-33%
Le deal à ne pas rater :
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur rapide
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3926
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Ven 07 Juin 2024, 22:15




Bienvenue chez eux !

En groupe | Dastan



Le Manichéen marchait d’un pas décidé en direction de la ville. « Je ne les ai pas vus, et Érasme est parti. » Il essaya de chasser le Sorcier de ses pensées. Il n’y avait plus droit de séjour. Plus jamais, ou en tout cas pas sous la clarté que Boraür y avait jetée. Il n’aurait jamais dû aller là-bas. Sympan n’aurait jamais dû l’y appeler. Ce qu’il s’y était passé n’aurait jamais dû advenir. Peu importait les rêves. Peu importait la vérité ou le mensonge qu’ils recélaient. Son Destin se tenait au creux des paumes des Zaahin et à la tête de son peuple, pas contre le cœur ténébreux d’un Mage Noir.

Par-dessus son épaule, il accorda un coup d’œil à Ikar. De face, la pluie heurtait son visage de plein fouet et rabattait ses cheveux blonds contre son front. Ça lui donnait un petit air de chien triste. « Tu aurais dû rester avec Lucius. C’est trop dangereux, ici. » s’entendit-il dire par-dessus les tambours de l’orage, avant de pivoter à nouveau vers la cité. Son plan ne se déroulerait définitivement pas comme prévu. Tuer l’hydre devrait attendre : il lui fallait d’abord ramener l’Ondin auprès du Magicien, et si possible trouver Adriæn et les Orines et agir de même avec eux. Ensuite, il pourrait se mêler au combat. Il se retourna à nouveau pour regarder le Pendragon. Il n’avançait pas assez rapidement. Sa blessure le ralentissait, lui aussi. Pourtant, ils devaient aller plus vite. Les dents serrées, concentré sur son avancée, il ne répondit pas tout de suite aux interrogations du garçon. Finalement, il entama une explication, sommaire mais réaliste : « Les Réprouvés n’aiment pas que des Sorciers s’invitent chez eux. Surtout quand ce sont d’anciens Princes Noirs, et surtout depuis la guerre. » Guerre qui avait éclaté en partie à cause de celui que l’on appelait la Perle Noire, en référence à la Perle de Sceptelinôst, Thur de Gein’Drakul détruite par la magie de Val’Aimé avant de pouvoir s’en prendre à son protégé. Dastan pinça les lèvres. La faute pesait aussi en partie sur lui. « Et encore moins quand ils se pointent le jour où on retrouve le cadavre de l’Impératrice des Deux Rives. » Le raisonnement qui suivrait n’était pas difficile à deviner. « Je vais aider les miens à combattre cette chose. » dit-il en pointant du doigt l’une des têtes de l’hydre qui se hérissait au-dessus des toits du port. « Je vais la tuer et regagner ma place. » Il attrapa le poignet d’Ikar, ignorant délibérément sa question sur sa blessure. La couleur crème de son haut se noyait dans la teinte grisâtre que lui avait fait adopter la pluie et dans la large tache rouge qu’y avait diffusé sa plaie. « On doit aller plus vite. » Sans le coup de couteau asséné par Alcide, il aurait pu le porter. « On va contourner par là. »

Ensemble, ils évitèrent le cœur de ville où sévissaient les combats. Ils gravirent une petite colline, avant de la descendre jusqu’à se rapprocher du niveau de la mer. L’alarme de la cité tonnait toujours, de concert avec la tempête, si bien que Dastan ne prononçait plus un mot. Peu à peu, le son assourdissant de la première s’estompa, jusqu’à sembler n’être plus qu’un bruit de fond lorsque le Réprouvé referma derrière eux la porte de sa maison. Ses yeux bronze se plantèrent dans le vert de ceux de Lucius. Une pointe d’hésitation s’y fixa. Finalement, il poussa Ikar en avant. « Partez d’ici. » se contenta-t-il de dire, avant de rouvrir la porte et de sortir.



Message VII – 604 mots




Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628 :


Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4094
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Sam 08 Juin 2024, 09:31



Bienvenue chez eux !



