-50%
Le deal à ne pas rater :
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif à 270° Full HD 9000 ...
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Test Niv. V] La convocation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Lun 26 Sep 2022, 19:39



Intrigue/Objectif : test de niveau V. Après s’être illustré auprès du peuple eversha, Typhon reçoit une vision qu’il est convoqué à rencontrer la Déesse-Totem Ava. De nombreux obstacles se dressent toutefois sur son chemin afin de démontrer sa valeur auprès de celle choisie par Phœbe pour régner sur les Evershas.

Note : ce RP est un périple de l'île de Sylmoé de l'archipel de Maggie à l'Antre des marais et se conclu au Rocher au Clair de Lune.


Échec et abandon


[Test Niv. V] La convocation Yucong10
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Au cours de ses 27 années d’existence, Typhon avait rarement été mené à décider entre la vie et la mort d’autrui. En général, la question ne se posait pas. Pour cet imposant Eversha du Totem du tigre, la vie se résumait bien souvent par tuer ou être tué. Puis, une fois la poussière retombée, les survivants travaillaient ensemble pour faire face aux nouveaux défis. Parfois les ennemis d’hier devenaient les amis de demain et parfois, c’était l’inverse. Mais même en dépit de ce mode de pensée simpliste, il y avait des actions qui ne pouvaient être ignorées.

Que quelqu’un cherche à le tuer, Typhon n’y voyait aucun mal. C’était plutôt la norme, à vrai dire. C’était le prix à payer pour avoir suivi son propre chemin et avoir décidé de vivre en vagabond plutôt que d’évoluer dans une meute comme un Eversha normal. Car si pendant un court instant, Typhon fut nommé chef de meute, il s’agissait d’une meute de ratés et de laissés pour compte. Ils étaient quelques-uns à avoir du potentiel, mais somme toute, il s’agissait d’une meute faible et inconséquente. C’est pourquoi ses membres périrent et se dispersèrent jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que trois. Et maintenant, Typhon devait juger celle qui était responsable d’avoir attaqué et tué cinq des derniers membres de la meute de Gargantua.

Échidna, une Eversha de sang mêlé du Totem du chat sauvage, fut l’épouse de Typhon. Ce dernier se serait attendu d’une partenaire partageante les hauts et les bas de la vie. Mais pour la fille de Sorcière exilée par sa demi-nature, wynmeris dans la langue eversha, le mariage avait une autre signification. C’était une façon d’acquérir plus de pouvoir par le biais d’une alliance. Dans sa tête à elle, une tête ni eversha ni sorcière, son mariage pris fin lorsqu’il représenta une perte de pouvoir. Elle aurait pu simplement quitter son mâle sans faire d’histoire, mais non. Elle s’acharna à détruire sa vie, sa meute et son influence, pour laisser dans son sillage un homme brisé. Exemple ? Démonstration de force ? Désirs refoulés ? Non, simplement l’explosion d’une impulsion maléfique, refoulée depuis trop longtemps. Pratiquer la magie noire n’était pas sans conséquence…

À ce moment, Typhon avait deux choix. Il pouvait reprendre le fardeau du chef de la meute de Gargantua et juger Échidna, où il pouvait continuer à tout laisser tomber et se décharger de toute responsabilité. D’un cas comme de l’autre, Typhon se retrouvait perdant. S’il jugeait Échidna pour rendre justice à Lolong, le seul survivant de sa meute et son allié le plus fidèle, le chef de meute perdait son épouse. Si le tigre solitaire choisissait Échidna, alors il perdrait la seule personne à avoir confiance en lui. Et si ce n’était pas suffisamment de pression, Typhon avait reçu une vision qu’il avait été convoqué à rencontrer la Déesse-Totem Ava, la régente du peuple eversha. Alors en plus de choisir entre le désir et la responsabilité, Typhon devait choisir entre se présenter devant l’avatar de Phœbe comme un chef de meute désirable ou un vagabond indésirable. Une telle pression reposait sur des épaules fragilisées que tout s’effondra.

***

Échidna et Lolong arrivèrent face à face pour la première fois depuis la trahison de l’ancienne co-cheffe de la meute de Gargantua. Il y avait beaucoup d’hostilité au visage de l’Eversha du Totem de crocodile marin, car contrairement au reste de la meute, c’est par le poison et le subterfuge, et non le combat, que la wynmeris du Totem de la chatte sauvage s’en prit à son adversaire. Ce n’était pas là une question d’honneur, car ils étaient tous les deux issues de l’Antre des marais, une terre sans merci qui abritait ceux que même la société sanguinaire eversha ne pouvait tolérer au Rocher au Clair de Lune. En d’autres mots, ce qui préservait Échidna du courroux revanchard de Lolong, c’était le respect que ce dernier avait pour Typhon. Car si Lolong avait survécu, c’était parce qu’il avait été sauvé par Typhon. Et si Échidna avait survécu, c’était parce qu’elle avait été épargnée par ce même Typhon. Les opposants avaient donné à l’ancien chef de meute une période de grâce pour prendre sa décision, mais maintenant qu’Échidna et Lolong s’étaient remis de leurs blessures respectives, ils étaient à un cheveu de se jeter à la gorge.
« Abandonne et sauve-toi pendant que tu le peux encore, se moqua Échidna. Entre Totems félins, on se serre les coudes. C’est toi, le reptile, qui est l’intrus.
— Je n’ai que faire de toi. Je veux savoir si j’ai un chef digne de ce nom.
Ah ! Mon mâle n’a jamais été un chef digne de ce nom. Un guerrier digne de ce nom ? Certainement ! Un chef ? Dans tes rêves !
— Tu boites de la jambe gauche. Tu es lente. Ta magie est inutilisable sur l’île de Sylmoé. Je vais te tuer.
Cause toujours minus. Je fais une tête de plus que toi et deux fois ton poids. Je vais t’écraser et tu ne pourras pas te transformer pour m’en empêcher. »


Au bout d’un moment, les railleries des adversaires attirèrent l’attention du roi de Sylmoé et ils furent invités à présenter leur requête respective au souverain de l’île. Ledit souverain passait désormais le plus clair de son temps à s’empiffrer ou à dormir depuis l’attaque d’Échidna contre sa meute. En l’absence de magie, l’appétit phénoménal de Typhon était devenu son refuge pour se soustraire aux trop nombreux problèmes qui l’affligeaient de toutes parts. Il faut dire que Typhon et Échidna avaient développé un pouvoir de gigantisme, qui augmentait leur taille humaine et totémique, alors leur appétit avait été développé pour compenser cette croissance. En milieu magique, l’énergie dépensée par les Totems géants était telle que le couple pouvait engloutir des quantités phénoménales de nourriture et quand même perdre du poids. L’absence de magie de l’archipel de Maggie, où se trouvait l’île de Sylmoé, toutefois, retournait l’appétit des géants contre eux.

Puisqu’elle comptait alors trahir la meute de Gargantua, Échidna s’était mise au régime et avait pris part à un entrainement intensif et donc, perdu une partie de son surpoids. La géante de 2 mètres 20 n’était pas devenue mince pour autant, mais son imposante musculature était saillante malgré la couche de graisse qui la recouvrait. Typhon, pour sa part, avait négocié avec un riche Démon de la gourmandise, son maître de la profession de cuisinier. En échange de prendre encore plus de poids, le roi de Sylmoé gagnait de la main-d’œuvre qualifiée pour construire un atelier naval sur son île. La logique du géant voulait que même si son poids explosait pour ses 2 mètres 32, il ait tôt fait de reprendre la forme dès que le navire d’exploration en construction pourrait entrainer le chef de meute et ses compagnons dans un voyage autour du monde pour trouver comment apporter la magie à Sylmoé.

Malheureusement pour Typhon, la trahison d’Échidna, qui a anéanti le gros de la meute eversha, avait également causé la mort d’une bonne partie de ladite main-d’œuvre. Typhon se retrouvait alors plus gros qu’il ne l’avait jamais été et son projet était à l’abandon, car le Démon quitta l’île. Le stratagème de Typhon d’utiliser un échange de bons procédés pour convaincre son maître prit fin et comme l’Eversha refusa de pactiser avec le vilain pour réparer les pots cassés, l’entente cessa et chacun retourna chez lui. Le Démon était satisfait d’avoir transformé un puissant guerrier en un corpulent roi, quitte à perdre quelques employés lambdas et l’Eversha n’avaient finalement rien obtenu de l’échange, si ce n’est de devenir prisonnier de sa gourmandise.

***

Approchant craintivement, Échidna et Lolong n’étaient pas certains de comment aborder celui qui fut leur chef. Elle avait trahi la meute puis avait cherché à tuer son époux. Il avait échoué à protéger le chantier et les travailleurs qui y œuvraient. La faute de l’une était clairement supérieure à la faute de l’autre, mais il n’en demeurait pas moins que Typhon n’était pas dans son état normal. Il était déjà trop gros, pourtant, il ne cessait de s’empiffrer, comme si le Démon était toujours à ses côtés pour l’inciter à le faire. Le corpulent roi était entouré de carcasses et couvert de sueur et de restes de nourriture. Il remarqua éventuellement l’arrivée de ses anciens compagnons et c’est seulement alors qu’il s’arrêta de manger.
« Nous y voilà, déclara Typhon sans intérêt. C’en est terminé de la meute de Gargantua. Il ne reste que nous trois et vous voulez vous entretuer. On ne fait pas une meute à deux, alors faites comme bon vous semble.
C’est tout ? répliqua Échidna avec hostilité. Entretuez-vous et laissez-moi m’empiffrer ? Il est où le salaud qui m’a convaincu d’être enceinte pour manipuler un Démon afin qu’il sauve la vie de ce sac à main ambulant ? Il est où le guerrier qui a couru la moitié de Sylmoé pour sauver ce qui reste de notre bande de bras cassés ? Il est où le connard que j’ai épousé ?
Il fait la seule chose de sensé et il s’en fout.
— Là-dessus, je suis d’accord avec l’empoisonneuse. Ça ne te ressemble pas d’abandonner.
Si tu n’es pas d’accord, adresse-toi à mon cul. Parce que là, j’ai faim, j’ai envie de chier et tu ne m’aider pour ni l’un ni l’autre. »

