-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Quête] - Le Prince Charmant à la couronne d'Azur | Rajiv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4755
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Dim 10 Juil 2022, 12:03

Intrigue/Objectif : Rajiv part à la découverte de son Royaume du Monde des Contes



Le Prince Charmant à la couronne d'Azur

À plusieurs reprises tu avais eu l'occasion de parler des contes avec Kyra. Elle semblait particulièrement calée là-dessus, notamment sur les secrets qu'ils recelaient. Comment savait-elle tout ça d'ailleurs ? Peu importait la réponse, c'était pratique, quoi que son implication pût vite se montrer invasive car, le plus souvent, lorsqu'elle en parlait elle évoquait également ton royaume sur lequel tu ne t'étais encore jamais attardé. Depuis quelque temps cependant les choses avaient changé. Tu avais commencé à y réfléchir plus sérieusement. Depuis la dernière Galette des Magiciens plus exactement, et plus encore après ton mariage. Un sourire lascif se glisse sur tes lèvres tandis qu'une lueur fit pétiller tes yeux du souvenir de ce jour. Tu te serais bien attardé un peu plus et fait durer votre nuit de noce plus longtemps si Nymeria ne s'était pas à nouveau braquée comme chaque fois qu'elle mettait un pied au-delà de cette ligne jaune qu'elle s'était tracé. Qui s'était quelque peu effacé depuis cela dit. Et parfois tu regrettais les derniers mots que tu lui avais adressés. Prendre de la distance, quelle idée. Qu'elle se trouve une épaule moins volatile que la tienne, bah voyons. Quoi que peut-être ça ce ne serait-ce pas un mal pour elle. Peut-être. Mais tu t'es bien rendu compte que c'était cette absence de routine, qu'elle devait probablement et régulièrement subir dans son château, qui brisait ses barrières. Est-ce qu'un Magicien tout ce qu'il y a de plus protocolaire, coincé dans ses bas de soie et tournant vingt fois sa langue dans sa bouche avant prononcer un mot pouvait bouleverser ce ronron quotidien trop paisible. Encore tournerait-il sa langue dans la bouche de sa partenaire, ou même d'une amante qu'il n'osait soit ne pas avoir, soit ne pas exposer... Mais même pas. Quelle tristesse. Quel ennui surtout. Peut-être était-ce en partit pour ça que tu concentrais ainsi ton attention sur Nymeria. Pour la pousser à sortir de ses sentiers battus rassurants et être un peu moins sage que ce que sa société lui imposait. Tu devais cependant admettre qu'il y avait encore autre chose qui jouait. Une part de toi prenait un certain plaisir à hanter ainsi son chaste esprit — plus si chaste que ça en fait. Aussi faisais-tu en sorte que, malgré la distance, tu y restes profondément ancré. Ou, plus exactement, qu'elle n'oublie pas sa peau brûlante et son sexe humide du désir assouvi sous tes doigts languissant lorsqu'elle s'était enfin offerte à toi.

Le Conte d'Auryane ouvert devant toi, tu laisses tes mains se promener sur les hanches de sa silhouette avec l'envie éprouvante de la faire à nouveau tiennes. Tout contre toi, ses fesses collées à ton bassin, tu te demandes ce qui pouvait lui traverser l'esprit en ce moment même alors qu'elle devait sentir ton pénis gonflé du désir qu'elle commençait à connaître. Tu glisses une main sur son bas-ventre. Où était-elle ? Que faisait-elle ? Les doigts de la seconde se mirent à courir sur le tissu trop épais de sa robe pour se loger sur son sein que tu presses dans ta paume. Ce que tu aurais aimé que son col soit un peu plus pigeonnant. Tu expires un souffle chaud dans son cou qu'elle devinerait aisément être la manifestation de ce qui noyait ton esprit. Tu te plais à l'imaginer en plein service aux côtés de quelques personnalités influentes que ce soit à devoir résister à tes assauts et essayer ne rien laisser paraître au risque de perdre sa crédibilité à défaut de sa vertu, aussi évites-tu tout geste pouvant trahir tes manifestations. Aurais-tu déjà soulevé son jupon ou défait les agrafes de sa robe sinon.

