Le Deal du moment : -42%
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable ...
Voir le deal
319.99 €

Partagez
 

 [Quête] La diseuse de bonne aventure [Lilith & Wriir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Lun 11 Juil 2016, 02:28

「La diseuse de bonne aventure」

Lilith & Wriir

Lilith jeta un dernier coup d’œil à sa dague, puis haussa les épaules. Un couteau… Elle ne l’aurait pas forcément utilisé pour un combat.. Mais si c’était bien ce qu’il souhaitait… La pirate lui adressa un sourire moqueur.

- Merci, oui, j’ai entendu.. Je pensais juste te prêter une arme plus efficace.. Mais si je peux garder mes deux lames, ça me va !

Son expression se fit plus sereine. Elle tentait d’améliorer de plus en plus son aptitude au combat, et si son agilité était importante, ou du moins, l’estimait elle comme telle… La maîtrise d’une arme était indispensable… Compte-tenu surtout de son métier et de la vie qu’elle menait… Aussi n’importe quel entrainement, aussi dangereux soit-il lui était indispensable. Evoquer son état d’esprit ne lui parut néanmoins pas une bonne idée, et Lilith se contenta d’approuver d’un signe de tête.
De toute façon, la rouquine n’eut pas vraiment l’occasion de s’attarder sur ces propos… Toute son attention était absorbée par les formes sombres qui devenaient envahissantes en dessinant ces étranges volutes.

- Mmmh.. ; En effet… Enfin, jusque-là… Il n’a jamais fait d’attaque frontal..

Parler d’un « ennemi » comme s’il paraissait doué de conscience lui semblait aberrant… mais pourtant, nier le contraire au cas présent était simplement idiot. Ce fait fut sans doute ce qui poussa la jeune orisha à se concentrer sur la porte. La masse d’encre ou de tout autre liquide non identifié approchait avec une lenteur relative, et pourtant, c’était inévitable, elle ne tarderait pas à les encercler.. Les mouvements d’Eff avaient permis de faire bouger la seule issue qui se présentait face à eux.. néanmoins… Malgré cet effort, les mots de Wriir s’avéraient justes. Lilith grimaça légèrement. En effet.. Comment pourrait-elle agir aussi vite ? Compter uniquement sur sa chance dans un pareil cas n’avait rien de réfléchi…

- Je sais oui, mais c’est la seule alternative que j’ai pu trouvé.. Si t’as une idée.. Je suis preneuse.

Pourtant, la pirate n’eut pas grand-chose à dire… La dernière phrase de son partenaire l’interpella..

- « Je reviens » ? Attends ? Tu vas pas…

En un mot, Wriir se téléporta, visiblement de l’autre côté de la porte si elle se fiait à son regard..

- Partir…

Lilith passa nerveusement sa main dans les cheveux et frappa de rage contre la porte. D’un coup, elle n’entendait aucun bruit… Aucune voix, rien. Il aurait pu partir complétement et disparaître, comme il l’avait fait lors de leur dernière rencontre…

Il reviendrait, oui… Bien sûr… Qu’est ce qu’elle avait pu imaginer ? Durant quelques secondes, l’orisha s’appuya contre la porte… Anéantie, elle ferma les yeux, le temps de digérer ce qui venait de se produire avant chercher du regard sa seule alliée désormais présente.. Celle-ci s’acharnait à faire luire les symboles sans succès. Rien n’indiquait que l’ouverture allait céder…

- Laisse tomber, Eff. Il avait raison, Wriir… Vaut mieux qu’on cherche une solution avec cette… chose…

Dos à la porte, la pirate regarda l’étrange masse presque l’emprisonner. Sur les murs, le sol… Mis à part l’issue qu’il restait derrière elle, la forme sombre s’imposait, et devenait omniprésente… La petite fée se posa sur son épaule, inquiète. Même sans parler, les deux comparses avaient appris à communiquer et l’orisha savait que ce n’était pas un état d’esprit que son amie subissait habituellement. Malheureusement, la pirate n’était pas en mesure de la soutenir… Bien qu’elle n’ignorait pas que se lamentait ne pourrait que la détruire, et au contraire, lui faire perdre le précieux temps qu’elle aurait pu mettre à profit, la force de se battre à l’instant présent l’avait quittée. A tel point que la fiole de rhum qui lui restait avait beau être sa seule arme, à l’instant présent, la boire lui semblait la seule chose à faire. De toute façon, il y avait trop peu de liquide pour vaincre son ennemi avec. Autant ne pas faire de gâchis.. Alors qu’elle débouchait la flasque en s’adossant au mur, Eff parut en colère et se jeta sur le goulot.

- Ca va, laisse tomber… Tu devrais te casser. Sauf preuve du contraire, ce truc ne vole pas… Et il sera là dans d’ici quelques secondes…

La fée ne parut rien vouloir entendre… Elle ne lâcha pas la bouteille. Peu prête à se voir contrariée… Lilith donna un coup de main pour l’évacuer. Les volutes la frôlait de plus en plus, l’orisha se plaquait contre la porte pour éviter d’être contaminée… Mourir dans ces conditions… C’était… Ridicule… Autant n’emmener personne avec elle.

- Dégage, je t’ai dit ! T’as pas compris ?

Alors que les couinements s’intensifièrent et que la fée devenait aussi agaçante qu’un moustique, la pirate fit un mouvement brusque qui frappa son amie afin de la repousser. Eff fut éjectée contre l’une des parois, au milieu de cet ennemi inattaquable. Les yeux écarquillés, la rouquine cria son nom et se rua pour la rattraper. Le liquide se déposa sur ses jambes laissant une sensation désagréable à laquelle l’orisha ne prêta pas d’attention.. Ses seules pensées tournaient autour de la fée, et aussi vite qu’elle le put, Lilith retourna à la dernière place encore saine, arrosant abondamment son alliée, usant ainsi finalement beaucoup plus intelligemment son remède particulier.

- Je suis vraiment désolée…
finit elle par lui souffler..

Toujours un peu assommée, il était difficile pour cette dernière de s’envoler à présent… Terriblement coupable, Lilith ne se préoccupait pas vraiment des résidus qui restaient sur ses jambes. Pourtant, enfin, la porte s’ouvrit, à sa grande surprise. Wriir était là.. Elle haussa un sourcil, plus qu’étonnée. Il était vraiment revenu ? Rapidement, l’orisha déposa la fée dans sa sacoche pour qu’elle se repose et se jeta à l’extérieur en lui adressant un sourire légèrement forcé.

- Ca va… Mais je doute que ce soit notre présence qui lui ait fait quoi que ce soit… Il serait préférable qu’on avance vite… Qui sait ? Si tout ce qu’il redoute, c’est l’alcool.. Je doute d’avoir les mêmes craintes que lui…

La pirate tentait de plaisanter, bien qu’elle ait toujours du mal avec cette sorte d’ascenseur émotionnel qui la perturbait beaucoup plus que ce qu’elle aurait voulu. Elle pencha la tête en le regarda assis par terre, toujours crispée.

- Vaut mieux qu’on avance vite.. Debout, ça ira sans doute plus vite… SI je ne te connaissais pas, je dirais toute de même que tu es plutôt maladroit…

D’un pas décidé, Lilith parcourut les couloirs qui n’étaient désormais plus éclairés par son amie… Pensive, elle jeta un coup d’œil au jeune homme qu’elle venait de retrouver, avec quelques difficultés à le cerner. Est-ce qu’il aurait vraiment pu partir ? Sa gorge demeurait nouée à cette hypothèse pour une raison inconnue. Après tout, cela n’aurait rien eu d’étonnant… Il ne la connaissait quasiment pas…

- Pourquoi tu ne m’as pas emmené avec toi lorsque tu t’es téléporté ? Enfin… Je sais pas, dans une situation délicate, j’ai déjà eu l’occasion de vivre ça…


Elle poussa un soupir, et finit par faire un signe de la main. C’était ridicule… Qu’est ce qu’elle pouvait attendre ? Les picotements sur les jambes la rappelait à l’ordre de toute façon.