Mes yeux se fixèrent sur Adriæn. Je notai la présence des Orines à ses côtés mais la sienne suffisait à réduire la leur. Il ne manquait plus qu’Ikar, Dastan et Érasme. Je soupirai par le nez, l’adrénaline et les responsabilités que je m'étais imposées impulsant à mon cœur un rythme profond. J’avais l’impression qu’autre chose se jouait. Une sensation étrange s’insinua en moi et je songeai à un objet que je possédais, cadeau de Kiara, aux deux ailes déployées de la sculpture et à la pierre bleu-vert en son centre. Les mots de Tekoa me sortirent du labyrinthe de ma vision et de mes impressions. Je le regardai, abasourdi. « Erza ? L’Impératrice des Deux Rives est morte ? Comment tu le sais ? » J’avalai la distance entre lui et moi pour l’interroger, en bousculant Lazare au passage. Je le saisis par les épaules. « Érasme est parti où ? C’est lui qui l’a tuée ? » La probabilité était faible. Cette femme était légendaire et l’était davantage depuis qu’elle avait disparu. Qu’Érasme se frottât à elle me semblait irréaliste. Pourtant, les Réprouvés n’étaient pas connus pour leur magie et l’ancien Prince Noir avait une puissance magique qui était rare chez des personnes de nos âges, une puissance qui me tapait sur les nerfs et qu’il me faudrait rattraper. « Réponds bordel ! » criai-je, avant que la silhouette de Dastan n’apparût à son tour. Comme Adriæn avec les Orines, il occulta légèrement Ikar à mes yeux. Je soutins le regard du Belegad et y lus la même chose que précédemment, lorsqu’il était parti la première fois. Je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas le suivre. Je devais évacuer les autres et cette raison n’était pas la seule. Je ressemblais trop à Érasme. S’il était la cause de cette folie, mettre les pieds dehors me condamnerait certainement à la mort. J’hésitai pourtant. Selon les dires de Tekoa, il avait bien survécu, lui. Il avait réussi à s’enfuir. Mes prunelles dévièrent sur ceux qui restaient, avant de rejoindre le dos de Dastan qui repartait déjà. J’inspirai. Je devais rester là, malgré mon envie de le suivre. J’expirai et remplis de nouveau mes poumons. J’allais les évacuer. Il suffisait juste de… Je serrai les dents et me remis à tracer un pentacle à l’aide de fils de Magie Bleue. Mon nouveau dessin rejoignit l’ancien et le portail partit à l’annexion complète de la salle. Qu’importassent les hésitations ou les refus. Ils n’auraient pas le choix. Le portail les engloutirait, eux et tout ce qui se trouvait dans la pièce. J’espérais simplement avoir bien calculé le périmètre de son expansion.

Je ne tardai pas à sentir ma propre magie m’emporter. La réception sur le sol d’une des pièces du château de mon père fut chancelante. Les yeux grands comme des soucoupes des derniers enfants adoptés par Kaahl m’accueillirent. L’un d'eux avait la bouche tellement ouverte que c’en était comique. Je ne m’arrêtai pourtant pas. « Restez là ! Je reviens ! » dis-je aux autres, avant de partir en courant. Dans ma chambre, je me dirigeai vers la bibliothèque. Je saisis la statuette, celle que j’avais aperçue plus tôt. Je n’avais aucune idée de son utilité mais je sentais quelque chose approcher, comme un tremblement de terre précédant un tsunami.

538 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3926
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Mer 12 Juin 2024, 07:46




Bienvenue chez eux !

En groupe | Dastan



Chaque pic d’adrénaline atténuait la douleur qu’il ressentait entre les omoplates. Il essayait lui-même de ne pas y penser. Une fois face à l’hydre, il devrait occulter tout ce qui n’avait pas trait au combat. En entendant un énième rugissement de celle-ci, il accéléra l’allure. Les rues les plus éloignées du port s’étaient vidées, soit que les habitants se fussent terrés chez eux, soit qu’ils eussent rejoint le centre névralgique de l’apocalypse. Dastan l’atteignit en quelques minutes à peine. Son marteau apparut entre ses mains, et il se rua à la rencontre de la créature. Plusieurs Réprouvés la combattaient déjà, tandis que d’autres s’affairaient à éteindre les incendies répandus dans tout le quartier. La pluie battante ne suffisait pas à les calmer. Les flammes se détachaient vivement dans la pénombre de la tempête, jetaient leur lumière changeante sur les écailles blanches du monstre et se reflétaient sur les cheveux roux de Dastan. Il leva les bras et abattit son arme sur l’une des têtes de la bête. Plusieurs rugissements répondirent à l’attaque, et il fut obligé de rouler sur le côté pour éviter l’assaut des autres. Quand il se releva, son pied butta contre l’un des crânes arrachés à l’hydre. Une boule enflammée s’écrasa à quelques centimètres de lui. Il bondit vers l’arrière. Elle était aux prises avec plusieurs Bipolaires. Ses têtes et sa capacité à cracher le feu les mettaient en difficulté. L’attaquer de front était quasiment impossible. Ceux qui volaient au-dessus d’elle se faisait régulièrement happer par l’une de ses gueules. Il maudit Érasme de l’avoir ramenée ici, puis ses yeux gravirent les bâtiments alentours.

Juste en arrière de la bête, un toit s’avançait légèrement au-dessus d’elle. S’il parvenait à y grimper, il pourrait sauter sur son dos et lui enfoncer une lame dans la nuque. Il regarda son marteau et le jeta quelques pas plus loin, avant de s’engouffrer dans les premiers débris de maison venus. Il crapahuta ainsi sur plusieurs mètres, d’une bâtisse à l’autre, de sorte à ressortir derrière l’hydre. Dès qu’il réatteignit l’extérieur, il pila net. À ses pieds, un portail s’ouvrait. Le cœur battant, il y reconnut le paysage d’Amestris. « Putain. » - « BELEGAD ! » Le cri le fit sursauter. Il releva vivement la tête. La Thur de Gein’Drakul, Raguel, se dirigeait droit sur lui. « Sale traître ! » Elle vola par-dessus le portail et atterrit juste devant lui, le repoussant dans les décombres. Son talon cogna une poutre et il chuta en arrière. Son épée se leva au-dessus de sa tête. Il tendit les mains ; un bâton d’or se matérialisa entre celles-ci et stoppa la course de l’arme de la femme. Une étincelle jaillit, puis l’obscurité les engloutit.



