-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shanxi
~ Ange ~ Niveau II ~

~ Ange ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 873
◈ YinYanisé(e) le : 06/01/2019
◈ Âme(s) Soeur(s) : Qui ?
◈ Activité : Architecte [Rang II]
Shanxi
Lun 07 Mar 2022, 14:10



Certains réveils sont plus difficiles sans alcool



Partenaire : Solo
Intrigue/Objectif : Lhænore apprend à être une Vampire, et tout ce que ça implique. 8D







Affalée dans son fauteuil, Lhænore détourait pensivement les rideaux qui empêchaient la lumière d’entrer dans le salon. « Ça va mieux ? » demanda Eurielle, après l’avoir rejoint sur le divan voisin. La Rahzdens se redressa avec peine pour faire face à sa créatrice. « Mieux que tout à l’heure, oui. » Le soupir qu’elle avait poussé trahissait encore quelques difficultés. « Je ne m’attendais pas à ça, à vrai dire. » La marraine haussa un sourcil. « Ah ? Et à quoi t’attendais-tu alors ? » La jeune femme se laissa à nouveau glisser dans son fauteuil, dubitative. « Je ne sais pas trop. » déclara-t-elle dans un premier temps, avant de poursuivre : « Quelque chose de moins douloureux ? Du moins pour la partie réveil. Le reste coulait de source. » Lhænore se remémorait la morsure avec amusement. Ce n’était pas vraiment le rituel qui la faisait rire, mais plutôt le jeu de mot inattendu qu’elle venait d’en faire. Même Eurielle semblait trouver sa blague à son goût. Elle lui avait au moins arraché un sourire, en tout cas. « Chacun vit l’expérience différemment. Certains la supportent mieux que d’autres. » La nouvelle née faisait clairement partie de cette seconde catégorie, à son grand regret. « Donnes-y un peu de temps. Ça partira. » conseilla sommairement la vampire, avant de se plonger dans un livre qu’elle avait arraché à la petite bibliothèque à côté de son canapé. En la regardant, Lhænore repensa à son journal. Cela faisait quelques heures à peine qu’elle s’était éveillée, et entre la soif qui l’avait assaillie à peine avait-elle ouvert les yeux, et les quelques autres désagréments qu’avait entraîné ce changement, elle n’avait pas encore eu l’opportunité de coucher son expérience sur papier. Il faisait encore jour, alors elles n’étaient pas près de sortir. Il allait lui falloir tuer le temps. « Où vas-tu ? » l’interrogea sa créatrice, en la voyant quitter son fauteuil. « Je vais chercher de quoi m’occuper. Je reviens. ».