- Enfin… laisse-tomber… On a mieux à faire. Je crois qu’il y a une sortie… En tout cas, on peut sentir l’écume d’ici… C’est pas une odeur sur laquelle je peux me tromper..

.
1213 Mots | Post 8
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 14 Juil 2016, 17:06

Quelle était la frontière entre inconscience et curiosité ? Était-elle aussi fine et ténue que celle entre la bravoure et l'aveuglement ? Depuis la minute où mon chemin avait croisé celui de Lilith, nous jouions à l'équilibriste sur un fil coupant au milieu du vide qui nous plongerait vers le trépas. Lilith ignorait cependant que celui qui l'accompagnait sur ce fil n'était qu'un reflet, une illusion alors que je me trouvais déjà englouti par les abysses.

Vu ce qu'il y avait en bas, je ne tenais pas spécialement à ce qu'elle tombe. Pourtant, plutôt que nous contenter de patienter que la tempête finisse irrémédiablement par se calmer puis s'éteindre, nous recherchions cette exaltation, cette poussée vers l'inconnu qui menait autant vers le danger. Fallait-il sentir la Mort pour se sentir en Vie ? Je n'osais pas poser la question à ma compagne de voyage, je doutais que sa réponse me plaise quelle qu'elle soit.

Toujours est-il que c'est assis à même le sol que je voyais l'Orisha et sa fée se diriger vers moi, maintenant que l'imposante porte qui nous barrait la route était ouverte. J'étais soulagé d'une certaine façon que mon intuition ne m'avait pas fait défaut cette fois-ci. J'aurai toujours pu me téléporter de nouveau pour me retrouver du côté des deux demoiselles, mais nous aurions perdu un temps précieux que notre ennemi visqueux aurait sûrement mis à contribution à son avantage.

Alors que je demandais si tout allait bien, Lilith me répondit par l'affirmative. Je prenais appui sur le sol pour me relever, roulant des yeux alors qu'elle m'affublait d'être maladroit.

- Tu ne dois pas être loin de la vérité, je n'ai pas du tout ton agilité. Je dois compenser par d'autres choses pour survivre en milieu hostile.

J'époussetais ma tenue assez sommairement, la pénombre ne me permettant pas de toute façon à espérer mieux, réalisant tout à coup que l'absence de lumière signifiait l'absence de la fée.

- Euh, où est passée Eff, il ne lui est rien arrivé de l'autre côté hmm ? Non pas que j'aurai pleuré sa disparition, mais l'attitude de Lilith ne collait pas avec celle qu'elle aurait eu si la fée avait perdu la vie. Quand Lilith m'expliqua où elle se trouvait, j'opinais de la tête, ne préférant pas en rajouter.

- Pourquoi ne t'ai-je pas téléportée avec moi ? Je la regardais un instant, surpris par cette question. J'avais usé de ce pouvoir solitaire car j'étais peu habitué à avoir de la compagnie avec moi. Quand je m'étais déplacé jusqu'au mât du Libertad, j'y étais allé seul en demandant à Lilith de s'occuper d'autre. Je n'avais pas ce réflexe empathique d'aider mon prochain, même si ma démarche se voulait salvatrice pour nous trois. Il y avait d'autres raisons plus appréciables à entendre cependant. Hé bien, ni toi ni moi ne savions ce qui se trouvait réellement derrière cette porte. Imagine que l'endroit était truffé de pièges et qu'à peine posé le pied, nous nous serions retrouvés criblés de flèches. A quoi risquer deux vies quand on mise sur un coup de chance. Le temps pressait, et à ce moment là Eff virevoltait assez loin de nous. Il aurait fallu qu'elle revienne vers nous, et que je la touche elle comme toi pour vous emmener de l'autre côté. Je n'ai pas le temps pour cela.

Je jetais un oeil vers l'endroit où se trouvait notre ennemi persistant, et vit qu'il avait disparu. Ne pouvant nous suivre, bloqué comme par une barrière magique, avait-il abandonné la poursuite ? Ou s'était-il mis à la recherche d'un chemin détourné pour nous rattraper un peu plus loin ?...

- Ne traînons pas ici oui. Je regardais le côté opposé de la porte à la remarque de Lilith, avant de lui répondre. Je te crois sur parole, je ne sens absolument rien moi. Nous avons dû faire une jolie marche si nous nous trouvons à proximité de la mer. C'est l'inconvénient des chemins souterrains, on perd toute notion de temps ou de distance.

Nous nous remîmes en route, et si la lumière d'Eff faisait cruellement défaut lors des premières dizaines de mètres, nous pûmes apercevoir au détour d'un crochet un rai de lumière au loin symbole du retour à l'air libre. La pente pour y parvenir était douce mais constante, mais après les épreuves que nous venions de traverser, ce détail était insignifiant pour notre duo.

- Si j'ai bien compris, tu veux retourner au Libertad ? Tu crois vraiment que cette vieille femme aurait jeté une malédiction sur ton équipage ? Elle ne peut pas être au courant de ce qui s'est passé la première fois où j'étais à bord, c'est impossible.

Dans mon esprit, absolument rien n'était impossible, le fait même de ma présence ici sur ces terres en était la preuve. Un mort qui jouait au vivant et qui en tuaient d'autres pour que leurs âmes soient recyclées, comment croire encore à l'existence du mot "impossible" après cela ?...

Je laissais les sens de Lilith nous diriger vers l'endroit où son bateau avait mouillé, et nous dûmes emprunter sentiers escarpés dont la moindre chute serait fatale. Des petits cailloux roulaient sous nos chausses - et mon pied nu pour être tout à fait précis - et ces mini-avalanches rocailleuses étaient le meilleur moyen pour se rompre le cou à quelques mètres en contrebas. Comme nous n'avions aucun impératif de temps, nous prenions garde à ne pas confondre vitesse et précipitation. L'hypothèse de cette malédiction ne reposait sur rien de concret, aussi se rompre le cou n'allait guère nous avancer pour aller l'infirmer ou la confirmer.

- Je ne sais plus si je t'ai posé la question, mais tu as évolué dans ton poste de gibier sur le Libertad ? Je ne m'étais pas rendu compte de ma faute sur son métier, et ne comprit pas tout de suite l'éclat de rire que je reçus dans un premier temps en réponse. Oh, désolé !! Tu m'avais compris hein !!

Quand enfin, la bateau se dessinait au loin, aucun bruit ne parvint susceptible de nous faire croire à un danger à bord. Notre hypothèse semblait donc infondée, à moins que - mon esprit Ombre avait toujours ce genre de déductions - ils étaient tous morts à bord, ce qui expliquait ce silence quasi religieux.

Enfin sur la terre ferme et plane, nous devions être à une bonne centaine de pas du navire quand une fumée noire se mit à danser dans le ciel, le sombre tranchant avec le clair de l'horizon.

- Il n'y a pas de fumée sans feu dis-je d'un ton distrait, mais sur un bateau, ça n'est jamais bon signe ! alors que je voyais Lilith courir en direction de sa "maison". Je la suivis en me hâtant à moitié à cloche pieds pour éviter de m'ouvrir une nouvelle fois le pied.

Post n°9 : 1 204 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 26 Juil 2016, 00:41

「La diseuse de bonne aventure」

Lilith & Wriir


Lilith acquiesça avec un léger sourire moqueur. Peu agile… Peut-être un euphémisme oui…

- Je ne sais pas si mon agilité est exceptionnelle, mais je pense que sur ce point, je peux avoir un peu d’avance sur toi… Quant à la façon dont tu compenses…

Son sourire s’accentua davantage alors qu’elle passa à ses côtés pour faire mine de l’épousseter tout en le jaugeant.

