Le Deal du moment :
Où acheter la display japonaise One Piece Card ...
Voir le deal

Partagez
 

 [Événement Eversha] La succession II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 919
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Mar 19 Mar 2024, 00:00



L’invasion des Hesshas

[Événement Eversha] La succession II Horror10
Horrors of the silent woods de themefinland

Chanson thème de l’événement : Doom Crossing: Eternal Horizons de The Chalkeaters et Natalia Natchan (version complète).


Explications générales
La succession chez les Evershas se poursuit ! Six mois se sont écoulés depuis la cérémonie de succession. L’enjeu du jour est de taille : en terrassant Léandra, Typhon a permis à plusieurs centaines de monstrueux Hesshas de s’établir au Rocher au Clair de Lune. C’est là que vous, joueurs enthousiastes, entrez en piste. Semblable au précédent événement, votre personnage (peu importe sa race) entendra parler d’une action d’un influenceur eversha et réagira à sa convenance à la nouvelle dans un message unique. Vous pouvez reprendre le PNJ créé pour le précédent événement ou en créer un nouveau. Votre objectif : rallier la population à la cause de votre choix.

En bref, votre influenceur est un PNJ Evershas de niveau IV. Ce PNJ aura droit à une action qui favorisera (ou défavorisera) la proposition d’un élu de Phœbe ou d’un autre influenceur. Vous avez carte blanche quant à la nature de l’action de votre influenceur, mais sa portée est à ma discrétion. L’idée, c’est que votre PNJ cherche à créer un mouvement de foule qui aille dans le sens de ses intérêts. Vous devrez conclure votre message par une note de fin qui résumera l’action entreprise ainsi que l’objectif de cette action. Au terme de l’événement, le sort des Hesshas du Rocher au Clair de Lune sera déterminé et l’un des élus perdra son titre.

Voici maintenant les propositions des élus de Phœbe :
  • Amalia. Patience. La favorite du peuple ne s’est pas encore prononcée quant à ce qu’elle pense des Hesshas. Elle devra toutefois se manifester sous peu si elle veut conserver son titre d’élu.
  • Typhon, le monstre de Durienrisda. Assimilation. Les Hesshas sont tout autant des Evershas que le sont les Evergrims et les Wynmeris. Ils méritent de rejoindre les meutes du Rocher au Clair de Lune.
  • Rakel, le seigneur des marais. Militarisation. Les Hesshas, une ressource renouvelable, feraient d’excellentes troupes de choc au service du souverain des Evershas.
  • Léandra, la lionne de l’aube*. Élimination. Pour préserver l’intégrité des lignées et la pureté du sang des Evershas du Rocher au Clair de Lune, ces monstres doivent être tués jusqu’au dernier.

* : Léandra est actuellement la prisonnière de Typhon, mais sa position est véhiculée par ses alliés.


Explications spécifiques aux Evershas
Depuis la cérémonie de succession, la Déesse-Totem Ava ne se manifeste plus publiquement. En lices pour la succession d’Ava, l’opinion des élus de Phœbe se propage donc jusque dans les recoins les plus sombres du Rocher au Clair de Lune. Car plus important qu’une régente en fin de règne, est la relation que l’on peut développer avec celui ou celle qui remplacera Ava sur le trône.

Depuis le dernier événement, les élus Typhon et Rakel ont tous deux quitté l’Antre des marais pour s’installer au Rocher au Clair de Lune. Rakel aura dépouillé l’Antre de ses maigres ressources pour ensuite s’établir à Dhitys auprès de sa sœur, la Déesse-Totem. Le seigneur des marais soudoie ainsi les forces précédemment vouées à Ava avec les richesses de l’Antre. Typhon, quant à lui, aura profité du mécontentement engendré par Rakel pour lever une horde lui ayant permis d’occuper le territoire de Léandra au Rocher. Tous ne prêtent pas allégeance au monstre de Durienrisda, toutefois, et ont profité du chaos pour se mêler à la population du Rocher.


Gains
Pour un message unique de 450 mots : figurine de [nom de l’élu]. Vous recevez une figurine articulée à l’effigie d’un des élus à la succession des Evershas. Sur un mot de commande, la figurine se transforme et passe de sa forme humaine à sa forme animale (ou monstrueuse). Collectionnez-les toutes !
Pour un message unique de 900 mots : le gain de 450 mots plus 1 point de spécialité, 6 points de RP ou une arme.
Pour un message unique de 1800 mots : le gain de 900 mots plus 1 pouvoir mineur ou un compagnon.

Date limite pour participer : 17 juin 2024



La prisonnière s’empiffrait voracement des mets exotiques qui lui étaient proposés. Écartant toute délicatesse, la jeune femme enfonçait la nourriture dans sa bouche, repoussant les limites de son estomac. Elle rotait de plaisir, ses vêtements empestaient l’urine et sa poitrine dénudée dégoulinait de ce qui échappait à son avidité. Ainsi se dévoilait Léandra ; celle que l’on surnommait la lionne de l’aube ; celle qui était vouée à devenir Déesse-Totem à l’image de son aïeule assassinée par l’usurpatrice Ava.

L’attitude de la Grande Augure était marquante, car elle partageait son repas avec Typhon, un homme-serpent-tigre géant. Et même en compagnie de ce monstre, c’était le comportement de Léandra qui sautait aux yeux. Lui, démontrait de la retenue, elle, de l’indécence. Être une Grande Augure n’était pas une position privilégiée. Au contraire, c’était s’opposer à la Déesse-Totem ; s’opposer à la volonté de Phœbe. Il fallait pour ce faire être suffisamment puissant pour se tenir à contre-courant et imposer sa présence dans la hiérarchie eversha. Et devant Léandra, Typhon, son homologue Grand Totem, celui qui l’avait vaincu.

Le courant menaçait désormais d’emporter la lionne et, avec elle, l’espoir que sa famille reprenne sa juste place sur le trône de Dhitys. Ce festin était donc pour Léandra celui la dernière chance. Si elle ne pouvait triompher de Typhon par la force brute, la lionne de l’aube devait se servir de ses autres atours pour y parvenir. En l’occurrence, elle allait se servir de sa paire de seins et de son vagin pour amadouer le mâle, puis le dompter. Car la Grande Augure et le Grand Totem ne partageaient pas un simple repas, mais un festin nuptial.

***

Le mariage était une institution particulièrement importante chez les Evershas du Rocher au Clair de Lune. Régie par des us et coutumes intemporels où la loyauté est maîtresse, de terribles châtiments sont infligés aux infidèles. Léandra savait de source sûr qu’Échidna, la première épouse de Typhon, l’avait trahi au profit de son rival. Celle qui était maintenant une femme-serpent-chatte, avait tué plus de la moitié de la meute de Gargantua avant de défier Typhon en duel à mort. Survivant à l’affrontement, le coût de la rédemption de la traitresse s’éleva à une vie de servitude. Il s’agissait d’un châtiment exemplaire, à bien des égards pire que la mort.

Cette information était connue de très peu, mais Léandra se comptait parmi le lot. Si le mariage du couple monstrueux avait eu lieu à l’Antre des marais, les deux Hesshas auraient pu reprendre leur existence commune d’un simple accord, mais tel n’était pas le cas. Typhon et Échidna se marièrent au Rocher au Clair de Lune, recevant la bénédiction du Grand Totem Rakel. Ils étaient donc régis les règles du Rocher. La trahison d’Échidna ne l’avait pas simplement asservi, elle avait également brisé le mariage qui la liait à Typhon. Ce faisant, l’homme-serpent-tigre était disponible pour une union avec la lionne.

Le festin nuptial était traditionnellement employé pour unir à la fois les chefs et leurs meutes. Cette pratique avait pour but de promouvoir l’union de deux forces de la nature et de concilier leurs alliés respectifs. La coutume voulait que le couple en devenir se gave de nourriture, se courtise tout au long d’une nuit de pleine lune, pour enfin consommer le mariage aux premières lueurs de l’aube. Accompagnant leurs chefs respectifs tout au long du rite, les deux meutes célébraient ensemble et tissaient les liens qui permettront d’unifier les deux groupes… ou de mieux s’entretuer. Tous les mariages n’étaient pas voués à la réussite.

***

La tension était palpable entre Léandra et Typhon, car tous deux convoitaient essentiellement la même chose. Seuls, ni l’un ni l’autre n’avait les moyens de ses ambitions. Car en tant que peuple, la loyauté figurait loin dans les valeurs des Evershas. Plus l’on s’éloignait du noyau familiale et plus la loyauté des individus et des meutes devenaient circonstancielles. Les rebelles de Léandra lui étaient fidèles, car ils s’opposaient farouchement à Ava. La horde de Typhon lui était fidèle, car ils aspiraient à bénéficier du fruit de ses conquêtes. Ce fragile équilibre ne tenait que par le charisme des deux chefs de guerre et il suffisait d’un rien pour que tout s’écroule. La solution était toute désignée : le mariage.

Respectant la coutume du festin nuptial, Typhon avait redonné la liberté à sa prisonnière, ainsi qu’aux officiers de sa meute pour qu’ils l’accompagnent comme témoins. Le Grand Totem et la Grande Augure avaient désormais jusqu’à l’aube pour trouver un terrain d’entente, faute de quoi, un nouvel affrontement aurait lieu. Et cette fois, les forces des deux chefs de guerre étaient bien plus équitables qu’elles le furent lors du premier affrontement. Chacun ressentait une immense pression, car déclencher les hostilités était garant d’un bain de sang. En d’autres mots, c’était quitte ou double par chacun d’eux.
«  Tu joues à un drôle de jeu Léandra, affirma Typhon en retenant poliment un rôt. Tu fournis autant d’effort à la grossièreté que je m’applique à la bienséance.
— Je t’offre ce que tu mérites, répliqua Léandra la bouche pleine. Tu peux te voiler de raffinement, tu demeures un monstre abject. Je me présente donc comme une femme abjecte. C’est tout ce que tu auras droit si tu t’entêtes à me ravir ma destinée.
Ta destinée ? La cérémonie de succession t’a donné une chance. Tu l’as perdu. Je t’ai provoqué en duel et j’ai gagné. Je veux bien partager le pouvoir, mais c’est mon cul qui siégera sur le trône.
— Tu penses que je bluffe, peut-être ? Tu n’es pas sans savoir ce qui arrive aux enfants nés de l’adultère, n’est-ce pas ? Ta pute est enceinte et je compte me faire un plaisir de l’anéantir, elle et ta descendance. Implore ma clémence et soumets-toi ! C’est MON CUL qui s’assoira sur le trône !!!
Voilà qui a le mérite d’être clair. Échidna, pourrais-tu demander à nos nouveaux alliés de nettoyer Léandra ? Elle vient de s’ajouter au festin…  »

C’est avec horreur que la lionne de l’aube réalisa qu’elle était loin d’être dans la position de force qu’elle s’était d’abord crue. La meute de Gargantua avait l’avantage du nombre, mais les officiers de la meute de l’aube ne comptaient qu’une poignée de rivaux à leur mesure. Or, à la demande de la femme-serpent-chatte, ces Evergrims de la meute de Léandra s’approchèrent de cette dernière et l’y extirpèrent de ses vêtements souillés. Aussi puissante était-elle, la lionne n’avait pas le pouvoir de triompher d’autant d’adversaires de valeurs, notamment de ceux qui connaissaient mieux que quiconque ses forces et ses faiblesses.

