Le Deal du moment :
Cartes Pokémon EV6.5 : où trouver le ...
Voir le deal

Partagez
 

 Cache-cache aérien [Thalie] [Quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Lun 19 Mai 2014, 19:58

Suite à une longue errance due principalement à un ennui profond et coriace, Ombeline avait finit par entendre quelques rumeurs ne la laissant pas indifférente. D'après les dires de certains pivots de comptoirs, un personnage pour le moins fou avait eu la merveilleuse et lumineuse idée de créer un accrobranche en plein milieu de la forêt des murmures. Mais pouvait-on croire ces commérages de saoulars ? Rien ne semblait mins certain. La jeune femme, à grand renfort de questions, parvint tout de même à une conclusion prometteuse. L'accrobranche n'était vraisemblablement pas qu'un mythe. Quoi de mieux que d'aller faire un tour dans la forêt concernée pour en avoir le coeur net ?! De plus, cela permettrait à la petite humaine de faire passer le temps. Elle avait déjà expérimenté toutes les sottises à expérimenter et avait déjà fait toutes les imbécillités méritant d'être faites. Autrement dit, elle souffrait d'un ennui inimaginable depuis plus d'une petite matinée. Une fois qu'elle eut achevé de réveiller son félin de compagnon somnolant tranquillement sur les dalles toutes chaudes grâce aux rayons solaires, elle se précipita en direction de la forêt des murmures, un sourire gigantesque étirant ses lèvres.
Après quelques instants de marche, Ombeline et Nyx parvinrent enfin devant le lieu tant attendu. La petite humaine et le chat eurent tôt fait de complètement s'égarer, ils ne savaient même plus par où ils étaient arrivés quelques instants auparavant.

-J'espère que l'accrobranche reste ouvert la nuit, à ce rythme là nous n'y serons pas avant la tombée de la nuit et je serais déçue de ne pas pouvoir le faire. Lança t-elle à l'adresse de Nyx avec une moue perplexe.

Pour toute réponse, le chat se contenta de se lécher nonchalamment une patte tout en gardant un oeil attentif sur le papillon qui n'avait de cesse de passer devant sa petite frimousse. Quelle aide splendide... Enfin, peu importait, ils avaient tout leur temps, au pire ils dormiraient à la belle étoile. Ce ne serait pas la première fois ni la dernière pensa la jeune femme avec un sourire amusé. Reprenant sa marche de manière tout à fait aléatoire, Ombeline vérifia tout de même que son compagnon ne la perdait pas de vue. L'humaine avait l'étrange impression que plus ils avançait dans la forêt de murmures, plus cette dernière semblait les engloutir et les emmener plus loin. Là où ils ne pourraient plus jamais repartir. Loin d'effrayer la rouquine, cette constatation ne fit qu'accentuer son sourire tout content. Il en fallait décidément peu pour être heureux.
La lumière se faisait de plus en plus rare, ce qui eut pour conséquence de faire ralentir la progression des deux marcheurs.
Alors que l'impatience commençait à pointer le bout de son nez, Ombeline, le visage tourné vers le ciel, se prit les pieds dans une racine et s'étala de tout son long sur le sol. Passé un moment de surprise elle éclata de rire alors que Nyx la fixait avec des prunelles perplexes. L'humaine se remit debout sans se préoccuper de la terre maculant ses vêtements, elle venait de faire une découverte bien plus intéressante que quelques bouts de tissus salis. A quelques mètres des deux compagnons, l'on pouvait apercevoir des cordages suspendus à diverses branches ainsi qu'un petit groupe de personne dont le grabuge contrastait avec l'assourdissant silence de la forêt.

Ombeline marcha aussitôt plus rapidement en direction du petit groupe, distinguant petit à petit des bribes de conversation. La jeune femme ne mit pas bien longtemps à comprendre que l'accrobranche était temporairement fermé. Et pou cause, deux enfants venaient de disparaître et personne ne savaient où ils se trouvaient. Le gérant plaidait haut et fort que cela n'était point de sa faute et que les deux chenapans avaient simplement voulu faire un tour en dehors de son attraction. Les parents, quand à eux, n'avaient de cesse de répéter que la forêt avait une âme et qu'elle avait kidnappé leurs progénitures. On en entendait de belles tous les jours. Pensa Ombeline avec un sourire amusé avant de se raviser, après tout, elle ne savait rien de cette mystérieuse forêt.

-Bien, dans ce cas, je demande que deux volontaires se présentent et partent à la recherche des enfants ! Je leur offrirai un tour gratuit en guise de récompense. Clama aussitôt le gérant de l'accrobranche.

Dès que cette proposition atteignit les oreilles de la jeune humaine, celle ci se fraya un chemin parmi la foule et se présenta devant l'homme la surplombant d'au moins une bonne tête. Ce fut avec un sourire presque enfantin et sur un ton malicieux qu'elle prit la parole.

-Je serai votre première volontaire dans ce cas.