La Rahzdens avait beau gratter, rien de ce qu’elle avait écrit dans son carnet ne semblait la satisfaire. Il y avait tant à dire, et pourtant, l’inspiration semblait toujours lui faire défaut. Elle avait commencé par le sang d’Eurielle. Sa créatrice lui avait tendu son poignet, l’invitant à boire directement à la source. Le liquide était rance, métallique et chaud, et tandis qu’il lui réchauffait le gosier, Lhænore songeait au fait qu’un jour, cette sensation désagréable lui procurerait un plaisir qu’elle ne pouvait appréhender aujourd’hui, et s’était alors interrogé sur le phénomène biologique derrière cette altération du goût. Ensuite était venue la morsure. Lhænore avait décrit avec grand détail la douleur qu’elle avait ressenti lorsque les crocs d’Eurielle avaient percé sa chair. Elle ne saurait dire combien de temps il avait fallu – la quantité de sang dont sa créatrice avait pu se délecter – pour que ses membres ne s’engourdissent, et que cette sensation ne remonte jusqu’à son visage, embrumant son esprit jusqu’à l’inconscience. Et puis, plus rien. Le vide, dans ses souvenirs comme sur le papier. Lhænore se désintéressa de ses écrits, déposant le carnet sur son accoudoir, tandis que son regard migrait à nouveau vers l’une des fenêtres du salon. Un rayon filtrait faiblement entre le tissu et le mur, dessinant une longue ligne partant du sol et remontant sur une étagère, près de l’entrée. Sans trop réfléchir, la Rahzdens avait levé une main pour l’atteindre. « Arrêtes. » La voix de sa créatrice l’avait faite sursauter. Si son corps entier s’était figé, sa tête, elle, pouvait encore bouger et s’était tournée vers celle qui commandait. « J’étais juste curieuse de voir ce que ça faisait. » expliqua la nouvelle née, ramenant doucement sa main sur sa cuisse sous le regard désapprobateur de sa marraine. « Tu peux aller mettre ta main au feu, si tu y tiens. Tu auras une idée. » Lhænore se ratatina dans son fauteuil, peu décidée à suivre cette suggestion – si c’en était bien une – . « Encore un peu de patience. La nuit va bientôt tomber. Nous pourrons sortir ensuite. » La jeune arqua un sourcil. « Où est-ce qu’on va ? » - « Nulle part en particulier. Nous pourrions faire un tour. Je doute que tu aies eu le temps de visiter durant tes recherches. » expliqua la vampire. « S’il y a un endroit en particulier que tu aimerais voir, nous pourrions y aller. » poursuit-t-elle, espérant raviver l’intérêt de sa protégée. « Non, rien ne me vient pour le moment. » Eurielle ferma son livre et reporta pleinement son attention sur la Rahzdens. « J’aurais pensé que tu serais plus enjouée que cela à l’idée de sortir. » déclara-t-elle, à mi-chemin entre la déception et la curiosité. Lhænore resta silencieuse un moment, comme si elle venait de découvrir sa réponse en même temps que sa bienfaitrice. Cette soudaine paresse qu’elle se découvrait venait sûrement de tous ces voyages qu’elle avait entreprit, à cause de cette épée de Damoclès que sa naissance avait mis au-dessus de sa tête. Il lui avait fallu s’offrir à une Vampire, mourir, et en devenir une à son tour pour redécouvrir le confort auquel la vie l’avait arrachée. Toute cette agitation, une fois retombée, ne lui avait laissé qu’épuisement et lassitude. Par moments, Lhænore pensait avoir trop soupé de la vie. Et le reste du temps, elle convoitait une plus grosse part du gâteau.

~

« On ne sort pas ce soir ? » La Rahzdens quittait le bord de la fenêtre pour venir s’installer devant la cheminée. « Non, pas ce soir. » répondit sèchement Eurielle. Le silence de sa progéniture lui fit décoller les yeux du journal qu’elle tenait entre les mains. « Pourquoi faire cette tête ? Je croyais que tu avais assez vu le Fjörd ? » La vampire avait volontairement reprit les mots de sa protégée, moqueuse. « Oh oui, je n’ai pas changé d’avis. Je demandais simplement. J’aurais pensé que tu ne te lasserais jamais de ces balades nocturnes. » railla la nouvelle née, incapable de ne pas répliquer à la provocation de sa créatrice. Eurielle déposa sa lecture sur la petite table à ses pieds, annonçant une discussion houleuse. « Crois-moi, quand tu devras chasser, tu seras bien contente de pouvoir de te repérer grâce à nos balades. Tu les regretteras même probablement, en fait. » Elle sourit. Imaginer sa protégée courir après un cerf l’amusait. « J’en doute. » rétorqua l’impertinente. Cette réponse lui confirmait que la nouvelle née ne s’était pas encore projetée dans le futur proche, et même si Eurielle avait commencé à lui expliquer les tenants et aboutissants de son apprentissage, Lhænore ne s’était pas encore penchée sur les détails de la chose. « Nous verrons. » Quelque part, la mentor avait hâte de voir sa réaction, quand elle lui demanderait d’attraper son premier gibier. « Quoi qu’il en soit, nous ne sortons pas ce soir, mais ça ne veut pas dire que l’on ne va rien faire. » La déclaration d’Eurielle lui fit arquer un sourcil. « Nous attendons de la visite. Quelqu’un que j’aimerais te présenter. » Lhænore la lorgna un instant, attendant une explication qui ne semblait pas vouloir venir. « Qui est-ce ? » finit-elle par demander, impatiente. « Quelqu’un qui compte à mes yeux, alors j’espère que tu sauras te comporter en adéquation. » Eurielle laissa le temps à sa consigne de s’imprimer dans l’esprit de sa protégée. « Peut-être même qu’un jour, il deviendra aussi important pour toi qu’il l’est pour moi. Je l’espère. » insista la vampire, en voyant l’amusement saisir les traits de sa progéniture. « Peut-être ? » Lhænore n’y croyait pas, mais était tout de même curieuse d’observer la direction que prendrait cette soirée.