Léandra était à nouveau prisonnière… non, elle réalisa qu’elle n’avait jamais cessé de l’être. Quand Typhon accepta de se prêter au jeu du festin nuptial, la Grande Augure avait assumé que la fidélité de ses officiers lui était acquise. L’idée que Typhon puisse les rallier à sa cause n’avait même pas effleuré les pires scénarios envisagés par Léandra. Il faut dire que la stratégie n’a jamais été le fort de la lionne. Elle aurait pourtant pu y penser. La cause première des rebelles était de détrôner Ava. Comme descendants de Mélinda, la famille de Léandra avait longtemps représenté leur meilleure chance de réussite. Or, voilà que Phœbe avait désigné quatre élues à la succession. Des alternatives étaient disponibles à la lionne.

Réfléchir n’était pas le fort de Léandra, encore moins de le faire rapidement. Il était peu probablement que Typhon ait le contrôle des rebelles. Il n’aurait jamais pris le risque de libérer sa prisonnière si ça avait été le cas. Il s’était probablement concentré sur les officiers de la meute de l’aube. Typhon était reconnu pour avoir des dons de voyance tempérés par un faible intellect. Il n’était pas à exclure que le Grand Totem ait eu du temps, avec les stratèges de sa meute, pour prévoir ce mariage en dépit de sa spontanéité. Si c’était le cas, la fuite serait aussi délicate que l’affrontement.

Alors qu’elle réfléchissait, l’instinct de Léandra lui cria qu’elle devait gagner du temps. Sous pression, la lionne n’arrivait pas à assembler les pièces du casse-tête. Or, elle avait la conviction que quelque chose n’allait pas. Des détails anodins, mais contradictoires, se multipliaient. Si seulement elle pouvait se donner le temps de cogiter toutes ces informations, la lionne pourrait certainement reprendre le dessus sur son rival. Elle devait seulement détourner l’attention de Typhon.
« Fils de pute… Tu t’es joué de moi ! Arrière, ou tu goûteras de mes crocs !!!
Je t’en prie, transforme-toi. La chair du lion est bien plus savoureuse que la chair humaine.
— Tu bluffes… Tu n’as pas plus le contrôle des rebelles que de ma meute. Tu… tu as besoin de moi !
Je n’ai qu’à te remplacer par Échidna et le tour est joué.
— Un monstre ne se fera jamais passer pour moi ! Ce serait la révolte.
Tu sais pourtant qu’elle a une forme humaine.
— Non ! C’est moi, et moi seule, qui te permettra de devenir Dieu-Totem… »

Léandra déglutit, maudissant son admission d’infériorité. Habitué de laisser sa force parler pour elle, la lionne faisait piètre figure lors d’une joute verbale. Et voilà maintenant que l’homme-serpent-tigre et la femme-serpent-chatte avaient profité de l’hésitation de Léandra pour se positionner avantageusement autour de la lionne. Pire, la meute de Gargantua bloquait les issues, alors que les officiers de la meute de l’aube formaient un cercle autour des combattants. Tout donnait lieu de penser que Léandra était prise au piège… Pourtant, l’instinct de la lionne continuait de lui dicter de se calmer et de reprendre le contrôle. C’est ultimement le désespoir qui s’empara de Léandra. Elle se résigna à son sort.

La Grande Augure se transforma afin de profiter de la résistance à la douleur de la lionne, puis attendit dignement la fin. Elle espérait démontrer par ses actions l’héritage royal de sa famille… mais elle se retrouva seule, le corps sanguinolent, dans une sombre caverne toute juste de taille à accueillir l’immense félin. Affolé et à bout de souffle, Léandra maudit sa couardise et hurla en son for intérieur. Elle comprit enfin. Ses officiers ne l’avaient pas abandonné, ils avaient été charmés. L’homme-serpent-tigre avait tout fait pour la distraire, pendant que sa putain manipulait les meilleurs de la meute de l’aube.

Si seulement Léandra avait comprit plus tôt, elle aurait pu libérer ses officiers de leur envoutement. Elle aurait pu se battre, et peut-être même gagné ! Mais non, elle avait perdu, encore. Maudissant Typhon, la Grande Augure se jura de tout faire pour entraîner son adversaire dans sa chute. La lionne de l’aube ne sortirait pas victorieuse de cette rivalité, mais le monstre de Durienrisda non plus.

***

Après le départ de Léandra, la meute de Gargantua exécuta les officiers de la meute de l’aube pendant qu’ils étaient toujours sous les charmes d’Échidna. C’était la seule façon de s’assurer que la Grande Augure ne puisse pas rassembler sa meute. Les autres membres, bien plus faibles, avaient déjà été dispersés parmi des meutes de la horde de Typhon. La lionne de l’aube avait ainsi perdu le gros de son influence, car elle était dépossédée de sa meute. Elle demeurait dangereuse, mais sans plus. Le plus grand défi était désormais de combler le vide laissé par l’anéantissement de la meute de l’aube.

Laissés seuls, Typhon et Échidna profitèrent de ce qui restait du festin nuptial. S’étant retenus tout le long du festin, l’homme-serpent-tigre et la femme-serpent-chatte pouvaient enfin se repaître à leur convenance. Le reste de leur meute ayant déjà eu leur part, ils profitèrent du reste de la soirée à leur convenance. C’était la pleine lune, après tout.
«  C’est un échec sur toute la ligne, soupira Typhon. Délaissant la retenue qu’il avait fait preuve plus tôt, l’homme-serpent-tigre s’empiffra de copieux morceaux de viande qu’il engloutit bruyamment. Même avec notre magie combinée, Léandra ne s’est pas soumise et elle a réussi à s’enfuir.
À qui le dis-tu, avoua Échidna. Après avoir déployé autant d’efforts, la femme-serpent-chatte se rua elle aussi sur autant de nourriture que possible avant que son compagnon ne dévore tout. Honnêtement, ça m’arrange que ce mariage ait avorté. Mais ce qui me trouble, c’est que Léandra ait su pour ma servitude… et notre enfant. Je n’ai que quelques semaines de grossesse.
Certainement un coup de Rakel. J’avais la bénédiction d’Ava pour envahir le Rocher, mais pas de le conquérir. J’imagine que c’est sa façon de me faire comprendre que j’ai rempli mon rôle.
Sinon, c’est vrai ce que Léandra a dit sur moi ? Notre enfant est-il en danger ?
Pourquoi le serait-il ? Nous partageons un festin nuptial. De ce que j’en sais, il te suffit de me courtiser cette nuit, puis nous pourrons consommer notre mariage à l’aube.
À croire que tu avais tout prévu... Merci. »


Résumé des actions:

2152 mots de RP
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Yllore Sùlfr
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 29
◈ YinYanisé(e) le : 22/11/2023
Yllore Sùlfr
Jeu 23 Mai 2024, 15:45


La succession II

Un brouhaha s'était levé au centre du camp, là où brûlait jour et nuit un immense feu de joie. Ce n'était pas l'allégresse cependant que l'on entendait. Délaissant mon ouvrage, je jetai un regard à Yllesha qu'elle me renvoya. Alors je haussai des épaules avant de reprendre ma tâche. Ça n'avait pas d'importance qu'elle soit plus ou moins au courant que moi de ce qui agitait la tribu. Ce n'était pas comme si j'avais voix au chapitre, et elle non plus d'ailleurs. Quelqu'un nous mettra au courant en temps et en heure, comme d'habitude. Cependant, les éclats de voix commencèrent à être plus intenses et violents, m'amenant à me détacher à nouveau de ma sparterie pour me tourner vers la provenance de ce qui semblait être une dispute. Mon cœur fut gonflé d'effroi en constatant certains membres, principalement ceux habités par les prédateurs, grognant et rugissant sous leur forme animale en écho aux paroles de ceux demeurant sous forme humanoïde. Bien que jaguar, je devinai Degataga en train de rugir avec virulence sur le groupe qui faisait face, en majeure partie composée par ceux dont le sang était infusé d'essences aviaires, Ari en tête sous sa forme d'autruche, menaçante. « Ça suffit ! ». La voix tonna comme la foudre frappant le ciel, et le silence tomba, tous se tournant vers Pittiulaaq. Tous, sauf Dagataga et Ari qui continuaient à se fixer en chiens de faïence malgré la colère apparente de notre Augure « Ne savez-vous donc pas régler un différend sans sortir les griffes ? » gronda-t-il le groupe de prédateurs. « Vous sentez-vous obliger de répondre par la menace ? » continua-t-il à l'intention de leurs opposants. « Nous ne répondrions pas ainsi s'il savaient débattre sans rugir. » répondit l'un d'eux, désignant le groupe adverse d'un signe de tête. Je tournai les yeux sur Yllesha en sentant sa main s'accrocher à la mienne. Je me séparai alors de mon ouvrage pour enlacer celle-ci dans mon autre main. « Tu appelles ça un débat toi ? C'était même pas une discussion ! Toi et les autres, vous restez campés sur des craintes qui n'ont plus lieu d'être. Les temps changent, Ava va crever, on a l'occasion de devenir plus qu'un groupe effrayé par les autres et vous, vous refusez de changer de point de vue et de façon de penser. Vous êtes des lâches, rien de plus ! ». Des rugissements accompagnèrent cette conclusion. Des rugissements qui me terrifièrent, tout comme la violence de l'altercation. Je me rapprochai d'Yllesha et la serrai dans mes bras. La peur me tordait l'estomac et je sentis les larmes me monter aux yeux. La querelle reprit de plus belle, les uns aboyant sur les autres, les totems se faisant, à chaque seconde, plus nombreux. « Pourquoi Pittiulaaq ne dit rien ? Pourquoi il ne fait rien ? ». Yllesha avait l'air aussi terrifiée que je l'étais, et son interrogation me frappa. Il était vrai qu'il n'avait pas réagi depuis sa dernière intervention, quand bien même la confrontation avait recommencé. Au lieu de ça, il passait son regard de l'un à l'autre des groupes, aucun mot ne sortait de sa bouche, ni aucun mouvement ne faisait vaciller sa silhouette. Il fallut attendre que Degataga se place en position d'attaque pour qu'il mette un terme au conflit. « ÇA SUFFIT ! » gronda-t-il avec plus de force et d'autorité comme les Evershas les plus agressifs se changèrent en hiboux dociles. « Que chacun rentre chez soi. Cet échange a assez duré. Degataga. Ari. Vous deux, vous venez avec moi. ».

