son temps à Lumnaar’Yuvon. « Pour être franc, pas vraiment. Parfois c’est vrai que j’ai un sentiment de nostalgie, voire de mélancolie, mais je sais que ma place est ici. » « Tu n’as jamais pensé à devenir roi ? » Younes ouvrit les yeux pour regarder son ami. « Pourquoi ? T’y penses, toi ? » « Je ne suis pas assez puissant pour ça. Cela dit, certains Réprouvés commencent à penser que le trône vacant est tentant. Je ne sais pas si le calme va continuer à régner longtemps lorsque les prétendants se feront de plus en plus nombreux. » « L’ombre d’Erza risque de planer encore un moment. » « Quand les lunes se seront succédé, cette ombre ne sera plus qu’un vague souvenir. Les Réprouvés de Lumnaar’Yuvon lui sont fidèles mais les autres… hum. » Le silence s’installa. « C’est vrai que j’ai cru entrevoir quelques comportements… » « Tu parles du Nir’Arz ? » « Oui. Certains jeux ne semblaient pas très... La fertilité était célébrée mais il y avait sans doute un peu d’opportunisme dans les choix. Vous autres, Réprouvés, réglez souvent les histoires de Royauté par la force brute et il n’est pas difficile de voir qui se distingue. » « C’est vrai qu’on a de plus gros bras que vous, les Orines, et on sait s’en servir. » raillât Strun. Younes rit. Il avait assez raison. La plupart des Orines n’étaient pas très fortes, physiquement. Lui avait dû travailler longtemps avant d’avoir des résultats et de pouvoir tenir une journée complète dans les champs. « En tout cas, mon Nir’Arz s’est bien passé. » avoua le Réprouvé, en faisant des gestes plutôt obscènes pour montrer qu’il s’en était donné à cœur joie. « Profites-en avant le mariage, oui. » Les deux hommes posèrent leurs yeux sur Za. « Elle, elle aurait aimé coucher avec Priam Belegad, c’est sûr. » « Les absents ne savent pas ce qu’ils ratent parfois. » plaisanta l’Orine. « Ha ha ! Elle l’oubliera vite cet Ange. Il est parti, après tout. Il faut lui trouver un vrai Réprouvé, un qui pourra l’aider à construire une maison solide ! Ils pourront se trouver un ou deux Kiir’Sahqon à élever ou pourquoi pas faire des enfants. Après tout, tous les Démons et tous les Anges ne quittent pas nos terres. » « Heureusement. » « Je ne vois pas ce qu’ils trouvent de mieux là où ils vont, franchement… » « Certains doivent surtout partir pour essayer de trouver leurs racines… » « C’est une trahison. C’est ici chez eux. » Il y avait toujours eu des sujets fâcheux, difficilement abordables sur le ton du raisonnable.

Younes replaça un peu la couverture qui était posée sur ses épaules. Il commençait à faire particulièrement frais. La journée ça allait mais la nuit… « Il faudra aller étaler les cendres demain. » « Oui, qu’on puisse avoir de bonnes récoltes. » Le Réprouvé laissa le silence s’installer avant de demander : « Tu comptes avoir un autre enfant ? » L’Orine leva les yeux, un peu étonné. En réalité, il ne savait pas s’il était le père de Rose-Lune. C’était flou. Avec Tomoe, ils avaient décidé de faire comme si c’était le cas, afin de rendre les choses plus simples. La jeune fille avait un caractère bien Réprouvé, ce qui n’était pas forcément un compliment. Seulement, il l’aimait comme son père alors il acceptait de connaître un état émotionnel instable par sa faute. Elle courait les garçons comme Za avait couru après les Bicornes. « Hum… Je ne sais pas. C’est assez étrange pour moi d’avoir des enfants… Déjà parce que la plupart des Orines femmes n’en ont qu’à la mort de leur maître, et aussi parce que… Hum. Je n’en sais rien. Je suis un cas un peu à part j’imagine. Les Orines hommes ne courent pas les champs alors la question ne fait pas vraiment partie des traditions de mon peuple. » Il réfléchit. « Si Tomoe en veut un, j’exaucerai ses volontés, bien sûr. »