- On va dire que c’est sans doute grâce à ta force époustouflante…

Son rire raisonna dans la caverne alors qu’elle reprenait la route, faussement insouciante. La situation précédente l’avait mise dans une situation d’embarras et de malaise qu’elle détestait. Cette sensation de faiblesse, d’impuissance… Et peut-être aussi cette désagréable impression de se retrouver seule. Si elle n’ignorait pas que la pirate devrait sans doute compter uniquement sur elle-même pour arriver à ses fins, certaines fragilités la poussait à chercher une forme de compagnie. Du moins… C’est l’explication qu’elle se donnait pour justifier son malaise. Plus vite elle oublierait ce désagréable ressenti… Mieux ce serait pour elle. L’engourdissement de ses jambes ralentissait un peu son allure, mais c’est la question de Wriir qui la sortit de ses songes. La jeune orisha grimaça quelque peu.

- Elle est de retour à sa place originale…

La rouquine tapota la sacoche qu’elle tenait autour de la taille en adressant un sourire un peu plus faible que d’ordinaire.

- Y a eu un petit accident, disons qu’elle a dû prendre une douche alcoolisée pour que ça passe mieux.

Autant que possible, elle conserva le ton calme sur lequel elle avait commencé à parler, presque imperturbable, bien que la culpabilité continuait à la ronger. Fort heureusement, le sujet changea, et cette fois, la pirate fixa son partenaire à ses explications.

Elle acquiesça d’un signe de tête alors qu’il détaillait les raisons pour lesquelles il ne l’avait pas emmené, son sourire taquin reprit le dessus.

- Mmmh… Tu me laisses résumer ? En gros, tu t’es dit que c’était préférable de partir seul vers la seule issue sans savoir si c’était possible d’ouvrir la porte, parce que c’était plus dangereux que de me trouver face à une masse inconnue, qui n’a pour seule faiblesse que le rhum ? Pas mal… Je comprends le raisonnement oui… Tu sais quoi, je pense que simplement dire que je devais être tellement imbibée d’alcool que cette chose ne m’aurait pas digéré était sans doute plus réaliste…

Bien évidemment, elle n’avait pas cru une seconde l’explication du jeune homme, mais appréciait l’effort sur l’explication qu’il s’était efforcé de lui fournir. Elle l’embrassa sur la joue en reprenant tant bien que mal sa route à travers l’obscurité. L’odeur iodée lui chatouillait les narines, et la pensée du Libertad qui était facilement exposé la tracassait trop pour qu’elle ne s’attarde en route.
Lilith haussa les épaules à la question de Wriir.

- Honnêtement… ? J’en sais rien… Je t’aurais dit que c’était une bonne femme qui avait sans doute pris un coup de chaud, mais… Malgré tout… J’arrive pas à évacuer l’hypothèse. S’il se passe quelque chose et que je ne suis pas sur place… Ca me rendra malade.

Tout était envisageable, l’ermite qui ne serait autre qu’une sorcière ou tout autre créature nuisible, un caprice divin, un hasard malheureux… Compter sur la chance lorsqu’elle n’était pas la principale concernée ne faisait pas parti de ses habitudes. Aussi, même si ses mouvements étaient plutôt raidis, Lilith enjambait comme elle pouvait ces caillasses qui jonchait le sol. Pourtant, elle s’arrêta d’un coup. « Gibier » ? Ne pouvant retenir un rire franc, la pirate se tourna vers lui.

- Nan, tu crois ? Quoique… Un gibier c’est original aussi… Y en a sans doute besoin sur d’autres bateaux…

Elle reprit une nouvelle fois en tenant les côtes, puis se remit en route en répondant.

- Disons que je ne suis pas en place depuis très longtemps.. J’aimerais évoluer, et j’ambitionne même de devenir capitaine…

A ces mots, l’orisha adressa à son comparse un sourire taquin.

- Mais pour l’instant, l’occasion ne s’est pas vraiment présenté !

Enfin… La silhouette du Libertad se dessina à l’horizon. Pourtant, la rouquine fronça les sourcils, son sang ne fit qu’un tour… Une épaisse fumée noire s’en réchappait.. Si elle entendit la voix du jeune homme à ses côtés, la jeune pirate s’élança sans hésiter vers son bâtiment, oubliant d’un coup ses raideurs aux jambes, qui pourtant commençaient à devenir pénalisante. Le navire brûlait sur le pont… Elle enjamba le bastingage, dague au poing. Des vivres se retrouvaient sous le mât central, des cadavres de l’équipage gisait sur le ponton. La rouquine jeta un coup d’œil derrière elle pour s’assurer que Wriir avait bien pu la suivre, grimaçant à son allure. Azraël avait dû quitter le Libertad.. ; Et fort heureusement, compte-tenu du nombre de victimes. Elle se pencha sur l’un de ses camarades, la mâchoire serrée. La plupart avait été égorgés… D’un geste sec, l’orisha frappa d’un coup de pied dans un des tonneaux situés non loin du foyer afin d’éviter la propagation de l’incendie, et également de nettoyer ses jambes tout en gardant un œil sur cette fumée dense.

- Je sais pas si c’est la prémonition, mais c’est mal barré… Tu sais éteindre un feu de cette ampleur ?

Mise à part une magie quelconque… Elle ne voyait pas comment calmer le feu à deux… A ce rythme là, le navire coulerait d’ici peu. Et elle doutait sincèrement que ce soit l’étape la plus simple et surtout la priorité... Si peu d’agitation face à une catastrophe d’une telle ampleur était pire que tout..

- Va falloir qu’on retrouve rapidement au moins Rack. Il n’aurait pas laissé le bâtiment dans cet état…

D’un signe de main, elle désigna la cabine vers laquelle elle se dirigeait.

.
954 Mots | Post 9
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 26 Juil 2016, 13:54

- Voilà plusieurs fois qu'on vante ma force époustouflante, je vais finir par le croire tu sais ! A moins que ce ne soit l'alcool qui te monte un peu trop à la tête pour dire pareilles choses, va savoir !

Je redressais mes épaules juste pour la forme, et avions décidé grâce au flair de Lilith de continuer plus en avant dans l'espoir de retrouver les flots de l'océan. Elle mit à rude épreuve mon explication sur le fait que je me sois téléporté seul derrière. Je ralentis le pas, finissant par tourner la tête en la penchant un peu sur le côté.

- Nous pourrions en discuter des heures à qui argumente le mieux tu sais. Je pourrai te dire que oui, j'ai trouvé ça plus logique de passer de l'autre côté pour trouver un mécanisme plutôt que de laisser le hasard d'une fée décider si la porte s'ouvrirait assez, et suffisamment vite pour qu'on ne se retrouve pas absorbés par ce truc visqueux. Cela étant, cette même fée n'a pas réussi à ouvrir en plus grand la porte, donc que je sois à côté à la regarder et prier, ou de l'autre côté à multiplier par deux nos chances, hmmm, je dirai que je ne m'en suis pas trop mal sorti non ?

La progression était lente mais régulière et nous finîmes par parvenir enfin sur une surface où nous ne risquions pas de nous rompre le cou. Alors que j'interrogeais Lilith sur son avenir au sein du Libertad, je fronçais les sourcils car un phénomène se superposa à ma vue. Lilith ne semblait pas affectée par cette intrusion et continuait à me raconter ses perspectives au sein du navire. Elle était opportuniste, avenante, et rester toute sa vie comme gabier ne semblait pas faire partie de ses plans. Elle voulait être son propre maître, quoi de plus logique pour une Orisha.

Nous vîmes le Libertad en feu et ma remarque somme toute banale ne fit même pas sourciller Lilith qui déjà s'élançait vers son foyer flottant.

En attendant, l'autre vision semblait s'accélérer à celle que je vivais dans la réalité, et le présent se mêla à ce futur accéléré. Tout était flou, mais Lilith elle restait parfaitement nette : Je la voyais s'élancer vers le bateau dans deux versions différentes, une "classique" et l'autre à plusieurs dizaines de pas de la première.