L'ambiance était pesante le soir dans la hutte. Le poisson entre les mains, je le fixais sans le regarder, la scène à laquelle nous avions assisté tournant en boucle dans ma tête. « Yllore, tu vas bien ? ». Je levai les yeux. Maman s'était agenouillée à mes côtés. Elle avait l'air inquiète. « Pourquoi tout le monde s'est disputé comme ça tout à l'heure ? ». Les conflits étaient courants entre les quadrupèdes et les ailés. Mais pas à ce point. Pas au point d'être prêt à se battre. « La situation est tendue en ce moment. J'imagine que ça multiplie les désaccords entre les groupes et polarise de plus en plus le débat, ce qui mène irrémédiablement à des affrontements. » - « Pourquoi la situation est tendue ? Est-ce que c'est si grave que ça ? » continuai-je mon interrogatoire. « Les Grands Totems Rakel et Typhon ont quitté l'Antre il y a quelque temps. Il n'y a plus personne pour revendiquer et protéger ces terres. Une bonne partie des Hesshas a même suivi le mouvement et se trouve aujourd'hui au Rocher au Clair de Lune. » - « Je ne vois pas le rapport avec la dispute de tout à l'heure. » - « Degataga a pour volonté de s'accaparer ces terres maintenant que les plus dangereux sont au Rocher au Clair de Lune. » - « C'est une mauvaise chose ? » - « Si on tient à rester discret, oui. » - « Et on le veut ? » - « C'est là qu'arrive le conflit. Certains pensent que c'est mieux ainsi. Si on a échappé à l'autorité de Typhon et de Rakel, c'est parce que notre clan se fait peu entendre. C'est l'argument de ceux qui prônent la prudence. » - « Et les autres ? » - « Ils disent qu'il faut profiter que les Evershas les plus puissants et dangereux soient absents pour prendre le contrôle de la zone. Ainsi nous n'aurons plus nécessité à nous cacher et pourrions même devenir une meute d'importance. ». Je réfléchis à ces explications. Ça me semblait bien compliqué et je n'étais pas sûre de tout saisir à l'importance de ce qui était débattu. Je ne comprenais pas en quoi cette divergence d'opinions pouvait mener à de telles rivalités. On est une famille, non ?

Le lendemain, Pittiulaaq avait appelé l'entièreté de la meute à se réunir. On pouvait encore sentir des dissensions entre les membres du clan, ce qui me rendait particulièrement triste. « Degataga. Ari. Je vous ai demandé, hier soir, de désigner chacun un porte-parole pour exprimer votre pensée. » - « Oui. Thekhata s'est déjà exprimé pour nous hier. Il parlera à nouveau aujourd'hui. » répondit le premier. « Suljiigh sera notre voix. » fit le second. « Qu'est-ce qu'il se passe ? » interrogeai-je un aîné qui devait mieux comprendre la situation qui m'échappait de plus en plus. « Pittiulaaq a l'air de vouloir organiser un débat entre les deux groupes. » - « Un débat ? Comme hier ?! ». Je paniquai, revoyant la scène qui avait eu lieu et craignant que cette fois l'affrontement n'ait réellement lieu. « Non, je ne pense pas. Je crois justement qu'il veut reprendre l'échange d'hier mais dans un contexte supervisé, pour éviter les effusions comme il y a eu hier. » - « Comment ça ? Pourquoi un échange devrait-il être supervisé ? C'est se prendre la tête pour peu de chose, non ? » - « Pittiulaaq sera en quelque sorte un arbitre. Suljiigh et Thekhata sont soumis à l'autorité de Degataga et Ari qui sont, eux-même, soumis à Pittiulaaq. Ils seront plus aisés à faire taire si les choses devaient déraper. ». Je fronçai des sourcils, assimilant lentement les informations pour comprendre l'objectif de cet événement. « Un corbeau, c'est plutôt un partisan de l'expansion ou de la discrétion ? » lui demandai-je, me demandant ce que son totem lui disait d'être. Il me fixa quelques secondes. « Je ne sais pas trop. L'une comme l'autre de situation me convient. Le bien-être de la meute m'importe plus que la situation dans laquelle elle se trouve. » - « Je veux être intelligent et sage comme toi plus tard. » lâchai-je, impressionnée par son esprit d'analyse et ses réponses modérées sur une situation extrême. « Écoute ce qui va se dire alors. On apprend beaucoup des uns et des autres dans ce genre d'échange. Et je t'aiderai à comprendre si des notions t'échappent. ». Il me sourit à ces mots. J'étais bien contente qu'il soit là pour ça, aussi lui souriai-je en retour.

Suljiigh fut la première à prendre la parole. « Je suis Suljiigh, et je m'exprime au nom de tous ceux qui considèrent qu'il est plus sage de demeurer dans le secret, comme nous l'avons toujours fait. Une position que Degataga et les partisans de ses idées ne comprennent pas, et ne cherchent pas à comprendre. ». Je vis Thekhata faire un mouvement en avant et, par réflexe, je reculai d'un pas. Il fut cependant rappelé à l'ordre d'un regard menaçant de notre Augure. « C'est en demeurant à l'abri, en conservant le groupe et en se protégeant mutuellement, en ne s'installant jamais longtemps à la même place que nous avons réussi à éviter les guerres de notre peuple et des autres, à ne pas être phagocyté par des clans plus imposants et plus importants, comme ceux de Typhon ou de Rakel. ». Son discours était ponctué de courts silences, forçant à maintenir l'attention du monde sur elle. « Nous avons déjà pris la peine d'échoir à l'un de nos moyens de survie en nous sédentarisant, ce uniquement pour les totems territoriaux qui sont apparus au fil du temps dans notre clan. » fit-elle en pointant un doigt accusateur sur Thekhata. « Nous aurions tout aussi bien pu les exclure de la meute. La solution aurait été plus simple. Mais nous nous sommes adaptés, pour eux, qui revendiquent aujourd'hui la nécessité de s'étendre encore plus. ». Thekhata profita de l'un des soupirs de Suljiigh pour lui voler la parole. « Suljiigh, tu n'en dis rien mais le sous-entendu est clair. Tu es en train de traiter notre avis d'égoïste. Tu joues sur les émotions pour t'attirer les faveurs des moins instruits, mais n'est-ce pas là la preuve d'un manque de réels arguments pour plaider ta cause ? ». Le blaireau marqua une pause en fixant intensément l'oratrice devant elle. « Tu parles des meutes de Rakel et de Typhon, de leur importance. Qu'ils se soient retirés est justement l'occasion pour nous de prendre, à notre tour de l'importance. Ne serait-ce pas justifié depuis le temps que nous vivons ici ? » - « Dis-nous quelle utilité à étendre notre territoire alors même que nous ne sommes pas assez nombreux pour le défendre ? Quand bien même tu comptes rallier des clans au nôtre, s'il en reste, crois-tu réellement qu'ils acceptent si facilement de se soumettre à notre autorité ? » - « Ils sont plus nombreux à être solitaires sur ces terres. À l'heure actuelle, notre meute doit être celle qui compte le plus de membres dans les marais. Ils n'auront pas ce luxe de choisir de se soumettre ou non. Soit ils acceptent, soit ils périssent. Telle est la loi. ». Je fus particulièrement choquée par ces derniers mots. Je n'avais jamais imaginé que certains d'entre nous puissent se montrer aussi violents. Je tournai le visage sur Suljiigh. Elle semblait aussi effaré que je l'étais, à l'égal d'une partie importante de la meute. « Et une fois qu'ils seront tous absorbés par la meute, ou tous morts, que comptes-tu faire ? Même ainsi il n'y a pas assez d'Evershas sur ce territoire pour en contrôler n'en serait-ce qu'un quart. ». Un silence ponctua la contre-attaque. Si, un instant, je crus à la victoire de Suljiigh, l'expression de Thekata me laissa finalement dans le doute. Alors il reprit la parole. « À moins que l'on s'allie aux Hesshas encore présents. ». Un murmure parcourut l'assemblée à cette déclaration. « Les Hesshas ? ». J'avais, certes, déjà entendu ce mot. Hier encore maman l'avait évoqué. Mais chaque fois qu'il avait été prononcé c'était avec crainte ou répugnance. Je n'avais donc jamais questionné personne, de peur de rappeler un événement qui avait laissé de mauvais souvenirs. Ce mot semblait avoir son importance cependant aujourd'hui. « C'est quoi ? » demandai-je donc. Le corbeau à mes côtés fut surpris par ma question. « Tu l'ignores ? » - « Je ne pensais pas que c'était important à savoir. » me justifiai-je un ton plus bas alors que je sentais la faute de mon ignorance peser sur moi. « Ce sont ces créatures monstrueuses dont est majoritairement composée la meute de Gargantua. Ils n'ont pas le sang de notre race et ne mériteraient, de fait, même pas de porter le nom d'Eversha. La seule raison pour laquelle le monde les a inclus à notre race, c'est parce qu'il a fallu l'intervention de l'un de nous pour que cette créature existe. ». Je fronçai des sourcils. Des Evershas pas Evershas ? Je laissai cette interrogation de côté pour l'instant, cette histoire me paraissant bien compliqué, ramenant mon attention sur l'échange, d'autant que Degataga prit la parole en lieu et place de son élu. « Ce débat ne mène à rien. De toute façon si ce n'est nous qui prenons l'initiative, ce sera à nous de nous positionner. Vous devez en avoir entendu parlé, comme nous. Un autre Eversha planifie exactement la même chose que nous. Déjà il a réussi à rallier à sa cause aussi bien Evergrims qu'Hesshas. Et ceux qui contestent ses décisions sont au mieux exilés, au pire exécutés. » - « Depuis quand les Hesshas acceptent de se soumettre à un Eversha, Evergrim qui plus est ? » siffla Ari. « Depuis Typhon. » répondit Pittiulaaq à la place du puma. « Rallier est le mot juste. » ajouta-t-il, mettant un terme au débat. « Tu as raison Thekata, aucune décision concrète ne pourra être prise suite à cet échange. Vos points de vue divergent trop pour ça. Néanmoins, évoquer cet Eversha laisse une troisième alternative, celle de l'alliance. » - « Sérieusement ? Vous envisagez réellement une alliance avec des Hesshas ? » - « Pas avec les Hesshas. Avec l'Evergrim qui les a réunis. » - « C'est exactement la même chose. Cela revient à partager nos terres avec ces êtres. ». Un nouveau débat prit naissance sous mes yeux. Un débat sur lequel je savais encore moins me positionner que le précédent, faute d'avoir encore moins de clés en main pour le comprendre.
©gotheim pour epicode


Mots 2387 | Merci Typhon de faire avancer l'intrigue de ma meute /sbam

Résumé : Ca se passe à l'Antre des Marais. Avec le départ de Typhon et de Rakel, la place est maintenant libre, et comme dit le dicton "qui part à la chasse perd sa place" ! Y a donc un Evergrim qui commence à rassembler tous les Evershas encore présents (Evergrims, Wynmerys et Hesshas) à sa cause pour dominer le territoire
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40306-yllore-sulfr#7593
Orenha
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 85
◈ YinYanisé(e) le : 02/04/2023
Orenha
Ven 14 Juin 2024, 19:54