Le corpulent géant tourna alors le dos à ses anciens compagnons, mettant fin à la conversation pendant qu’il se préparait aux actions contradictoires de continuer à profiter du festin tout en permettant à son postérieur de se soulager pour chasser les visiteurs maintenant indésirables. Échidna et Lolong échangèrent un long regard meurtrier, puis convinrent de rapporter leur revanche à plus tard. Ils laissèrent Typhon à seul, puis se retrouvèrent non loin.
« Bon, j’aimerais finir le travail et te tuer maintenant, avoua Échidna en faisant mime d’étrangler le survivant, mais ce gros lard est au bord de la crise de nerfs. Et autant je me fous de sa santé, autant c’est le putain de roi de l’île.
— Dis plutôt qu’avec le départ des Démons, il n’y a plus de bateaux pour t’enfuir. Mais je suis d’accord. Enterrons la hache de guerre… au moins le temps de trouver un moyen de quitter l’île. Excluant les Démons, ça fait des mois que Sylmoé n’a pas eu de visiteurs.
Ouais, Typhon a fini par arrêter les cérémonies lunaires par manque de pèlerins. Je t’en prie, dis-moi que le chantier a un bateau presque terminé…
— Nous étions à des semaines de finir la coque et c’est sans parler de la navigation. Et je ne pense pas que le Démon nous faisait perdre notre temps pour mieux engraisser Typhon. Je crois que c’est juste aussi compliqué que ça de construire un bateau sans magie. Et non, je ne sais pas me servir des outils qui ont été laissés derrière. Tout le travail technique se faisait par les Démons.
Fait chier…
— On ne pourra pas finir ce qui a été commencé. Nous allons devoir recommencer et essayer de concevoir une embarcation plus simple… Je vais voir ce que je peux faire, mais ça va être difficile d’aller de l’avant sans la bénédiction du roi. Eh ! Où est-ce que tu vas ?
Parler au cul du roi ! »


Échidna s’en alla rejoindre Typhon, mais elle resta derrière le mastodonte en silence. La géante ne comptait pas demander pardon, mais autant un Eversha pouvait être prompt à oublier le passé, autant la confiance perdue devait être regagnée par le mérite. Ultimement, à force de fixer les imposantes fesses du gros mâle, c’est la jalousie qui l’emporta. Car pendant que la traitresse peinait à suivre un régime strict, le roi profitait de la cuisine démoniaque. Si le monde avait été juste, Échidna aurait gagné son duel contre Typhon, mais ça ne fut pas le cas. Elle était jalouse de son rival, jalouse du fossé qui se creusait entre leurs habiletés respectives. D’une pensée malsaine à une autre, la traitresse sauta à la conclusion que son régime était à blâmer pour sa défaite. Pourquoi perdre son temps à regagner la confiance perdue ? Mieux valait rattraper le temps perdu et acquérir la force d’imposer le respect !

Au bout d’un moment, la géante s’en alla s’assoir au côté du roi de l’île et se servit dans la nourriture qui accaparait l’attention du roi. C’est uniquement quand Typhon remarqua que le festin s’épuisait qu’il se soucia de celle qui fut jadis son épouse. Il ne chassa pas cette dernière, mais exigea que plus de nourriture soit apportée pour compenser cette deuxième bouche. Ladite nourriture était grossière, mal préparé et mal servi, surtout comparativement à quand le maître cuisinier démoniaque était à la gouverne des cuisines royales, mais Typhon ne s’en souciait pas outre mesure. Pour l’heure, tout ce qui comptait, c’était de maintenir son estomac bien rempli. C’est en se concentrant sur son propre nombril que Typhon pouvait ignorer tout le reste, alors il tenait à ce que cette partie de son anatomie reste bien en évidence dans son champ de vision. Si Échidna en était venu à la même conclusion, le régent ne pouvait pas la blâmer.

2193 mots
1er message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Mar 27 Sep 2022, 15:57



La revanche


[Test Niv. V] La convocation Klaher10
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Il se passa de nombreux jours sans que Typhon ne parle à Échidna, qui partageait pourtant une proximité physique aussi intime que tu temps de leur relation. Ils dormaient ensemble. Ils mangeaient ensemble. Ils faisaient leur toilette ensemble. Elle-même, Échidna n’adressait pas la parole à son ancien compagnon. Elle se contentait de s’incruster dans sa vie et de l’imiter au meilleur de ses capacités. La différence de taille entre la chatte géante et le tigre géant était mince, alors elle pouvait aisément tenir son rythme. Puisqu’elle sortait tout juste d’un intense régime, la femme reprenait son poids perdu bien plus rapidement que l’homme gagnait en corpulence. À ce rythme, encore quelques jours suffiraient pour anéantir des semaines d’efforts. Ça ne la dissuadait pas de continuer à imiter le mâle, qui lui, toutefois, devenait de plus en plus curieux.
« Tu ne vas pas me faire changer d’avis, rota Typhon. Ma vie est finie, alors je vais passer le temps qu’il me reste à faire la seule chose qui me fait encore plaisir.
Qui a dit que je voulais te faire changer d’avis ? répondit Échidna qui profita du répit pour se repositionner et expulser la flatulence qui la gênait depuis un moment. À ce que je sache, je suis toujours reine.
Ce n’est pas parce que tu es reine que tu dois m’imiter.
Je ne t’imite pas, je te bats à ton propre jeu. À ce rythme, je te rattrape dans trois mois et dans quatre, c’est moi qui aurai le plus gros cul.
Tu bluffes.
Comment l’avais-tu apporté ? Ah, oui. Adresse-toi à mon cul si tu n’es pas d’accord. J’ai faim, j’ai envie de chier et tu ne m’aides pour ni l’un ni l’autre ! Alors si tu as quelque chose de pertinent à dire, dis-le !
Je n’ai plus rien !!! Ça va, tu es contente !?! J’ai plus de meute, je n’ai plus d’alliés et je n’ai plus d’avenir… Rakel a convaincu la Déesse-Totem de me convoquer ! Le Grand Totem ne peut pas m’avoir ici, alors il me force à venir à lui…
Bordel Typhon ! Un mot de cette pute et Rakel se fait pendre par les couilles ! Qu’est-ce que tu fous encore ici ?!?
Tu n’as pas vu ce que j’ai vu. J’ai vu l’avenir… Si nous étions partis avec les Démons, ils nous auraient engraissés, puis livrés impuissants à Rakel. J’ai… je me suis vu… transformé… Je me suis vu perdre la raison et dévorer ce qui restait de ma meute… Et ce n’est qu’après que ce connard m’aurait imposé son contrôle et fait pavaner devant sa sœur…
C’est tout ? Typhon, putain, tu t’es sorti de bien pires merdiers que ça !
Et je n’en peux plus… Rakel a gagné. J’ai perdu. Fin de la partie. »

Échidna s’apprêtait à poursuivre la discussion, trouver une insulte et raviver la colère de son mâle, mais elle se ravisa. Ses instincts de sorcières lui criaient de continuer à enfoncer le couteau dans la plaie. Son adversaire était à son plus bas, alors c’était le meilleur moment pour frapper encore plus fort et maximiser les dégâts. Mais la wynmeris n’en fit rien, car son autre moitié avait assez de raison pour comprendre le danger d’une telle approche. Les visions de Typhon n’étaient pas toutes justes, mais elles lui permettaient d’ordinaire de faire les meilleurs choix dans les pires situations. Or, cette fois-ci, ce pouvoir se révélait une malédiction. Il avait vu son échec et ne semblait apercevoir aucune autre voie que de s’empiffrer sur son île dépourvue de magie.

Jugeant que la conversation avait été fructueuse, Échidna recommença à s’empiffrer. Menteuse invétérée, la sang-mêlé n’était pas douée pour raviver les passions perdues, balancer de beaux discours ou ces autres trucs de héros des contes pour enfants. Ce n’était pas maintenant qu’elle allait devenir meilleure. Au contraire, la menteuse misa sur ses principaux atours, ses charmes et sa capacité à manipuler les esprits. Le plan était simple : manipuler Typhon de sorte qu’il se motive lui-même par ses trucs de héros. Il s’agissait d’un plan à multiples étapes. Première étape, imiter Typhon pour le forcer à regarder la réalité en face plutôt que de se voiler la face. Deuxième étape, faire parler Typhon pour l’inciter à dévoiler sa vision. Troisième étape, trouvez une faille dans le raisonnement de Typhon afin d’avoir le beau jeu ! Ce sera alors Sorcière 1 et Eversha 0.

***

Les jours se suivaient et le plan d’Échidna se déroulait sans accroc, ou presque. La première partie du plan, où la chatte s’empiffrait gaiement sans se soucier du monde qui l’entourait, se produisait comme prévu. Le problème était que se faisant, elle ignorait l’obèse à ses côtés qui agissait de même. Du coup, ni l’un ni l’autre ne se donnait la peine de parler et Échidna n’avait rien appris de plus sur la vision de Typhon qui lui avait fait perdre tout espoir. C’est donc avec beaucoup de réticences que la femme chercha à engager la conversation, dérogeant à son plan et improvisant la suite au fur et à mesure.
« Bon, tu vas continuer de m’ignorer encore longtemps ? accusa Échidna pour briser la routine et entamer la discussion. On se goinfre depuis près d’un mois et c’est bientôt la pleine lune. Ne me dis pas que tu as oublié ?
Je ne t’ignore pas, je n’ai rien à te dire, marmonna Typhon entre deux bouchés. Tu es libre d’aller où tu veux, alors tant pis pour toi si tu veux perdre ton temps avec moi.
Rah ! Et pourquoi tu t’engraisses comme un porc ? Tu n’as pas eu une vision qui t’a montré ta défaite sac à merde ?
Je n’en ai plus rien à foutre de ce qui m’arrive. J’aime manger, alors je mange.
Mais putain… Pleine lune ! Prière à Phœbe ? Procréation ?
Sans effet sans magie. Je peux prier en mangeant. La dernière fois, j’ai fini ligoter et je n’ai pas aimé ça.
Et merde, j’abandonne. Donne-moi la volaille. Tu ne vas pas prendre de l’avance sur moi !
Je pèse au moins 40 kilos de plus que toi.
Et il y a un mois, c’était 50 ! Plus de bouffe, moins de mots ! »

Et c’est ainsi que le plan d’Échidna cessa d’être. Sa moitié Sorcière voulait continuer d’importuner Typhon en lui prouvant sa supériorité et sa moitié eversha était particulièrement compétitive. Depuis que le gigantisme avait permis à la chatte d’atteindre une stature similaire au tigre, elle a toujours suivi de près les performances du mâle… à peu de chose près. Échidna n’avait pas le parcourt de combattant de Typhon, alors ses réflexes et son agilité étaient déficients. La chatte n’avait donc aucune raison de ne pas s’empiffrer à la hauteur de sa jalousie. Enfin, il y avait une raison, une petite voix qui s’époumonait à ramener Échidna à la raison et à la logique.