Je me mis à courir derrière la pirate, encore troublé par ce qui m'arrivait, et nous commencions déjà à sentir les premières volutes de fumée âcre nous agresser les narines. J'avais la nette impression que Lilith se jetait dans la gueule du loup, et cette magie qui s'opérait en moi semblait comme m'inciter à croire à cette théorie. Je ne pouvais pourtant pas lui dire, aussi espérais-je que ma présence allait peut-être arranger les choses.

Le feu avait déjà commencé à attaquer les voiles et le pont. Le feu était bien le pire ennemi d'un bateau, mais le plus étrange était l'absence d'équipage pour le contenir et l'arrêter. Avec quelques hommes, il aurait été très aisé de l'éteindre avant même qu'il ne s'éteigne, mais si personne n'agissait comme c'était le cas actuellement, le Libertad irait voguer au gré du vent sous forme de cendres.

Lilith avait déjà quelques longueurs d'avance sur moi quand je parvins enfin sur le pont. Elle me demanda si je savais éteindre un feu de cette ampleur et en faisant un tour sur moi-même, j'opinais doucement de la tête.

- Ca me prendra un peu de temps, mais oui je devrai y arriver. Ne te préoccupe pas de ça je m'en charge. Je voyais la Lilith de ma vision foncer vers la porte qui menait vers la cabine du Capitaine, à moins qu'elle ne se rende avant dans la sienne, pour sauver ce qui pouvait être sauvé ?

Je me frottais les yeux comme pour chasser vainement cette double vue et étais bien décidé à me concentrer sur le plus urgent : le feu à bord. La vraie Lilith, comme une pénible redondance, s'engouffra à son tour vers les appartements des gradés et je me retrouvais seul pour gérer un incendie.

Je me rendis de l'autre côté du bastingage où l'océan paisible semblait faire peu de cas du bateau qui venait brûler sur lui. Vu les multiples foyers, je n'aurai pas le temps d'en traiter à la fois, aussi devais-je employer la manière de masse. Pointant mes deux bras vers cette source infinie d'eau, je bravais les règles de la gravité pour soulever autant que je le pouvais et les élever au dessus de moi en direction des foyers les plus importants. Je relâchais ensuite brutalement mon emprise sur l'élément, qui se déversait à flots sur le feu mais également sur le pont où je me trouvais. Après plusieurs exercices de la sorte, le feu crépitait à peine avant de s'éteindre progressivement, tandis que je dégoulinais de l'eau que je m'étais moi même mise sur la tête....

Il y avait des dégâts, notamment sur la voilure, et plusieurs planches seraient à changer assurément, mais il n'y avait plus de risque que le navire ne sombre ou soit rendu inutilisable.
Je tournais la tête vers l'endroit où s'était dirigée Lilith, et cette fois l'autre vision ne se contenta plus de se superposer à la première, mais à l'occulter complètement. Comme enfermé dans un cocon où le temps n'était qu'un paramètre futile, j'observais et tentais de comprendre ce que j'étais en train de contempler.

Quand ma vision redevint normal, mon cœur battait plus que la normale.

- Lilith va mourir, dis-je à voix haute pour moi-même, et je serai son bourreau....
Post n°10 : 989 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mar 02 Aoû 2016, 19:40

「La diseuse de bonne aventure」

Lilith & Wriir


Lilith haussa un sourcil à sa remarque et finit par sourire.

- Comme quoi, je ne fais pas dans l’originalité… Soit ta force est tout à fait hors normes, soit tes fréquentations pratiquent toutes la même forme de communication avec toi. Je me demande quelle option est la plus crédible… railla la rouquine.

La route escarpée posa sans doute moins de problème à l’orisha que la réponse de son interlocuteur, qui, pourtant, la fit rire tout de même.

- On pourrait en discuter en effet… Mais je n’ai jamais dit que je pensais qu’Eff réussirait. Dans mon hypothèse, si j’étais d’ailleurs en proie à cet ennemi imbattable, c’est même parce que je n’aurais pas réussi à franchir cette porte et que j’étais, par conséquent, vouée à une mort certaine. Quant au reste de ton raisonnement, je ne peux que le saluer et reconnaître ô combien tu as été plus efficace que moi, ça te va ?

Son sourire devint de plus en plus moqueur à ses dernières paroles. Elle doutait sincèrement que son partenaire soit capable d’une mauvaise foi quelconque. Contrairement à elle. Ce qui permettrait ainsi de continuer cette discussion éternellement si elle le souhaitait. Quoique… A l’instant présent, elle se trouvait plutôt d’une franchise exempte de tout vice…  

- Mais par pure bonté d’âme… Je vais laisser là le débat.

Son expression demeurait taquine mais cette espièglerie s’atténua lorsque l’air iodé vint la réveiller vivement. Et plus que tout, ce fut l’épaisse fumée noire qui la rendit blême. Sans même se rendre réellement compte de ce que la pirate pouvait faire ou non, elle se trouvait déjà à bord du Libertad tant face à l’incendie que face à l’hécatombe de beaucoup des hommes de l’équipage. Préoccupée, le cœur battant à tout rompre, l’adrénaline et l’afflux de sang qui lui montait au cerveau l’empêchait de se concentrer sur n’importe quel évènement ou parole qui glissait sur elle, sans la moindre accroche. La réponse même de Wriir lui parut lointaine, voire incertaine. Trop occupée à se demander ce qu’il pouvait advenir du reste de ses alliés, la jeune orisha cherchait une explication à ce capharnaüm.

Rack… Il n’y avait que lui qui pourrait lui expliquer ce qu’il en était… Azraël, Tsakiel… Elle ne les avait pas vu parmi les corps.. Alors qu’elle courrait vers la cabine, mille pensées et questions la saisissaient. L’impuissance qu’elle ressentait la tétanisait… C’était un sentiment qu’elle refusait de connaître. Encore.. D’un geste brusque, Lilith ouvrit la porte et pénétra dans le château du capitaine.

- Rack, tu….

Face à la rouquine, un étrange spectacle se déroulait. Tellement incroyable que la pirate avait presque l’impression d’assister à une scène sans être en possession de son propre corps. Le second, Rain, était là. Malgré la cohue sur le pont, il paraissait chercher quelque chose. Un objet, un document, n’importe quoi en fait… Mais il fouillait, impassible. Son regard traversa celui de l’intruse lorsque Lilith prononça ses quelques mots. Il n’avait rien d’aimable. En soit, ce n’était pas vraiment une surprise, les deux comparses entretenait ce qu’il fallait pour être cordiaux, mais ne s’appréciaient que peu. Toutefois, le second avait quelque chose dans le regard de bien plus dérangeant. Quelque chose que l’orisha ne lui connaissait pas… Par réflexe, plus que par logique, Lilith posa sa main sur la garde de l’une de ses dagues.

- Rain, qu’est ce que tu fous ici ? Le Libertad crame et nous avec, et tout ce que tu trouves à faire, c’est le vautour dans les tiroirs de Rack ?
- Je pensais que tu partais à Mégido, Lilith.

Le ton de l’homme était désespérément calme. En contradiction la plus totale avec ce qui pouvait se passer ailleurs. Ahurie, elle se rapprocha de lui d’un pas décidé, dégaina l’une de ses dagues dans ce même élan de rage et d’incompréhension.

- Mais qu’est-ce qu’on en a foutre de là où j’étais ?! T’as compris ce qu’il se passe, bordel ? Où sont les autres, où est Rack ?

Alors que la petite orisha était à proximité du borgne, ce dernier lui attrapa les poignets pour l’attirer contre lui et la faire lâcher son arme. D’une force nettement inférieure à celle de son agresseur, la technique était telle qu’elle ne laissait pas de possibilité à la rouquine pour se dégager. Elle poussa un cri de rage, tout en tentant de se défaire de l’emprise tandis que ce dernier affermissait sa poigne de plus en plus fort.