Message VIII – 451 mots

- Le bâton maudit : C’est une version miniature du bâton de la pièce un des Portes III. Il est en or et le bout est arrondi et cerclé de peinture bleutée. Il peut grandir pour devenir une vraie arme, bien qu’il ne serve pas à ça. C’est un bâton qui permet de maudire une zone, soit en changeant l’eau en sang, soit en y faisant s’abattre des moustiques, soit en plongeant l’endroit dans l’obscurité.




Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628 :


Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3926
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Mar 18 Juin 2024, 20:51



Unknown

Bienvenue, c’est vite dit

En groupe | Razhul, Yngvild & co



Elles avaient suivi Lazare, puis elles avaient perdu sa trace. Plus exactement, Yngvild les avait détournées du droit chemin. Elle avait vu ce qui lui avait semblé être un cerfeuil – seulement, il était blanc et rouge – et, brutalement excitée, elle s’était lancée dans cette direction en appelant l’animal. Il courait malheureusement plus vite qu’elle et n’avait pas l’intention de se laisser approcher. Elle avait fini par s’arrêter, plus bredouille qu’essoufflée, mais pas moins souriante qu’au départ. Le seul problème résidait dans le fait que les fillettes avaient ainsi perdu la trace de leur proie principale : le Magicien aux cheveux bleus. Elles avaient tenté de rebrousser chemin, sans succès. Finalement, l’une des deux avaient eu l’idée de demander à l’île de les téléporter là où se trouvait Lazare.

C’était ainsi qu’elles s’étaient retrouvées à Gein’Drakul, sur le bord de mer piqué de cabanes battues par les vents et la marée. Yngvild n’avait jamais mis les pieds dans cette ville. Elle en avait entendu parler parce que son père y avait de la famille et parce que Dastan possédait une maison dans le port. Maison devant laquelle elles semblaient avoir atterri. Trop petites pour inspecter l’intérieur depuis le bord de la fenêtre, sans caisse de bois ou autre support à poser dessous pour se hisser jusqu’à la vitre et pouvoir regarder au travers, elles s’étaient lancées dans une nouvelle aventure : découvrir la ville.

C’était ainsi qu’elles s’étaient retrouvées entre l’ancien Prince Noir et l’Ondin blanc, prises en étau par une foule de Réprouvés énervés. Leurs petites voix n’avaient pas percé le capharnaüm produit par les guerriers échauffés. Yngvild avait essayé de jouer des coudes, mais elle n’était pas parvenue à se frayer un passage entre les manches de hache et les poings serrés. Les deux seules silhouettes qu’elle connaissait avaient fini par disparaître, et elle s’était fait emporter par la mêlée.

C’était ainsi qu’elles s’étaient retrouvées au cœur d’une bataille sans précédent. Il n’en fallut pas plus pour éveiller l’esprit batailleur de la rouquine. Elle n’avait pas pu aller à Amestris ? Qu’à cela ne tienne ! Yngvild était à Gein’Drakul, et prête à en découdre ! « YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! » hurla-t-elle en se jetant dans la mêlée, hache au-dessus de la tête, sans se soucier de l’ennemi. Elle était grande, maintenant ! Elle n’avait peur de rien ! Sorciers ou monstres, elle les terrasserait tous !

La réalité la rattrapa rapidement. Une énorme tête monstrueuse, d’un blanc éclatant au point qu’on l’eût crue recouverte de crocs, s’approcha si près d’elle qu’elle eut l’impression de mourir sur le coup. Comme si elle se vidait de ses entrailles, un filet chaud coula le long de ses jambes. Une silhouette bondit devant elle et la poussa vers l’arrière. « Dégage de là, gamine ! » Oubliant toute bravoure, elle ne se fit pas prier et rebroussa chemin à vive allure. Elle ne sut combien de temps elle battit le sol de ses pieds, mais lorsqu’elle s’arrêta, elle était plus essoufflée qu’à Boraür. Des trombes d’eau dégringolaient des cieux. « RAAAZHUUUL ! » cria-t-elle le dos plaqué contre un mur, son lance-pierre tendu devant elle pour éclater le naseau de n’importe quel monstre qui aurait eu l’audace de se présenter. Elle avait fui loin de l’hydre ; cependant, elle avait peut-être aussi fui loin de son amie. « RAAAZHUUUL ! »



Message I – 558 mots




Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628 :


Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4094
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Mar 02 Juil 2024, 23:35



Bienvenue chez eux !