Leur invité était arrivé un peu plus tard. Eurielle était allée lui ouvrir la porte, tandis que la Rahzden demeurait en retrait à l’entrée du salon. « Te voilà. Entre. Comment vas-tu ? » Une embrassade cordiale, et voilà qu’il lui était présenté. « Ah, voilà la fameuse ! » lança l’homme, en s’approchant de la nouvelle née. « Raoul, voici Lhænore. La dernière de notre famille. » La marraine avait insisté sur ce dernier mot : « famille », mais Lhænore n’aurait su dire si le message qu’Eurielle essayait de faire passer s’adressait à elle, ou à lui. « Lhænore, je te présente Raoul. Ton aîné. » La Rahzden avait à peine eu le temps d’ouvrir la bouche que la parole lui fut coupée. « Ce qu’Eurielle veut dire, c’est qu’elle m’a transformé, moi aussi. » expliqua le blondinet, enfermant toute réflexion de l’ancienne sirène dans son esprit. Il insista du regard, attendant une réponse. « Enchantée Raoul. Eurielle me parlait de toi juste avant que tu arrives, mais elle ne m’avait pas précisé qui tu étais exactement. » Il haussa les sourcils, jaugeant leur créatrice. « Ah bon ? Je suis curieux de ce qu’elle a jugé bon de te dire, si elle t’a épargné ce détail. » Cette question était autant pour sa cadette qu’Eurielle. « J’ai tu beaucoup de choses pour qu’elles puissent être dites ce soir. Au moins nous pouvons faire les présentations en bonne et due forme. » expliqua la marraine, avant de glisser une main dans le dos à chacun pour les entraîner dans le salon. « C’est vrai que tu aimes faire les choses en bonne et due forme, oui. Comme quand tu m’as mis à la porte pour l’accueillir. » Gouailla-t-il en se laissant tomber sur le divan. « Allons, ne commence pas. Tu sais très bien comment les choses se passent. La transition est difficile, et demande temps et calme. Je ne devrais pas avoir à te l’expliquer, tu en es passé par là aussi. » Eurielle ne tenait plus les comptes du nombre de fois où elle avait eu cette discussion avec son enfant. Ils avaient commencé avant l’arrivée de Lhænore et remettaient cela alors même qu’un retour arrière n’était plus envisageable. Mais elle ne s’agaçait pas. Elle comprenait la frustration de son aîné. Elle la ressentait parfois même de manière plus intime et propre, lorsque ses pensées allaient à son créateur. Lhænore, en revanche, ne risquait pas de comprendre. Son esprit avait déjà fui cette conversation, comme un réfugié fuyait le conflit ravageant son pays. « Et puis, je songeais à te faire participer à son éducation aussi. » ajouta Eurielle, dans une tentative fleurissante de capturer de nouveau l’attention de sa protégée. « Nous allons bientôt commencer son apprentissage. » Les deux jeunes vampires haussèrent un sourcil dans une harmonie qui faisait sourire leur créatrice. « Je pensais l’emmener chasser demain soir. Je l’emmènerai seule bien sûr pour la première fois, mais peut-être pourrais-tu nous rejoindre dans la semaine ? Tes talents lui seront salutaires, j’en suis sûre. » Lhænore s’affaissa dans son fauteuil. Son apprentissage pouvait enfin commencer.