***

Échidna se réveilla seule. Il s’agissait de son premier moment de solitude en plusieurs semaines. La femme avait appris à ignorer Typhon, surtout lors des moments plus disgracieux de leur mode de vie, mais l’absence de celui-ci laissait un trou béant dans la routine de la corpulente femme. Ce n’est qu’ensuite que la wynmeris se rendit compte qu’elle était ligotée, puis qu’elle n’était pas seule. Lolong vint s’assoir sur l’imposant ventre d’Échidna afin d’occuper son champ de vision. Lolong était le seul membre de la meute de Gargantua à n’avoir jamais convoité le gigantisme de ses chefs. D’abord, il n’en avait pas besoin, car son Totem était déjà d’une taille supérieure à ce que le don pouvait lui offrir. Ensuite, le survivant préférait un corps humain en pleine possession de ses moyens et non incommodé par les diverses faiblesses apportées par le gigantisme. L’appétit démesuré et la prédisposition à l’embonpoint n’intéressaient pas le survivaliste d’expérience.
« J’ai une impression de déjà-vu, soupira Échidna. Laisse-moi deviner. Typhon s’est joué de moi et me force à vivre ce que je lui ai fait vivre ? Le fils de pute…
— Je ne sais pas ce qu’il lui passe par la tête, mais c’est le chef.
Honnêtement… Non, il m’a eu. Bon, tu vas me tuer avant ou après que je me fasse dessus ?
— Après. Ordre de Typhon. Il veut te donner une chance de te repentir.
Et on sait tous les deux que je ne demanderai pas pardon, alors ne perd pas ton temps.
— Tu n’as pas à le faire. En ce qui me concerne, Mivago, Rohk, Renart, Herméline et Ladon ne faisaient plus partie de la meute quand tu les as tués. Leurs morts m’indiffèrent. C’est avec Phœbe que tu dois faire la paix.
Putain de merde… Eversha 1, Sorcière 0. Bon, je fais quoi ?
— D’abord, tu vas te chier dessus et tu vas baigner dans tes excréments aussi longtemps que je le souhaite. Ensuite, tu vas prier Phœbe jusqu’à ce que j’y crois. Enfin, je vais te marquer au fer rouge pour que tu n’oublies pas.
Contreproposition. Tu me libères et tu laisses les grandes personnes régler leurs différends entre eux. »


Trop confiant, Lolong avait pensé que la prisonnière était entièrement restreinte. Or, elle n’était pas aussi immobile que le laissaient penser les cordes qui la retenaient. En s’assoyant sur le ventre de son adversaire, le crocodile avait sacrifié la seule chose qui faisait défaut à la chatte, sa mobilité. Les rôles s’inversèrent et c’est Lolong qui se retrouva sous Échidna. Mais contrairement à la géante qui pouvait relativement facilement supporter le poids de l’homme normal, ledit homme normal était impuissant sous les trop nombreux kilos de la géante.
« On respire mieux sans un poids sur son ventre, tu ne trouves pas ? Bon, à mon tour. D’abord, tu vas défaire ces nœuds. Ensuite, tu vas me supplier de t’épargner. Finalement, je vais te chier dessus pour que tu n’oublies pas.
— Gah…
On n’arrive pas à respirer, hein ? Mieux vaut commencer à défaire ces nœuds !
— …
Tu vois, Lolong, tu peux être serviable quand tu veux ! »


Libéré de ces liens et son adversaire humilié, Échidna voulut partir à la recherche de Typhon. Elle n’eut pas à le chercher longtemps, car le chasseur embusqué bougea pour révéler sa position. Puisque la wynmeris n’avait toujours pas été tuée, elle jugea bon confronter son ancien compagnon, mais elle se ravisa quand elle comprit que Typhon avait piégé la zone. La chatte eut des sueurs froides en voyant les pointes acérées qui pouvaient à tout instant s’enfoncer dans sa chair. C’était suffisant pour l’immobiliser, ne sachant où sécuritairement se positionner.
« Lolong reprend toi un peu, déclara Typhon en se levant et s’étirant après avoir passé la dernière heure accroupi. Échidna, tu ne sortiras pas vivante de ce merdier sans les faveurs de Phœbe, alors à genou et implore pardon.
Et puis quoi encore, je suis arrivé jusqu’ici… déclara Échidna avant d’être violemment interrompu par un coup de poing au bas-ventre de la part de Lolong.
Je dois quand même te remercier. J’étais vraiment prêt à baisser les bras, alors ton petit manège a réussi à me remettre les idées claires.
Fils de pute…
Alors, imagine-toi devant la Déesse-Totem. La représentante de Phœbe se tient là, et elle sent ton hostilité à chaque fois que Phœbe est mentionnée. On crève tous. Fin de l’histoire. Et comme tu ne peux visiblement pas te passer de moi…
C’est bon, je vais… Non ! Non, ne frappe pas ! Arg ! Putain, Lolong !
Ce n’était pas sincère. Honnêtement, je ne peux pas te forcer à aimer Phœbe. Alors tu vas apprendre à mentir parfaitement, ou tu vas véritablement te repentir. Et Lolong a beaucoup de colère refoulée à ton égard, empoisonnement et tout. Alors il va t’aider. Avec violence.
Humph ! Je crois que je préférais quand on passait nos journées à s’empiffrer…
C’est encore le cas pour moi. Quant à toi, du moment que tu passes pour une fidèle de Phœbe, tu fais ce que tu veux. En revanche, si tu continues à prendre du poids, Rakel va te transformer toi aussi.
Eh… Pourquoi pas !
Ça ne te libérera pas de l’obligation de devenir fidèle à Phœbe.
Roh… »

2115 mots
2e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Mer 28 Sep 2022, 15:38



Le voyage du Coulapic


[Test Niv. V] La convocation Satyak10
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Quatre mois s’étaient écoulés depuis la résolution de Typhon de reprendre sa vie en main et de confronter le Grand Totem Rakel. Puisque la meute de Gargantua était livrée à elle-même, ils devaient accomplir l’impossible : construire une embarcation assez solide pour naviguer jusqu’à l’Antre des marais… ou jusqu’au plus proche navire capable d’accomplir le périple. Si plus aucun pèlerin eversha venait rendre visite à Typhon pour profiter de ses cérémonies lunaires à l’île de Sylmoé, alors il n’y avait aucune raison pour qu’un navire atteigne les plages de l’île de Typhon.

Le Grand Totem n’était certainement pas étranger quant à l’arrêt des pèlerinages vers Sylmoé, mais c’était ça une convocation à rencontrer la Déesse-Totem. La tradition voulait que le convoqué démontre ses capacités à surmonter les défis. Typhon ayant été nommé Augure par Rakel, c’était à ce dernier de confirmer que son protégé méritait de rencontrer la représentante de Phœbe. Car si la Déesse-Totem était déçue ou contrariée par son visiteur, le Grand Totem concerné aurait lui aussi un prix à payer. Étant donné la nature personnalisée des épreuves et les grandes distances des terres evershas, peu d’importance était donnée au temps nécessaire entre la convocation et la rencontre, si même rencontre il y avait.

Perdu dans ses pensées, Typhon tarda à finir sa part du repas. Le glouton peinait à se sortir des habitudes que lui conféra son maître cuisinier démoniaque. La taille de son ventre témoignait de son manque de retenue et lui rappelait que chaque jour passé sans son Totem était un jour de trop.
« Ah ! À moi, la dernière part de dessert, s’exclama Échidna qui profitait de l’inattention du goinfre à ses côtés pour lui dérober sa nourriture.
Je n’arrive pas à croire que tu as encore faim, soupira Typhon exposant son propre ventre bien rempli et tendu. Je crois que tu deviens plus grosse que moi…
Urp ! Peut-être, mais j’ai encore vingt kilos à rattraper. La bascule ne ment pas !
Tu es une ogresse…
Dis l’ogre !
Au moins, moi, j’ai… urp… une raison. Depuis que j’ai éveillé mon Totem de tigre, mon appétit s’est développé pour répondre à des besoins surhumains. Je ne suis juste pas capable de me modérer, c’est plus fort que moi. Toi, tu étais une chatte ordinaire avant le gigantisme. Et puis, tu avais réussi à retrouver un rythme sain sur Sylmoé ! Qu’est-ce que tu fous aussi grosse ?
Eh bien… Comment dire ? Attends. Une minute, ça vient… murmura la femme sous l’effort de contraction de ses muscles abdominaux afin de laisser son postérieur procéder à son argumentation.
Donc, tu m’en veux encore de t’avoir battu et de t’avoir estropié lors du duel. Je te rappelle que tu cherchais toi aussi à me tuer.  
T’en vouloir ? Pfft ! J’ai failli crever avec l’idée que je m’étais fait chier pour rien. Mon régime, mon entrainement, mon plan préparé avec soin ? Inutile. Et tu sais quoi ? Je m’en fous. Alors quand je vais enfin crever, je n’aurai aucun regret. Et maintenant que ce ventre est bien rempli, allons prendre un bain chaud ! Ce soir, c’est la pleine lune et il faut être propre pour se donner à Phœbe !  »

***

Le jour du départ marqua le début de la première absence du roi et de la reine de Sylmoé après de nombreux mois de règne ininterrompu. Le chantier naval de l’île avait repris du service, mais sans l’expertise des Démons, les Evershas et les habitants de l’île durent faire de leur mieux avec des plans dont ils ne savaient pas lire et des outils dont ils ne savaient pas comment se servir. Ce fut un travail laborieux et grossier, mais le chantier produisit finalement une première embarcation. C’était un ouvrage de bois tout en angles, sans aucune courbure, avec une voile rectangulaire et des rames. Est-ce que l’embarcation pouvait affronter l’océan en dehors des eaux de l’archipel de Maggie ? Probablement pas, mais ce n’était pas l’objectif.

C’est minimalement vêtu que les Evershas prirent place à bord de l’embarcation pour son voyage inaugural. Considérant le danger du périple, il fut jugé bon de ne pas risquer inutilement la vie des habitants de l’île ou encore d’encombrer les souverains de parures qui nuiraient à la nage. L’embarcation n’avait que deux objectifs, à atteindre le large et ne pas couler avant d’atteindre le premier objectif. Typhon avait une modeste expérience de la navigation, mais même lui savait que ses chances étaient nulles d’atteindre l’Antre des marais dans ce rafiot. Mais plutôt que d’attendre des années que la technologie et l’expertise de Sylmoé parviennent à produire le navire désiré, les Evershas misèrent sur une autre approche : l’abordage d’un bateau avec les caractéristiques recherchées. Cette stratégie, imaginée par Échidna, faisait fi des conventions et des bonnes intentions de Typhon, se concentrant sur l’objectif à atteindre.

À côté de ses pairs, Lolong paraissait minuscule, autant en stature qu’en corpulence, ce pour quoi il était chargé de la navigation et de la voilure. Avec une mobilité réduite, mais une force prodigieuse, Typhon et Échidna allaient opérer les rames afin d’atteindre la direction souhaitée, avec ou sans le vent. Le petit voilier parvenait tout juste à soutenir le poids de ses occupants, alors il ne pouvait se permettre de provisions ou quoi que ce soit pour mener à bien son voyage. Considérant le risque assez élevé de chavirement ou de couler, c’était certainement mieux ainsi. Si peu d’espoirs étaient placés dans la flottabilité de l’embarcation qu’elle fut, baptiser le « Coulapic. »

Malgré la mauvaise fortune annoncée, la mise à l’eau de l’embarcation se fit sans encombre et elle réussit même à s’éloigner de la plage de Sylmoé. Chaque vague était un obstacle à surmonter, mais une fois une certaine distance atteinte, le Coulapic fut entrainé vers le large par un courant marin. Il ne restait plus qu’à rapidement sortir de la zone d’effet de l’anti-magie de l’archipel afin que les Evershas récupèrent leurs pouvoirs. Ainsi, Typhon pourrait localiser le plus près mode de transport permettant d’atteindre l’Antre des marais et, l’espérait-il, atteindre ce transport avant de devoir retourner à la nage à Sylmoé. Il s’agirait d’un exploit quasi impossible pour des marins normaux, mais la meute de Gargantua disposait d’un atout. Ironiquement, le Totem du crocodile marin de Lolong était le plus piètre nageur du trio. La chatte et le tigre géants étaient tous deux d’excellent nageur et avec leur corpulence actuelle, leur flottabilité était possiblement meilleure que celle du Coulapic.