Les secondes me semblaient s’écouler avec une lenteur extrême. Plus je fixais la statuette, plus elle paraissait être la clef d’une solution que je ne concevais pourtant pas encore. Accroupi devant mon lit, je finis par placer mon poing sur mon front. Je fermai les yeux et soufflai un coup avant de faire de nouveau face à l’étrange objet. Si je n’étais pas aussi concentré que perturbé, j’aurais probablement songé que la folie me guettait. J’étais pourtant sûr de moi : il y avait quelque chose à faire avec le cadeau de Kiara. Je me mis à frôler les contours des ailes puis à tenter de déplacer la base. Mes dents attrapèrent ma lèvre inférieure. « Peut-être qu’avec de la magie… » marmonnai-je. Le céruléen pulsa d’entre mes doigts. Il contourna les ailes et se dirigea vers le centre de la structure. La sphère parut m’appeler. Mes phalanges la retrouvèrent. Mon pouce et mon index la saisirent avec l’intime conviction du geste à effectuer. Doucement, ils déplacèrent la pierre. Le mouvement m’emporta ailleurs, loin de ma chambre, loin du château de mon père.

Comme un cauchemar qui ne veut pas quitter son rêveur, je me retrouvai une nouvelle fois à Sceptelinôst, juste devant la maison de Dastan. Je fronçai les sourcils. L’hydre semblait avoir disparu, tout comme les flammes. La tempête avait également battu en retraite, ne laissant aucun dégât derrière elle. Le ciel me semblait pourtant toujours menaçant, comme si un second assaut se préparait. Je pris un instant pour réfléchir à la situation. La statuette m’avait peut-être ramené à l’exact endroit où je devais être. J’avais hésité deux fois à rejoindre Dastan sans pour autant succomber à la tentation. Cette fois, la voie me semblait toute tracée. Je devais le retrouver. J’inspirai et cherchai un quelconque indice. Il pouvait être n’importe où, certainement encore blessé. Ce type était une vraie tête de bicorne.

Sans chercher à approfondir les éléments qui me troublaient, je me mis à courir dans la cité. Tout paraissait calme, peut-être même trop calme, mais les Réprouvés étaient parfois incompréhensibles. L’hydre avait probablement été terrassée et chacun était reparti à ses affaires. J’émis un son peu convaincu. Si l’hydre était morte, ils n’auraient pas manqué l’occasion de faire la fête, ou pas d'ailleurs… Tekoa n'avait-il pas dit qu’Erza était décédée ? Je n’avais aucune idée sur l’exactitude de l’information mais la nouvelle n’aurait pas été accueillie dans une totale indifférence… Ça n’avait aucun sens. Je m’arrêtai et regardai autour de moi, incapable de comprendre ma situation. Pourtant, ce qu’il s’était passé bien avant à Adraha aurait dû me mettre sur la piste. À une centaine de mètres de là, quelqu'un me pointa du doigt.

449 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3926
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Mer 03 Juil 2024, 19:43




Bienvenue chez eux !

En groupe | Dastan



En forçant sur ses abdominaux, Dastan repoussa l’assaut. La Thur fut obligée de reculer de quelques pas, dans l’obscurité la plus totale. Le Réprouvé se releva, déboussolé, le corps endolori par la chute. Au dehors, les cris de l’hydre et des autres Manichéens lui parvenaient. L’odeur de la fumée piquait ses narines et embrasait ses poumons ; son goût âcre remontait de sa gorge à sa langue. Mais il n’y avait rien, absolument rien, que sa vue pût lui offrir. Les ténèbres semblaient avoir tout englouti. L’Ombre régnait, et la Lumière n’existait plus. « BELEGAD ! » Le cri de Raguel lui apprit qu’elle se tenait à quelques pas sur sa droite. Il fit volte-face, le cœur battant. Dans la pénombre, ses yeux de colère et de haine se gravaient à l’infini contre les rétines de Dastan. Elle aurait pu le tuer. Elle avait failli le faire. Il tourna la tête d’un côté puis de l’autre. Il devait absolument atteindre le monstre. Il était la seule créature dont il désirait arracher la vie. S’il n’y parvenait pas, il pourrait le pousser vers le portail. « Sors de ta cachette. » La respiration en suspension, il tenta de réfléchir. Elle croyait certainement qu’il avait aidé Érasme. Qu’il était de son côté. Qu’il œuvrait contre les siens. Cette simple idée mitraillait dans ses veines une colère insondable. « Lâche ! » Son sang pulsa dans ses artères et il avança d’un pas, le corps saisi par un élan de protestation. « Je dois tuer l’hydre ! » rétorqua-t-il. « Écarte-toi ! » Un bruit précipité fusa dans sa direction ; il bondit sur la gauche et, déséquilibré par les irrégularités du sol, s’étala de tout son long. La lame siffla juste au-dessus de sa tête. Il rampa. Une lueur vive fila devant lui, percuta un mur et l’éclaira comme l’aurait fait un rayon de lune. La Lumière était revenue – timide, subtile, pourtant suffisante. Il se retourna sur le dos. La main libre de Raguel brillait doucement. Il ouvrit la bouche, mais elle la condamna aussitôt : « Je ne suis pas Hazaan. Aucun de tes mots ne me poussera à t’épargner. Ma cité est en flammes à cause de toi ! » Ses iris brûlaient d’ire. Transpercés par ces derniers, Dastan sentit sa mâchoire menacer de trembler et serra les dents pour en anéantir tout mouvement. La Thur se mit en garde, droite sur ses jambes, le torse gainé et les mains fixées autour de son arme, entre fermeté et souplesse. « Bats-toi ou meurs. »



Message IX – 424 mots




Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628 :


Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4094
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Jeu 04 Juil 2024, 09:04



Bienvenue chez eux !