Dankána Arkta-Kahfrel
Eversha Evergrim du Totem de l'Ours
Fiche

Spécialités :
Agilité : 5
Force : 6
Charisme : 5
Intelligence : 5
Magie : 5

Pouvoirs :
- Esprit du Totem
- Règne Animal
- Colère des Anciens
- Superforce
- Posséder une caractéristique animale
- Flairer le danger


illustrations par Pheberoni, kme et ???
L’invasion des Hesshas
Dankána



À plat sur le sol, nos corps presque aussi immobiles que celui d’une proie traquée, Abessa et moi écoutons, une main sur la bouche pour étouffer le bruit de notre respiration. Ceux qu’on espionne ne sont pas visibles mais leurs voix, gonflées par la colère, portent suffisamment loin pour qu’on puisse les intercepter.
« Tu es complètement inconscient. Notre rôle est de les protéger, pas de les envoyer se faire massacrer… » La première voix, grondante et hargneuse, appartient à Hesthya, mon aînée. Merde. Je commence à regretter d’avoir suivi Abessa. Si elle me surprend à l’épier, elle risque de me sermonner. Je préfère encore une bonne rouste.
«  Mais nous les protégerons ! Au combat ! Je ne te parle pas de les envoyer en première ligne ! On est déjà trop peu nombreux. Ils nous aideront à combler les rangs. » Je hausse les sourcils en reconnaissant les inflexions graves d’un de mes frères, Kleos. Ces deux-là sont toujours à la gorge l’un de l’autre, mais cette fois, les enjeux ont l’air plus importants que d’ordinaire. Ça aiguise mon attention.
« Ce sont des Réceptacles, ils sont fragiles, vulnérables ! Que se passera-t-il si l’un d’eux perd le contrôle en pleine bataille ? Ce sont les rangs des Hesshas qu’ils risquent de rejoindre, oui !
- Tu imagines toujours le pire des scénarios… certains de nos Réceptacles sont à deux doigts de pouvoir accéder à la Grande Cérémonie. Ce ne sont plus des gosses ! On ne peut pas se permettre de les laisser derrière alors qu’ils sont capables de se battre. 
- Tu parles comme si on avait la moindre chance. C’est une mission suicide et tu le sais. Ou tu es encore plus crétin que je ne le pensais. 
- Qu’est-ce que tu proposes, alors ? Qu’on reste là, à se faire envahir par ces aberrations de la Nature ? Un bruit de crachat. Nous le devons à notre Meute – non, à Phœbe, d’éradiquer ce qui n’aurait jamais dû exister en premier lieu.
- Nous devrions nous retirer en lieu sûr et penser stratégie, au moins jusqu’à ce que la succession aboutisse et...
- Penser stratégie ?! Tu t’écoutes parler ? Bordel, Hesthya, tu fais honte aux Kahfrel. On ne va pas se cacher dans nos terriers comme des lapins aux abois alors que notre territoire est menacé ! Si tu veux te comporter comme notre mère, attends au moins d’avoir pondu ta première portée... » Je tressaille en entendant ces mots. Le rugissement qui retentit me confirme que le coup a porté. Pendant un moment, on entend plus que les feulements des félins et le bruissement des feuilles sèches sous leurs pattes. Je les imagine se toiser, le regard alerte et chargé d’avertissement. C’est ma sœur qui a été piquée au vif, mais connaissant Kleos, c’est lui qui bondira le premier. Sous sa forme de panthère noire, il est plus agile et rapide qu’Hesthya, massive lorsqu’elle et son Totem de Lionne ne font qu’un ; mais elle est aussi plus robuste et plus puissante. Il est rare que mon frère ne ressorte vainqueur de leurs affrontements. Je ne sais pas pourquoi Hesthya le tolère à ses côtés. Elle pourrait être la seule Augure de notre Meute, si elle le souhaitait. Au lieu de ça, elle partage le pouvoir.

Pendant quelques minutes, on entend plus que le vent dans les arbres au-dessus de nous. Je commence à avoir des crampes mais n’ose pas encore bouger. Je jette un coup d’œil à Abessa, qui me décoche un froncement de sourcils en retour. Trop tôt. Il est plus habitué à la traque que moi alors je ne conteste pas.
Le temps s’écoule et rien ne se passe. C’est comme si les deux bêtes s’étaient volatilisées. Encore quelque chose que je reproche à ces fourbes de félins ; cette façon de se déplacer sans bruit n’a vraiment rien de noble. Soudain, les fourrés derrière lesquels on se dissimulait se déchirent, arrachant un cri à Abe et moi ; deux yeux jaunes nous fixent à travers les branchages. La lionne gronde en direction d’Abessa, qui ne demande pas son reste et prend ses jambes à son cou. Je m’apprête à faire de même mais une énorme patte s’abat sur mon torse.

Fais chier.

Je soupire et commence à masser mes jambes engourdies en attendant que ma sœur reprenne sa forme humaine. Je ne parle pas le chat.
«  Tu sais... » je commence, mal à l’aise. «  Kleos n’a pas tort. Je ne suis plus une gamine et je me débrouille pas trop mal au corps à corps, je peux me rendre utile... »
- Dankána. » Je dois user de tout mon courage pour ne pas me recroqueviller sous l’acier tranchant de sa voix. « Il n’est pas question que tu ailles mourir dans un combat futile. » Je proteste faiblement, me mords les lèvres. La vérité, c’est que j’ai un peu la trouille. Je meurs d’envie de prouver ma valeur à la meute, de me battre pour de vrai ; mais jusque-là, l’adversaire le plus coriace auquel j’ai eu affaire était un sanglier récalcitrant. Je sens que la guerre qui est en train de se préparer me dépasse. Mais la façon dont ma sœur prend ses grands airs me sort par les trous de nez. «  Qu’est-ce que tu en sais ? De toute façon, on ne peut pas rester là à se tourner les pouces alors que notre famille est en danger... » Hesthya me prend par les épaules pour m’obliger à lui faire face. Elle soupire. « Kana, écoute-moi bien. Tu es sotte, impulsive et entêtée... » Le rouge me monte au visage, mais quelque chose dans le regard acéré de ma sœur m’empêche de protester. « ...mais je l’étais aussi, à ton âge. Tu es jeune et de mon sang. J’ai décidé de croire en ton potentiel. » Je m’éclaire soudain. «  Alors, je peux- ? » « Je ne te parle pas d’aller de battre, mais de partir. Loin de tout ça. » Je ne comprends pas. Quelque chose pue dans cette histoire et je n’aime pas ça. J’essaie de me dégager mais son emprise se resserre sur moi. «  Quoi ? Partir ?! Kleos avait raison, tu es lâche ! Jamais les Kahfrel ne fuient devant le danger- » Elle me coupe de nouveau, insensible à ma fureur : « Non, pas les Kahfrel. Juste toi. » Je cesse de me débattre. Mes yeux écarquillés lui posent la question que je n’arrive pas à formuler.
« Je t’envoie dans une école. Tu y seras en sécurité. Tu es loin d’avoir le niveau requis pour prétendre y décrocher une place, mais je connais quelqu’un. Un Eversha influent, Haggo le Rutilant. Il a de l’argent et des contacts et il se trouve qu’il me doit une faveur. Il pourra t’y faire entrer. »
Ma colère continue de monter tandis que je prends la mesure de sa trahison. «  Mais alors… les leçons d’écriture et de calcul que tu nous forces à nous coltiner ces dernières lunes… depuis tout ce temps, tu... » Je vois rouge, je perds mes mots. Mes tremblements se répercutent dans ses paumes et je vois son expression se radoucir. « Notre Meute se meurt depuis longtemps, petite sœur. J’ai essayé de faire de mon mieux pour elle, pour nous. J’ai pris des décisions cruelles que je regrette aujourd’hui car elles ont été vaines. Plus aucune femelle ne parvient à mettre au monde d’enfants viables. La maladie et la vieillesse déciment nos rangs et les plus robustes passent leur temps à se quereller. Ce qui se trame au Rocher du Clair de Lune aura raison de nous. Kleos ne m’écoute pas, je sais qu’il réussira à convaincre les plus belliqueux d’entre nous de se lancer dans une guerre qu'il ne peut gagner. Je ne peux pas protéger tout le monde, mais je peux au moins te protéger toi. » Les larmes me montent aux yeux, brûlantes. Cette fois, je parviens à m’arracher à elle et je m’enfuis en courant. Je l’entends crier derrière moi, dans mes oreilles, dans mon crâne. Depuis cette nuit maudite, je ne peux plus lui échapper.

« Tu iras. Grandis, deviens forte et sage, et si l’envie te prend de revenir prendre ta vengeance sur moi, qu’il en soit ainsi. »

Message unique | 1394 mots

Kleos, Eversha Evergrim et Augure de la meute des Kahfrel du Rocher au Clair de Lune, milite pour l'éradication des Hesshas. Il a rassemblé des guerriers et cherche à se rallier à d'autres Evershas Evergrim afin de lancer une offensive contre la meute de Gargantua. Il est possible qu'il s'en prenne aussi aux Hesshas disséminés dans le territoire.
Objectif : Élimination.


[Événement Eversha] La succession II Aq2e

Avatar : "Chrysalis" de ameliaclairearts
Signature : Teagan White
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40044-orenha-arkta-kahf
Orenha
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 85
◈ YinYanisé(e) le : 02/04/2023
Orenha
Lun 17 Juin 2024, 02:10


illustrations par Somniodelic Workshop (IA)
L'invasion des Hesshas
Orenha

Avec un soupir d’aise, Ren se retourna sur le tapis de mousse pour y enfoncer le visage, humant avec délices les effluves familières de humus et de fleurs, ce parfum qui avait bercé son enfance et son adolescence. Plus entêtantes que toutes les autres, elle reconnaissait les notes piquantes de la chambrerolle, cette plante qui poussait partout dans sa forêt, dont les feuilles crantées et acérées lui avaient plus d’une fois griffés les mollets lors de ses explorations. Ses bourgeons, d’abord petits et secs comme des noyaux d’olives, gonflaient jusqu’à ressembler à de gros champignons blancs et boursouflés. Les fleurs se déployaient alors en une large corolle translucide et délicate, plus fine que n’importe quel parchemin. Orenha aimait agrémenter ses infusions de ces pétales, qu’elle appelait des « tranches de lune » à part elle. Les voir flotter sur la surface lui rappelait en effet le reflet d’un croissant de lune sur un étang ; avoir ce morceau de monde dans le creux de ses mains l’apaisait. Elle n’avait jamais trouvé ces fleurs ailleurs qu’au Rocher du Clair de Lune. Que ce soit à Vervallée ou à l’Antre des Marais, ses recherches étaient restées infructueuses. Maintenant qu’elle était de retour dans ses terres natales, elle retrouvait ce rituel auquel elle s’adonnait presque tous les jours.

Enivrée par la nostalgie et le parfum sucré de la chambrerolle, la jeune fille se mit à tâter la terre à la recherche des fleurs. La couverture épaisse dans laquelle elle s’était enveloppée pour dormir glissa doucement de part et d’autre de son dos, et sa légèreté la surprit. Elle trouva bientôt plusieurs spécimens qui poussaient sauvagement au milieu de la clairière, à l’endroit où la cime des arbres était la plus clairsemée et laissait passer les rayons de soleil à travers ses feuillages en dentelles.
Gorgées de lumière, les chambrerolles étaient écloses et offertes. Ren les effleura du bout des doigts. Plutôt que d’en cueillir une pour la porter à son nez, elle rampa jusqu’à elles et rapprocha son visage des pétales blanches. L’odeur lui était devenue irrésistible. Elle inspira profondément, s’imprégnant du parfum jusqu’à presque pouvoir le goûter sur la langue ; alors une trompe se déroula du milieu de sa figure pour venir prudemment sonder le tapis de fleurs.
Orenha se redressa brusquement. Dans son dos, ce qu’elle avait pris pour une couverture se déploya dans un bruissement feutré en ailes immenses et duveteuses qui plongèrent la clairière devant elle dans l’ombre. Ses mains palpèrent furieusement ses yeux sans paupières, la fourrure qui poussait par poignées autour de l’appendice nasal, sa mâchoire où la peau était tendue et lisse.
Elle n’avait pas de bouche mais devait hurler.