L'homme lui lança un regard on ne peut plus perplexe mais haussa les épaules. Il savait parfaitement que seules des personnes inconscientes, stupides ou énormément centrées sur autrui accepteraient ce marché. A ses yeux, la petite rousse correspondait plutôt à la seconde catégorie de personnes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 24 Mai 2014, 12:51


L'air sur le corps de Thalie la ravissait toujours autant. La fée avait de la chance car Edgar veillait sur son jardin. Elle avait appris il y a peu que ses semblables ne pouvaient pas se permettre de quitter aussi facilement leur jardin à cause de ce qui pourrait se passer si jamais un individu mal intentionné pénétrait dedans et saccageait tout. C'était son ami, le majordome qui ne cessait de lui raconter des histoires, qui le lui avait dit et rien que l'entente des mots sortant de ses lèvres lui avait glacé le sang. Comment quelqu'un pouvait-il détruire un jardin ? Comment cela pouvait-il être possible? Aussi, juste après, Thalie avait préféré rester quelques jours auprès de ses chères fleurs, ne leur racontant pas les mésaventures vécues par d'autres fées et d'autres jardins. C'était peut-être inutile de chercher à les préserver car les fleurs étaient loin d'être naïves. Plus que tout, elles étaient dotées de l'enseignement de leurs ancêtres, de celles qui avaient vécu des jours heureux bien qu'éphémères ou qui avait été piétinées sans aucune considération.

Le seul loisir que Thalie se donna pendant ces quelques jours, où elle tremblait rien qu'à l'idée de penser que cela pourrait lui arriver, était ses rendez-vous quotidien avec Edgar. Le majordome s'installait toujours sur l'une des chaises de la table en bois de la terrasse, entre le monde de Thalie, le jardin, et son propre monde, la maison. Tous les soirs, il allumait une bougie et commençait une histoire afin d'instruire la jeune fée. Ses récits donnaient souvent des idées d'aventure à la fée et à chaque fois qu'elle avançait le souhait de faire quelque chose, Edgar l'y encourageait, promettant qu'il veillerait sur son jardin durant son absence. Si la première fois, elle n'avait fait que quelques pas dans l'allée bordant la grande maison, la seconde fois, elle était allée plus loin, et encore plus loin. La confiance s'était installée entre eux et, à présent, elle partait sans se soucier du sort de ses fleurs. Edgar était quelqu'un sur qui elle pouvait compter.

Ce soir là, il lui avait conté une nouvelle extraordinaire. Un homme avait, apparemment, installé un commerce d'accrobranche en plein cœur de la forêt des murmures. Thalie n'y était jamais allée mais elle se demanda à quoi cela pouvait bien ressembler. Edgar lui expliqua que le lieu était très loin d'être accueillant. Néanmoins, selon le majordome, il était bon de se rendre partout dans le monde, rien que pour voir de ses propres yeux, pour sentir le danger. Peut-être était-il fou de l'engager dans cette voie mais, pour lui, si Thalie voulait grandir et ne pas devenir l'une de ces fées idiotes et naïves, elle devait voyager et ne pas observer uniquement les papillons voler au dessus d'une plaine fleurie et ensoleillée. La vie n'était pas un conte de fée et si la fée voulait survivre, elle devait se renforcer.

Ainsi, quand Edgar eut fini son histoire, la jeune fille avait les yeux emplis de rêves et d'envie. Certes, la forêt des murmures ne lui disait rien de bon avec les arbres effrayants mais peut-être qu'en tant que créature de la nature, ils s'abstiendraient de lui faire du mal. Et puis, elle était curieuse de découvrir à quoi correspondait l'accrobranche. Et c'est ainsi qu'elle quitta le domicile pour se rendre sur le continent naturel où l'attendait une sacrée aventure.


« Mais lâchez moi !! Voyons !! Arrêtez !! »

Le cauchemar de Thalie, en quelques mots. En effet, si son hypothèse comme quoi les arbres l'auraient laissé en paix avait été tentante, elle ne correspondait absolument pas à la réalité. Aussi, depuis qu'elle était entrée dans la forêt, elle n'arrêtait pas de se faire titiller par les branchages. La dernière trouvaille des arbres, voyant que la fée s'énervait plus qu'elle n'avait peur – une première pour elle – fut de l'attraper, tout simplement. Loin de se douter qu'à quelques pas se trouvait un groupe de personnes, bien trop obnubilée par son problème et sans doute bien trop petite pour qu'on l'entende, elle commença à tirer de toutes ses forces pour dégager son pied de la branche d'arbre qui l'avait emprisonné. Grossière erreur car, ce dernier, malin et surtout malicieux, relâcha son emprise au moment où Thalie tirait le plus. Aussi, la fée fit un joli vol plané, atterrissant sur le torse de l'homme qui avait demandé deux volontaires avant de tomber par terre, sur les fesses, totalement sonnée. Celui-ci eut un petit hoquet de surprise avant de déclarer :

« Bien. Il me semble que nous avons notre deuxième volontaire ! »

Volon... quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 25 Mai 2014, 10:29