L’homme ferma les yeux, se remémorant les flambées. Il y avait participé, même si la coutume honorait les Zaahin. Younes gardait sa religion mais il arrivait à différencier sa foi et le côté plus social de celle des Réprouvés. Il ne disait pas non à brûler les statues, ni même à les fabriquer. Et puis, à vrai dire, il avait vécu dans un Monde où les Ætheri n’avaient pas une telle place. Il croyait peut-être un peu aux Zaahin, mais les plaçait de façon inférieure aux Dieux. Ils étaient de grands héros à ses yeux, des modèles pour avancer. Certains existaient encore ou avaient existé. Il leur portait un profond respect. Pour le reste, il continuait à prier principalement Mère Nature et Kennocha. Certains autres Ætheri avaient également ses faveurs. « Tu sais quoi ? Je vais aller me coucher. » « Pareil. Qui se charge de ramener Za chez elle ? » « Moi. Au moins je sais que je n’essaierai pas de lui faire des attouchements pendant son sommeil. » plaisanta Younes en se levant.

1406 mots
Merci pour le lieu  nastae
Za a fait la chasse aux Bicornes xD
Ça devait être assez catastrophique 8D

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 29 Juin 2019, 12:52

[Événement réprouvé] Yamazu'Lus Xn7s
Yamazu'Lus




Jebediah suait et ahanait comme un phoque même s'il n'avait aucune idée d'à quoi pouvait ressembler un telle animal. Tout ce qu'il savait, c'était que s'il n'arrivait pas bientôt au village, il allait se liquéfier sur place. Depuis Sceptelinôst, il se trimbalait une carriole remplit de quelques fûts plus ou moins plein de bière. Il avait été heureux quand il avait constaté qu'il avait les moyens de se payer ce moyen de déplacement. Malheureusement, il avait rapidement déchanté quand il s'était rendu compte que sa bourse n'était pas assez fournie pour pouvoir lui permettre de louer l'animal de bat qui allait avec. Et évidemment, le loueur refusait de lui rendre l'argent qu'il lui avait donné pour la petite charrette. Pour lui, le contrat était passé et il était hors de question qu'ils reviennent dessus. Le Réprouvé s'était donc retrouvé comme un imbécile avec son engin à roues et aucun animal pour le déplacer. C'était donc au final lui, la bête de bat, qui s'était attelé pour faire le chemin. Il comptait aller donner pour la fête des cultures et de la fertilité, quelques fûts qui lui restaient. Il se disait que ce serait certainement l'occasion de faire un peu de publicité pour son commerce – pas toujours très légal mais ça, les gens n'avaient pas besoin de le savoir – en faisant goûter sa bière. Si elle plaisait, certainement que des gens viendraient lui acheter par la suite.

Hé, fais attention, tu vas finir par écraser quelqu'un !

Oué oué … Z'ont qu'à se pousser du chemin, aussi. C'est pas comme si je tirais quelque chose de lourd, non.

Qu'est ce que tu as dis gamin ?!

Rien, rien, j'me demandais juste si l'village était encore loin.

Encore une colline et ça s'ra dans l'creux.

Eskel

L'aveugle soupira. Il avait bien cru que l'autre allait lui coller un pain dans la figure. Heureusement, la catastrophe avait été évitée. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à franchir cette dernière colline, aux dires de l'homme. Son pied se prit dans une ornière et il s'étala au sol de tout son long. Le bipolaire se mit à râler et pester dans tous les sens. Il détestait la campagne, ses chemins piégeux, ses grands espaces sans qu'il puisse trouver de point de repère pour se repérer malgré sa cécité. C'était bien parce que toute cette histoire pouvait lui rapporter possiblement de l'argent qu'il faisait tout ça … En même temps, il avait dépensé jusqu'à son dernier sous dans la carriole, ce qui n'était pas très malin. De toute façon, il était bientôt arrivé. Il pourrait au moins s'y reposer et prendre un peu de bon temps à défaut d'autres choses. Car plus d'une fois pendant le trajet, l'idée d'abandonnée la charrette sur la route avait flotté dans son esprit. Elle lui meurtrissait les bras, les mollets, les reins … La moindre parcelle de son corps en réalité, pas du tout habituée à l'effort physique. D'ailleurs, il avait mit le triple de temps pour venir ici, s'étant écroulé plus d'une fois en chemin.

Me voilà enfin !

Il laissa lourdement retomber les bras de la charrette avant de se laisser choir entre elles, appuyant sa tête contre le bois. Son souffle était saccadé et il n'était même pas certain que son corps le laisserait se remettre debout. La torpeur était même en train de s'emparer de lui doucement mais surement.

Tu ne peux pas laisser ta charrette ici.