«
Ah ! ». La porte s'était ouverte à la volée sur Kyra qui s'invita sans même un bonjour ni prendre juste la peine de frapper avant d'entrer. Entre plaisir et agacement, tu lèves les yeux sur elle et pus constater qu'elle n'était ni gênée et encore moins surprise de la situation. Ce n'était pas comme si la moitié du temps où elle venait ici, Oriane ou toi — sinon vous deux — n'étaient pas en train d'assouvir les pulsions de votre péché. « Je dérange peut-être. Tu veux que je repasse ? » te demande-t-elle comme si elle venait d'interrompre une réunion des plus banales. Avec une pointe de tristesse tu te défis de l'étreinte emprisonnant la petite Magicienne avant refermer le conte, la faisant ainsi disparaître. « Non. ». Peut-être la réponse avait été trop sèche pour être totalement sincère à en voir l'œil douteux de la Gourmande. Elle ne s'attarda pourtant pas plus là-dessus. « Alors ? Tu as dit que tu voulais me parler. De quoi il s'agit ? » t'interroge-t-elle en se dirigeant vers la cuisine pour fouiller dans les placards. Derrière elle, tu restes dans l'encadrement de la porte à la fixer faire et rire de la grimace qu'elle exprimât en refermant le premier placard. Oriane avait encore tout déménagé. « En fait je suis pas vraiment dans une humeur à discuter là, va falloir régler ça avant. » réponds-tu, taquin et concupiscent en t'approchant. Si ce n'était Nymeria... « Sors faire un tour pour régler ça alors. Je t'attends ici. » répliqua-t-elle, comprenant le sous-entendu mais continuant à chiner dans les placards. « Pourquoi s'embêter à chercher dehors... » ce que vous pouviez faire ici. Ces mots tu les avais soufflés à son oreille en refermant d'une main le placard qui venait juste d'être ouvert, surplombant Kyra qui s'immobilisa. Dans son dos, tu te rapproches d'elle tandis qu'elle-même se retournait pour te faire face et ancrer ses iris dans les tiennes. À l'instant où tu levais la main qui se voulait être baladeuse elle s'en saisit rudement, ne te laissant pas même l'occasion d'effleurer sa peau. « T'as deux mains et tu sais t'en servir apparemment. Débrouilles-toi. » répliqua-t-elle en même temps avant te libérer pour se faufiler en dehors de la cage que tu avais essayé de former par ton corps autour d'elle. Tu la suis des yeux quitter la cuisine pour aller ramasser le conte au sol et le mettre à l'abri sur la commode, à côté de la rose sous cloche. Dans un grognement tu t'appuies sur le meuble de la cuisine sans détacher ton regard d'elle, sa main glissant sur le verre protecteur de la fleur. C'était ailleurs que tu aurais aimé voir — sentir — sa main glisser. Pourtant ses réactions à ton encontre avaient quelque peu apaisé malgré toi ton péché, assez pour réussir à faire passer la raison de sa présence à un niveau d'importance égalant ta Luxure. « Pourquoi tu voulais me voir ? » se répéta-t-elle enfin en constatant ton air contrarié. « Je me demandais comment tu faisais pour aller dans le Monde des Contes » réponds-tu après un court temps et te redressant pour avancer en sa direction. Un « Oh ! » surprit lui échappa à tes paroles inattendues, un sourire désolé marquant alors son visage, ce qui ne t'annonçait rien de bon. « Mon cas est légèrement différent du tien ou de celui de n'importe qui n'ayant jamais côtoyé les Contes. » commença-t-elle. « J'ai dû apprendre un sort me permettant de m'y rendre à volonté il y a quelque temps déjà. ». L'aventure avec Tyr avait été de trop courte durée et jamais elle n'avait coupé les ponts avec les Contes. Tu ne pus retenir un soupir à cette révélation toutefois. À quoi ça avait servi tout ce baratin sur la souveraineté des contes si on pouvait même pas s'y rendre. « Donc on m'a donné une couronne qui sert à rien, c'est ça ? » - « Non, il doit forcément y avoir un moyen de s'y rendre sans cette magie. Ça n'aurait aucun sens sinon d'offrir la possibilité de régner à n'importe qui. » te contredit-elle avant se plonger dans une profonde réflexion. Elle s'y connaissait bien plus que toi, que ce soit en contes ou en magie, aussi la laisses-tu trouver une solution et te contentes-tu de l'attendre en silence, les bras croisés et en appui sur le chambranle de la porte. Le temps s'écoulant bien lentement à tes yeux, ton esprit se mit rapidement à errer ailleurs, loin de ta dernière préoccupation. Une main à déboutonner sa chemise claire, fine et cintrée, laissant deviner chacune de ses formes sans même devoir trop pousser la réflexion. La seconde à la débarrasser de son bas et y faire glisser tes doigts dans son entre-jambe. Ta langue s'invitant dans sa bouche pour étouffer ses gémissements orgastiques. Ses mains s'agrippant à toi avec envie et, eh bien, Gourmandise.

