-64%
Le deal à ne pas rater :
-64% sur le Lot de 2 Enceintes bibliothèques Jamo S17F (gris ou bleu)
199 € 549 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Jeu 16 Déc 2021, 08:48

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité
Thessalia & Dorian


Partenaire : Thessalia
Intrigue/Objectif : Lorsque l'Enfant apparaît devant Thessalia et Dorian, leurs Géniteurs les soupçonnent d'être des Shevarors, ces Vampires fertiles et les gardent à Fjörd le temps de percer la vérité.



L'Enfer arriva une nuit pluvieuse à Merhonëan. Il, ou plutôt elle, survint aussi soudainement que silencieusement et lorsque je levai les yeux de mon livre, elle était là. J'haussai un sourcil. «Qu'est-ce que... ?» Les mains croisées dans son dos, une fillette qui entrait à peine dans l'adolescence à vue d'oeil me fixait avec une expression énamourée déconcertante. Sa peau était pâle et, au vu de sa jeunesse, elle devait appartenir à la Lignée de Tamina. Ces enfants Vampires me mettaient mal à l'aise. Nous étions déjà des créatures contre-nature, fallait-il pousser le vice si loin jusqu'à flétrir la vie d'enfants ? «Comment es-tu arrivée ici ?» Elle se gratta le menton de l'index en faisant mine de réfléchir. «Je suis venue te voir car tu me manquais.» Finit-elle par dire. Un mince sourire interloqué s'ourla sur mes lèvres. «Je ne te connais pas.» Observai-je en conservant mon calme. «Bien sûr que si. Tu ne me reconnais pas, papa ?» Elle parut sincèrement attristée. Je m'étais attendu à à peu près tout sauf à ça. J'ignorais qu'au même moment, la même fillette venait d'apparaître devant sa prétendue mère. Incrédule, je la contemplais sans voix avant de me mettre à rire pour de bon, d'un rire sec. Allons donc, voilà autre chose. J'allais mettre fin très très vite à ces sornettes. Je me penchai subitement vers elle, modelant les ombres autour de moi pour instaurer une atmosphère menaçante que j'imaginais terrifiante pour les marmots dans son genre. «Tu ferais mieux de partir si tu ne veux pas que je te dévore. J'aime le sang des enfants plus que tout au monde et tu me parais particulièrement savoureuse, bien que tu sois une Vampire. En outre, je - Quoi, qu'est-ce que tu as ?» À mon grand désarroi, la gamine venait de fondre en larmes et je la contemplai avec un dégoût mêlé d'agacement. S'il y avait bien un son que je haïssais par dessus tout, c'était bien les geignements d'enfants. Je reculai dans mon fauteuil et claquai mon livre pour le fermer sèchement. «Ferme-la.» Grinçai-je sans aménité, et ses pleurs redoublèrent, son visage enfoncé dans ses mains. Si elle espérait éveiller une quelconque compassion chez moi, elle se trompait lourdement. Je réitérai mon ordre d'une voix forte comme si parler plus fort pouvait la convaincre d'arrêter. Elle leva alors vers moi un visage déformé par la rage et les larmes. Je savais les Rahzdens instables mais je n'avais pas été préparé à ça. «Ça suffit. Dégage.» Ma patience avait atteint ses limites. «Pourquoi tu veux me manger alors que je suis ta fille ! Pourquoi tu es méchant avec moi !» Elle se mit à taper violemment du pied. «Je ne partirai pas ! Je reste ici !» Mais c'est qu'elle y croyait vraiment cette morveuse ! Ses larmes, qui étaient en fait des larmes de colère, roulaient inlassablement sur ses joues, se mêlant à la morve coulant de son nez. Ecœurant. Je haïssais les enfants. C'était sale et bruyant et source de problèmes.
«Je te DETESTE !» «Ça nous fait un point en commun alors !» Rétorquai-je férocement et, je devais l'admettre, avec un manque de maturité assez alarmant de ma part. «Qu'est-ce que c'est que ce vacarme ?» La voix de Laysa transperça la porte et je vis la poignée argentée s'agiter. «Oh non... Non non non.» Soudain, je sentis un poids sur mes jambes et je baissai les yeux pour voir, horrifié, la fillette accrochée à moi telle une sangsue. Ses bras étaient enroulés solidement autour de mes jambes et elle fourra son visage sur mes cuisses en pleurant abondamment dessus. Je paniquai et la porte s'ouvrit. Un silence profond s'installa, seulement rompu par les sanglots déchirants de cette horrible gamine. Je regardai Laysa tandis qu'elle nous regardait fixement, muette de stupeur. J'étais aussi immobile et livide que le marbre. «Je t'aime papa.» Fit-elle alors d'une toute petite voix qui résonna pourtant très clairement dans la pièce. Je fermai les yeux et acceptai cette défaite. «Par Lubuska...»
[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc
«Je savais que Dorian n'aurait jamais dû aller à Durienrisda !» S'agaça Laysa derrière la porte. Les voix des Vampires me parvenaient depuis la pièce sans fenêtre où j'étais enfermé. Je m'étais réveillé il y a quelques minutes, la bouche pâteuse et l'esprit embrumé du sédatif qu'on m'avait administré. Comme si j'allais opposer une quelconque résistance à Laysa. «Pour rappel, il n'y est pas allé de son plein gré et a ensuite été contraint par le marquis de Sanguice de rester dans son manoir.» Souligna calmement Magnus. Fjörd donc. Magnus quittait rarement sa résidence, préférant laisser le soin à ses Enfants de gérer ses affaires dans les autres villes. «Je m'en fiche ! Regarde le résultat aujourd'hui !» «C'est plutôt une bonne chose, non ? On cherchait en quoi Dorian était bon, il se trouve que ses talents sont plus surprenants que prévu. Il a plus de valeur, beaucoup plus de valeur que ce à quoi nous nous attendions, tu devrais te réjouir. Maintenant, cesses de geindre, ils arrivent.» Un silence lui répondit mais j'imaginais aisément Laysa fulminer en ruminant sur sa prochaine saillie. Je soupirai lourdement. J'étais assis sur l'unique chaise de la pièce. Il n'y avait qu'un lit, une table et c'était tout. Nulle décoration, nul livre ou parchemin pour s'occuper. Si c'était pour m'emprisonner, ils auraient pu se contenter de la vaste prison de Merhonëan, songeai-je aigrement. Je tendis l'oreille en entendant des voix inconnues et me dressai en entendant le verrou de ma porte se déclencher. Dès qu'elle s'entrouvrit, je m'approchais. «Ah quand même.» Une jeune femme fut projetée à l'intérieur et la porte se referma sèchement sur mon nez. D'un seul coup, je fus envahi d'une colère qui envahit ma vision de rouge et je martelai la porte. «Ouvre-moi Laysa, c'est ridicule !» Mais les voix s'éloignaient déjà jusqu'à rétablir le silence. Je me tournai vers la nouvelle venue et la toisais. «On peut savoir qui tu es ? Qu'est-ce qu'il se passe ?»