Ombeline ne pouvait s'empêcher de sourire telle une jeune enfant. Elle allait avoir droit à un tour gratuit dans cette fabuleuse attraction nommée accrobranche ! La jeune femme partait effectivement du principe que la seconde personne se portant volontaire et elle trouveraient les enfants disparus. Après tout il n'y avait aucune raison pour que les volontaires échouent, il ne s'agissait que d'une forêt. Non ? Alors que la jeune humaine plongeait dans les méandres de son esprit parcouru de pensées logiques et raisonnées -pour une fois- une jeune fée éprouvait quelques difficultés avec les arbres de la forêt des murmures. La rouquine sortit de ses pensées lorsque des rumeurs de cris parvinrent à ses oreilles. Elle vit alors passer une tête blonde à toute allure devant ses yeux. Ça alors ! L'inconnue volait diablement vite ! La petite humaine grimaça lorsque le gérant de l'accrobranche et l'oiseau d'un instant s'écrasèrent sur le sol suite à impact semblant quelque peu douloureux. La jeune femme se précipita aussitôt vers les deux malheureux et aida l'inconnue à se relever alors que le gérant se remettait sur ses pieds en déclarant qu'ils avaient leur seconde volontaire. Ces propos firent froncer les sourcils à l'humaine qui ne voyait pas cette désignation arbitraire d'un bon oeil. Peu habituée à garder ce qu'elle pensait pour elle, la jeune femme fit aussitôt part de son avis sur la question au gérant après s'être assurée que la petite blonde ne s'était pas blessée.

-Je ne suis pas certaine que la dame se soit portée volontaire et je ne voudrais pas qu'elle m'accompagne contre son gré. Je vous prierai de bien vouloir reformuler vos propos. Lança t-elle en toisant l'homme qui la surplombait d'une bonne tête et demie.

Le fait qu'Ombeline ose tenir un tel discours ne parut absolument pas plaire au gérant qui le lui fit désagréablement comprendre.

-Je n'ai aucun ordre à recevoir d'une humaine, je désigne les volontaires et vous obéissez.

Le regard noir de l'homme accompagné de son air hautain fit naître une pointe d'agacement chez la jeune rouquine qui n'en resta pas moins silencieuse. Mieux valait s'effacer, elle ne savait pas si cet homme maîtrisait une quelconque sorte de magie -d'autant plus qu'elle ne savait absolument pas se servir de son anti-magie- et n'était que peu désireuse de le découvrir pour le moment. Se contentant donc de fusiller l'homme du regard, elle reporta son attention sur sa compagne improvisée. Ombeline retrouva aussitôt son éternel sourire ravi. L'inconnue à la chevelure d'or avait au moins l'air très aimable. Ce qui surprit le plus la rouquine ne fut pas la couleur azurées de ses jolies prunelles mais sa toute petite taille. La jeune humaine qui était légèrement plus petite que la moyenne n'avait en effet pas pour habitude de rencontrer des personnes plus petites encore qu'elle. A croire que toutes les personnes peuplant ces terres avaient décidées d'atteindre le deux mètres de haut. Mais cette inconnue faisait...quoi ? Une bonne tête de moins que la rouquine ?! Elle ne devait pas dépasser le mètre quarante cinq ou quelque chose dans le genre ! Ombeline n'en revenait pas, c'était impressionnant. La jeune femme cessa de dévisager la seconde volontaire en s'apercevant que cela pourrait certainement la froisser. Il faudrait décidément qu'elle revoie deux ou trois concepts basiques concernant la politesse...

-Enchantée, je me nomme Ombeline et voici Nyx mon compagnon. Annonça t-elle en accompagnant le tout de son plus beau sourire.

Le gérant de l'accrobranche leva aussitôt les yeux au ciel en affirmant que l'heure ne se trouvait pas aux présentations et que pendant qu'elles bavassaient son attraction ne fonctionnait pas, lui faisant perdre de l'argent. La jeune humaine ne put retenir un sourire amusé, tout le monde n'avait vraisemblablement pas les mêmes priorités. Il semblait se ficher éperdument des deux enfants disparus. D'ailleurs en parlant de ces deux petits garnements...comment allaient-elles faire pour les dénicher ?

-Je préfère vous avertir de deux ou trois choses avant votre départ. Tout d'abord, une quelconque blessure ou une mort soudaine sera hors de ma responsabilité. Avertit-il d'un ton théâtral qui donna une furieuse envie de rire à Ombeline qui masqua son immense sourire derrière l'une de ses mains. Ensuite, les arbres de cette forêt sont...comment dire ? Légèrement particuliers. Ils sont en quelque sorte, en vie. Bien maintenant que tout ceci est dit, bonne chance mesdemoiselles ! Oh et je ne vous prête pas de cordes de sécurité, la perte de celles utilisées par les deux enfants me chagrine déjà bien trop.

Et ce fut sur ces belles paroles que l'homme se retourna, esquissa un bâillement et partit s'installer sur une chaise longue pour y piquer un petit somme. Ombeline le suivit des yeux, estomaquée et ne sachant plus quoi dire. Elles étaient gâtées tiens... La jeune humaine s'accroupit devant Nyx et lui demanda de l'attendre ici, chose que le chat parut comprendre puisqu'il se roula en boule sur une pierre chaude. Cette attitude fit sourire la jeune femme qui se releva. Elle craignait qu'il n'arrive malheur à son compagnon si il les accompagnait dans les hauteurs de la forêt. L'humaine se tourna ensuite vers la petite blonde tout en pointant du doigt une échelle de cordage attachée à quelques branchages.

-Je propose que nous commencions par suivre le parcours afin de tenter de déterminer où les enfants on disparut.