1814 mots
Post I



[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool 8nym
[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool Sirx[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool Zlwu

nastae:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35921-shanxi
Shanxi
~ Ange ~ Niveau II ~

~ Ange ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 873
◈ YinYanisé(e) le : 06/01/2019
◈ Âme(s) Soeur(s) : Qui ?
◈ Activité : Architecte [Rang II]
Shanxi
Lun 21 Mar 2022, 18:46



Certains réveils sont plus difficiles sans alcool





Il était tôt. Tôt pour des Vampires s’entend. Eurielle avait tiré la Rahzden du confort de ses draps pour aller chasser dans les bois du Fjörd, pas trop loin de sa propriété. « On va s’enfoncer encore longtemps comme ça ? » demanda la plus jeune, visiblement déjà lasse du paysage que lui offrait l’endroit. « Nous sommes encore trop près des habitations. Les animaux restent à l’écart, la plupart du temps. Surtout ici. » Lhænore haussa un sourcil. « A cause de leurs voisins ? » La Vampire sourit, satisfaite de la déduction de sa protégée. « C’est ça. » la félicita-t-elle, avant de poursuivre sur une explication plus approfondie : « A force de les chasser, ils n’ont pas eu d’autre choix que de s’adapter. Ils sont devenus plutôt farouches avec les années – du moins plus qu’ils ne l’étaient déjà –. Ce qui ne va pas nous rendre la tâche facile. Mais tu y arriveras, avec la pratique. » - « Hm. » Elle était perplexe. Un sourire naissait néanmoins sur ses lèvres. « Je ne t’imaginais pas chasseuse. Tu n’as pas vraiment le profil. » lança-t-elle, amusée. « Moi non plus, d’ailleurs. Je suis beaucoup de choses, mais pas chasseuse. Mon imagination n’est même jamais allée aussi loin. Même dans mes rêves les plus fous. » Elle avait pris un ton ironique, car bien sûr, souiller ses bottes de boue n’avait jamais été un rêve. La situation tenait presque du cauchemar, à vrai dire. « C’est un mal nécessaire. Au départ. On y prend goût. » rétorqua l’aînée, ignorant les provocations de sa fille et la grimace qui déformait ses traits. « Pourquoi tu ne demandes pas à Raoul de chasser pour toi ? Tu as dit qu’il avait… un talent pour ça, non ? » Eurielle souffla du nez. « Je pourrais. Il doit m’obéir, tout comme toi. Mais je n’ai pas fait d’enfant pour me faire servir. Un vampire doit savoir chasser. Qu’est-ce qu’un prédateur qui ne sait acculer sa proie ? » La manière qu’Eurielle avait de les qualifier tous les deux était encore étrange pour Lhænore. « Pourquoi pas ? La plupart des parents le font. » Les siens étaient sûrement déçus. C’était l’une des rares choses dont elle était sûre, en fait.

Leurs pas les avaient guidées jusqu’à une petite clairière où Eurielle les avaient arrêtées. « A partir d’ici, il va falloir être silencieuses. Sinon, ils vont tous nous fuir et on ne pourra même pas en attraper un. » La Rahzden hocha la tête sans conviction, avant de lui emboîter le pas. Elles erraient un moment que Lhænore ne saurait quantifier – mais qualifiait déjà de trop long – aux aguets. La moindre brindille craquée, la moindre feuille crissée, le bois grinçant au moindre coup de vent. Tous ses sons inondaient ses sens, court-circuitant cet état de concentration dans lequel elle peinait à se plonger. Elle se redressa soudainement, et pendant un instant Eurielle crut qu’elle eut une prise. « Non mais vraiment. » grogna la plus jeune. « C’est complètement idiot. Ils nous entendent probablement arriver. On est censées faire quoi ? Prier Lubuska de nous faire tomber un lièvre du ciel ? C’est ridicule. « Sa voix avait, semblait-il, fait fuir une proie potentielle, qui se cachait dans un tas de feuilles. Ou peut-être était-ce le vent qui avait soufflé dessus. Elle n’en savait rien. Eurielle se redressa, les bras croisés. « Eh bien. Il ne t’aura pas fallu bien longtemps. Bien sûr qu’il faut prier Lubuska. Peut-être qu’elle te donnera un peu de patience, en plus du lièvre. » aboya-t-elle plus gentiment que Lhænore ne l’aurait pensé. Maintenant qu’elle y pensait, elle ne l’avait jamais vue hausser la voix. Ce n’était pourtant pas les opportunités qui avaient manqué. La Rahzden n’avait pas été un cadeau depuis son réveil. Même Raoul lui avait dit de la mettre à la porte. C’était probablement en représailles de ce qu’elle-même lui avait fait, mais tout de même. Si Raoul n’était qu’un gros jaloux, qu’en était-il de cet aubergiste qu’elle avait rencontré, lorsqu’elle était arrivée au Fjörd ? Comment l’avait-il appelée déjà ? « Emmerdes », oui. Il exagérait. Elle n’était pas plus d’emmerdes que n’importe qui d’autre. « Sois patiente. Et ouvre les yeux. Ce n’est pas à moi de chasser, mais toi. » répéta l’aînée, avant de reprendre la marche. Quelques heures plus tard, et… « Là. » lui indiqua Eurielle par télépathie. La Rahzden s’approchait de sa proie à pas de loup. Un loup très maladroit. Son pied s’était pris dans une racine lorsqu’elle avait voulu fondre sur le pauvre lièvre. « C’est pas vrai ! » hurla alors le loup, à présent couvert de boue.