Message I | 1064 mots



[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Mer 22 Déc 2021, 09:04


Image par ... nom de l'artiste si vous l'avez ...
La fertilité
Dorian & Thessalia
« Maman ! » Thessalia resta sourde à l'appel qui lui était destiné. Elle n'avait jusqu'ici jamais porté ce titre et n'avait jamais enduré de grossesse non plus. Elle ne s'y reconnaissait donc nullement, de quelque façon que ce soit. La fille aux cheveux cendrés traversait déjà une crise identitaire, sa transformation en enfant de la nuit s'imposant désormais à elle. Elle n'était plus une Eversha, et n'en redeviendrait jamais une - ou du moins, elle ne retrouverait jamais sa vie d'avant, avec un statut privilégier au sein de son ancienne meute. La nouvelle née devait s'adapter à une nouvelle identité - on tentait de lui faire oublier le nom qu'elle avait toujours porté, le remplaçant par un autre, qui lui sonnait étranger - et à des changements physiologiques qu'elle reniait tout autant. La sensibilité à la luminosité, son absence de reflet, ses sens décuplés. Mais rien n'était aussi pire que cette nouvelle faim qui l'étreignait, ou plutôt qui l'esclavageait. Une faim insatiable. La louve avait toujours connu la soif de sang - c'était un instinct primaire qui avait toujours grondé en elle, pour assurer sa survie. Mais jusqu'alors, la femme-bête s'était rabattue sur des proies animales. A minima, elle avait toujours su contrôler cette envie de chasser. Ce n'était plus le cas. Cette Soif ci était prédominante. Elle éclipsait tout le reste, parvenait presque à effacer la rage et l'injustice qui grondait au fond de son âme. Elle tournoyait inlassablement dans son esprit, l'obsédant, l'aliénant. Elle n'était plus maîtresse d'elle-même. Elle était devenue une bête, tout simplement. L'expression avoir les crocs ne lui avait jamais semblé plus authentique. Ses canines la faisaient souffrir, perçant ses gencives de façon anarchique et incontrôlée.