Alors que j’évitais un énième coup, je me sentis tiré sur le côté. Le céruléen de mes yeux rencontra l’étendue enneigée de ceux d’une autre personne. Ses cheveux étaient à l’opposé des miens : clairs, comme ceux de Kiara. Quelques minutes plus tard, je fronçai les sourcils d’incompréhension lorsque je me retrouvai hors de portée de mes assaillants. L’homme que j’avais aperçu précédemment n’était plus avec moi mais des murs couverts d’étagères poussiéreuses m’entouraient maintenant. « Oh ! Il y a quelqu’un ? » lançai-je, en me déplaçant vers la porte. Ma main fila vers la poignée pour la saisir mais fut retirée prestement lorsqu’un choc parcourut mon corps entier à son contact. Je grimaçai. « Merde. » laissai-je échapper d'entre mes lèvres, tout en commençant à me masser par réflexe. Un rapide tour sur moi-même suffit pour prendre conscience que la lumière était artificielle et que nulle fenêtre n’agrémentait les parois.  « Putain putain putain. » lançai-je, après avoir tenté d’utiliser ma magie pour déformer ou détruire ce qui m’entourait. Rien ne marchait. Pire, elle était aspirée par le décor avec une facilité furieusement agaçante. Vaincu, je finis par m’asseoir par terre. Plusieurs questionnements frappèrent mon esprit, du plus légitime ou plus farfelu, dont le premier qui me traversa l'esprit. Kiara m’avait-elle piégé avec cet objet afin d’éviter notre mariage ? Je soufflai par le nez, dépité.

« Je dois aller chercher Dastan ! » criai-je, au bout de ce qui me sembla être une éternité à ruminer sur mon impuissance et les possibilités de m’en sortir. Si la cave avait été silencieuse au début, du bruit me parvenait de l’extérieur depuis de longues minutes. Parfois, j’avais l’impression que le sol et les murs tremblaient. De temps en temps, une odeur âcre me parvenait. J’avais tenté d’appeler Azur et Mavkae sans être en mesure de savoir s’ils avaient reçu mes directives. Je soupirai et me relevai. Les Réprouvés m’avaient pris pour Érasme et quelqu’un m’avait conduit ici sans aucune explication. Dans quel but ? Pour me sauver, pour m’enterrer ou pour une autre raison qui m’échappait totalement ? Je m’approchai de la poignée une troisième fois. Les deux dernières, surtout la dernière, n’avaient pas été agréables. Plus j’avais insisté et plus la douleur avait augmenté. « Jamais deux sans trois… » murmurai-je pour me donner du courage, avant de la toucher du bout de l’index. Rien ne se produisit. « Hein ? » émis-je, étonné. Ma main se referma sur la clef de ma liberté. J’écarquillai les yeux, en comprenant que j’étais à présent libre. Ni une ni deux, j’ouvris la porte et me précipitai dans la cage d’escaliers pour remonter à la surface. Mon corps fut balayé par un vent tempétueux. Sceptelinôst était en feu. Hébété, j’eus comme une sensation de vertige et la seule question valable s’imposa d’elle-même : quand étais-je ? Au loin, le ciel fut griffé par un éclair fictif. Je levai les yeux vers ce dernier, reconnaissant la griffe de Mavkae. Au même moment, une partie de la ville fut plongée dans le noir.

De la mer déchainée sur la plage de laquelle le corps d’Erza reposait, la silhouette d’Azur se matérialisa.

507 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3926
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Jeu 04 Juil 2024, 21:19




Bienvenue chez eux !

En groupe | Dastan



Il n’envisagea pas ce qu’il pourrait advenir de lui, après. Il ne se dit pas qu’il valait peut-être mieux mourir, qu’il résidait dans la mort un salut qu’il ne trouverait jamais dans la vie. Il ne pensa pas aux punitions qui alourdiraient jusqu’à son âme, à l’exil qui le guettait, à la honte qui rougirait les traces de ses pas. Mu par un instinct qui n’entendait aucun abandon et n’accordait aucun répit, Dastan se releva et se mit en garde. « Je ne veux pas te tuer. » affirma-t-il. Sa voix lui parut lointaine – trop calme pour se rattacher à ce cœur qui vrombissait entre ses côtes. Raguel ne répondit pas ; elle chargea. Le choc ébranla chacun de ses muscles, bandés dans un effort de résistance. Il fit glisser le bâton doré le long de la lame et appuya d’un coup sec en arrivant sur la garde. Son adversaire déséquilibrée, il envoya son pied dans son genou, puis s’échappa sur le côté. La sortie n’était pas loin. Il pouvait peut-être la planter ici, grimper sur les toits et sauter sur l’hydre. Le fil de la lame caressa sa joue. Il se propulsa vers l’arrière et s’accroupit pour éviter une vilaine entaille. Dans un mouvement ample, il balaya l’air de son arme et frappa le haut des tibias de la brune. Elle tomba. À Gona’Halv, ils s’entraînaient souvent avec des bâtons de bois. Ça n’était pas son arme de prédilection, et s’il avait pu ne jamais la choisir, il l’aurait fait ; pourtant, cette fois-ci, il était reconnaissant d’avoir été contraint de s’en servir. Il se redressa et s’avança. Il pointa l’extrémité de la tige métallique, un cercle coupant, aussi bleu que l’azur, sur la gorge de Raguel. « Laisse-moi nous débarrasser de l’hydre. » - « Il n’y a pas de nous qui tienne. » cracha-t-elle. Avant que le Réprouvé eût pu faire le moindre geste, la boule de lumière fondit sur lui. Surpris et aveuglé, il recula. Il entendit la femme bouger, la sentit s’approcher, crut la frôler. Il frappa au hasard ; son bâton heurta un pilier. Le choc déferla jusque dans la terre, qu’il sentit trembler sous ses pieds.