N’aie pas peur.

La voix s’était posée au bord de sa conscience comme une plume sur un point d’eau. Elle ne s’imposait pas ; c’était une proposition que l’Eversha était libre ou non d’accepter. Orenha décida de l’accueillir, ne serait-ce que pour repousser l’échéance de la folie qui la guettait.

Je suis Aella. N’aie crainte, tu es en sécurité. Je ne fais que visiter.

Ses paroles tintaient comme des grelots de cristal. La jeune fille se recroquevilla, entourant ses genoux de ses bras, et du même mouvement ses grandes ailes se refermèrent sur elle pour l’envelopper. C’était étrangement rassurant.

Puisque tu m’y as autorisé, écoute donc mes paroles, sœur Eversha.
Toi et moi avons un point commun : nous partageons notre corps et notre esprit avec l’essence d’un animal. En cela nous sommes semblables. Les Evergrims ont la chance de pouvoir être en fusion avec leur Totem, mais ce n’est pas le cas des autres, les Sangs-mêlés. Pourtant, ils sont autorisés à vivre libres, à profiter de l’air pur et vivifiant du Rocher du Clair de Lune, contrairement à leurs frères et sœurs, les Hesshas. Qu’en penses-tu, ma sœur ? Trouves-tu que cela soit juste ?


Orenha sentit un frisson dévaler son échine, alertée par la menace voilée qui transparaissait derrière les grelots de la voix, dont le rythme s’était fait plus effréné, moins harmonieux. Elle voulut bouger mais réalisa que les ailes qui l’emmaillotaient s’étaient resserrées au point de presque lui couper la respiration. Elle ne pouvait toujours pas hurler.

Les vôtres ont fait de nous ce que nous sommes, et pourtant ils nous renient. De notre corps, ils ont fait une prison, et de notre existence, une malédiction. Ils nous ont jeté aux marais en espérant que nous y pourrissions, loin de leurs yeux et de leur conscience. Mais nous avons survécu, nous avons apprivoisé nos corps difformes, et nous revenons maintenant chercher ce qui nous est dû.

Le cœur de la jeune fille battait à tout rompre contre le cocon qui lui faisait comme une seconde peau, dure et visqueuse. Sa trompe s’était enroulée sur elle-même et reposait mollement sur sa poitrine, impuissante. Elle aurait voulu fermer les yeux mais ne le pouvait pas.

Lorsque tu t’es retrouvée dans ce corps, as-tu cessé de penser ? De désirer ? D’être effrayée ?
Nous sommes semblables, sœur Eversha, n’aie donc pas peur de nous lorsque nous arriverons. Cette nuit, je viens en paix. Faisons en sorte que cela dure.


Le cocon se craquela dans un bruit qui ressemblait à de la porcelaine qui se brise et Orenha chuta pendant plusieurs mètres avant de se réveiller en sursaut, les mains cramponnées sur la couverture de laine. Des grognements s’élevèrent à ses côtés. Prudemment, la jeune fille vérifia que son nez et sa bouche étaient toujours à leur place. « Cauchemar ? » demanda Iremía dans un murmure. La femme-gerbille se blottit contre sa fourrure chaude de sommeil. « Mia… penses-tu que Typhon réussira ? Que les Hesshas pourront s’installer ici, pour de bon ? » La femme-yak haussa les épaules, réajustant la couverture au-dessus d’elles. « Nous sommes déjà là. Et nous ne comptons pas repartir. » Orenha bailla sans répondre. Il y a encore quelques lunes, cette perspective l’aurait terrifiée. Cette nuit-là, elle se rendormit avec l’espoir que ses terres natales se révèlent plus accueillantes pour les Hesshas qu’elles ne l’avaient été pour elle.

Message unique | 1011 mots

Aella, Eversha Hessha, visite les rêves des habitants du Rocher du Clair de Lune pour les prévenir que les Hesshas comptent bien s'installer sur leur territoire, qu'ils le veuillent ou non. Son message peut être perçu comme un plaidoyer, un avertissement ou une menace.
Objectif : Assimilation.



[Événement Eversha] La succession II Aq2e

Avatar : "Chrysalis" de ameliaclairearts
Signature : Teagan White
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40044-orenha-arkta-kahf
Yllore Sùlfr
~ Eversha ~ Niveau I ~

~ Eversha ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 29
◈ YinYanisé(e) le : 22/11/2023
Yllore Sùlfr
Lun 17 Juin 2024, 15:53


La succession II


« ...alia ». Elle était si loin cette voix. Pourtant elle emplissait tout l'espace. « Amalia. ». La présente Grande Totem chercha des yeux qui donc l'appelait et la dérangeait pendant sa sieste. Si elle ne trouva pas ce qu'elle cherchait, elle sentit une force la happer et la tirer avec force de sa forêt, de son arbre, et de ceux avec qui elle était. Aucun ne sembla être troublé par cela pour autant. Alors elle ouvrit difficilement les yeux, émergeant rudement de son rêve. « Hum..... » grogna-t-elle en voyant le visage de Clara. Puis, refermant les paupières, prête à retourner dans son songe, elle s'arrima un peu plus au tronc ornant le centre de la hutte. « Amalia, réveille toi. Tu as plus important à faire. ». La concernée soupira. Ses siestes revêtaient bien plus d'importance que quiconque le croyait. En venant pour obtenir la bénédiction des Augures, elle avait omis que cette partie de son emploi du temps allait en pâtir. Alors elle se défit de son lit comme elle reprit une apparence humanoïde. « Oui... J'arrive... ». Pourtant déjà elle commençait à se rendormir, pourtant simplement assise en équilibre sur sa branche. « Amalia, debout maintenant ! ». Comme l'ordre tonna, elle se fit bousculer par l'écureuil de sorte à ce qu'elle chutât de son perchoir pour la forcer à se lever. Seul un soupir répondit à l'injonction. Alors enfin Amalia se leva, arrangeant ses cheveux en y passant les mains. Puis, dans une inspiration, elle redressa son port de tête et quitta la pièce pour rejoindre la ville.

Ce que Clara appelait "important" c'était ça, le contact avec le peuple. Amalia prenait soin à entretenir ses relations avec la population, à être à l'écoute quand elle le pouvait, à rendre les sourires qui lui étaient donnés. Les trois autres élus étaient des figures particulièrement clivantes et elle s'était rapidement rendu compte que, malgré son manque de notoriété initial, elle était appréciée de beaucoup. Elle avait décidé de jouer de cet atout pour se faire sa place, là où Rakel, Typhon et Léandra s'écharpaient entre eux pour asseoir leur domination, prouvant de même à son amie qu'elle n'était, pour l'instant, pas la cible à abattre à leurs yeux. Ainsi, contrairement à eux, elle serait une figure qui rassemble, qui saurait être estimée de la majorité, qu'ils soient herbivores ou carnivores. Elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour qu'on voie en elle une figure de stabilité. Elle serait une Élue de Phoebe acceptée, non pas uniquement pour la légitimité que lui donnerait la déesse, mais également pour ce qu'elle était, ce qu'elle représentait. « Typhon détient toujours Léandra. On devrait faire quelque chose pour elle, tu ne crois pas ? Elle reste la fille de Mélinda. Sa position est difficilement compatible avec tes ambitions, c'est vrai, mais elle mérite un meilleur traitement, tu ne crois pas ? » - « C'est vrai. ». La koala ne détailla pas plus, réfléchissant à la situation de la lionne. Elle avait bien une idée la concernant, mais il était plus sage d'en parler en privé. « C'est triste pour elle. Et Typhon fait un pari dangereux en la maintenant captive. Il aurait été plus sage de ne rien faire plutôt que de la laisser vivre enfermée. Certains pourraient y voir une forme de faiblesse à le voir simplement enchaîner une femme comme Léandra et ne rien en faire sinon attendre la décision de la déesse. Et s'il devait la tuer, par contrainte ou non, les Hesshas seront probablement jugés encore pus monstrueux qu'ils ne le sont déjà aux yeux des autres. » déclara-t-elle, sans s'inquiéter d'être entendue. Car c'était ainsi qu'elle menait sa guerre. Non par des actes de violence, mais par les mots qu'elle prononçait. Autant qu'elle cherchait à se faire plaire en public, elle veillait également, et de façon discrète, à semer les graines du doute et de la discorde dans les esprits de ceux qui croisaient sa route, quand bien même elle ne s'adressait jamais directement à eux. « La patience est une vertu en soi. » - « Tu prêches une convaincue. » rit Amalia à la remarque. « Madame Amalia ! ». L'interpellée se figea brusquement avant de se retourner. Ce n'était qu'un enfant. Elle eut une seconde de surprise en le détaillant. Un Wynmery. Ce n'était cependant pas ça qui la marqua. Son nez aplatit couvert d'un velours gris, supplanté d'un museau sombre. Ses mains, pas très grandes, également couvertes d'un doux duvet égal à celui qui couvrait son nez, et dont les paumes étaient des coussinets noirs. Elle comprenait pourquoi ce garçon s'était précipité sur elle et d'où venaient les étoiles qui illuminaient ses prunelles. Alors elle s'agenouilla pour se mettre à sa hauteur, tout sourire. « Pas besoin de m'appeler madame. Comment tu t'appelles ? » - « Kassian. » - « J'aime beaucoup ton totem Kassian. C'est mon préféré d'ailleurs. » fit-elle, amène et rieuse, ce qui amusa l'enfant. « Tiens j'ai fait ça pour toi ! » clama-t-il plein de joie, en tendant une large feuille. Amalia s'en empara pour découvrir qu'il s'agissait d'une feuille d'eucalyptus. De quoi lui ouvrir l'appétit. Sur la feuille étaient gravées des formes. Elle y reconnut une lune pleine. À gauche, elle supposa deviner un koala — elle, surement. Elle paraissait baigner dans la lueur de Phoebe. « Merci, c'est très joli. » le remercia-t-elle en lui caressant la tête. « J'ai aussi quelque chose pour toi. » ajouta-t-elle en récupérant une poignée de branches et des brindilles au sol. Elle fit alors infuser sa magie dans les morceaux de nature jusqu'à leur donner forme. Deux silhouettes étaient à présent sculpté. Une plus grande que l'autre, pas de beaucoup cependant. « Ah mais ! C'est ! » - « Oui, c'est toi et moi. Comme ça, quand tu diras à tes copains que tu m'as parlés, ils seront obligés de te croire. ». L'enfant serra fort la sculpture contre lui en remerciant l'Evergrim avant de s'éloigner d'un pas flegmatique rejoindre celle qu'Amalia supposa être la mère.