- Je sais où ils sont, gamine. Tu ne devrais pas te montrer si impatiente. Tu vas les rejoindre.

Lilith fit apparaitre l’une des chaines du destin pour neutraliser son adversaire. Sa colère l’aveuglait néanmoins bien trop pour que sa magie soit précise, d’autant plus, qu’une fois encore, il ne s’agissait pas non plus de l’une de ses spécialités…  Cette dernière s’enroula bien autour de sa cible, saisissant son interlocuteur un court instant avant de vaciller et de s’estomper… Ce qui lui valut de nouvelles railleries de la part de ce dernier. Des dizaines de fois avant ce jour, la pirate avait eu l’occasion de s’entraîner et d’utiliser cette magie pourtant simple.. Et il fallait que ce soit maintenant qu’elle n’y parvienne pas… La pirate écuma une nouvelle fois de fureur, incapable de se libérer, ce qui la plongeait peu à peu dans une colère sombre, et peut-être une panique due à l’entrave qu’elle ne supportait pas. Les insultes devinrent de plus en plus fleuries et imaginative tandis qu’elle se débattait et lui coupait le souffle.

- Lâche-moi, bordel ! Qu’est-ce que tu fous ?

A nouveau, rien n’était cohérent dans ses idées, dans ces pensées. Quand bien même elle aurait obtenu une explication la plus rationnelle possible, la pirate n’aurait pas été en mesure de l’entendre. Rain finit par appeler des hommes de mains que Lilith ne connaissait pas pour la faire emmener à la cale.

- Le feu est éteint. Fit l’un des hommes.
- Enfin… Vous vous en êtes chargés ?
- Non justement.. répondit le deuxième, bien plus embarrassé.

L’échange avait dû être mené d’une voix forte pour couvrir les vociférations de la rouquine. Interpellé, il la confia alors à ses hommes.

- Elle n’était peut-être pas seule, mettez là avec les autres.

Ce fut peut-être la seule fois que la pirate se reconnecta avec la réalité. En effet, elle n’était pas venue seule, et à présent, elle le regrettait amèrement… Si Wriir pouvait si bien se téléportait, ce serait préférable qu’il le fasse rapidement.


.
1076 Mots | Post 10
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 03 Aoû 2016, 11:04

Je n'avais pas l'habitude d'être confus à ce point. Même mort, je continuais à avoir peur, "mal" d'une certaine façon, en somme tous les sentiments négatifs qu'un vivant pouvait rencontrer, mais ce qui m'arrivait en cet instant était totalement inédit : il s'agissait comme d'une double vision mais avec la même paire d'yeux, un œil fonctionnant normalement et l'autre bien plus rapidement.

J'avais beau fermer les yeux, les frotter ou secouer la tête, je savais déjà que tout ceci était inutile. Après tout, mon corps restait une illusion, alors que cette double vue me paraissait bien réelle.

Le Temps était peu généreux avec moi, et je sus qu'il me restait à peine quelques minutes avant l'inéluctable. Il y avait trop d'âmes à l'intérieur du bateau et je romprais l'Équilibre à tous les tuer pour la sauver elle. Le plus important de toute façon était d'éteindre cet incendie. A quoi bon réfléchir à un plan de sauvetage si tout le navire était en proie aux flammes. Dans peu de temps, des hommes d'équipage se rapprocheraient de ma position et je serai à découvert.

Fort heureusement, l'Océan m'offrait un intarissable vivier pour étouffer les foyers disséminés ici et là sur le pont, et je pus tant bien que mal stopper la progression du mangeur de bois à temps pour que le bateau ne soit pas irrécupérable.

Il me fallait agir vite, aussi l'idée la plus réfléchie que j'eus trouvé fut de quitter cet endroit. Disparaître d'ici pour retourner à Umbrae, sachant qui je devais chercher et où la trouver.
J'avais rencontré ce Passeur peu de temps après en être devenu un. Bon nombre s'avançaient à prétendre qu'il s'agissait du Passeur le plus ancien, mais pour le moment, peu m'importait. Je pensais surtout qu'il s'agissait de l'Ombre la mieux placée pour m'aider.

- Excuse moi de te déranger Gyldam, mais j'ai besoin de tes connaissances.

Le Passeur se retourna lentement, avant de me fixer de ses pupilles. Plusieurs secondes qui me parurent une éternité passèrent avant qu'il ne prenne la parole.

- Je sens en effet que tu es pressé jeune Passeur. Hé bien, que puis-je pour toi ?

A peine eut-il achevé son dernier mot que je repris la parole.

- Je suis sujet à un trouble, comme une double vision qui se superpose mais à des vitesses différentes. En plus de ma vue normale, se dessine de manière floue et saccadée des actions futures, comme si l'avenir venait à moi.

Gyldam fronça les sourcils, seul signe visible trahissant l'émotion qui le parcourait.

- Pourquoi me parles-tu maintenant d'un phénomène que tu as déjà dû éprouver maintes et maintes fois par le passé ?

- C'est la première fois que ça m'arrive.

- Oh.... très étonnant pour un Passeur, de n'avoir jamais utilisé auparavant la mortelle clairvoyance.

- La mortelle clairvoyance ? Qu'est-ce donc ? bien que le nom me donna une idée de ce qu'il allait me répondre.

- Pour faire simple, vu que tu sembles attendu jeune Passeur, nous autres Ombres possédons un don sur l'avenir funeste des individus qui nous entourent. Cette clairvoyance est mortelle car elle ne permet pas techniquement de voir l'avenir de façon générale, mais celui dont la mort accompagne les pas des vivants. Maintenant que tu es Passeur, ce pouvoir peut aussi t'aider à percevoir ceux méritant de recevoir le don de vie.

- Peut-on contrecarrer, empêcher cet avenir de se réaliser ?

Gyldam prit plus de temps à me répondre, et je sus à son air qu'il serait vain de le presser.

- En temps normal, je t'aurai répondu que non, jeune Passeur. L'Équilibre doit être respecté, et chacun doit respecter le Destin qui lui a été alloué. L'Ombre marqua un nouveau temps d'arrêt, avant d'inspirer longuement et terminer son explication. Mais sommes-nous en ces temps troubles dans la normalité, jeune Passeur ? Aurait-on pu prédire un éventuel retour du Dieu Roi, aurions-nous pu imaginer qu'il nous soit offert la possibilité de nous libérer de nos chaînes ?.... Alors jeune Passeur, ce qui est possible ou non ne dépend plus de rien, si ce n'est de l'influence que nous instillons pour faire pencher la balance du bon côté.

Je le remerciais d'un signe de tête, avant de me concentrer et visualiser l'endroit où se trouvait le Libertad. A Umbrae, la notion du temps était difficile à quantifier. Tout semblait plongé dans l'immobilisme, dans l'intemporalité, aussi espérais-je ne pas arriver trop tard pour influer sur le Destin comme Gyldam me l'avait indiqué.

J'atterris en équilibre sur l'étambot du navire, certain que personne n'y serait à ce moment-là. L'odeur de fumée humide me frappa les narines, mais fut satisfait de voir que le feu n'avait pas repris.

Un peu plus loin sur le pont, j'entendais du chahut typique d'un regroupement d'hommes en train d'écouter leur chef. Longeant à l'extérieur le mur boisé des cabines, je m'avançais à pas de loup un peu plus près pour comprendre un peu mieux la scène. Je reconnaissais ça et là quelques têtes des marins présents sur le bateau lors de ma première et sanglante traversée avec eux. Debout sur un tonneau, je reconnus plus facilement le second du navire qui clamait un discours sur richesses, nouveau départ et purge des traîtres.

Il sauta sur le pont sous les acclamations de ses subordonnés, et c'est à ce moment là seulement que j'aperçus Lilith, assez amochée, sur une planche en bois. Visiblement, j'avais passé plus de temps que prévu à Umbrae, et je revoyais les derniers instants que ma double vision m'avait gratifié.