Au loin, la mer rugit. Les vagues se recourbèrent sur elles-mêmes, et des eaux sombres naquit l’incarnat. Il remonta progressivement le long des gouttes ; la pluie perdit sa clarté. La substance, mi-eau mi-sang, noya la ville et nourrit la fumée d’un parfum de chair brûlée.



Message X – 409 mots




Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628 :


Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Razhul Khan
~ Réprouvé ~ Niveau I ~

~ Réprouvé ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 23
◈ YinYanisé(e) le : 22/04/2022
Razhul Khan
Dim 14 Juil 2024, 11:08


Image par inconnu

Bienvenue chez eux !



Razhul faisait sa tronche de cake depuis qu’elles avaient atterri à Gein’Drakul ; depuis qu’elles avaient perdu Lazare. La petite blonde ne voulait pas l’avouer mais elle pensait souvent au garçon et avait envie de passer tout son temps avec lui. Le fait qu’il fût un non Réprouvé geignard ne la gênait plus. Le fait que ce fût un gros bébé ronfleur non plus. Le fait qu’il lui offrît souvent des gâteaux avait terminé de conquérir son cœur. À vrai dire, elle aurait pu passer des heures à bouder si la situation de la cité était restée telle quelle. Les changements qui s’opérèrent en son sein modifièrent néanmoins la donne. Alors qu’elle suivait Yngvild – sa super copine trop forte – elles débouchèrent sur une scène étrange. Razhul reconnut Adriæn – elle l’avait déjà vu à Basphel et les filles parlaient beaucoup de lui. Ce dernier se tenait à l’écart du centre de l’attention. « SORCIER ! » cria l’enfant, en reconnaissant l’aura noir des Mages Noirs. À l’école des Îles Suspendues, elle avait eu le temps d’étudier la magie de ces furoncles. Elle avait d’ailleurs tenté à plusieurs reprises de leur tendre des pièges, convaincue qu’il n’y avait pas de mauvais endroit pour pourfendre l’ennemi. La plupart du temps, ça avait échoué lamentablement. L’institution accueillait l’élite et l’élite n'était pas facile à terrasser, au grand damne de la blondinette. Quoi qu’il en fût, elle reconnaissait à présent sans difficulté les adorateurs d’Ethelba, assez pour savoir que celui qui se trouvait là était très puissant. Il lui faisait même peur, malgré le cri qu’elle avait poussé. Galvanisée par la présence d’autres Bipolaires, elle s’était laissé emporter par la volonté d’en finir avec l’esseulé. Néanmoins, maintenant qu’elle avait eu sa seconde de gloire, elle n’était plus très sûre de vouloir se joindre à la foule. Elle entendit les termes « Prince Noir » dans la bouche de plusieurs Réprouvés et se demanda s’il s’agissait d’Érasme, le garçon du Fessetival.

Perdue dans son hésitation, elle ne se rendit compte que quelques secondes plus tard qu’elle avait perdu Yngvild. « Yngvild ? » demanda-t-elle, d’une toute petite voix, après avoir été victime d’un hoquet. Un autre, plus important, la saisit lorsqu’elle remarqua le monstre. Elle écarquilla les yeux face à la menace et fit demi-tour sans se faire prier, en poussant un cri de peur d’un courageux exemplaire. Ses petites jambes la portèrent jusqu’à une ruelle étroite dans laquelle elle trouva refuge, le cœur battant et les mains moites. La pluie se déversa sur son visage et le tonnerre gronda impitoyablement, comme s’il désirait lui rappeler qu’elle n’était qu’un microbe insignifiant. « YNGVIIILLLLLDDDDDDD ???? » appela Razhul, avant de faire quelques pas vers une direction inconnue tout en se mettant à sangloter. « YNGVIIILLLDDD ?? »

460 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39545-razhul-khan
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4094
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Ven 19 Juil 2024, 11:03



Bienvenue chez eux !