«
Hé oh ! Kyra à Rajiv, est-ce que tu m'entends ? ». Les doigts qui claquaient devant toi en même temps qu'elle t'interpellait te sortirent de ta douce torpeur. « Bien sûr, tu crois quoi, je suis tout attentif. » réponds-tu avec un sourire innocent. Tu ne reçus qu'un regard accusateur. Bien sûr qu'elle ne te croyait pas. Tu n'en étais pas outré, au contraire même, tu en étais amusé. Plus encore alors que tu en avais fait ton nouvel objectif, quoique le défi serait plus ardu qu'avec Nymeria. Tu savais ce qui la tenait à distance de toi alors que, et d'une manière générale, elle ne se souciait que peu de la proximité qu'elle pouvait avoir — ou non — avec les autres. Ton apparence. Celle de son frère. D'un côté tu en jouais. D'un autre il te semblait évident que tu allais devoir en changer si tu voulais réussir à seulement l'approcher avant la toucher puis la posséder. D'autant que les Gourmands avaient une saveur particulière en matière de sexe. Le tout était de les mettre dans le lit. Ensuite ils pouvaient se montrer plus désireux qu'un Luxurieux. Quand la Luxure savait se contenter d'actes ponctuels, le péché de Gourmandise était long à rassasier. Mais justement, là résidait le second problème. Sans l'avoir vécu, elle le savait ça. Elle connaissait les limites qu'elle devait se poser et ce dans quoi elle devait prendre le temps de la réflexion avant plonger. Ce détail n'aurait pas été un obstacle insurmontable si elle ne se trainait pas sa culture angélique. « Tu sais, si ça ne t'intéresse pas vraiment cette histoire de royauté, dis-le ce sera plus simple. » te réprimanda-t-elle. « Non non, c'est bon, je m'étais juste perdu. » - « Mouais... » commenta-t-elle en s'installant sur le canapé. « Donc ! Pour en revenir au sujet initial et résoudre ton problème de ne pas savoir comment te rendre dans le Monde des Contes, je te propose deux solutions. Soit tu te rends sur les terres Færiques, parce que ça me paraitrait logique qu'il y ait un chemin menant aux contes là-bas. » commença-t-elle avec un sérieux auquel tu n'avais pas l'habitude de te confronter. « Et y a pas plus simple que d'aller jusque là-bas ? » répliques-tu déjà fatigué de visualiser la route à faire. « Il y a peut-être plus simple, oui. La deuxième solution. Je pourrais tout bêtement t'y emmener. ». Tu marques un temps à cette seconde hypothèse bien plus plaisante que la première. « Tu pourrais ? ». Elle haussa les épaules. « Peut-être. Je n'en sais rien. Je n'ai jamais eu à faire ça. Mais je me dis que ça vaut le coup d'essayer. ». Oui, ça valait tout à fait le coup, absolument.
©gotheim pour epicode


Post I | Mots 1899
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4755
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Sam 14 Jan 2023, 22:45