Après un détour par le marché, le duo reprit la route jusqu'à la nouvelle résidence de l'élue. Certains membres de sa meute qu'elle avait croisé lors de sa sortie l'y avaient rejoint, elle et, surtout, le festin. « Ce garçon tout à l'heure. Tu dois être un modèle pour lui. » - « Assurément. ». Un silence plana quelques secondes avant que la koala ne reprenne la parole, plus sérieusement. « Et les choses doivent rester ainsi. Si certains Wynmerys peuvent avoir le sentiment de pouvoir compter sur moi, faisons en sorte qu'ils songent tous de même. ». Rakel et Léandra appartiennent, à cause de leur sang lié à la couronne, à un monde où seuls les Evergrims avaient totalement voix au chapitre. Elle avait bien l'intention de faire jouer son anonymat passé pour s'attirer les faveurs de ces voix jusqu'alors inentendue. « J'irais rendre visite à Elidia et sa meute dans les jours prochains, en gage de mon engagement envers leur cause. » - « Et les Hesshas ? ». Amalia marqua un temps. La question des Hesshas était épineuse et elle n'avait, pour l'instant, pas voulu s'y frotter. Elle avait néanmoins bien conscience qu'elle devait se positionner. Cela faisait plusieurs semaines que nombres d'entre eux avaient débarqués au Rocher au Clair de Lune, ce qui rendait à présent leur existence non négligeable. Peut-être était-il temps qu'elle se prononce donc. « Il est inutile de plaider notre cause avec eux. Laissons les Monstres à Typhon. Ils ne suivront personne d'autre de toute façon, quoique l'on fasse. ». Ce qui était parfaitement compréhensible. On se détourne rarement de son libérateur, plus encore quand celui-ci avait ses chances pour succéder à la Déesse-Totem et, de fait, offrir une réelle place à ces ostracisés. « Contentons-nous de ne montrer aucune hostilité à leur endroit pour l'instant. » - « Il. Se dit. Que. Cer-taines. Meutes. Veulent. La. Mort. Des. Hesshas. » intervint Alégan. Paresseux de son état, il était compliqué de tenir une conversation avec lui. Il en avait d'ailleurs bien conscience et, à cause de cela, s'exprimait peu sinon pour relever des remarques ou des faits notoires. « J'en ai eu vent oui. Laissons les choses se faire. Je ne veux pas que l'on s'exprime publiquement sur la situation de ces individus contestataires. C'est trop dangereux. » - « Alors quoi ? Si on nous questionne, on dit qu'on ne se positionne pas ? Que l'on est ni pour, ni contre la présence des Hesshas ? Tu crois que c'est une bonne idée ? ». Amalia réfléchit, mâchonnant un rouleau de feuille de vigne farcie. « Non. Nous dirons que leur situation est préoccupante et qu'elle mérite réflexion. Qu'il est normal qu'il y ait des tensions, après tout nous n'avons jamais vu d'Hesshas à Dhitys avant aujourd'hui. Mais qu'agir dans la précipitation c'est risquer une guerre civile, et nous n'avons pas besoin de ça. Pas pour l'instant. Il faut également concéder que Typhon est bien mieux placé que nous pour parler franchement et sans a priori de leur cas et en leur nom, mais que l'on est tout à fait ouverts à une discussion avec lui pour comprendre ces êtres. » - « Tu es prête à tolérer les Hesshas ? » s'étonna la capybara du groupe. « Je ne sais pas. Ce sont des ostracisés également. Ce ne serait pas logique qu'on les repousse alors que tout mon combat vise à rendre à chacun, surtout aux exclus et aux moqués comme nos totems peuvent l'être, la place qu'il mérite. Cependant... ». Il était inutile de développer plus pour faire comprendre le problème. La cheffe de meute n'aimait pas discuter des Hesshas. C'était un sujet beaucoup trop polarisant. Si elle ne la jouait pas finement, elle risquait de couper court à son ascension. « Voyons ce que donne la cohabitation entre tous. C'est le plus sage à faire. S'ils portent atteintes à la sécurité de la capitale et de ses résidents, ou s'ils subissent un racisme trop violent, alors il faudra repenser leur position autrement. En bien comme en mal. ». C'était quelque chose de difficilement compréhensible pour beaucoup, mais parfois le bien-être du plus grand nombre nécessitait le sacrifice de quelques-uns. Amalia n'aimait pas cette solution. Elle se devait pourtant de l'envisager. Elle exhala un soupir. Ses paupières étaient lourdes. C'était si épuisant de faire de la politique. « Je vais me reposer. Clara, tu penseras à me réveiller. » - « Évidemment. Je te rappelle que Bop Kacando doit passer dans la soirée. » - « Ah. Oui. C'est vrai. ». Raison de plus de se reposer donc.
©gotheim pour epicode


Mots 1785
Résumé : Amalia fait savoir qu'elle soutient totalement la cause Wynmery. Pour les Hesshas, elle est plus frileuse. Officiellement, elle ne les rejette pour l'instant pas, mais elle ne cherche pas non plus à les rallier à sa cause. Elle préfère laisser le temps montrer ce qu'il se passe avant d'affirmer, ou non, sa position et réagir en conséquence.
Elle profite également de sa nouvelle popularité pour se faire son nom et propager ses idées, qu'elles soient politiques ou que ça concerne Typhon, Rakel et Léandra, en les partageant innocemment l'air de rien au milieu d'une conversation dans la sphère publique. Elle a une rencontre prévu avec Bop et s'organise un rdv avec Elidia qui se sont tous les deux exprimés en sa faveur (cf. la première partie de Succession) pour envisager le futur avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40306-yllore-sulfr#7593
Aubépine Percefeuille
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 99
◈ YinYanisé(e) le : 23/04/2023
◈ Activité : Étudiante à Basphel
Aubépine Percefeuille
Lun 17 Juin 2024, 23:21


"Ricky le noble" de Hugo Giard-Leclerc
La succession
Aubépine
« Un peu de thé, ma chère nièce ? » s’enquit Servaise en remarquant la tasse vide devant Aubépine. « Volontiers, Tantine ! » La jeune fille lui tendit sa soucoupe avec empressement. Plonger le nez dans les infusions florales de sa tante lui permettait à la fois d’éluder les questions un peu trop intrusives de la Magicienne et de soulager son odorat, submergé par les parfums qui inondaient la petite pièce. Servaise repoussa une boucle lustrée sur son front et s’empara de la théière-chaumière, l’une des favorites de sa collection, qu’elle réservait pour les occasions spéciales – et une visite de sa nièce adorée constituait bien sûr l’une de ces occasions. Avant de resservir cette dernière, elle ôta le couvercle en forme de toit de chaume, d’où dépassait une adorable souche de cheminée qui laissait échapper à intervalles réguliers des nuages de fumée colorée, et rajouta une cuillerée de miel à la concoction. Elle rendit une tasse fumante à la petite Magicienne, un grand sourire malicieux sur ses lèvres peintes de rouge : « Tu as perdu du poids, non ? J’espère que tu manges bien, dans ton école. Même si ce n’est pas aussi bon qu’à la maison, il ne faut pas que tu te laisses aller ! N’oublie pas que tu es en pleine croissance, ma petite chérie… même si je vois que sur ce point, tu n’as pas de soucis à te faire ! » rajouta-t-elle en lorgnant de façon exagérée sur la poitrine de la jeune fille. Aubépine s’empourpra. « Tantine ! » La concernée balaya son embarras d’un geste de la main. « Il n’y a pas de honte à avoir, au contraire. Moi aussi, à ton âge, j’avais certains avantages de la nature de mon côté. C’est un grand pouvoir que tu possèdes là, ma chérie. Tu devrais en profiter autant que possible avant que la gravité ne se rappelle à toi… ou d’avoir appris les sortilèges appropriés à ce problème ! » La Magicienne s’esclaffa, arrachant un sourire à l’étudiante. L’excentricité de sa tante était parfois un peu gênante, mais au moins, on ne s’ennuyait jamais en sa compagnie. « Raconte-moi tout, ma chérie. Tu dois faire tourner bien des têtes. Y en a-t-il une qui a ta préférence ? » Aubépine avala une grande gorgée de thé brûlant, soulagée que la buée sur ses lunettes dissimule son air déconfit. Elle s’étrangla dans sa serviette en dentelle sous le regard fripon de sa tante. « Eh bien… c’est que... » tenta-t-elle entre deux quintes de toux sans trop savoir ce qu’elle allait bien pouvoir lui répondre. Servaise hocha la tête d’un air entendu. « Difficile de choisir, n’est-ce pas ? Je comprends. Trop de choix peut parfois s’avérer un problème. Mais je ne m’inquiète pas pour toi, va. Expérimente tant que tu le peux encore. » Elle sirota son thé à son tour, laissant une grosse marque rouge sur le bord de sa tasse. Une expression songeuse passa sur ses traits. « Quand je parle d’un pouvoir, je suis très sérieuse. Entre de bonnes mains, cela peut s’avérer extrêmement puissant. Te souviens-tu de notre discussion sur Haggo le Rutilant ? »
La jeune fille opina furieusement du chef, soulagée au-delà des mots de la voir changer de sujet par elle-même – sa vieille tante avait une patience infinie quand il s’agissait de la tanner sur ses histoires de cœur. « L’un des prétendants à la succession du nouveau Dieu-Totem des Evershas ? Le Bonobo ? » Servaise frappa dans ses mains, ravie. « Lui-même ! Malheureusement, il n’est plus en lice. Cela dit, il n’est pas en reste en termes d’intrigues politiques. On raconte que pour apaiser les tensions, il s’est mis à organiser d’immenses banquets où sont conviés tous les Evershas, qu’ils soient Evergrims, Sang-mêlés ou Hesshas. C’est une première, en particulier concernant ces derniers. Ils ne doivent pas être invités à beaucoup de fêtes, les pauvres ! En plus des habituels bals masqués dont raffole Haggo, il s’est mis à instaurer des soirées où il est obligatoire de se présenter sous sa forme animale. Sans doute pour mettre plus à l’aise les Hesshas, dont l’apparence est en générale loin d’être humaine. Cela dit, Haggo est déjà réputé pour faire la plupart de ses apparitions sous les traits de son animal totem. Tu imagines, un Bonobo grimé et habillé comme un gentilhomme ? Comme ça doit être amusant ! » Aubépine grignotait machinalement des petits biscuits à la patate douce, captivée. Cet Eversha semblait tout droit sorti d’un Conte. Elle se demanda si Ed ou ses parents étaient déjà allés à une de ses soirées. « Bien sûr, rassembler tout ce petit monde au même endroit n’est pas sans danger. D’où l’importance d’avoir de la nourriture à foison, et surtout, de proposer des activités qui plaisent à tout le monde, si tu vois ce que je veux dire... » Servaise agrémenta son sous-entendu d’un clin d’œil grivois, manquant de faire s’étouffer de nouveau la jeune fille sur son biscuit. « Parvenir à faire se mélanger des êtres qui sont habituellement à la gorge des uns et des autres sans que ça tourne au bain de sang, c’est un coup de maître qui n’est possible quand lorsqu’on maîtrise le pouvoir de la séduction à la perfection. N’est-ce pas fascinant ? Cela dit... » Jetant des œillades à gauche et à droite, comme pour vérifier si des oreilles indiscrètes ne traînaient pas dans son boudoir personnel, la Magicienne se pencha et avant et adopta un ton de conspiratrice : « ...on raconte aussi avoir aperçu plus d’une fois au soirées du Bonobo un autre candidat à la succession : Rakel, le seigneur des marais. Il est bien possible qu’une alliance se soit formée dans l’ombre après que Haggo se soit fait évincer... » Soudain, la grande femme se figea, les sourcils froncés. Elle claqua sèchement de la langue. Aubépine se raidit : ce n’était jamais bon signe.
« Eh bien, ma chère, tu ne notes rien ? Et ton exposé, alors ? » La Basphélienne se mordit les lèvres ; elle avait complètement oublié ce mensonge. Son poignet souffrait déjà de tout ce qu’elle allait devoir écrire pour apaiser les doutes de sa tante. « Oh, euh, j’étais tellement absorbée par ton histoire, Tantine… laisse-moi aller chercher mon sac ! »