Je gravis le dos de Mavkae. Sur le corps du dragon, des éclairs furieux éclairaient ses écailles d’une lueur dangereuse. Je tendis la main pour trouver une prise. Une goutte écarlate vient maculer ma peau. Je levai les yeux vers le ciel et serrai les dents. Sceptelinôst était à présent la définition même du chaos, comme si chaque lieu que les pieds d’Érasme devaient fouler ne pouvaient leur survivre. Sans procès, je le jugeai coupable. Pour moi, il l’était forcément. Les rêves parlaient d’eux-mêmes. Il était né pour ça, pour détruire. Je déglutis. Mon cœur battait à mes tempes. À l’intérieur de mon corps, l’adrénaline pulsait un rythme effréné qui étouffait la peur sous la nécessité impérieuse d’agir. Je poussai un cri. L’indication était fictive, une habitude. Mavkae lisait en moi, comme je lisais en lui. Nous devions trouver Dastan. Si mon jugement était correct, le Réprouvé avait fatalement dû se rapprocher de l’hydre. Si mes conclusions l’étaient aussi, il fallait que je me dirigeasse vers l’épicentre de l’obscurité qui avait précédemment avalé une partie de la ville. Le vent fouetta mon visage. J’intimai à ma monture de ralentir. Repérer des cheveux roux dans la foule n’était pas si évident. Pourtant, Dastan était aussi brillant que le soleil. L’idée qu’il put consumer Érasme une bonne fois pour toute navigua dans mes pensées, reliée à celle que je pusse véritablement échanger de place avec l’ancien Prince Noir. Si j’infiltrais Amestris, je pourrais mieux la détruire. Je me fis l’impression d’être dans l’un de nos songes, lorsque le sérieux effaçait tout amusement chez moi, lorsque j’étais bien plus adulte et conscient de la trame de fond qui se jouait au-delà de nos volontés. Alors que Mavkae flottait plus doucement, je me permis de placer l’une de mes mains en visière au-dessus de mes yeux afin de concentrer ma vision sur le sol et non sur les flammes qui s’élevaient et leurs fumées qui rendaient parfois ma recherche impossible. Finalement, la silhouette du rouquin se détacha de la masse. Nous plongeâmes vers lui. Mavkae freina avant l’impact et atterrit, pattes en premier. Une fois qu’il fut stabilisé, il leva majestueusement la tête et émit une sorte de grognement qui retentit aux alentours et qui m’empêcha un instant de parler. Quand il se tut, j’appelai le Bipolaire. « Dastan ! Dépêche-toi ! Viens avec moi ! » Peu sûr de la portée de ma voix, je me laissai glisser en bas de la bête, en ouvrant deux ailes semblables à celles des dragons. Sur mes pieds, je me dirigeai vers lui, ma magie évoluant en volutes bleutées autour de moi. « Dastaaan !! » criai-je.

436 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3926
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Sam 20 Juil 2024, 09:11




Bienvenue chez eux !

En groupe | Dastan



« Qu’est-ce que tu fais, maudit ? » siffla la Thur, appuyée contre un poteau pour soutenir ses appuis ébranlés par le léger tremblement. Dastan se redressa prestement. Du coin de l’œil, à travers une ouverture barrée par une poutre, il aperçut les reflets lunaires des écailles de l’hydre. Sans hésiter, il se jeta vers l’extérieur, quittant les décombres. Une floppée d’injures suivit sa fuite, puis des pas claquèrent dans son dos. Le passage du monstre avait semé la désolation dans les rues ; les maisons effondrées s’élevaient en flammes, des corps mutilés pavaient le sol et l’odeur de mort qui régnait sur la cité paraissait encore plus âcre que d’ordinaire. Le Réprouvé tourna la tête sur la gauche : la bête se dirigeait vers le centre de la ville. Elle s’éloignait du portail et se rapprochait du reste des habitants. Il courut vers elle, ses phalanges cramponnées à son arme. Sa hache apparut dans son autre main. Il jeta un coup d’œil derrière lui. Raguel le talonnait. Elle déploya ses ailes et s’envola au-dessus de lui ; il releva la tête juste à temps pour la voir fondre sur lui. Elle le percuta de tout son poids, de toute sa force, et le projeta au cœur d’un brasier.

Durant quelques secondes, sa tête lui sembla n’être plus accrochée à ses épaules, puis une douleur lancinante perça sa tempe. Il grimaça, et tâtonna pour trouver des appuis qui pourraient l’aider à se relever. La Thur, campée sur sa position, posa sur lui un regard horrifié. « C’est impossible. » murmurèrent ses lèvres, tandis que ses yeux scrutaient cette silhouette qui ne flambait pas, cette peau que le feu ne dévorait pas, cette bouche que la brûlure ne faisait pas hurler. Dans la pénombre abattue sur la ville, il lui sembla même qu’il brillait. Ses phalanges se crispèrent sur son arme. Il chargea ; l’éclat du fer contre le fer chanta avec l’orage. Il n’essayait plus de négocier. Il avait compris qu’elle ne le laisserait pas passer. S’il voulait s’occuper de l’hydre, il devrait d’abord la battre, peut-être la tuer. Il n’existait pas de bonne solution. Résolu, il exécuta chacun de ses coups de sorte à ne pas l’épargner. Seul l’atterrissage d’une nouvelle créature, près d’eux, l’arracha à sa concentration. Durant une seconde, son grognement lui fit craindre un nouvel ennemi à affronter, puis il tourna la tête pour découvrir le visage de Lucius. La rapière de Raguel traça une longue estafilade sur sa joue. « Putain. » Il se refocalisa aussitôt sur elle. « Va-t’en ! » cria-t-il à l’encontre du Magicien. Ça n’était pas son combat.