***

Une météo clémente et plusieurs heures de navigation permirent aux changeurs de forme d’enfin retrouver leurs pouvoirs. Sous l’intense soleil qui leur brûlait la peau, la meute fut tentée de se transformer aussitôt, mais si loin de tout, il fut jugé bon de laisser une chance au Coulapic. C’est grâce à un mélange de ses capacités evershas innées et son pouvoir magique de localisation que Typhon détermina la direction à suivre pour atteindre le plus rapidement l’Antre des marais.

Ainsi, le chef de meute palliait la faiblesse du sort de localisation, soit l’absence de directions pour atteindre la destination. Car s’il connaissait la direction à suivre et la distance approximative, Typhon ne pouvait pas prévoir les obstacles sur le chemin. C’était là qu’intervenait la capacité innée aux Evershas de faire appel aux esprits passés des Totems d’antan pour guider le changeur de forme vers sa destination. C’était avec ce genre de pouvoir, que les jeunes Evershas du Rocher au Clair de Lune arrivaient à manœuvrer dans le relief accidenté et dangereux de leur terre natale sans avoir besoin d’au préalable étudier son relief. C’est donc avec une destination en tête et des guides spectraux que le Coulapic se dirigea vers le moyen le plus sécuritaire pour atteindre l’Antre des marais. C’était là que Typhon et sa meute confronteraient le Grand Totem Rakel et, s’ils y survivaient, entamerait alors un autre voyage vers le Rocher au Clair de Lune afin de rencontrer la Déesse-Totem Ava.

Ramant tant bien que mal dans la direction indiquée par les esprits, Typhon fut surpris de n’apercevoir aucune voile de navire à l’horizon. Ses sens magiques lui indiquaient qu’il approchait de ce qu’il convoitait, mais il n’y avait toujours rien en vue. Puis, un épais brouillard se leva, bloquant les rayons du soleil et plongeant le Coulapic dans une pénombre grise.
« Putain Typhon, jura Échidna à l’intention de son chef. Tu avais une tâche pourtant simple. Comment as-tu pu te planter à ce point ?
— Je ne crois pas que ce soit la faute de Typhon, ajouta Lolong. La température s’est rafraichie et le brouillard s’est levé d’un coup, nous ne pouvions pas l’éviter. Mais c’est étrange… Ça ressemble au genre de brouillard que j’ai connu dans les marais. Je ne savais pas que ça pouvait aussi se produire en mer.
Je ne comprends pas, répondit Typhon aux commentaires de ses compagnons. D’après ma magie, j’ai atteint la destination de ma convoitise.
Hein !?! Comment veux-tu qu’on trouve un bateau dans cette purée de pois ?
— Vous sentez cette odeur ? Cette fois, pas de doute, c’est l’odeur d’un marécage. Et l’absence de mouvement de vague, les insectes… Nous… nous ne sommes plus en mer !
Par le cul de…
Par le cul de Phœbe, oui. Nous sommes arrivés à l’Antre des marais. »

***

La meute de Gargantua, fort de ses trois membres, mit pied dans l’un des marais de l’Antre des marais. Immédiatement assailli par les insectes, le trio se dépêcha de prendre la forme de leur Totem. Les habitants de ces terres avaient l’habitude d’imbiber leurs vêtements d’onguents chasse-moustique, mais Typhon et ses compagnons étaient essentiellement en sous-vêtement. En forme animale, toutefois, le trio disposait d’une épaisse fourrure ou d’écailles pour se protéger. Laissant le Coulapic au milieu de nulle part, la meute de Gargantua s’appliqua à atteindre leur prochain objectif.

Typhon et ses compagnons n’avaient pas prévu devoir confronter le Grand Totem aussi tôt dans leur voyage, mais autant profiter de la présente chance et espérer pour le mieux. Techniquement, rien n’empêchait la meute de Gargantua d’éviter Rakel et de partir directement pour le Rocher au Clair de Lune, mais Typhon jugea bon de suivre la tradition. C’était Rakel qui avait fait de lui et d’Échidna des Augures, alors c’était à lui d’offrir sa bénédiction pour que Typhon poursuivre son voyage jusqu’à la Déesse-Totem.

Chercher à rencontrer la régente des Evershas sans suivre la tradition était certainement un raccourci mortel. À l’inverse, rencontrer au préalable le Grand Totem était seulement possiblement mortel. Les chances de survie de la meute étant plus grande avec Rakel, c’est le choix qui fut adopté à l’unanimité. Il faut dire que le soutien d’un Grand Totem donnerait à la meute de Gargantua une légitimité qui aurait tôt fait de remplacer les morts et les disparus. Si Typhon voulait approcher la Déesse-Totem comme chef de meute, il devait avoir une meute digne de cet honneur. Trois membres, aussi forts fussent-ils, ne constituaient pas une meute digne de ce nom. L’alternative était de se présenter comme un vagabond, mais s’en serait terminée de sa progression et de ses chances de devenir un Eversha respectable. Dans tous les cas, Typhon avait besoin du soutien de Rakel. Il ne restait plus qu’à prier la Mère Lune que le coût n’en soit pas trop élevé.

1928 mots
3e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Jeu 29 Sep 2022, 15:52



Le Grand Totem Rakel


[Test Niv. V] La convocation Jack-w10
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Trouver Rakel fut un jeu d’enfant pour la meute de Gargantua. N’ayant plus à se soucier de l’absence de magie, de l’océan ou de la forme humaine rendait la tâche aisée. Les trois animaux totémiques n’avaient aucun problème à se mouvoir dans le dédale d’étendus d’eau stagnante et de terre boueuse. Le tigre et la chatte géante n’étaient pas aussi à l’aise en milieu marécageux que le crocodile marin, alors leur progression était bien plus laborieuse. Cela dit, après s’être goinfrés pendant des mois les félins avaient de l’énergie à revendre. Et c’est ainsi qu’ils tombèrent droit dans le piège de Rakel.

Si le voyage de la meute de Gargantua jusqu’au Grand Totem Rakel dura quelques heures, une fraction de ce temps fut passé en territoire magique. Ne s’imaginant pas atteindre l’Antre des marais aussi rapidement, encore moins tombé sur Rakel sitôt, Typhon n’avait eu aucune chance de se servir de ses pouvoirs de devin et c’est seulement lorsque le danger fut imminent que son sixième sens l’avertit. Résultat, la meute se heurta à une forte opposition. Il aurait pu y avoir un combat, mais à trois contre quarante, la défaite de la meute de Gargantua était assurée. Il y aurait pu y avoir fuite, mais le Grand Totem était l’objectif de Typhon. Il y aurait pu y avoir négociation, mais Typhon venait implorer la bénédiction de Rakel. Il n’y avait d’autre choix que de se soumettre.

***

Typhon et Échidna se tenaient serrés l’un contre l’autre sous la tente de Rakel. Grands et massifs, il y avait peu de place pour les géants considérant qu’ils devaient partager l’espace avec le Grand Totem et des trois Augures qui l’assistait. La différence de taille et de poids était particulièrement marquante, car les changeurs de forme étaient nus, assis autour du feu qui crépitait au centre de la tente. La fumée épaisse et odorante de l’encens de chasse-moustique complétait le décor. Les Augures étaient visiblement craintifs, car assis entre leur Grand Totem et ses invités et ils leur étaient évident que de l’animosité régnait entre Rakel et Typhon et qu’ils étaient surclassés de part et d’autre.
« Avant toute chose, déclara Rakel pour ouvrir la discussion, félicitation du con, tu n’es pas aussi con que tu as l’air ! Ton épouse, toutefois, ne passe pas le seuil requis, alors assure-toi qu’elle la boucle.
Va te f… amorça Échidna avant de recevoir un coup de coude de Typhon.
Échidna vous remercie de votre générosité de lui laisser prendre part à cette rencontre en silence, répliqua Typhon en coupant court sa compagne. Je constate que vous avez employé la langue commune, dois-je en comprendre que n’utiliserons pas le grimwyn ?
— Non, sinon ces abrutis n’y comprendront rien… et la tienne qu’à moitié. Et arrête le vouvoiement, tu pourrais de me faire regretter le sort que je te réserve ! Mais, tu sais parler, c’est déjà ça de gagner. Enfin, reste à voir si tu en seras encore capable quand j’en aurai fini avec toi.
J’en conclus que je n’aurai pas aisément droit à votre bénédiction.
— Et comment, du con ! Si j’ai convaincu ma sœur de te rencontrer, c’est parce que tu es une plaie increvable, un connard de première et un putain de chanceux… Bref, un Eversha digne de ce nom. Mais, et c’est le plus important, tu es MON Eversha.
Je vous… Je te remercie… je crois ?
— Oui, c’était un compliment. Mais soyons clairs, que ça te plaise ou non, tant que tu vivras et que ma sœur ne t’aura pas affranchi de moi, tu es MON champion. Et mon champion, il sert MES intérêts. Je me suis bien fait comprendre ? »

Les Augures et Échidna cherchèrent à se faire petits et discrets, alors que l’hostilité du Grand Totem se manifesta. Pour tous, Typhon inclus, c’était la première fois que Rakel délaissait son air vantard et hautain pour adopter momentanément le sérieux d’un tueur au sang-froid. Si l’invité ne retourna pas l’attitude de l’hôte, chacun devenait conscient de sa place dans la hiérarchie présente. C’était une hiérarchie où le Grand Totem siégeait au sommet, suivi de Typhon un peu plus bas, les autres plus loin en dessous et, pour finir, Échidna tout en bas. Et encore, la place privilégier de Typhon n’était due qu’à l’attention que lui portait actuellement le Grand Totem, sinon il serait au même niveau que son épouse.