« C’était… pas trop mal, pour une première fois. » Les bonnes intentions de la Vampire ne rencontraient pas plus de bonne volonté de la part de la nouvelle née, semblait-il. C’était peut-être à cause de son sourire moqueur. « Je sens encore l’odeur de la boue sur moi. » bougonna la Rahzden, frottant ses cheveux mouillés dans une serviette. « On a tous commencé comme toi. » expliqua la marraine, plaçant ses mains sur celles de la jeune pour l’inciter à lâcher le morceau de tissu. « Laisses-toi faire. » lui avait-elle intimé en sentant sa réticence. « Nous y retournerons demain. Et après-demain. Jusqu’à ce qu’on ait un résultat. » Lhænore grattait nerveusement la peau de ses ongles. « Tu ne t’es pas vautrée dans la boue toi, j’imagine, la première fois. » Ni même les suivantes, sûrement. « Non. » La question la fit sourire. « Mais je n’ai rien attrapé non plus. » précisa l’aînée. « Raoul non plus, d’ailleurs. Et Keith aussi n’a rien attrapé. » La Rahzden haussa un sourcil en entendant ce nom qui lui était inconnu. « Keith ? C’est un autre de tes… enfants ? » demanda-t-elle alors sans attendre. « Non, non. Je n’ai pas tant d’enfants que cela, Lhænore. Il n’y a que Raoul et toi. » Sa voix s’était faite plus douce. Ses gestes aussi, alors qu’elle lui brossait les cheveux. « Keith est mon parent vampirique, et mon mari. » La nouvelle née resta sans voix un instant. Elle ne s’attendait pas vraiment à cela. Eurielle était donc mariée. A celui-là même qui l’avait transformé. Pourquoi ne l’avait-elle jamais rencontré alors ? Eurielle ne l’avait même jamais encore mentionné jusqu’à aujourd’hui. D’un autre côté, elle n’avait pas non plus mentionné l’existence de Raoul avant qu’elle ne le rencontre. « Il est mort ? » émit-elle de mi-voix. « Non. » répondit immédiatement l’aînée, interloquée. « Il voyage. » éclaircit-elle finalement.

~

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Eurielle semblait absorbée par son courrier. « Je pensais que nous pourrions aller chasser ce soir, mais je ne vais peut-être pas pouvoir finalement. » annonça l’aînée, pensive. « Je ne peux pas laisser Lhænore seule, cela dit. Et l’emmener avec moi ne me semble pas mieux non plus. Puis il faut qu’elle se nourrisse. Elle ne pourra pas attendre mon retour. « Elle s’arrêta un moment pour réfléchir en silence, puis se tourna vers son fils. « Vous allez chasser tous les deux. » Raoul haussa les sourcils. « Seuls ? Je ne peux pas juste lui apporter de quoi se nourrir pour cette fois ? « Il avait haussé la voix. Peut-être un peu plus qu’il ne l’aurait voulu. « Non, il faut qu’elle chasse. Il était prévu que tu l’aides de toute manière. » Il voulut répliquer, mais Eurielle ne lui avait pas permis. « Je compte sur toi, Raoul. Tu es plus vieux, alors tu es responsable de ta sœur quand elle est sous ta garde. Cette chasse doit bien se passer. » - « Génial. » soupira le blondinet en la regardant partir.