Message unique | 1056mots

Haggo le Rutilant organise des grands banquets et des orgies visant à réconcilier Evershas Evergrims, Sang-mêlés et Hesshas. Son objectif n'est pas aussi noble qu'il en a l'air, puisqu'il a passé un marché avec Rakel, qu'il finance en cachette en échange de sa protection si la situation devait tourner au vinaigre au Rocher du Clair de Lune.
Objectif affiché : Assimilation
Objectif réel : Militarisation


[Événement Eversha] La succession II Ziy3

"Ivy" par cho
"Witch and Owl" par tono
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t40057-aubepine-percefeu
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 919
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Mar 18 Juin 2024, 00:55



Résultats de l’événement
Voici d’abord la liste des influenceurs et de leur influence :
  • L’Evergrim (Yllore Sùlfr). Prône l’assimilation des Hesshas pour dominer l’Antre des marais.
  • L’Augure Kleos de la meute des Kahfrel (Orenha). Prône l’élimination des Hesshas du Rocher au Clair de Lune.
  • Aella (Orenha). Prône l’assimilation des Hesshas aux meutes du Rocher au Clair de Lune.
  • Amalia (Yllore Sùlfr). Prône la patience ; laisser un temps d'observation avant de prendre une décision réfléchie.
  • Haggo le Rutilant (Aubépine Percefeuille). Prône publiquement l’assimilation des Hesshas aux meutes du Rocher au Clair de Lune.


Conséquences suite à l’événement
  • L’Evergrim recevra un soutien de Typhon et de Rakel pour augmenter son influence et stimuler l’acceptation des Hesshas auprès des meutes du continent dévasté. Il s’agit ici d’une aide logistique (Typhon) et commerciale (Rakel). Les deux élus souhaitent profiter de la succession pour tenter un rapprochement entre le Rocher au Clair de Lune et l’Antre des marais. Selon toute vraisemblance, l’un de ces deux Grands Totems retournera vivre dans les marais, alors ils souhaitent établir de bonnes relations avec l’Evergrim dans l’intérim.
  • L’Augure Kleos et ses alliés recevront un soutien de Léandra et d’une partie de ses rebelles. Le mouvement est toutefois spontané et dirigé directement contre la meute de Gargantua, alors la Grande Augure sera prise de court. Ils affronteront le monstre de Durienrisda et sa meute, mais subiront de lourdes pertes. Les survivants seront absorbés par la horde de Typhon ou repartiront d’où ils sont venus. La lionne de l’aube va s’assurer que Kleos survive à l’affrontement pour personnellement le réprimander pour son arrogance et sa stupidité. S’il avait rejoint les rebelles avec son groupe plutôt que d’avoir les yeux plus gros que le ventre, il aurait non seulement permis l’éradication des Hesshas, mais en plus, il aurait aidé à faire perdre son titre d’élu de Phœbe à Typhon.
  • Aella n’obtiendra guère d’influence de ses visites oniriques. Le débat sur les Hesshas est un sujet chaud pour l’élite (et pour ceux qui partagent leur façon de penser), mais qui suscite beaucoup moins d’intérêt pour le reste de la population. Certains écouteront le message d’Aella, toutefois, et seront parmi les volontaires pour accueillir un Hesshas dans leur meute.
  • Amalia sera adulé par les jeunes et la population régionale, mais ils seront nombreux en position d’autorité à Dhitys à être déçu de son attitude passive. Ces derniers se rangeront plutôt vers Rakel et, par effet boule de neige, entraîneront avec eux une bonne partie des adultes qui vivent à Dhitys. Malgré cette défaite dans l’arène politique, Amalia demeure populaire, bien plus qu’avant la succession. Elle et sa meute bénéficieront donc d’une vie d’aisance et de prospérité jusqu’à la fin de leurs jours.
  • Haggo le Rutilant sera capturé par Rakel. Le seigneur des marais se plait à endormir la méfiance de ses proies avant de les agripper de ses mâchoires, puis des noyers. C’est pourquoi le prédateur au sang-froid aura joué le jeu de Haggo, lui donnant momentanément le beau rôle. Après tout, peut-être l’homme-bonobo était-il plus malin qu’il en avait l’air. Force fut de constater que non. Vous servez les intérêts du Grand Totem, où il se sert de vous. Haggo devra trouver moyen de convaincre son ravisseur de son utilité s’il espère revoir la lumière du jour.


Verdict : Amalia perd son titre d’élue de Phœbe.
Le peuple eversha désire une figure d’autorité religieuse à la fois forte et prompte pour trancher dans les débats sociaux lorsqu'ils se présentent. Ne pas se prononcé rapidement sur un débat tel que la place des Hesshas dans la société evergrim est jugé périlleux autant pour les élites que pour le peuple*. Puisque Rakel et Typhon, les élus toujours en titre, souhaitent une forme d’intégration des Hesshas, il est jugé que c’est également ce que désir de la déesse de la lune et de la nature. Les Grandes Dynasties s’opposant farouchement à la proposition de Rakel, c’est celle de Typhon qui est adopté. Les meutes du Rocher au Clair de Lune sont donc libres d’accepter, ou non, des Hesshas parmi eux.

Note (*) : la perte du titre d'Amalia est visiblement arbitraire. Elle n'a ni été vaincue au combat, ni failli, d'aucune manière que ce soit, à représenter Phœbe. Les plus anciens, ceux qui ont longtemps vécus sous le joug de la Déesse-Totem Ava, se souviendront d'un stratagème similaire. Ce dernier consistait à évincer pacifiquement une figure populaire embêtante, jusqu'à ce que sa popularité diminue. Quelques mois plus tard, celle-ci disparaissait sans laisser de trace. L'histoire serait-elle en train de se répéter pour Amalia ?

Explications complémentaires
Parce qu'il n’y a presque aucun non-Eversha au Rocher au Clair de Lune et que le produit de deux Evershas (quelle que soit leur catégorie) engendrera inévitablement un Sang-Pur (Evergrim), les Hesshas sont naturellement amenés à disparaître de la population. Par ailleurs, il y a proportionnellement très peu de monstres à avoir accompagné Typhon au Rocher (quelques centaines par rapport à plusieurs millions). C'est pourquoi, en fin de compte, le mode de vie de l'Eversha moyen demeure inchangé.

La différence c’est, qu’à compter de ce jour, les Hesshas (forcément engendrer en dehors des contrées des changeurs de forme) pourront demander l’asile à l’Antre des marais ou au Rocher au Clair de Lune plutôt que de vivre reclus jusqu’à la fin de leurs jours. Ils seront alors guidés vers une meute qui partage leurs affinités pour mieux les intégrer à la culture eversha. Les puristes verront cette insertions comme une dilution du sang de leurs lignées. À l’inverse, les opportunistes profiteront de l’occasion pour renforcer leurs lignés grâce à du sang neuf. Ultimement, les faibles périront et les forts prospéreront, tel que le veut le grand cycle de la nature.

Conclusion
Avec deux élus de Phœbe toujours en lice, les Grandes Dynasties sont amenées à mettre leur poids dans la balance pour départager les finalistes. La Dynastie des Hewadel ainsi que la Dynastie des Galashelm, associé respectivement à l’économie et la diplomatique, préfèrent le changement qu’incarne Typhon et le soutiennent depuis le début de la succession. La Dynastie des Galagrim, la Dynastie des Layfrea et la Dynastie des Shell, associés respectivement à la justice, à l’application de la justice et aux forces armées, préféraient Léandra, mais la perte de son titre leur impose de se choisir un nouveau favori.

La situation politique des Evershas évolue. La voix de la tradition et la voix du peuple ont toutes deux été rejetées. S’affronte désormais la voix de la continuité et la voix de la nouveauté. Quand sera-t-il pour la suite ? Nous le découvrirons lors du prochain événement !

Merci pour votre participation ! La suite de la succession aura lieu dans les environs du 15 octobre.




L’homme-serpent-tigre ingérait goulument les mets exotiques qui n’avaient pas été consommés pendant le festin nuptial. Sans aucune délicatesse, le monstre enfonçait la nourriture dans sa bouche, cherchant tant bien que mal à apaiser ses estomacs insatiables. Lui faisant face, la femme-serpent-chatte avait remplacé la précédente promise. Le mariage avorté entre Typhon et Léandra, ainsi que tous les préparatifs que cela impliquait, avaient laissé les deux Hesshas affamés. Le couple géant se tardait donc de remplir leur panse à la hauteur du désagrément. Le couple monstrueux se disputait donc les dernières portions du festin nuptial quand les guetteurs sonnèrent l’alerte. La meute de Gargantua était attaquée.
«  Déjà !?! s’exclama Typhon en rotant de surprise. Mais c’est du suicide, qu’est-ce que Léandra fou ?
D’autres signaux, affirma Échidna en se concentrant pour écouter. Ça ne peut pas n’être qu’elle… Fais chier, la meute festoyait pour le mariage, ils ne sont pas prêts pour une attaque !
C’est pire que ça, pesta Typhon. Les chefs de la horde aussi sont vulnérables. Ils sont venus en témoins sans leur meute. Par le trou du cul de Phœbe, comment est-ce qu’ils ont pu s’organiser de la sorte !!!
Tu n’as rien vu dans tes visions ?
Rien de tel. C’est forcément spontané.
Mais qu’est-ce qu’ils attendent pour nous faire un rapport !?! Ils sont débordés où quoi ? Putain ! Ma digestion n’a pas encore atteint mon troisième estomac… Toi ?
Pareil. J’ai trop de poids dans le haut du corps, ça entrave mes mouvements. Fait chier ! Je peux seulement vomir ce qui se trouve dans mon premier estomac. Pas le choix, on reste ici et on attend Lolong. On est trop lent dans cet état. Le risque est trop grand de partir dans la mauvaise direction.  »

L’homme-serpent-tigre et la femme-serpent-chatte s’appliquèrent tant bien que mal à garder leur calme. Le stress et la nervosité perturbaient leur digestion et risquaient de leur donner des maux de ventre en plus des difficultés motrices qu’ils subissaient déjà. Pendant ce temps, les bruits de combat devinrent de plus en plus audibles et il devint évident que la meute de Gargantua se repliait vers la position des deux Hesshas. Le lieu était bien mal choisi toutefois.