Avec si peu de temps et les circonstances actuelles, Typhon avait du mal à évaluer la puissance des assistants du Grand Totem. Traditionnellement, il s’agissait de l’une des positions les plus prestigieuses chez les Evershas, alors les Grands Totems avaient le luxe de ne s’entourer que des meilleurs parmi les meilleurs. Le tigre avait confiance qu’il avait l’avantage en combat singulier contre n’importe lequel des trois, mais de là à en affronter plus d’un, rien n’était joué. Si Échidna avait l’avantage physique, elle était principalement une maléficienne, alors au mieux, elle se situait dans la moyenne des assistants de Rakel. Avec le rapport de force présent, Typhon et Échidna étaient tout simplement dominés. Constatant que son message était passé, Rakel retrouva son air habituel et énonça les conditions de la survie de la meute de Gargantua.
« Personne ne s’est fait dessus, c’est déjà ça, reconnut Rakel pour détendre l’atmosphère. Bon, où en étions-nous ? Ah, oui, ce que je te réserve. Comme tu peux le voir, je n’ai pas besoin d’un assistant de plus. Et nous ne sommes plus en guerre, alors je n’en ai rien à foutre d’un chef de guerre. Donc, et ça va te surprendre, j’aimerais éviter que tu crèves. Des connards, les Evershas en comptent des millions. Alors un trou de cul qui mérite un grain de mon respect, tu n’as pas idée à quel point c’est précieux.
Soit, se risqua Typhon, incertain de s’il devait prendre part à la conversation ou écouter un monologue à l’honnêteté douteuse, mais tu n’as rien dit de la Déesse-Totem. Dois-je en conclure que je dois m’attendre au pire ?
— Mon gars… tu n’as pas idée, avoua Rakel avec un brin de pitié dans sa voix. Mettons de côté le merdier de la politique eversha et concentrons-nous sur ma sœur. Avec elle, tu es avec elle, ou tu crèves. Et pour être avec Ava, il faut que tu lui serves à quelque chose. Et donc, du con, selon toi, pourquoi j’ai demandé que tu rencontres la Déesse-Totem si je ne veux pas que tu crèves ?
Tu as l’intention de me trouver une utilité.
— Un vrai génie ! Prenez-en exemple, vous autres. Petite rectification, j’ai déjà une utilité pour toi. Il suffit… de te compléter. Bon, j’ai dit que je mettais de côté le merdier politique, mais outrepassons un peu. Les evergrims, ils ont leur Déesse-Totem. Les wynmeris, ils sont chanceux de faire partie de nos meutes. Les hesshas, ils nous détestent. Je veux que ça change. Ava veut que ça change. Les grandes dynasties veulent que ça change. Tout le monde veut que ça change. J’ai besoin de te faire un dessin ?
Tu veux faire de moi le représentant des hesshas ? Je vois mal comment ils m’accepteraient, je suis un evergrim… Par les poils de fesses de Phœbe…
— Ah, j’adore quand ils comprennent tout seul ! Non, je ne suis pas omniscient. Non, je n’ai pas tout prévu depuis ta naissance. Mais tu peux me croire, du con, je sais faire avec les moyens qui sont à ma disposition. Typhon de Gargantua, le chef de guerre de l’Antre des marais, un géant à l’appétit insatiable, le pourfendeur de Vampires, le briseur de siège, le roi des monstres, etcétéra, etcétéra, etcétéra. Ça n’a pas été facile, mais j’ai tout fait pour contrôler l’information qui à ton sujet qui circule au Rocher au Clair de Lune. Résultat, qui, ou qu’est-ce que Typhon de Gargantua, personne ne le sait vraiment. Alors, si par un heureux hasard, Typhon s’avérait être un hesshas et un priant de Phœbe, il se pourrait bien qu’un tel héros de guerre puisse servir à la Déesse-Totem.
Mais, je ne peux pas me transformer en hesshas ! Je suis un evergrim. Je… Par le cul de Phœbe, tu as trouvé un moyen.
— Hé, hé, eh ! »

***

Typhon et Échidna étaient à nouveau blotti l’un contre l’autre pour partager leur chaleur corporelle et à essayer de maintenir la petite flamme qui leur servait de source de chaleur. Ils avaient été contraints de s’installer dans une petite caverne froide, humide et sentant la mort. L’espace était trop restreint pour que l’un ou l’autre des géants adopte sa forme animale sans risquer de faire s’écrouler des tonnes de pierres. Le couple n’avait ni vêtement, ni fourrure, ni outils. Ils étaient seuls, livrés à eux-mêmes et dépendants du peu de ressources qui leur était descendu par le haut semi-ouvert de l’espace sous-terrain.

En tant que tel, sortir de ce trou dans le sol rocailleux n’était pas impossible. Avec l’aide d’Échidna, Typhon pouvait se hisser par l’ouverture et il pouvait ensuite libérer son épouse. Or, ce genre d’évasion était proscrit par le Grand Totem Rakel. Ses invités, ou plus réalistement, ses prisonniers, devaient vivre dans l’espace sous-terrain jusqu’au terme de leur transformation en monstres hesshas.
« Brrrr, se plaignit Échidna, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça…
Tu m’as épousé, répliqua Typhon en offrant une précieuse branche de plus aux flammes. Et en plus, je t’avais prévenu.
Ouais, mais tu aurais pu insister ! Tu sais très bien que moi et être prévenante, ça fait deux…
Et vivre ce cauchemar seul ? Plutôt t’entrainer avec moi !
Je te dirais bien d’aller te faire foutre, mais je ne me sens pas d’humeur… Alors, je vais te pisser dessus ! »

***

Typhon et Échidna n’étaient pas les premiers cobayes de Rakel. S’étant inspiré du don du gigantisme que la meute de Gargantua offrait à ses membres, la transformation en monstre hesshas était un processus éprouvant. Dans le cas du gigantisme, Typhon et Échidna surchargeaient le corps d’un Eversha de magie sous la lueur de la pleine lune, de sorte que cette surcharge se manifeste par une croissance accélérée du Totem animal, ce qui avait du même coup une répercussion proportionnelle sur le corps humain. Cette croissance subite nécessitait une incroyable quantité d’énergie au corps du sujet, alors les aspirants au gigantisme devaient suivre un entrainement rigoureux combinant l’ingestion d’une énorme quantité de nourriture et d’intenses exercices physiques pour renforcer leur corps et ainsi, soutenir les changements. Ce rituel était mortel dans bien des cas, alors Typhon s’efforçait toujours de trouver un moyen d’étaler la croissance sur une plus longue période.

Rakel, pour sa part, utilisait un processus similaire, avec une surcharge de magie pour fusionner le corps humain et le Totem animal. Et contrairement à Typhon, le Grand Totem avait déjà perfectionné le processus pour une transformation graduelle. Or, un être mi-humain, mi-Totem, aussi repoussant était-ce, ne faisait pas un hesshas. Ce n’était que la première étape pour briser l’immunité à la transformation en hesshas de l’evergrim ou du wynmeris. Car ce qui préservait les Evershas des affres de la morsure d’un animal Totem, c’était justement le Totem. Sans son Totem, un Eversha était tout autant sujet à la transformation en hesshas qu’un membre d’une autre race. Mais Rakel ne voulait pas se contenter d’une créature hideuse et difforme en guise de champion. Le Grand Totem désirait un hesshas aux traits grotesques typique à sa sous-race d’Eversha, mais combiné avec des traits suffisamment désirables pour être présenté à sa sœur. Il lui fallait un juste milieu suffisamment monstrueux pour représenter les hesshas, mais pas trop pour repousser l’élite des evergrims. Il y avait notamment le problème de l’odeur corporelle typique aux hesshas qui figurait en tête de liste des « améliorations » apportés par les soins du Grand Totem.

L’avantage du processus de Rakel sur celui de Typhon, était le taux de survie des participants au rituel. La transformation graduelle était bien plus sécuritaire que la transformation en quelques instants. Le désavantage, toutefois, était que la plupart des Evershas perdaient la raison une fois privée de leur Totem. Ils devenaient donc des hesshas tout aussi dénués de raison que la plupart des hesshas normaux.

2040 mots
4e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Ven 30 Sep 2022, 16:22



Une nouvelle vie


[Test Niv. V] La convocation G-mdk-10
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Les trois assistants de Rakel se relayaient pour superviser et assurer la subsistance des deux géants. L’expérience du Grand Totem mobilisait trois meutes distinctes qui avaient fort à faire pour générer l’énergie magique nécessaire à la transformation, et fournir la nourriture, le bois et l’eau pour que les prisonniers survivent au processus. Il faut dire que plus les individus dans la caverne étaient puissants, plus difficile était la fusion avec leur Totem et donc, plus longue était la transformation et plus néfaste était la perte du Totem. Mais puisque Rakel ne se souciait pas de qui endosserait ultimement le rôle de Typhon, il y avait une longue liste de candidats désirables. Ironiquement, le véritable Typhon ne se situait même pas en tête de cette liste et ce n’était pas parce que le Grand Totem avait voulu des cobayes pour peaufiner le rituel. Si la transformation en hesshas n’occasionnait pas un tel fardeau mental, Rakel aurait déjà fait assassiner Typhon et l’aurait remplacé par un Eversha plus méritant.

Quand le Grand Totem avait convaincu la Déesse-Totem de convoquer Typhon, Rakel avait pris soin de préciser que le voyage jusqu’à l’Antre des marais serait long et périlleux. Ainsi, Ava n’attendait aucune visite avant un bon moment. Le raccourci qu’avait organisé Rakel pour permettre à Typhon d’atteindre si rapidement l’Antre des marais donnait le luxe de transformer divers candidats potentiels et de choisir le ou la meilleure. Ainsi, Typhon et Échidna représentaient deux tentatives simultanées. Étant un long processus, le Grand Totem ne perdait pas son temps à se tourner les pouces, alors toutes les tâches étaient déléguées à ses Augures. De temps à autre, toutefois, Rakel venait en personne observer la progression et prendre des nouvelles.
« Alors, comment se portent mes rats dans leur cage, demanda Rakel par l’ouverture de la caverne. Toujours capable de parler, du con ? »

L’absence de réponse vocale et le projectile d’origine douteuse lancé dans la direction du Grand Totem confirmèrent que l’attitude des prisonniers n’avait pas trop souffert de leur isolement. Il faut dire que les Totems du tigre ou du chat sauvage n’étaient pas des Totems d’animaux particulièrement sociaux. Rakel n’avait aucun doute que ce n’était pas ce qui ferait céder ses protégés. Cela dit, la fusion, et donc la perte, des Totems étaient graduels, mais inévitables. Ça, ça pouvait faire défaillir même le plus endurci des changeurs de forme. Il s’agissait d’un mal nécessaire pour gagner le respect des hesshas, qui avaient eux-mêmes subi un choc similaire quand ils furent transformés en monstres malgré eux. De tels traumatismes ne pouvaient pas s’imiter. Si Typhon devait devenir le représentant des hesshas, il devait d’abord endurer leurs souffrances.

Là était le génie du plan de Rakel. Plutôt que de trouver le hessha idéal, lui faire gravir les échelons et en faire un Eversha respectable, une tâche jusqu’alors impossible, le Grand Totem visait l’inverse. Il prenait un Eversha respectable et en faisait un hesshas. Quand vient même les plus réticents refusaient l’autorité d’un tel représentant, ils seraient assez nombreux à sauter sur l’occasion de s’intégrer à la société eversha si on leur permettait. Il fallait seulement un émissaire capable de comprendre la souffrance hesshas et la société evergim.