Je soupirais en devinant ce qui allait se passer. J'entendis à nouveau les mots que Rain lancerait au visage de la rousse.

- En parlant de purge, voilà une belle prise pour l'Océan ! Elle serait farouche pour faire une petite p*te docile, aussi enlevons-nous cette épine du pied !! Offrons aux eaux troubles cette chienne à la solde du mollasson Capitaine, et voguons ensuite vers un avenir d'or et de gloire !

Un vivat suivit ses paroles, et Rain dans un sourire malsain, sortir de sa ceinture son épée fine et au lieu de simplement inciter Lilith, enchaînée à un lourde pierre, à tomber par elle-même dans l'eau et remettre son sort aux flots, lui enfonça la lame dans le ventre avant de la projeter d'un coup de pied par dessus bord.


Influer le destin. Tout était possible.

Post n°11 : 1 130 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 04 Aoû 2016, 22:10

「La diseuse de bonne aventure」

Lilith & Wriir


Les hommes de mains saisirent sans ménagement la rouquine, la délestant de ses armes au préalable, tandis que, sur le pont, l’incendie avait laissé place à une épaisse fumée. Le brasier s’était bien éteins, laissant derrière lui des séquelles difficilement réparables. Pour autant, un bref coup d’œil indiquait qu’il n’y avait pas de traces de vie sur le galion. Sans dénombrer non plus aucun cadavre supplémentaire… Au moins, ce n’était pas une mauvaise chose… Cette foutue diseuse de bonne aventure avait dit vrai. Etait-ce un sort de sa part ou un avertissement pour que la pirate puisse agir ? Impossible de le deviner, et quelle importance à présent ? La pirate ne pouvait néanmoins que se réjouir que, cette fois, Wriir ait utilisé à bon escient sa téléportation. Ce conflit… Jamais elle n’aurait dû l’y mêler. Aussi, un fin sourire se dessina sur ses traits lorsque les inconnus cherchèrent un temps un individu qui n’étaient plus là, avant toutefois qu’ils ne la poussèrent alors vers les geôles qu’elle avait déjà eu l’occasion de voir tant de fois occupées sans pour autant songer y mettre elle-même un pied. Une bonne partie de ses alliés étaient déjà derrière les grilles et elle y fut pousser avec la même agressivité. L’odeur de sang était omniprésente au point de faire tourner la tête. Certains d’entre eux finirent par se décaler laisser apercevoir le capitaine qui gisait au sol, Des entailles parcouraient sa nuque et semblait être éventrée. Les plaies avaient plus ou moins étaient pansées mais la quantité d’hémoglobine ne permettait pas d’en voir la profondeur.  

-          Eh bien gamine… Qu’est-ce que tu fous ici ?

Sa voix était éteinte et faible… Il articulait à peine et pourtant, il se forçait à sourire. Une telle montagne de muscles, une telle énergie dans cet état… L’orisha en avait le cœur serré..

-          Rack ?!
-          Azraël et Tsakiel sont partis te chercher lorsque la mutinerie avait commencé.. On pensait pas que ça prendrait cette ampleur…

Malgré le fait que l’ambiance ne s’y prétait pas, la rouquine esquissa un léger sourire.

-          Ils sont dans l’antre des damnés là…
-          Ou directement à Mégido s’ils ont pas fait de détour, eux…
-          Dis pas de c*nn*ries, ça va te fatiguer plus qu’autre chose.

Lilith appréciait l’humour de son chef, même s’il était plutôt décalé à l’heure actuelle. Il était visible que ce dernier avait subi visiblement des coups d’une violence rare. Son visage était en sang. Son bandeau retiré  découvrait son visage tuméfié. La cicatrice ancienne qui l’avait rendu borgne semblait s’être rouverte.
La pirate tenta de s’attarder sur les blessures. Son ignorance en la matière était plus que problématique et, son remède favori serait inutile. Par chance, non loin d’eux, Kalan, le chirurgien était là.

-          Tu ne peux rien faire, Ka ?

Ce dernier avait visiblement eu le droit à un traitement moins rude, mais du même acabit que le capitaine. Il paraissait épuisé.

-          Y a rien à faire, Li… je suis plus capable de faire quoique ce soit, les blessures sont trop profondes… Magie ou soins traditionnels. On a tenté.

La respiration de Rack était saccadée, il avait des pertes de conscience qui l’empêchait de parler. Lilith le regardait avec ce même sentiment qui ne cessait de la quitter depuis qu’elle avait posé les posé les pieds sur le navire.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé, Ka ? Qu’est ce qui a pris à Rain ?
- Rain… Il a voulu doublé Rack.. Tu sais que le commerce d’esclaves est plus rentable que la contrebande. La perte qu’on avait à ne pas revendre nos captifs l’a rendu fou… il y voyait trop de pertes financières.

Ahurie, Lilith fixa le chirurgien.

- Mais c’est quoi ce bordel ? Qu’est ce qu’il foutait sur Le libertad ? On a un orisha aux commandes, qu’est ce qu’il croit ? Il suffisait qu’il sache lire…

La colère illuminait son regard. Des esclaves ? Sérieusement ?

- Laisse tomber, sa part ne devait pas lui suffire, ou il avait une meilleure offre… Quoiqu’il en soit, des hommes l’attendait. Et c’est clairement le sort qu’il réserve à ce qu’il reste de notre équipage. Rack est devenu fou.. Tu vois le résultat.

Les tempes de la pirate battaient au point de lui faire tourner la tête.

- J’ai jamais pu le blairer ce gars…
- Va pas me dire que tu l’avais senti.. coupa Rack dans un éclat de lucidité.
- SI ça avait été le cas… Je ne l’aurais pas laissé faire…

Toutefois, sa forme fut de courte durée et une vague de malaise s’empara du capitaine. Il fit un signe à Lilith de s’approcher d’elle pour lui souffler quelques mots en arshalà… C’était plus un murmure que des paroles… Ces derniers s’ancrèrent dans la mémoire de la rouquine, comme si, au contraire, ils avaient été martelés. La vie s’échappait de Rack.. Inévitablement. Sa main s’effondra sur le sol. La mort n’était pas quelque chose qui l’effrayait, au contraire, mais certaines figures lui semblaient être éternelles… Rack était de ceux-là. Il avait su être une figure et un guide dans cette nouvelle vie.

Les poings serrés, la jeune femme se releva, vidée, et frappa aussi fort qu’elle le pouvait sur le mur. Les émotions se bousculaient dans sa tête. Perdue dans une incrédulité, et de la rage. Les insultes dans sa langue natale, à tel point que le bruit qu’elle fit attira certains des gardes de Rain. Ils cherchèrent à la calmer. Dans un élan de fureur, elle parvint à saisir son collier étrangleur et à s’occuper de l’un de ses assaillants. La riposte fut immédiate… Les coups plurent quand bien même celle-ci fut facilement neutralisée. Des craquements d’os la firent hurler alors que Rain intimer d’amener l’orisha sur le pont.

Lilith se releva comme elle le put, ses muscles étaient endoloris, elle ne sentait plus plusieurs de ses côtés et respirait difficilement. Pour autant, face à cet homme qu’elle haïssait, elle ne chercha pas à courber l’échine. Elle comprenait aujourd’hui bien mieux ce qu’avait pu ressentir Xoroth… Ne jamais plié, c’était la seule liberté qu’il lui restait… Le sort qui lui était réservé ne pouvait être différent de celui de Rack, la mort,il siffisait d’attendre laquelle.. La pirate arbora un ultime sourire arrogant en entendant les insultes pleuvoir sur sa personne. Son corps menaçait de la lâcher à chaque pas, et elle faisait tout ce qui était possible pour ne pas céder à ses crispations et cette douleur que son propre poids infliger à ses jambes.
Son regard fut attiré par une pierre destinée à la lester. Une précaution peut-être… Au moins, elle mourrait de noyade et non de fatigue, s’épuisant à revenir à la surface en tentant de bouger des membres qui ne lui répondait plus. L’orisha cracha le sang qu’elle avait en bouche avant de répondre.