Choisie pour son élévation et de la visibilité qui en découlait, la colline nuptiale était idéale pour célébrer un mariage. Il accommodait un grand nombre de témoins en contrebas, avec suffisamment d’espace pour l’entourage des mariés au sommet. Ces qualités se transformaient en défaut en situation de combat. La colline n’offrait aucune opportunité de repli et permettait à un grand nombre d’adversaires de s’y rendre de toutes les directions.

***

Quand la meute de Gargantua eut rejoint ses chefs, de nombreuses pertes étaient déjà à déplorer. Seuls les géants et les Hesshas de la meute grimpèrent la colline, repoussés par les attaquants. C’était signe que le tiers de la meute avait été séparé par les combats. Il y eut alors un répit de combat, alors que Léandra aboyait des ordres en contrebas pour coordonner l’assaut de la colline. La voix de la lionne de l’aube était si puissante qu’elle dominait le brouhaha. Enfin, une silhouette familière réussit à s’extirper de la masse de changeurs de forme, pour grimper la colline. Lolong, le bras droit de Typhon, avait réussi à percer la position ennemie pour aller à la rencontre de son chef.
«  Lolong, tu en as mis du temps ! Soupira Typhon de soulagement. Qu’est-ce qui s’est passé bordel !
— Aucune idée, avoua Lolong. Ils sont sortis de nulle part et nous ont attaqués sans crier gare. C’est uniquement quand Léandra est apparu qu’ils ont commencé à s’organiser. Par chance, ils se sont jetés sauvagement contre Gal’ulm et ses cuisiniers, qui les ont reçus comme il se doit. Les pertes auraient été bien pire autrement. Une partie de nos gars ont réussi à s’éparpiller dans les bois, mais les géants et les Hesshas n’ont pas eu cette chance.
Fils de putes, jura Échidna en écoutant le rapport de Lolong. Ce ne sont pas des rebelles, ce sont des puristes. Ils n’en ont rien à foutre de notre querelle avec Léandra ou de la succession ; ils viennent juste pour nous tuer.
Quand est-il des chefs de la horde ? Ils ont réussi à s’enfuir ?
— La plupart, oui. Ils s’en sont aller rejoindre leurs meutes respectives. Ils devraient revenir en force.
Pour peu qu’on soit encore debout… Ces couards opportunistes pourraient très bien nous laisser crever.
On n’y peut rien. Bon, il suffit de laisser le beau rôle à Léandra. Lolong, mène la retraite de la meute. Plein sud, il y a une rivière à trois cents mètres. Regroupez-vous avec la horde et revenez en force nous sortir du pétrin. Échidna, avec moi. Nous sommes trop ballonnés pour fuir, alors nous combattrons. Pas de pitié.  »

Un frisson parcourut l’échine de Lolong, alors qu’un large sourire se dessina au visage de la femme-serpent-chatte. Bien plus puissant que la majorité de ses semblables, l’homme-serpent-tigre s’imposait, à lui ainsi qu’à son épouse, beaucoup de retenue lorsqu’il affrontait des Evershas. En tant que Grand Totem, Typhon avait la permission d’agir en tant qu’extension de la Déesse-Totem comme guide spirituel. En contrepartie, le chef de meute devait mettre de côté ses ambitions et se conformer, minimalement, à l’ordre établi. Il devait respecter les territoires des autres Grands Totems, respecter l’autorité des Grandes Dynasties et, surtout, accomplir les desseins de la Déesse-Totem.

Ici, dans la région de l’aube, l’autorité de la Déesse-Totem était contestée et les dynasties ne s’imposaient pas. Or, parce qu’il avait souhaité rallier la région à sa cause, Typhon avait pris soin de minimiser les morts et de limiter les affrontements. Même ses deux combats contre Léandra avaient été « propres ». C’est pourquoi la lionne de l’aube s’était sortie de deux défaites avec des blessures superficielles. C’est pourquoi la dernière directive de Typhon était lourde de conséquences.

Lolong a compris dès lors la stratégie de son chef. Il ne faisait pas battre en retraite la meute de Gargantua pour s’assurer que la horde réponde de ses engagements. Non, la meute allait chercher l’aide de la horde pour éviter un massacre. Un Grand Totem et son Augure qui laissaient libre cours à leur férocité, en pleine nuit de pleine lune de surcroît, c’était un spectacle cataclysmique. Sans perdre plus de temps, Lolong souhaita bon courage aux chefs et prépara la meute à percer la position ennemie lorsqu’ils seraient inévitablement distraits par l’assaut de l’homme-serpent-tigre et de la femme-serpent-chatte.

***

Alors que sa meute se rangeait derrière lui, Typhon s’étira et s’échauffa. Illuminé par la pleine lune, le Grand Totem offrait son corps monstrueux à la vue des puristes qui partageaient le désir de détruire le Hesshas indigne de fouler le sol sacré du Rocher au Clair de Lune. Si ces derniers avaient eu un minimum de jugeote, ils auraient dirigé leur courroux vers les Hesshas isolés qui ne répondaient pas directement de l’homme-serpent-tigre. Typhon aurait alors été contraint par sa position de laisser ses assauts se perpétrer. Mais non, ces inconscients avaient visé le Grand Totem dument choisi par la Déesse-Totem, puis reconnu les élus de Phœbe par les Augures. Ils n’auraient que leur propre stupidité à blâmer pour le châtiment divin qui allait s’abattre.

La lionne de l’aube, elle-même, ignorait l’étendue des capacités du monstre de Durienrisda. Elle s’enorgueillit donc hâtivement de sa victoire. Son emprisonnement et ses blessures avaient amoindri ses capacités, mais la chance avait tourné en sa faveur. Les puristes et les quelques rebelles qui se joignirent à eux formaient une masse incalculable de changeurs de forme assoiffés du sang vicié du monstre qu’elle aspirait tant à pourfendre. Quelle autre finalité pouvait-il y avoir que la mort de Typhon et de sa compagne ?

Léandra s’apprêtait à donner l’ordre de prendre d’assaut la colline quand l’homme-serpent-tigre géant souleva un énorme rocher qu’il projeta avec une aise déconcertante. Puisqu’il pesait lui-même plus d’une tonne, le Hesshas géant avait la capacité de lancer un projectile de la taille d’un homme sur une grande distance. La panique gagna tout un pan des attaquants qui se bousculaient pour éviter le rocher qui écrasa une douzaine de malheureux avant d’enfin s’immobiliser. Et puis, il y eut un autre rocher, puis un autre.

Cette démonstration de force ralentit les ardeurs de plusieurs qui commençaient à comprendre ce à quoi ils avaient affaire. Or, ce n’était que le début. Rampant parmi les ombres, Échidna avait atteint le pied de la colline et ravageait les esprits de ses pouvoirs d’enchantements. Contrairement à Typhon qui était une puissance physique, la femme-serpent-chatte œuvrait sur le mental. Elle alternait entre la magie noire pour souiller les esprits des pires maux, du charme pour pousser à la trahison et du contrôle des émotions pour répandre la terreur et le désespoir.

Enfin, Typhon se jeta dans la mêlée déchiquetant tout ce qui se trouvait sur son passage. Son coup de queue broyait les os des jambes qui avaient le malheur de se trouvait sur sa trajectoire, alors que ses griffes et ses crocs laissaient des blessures béantes. Et quiconque avait le malheur de porter un coup, voyait son énergie vitale extirpée de son corps pour instantanément soigner la blessure infligée. Un combattant bipède aurait tôt fait d’être embourbé par les corps et les ennemis qui se massaient à ses pieds, mais cet espoir était peine perdue pour un homme-serpent-tigre. Le corps serpentin massif n’avait aucun mal à progresser et à garder l’équilibre, écrasant ses adversaires au passage.

Seuls les plus grands animaux avaient le pouvoir de freiner la progression du monstre colossal, mais ils étaient alors eux-mêmes embourbés par leurs confrères. Et malheureusement pour ces Evershas aux Totems massifs, Typhon disposait d’un buste humanoïde capable de manier des armes. Le monstre de Durienrisda n’était pas un vulgaire Hesshas issu d’une mutation avec un corps et un esprit instable, mais un Hesshas chimérique. Son corps monstrueux avait été soigneusement conçu pour le combat et son esprit était à la fois éduqué et expérimenté.

Pour couronner le tout, l’homme-serpent-tigre et la femme-serpent-chatte eurent tôt fait de se rejoindre sur le champ de bataille et combinèrent leurs assauts. Dès lors, seuls les puissants de corps, mais aussi d’esprit, eurent la moindre chance d’approcher le couple monstrueux. Les corps s’accumulaient par dizaines et il fut vite compris que vaincre les deux monstres géants serait une guerre d’usure au prix de centaines de morts. Mais encore là, Typhon n’en était pas à son premier combat dans une telle situation.

C’est pourquoi le monstre géant avait appris le contrôle de l’air. Cette magie lui permettait de décupler son endurance et celle de son épouse en alimentant leurs poumons en air frais et en rejetant l’air vicié plus efficacement. Parfaitement alimentés en oxygène, les énormes muscles des deux monstres pouvaient déployer leur plein potentiel sur une très longue période. Lueur d’espoir pour les assaillants, des corps aussi énormes dépensaient quantité d’énergie faramineuse. Mais encore là, le couple monstrueux disposait de réserves de graisse bien dodues.

***

Lorsque le soleil se leva, la colline nuptiale avait été peinte rouge sang. L’arrivée de la horde de Typhon au petit matin acheva de démoraliser les ardeurs sanguinaires des puristes toujours en état de combattre. Car contrairement aux rebelles de Léandra, qui connaissaient assez bien la région pour se disperser et prendre la fuite, ces assaillants étaient loin de chez eux en territoire étranger. Le risque de se retrouver seuls, isolés et vulnérables étant trop élevé, de nombreux puristes n’avaient d’autre choix que de se soumettre et de refaire leur vie dans la meute qui voudrait bien d’eux. Du moins, se soumettre le temps en attendant de trouver une échappatoire moins périlleuse.

Victorieuse, la meute de Gargantua fut la première à choisir les vaincus qui remplaceraient leurs morts. Ce fut ensuite le tour des autres meutes présentes, jusqu’à ce que tous les vaincus aient été répartis. Il était ironique que ceux qui laissèrent leurs familles et leurs vies derrière eux pour combattre les Hesshas se retrouvassent désormais à joindre une horde dirigée par ceux-ci. Or, à choisir entre la vie et la mort, peu d’Evershas avaient l’intégrité requise pour choisir la mort. De même, rares étaient les meutes de la horde de Typhon qui ne manquaient pas de bras pour accomplir leurs corvées quotidiennes.

C’est ainsi que le jour nouveau se leva. Des visages familiers avaient été emportés par le conflit. De nouveaux visages étaient choisis pour les remplacer. Ainsi en allait la vie au Rocher au Clair de Lune.

2103 mots de RP
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Événement Eversha] La succession II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Événement Eversha] La succession
» [Événement] - La succession du Nylmord
» [Événement Eversha & Vampire] A la lumière du jour
» C'est une Eversha qui rentre dans un bar
»  [Demande de RP] Les monstres entrent en scène CAMP EVERSHA
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Est :: Rocher au clair de lune-