***

C’est après plusieurs mois, qu’enfin, la fusion des Totems se conclut. Comme prévu, c’est la résistance d’Échidna qui céda en premier. Le conflit avec son Totem de son état de sang-mêlé facilitait la fusion avec ledit Totem. Le choc émotionnel déstabilisa alors Typhon, précipitant la perte de son propre Totem. C’est à ce moment que le Grand Totem vint achever la transformation de ses cobayes. Maintenant qu’il n’y avait plus de Totem pour les protéger, c’était le temps de la morsure, la partie la plus délicate de la transformation. Rakel ne se satisfaisait pas d’une simple mutation. Le résultat final serait trop hideux. Après tout, il fallait en faire des ambassadeurs evergrims-hesshas. L’on devait pouvoir côtoyer et apprécier la compagnie desdits ambassadeurs d’un côté comme de l’autre.
« Bien, il me tarde de conclure cette nouvelle transformation, déclara Rakel à ses Augures. Après trois échecs le fruit se doit d’être mûr ! Alors, où en sommes-nous ?
— Il est difficile d’évaluer leur état psychologique sans descendre dans la caverne, mais la nourriture est toujours consommée, répondit le premier Augure. Ils sont tous les deux vivants.
— Le feu s’est éteint lors de la dernière averse et il n’a pas été rallumé depuis, ajouta la deuxième. Soit ils n’en sont plus physiquement capables, soit ils ont perdu la raison.
— Moi, je parie que la femelle est devenue férale, se prononça la troisième. Le mâle n’a probablement pas toute sa tête non plus. Nous avons arrêté de leur donner des jeux de peur qu’ils s’entretuent avec.
— Imbéciles ! Ils ne sont pas encore hesshas que vous les traités comme tels… Et après, on se demande pourquoi ils nous détestent. Bon, passons. Il nous faut choisir un Totem pour procéder à la morsure. »

La discussion tourna autour des diverses options disponibles. Le Grand Totem insistait sur la morsure d’un Eversha reptilien afin de s’éloigner le plus possible des domaines des Grandes Dynasties et de produire une créature attrayante aux yeux de la Déesse-Totem. Du Totem de l’alligator albinos, Rakel avait évidemment un faible pour les crocodiliens, mais lui-même admettait que de jumeler des traits humains, félins et crocodiliens ne faisait pas bon ménage. C’est ultimement le serpent, avec ses traits fins et son élégante simplicité qui fut choisie.

Cette nuit-là, deux Evershas-serpents infiltrèrent la caverne de transformation et mordirent leur victime respective. Le poison injecté eut tôt faible de neutraliser les deux créatures inhumaines, alors on se précipita pour les remonter à la surface afin de les soigner et permettre à Rakel d’utiliser sa puissante magie pour contrôler l’affliction qui ferait de ces inhumains des hesshas à proprement parlé.

***

Typhon se réveilla le corps engourdi et les souvenirs brouillés dans son esprit. Il peinait à se souvenir de quoi que ce soit des derniers mois. Celui qui fut autrefois un chef de meute se rappelait la Guerre des Crocs, où il fut promu chef de guerre, et il se rappelait également une partie de son temps passé comme roi de Sylmoé. Par la suite, les souvenirs s’entremêlaient et l’Eversha était confus. Deux choses étaient certaines, il n’était pas en terrain familier et il n’était pas seul.
« Bien, bien, bien, s’exclama Rakel dans un soupire de satisfaction et d’épuisement. Pas de geste brusque, pas de hurlement, un éclat d’intelligence dans les yeux… Ma foi, j’ai peut-être encore quelqu’un à qui parler !
Rakel ? articula sommairement Typhon, réalisant que quelque chose n’allait pas, dont le fait que sa voix ne sonnait plus du tout comme elle l’aurait dû.
— Doucement Typhon, tu me regardes droit dans les yeux et tu prends de grandes respirations. Je n’ai aucune délicatesse, alors autant évitée de tournée autour du pot. Tu n’es plus un evergrim, je t’ai transformé en hesshas. Alors félicitation d’avance si tu arrives encore à aligner deux pensées cohérentes et que tu réussis à m’insulter.
Ouille… je crois que j’ai les jambes cassées… Par Phœbe, qu’est-ce que tu m’as fait ?!?
— On va dire que ça fait deux. Évite de bouger, ton corps se remet encore du poison. Tu sais, je suis presque surpris qu’un dur à cuir dans ton genre n’y soit pas déjà immunisé. Mais bon, la régénération n’est pas plus mal, ça m’a sauvée bien des tracas.
Je t’emmerde…
— Hum… tu raisonnes un peu lentement, mais on va faire avec. Fais-moi plaisir et repose-toi sans essayer de te lever. Oh et tu l’as ma bénédiction ! Alors félicitations, Typhon, toi et ton épouse avez l’immense honneur de venir avec moi au Rocher au Clair de Lune pour rencontrer la Déesse-Totem Ava. Joie. Célébration. Et puis tout le reste. »

C’est après le départ de Rakel que Typhon retrouva peu à peu les idées claires. Enfin, aussi clair qu’elles pouvaient l’être dans le moment présent. Il lui fallut un bon moment pour savoir pourquoi il avait convoité la bénédiction du Grand Totem, mais peu à peu, les pièces du casse-tête s’assemblèrent et il se rappela les circonstances qui l’avaient fait quitter son île. Malgré l’étrangeté des événements qui s’enchainaient, Typhon réussissait tant bien que mal à conserver une certaine lucidité. Il faut dire que ses dons de voyance l’avaient préparé bien en avance. S’il s’était « laissé » faire de la sorte, c’était parce que la finalité avait été acceptée avant même de prendre place à bord du Coulapic et de son voyage fatidique. Maintenant, il était temps de constater l’étendue des dégâts.

Il y avait un visage plus ou moins humain, si ce n’est d’oreilles félines, de crocs, et d’une bouche qui pouvait s’ouvrir en deux temps. Suivait un torse et des bras bien proportionnés, avec une chair parsemée d’écailles et des griffes rétractables aux doigts. Et puis, finalement, un corps serpentin avec un mélange d’écailles et de fourrure à la place des jambes. Ultimement, le choc de se découvrir un corps de monstre n’était pas si intense que l’on pourrait penser quand on était un changeur de forme. Cela dit, tout mâle vivait un moment de trouble et d’inquiétude à la disparition d’un certain ensemble d’organes sensibles, ce qui persista jusqu’à la confirmation que lesdits organes étaient toujours présents… sous une autre forme. Puis, cette inquiétude fit place à une sorte de soulagement quand l’esprit guerrier évalua positivement le potentiel martial de cette nouvelle apparence.

***

Au bout de quelques jours de repos, de récupération et d’acceptation, Typhon et Échidna furent réunis sous une même tente, se découvrant à peu près autant qu’ils découvraient l’autre. Visiblement, Rakel avait une thématique en tête quand il transforma l’evergrim et la wynmeris en hesshas, car les similitudes étaient nombreuses. L’homme-serpent-tigre et la femme-serpent-chatte semblaient pratiquement issus de la même espèce.
« Ça aura pris du temps, mais tu es finement devenu une vraie chimère, déclara finalement Typhon toujours surpris d’entendre sa nouvelle voix.
Ah, tu t’en souviens ? Répondit pensivement Échidna en rampant pour escalader le mâle et observer de plus près son époux. Le costume est de bien meilleure qualité, tu ne trouves pas ? Et il pique beaucoup moins la raie. Bon, il est où l’engin ?
Droit au but, hein ?
Je suis une femme simple avec des désirs simples. Et là, j’ai une tonne de questions qui demandent des recherches méthodiques et en profondeur.
Du genre, est-ce que nous serons capables de procréer ?
Eh. Plutôt pourquoi est-ce que je suis la seule à encore avoir les boules à l’air ? Pourquoi est-ce que j’ai le trou du cul à la place des pieds ? Pourquoi est-ce que je fais ce truc avec ma langue ? Pourquoi…
Ferme-la et laisse-moi faire !
Tricheur, c’est à moi de dire ça… »

1813 mots
5e message
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Dim 02 Oct 2022, 16:50



Le retour du Coulapic


[Test Niv. V] La convocation Borisu12
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Le Grand Totem Rakel n’avait pas chômé pendant les mois de captivité de Typhon et d’Échidna. Après avoir jugé qu’il avait finalement obtenu un champion hesshas suffisamment désirable, le seigneur de l’Antre des marais voulait le pavaner et l’afficher au plus grand public possible et ce, le plus tôt possible. Mais il ne pouvait se contenter d’un couple de hesshas à ses côtés pour son projet maître d’intégrer ces monstres à la société eversha. Il leur fallait une meute digne du chef de guerre qui avait buté les Vampires hors de Durienrisda. Il fallait des durs à cuire disparates qui n’avait qu’une chose en commun, avoir traversé le pire de la guerre. L’ancien Typhon avait cette tendance altruiste à trouver les indésirables, à les rassembler, puis à les guider. Le nouveau Typhon avait besoin de meilleurs critères de sélection et des types comme Lolong qui pouvaient survivre au pire par leurs propres moyens. C’est ainsi que la meute des Marche-tempêtes vu le jour. Et maintenant, que ce rassemblement de vétérans était complet, Typhon de Gargantua devait s’en montrer digne.

Avec presque aucun répit et aucune période de grâce pour s’habituer à son nouveau corps, Typhon dû défendre sa place de « chef » d’une meute qu’il venait de découvrir l’existence. C’est sans grande surprise que le hesshas géant s’adapta rapidement à sa nouvelle condition et vaincu tous les prétendants à convoiter le titre de chef. Même Échidna devait maintenant composer avec des rivales convoitant le chef de la nouvelle meute. Il était de connaissance publique que le produit de l’union de deux Evershas, peu importe leur sous-race, serait evergrim. Sans son Totem de tigre pour restreindre les prétendantes potentielles, et une apparence somme toute attrayante grâce aux soins de Rakel, Échidna devait maintenant défendre le monopole de son époux. C’est sans trop de difficulté que la géante maintint son statut privilégié. Ces frictions pouvaient sembler superflues, voire dangereuses pour une meute aussi jeune, mais il s’agissait d’altercations désirables chez les meutes du Rocher au Clair de Lune. Enfants du chaos, les Evershas avaient un besoin inné de changements et de perturbations. Les meutes stables et stagnantes avaient donc tendance à se dissoudre en perdant leurs jeunes et en ne réussissant pas à en attirer de nouveaux, alors restreints à une population vieillissante et de plus en plus vulnérable.