-          C’est pas la lâcheté qui t’étouffe.. Amusant comme tu retrouves tes couilles dès que t’as une armée avec toi. T’as peur que je te morde ?

D’un coup, sans que la petite orisha ne s’en rende réellement compte, une douleur non comparable avec tout ce qu’elle avait pu vivre jusque-là lui traversa le ventre de parts et d’autres. Interdite, elle ne bougea pas, incapable de prononcer un mot, ou d’effectuer le moindre mouvement. On dit souvent que la mort permettait de voir sa vie en instant. Ce ne fut pas son cas, simplement peut-être une forme de soulagement comme s’il s’agissait du but ultime qu’elle avait poursuivi. Si elle ne s’effondra pas sur le sol, ce ne fut que par manque de temps, la lame de Rain sortait à peine de ses entrailles que ce dernier la poussa à la mer. L’eau glacée contre son corps avait agi comme un électrochoc, la forçant à puiser dans des réserves qu’elle pensait inexistantes. Lestée vers le fonds de l’océan, Lilith tenta de se débattre et de se dégager. La surface. Il fallait rester en surface. Mais ses gestes demeuraient entravés… Terrifiée par l’eau qui l’entourait et la submergeait, son esprit tournait au ralenti. Elle hurlait. Chose inutile d’ailleurs dans la mesure où les personnes en mesure de l’aider étaient ses bourreaux. Qu’importe, elle ne réfléchissait plus. Elle hurlait. A chaque cri, elle inhalait plus qu’une gorgée d’eau. Elle s’étouffait. Son cœur s’accélérait. Sous la panique, ses gestes brutaux accentuaient chaque coup qu’elle avait pu recevoir. Battant l’eau avec les bras, elle n’y arrivait pas, elle s’enfonçait à nouveau… L’eau s’infiltrait de plus en plus dans ses poumons, respirer devenait une épreuve en soi. Son sang coulait de plus belle, et l’affaiblissait, faciliter sans doute par les ondes, le sel sur ses plaies ne parvenait même pas à réveiller suffisamment de douleur pour lui donner l’énergie manquante.. Et puis… tous ces débats, tous ces agissements, tout commença à se calmer. Non pas que l’orisha ait découvert une maîtrise soudaine de son corps, mais simplement… Elle se sentait s’apaiser, sombrant vers une zone de confort qui ferait sans doute quitter tout ce qu’elle avait pu vivre, ses faiblesses, ses échecs, ses déceptions. La trahison, la douleur.. Tout disparaîtrait. Peut-être que cette liberté qu’elle avait recherché sur les flots ne pouvait finalement ne lui être accordé qu’au fond de l’eau.


.
1527 Mots | Post 11
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 05 Aoû 2016, 10:10

Malgré ses blessures, malgré le traitement qui lui était infligé et l'humiliation que ses anciens membres d'équipage lui crachait à la figure, elle conservait ce panache et ce regard rebelle devant l'adversité. Aurait-elle voulu mourir ainsi ? Je ne le pensais pas. Aurait-elle voulu mourir ici ? Sans nul doute, elle n'avait jamais caché l'intérêt qu'elle portait à ce bateau.

Elle se retrouvait cependant seule contre tous, ses alliés gisants ou agonisants étaient restés dans la cale, dans l'attente de leur triste mort. Je vis un autre Passeur attendre patiemment, totalement désintéressé par la scène qu'il devait trouver banale. Des vivants qui tuaient des vivants : la raison importait, il n'était là que pour le résultat. En soi, les âmes des défunts seraient réutilisées pour donner la vie, le cycle serait ainsi perpétré.

Je m'approchais un peu plus de la mise à mort, voyant les blessures de Lilith et la pierre bien décidée à l'accompagner vers les abîmes. Je jetais ensuite un regard vers les traîtres, et décidais de ne pas les laisser s'en tirer de la sorte. Depuis ma rencontre avec Mitsuko Edelwyn et l'exécution de ces vampires pour lui confier leurs âmes, j'avais acquis un nouveau pouvoir, que je n'avais pas encore pu utiliser. Je serrais le poing comme pour matérialiser la canalisation de ce pouvoir dans un point précis, avant de viser le pirate le plus costaud et je devais le reconnaître le plus abruti à voir son air ahuri et benêt.

Si comme je l'espérais, son cerveau se trouvait dans ses bras, le poison que je lui avais injecté de tarderait pas à faire son œuvre, et germerait dans la rancœur qu'il pouvait avoir à l'égard de l'un de ses camarades. Pour le moment, rien ne se passait, mais je constatais déjà qu'il s'était désintéressé du discours de son chef, regardant à droite et à gauche quelque chose qu'il semblait ne pas retrouver. Cela ne retarda pas malheureusement Rain, qui une fois son discours terminé, et la réplique cinglante que la rousse lui adressa, une lame sortit de son fourreau, et alla disparaître dans les entrailles de l'Orisha, avant qu'un violent coup de pied fit ressortir l'arme en même temps que Lilith fut propulsée dans les eaux pour s'y engouffrer.

Ma marge de manœuvre était mince, mais finalement mon sort fit son effet. Le géant de muscles sortit son arme, et accusa son voisin de l'avoir volé, avant de le trancher net en deux de son sabre recourbé. La surprise laissa vite place à la volée d'armes dégainées et à deux camps vite constitués, les uns acquiesçant du vol, par solidarité ou peur envers celui qui avait la main lourde, les autres réclamant réparation pour cette exécution sommaire et sans preuve. Les esprits étaient déjà échauffés avec le discours de Rain, mais ce dernier ne s'attendait pas à ce que son propre équipage se mutine pour se battre entre eux. Il regagna le pont et somma son équipage de ranger les armes, mais il était trop tard, il fallait que le sang coule. Le Passeur présent avec moi de l'autre côté du bateau regarda d'un air surpris la scène qui se produisait en ce moment, ne s'attendant pas à ce qu'il y ait ces nouvelles morts à récolter.

Je profitais de cette cohue pour m'enfuir du bateau, et plongea en direction du remous provoqué par la chute de Lilith. Déjà l'eau à cet endroit se colorait du liquide carmin s'échappant de ses blessures, et je savais que j'allais à l'encontre de son Destin, quand je réussis à l'attraper. Je la collais contre moi, la serrant contre mon torse, avant de fermer les yeux et réfléchir à l'endroit le plus adapté. A la différence que réfléchir dans l'eau avec une mourante dans ses bras n'était pas l'idéal pour avoir les idées claires, aussi décidais-je de tenter le coup là-bas ...

Caelum, Cité des Magiciens.

Aux portes de la ville, un étrange phénomène se déroula. Rien en soi d'extraordinaire dans la cité des Magiciens, où l'ordinaire côtoyait l'extraordinaire chaque jour. Pour autant, apparut subitement deux individus, complètement trempés qu'une gerbe d'eau vint s'écraser au sol en même temps qu'eux. Je perlais de partout, mes vêtements collés contre ma peau, et reculait un peu mon visage pour voir celui livide de l'Orisha. Je la posais délicatement au sol, alors que je hélais de l'aide aux gardes présents à la porte. Ceux-ci arrivèrent après s'être concertés du regard un instant.

Le temps qu'il me restait seul avec elle me permit d'arracher sa chemise, laissant apparaître son corps et la blessure sanguinolente que l'eau parvenait à peine à diluer. Je lui murmurais à l'oreille, de sorte que seule elle put l'entendre.