Message XI – 437 mots

Pouvoir utilisé : insensibilité au feu Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628




Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 1628 :


Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons  - Page 3 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Kaahl Paiberym
~ Sorcier ~ Niveau VI ~

~ Sorcier ~ Niveau VI ~
◈ Parchemins usagés : 4094
◈ YinYanisé(e) le : 25/06/2015
◈ Activité : Professeur
Kaahl Paiberym
Mar 23 Juil 2024, 11:13



Bienvenue chez eux !



« Putain mais quel con ! » m’exclamai-je. Lorsque le temps s’y prêterait, il faudrait que je lui parlasse de sa propension à vouloir toujours traiter les problèmes seul. Est-ce que ça lui réussissait ? La réponse était évidemment non. Alors que je m’apprêtais à entrer à mon tour dans le combat pour en extraire l’orangé une bonne fois pour toute, je sentis la morsure de l’acier proche de ma nuque. Je terminai mon pas avant de prendre appui sur mon pied et de faire face à la menace, me défendant avec mon arme. « Le Prince Noir ! » « Il n’est même plus Prince Noir ! » répondis-je, soucieux de rectifier cette erreur. Érasme semblait être le seul sujet capable de me faire sortir de mes gonds qu’importât la situation. « Et je ne suis pas le Prince Noir ! » grondai-je. Comme si les volutes de Magie Bleue ne parlaient pas déjà pour moi ! Dastan appartenait vraiment à un peuple de débiles. « Je ne veux pas me battre contre vous. » me défendis-je, ne sachant pas si mes interlocuteurs comprenaient le langage commun ou non. J’avais beau baragouiner du Zul’Dov, je n’étais pas assez doué pour former des phrases intelligibles dans un tel contexte. « Ceux qui ne se battent pas sont des lâches. » compris-je, entre deux bourrasques. J’eus envie de mourir tellement cette vision des choses était stupide, comme si, demain, certaines personnes commençaient à avancer que les individus à la peau noire étaient inférieurs et fainéants. J’expirai. Je n’avais pas le temps. Il me fallait choper le rouquin, de gré ou de force. « Arrière ! » criai-je, tant aux Bipolaires qui se trouvaient à proximité de Mavkae qu’à ceux qui cherchaient à me provoquer. En réfléchissant, je me rendis vite compte que tenter de les terrasser par la force n’aurait que peu de chances d’aboutir. Ils étaient plusieurs là où j’étais seul. Malheureusement, étant au beau milieu de leur ville, leur nombre ne diminuerait pas tout de suite. J’aurais le temps de mourir cent fois avant que le miracle ne se produisît. Puisqu'ils étaient bornés et impossibles à raisonner, je fis appel à ma magie pour créer encore plus de fumée autour de moi, avant de commencer à me transformer. « Je vous avais prévenus ! » clamai-je, en tentant une voix d’outre-tombe. Un adulte, un vrai, ayant observé la scène m’aurait trouvé bien inconscient. Plus tard, j’aurais probablement le même jugement. Je n’étais néanmoins pas le seul à l’être. Dastan, qui affrontait la Thur et s’était mis en tête de tuer une hydre géante, n’était pas mieux placé au classement des êtres doués d'instinct de survie. Lorsque mon corps d’homme termina de devenir celui d’un dragon, l’effet escompté se produisit cependant : l’hésitation marbra le regard des Réprouvés et une pointe de peur s’y lut, battant un instant en brèche leur détermination. Mavkae envoya de petites décharges sur ses opposants, comme s’il cherchait à jouer avec eux. Lorsqu’Azur arriva au-dessus de nous, son cri perça la tempête. C’était maintenant ou jamais. Peu habile sur mes pattes, je réussis tout de même à prendre assez d’élan pour m’envoler à mon tour. Je fonçai sur le Réprouvé, avec l’intention de l’attraper pour le tirer de son combat sans issue. Azur se posa à côté de Mavkae. L’eau et l’électricité formaient une combinaison dangereuse, surtout par temps de tempête. La mâchoire du dragon le moins doux claqua à côté d'un Bipolaire trop téméraire.

542 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t38028-kaahl-paiberym-el
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenue chez eux ! | Les couillons-bouffons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Bienvenue chez vous ! | Les couillons-bouffons
» Bienvenue chez le Duc Paiberym et la Duchesse Belegad | Les couillons-bouffons
» [Quête] - Les Rois du Monde | Les couillons-bouffons
» Bienvenue chez les fous
» | Les Couillons |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Devasté - Ouest :: Antre des damnés :: Sceptelinôst-