Le Prince Charmant à la couronne d'Azur

«
Majesté, cela fait plaisir de vous revoir parmi nous. ». Juste le temps d'une inspiration suivant la téléportation, et déjà les domestiques s'inclinaient face à Kyra. Ou, plutôt, celle que tu supposais être Kyra, car elle n'avait pas la moindre ressemblance avec la Gourmande. La seule chose qui t'avait mis sur la piste était qu'elle se trouvait à la place exacte où elle était censée se trouver, à tes côtés. « J'en suis tout aussi ravie et n'ai qu'une hâte, retrouver mon peuple. ». Un sourire illumina le visage de la domestique, quoique tu puisses capter une œillade méfiante de sa part à ton encontre. « Il s'agit d'un ami. Et le Roi d'un royaume voisin. » expliqua La Petite Sœur, elle-même ayant remarqué l'animosité de la jeune femme. « Pouvez-vous prévenir le régent de ma venue ? J'ai à discuter avec lui. » - « Tout de suite, Majesté. ». Depuis votre arrivée jusqu'au départ de la domestique, tu n'avais pas loupé un seul mot ni un seul geste qui s'était déroulé sous tes yeux. « Majesté, rien que ça ? » t'amuses-tu en détaillant la nouvelle apparence de la Déchue. « Je ne serais pas la seule lorsque toi-même tu auras ton propre royaume, avec ta propre population. » commenta-t-elle en t'invitant à la suivre jusqu'à un large balcon immaculé. Là, sous tes yeux, s'étendait une terre semblant infinie, teintée de pastel ou d'aquarelle suivant où le regard se posait. De hautes montagnes brumeuses s'étalaient sur l'horizon. Tu laisses alors échapper un sifflement épaté en découvrant cette nouvelle terre. « C'est ça un royaume dans le Monde des Contes ? » - « Mon royaume. A l'origine, tout n'était qu'une immense toile vierge. Aujourd'hui il s'agit du royaume Thräaneid, régi par celle que l'on nomme l'Oiseau Bleu. » - « L'Oiseau Bleu ? ». Un sourire mutin te fut offert en première réponse. « C'est le nom sous lequel je suis connue au sein du Monde des Contes. ». Son nom ? Tu clignes rapidement des yeux, essayant d'organiser tout ce que Kyra te révélait. A chaque explication naissaient deux nouvelles questions. Ça devenait compliqué. Tu te rapproches d'elle. Autant ce Monde t'intriguait réellement maintenant, autant elle-même éveillait quelques questions d'un autre genre. Jusqu'où avait-elle changé sa morphologie ? Elle avait été jusqu'à s'essayer à la masculinité. Tu étais curieux de savoir jusqu'où elle pouvait pousser la chose. Son odeur, quelle était-elle à présent ? « Et comment tu t'y es prise ? ». Un sourire enjoué illumina le visage de Kyra, ravie de voir qu'enfin tu t'intéressais sérieusement à ce Monde. Elle remarqua aussi rapidement que ton intérêt ne se portait pas seulement sur le royaume, aussi s'éloigna-t-elle de quelques pas, te laissant derrière elle, boudeur. « Avec l'aide des Faes, entre autres. Je rêve, j'imagine. Elles bâtissent. » - « Majesté. ». La voix derrière vous modifia votre point d'attention, te plongeant par la même dans un profond ennui tandis que votre solitude se trouvait brisée. « Permettez-moi, au nom de votre peuple, de vous souhaiter un bon retour parmi nous. » ajouta avec déférence le nouveau venu, effectuant une longue révérence avant enfin se redresser et reprendre. « Vous m'avez fait demander ? » - « En effet. Je souhaite simplement être tenue au courant de ce qui a pu se passer ici lors de mon absence. Et si vous aviez également vu Sauvanne. » - « Madame Rossignol n'apparait qu'en votre présence. » - « Tant pis. ». Elle sembla déçue. « J'ai des affaires à régler, profites-en pour faire un tour des lieux et visiter. » te fit-elle alors. Un sourire en coin et les yeux se levant à la recherche de ton imaginaire, tu visualisais cette visite qu'elle te proposait. Faire le tour du propriétaire te semblait être une merveilleuse idée. Dans le lit royal, sur le trône ou ici, contre le mur de ce balcon à la vue imprenable, le souffle coupé de tes assauts. Mais c'était déjà trop tard. Elle s'éloignait dans le couloir en compagnie du régent. C'était injuste. Les mains enfoncées dans les poches, tu te décides à finalement déambuler dans le palais, en attendant son retour.