Mais tous ces duels, ces rivalités et ces jeux de coulisses ne suffisaient pas à Rakel. Le Grand Totem voulait attirer l’envie de ses pairs et imposer le respect. Un champion hesshas qui rencontrait l’actuelle Déesse-Totem, c’était le projet d’une vie et il fallait que ce soit un coup d’éclat. Ainsi donc, après la traversée de l’Antre des marais, Rakel ne pouvait considérer se présenter au Rocher au Clair de Lune comme un voleur en se téléportant. Non, il voulait démontrer le savoir-faire, l’influence et les ressources de son protégé en naviguant à bord du navire de Sylmoé. Il était de connaissance commune que l’Antre des marais disposait de trop peu de bois, dispersé sur un trop grand territoire. Mais comme le Coulapic original pouvait à peine flotter, il fallait une embarcation digne d’un Grand Totem et de ses Augures préférés. Alors Rakel organisa les travaux du navire le plus eversha qui soit, combinant les restes de navires vampires coulés lors de la guerre au navire qui transporta Typhon de Sylmoé à l’Antre des marais. Le résultat était un enchevêtrement chaotique de bois de diverses origines et de structures variées, mais qui répondait cette fois à sa fonction première : traverser l’océan. Ce nouveau Coulapic, à l’instar du modèle original, était plutôt laid, mais c’était à ce jour le plus grand bâtiment de la modeste flotte eversha de l’Antre des marais. Ladite flotte était d’ailleurs monopolisée afin de permettre aux nombreux accompagnateurs de Rakel de le suivre jusqu’au Rocher au Clair de Lune, afin de faire de cette convocation un événement majeur chez les changeurs de forme.

Il était étrange pour Typhon de se retrouver ainsi dans les bonnes grâces du Grand Totem, surtout après avoir passé autant de temps à subir ses manigances. Cela dit, le géant n’était pas dupe. Il était tout autant le pion que le Grand Totem avait cherché à sacrifier lors de la Guerre des Crocs qu’il était aujourd’hui le supposé chef des Marche-Tempêtes. À la différence du Typhon d’alors, le Typhon du présent acceptait de simplement jouer le rôle qui lui avait été attribué. Peut-être était-ce la perte de son Totem et de son penchant pour l’indépendance à tout prix, ou peut-être était-ce la sagesse qui accompagnait l’expérience des mésaventures passées. Aller envers et contre tous était une voie fatigante et remplie de revers que Typhon ne souhaitait plus vivre. Peut-être pouvait-il encore espérer de réussir sa vie s’il se rangeait sous la gouverne de ceux qui lui étaient supérieurs. Enfin, après avoir autant échoué à vivre sa vie comme il l’entendait, peut-être pouvait-il essayer de vivre comme on attendait de lui. Qui sait, peut-être que cette nouvelle vie pouvait enfin lui apporter le bonheur…

***

Dans la cale du Coulapic, Typhon et Échidna tentaient tant bien que mal de se préparer à rencontrer la Déesse-Totem ainsi que l’élite du peuple Eversha, les représentants des Grandes Dynasties. Car bien que le couple fût les « vedettes » de ce périple, ce n’était guère plus que des marionnettes aux jeux politiques auxquels s’adonnait le Grand Totem pour satisfaire son égo et faire courir la rumeur que les hesshas commençaient leur intégration à la société evergrim. Poudre aux yeux pour se donner en spectacle, le Grand Totem avait le beau jeu. Il s’entourait de champions hesshas, les présentaient à la Déesse-Totem et l’espérait-il, rejetait ensuite de toute la responsabilité sur les épaules de Typhon s’il obtenait la bénédiction de la Déesse-Totem.

Ce n’était pas la première fois que Rakel faisait le coup à Typhon, alors le nouvel hesshas y était bien mieux préparé. Enfin, il essayait de mieux s’y préparer. Chef de guerre était une position bien plus simple à incarner pour un combattant ayant survécu à plusieurs guerres que de se frotter à la haute hiérarchie et des intrigues politiques qui en découlaient. C’était donc loin des regards indiscrets que les deux énormes hesshas se préparaient tant bien que mal à donner une bonne première impression.
« Bordel ! Comment on fait pour s’asseoir quand on n’a pas de fesses, s’écria Typhon avec colère. Et je fais comment pour m’habiller maintenant !?!
Wow, je crois que c’est la première fois que je t’entends te soucier de ton apparence, remarqua Échidna avec surprise. Commence par te calmer, on va trouver une solution.
Et depuis quand tu manques une occasion de m’insulter, toi ? C’est… je crois que c’est la première fois que tu es la voix de la raison…
Sait pas. Ça fait un max de temps que je n’ai pas utilisé la magie noire. Et… putain de merde ! J’ai perdu ma diablesse !?!
Hein ?!?
Tu sais… quoi ? La petite voix dans ma tête qui m’incitait au pire ? Je ne l’entends plus. Une minute, ne bouge pas !
Eh oh, qu’est-ce que tu fais, ça chatouille !
Non. J’ai perdu mon oomph. Le pire qui me vient en tête, c’est le sexe. Rassure-moi, tu n’as pas perdu ça ?
En fait, je crois que je n’en ai jamais eu aussi envie. C’est comme si je ne sentais plus la pertinence d’attendre que tu sois prête. Par les poils de fesse de Phœbe, je vais devoir me discipliner…
On dirait bien que pour la première fois depuis que tu es gosse, ton Totem ne t’influence plus. Et pour moi… il faut croire que je suis devenu entièrement eversha plutôt que demi-sorcière.
Rah… Ça fait trop à penser. Et si on revenait sur comment vêtir mes… mon… eh… disons le trou à pisser ? »

Le couple ne faisait que commencer à comprendre les séquelles qu’avait engendrées leur transformation en hesshas, mais l’un comme l’autre cherchait à éviter de se morfondre trop ouvertement sur ce qui avait été perdu. Ils préféraient se concentrer sur le présent, ce qui semblait une bien meilleure gestion de leur temps. Après tout, ils devaient pratiquement réapprendre à vivre et ils n’avaient pas assez de temps pour passer en revue chacun des aspects de la vie courante. Le combat, les déplacements, l’alimentation et la copulation avaient bien sûr été priorisés dès les premiers instants et ils s’en sortaient plutôt bien… pour des monstres de l’Antre des marais. Sitôt arrivé au Rocher au Clair de Lune, Typhon et Échidna seraient pavanés devant l’élite de leur race, alors hesshas ou pas, il y avait un décorum minimum à respecter. Le premier d’entre eux, s’asseoir sans occuper trop d’espace.

La captivité, la fusion avec leur Totem et la transformation en hesshas avaient laissé bien peu de leur corps intouché et ces changements n’avaient rien fait pour altérer le gigantisme du couple. Ils étaient même encore plus grands… en quelque sorte. La partie la plus humanoïde de leur corps, leur buste et leurs bras était similaire à leur forme humaine géante d’origine. Mais leur abdomen se fondait maintenant graduellement d’une forme humanoïde à celle d’un long corps serpentin, plusieurs fois la longueur de la partie du haut. Ainsi donc, beaucoup d’espace était nécessaire en fonction de la position adoptée.
« Tu sais quoi, concentrons-nous sur la base avant de penser aux détails, déclara Échidna en réfléchissant à voix haute. Tant qu’on ne sait pas comment s’asseoir, on ne pas savoir jusqu’où on va avoir besoin de vêtements.
Vrai, répondit Typhon en passant d’une pose à une autre. Une minute, les serpents, ça s’enroule ! Pourquoi on ne ferait pas pareil ?
Je ne pense pas que je suis assez longue et flexible pour ça…
On ne le saura pas tant qu’on n’essaie pas. Lasse-moi t’aider !
Typhon. Non, ne fais pas ça ! Rah !!! Voilà, on est encore emmêlé ! Putain, tu le fais exprès ?!?
Ah ? C’est joli ce motif sur ton dos. Je ne l’avais pas remarqué avec tes cheveux.
Arrête de me reluquer le cul et bouge le tien !!! Eh, c’est vrai que c’est joli. Laisse-moi voir si tu as le même ! »

***

Rakel, Typhon et Échidna furent les premiers à débarquer sur le Continent naturel et mettre « pied » au Rocher au Clair de Lune. Les hesshas peinaient toujours à maîtriser tous les aspects de leur nouvelle forme, mais le Grand Totem avait en emploi du temps serrez s’il voulait pavaner autant que possible le résultat de ses efforts et rencontrer sa sœur avant qu’elle ne perde patience. Typhon et Échidna continuaient donc d’apprendre sur le tas. Cela dit, il y avait une certaine logique à l’approche du Grand Totem, qui permettait ainsi à ses Augures d’acquérir un maximum d’expériences différentes en très peu de temps. Ainsi, l’espérait-il, Typhon aurait acquis en route tout juste assez de savoir-vivre pour ne pas déplaire à la Déesse-Totem.

Fortunément, la noblesse eversha avait bien moins de protocoles et de règles que la noblesse de la plupart des autres peuples. Et puis, les créatures massives qu’étaient l’homme-serpent-tigre et la femme-serpent-chatte avaient peu de chance de devoir côtoyé de près qui que ce soit, laissant facilement à ces derniers l’espace qu’ils avaient besoin avec leurs maladresses du moment. Le duo n’allait tout de même pas renverser le racisme des evergrims à l’égard des hesshas dès leur première nuit. Il y eut pires candidats à se présenter devant Ava dans les années passées. Il ne restait maintenant plus qu’à prier la Mère Lune que Typhon parvienne à faire bonne impression devant la représentante de Phœbe. Ce serait ensuite à la Déesse-Totem de saisir, ou non, l’opportunité que lui présentait son frère.

1971 mots
6e message
À suivre avec la Déesse-Totem Ava
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Typhon Gargantua
~ Eversha ~ Niveau V ~

~ Eversha ~ Niveau V ~
◈ Parchemins usagés : 917
◈ YinYanisé(e) le : 09/01/2019
◈ Activité : Chasseur [Rang III] & cuisinier [Rang III]
Typhon Gargantua
Mar 04 Oct 2022, 21:12



La Déesse-Totem Ava


[Test Niv. V] La convocation Tian-z10
(Cliquez sur l'image pour voir l'originale)


Les jours se suivaient et Typhon se sentait de moins en moins comme un Eversha et plus comme un animal de compagnie. Certaines diraient que c’était déjà mieux que la mort, mais avec ce genre d’argumentaire était malsain et à sens unique. Il n’était pas étonnant que les hesshas aient autant d’animosité pour les evergrims si le respect mutuel était trop demandé. Par chance, Échidna était présente pour calmer les ardeurs de Typhon. Précédemment wynmeris, la transition en hesshas avait eu moins de répercussions sur la façon dont l’élite eversha traitait ceux de son espèce. Il s’agissait malheureusement d’un mauvais moment obligatoire à passer, car le duo se trouvait dans un monde qui les dépassait.

La noblesse eversha n’était pas meilleur ou pire que la noblesse des autres peuples. L’attitude hautaine et le sentiment de supériorité sur ses pairs étaient inévitables après un temps. Une particularité du peuple eversha, toutefois, était que cette attitude n’était pas dénuée de fondement. Les Grandes Dynasties s’imposaient sur le peuple eversha depuis des générations, ce qui nécessitait une force, une cohésion et une puissance capables d’écarter et de tenir en respect une masse incontrôlable, violente et sanguinaire capable de se déchainer à tout instant. Et au sommet des Grandes Dynasties, siégeait la Déesse-Totem Ava, celle qui, par ses manigances, sa force et le soutien de Phœbe, régnait sur tous les changeurs de forme.