- Vois ceci comme une seconde chance Lilith, vois ceci comme le fruit de ta vengeance. Si tu as la volonté de survivre, tu survivras alors que la Mort t'attend. Je te fais le cadeau empoisonné de savourer la vengeance qui ne cessera de croître en toi envers les traîtres à tes convictions, les lâches qui ont souillé ton bateau. Fais de ta haine ta force, et ta vengeance sera le bras armé de ta reconquête. Je ne savais pas si dans sa quasi inconscience elle m'entendait, mais peu m'importait, je parlais plus à moi-même pour justifier ce que j'allais lui faire.

Le cliquetis des armures des gardes se fit assez proche pour comprendre qu'ils étaient tout près de moi.

- Bonjour Gardes, j'ai besoin de votre aide au plus vite. Cette Orisha a été sournoisement attaquée par des individus avant d'être jetée comme un vulgaire déchet à la mer. J'ai juste eu le temps de l'attraper et de me téléporter jusqu'ici. Amenez la de toute urgence là où vous pourrez la soigner. Il y a d'autres personnes, je dois les aider. Merci à vous, hâtez-vous je vous prie !

Les gardes opinèrent et prirent délicatement la rousse par les aisselles et les jambes avant de la porter aussi rapidement que possible à l'intérieur de la ville. Ils me demandèrent mon nom, au cas où elle se réveille. Je leur souris, me contentant de leur dire qu'elle saurait probablement de qui il s'agirait si elle se réveillait un jour.

Pour ma part, je n'avais personne d'autre que je voulais sauver, j'avais déjà suffisamment joué avec les limites en retardant l'inéluctable. Désormais il s'agissait de son combat, et si contrairement à la montagne de muscles je n'avais instillé qu'un souffle de mon pouvoir dans ses entrailles, la Vengeance finirait par lui donner la force de reprendre l'héritage de son Capitaine. A défaut, elle se consumerait et mourrait de son échec. C'était le mieux je puisse faire.

Post n°12 : 1 188 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 06 Aoû 2016, 14:43

「La diseuse de bonne aventure」

Lilith & Wriir

Ayant sombrée dans une forme d’inconscience où il était peu probable que l’Orisha en réchappe, Lilith ne put sentir tout ce qu’il pouvait se passer. Ni la téléportation, ni l’agitation soudaine qu’il pouvait y avoir autour d’elle ne l’éveillèrent.

Lorsqu’enfin, la pirate ouvrit les yeux, une femme qu’elle ne connaissait pas se trouvait à ses côtés. Rapidement, cette dernière délivra un flot d’informations que Lilith ne comprit pas. Elle paraissait visiblement surprise de son réveil, compte tenu du nombre de fois où elle avait pu mentionné l’information. L’esprit toujours embrumé, la rouquine ne pouvait pas esquisser un mouvement qui ne lui semblait pas douloureux. Elle vacillait toujours vers cette inconscience.. Tout ce qu’elle retint ce ne fut que le nom du lieu où elle se trouvait. Caelum ? Mais qu’est ce qu’elle faisait-là ? La cité des magiciens…. Jamais elle ne s’y était rendue… Pourquoi ?

Incapable d’avoir un seul raisonnement correct, Lilith ne chercha pas à obtenir une explication rationnelle.
Un coup d’œil rapide sur son corps lui permis de percevoir des bandages sur sa poitrine et sur son ventre. Sans doute avait-elle bénéficié de soin, mais son corps ankylosé refusait toujours de se montrer coopératif. Chaque mouvement s’apparentait à de la torture. Et cette fatigue qui se saisissait d’elle, l’attirant sans arrêt vers cette plénitude qu’il lui semblait avoir atteint un court instant.

Les paroles de l’infirmières continuaient à s’égrener comme un bruit de fond. Epuisée, elle referma les paupières, tout se bousculait en mémoire… Cette journée hors du commun… Comment pourrait-elle l’oublier ? Ce rendez-vous vers sa terre promise, vers Megido, avait fini en véritable fiasco… De l’antre des damnés à cette rencontre surréaliste avec Wriir.. Une surprise de taille dans un tel endroit… Jusqu’à cette satanée bonne femme.

Un frisson réveilla ses douleurs et la fit grimacer.

Que s’était-il passé ? Comment avait-elle pu atterrir ici ? La magicienne la coupa dans ses réflexions en changeant certains pansements.. Elle continuait à parler sans que Lilith ne comprenne un mot de ce que son infirmière momentanée lui racontait. Cela ne l’intéressait pas.

• Pourquoi je suis ici ? coupa t’une d’une voix blanche.

La femme s’arrêta un instant dans ses explications incessantes avant d’accéder à sa requête.

• Un homme vous a amené, il n’a pas dit son nom. Apparemment vous devez savoir de qui il s’agit..

Douloureusement, la pirate ouvrit les yeux pour fixer son interlocutrice, comme pour donner une réalité à ses propos. Un léger sourire se dessina sur ses traits tiraillés. Peut-être qu’en pleine forme, la rouquine n’aurait pas apprécié la prise de risque qu’avait pu prendre ce dernier pour elle. Il était tout de même revenu ? Peut-être faisait-il réellement office de garde du corps.. Peut-être qu’elle n’avait pas vraiment rêvé certaines impressions… C’était sans doute trop peu crédible pour être vrai bien que l’image lui plaisait, et au moins, cela avait le mérite de la faire sourire.

- Il est là ?

L’interlocuteur fit un signe négatif de tête avant de reprendre un jargon médical auquel la pirate ne s’intéressa pas. Lilith avait refermé les yeux, bercée par les paroles de la magicienne. En soit, ce n’était pas étonnant… Si elle le revoyait un jour… Se quitter en évitant une mort et une téléportation soudaine serait une première… D’ailleurs, si elle se relevait de ce lit, le conditionnel n’était pas envisageable. Elle le reverrait. Ne lui avait-il pas dit qu’il pouvait recevoir du courrier ?

Néanmoins, cette tentation de se laisser aller et de sombrer la reprenait peu à peu. Les images des récents événements continuaient à se dérouler inlassablement dans sa tête. L’arrivée au navire.. L’incendie…La cale.. Rack..  Sa mort… Jusqu’à ce coup d’épée qui pourrait avoir raison d’elle… L’eau qui l’assommait de son poids et semblait l’emmener vers un monde où toutes ces questions inexistantes. Ce même monde si elle conservait simplement les yeux fermés, il suffisait d’arrêter de lutter. Elle le sentait, cela l’appelait.. S’il s’agissait de la mort… Elle n’y trouvait rien de plus séduisant.
Mais pour autant cette même image qui revenait en boucle…

Rain.

Ses traits se dessinaient, s’affirmaient.. Lilith serra la mâchoire et les poings. Cet enfoiré… Il avait bafoué tout ce que pouvait représenter même le Libertad à ses yeux. Les valeurs des pirates et des orishas… Le capitaine s’était battu, il avait accordé une confiance évidente à son bourreau..

Rain…

Que s’était-il passé une fois qu’il l’avait jeté à l’eau ? Jouissait-il pleinement du libertad et vendait ou éliminer tous ses alliés ? Allait-il réellement rester impuni ? Ce n’était pas envisageable… Pas lui ! La rage commençait à lui retourner les tripes, l’idée de rester inactive devenait insupportable. Ne serait-ce que pour les survivants… il fallait y retourner. Et aviser..

- Je veux retourner à Sceptilinost.

La pirate avait encore coupé la parole de son interlocutrice, et cette fois, elle tentait de se redresser, ses bras tremblaient sous le manque de force, mais pour autant, l’idée de trouver ce réconfort vers ce sommeil apaisant quittait nettement ses pensées. Maintenant, un jour… N’importe quand… Il paierait.


.
851 Mots | Post 12
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] La diseuse de bonne aventure [Lilith & Wriir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La diseuse de bonne aventure (Pv Yoshihisa)
» La diseuse de bonne aventure [solo]
» La diseuse de "bonne" aventure... [feat. Mendel]
» La disseuse de bonne aventure.
» Ombre en quête d'éclaircissements [PV Wriir]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Antre des damnés-