Une agréable domestique s'était proposée pour te faire visiter les lieux au détour du couloir. La bâtisse s'avérait être étrangement moins grande que ce que la vision du balcon t'avait laissé imaginer. « Elle ne passe que peu de temps ici. Il s'agit plus d'un lieu décisionnaire que d'un château abritant sa Royauté. » t'avait-elle expliqué lorsque l'interrogation avec passé la barrière de tes lèvres. « Si ce n'est pas trop indiscret, vous êtes proche de la Reine ? » t'avait-elle questionné à son tour. « Pas assez. » lui avais-tu fait. Une série de questions avaient suivi, vous menant jusqu'à ce moment. Le jupon soulevé, tu savoures les à-coups de ton bassin contre le sien. Les mains sur ses hanches et la bouche perdue entre ses seins, tu alternes entre force ou rapidité selon ses souhaits et ses cris. Un râle orgasmique, puis tu te retires sans pour autant la lâcher. Elle, pouvait encore jouir. Tu décides commencer en jouant de ses tétons avant t'agenouiller, repoussant un peu plus son jupon pour un meilleur accès à son intimité. « Attendez ! » souffla-t-elle soudain, tournant le visage vers la porte. D'abord surpris, un rictus glissa à la commissure de tes lèvres. Elle te faisait penser aux Magiciennes, se voulant prude sans l'être pour autant. Tu en étais d'autant plus certain que tu l'eus deviné avoir déjà offert sa virginité à un autre avant toi. « Quelqu'un arrive ! » ajouta-t-elle vivement en te poussant pour descendre du meuble sur lequel tu l'avais installé. Elle en eut tout juste le temps. A peine le jupon retomba qu'une nouvelle présence s'invita dans la pièce. « Madame ? J'ignorais que vous arriviez. ». Toujours au sol, tu portes ton attention sur la nouvelle venue. Elle n'appartenait pas à ce Royaume. Elle n'avait pas besoin de le dire. Ça se voyait, comme une petite anomalie au milieu d'un vaste tableau capte le regard tant sa présence dénotait du reste. « C'est à moi de m'excuser pour vous avoir dérangé. » rétorqua la brune en posant ses yeux noisette sur toi. « Il aurait été étonnant de vous trouver ailleurs, messire. » fit l'intruse dans un sourire moqueur en te détaillant. La chemise ouverte et les cheveux débraillés, rien ne pouvait cacher ce qui venait d'être interrompu. « Laissez-moi me présenter, je suis Sauvanne Rossignol. La Fæ qui supervise cette partie du Monde des Contes. » reprit-elle, semblant se moquer éperdument de ton état. Rapidement tu te redresses, te rhabillant comme si rien n'était. « C'est vous Sauvanne ? Je crois que Kyra vous cherche. » rétorques-tu, agacé du caractère sans-gêne de celle-ci. « Je le sais. Et je suis exactement où il faut que je sois pour répondre à sa demande, maintenant que vous vous êtes décidés à assumer votre rôle. » commenta-t-elle sans prendre en considération un instant la demoiselle, en arrière de la scène, qui eut à peine le temps de cligner des yeux avant de se retrouver seule.