En ce moment précis, Typhon et Échidna étaient plus en danger qu’ils ne le furent de toute leur existence respective. Car chez les Evershas, les conflits n’avaient pas besoin de se régler dans l’ombre. Il n’y avait pas de faux-semblant. Les menaces étaient tuées d’abord et les conséquences se géraient ensuite. En tant qu’invités de la Déesse-Totem, la nouvelle meute de Typhon, les Marche-tempêtes, n’avait absolument aucun privilège en ces lieux. Il s’agissait de l’ultime épreuve pour mériter une audience auprès de la régente des Evershas. Il suffisait qu’une des dynasties présentes trouve une justification à la violence et les invités devraient dès lors se battre pour leur vie.

Si Phœbe et la Déesse-Totem qui la représentait donnaient de la cohésion spirituelle aux Evershas, c’étaient les Grandes Dynasties qui assuraient historiquement le peu de cohésion sociale aux changeurs de forme. En d’autres termes, ils avaient un pouvoir de véto sur quiconque s’élevait dans l’estime de la Déesse-Totem. Si la régente se prêtait au jeu, elle ne lui était pas soumise pour autant. Ava dirigeait son peuple d’une main de fer et ses manipulations étaient trop profondes pour laisser la moindre chance aux dynasties de retrouver leur influence d’antan. Le cas présent ne faisait pas exception. Si la Déesse-Totem avait une opinion en faveur ou en défaveur du projet de son frère, le Grand-Totem Rakel, alors les dynasties se plieraient à sa volonté, que ça leur plaise ou non. À l’inverse, toutefois, si Ava n’avait aucune opinion, seulement alors, les dynasties étaient libres d’agir comme bon leur semblait.

***

C’est au lieu choisi par la Déesse-Totem que Rakel, Typhon, Échidna et les Marche-Tempêtes rencontrèrent les représentants des Grandes Dynasties et Ava. Il s’agissait d’un Kiansha, un espace sacré dédié au culte de Phœbe et à l’admiration du pâle rocher donnant son nom au Rocher au Clair de Lune. Choisissant un lieu hors de la sainte cité de Dhitys, la Déesse-Totem mettait en évidence la place de ses invités de l’Antre des marais dans la hiérarchie eversha. Le lieu aurait été propice à l’anéantissement des efforts de Rakel, tel le craignait Typhon, mais il s’avéra que la régente avait un minimum confiance en le jugement de son frère.

Avec autant d’Evershas de meutes distinctes rassemblées au même endroit, un festin de célébration était essentiel pour prévenir les effusions de sang. C’est donc pour la première fois depuis sa transformation en hesshas que Typhon et sa meute gagnèrent le respect de leurs pairs… sans que ce respect soit imposé par Ava ou Rakel. Cuisinier de formation et invité en ces terres, Typhon prit sur lui d’offrir aux meutes le fruit de son labeur. Ses récents démêlés avec la visite de son maitre cuisinier à Sylmoé et sa capacité à, enfin, utiliser sa magie permirent au nouveau hesshas une démonstration de ses talents aux individus les plus influents de son peuple. Mais plus important encore, il s’illustra non pas comme le monstre que son apparence présageait, mais comme un membre actif d’une communauté qui le dépassait.

Ava et Rakel se gardèrent de consommer quel que nourriture que ce soit lors du rassemblement, par crainte ou par déni, mais Typhon obtint les faveurs de plusieurs autres Grand-Totems, qui ne pouvaient se passer de certaines recettes plus exotiques. Ce n’était pas la première fois que le chasseur-cuisinier arrivait à s’illustrer en comblant l’appétit de ses pairs et ça ne serait certainement pas la dernière. Une chose était certaine, par cet exploit, un hesshas et sa meute hétéroclite avaient réussi à se fondre dans la foule sans y être rejetés. Que le concerné ait jadis été evergrim ne changeait pas son statut actuel, qui aurait dû repousser ces evergrims parmi les plus hautains et les plus méprisants et les plus obnubilés par la pureté de leur sang. D’abord de vulgaires serveurs de la cuisine de Typhon, les Marche-Tempêtes finirent eux aussi par s’intégrer à la masse au fur et à mesure que les surplus de nourriture et de boisson commencèrent à faire effet.

***

C’est au bout d’une soirée épuisante que le Grand-Totem Rakel vint chercher l’Augure Typhon afin de le mener à finalement rencontrer la Déesse-Totem Ava. Celle-ci venait de terminer la cérémonie d’avant-lune, où elle bénit le Kiansha ainsi que les Evershas présents et offrit offrandes et sacrifices à la Mère Lune afin de supplier la déesse de la lune et de la nature de fournir à l’assemblé les signes de sa divine volonté.

La souveraine qui s’était tenue à l’écart des festivités pour s’entretenir avec son frère et quelques proches collaborateurs se résignait donc adresser la « parole » à son convié. Parole était un grand mot, car Ava se contentait de jouer gracieusement avec son serpent de compagnie et d’être étendue de façon décontractée sur un trône de branches, de mousses et d’herbes de toutes tailles et de toutes formes. De temps à autre, le regard perçant de la régente croisait celui de Typhon, forçant le hesshas à baisser les yeux pour ne pas défier Ava. C’est Rakel qui parlait donc au nom de sa sœur.
« Je me suis entretenu avec la Déesse-Totem, annonça Rakel, et nous avons convenu que tu as les connaissances, la force et le charisme nécessaires pour me complémenter dans mon œuvre d’intégrer les hesshas à notre société. Convaincre ces hypocrites des dynasties prendra du temps, mais c’est un pas dans la bonne direction.
Je vous remercie, répondit Typhon avec révérence à l’égard de la Déesse-Totem et du Grand Totem.
— Aujourd’hui, tu étais augure. Ce soir, tu seras grand-totem. Mais ne te fais pas d’idée. Tu n’auras aucune autorité au Rocher au Clair de Lune et l’Antre des marais est à moi. Toutefois, nous avons le pressentiment que les évènements qui se déroulent dans l’archipel de Maggie seront déterminants pour l’avenir. Que le roi de Sylmoé devienne l’extension de la volonté de Phœbe et de sa représentante, la Déesse-Totem Ava. Montre-toi digne de la confiance que nous t’offrons ce soir et à notre prochaine rencontre, tu recevras l’honneur d’entendre la parole de Phœbe par la bouche de la Déesse-Totem.
Il en sera fait selon la volonté de Phœbe.
— Bon, ce n’est pas tout, mais nous avons du boulot. Alors ouste, va t’empiffrer ! Je sais que tes trois estomacs n’attendent que ça. »

La cérémonie lunaire qui suivit permis à Ava d’officialiser la nomination de son nouveau Grand-Totem et de lui « donner » le contrôle des activités evershas sur le territoire de Sylmoé. Même s’il était déjà le roi incontestable de Sylmoé, les mots de la Déesse-Totem étaient les mots de Phœbe. Ce faisant, Ava donnait à Typhon l’autorité de parler en son nom. Comme Rakel avait jadis déporté Typhon et sa meute du Rocher au Clair de Lune pour combattre à l’Antre des marais, Typhon pouvait maintenant faire de même s’il avait besoin de monter une force eversha afin de défendre les intérêts de son peuple dans l’archipel de Maggie.

Suivant la cérémonie lunaire, la Déesse-Totem quitta le Kiansha pour retourner à Dhitys et retrouver le confort et la sécurité de son foyer. Il était rare qu’Ava quitte ses lieux familiers, car aussi intouchable était la représentante de Phœbe, autant vulnérable était la changeuse de forme en tant que personne. Ce risque était bien évidemment calculé et préférable à l’introduction d’éléments perturbateurs dans le domaine personnel d’Ava. Comme quoi même l’Eversha la plus puissante du monde avait des besoins naturels et des moments de faiblesse.

Pour le reste des Evershas conviés au Kiansha pour la cérémonie, c’était l’heure de la fête. Les uns se transformaient, les autres chantaient et dansaient. La boisson et la nourriture circulaient à nouveau. Des combats amicaux éclataient ici et là pour certains. Des moments charnels étaient partagés pour d’autres. Les festivités dureraient jusqu’à l’aube, ou jusqu’à ce que l’excès ait raison des derniers résistants.

***

Typhon se réveilla en compagnie d’Échidna et des membres de sa meute. Autant les evergrims qui représentaient les dynasties furent prompts à intégrer les invités du Rocher à célébrer en leur compagnie, autant étaient-ils soucieux d’éviter toute possibilité de diluer le sang de leurs prestigieuses lignées. Dans les derniers à s’éveiller, Typhon et Échidna allaient visiblement avoir besoin d’un bon moment de repos pour se remettre des célébrations de la veille. Ils avaient tant mangé que leur corps serpentin était encore tout gonflé et de nombreux rôts furent nécessaires pour libérer le gaz emprisonné dans leurs estomacs.

Rakel n’avait aucune intention de laisser ces goinfres retarder son horaire chargé, alors il força la meute des Marche-Tempêtes à porter leurs chefs en dépit des nombreuses plaintes à ce sujet. Si leur transformation et les besoins énergétiques élevés des deux hesshas avaient eu tôt fait de faire maigrir Typhon et Échidna, ils étaient loin d’être maigre et leur long corps serpentin était plus lourd qu’il n’y paraissait. Chacun des chefs dépassait la demi-tonne, alors c’était toute une corvée de les déplacer dans le relief accidenté du Rocher au Clair de Lune. Cela dit, long de respectivement 5 mètres 80 et 5 mètres 50, Typhon et Échidna étaient relativement facilement transportable par les gros bras de leur meute, notamment d’un massif hesshas quadrupède qui pouvait porter le gros de la charge sur ses épaules.

Il allait falloir au moins une journée de digestion au couple avant de pouvoir se mouvoir avec suffisamment d’aisance pour tenir le rythme imposé par Rakel. Bien que la rencontre avec la Déesse-Totem eut lieu, il y avait un nouveau Grand-Totem à présenter au peuple eversha, alors le trajet du retour s’annonçait aussi lent et distrayant que l’allée. La prochaine fois, toutefois, Rakel ne commettrait pas l’erreur de laisser son nouveau collègue le loisir de s’empiffrer jusqu’à l’immobilité.
« Grand-Totem, hein ? déclara Échidna pour briser le silence inconfortable. Je n’ai peut-être pas marié un incapable après tout.
Jalouse ? répliqua Typhon. Une minute, ça fait de toi mon augure-assistante ! Ah, tu vas devoir m’obéir si tu ne veux pas recevoir le châtiment divin…
Dans tes rêves ! J’ai perdu ma malice, pas mon indépendance. »

1901 mots
7e message et fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35939-typhon-gargantua#
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Test Niv. V] La convocation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Convocation au palais? [Teste de niveau VI, Pnj: Yulenka]
» | III - Le Test |
» Test III ~ Je ne t'appartiens pas ~
» Test LVL III [Dæmon]
» Le secret ///Test 3///
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Est :: Rocher au clair de lune-