Ombeline n'était pas fâchée d'avoir eu l'excellente idée de se vêtir d'un pantalon de toile, de bottes plates et d'une chemise légère, le tout enserré d'une large ceinture pour ne pas la déranger dans ses mouvements. Elle n'aurait pu être plus à l'aise. La jeune femme riva alors son regard sur la seconde volontaire, un large sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 31 Mai 2014, 23:01


Spoiler:

Thalie se sentait totalement sonnée, ne comprenant pas totalement ce qu'il se passait par ici. Remontant ses yeux bleus vers l'homme, elle le trouva étonnement plus petit que ceux qu'elle croisait en temps normal. Puis, comme si le phénomène touchait tout le monde ainsi que l'environnement autour d'elle, ses yeux, étonnés, cherchèrent à en savoir plus sur la situation avant de comprendre, se posant sur son propre corps.

« Oh... »

C'était la première fois qu'elle réussissait à prendre une apparence plus grande que vingt centimètres. Comment avait-elle fait ? Quel était le mystère qui se cachait là dessous ? La fée avait déjà essayé auparavant de grandir mais le seul résultat qu'elle avait obtenu était d'augmenter la taille de ses pieds, ce qui lui avait donné un air tout à fait ridicule, bien que ce même résultat lui assurait une bonne stabilité. A moitié apeurée, à moitié émerveillée par sa réussite non voulue, la fée essaya de redevenir petite pour pouvoir apprécier la situation correctement. Elle n'avait pas l'habitude d'avoir un corps aussi lourd et son monde en devenait complètement inconnu. Si, auparavant, la moindre brindille avait son importance, à présent, elle avait l'impression de ne même plus pouvoir la considérer autrement qu'avec ses consœurs. C'était vraiment différent. Les voix également. Celles-ci semblaient moins impressionnantes, vibrant moins dans l'air. Son « oh... » l'avait également surprise, comme si elle avait tout à coup crié sans le vouloir. Le monde des grand était étrange. Ainsi donc était-ce ainsi que voyait Edgar, que voyait toutes les personnes qu'elle croisait ? Ceux qui lui apparaissaient auparavant comme étant géants ne semblaient plus si imposants à présent. Thalie serait bien restée par terre, n'ayant en aucun cas conscience d'une quelconque douleur sous l'effet de la surprise, si une personne n'était pas venue l'aider à se relever. Peut-être que, seule, elle n'aurait pas pu de toute façon. Tout ça était trop nouveau pour elle et ce corps lui paraissait plus qu'encombrant. Une fois debout, elle essaya de nouveau de reprendre sa forme originelle sans y parvenir. Elle se frotta alors la tête, se disant qu'elle devait être coincée... ou qu'il fallait attendre un moment entre deux changements de formes. Aussi, totalement abasourdie, elle n'entendit que d'une oreille inattentive l'altercation qui suivit entre l'homme qu'elle avait percuté et la femme qui l'avait aidé. Elle restait dans l'ensemble plus petite que la moyenne quand même.

« Euh... d'accord... Moi c'est Thalie, Thalie Uranie. »

Oui, la petite fée était décidément assez sonnée. Néanmoins, elle baissa les yeux sur un chat noir, le même genre d'animal qui la traumatisait quand elle était toute petite, en temps normal. A présent, il avait l'air bien inoffensif.

« Enchantée... »

Dans quoi avait-elle atterri ? Comme pour répondre à sa question, l'homme qu'elle avait percuté pris la parole afin de les avertir des dangers de la forêt. Les arbres étaient en vie ? Non sans blague, elle n'avait pas remarqué ! Un peu grognonne, la fée se calma néanmoins bien rapidement. Elle n'aimait pas se mettre en colère plus que de raison et puis, ce n'était pas comme si il s'était adressé qu'à elle. Regardant l'échelle que lui montrait Ombeline, Thalie sourit avant de lui répondre :

« Oh non, ne t'inquiètes pas pour moi, j'ai des ailes, je peux... »

Comme pour illustrer ses dires, la jeune fille sauta pour prendre son envol mais atterrit plus ou moins bien sur ses deux pieds, manquant de se casser la figure.

« voler ? »

Elle l'avait dit de façon si étonnée... Comment cela se faisait-il que ses ailes ne répondent pas à son appel ? Soupirant, Thalie se dit que ce n'était pas sa journée, agrippant l'un des barreaux de l'échelle maladroitement pour monter d'un pas non assuré jusqu'à atteindre une plate-forme. Là, elle se demanda comment elle avait fait pour se retrouver embarquée dans cette activité. Elle ne savait même pas pourquoi elle devait faire ça. Aussi, se tournant vers la jeune femme qui se trouvait avec elle, elle finit par lui demander d'un air dubitatif.