Tu papillonnes des yeux. L'endroit où elle t'avait amené n'avait absolument rien à voir avec le royaume de Kyra. « Où on est ? » - « Chez vous. Dans ce qui sera votre royaume. ». Tu fixes la Fæ des yeux. C'était un peu brutal la transition entre ces lieux, vides, et le palais et ses plaisirs. « Je vous sens irrité. » ajouta-t-elle, taquine. Ce n'était pas qu'un sentiment. Tu l'étais et elle savait pourquoi. « Les terres de l'Oiseau Bleu n'existent que parce qu'elle a décidé qu'elles existeraient. Nées de ses désirs, du rien est apparu les montagnes, les maisons, et les gens y résidant. ». A nouveau elle sourit, songeant à tous ces mondes que son peuple avait bâtis en silence. Ces royaumes avaient de différents que ce n'était pas l'esprit d'une Fæ qui en était à l'origine. Cela rendait chacun d'eux parfaitement unique et formidable à ouvrager. Tu la fixes un instant, sans mot dire. Ses paroles étaient des plus implicites, te poussant à la réflexion et à ce que tu comptais faire de ce territoire. Que serait la première chose que tu désirerais obtenir ? « C'est elle qui a tout décidé ? » - « Le moindre grain de poussière. » répondit la brune en plongeant le regard sur un horizon inexistant. Un court silence suivi, le temps des réflexions du Luxurieux et coupé par une nouvelle intervention de la Fæ. « Et si nous commencions par le début : quel est donc votre nom ? ». Ton regard s'attarde sur la silhouette de ta vis-à-vis. « Raj– » - « Rajiv Oesman, oui, ça je le sais. » te coupa-t-elle sans bouger. Alors quoi ? Tu ne comprenais pas ce qu'elle te demandait. Il t'était ainsi difficile de lui fournir une réponse. « Certains ont voulu changer d'apparence et de nom, comme la Main d'Omi'Ake qui est devenue l'Oiseau Bleu. Qu'en est-il de vous ? ». Tu réfléchis. « On peut revenir là-dessus plus tard ? » réponds-tu plutôt. Ce n'était pas le plus important à tes yeux. D'autant que tu étais incapable de lui offrir une réponse certaine, pris sur le fait de cette façon. Un nom était de toute façon inutile sur un territoire sans personne pour nommer. « Vous avez tort. ». Une nouvelle fois tu papillonnes des yeux avant de la critiquer vivement en silence. « C'est possible de penser dans l'intimité sans avoir ses idées reprises malgré moi ? ». Un sourire amusé lui répondit. « De l'intimité, hein ? ». Elle était étonnée qu'il s'en souciât. « Je ne fais que vous aider, en précisant que ce nom et ce visage ne sera pas uniquement vu et prononcé des habitants futurs de ce royaume. Ceux du royaume de l'Oiseau Bleu également le connaitront. Et les autres à venir encore. ». Tu réfléchis à nouveau à ses paroles. Par dieu, c'était beaucoup trop compliqué cette histoire. « Y a moyen de changer l'environnement ? » fis-tu finalement. « C'est déprimant ce vide là, ça a rien d'inspirant. ». Sans réel paysage en tête, ce fut le plus classique qui prit naissance sous tes yeux : une immense plaine, égale aux côtes de Maubëe, surplombée d'un ciel clair azuré. « Ah. ». Ça y est. Il l'avait son nom. Ça irait bien avec l'Oiseau Bleu en plus. L'Azur d'un monde habillant le Bleu des ailes de l'Oiseau dans lequel elle pouvait se perdre en des heures de vol. Il avait ainsi sa première idée. Son monde serait égal à son nom. Des arbres aux feuilles céruléennes sortirent du sol pour étendre leur ramure jusqu'à toucher le ciel. Tant, que la canopée semblait être devenue le ciel, lui-même plus clair pour faire ressortir la teinte lagunaire du feuillage. Il y avait cependant quelque chose qui te tracassait. L'idée était-elle bonne ? Est-ce que tu ne risquais pas une overdose de bleu ainsi ? « Peut-être désirez-vous un conseil ? ». Tu te tournes vers Sauvanne. « Pourquoi ne pas profiter des saisons pour offrir de la variabilité ? ». Un trou d'eau se forma à vos pieds. « Lorsque la saison se termine, les feuilles chutent. Alors, au contact des feuilles sur la surface de l'onde cristalline, celle-ci prendra la couleur de la canopée. Le ciel bleu devient eau. L'eau claire devient ciel. ». Tu ne dis ni ne fis rien, observant en silence l'illustration à petite échelle de l'événement sur la flaque. Jamais tu n'aurais pensé à cela de toi-même. Pourtant l'idée était formidable. « Prenez le temps, réfléchissez, faites preuve d'imagination. Elle est votre seule limite. » conclut-elle avant de disparaître enfin. Y réfléchir. À vrai dire, ce qui te passait par la tête à présent n'avait plus grand-chose à voir avec la construction d'un monde. Pas tout à fait en tout cas. Cette histoire de couleur, tu commençais à douter de l'idée. Le bleu n'était pas la couleur la plus passionnée qui puisse exister. Le carmin de la robe de la Fæ te stimulait bien plus.
©gotheim pour epicode


Post II | Mots 2047
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
 

[Quête] - Le Prince Charmant à la couronne d'Azur | Rajiv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Q] Le Prince Charmant (ne s'appelle pas Rajiv) | Solo
» Quête de la Couronne des Péchés [pv Alec]
» Alea jacta est [quête de la couronne Mortel avec Vanille]
» Râleries | Rajiv
» [Q] L'union blanche | Rajiv
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Mers :: Mers - Est :: Mer de cristal :: Ynys Sailanen-