~

« Tu es bruyante. » La Rahzden le fusilla du regard. « Je n’ai rien dit. » grogna-t-elle. « Tes pieds. » précisa Raoul. Il était agacé. Elle aussi. « Vous avez chassé toute la semaine, non ? Fais un effort. » En réalité, Lhænore avait l’impression qu’elle pourrait chasser toute sa vie sans progresser. Rabattre le caquet de cet imbécile l’intéressait plus que sa performance seule, en fait. Le blond s’était arrêté près d’un arbre pour observer les environs. « Eurielle ne m’a pas vraiment dit comment ça s’est passé pour toi la première fois. » Le sourire qu’il arborait lui indiquait le contraire. « Pas trop mal. » répondit la Rahzden avec nonchalance. « C’est ce qu’on m’a dit de ton gâteau de boue, oui. » s’empressa-t-il de railler, comme s’il avait attendu ce moment toute la soirée. « Oh, arrêtes. Tu as pas dû faire beaucoup mieux toi non plus. » - « Tu crois ? Oh, je sais pas. Eurielle était satisfaite. » Elle sourit. « Ce n’est pas ce qu’elle m’a dit. » Raoul arqua un sourcil. « Ah oui ? Et elle a dit quoi, alors ? » La pointe d’agacement dans la voix du blondinet était nettement plus satisfaisante que tout ce qu’ils avaient pu faire jusqu’ici. Les réjouissances furent pourtant de courte durée. Du bruit s’était fait entendre pas très loin d’eux. Raoul lui avait immédiatement fait signe de se taire. Leur approche fut lente, mais sûre. Un lièvre venait de quitter son terrier, presque sous leurs yeux. Il aurait préféré quelque chose de plus gros. Il n’y avait pas grand-chose à faire d’un petit animal comme celui-ci. Peu importe. Cette partie de chasse n’était pas pour lui. Un sourire carnassier déforma le visage du blondinet. D’un rapide geste de la tête, il invita sa jeune sœur à ouvrir les hostilités. Le premier essai fut un échec. Les trois qui avaient suivi aussi. Finalement, l’aîné avait perdu patience et décida d’intervenir. Il s’était interposé à grandes foulées pour barrer la route au Léporidé et permettre à Lhænore de le coincer. « QU’EST-CE QUE… QU’EST-CE QUE J’EN FAIS ?! » le petit animal luttait pour sa vie entre ses mains et la Rahzden peinait à le retenir. « Tue-le ! » - « COMMENT ?! » Lhænore commençait à paniquer. « MAIS BRISE-LUI LA NUQUE BON SANG ! » - « MAIS… ARRÊTES DE BOUG-… COMMENT ON FAIT… RAH ! » Dans le feu du moment, la nouvelle née avait porté l’animal à sa bouche. Ses crocs avaient violemment percé le cou du lièvre et du sang s’écoulait de la plaie jusque dans sa gorge. Raoul voulut dire quelque chose, mais préféra se taire. Ce n’était pas vraiment ce qu’il avait en tête, mais leur proie était morte, au moins. Ils allaient devoir trouver quelque chose de plus consistant pour leur mère, cela dit. Ils avaient alors décidé de rebrousser chemin et vider le terrier de l’animal. Trois autres lièvres avaient trouvé la mort ce soir-là, mais leur cou était cette fois-ci resté intact jusqu’au manoir.



1818 mots
Post II



[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool 8nym
[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool Sirx[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool Zlwu

nastae:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35921-shanxi
 

[Q] - Entrée n°192 | Certains réveils sont plus difficiles sans alcool

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [XI ; XXII] - Des débuts difficiles [PV Lysange]
» Certains rêves se font éveillé | Dorian
» La prestance d'un roi...ou de l'alcool [PV Niva]
» | Autruche, alcool et dangers [Priam]
» | Tharja - Æther de l'Alcool et des Festivités |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Fjörd-