« En fait... tu as parlé d'enfants perdus mais euh... je ne comprend pas vraiment. A la base, je volais à la recherche d'une activité nommée accrobranche quand une branche d'arbre, justement, a eu la mauvaise idée de m'agripper fermement le pied. J'ai atterri sur cet homme étrange par la suite mais c'est un hasard. Je ne suis pas volontaire, enfin, je ne crois pas... et volontaire pour quoi au juste ? »

La fée était très loin de se douter que l'accrobranche, justement, c'était ce qu'elle était en train de faire, ni du fait qu'elle était volontaire pour chercher les enfants. A vrai dire, elle ne les aimait pas beaucoup, et, selon son point de vue, qu'ils soient perdus était une très bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Dim 01 Juin 2014, 18:36

HRP 
Spoiler:

Après sa chute et son vol, vraisemblablement non désirés, la petite blonde baissa les yeux vers son corps et laissa échapper une exclamation pour le moins étonnée et surprise. Que se passait-il ? Était-elle blessée ? L'inconnue ne paraissait pourtant souffrir d'aucun mal visible... Enfin...cela ne relevait pas du domaine de compétences de la jeune humaine qui n'y connaissait pas grand chose en médecine. L'inconnue aux grandes prunelles bleues se mit alors à sourire tout en observant les alentours avec un regard émerveillé. Elle devait s'être méchamment cognée la tête. Ombeline préféra aider la jeune femme à se remettre debout, on ne savait jamais. Elle partit ensuite dans une discussion quelque peu houleuse en compagnie du gérant, fort peu aimable, de l'accrobranche avant de se présenter à Thalie. Cette dernière dévisagea Nyx qui, loin de s'en offusquer, se roula nonchalamment sur le sol chaud. La rouquine commençait à sérieusement s'inquiéter sur l'état de santé de la jeune Thalie qui semblait complètement perdue et déboussolée.

-Êtes-vous blessée ? Vous êtes toute pâle, peut-être devriez-vous vous asseoir un instant. Suggéra t-elle en esquissant un léger sourire incertain.

Ce fut exactement le moment que choisit le gérant pour les pousser un peu plus loin dans la forêt tout en les avertissant des risques potentiels. Une fois que ce charmant petit discours fut achevé, les deux jeunes femmes furent abandonnées à leur sort sans plus de considérations. Haussant les épaules, la jeune humaine se dirigea vers le début du parcours tout en lançant l'idée qui venait de lui traverser l'esprit à voix haute afin que Thalie puisse l'entendre. La concernée arbora alors un large sourire tout en affirmant qu'il ne fallait pas s'en faire pour elle et qu'elle possédait des ailes. La petite blonde, tout en parlant, sauta aussi haut qu'elle le put et...retomba aussitôt sur le sol. Ombeline se demanda immédiatement quel élément important elle venait de manquer. Tout s'éclaira dans son esprit lorsque son interlocutrice acheva sa phrase d'un air on ne peut plus étonné. Apparemment, ses ailes refusaient de la porter et cela n'était pas prévu au programme. Peut-être était-ce du à sa chute ?
La petite humaine s'apprêtait à prendre la parole lorsque la jeune femme ailée poussa un soupir trahissant sa lassitude avant de grimper à l'échelle de corde pour atteindre la petite plate-forme située quelques mètres plus haut. Une fois Thalie arrivée à destination, Ombeline s'empressa à son tour de gravir l'échelle et de se hisser sur la plate-forme. Sa compagne d'infortune s'empressa alors de lui demander quelques précisions quand à leur objectif et tout ce qui avait été dit précédemment. La rouquine esquissa un sourire amusé et tâcha de faire un résumé aussi complet que possible.

-Deux enfants se sont soit-disant perdus dans l’accrobranche, car nous nous y trouvons. S'empressa t-elle de préciser avant de reprendre plus lentement. Nous sommes donc chargées de les retrouver, si nous y parvenons, nous aurons droit à un tour gratuit dans l'accrobranche bien que cela ne représente qu'une légère compensation. Concéda la jeune femme en grimaçant légèrement.

En effet, si Ombeline s'était portée volontaire, cela n'était absolument pas le  cas de Thalie pour qui le volontariat n'avait été qu'un malheureux concours de circonstances pour le moins désastreuses...
La jeune humaine se remémora alors une certaine partie des propos de son interlocutrice ainsi que de ceux du gérant de l'attraction. Alors comme ça, les arbres étaient réellement vivants ?! La rouquine leva les yeux vers la cime des concernés avant de promener son regard sur les différents branchages tout en prenant bien garde de rester sur la petite plate-forme. Minute...si les arbres avaient une conscience propre...ils n'apprécieraient certainement pas que deux jeunes femmes s'amusent à leur marcher dessus. Fichu gérant qui n'avait pas voulu leur fournir de cordes pour assurer leur sécurité !
Ombeline haussa finalement les épaules er posa le plus délicatement possible l'une de ses mains sur la branche la plus proche avant de s'y hisser et de s'y asseoir à califourchon. Bien...cela ne semblait pas déranger l'arbre pour le moment. La jeune femme se releva alors et se mit à jouer les équilibristes jusqu'à la plate-forme suivante. L'humaine fit bien attention à ne pas sortir du « sentier » créé pour l'accrobranche. Il représentait effectivement leur meilleure chance de ne pas s'égarer dans cette gigantesque forêt vivante. Ombeline arriva rapidement sur la plate-forme et se retourna vers Thalie, un gigantesque sourire aux lèvres.

-Si tout se déroule ainsi jusqu'à ce que nous ayons retrouvé les enfants, cela devrait être rapide et peu complexe. Lança la jeune femme avec un air enfantin.