La voix fit vivement sursauter Jebediah, qui se cogna la tête contre le bois. Il n'avait pas entendu approché la personne. Il fallait dire en même temps qu'il s'était une nouvelle fois planté en plein milieu de la rue.

Io anha.

Soupira le clone en se relevant difficilement.

Io drun baald gon pah.

Pruzah. Weii vath Io.

L'épuisé ne se fit pas prier plus longtemps. Il ne savait pas où l'autre homme voulait l'emmener mais ce dernier paraissait sur de lui. Ils marchèrent pendant quelques minutes, le voleur ne cherchant plus à savoir où il allait, se concentrant uniquement pour suivre les pas de l'homme. Les autres utilisateurs de la voirie n'avaient qu'à s'écarter d'eux même.

Mu ond. Yu aldrig het.

Jeb se contenta juste d’acquiescer d'un signe de tête pour montrer qu'il avait compris. L'homme s'éloigna et lui-même commença lentement à décharger les fûts qu'il offrait. Le temps qu'il finisse de tout enlever, l'homme était revenu et lui avait mit une tranche de pain garnie de beurre et de saucisson dans la main.

Naak.

Il ne se fit pas prier plus longtemps et avala le casse-croûte comme s'il crevait la dalle. Il alla même jusqu'à se lécher les doigts.

Nu, yu weii jiirk.

C'était presque un ordre que lui donner l'autre homme de son ton bourru. Avant qu'il n'ait eu le temps de le remercier, il était déjà reparti, certainement vaquer à ses propres occupations. C'était au tour de l'énucléer d'en faire de même à présent. Tout autour de lui, il entendait les conversations qui allaient de bon train, les rires des enfants qui résonnaient dans l'air, les cris et les grognements de jouissances de certains hommes et femmes ayant finalement retrouvé leur moitié. Certaines statues de pailles étaient encore en train de crépiter et le Réprouvé tentait soigneusement d'éviter ces endroits là quand il entendait le son caractéristique. Conscient de son agilité légendaire, il préférait éviter de provoquer une catastrophe en risquant de tomber dedans ou encore de faire tomber les effigies sur quelqu'un ou quelque chose et de tout faire cramer. Seulement, ce à quoi il n'avait pas pensé, c'était les tas qui avaient déjà brûlés et dont il ne restait plus que des cendres chaudes. Evidemment, il marcha en plein dans l'un d'eux. Au départ, rien ne se passa. Mais rapidement, il sentit une odeur de brûler et se rendit compte qu'il avait étrangement chaud à l'un de ses pieds.

Yu ag.

Eclata de rire l'un des passants tandis qu'il se débattait pour enlever à toutes vitesses ses brogues.

Naal okker !

Vraiment, la campagne, ça craignait. Il aurait dû rester chez lui, au moins ses chaussures s'en seraient mieux sorties. Il souffla dessus et fit tomber de la terre dessus pour étouffer les possibles petites flammes pouvant encore s'y balader. Il ferma les paupières un instant, même si cela ne servait pas à grand chose et prit une profonde inspiration. Il était là pour s'amuser, se détendre et faire connaître pourquoi pas sa bière. Cette dernière partie était déjà commencé maintenant qu'il avait mis quelques fûts à disposition de tout le monde. Le reste n'était plus que de son fait à lui. Après tout, c'était la fête, il fallait en profiter.

N[/size]i sig ?

Nid. Io bohdan narad.

Déplora Jebediah. Il se voyait mal refaire tout le chemin inverse avec qu'une seule chaussure au pied, ou encore pieds nu. Il se demandait bien comment il allait faire.

S[/size]odden. Mu lakka io aan.

Zoldio ?

Gon baald.

Ainsi donc, il n'était pas totalement passé inaperçu avec son chargement. C'était une bonne chose, lui qui croyait avoir fait tout cela pour rien au final. Si on était prêt à l'aider pour le remercier, c'était que ce qu'il avait apporté n'était pas de la trop mauvaise piquette. Il fallait reconnaître qu'il avait quand même eu quelques doutes. Mais en même temps, il fallait reconnaître que les Réprouvés n'étaient pas des gens très raffinés ni très compliqués en ce qui concernait l'alcool.

Eskel !

1 369 mots
traduction:

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Événement réprouvé] Yamazu'Lus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | Réprouvé |
» [Evènement] - Un Bon Bol d'Air Pur
» [EDR Réprouvé] Les murmures des disparus
» Aether et Réprouvé (pv Lapinou)
» [Événement] - Naakar'Lus
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres de Lumnaar’Yuvon-