Bien évidemment, les arbres ne semblaient pas du même avis et ils comptaient bien compliquer la tâche des deux protagonistes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 24 Juil 2014, 00:34

Deux enfants. Thalie n'aimait pas vraiment les enfants en réalité. Depuis qu'elle avait rencontré la dame des abysses, elle était traumatisée par la grossesse et, surtout, l'accouchement. Et puis, même sans cette dernière rencontre, à chaque fois qu'elle avait croisé des bambins, elle les avait toujours trouvé insupportables et stupides. Peut-être était-ce dû à un problème culturel après tout. Les fées naissaient directement dans les fleurs, adultes et si elles étaient sans doute naïves au début, ce n'était rien comparé aux enfants qui avaient besoin de la protection d'un adulte afin de pouvoir survivre. Leurs capacités cognitives étaient moindres. Ils avaient un mal fou à gérer l'espace, ce qui faisait qu'ils rentraient fréquemment dans les gens. Enfin, sur ce point là, elle ne pouvait pas réellement dire quoi que ce soit vu qu'elle se rendait souvent coupable de déviation de trajectoire. Néanmoins, outre cela, elle ne savait pas pourquoi, mais elle ne les aimait pas. Peut-être aussi à cause de leur fascinante propension à poser des tas de questions et ce à la suite les unes des autres, comme s'ils n'avaient pas besoin de respirer. Également, sans doute, pour la manière dont il avait de passer des rires aux larmes sans qu'il n'y ait de raisons logiques à cela.

« D'accord. »

Quoi dire d'autre, après tout ? Elle était arrivée à destination et on lui proposait, par la suite, un tour gratuit d'accrobranche. D'un côté, en y réfléchissant bien, c'est un peu ce que les deux jeunes femmes étaient déjà en train de faire, sans mesures de sécurité cela dit. Mais Thalie n'avait pas peur du vide. Elle était née fée et, de ce fait, connaissait l'altitude. Du moins, c'est ce qu'elle croyait avant de s'apercevoir que ce grand corps qu'elle possédait à présent était des plus gauches. C'est à dire que lorsque l'on vit toute sa vie durant avec une silhouette de quelques centimètres, dépasser soudainement le mètre peut paraître une épreuve incommensurable. Elle devrait s'y habituer.

« Les enfants qui se perdent ne peuvent pas retrouver leur chemin tout seul ? »

Peut-être posait-elle, également, des questions idiotes, mais, pour elle, les petits adultes étaient incassables. Elle avait même assisté à une scène plutôt étrange. Un enfant s'était cassé la figure alors que sa mère ne regardait pas, se relevant sans peine après l'avoir regardé, semblant attendre quelque chose. Puis, quand enfin celle-ci avait tourné les yeux vers lui, il avait chuté de nouveau, pleurant alors toutes les larmes de son corps. Ainsi donc, pour Thalie, les enfants étaient maléfiques.  Enfin, lors de la dernière conversation qu'elle avait eu avec un enfant, il l'avait prise pour un insecte. Un insecte. Elle leva les yeux au ciel à cette pensée, sachant pertinemment qu'au début de son existence, elle était, elle aussi, un peu comme ceci.

La fée regarda Ombrine faire et décida de s'y mettre également. Ce n'était pas évident, ses jambes étant lourdes, ses bras lui semblant lents et mous. Néanmoins, elle réussit tout de même à atteindre la plate-forme suivante sans trop de casse, si ce n'est une légère égratignure.

« Et pourquoi il ne peut pas y aller tout seul le gérant de l'accrobranche ? Je veux dire, nous... enfin, je ne suis pas très qualifiée pour retrouver les enfants, ni même pour escalader les arbres en fait. ».

Mais Ombeline avait raison, ce n'était pas si compliqué. Si bien que Thalie enjamba la branche suivante, bien contente de réussir, malgré tout, à s'en sortir avec son grand corps. Seulement, les choses devaient bien se gâter au bout d'un moment. La branche sur laquelle elle était assise se mit alors à s'agiter dans tous les sens, la petite fée se cramponnant par réflexe à celle-ci d'un air terrorisé. Elle n'était pas spécialement fan du rodéo sur branche et finit par crier au secours pendant quelques secondes avant que l'arbre ne cesse sa torture. Se redressant doucement, le buste auparavant collé au bois, elle était à présent toute décoiffée, le monde tournant légèrement autour d'elle.

« Je... Je ne sais pas si le jeu en vaut la chandelle moi... ».

Elle avait curieusement envie de vomir mais, heureusement, cela lui passa bien vite, quand elle atteint la plate-forme suivante. Reprenant son souffle un instant, Thalie finit par poser une question à sa compagne. Cela l'intéressait au plus haut point.

« L'homme a dit que tu étais une humaine. C'est quoi exactement ? ».

Parce qu'elle avait certes rencontré une petite fille se prétendant humaine, mais elle n'avait pas vu de différences flagrantes entre elle et un petit garçon qui lui appartenait à la race des déchus. En réalité, elle confondait un peu toutes les races et, surtout, n'avait pas rencontré un représentant de chacune encore.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Lun 28 Juil 2014, 15:40

Ombeline esquissa un léger sourire amusé en constatant à la tête que faisait Thalie que celle-ci ne portait visiblement pas les enfants dans son coeur. Il était vrai qu'ils pouvaient se montrer usants et donnaient bien souvent une grosse et irrépressible envie de fournir quelques claques mais tout le monde était passé par là. Non ? Tout du moins c'est ce qu'il se passait pour les Humains et la rouquine n'avait pas la moindre idée de comment tout ceci se déroulait chez les autres races. La voix de son interlocutrice la tira à nouveau de ses rêveries. La jeune femme posa ses prunelles vertes sur sa compagne sans masquer sa curiosité. En effet, Thalie semblait mal à l'aise dans ses mouvements, elle agissait d'une façon fort curieuse, comme si son corps lui était tout à fait inconnu et qu'elle n'en maîtrisait pas encore toutes les dimensions. La petite humaine s'installa sur la plate-forme où elle venait tout juste d'arriver et releva finalement les yeux pour tenter d'apercevoir le bleu du ciel à travers tout ces feuillages. Peine perdue. Peut-être qu'en grimpant un tantinet plus haut ? Elle se redressa rapidement et s'apprêtait à entamer une ascension déconseillée lorsque la voix de son interlocutrice brisa le silence. La jeune humaine tourna la tête en direction de la locutrice et haussa les épaules avec un sourire amusé.

-Il faut croire que non. Peut-être bien qu'ils ne se sont même pas rendu compte qu'ils étaient perdus. Conclut-elle en grimaçant.

Cela aurait été fort ennuyeux... Ombeline se hissa sur la pointe des pieds et tendit le coup pour tenter d'apercevoir le reste du parcours. Ne restait plus qu'à espérer -vraiment très très fort- que les deux enfants seraient restés sur ledit parcours. Si tel n'était pas le cas...elles mettraient probablement des lustres à les retrouver. Une fois que Thalie l'eut rejointe sur la plateforme, l'humaine cessa de gesticuler inutilement et reporta plutôt son attention sur sa compagne d'infortune qui venait de reprendre la parole. La rouquine haussa les épaules en secouant la tête avec une petite grimace dégoûté. Le gérant ne valait décidément pas grand chose. La jeune femme ne l'appréciait pas tellement...

-Il a peur des arbres. Il tient plus à conserver son attraction ouverte qu'à la vie de ces deux enfants. Lâcha t-elle en affichant une mine boudeuse et contrariée.

La jeune femme aux prunelles vertes délaissait sa mine agacée pour un la troquer contre un air curieux lorsque Thalie se mit à s’agiter en tout sens sans raison apparente. Que lui prenait-il ?! Était-elle malade ? Ombeline baissa alors le regard et remarqua que la pauvre fée n'y était pour absolument rien. La branche sur laquelle la blondinette était assise avait vraisemblablement eut la bonne idée de se transformer en cheval sauvage, ruant n'importe comment. L'arbre semblait visiblement très désireux de se débarrasser de la jeune fille actuellement assise sur l'une de ses branches. La rouquine tentait tant bien que mal d'attraper Thalie alors que cette dernière appelait au secours tout en se cramponnant de son mieux pour ne pas chuter. Au bout de quelques instants, la branche cessa de remuer et la fée put descendre. La jeune femme aux iris verts la fit s'asseoir en plein milieu de la plate-forme de sorte à ce qu'elle soit le plus éloignée possible des branches d'arbre. Bien. Désormais elle comprenait beaucoup mieux pourquoi le gérant avait préféré envoyer deux petites volontaires innocentes à la recherches de ces fichus enfants. Oh mais en y songeant... Les yeux de la petite humaine s'agrandirent d'horreur alors que la fée reprenait doucement ses esprits tout en émettant quelques réserves quand à leur mission. Ombeline se laissa tomber à genoux devant Thalie et l'on pouvait lire dans son regard une inquiétude grandissante.

-Je ne suis pas certaine que les enfants se soient perdus... Dit-elle simplement avant de jeter un coup d'oeil aux alentours.

Le fait que les arbres aient maltraité les enfants ne lui paraissait désormais pas improbable. Elle devaient se hâter. La petite fée se remit sur ses pieds et les deux jeunes femmes reprirent leur ascension avec beaucoup plus de précautions. Lorsqu'elles parvinrent à la plate-forme suivante, Thalie en profita pour lui poser une question. Ombeline l'écouta en souriant avant de réfléchir un instant à la manière dont elle allait formuler sa réponse.

-Les Humains ne sont pas très appréciés par les autres races en raison de leur anti-magie. En résumé cela annihile les effets de la magie. Je ne peux malheureusement pas te faire de démonstration puisque je ne maîtrise absolument pas mon anti-magie. Conclut-elle en esquissant un petit sourire gêné avant de retrouver son sourire enfantin. Tu ne m'as pas dit à quelle race tu appartiens. S'écaia gaiement la jeune femme.

Ombeline se retourna pour voir où elles se dirigeaient et ce qu'elle vit l'enchanta au plus haut point. Devant les deux protagonistes s'étendait une longue branche formant une sorte de passerelle entre deux arbres. Totalement inconsciente du danger que représentait la traversée sans la moindre sécurité, l'humaine s'engagea sur la passerelle sans la moindre hésitation. Après tout le vide pourtant conséquent ne l’impressionnait pas le moins du monde et ce n'était pas la première fois qu'elle jouait les équilibristes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 12 Nov 2014, 15:34

Thalie trouvait le fait même de ne pas se rendre compte que l'on était perdu étrange. Peut-être était-ce le propre des enfants après tout mais s'ils ne s'en rendaient pas compte alors ils n'étaient pas réellement perdus dans un sens. Ils devaient être tranquillement en train de jouer quelque part pendant que les adultes se faisaient du soucis pour eux et lorsque l'humaine et elle arriveraient à les rejoindre, ils crieraient ou pleureraient sans doute à l'idée de rentrer, étant trop biens là où ils étaient auparavant. Et puis, Ombeline avait raison, le gérant de l'accrobranche n'était sans doute pas la personne que ces bambins auraient envie de rejoindre. Il était mal aimable, sans aucun savoir vivre. Si tel avait été le cas, il ne l'aurait pas forcé à chercher ces enfants. Enfin, ce n'était pas très important. Thalie devait relativiser, se dire qu'ainsi, elle pourrait apprendre aux côtés de sa compagne de recherche.

« Comment peut-on avoir peur des arbres ? » avait-elle murmuré avant son expérience déplaisante.

Certes, dans le contexte actuel, c'était sans doute justifié. Mais la fée avait du mal à ne pas faire de généralité pour le moment. Les enfants lui déplaisaient tous à cause d'un seul d'entre eux qu'elle avait rencontré quelques temps plus tôt. Avoir elle même des enfants lui semblait horrible à cause des dires d'une sirène trop maléfique pour que quiconque puisse ne pas déceler l'exagération dans ses paroles – tout le monde sauf Thalie. Les arbres, pour elle, étaient tous sympathiques. C'était une première pour elle de se balader dans un territoire où ces derniers n'avaient pas de bonnes intentions. D'ailleurs, après être revenue sur la plate-forme, la branche sur laquelle elle s'était par erreur engagée semblant ne plus vouloir lui jouer un mauvais tour, elle resta un instant sans rien dire. C'était étrange. Qu'est ce qui pouvait bien pousser ces arbres à vouloir blesser ou même tuer les individus leur grimpant dessus ? Et puis, ce n'était pas comme si elle était étrangère à la nature. Elle était une fée. Pourquoi l'attaquer ainsi ?

Peu importait sans doute, Ombeline semblait penser à présent que les enfants ne s'étaient pas perdus. Vu le comportement des arbres, Thalie voulait bien penser qu'ils avaient probablement été enlevés par les branches des arbres et enfermés quelque part. Néanmoins, la fée ne pouvait concevoir que les arbres puissent être eux-mêmes les instigateurs de pareille chose. Quelqu'un les contrôlait forcément, du moins, le pensait-elle.

« Anti-magie ? ».

Elle ne savait rien à ce propos. Cela devait être terrible pour que les humains ne soient pas aimés pour cela.

« Moi je n'ai rien contre toi en tout cas. Je suis une fée, je m'occupe d'un jardin. Par contre, je n'ai pas encore rencontré de mes semblables alors je ne sais pas grand chose sur elle. Et puis, à l'occasion, je parcours le monde pour m'instruire, Edgar dit que cela est bénéfique pour moi. Il pense que plus je saurai des choses, plus je pourrai prendre des décisions éclairées et sages. ».

Elle précisa.

« Edgar est le majordome de la maison qui se trouve au milieu du jardin dont je m'occupe. Il ne sort jamais le jour mais la nuit il vient me raconter des histoires sur le monde. ».

En fait, Thalie ne retenait jamais tout, comme si sa mémoire défaillait de temps à autre. Cependant, Edgar n'hésitait pas à raconter plusieurs fois la même légende.

Pensant un moment au majordome, Thalie avait perdu Ombeline des yeux un moment, relevant la tête pour la voir s'engager sur une sorte de passerelle qui ne présageait rien de bon. Pourtant, la fée la suivit, s'exclamant un petit :

« Attends moi ! ».

Finalement, elle n'avait pas envie de rester toute seule ici, surtout qu'elle n'arrivait pas à reprendre forme normale ni même à voler. C'était légèrement agaçant. Néanmoins, choix idiot, réponse idiote de la forêt. Un vent se leva, faisant bouger les branches qui se rapprochèrent tels des serpents avides de piéger leurs proies. Des lianes s'avancèrent pour se positionner autour de la passerelle avec une lenteur effrayante. Thalie s'arrêta.

« Euh... Je crois qu'on va avoir des problèmes... ».

Et en effet, une liane fendit l'air pour fouetter le mollet de la fée qui s'exclama de douleur, prête à courir pour rebrousser chemin. Seulement, les lianes avaient bouché ce dernier. Elles ne pouvaient plus qu'avancer à présent, en essayant d'éviter les coups de fouet amusés des arbres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Cache-cache aérien [Thalie] [Quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partie de cache-cache [quête - solo]
» Partie de cache-cache- [PV Maria Mine + Anwen Worthington]
» Lieu du mois - Mars : Une partie de cache-cache.
» Cache-cache au pays des rêves. [Annabeth]
» | Partie de Cache-Cache | Arunh |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Forêt des murmures-