La seule raison pour laquelle la Rahzden ne se jetait pas sur tout ce qui bougeait autour d'elle, prise d'une folie aveuglante, était l'ordre qu'elle avait reçu de Lavinia. Sa Créatrice lui avait interdit de bondir sur les passants et lui avait ordonné d'ignorer la soif. Le subterfuge lui permettait de ne pas perdre la face lorsqu'elle se trouvait au milieu d'autres personnes. Mais cela n'abolissait pas la tyrannie de ses syndromes. La douleur était presque insupportable : sa gorge lui brûlait constamment, son corps crispé tremblait de façon permanente à cause de ce besoin vital de se nourrir, son esprit restait embrumé à tel point qu'elle se murait dans un silence épais plutôt que d'être capable de parler d'autre chose. Dès l'instant où l'ordre était levé - les moments de ses repas, qui étaient toujours encadrés - la folie submergeait la jeune femme, qui ne répondait plus d'elle-même, se transformant en véritable diablesse.

« Maaaamaaaaaan ! » La voix de la fillette, légèrement agacée de s'être fait ignorer de la sorte, se rapprocha. Thessalia n'y porta pas plus d'attention, son regard rivé vers l'autre bout de la ruelle. « Eh, maman, pourquoi tu me réponds pas ? » demanda, d'une voix attristée, la brunette tout en se jetant dans les bras de l'adulte. Elle releva son regard rubis sur le visage pâle de sa mère. « Tu m'aimes plus, c'est ça ? Tu aurais préféré ne jamais me mettre au monde ? » La Vampire aux cheveux cendrés déglutit avec difficulté. Le contact physique avait finalement réussi à attirer son attention vers la gamine qui se cramponnait à elle. « Qui es-tu ? » croassa-t-elle d'une voix rendue rauque par le silence forcé. « Bah, c'est moi, Iulia. » répondit, un peu peinée, la plus jeune. « Tu ne me reconnais pas ? » fit-elle d'un air étonné. « Ah, je sais ! C'est parce que j'ai beaucoup grandi ! » conclut-elle. « C'est vrai qu'il y a quelques semaines, quand tu es repartie, j'étais encore un bébé... » se souvint-elle à voix haute. Déstabilisée, et ne comprenant rien à la situation, Thessalia releva la tête vers Lavinia. L'ancienne Lyrienne posait sur sa fille un regard où se mêlaient l'atrocité et l'avidité. De toute évidence, la nouvelle Vampire ne comprenait pas la rareté de sa situation. Ni la dangerosité qu'une telle révélation se fasse ici, en plein rue, là où les oreilles indiscrètes pouvaient épier leur conversation.



Thessalia grogna lorsque la main la poussa à l'intérieur de la pièce étroite. Comme une poupée de chiffon, elle s'écroula au sol. Ou plutôt, elle s'y jeta : elle courait après l'outre remplie de sang qu'on avait balancé avant elle. Affamée, elle se jeta sur le sac et, sans s'intéresser le moins du monde au garçon qui se retrouvait piégé avec elle, elle planta ses crocs dans la besace et en engloutit le contenu avec avidité, bruyamment. Elle entendit à peine la question du brun. Finalement, le sang s'épuisa, vite - trop vite. Sa soif avait à peine été apaisée. Le feu dans sa gorge ne s'était pas éteint. La vampire tourna le regard vers son camarade, la bouche ensanglantée de son repas, le regard fiévreux. Ses lèvres frémirent. Elle se lécha les babines tout en lorgnant sur lui. Lavinia avait cependant anticipé son envie carnassière et ses ordres avaient été sans appels. « Une fois ton outre finie, tu ne boiras plus de sang, tu ne battras pas avec Dorian, et tu oublieras ta soif. » Oublier, pas ignorer. La Vampire n'avait plus à cœur d'apprendre à sa Fille de contrôler ses besoins : cette enfant était devenue sa priorité et pour pouvoir se concentrer dessus, elle avait accordé une délivrance temporaire à son enfant. Presque à contre cœur, la Novikov se redressa, essuyant son museau d'un revers de la main. « Je suis Thessalia. » lui répondit-elle finalement. « Et toi, tu es Dorian. » Ce n'était pas une question. La louve en était persuadée. Elle avait entendu sa Mère en parler avec Aubrey, l'ainée de leur lignée. « Où est ce qu'on est ? » demanda-t-elle au lieu de répondre à la seconde question du Vampire.
1018 mots



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Mar 04 Jan 2022, 19:01

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité
Thessalia & Dorian




Avec une moue dégoûtée, je reculai le temps que la nouvelle venue apaise sa Soif. Il y avait quelque chose d'offensant et de dérangeant à voir une Rahzdens se baffrer juste sous mon nez. C'était comme un miroir que l'on me forçait à regarder pour me narguer en me rappelant qu'il y a encore peu de temps, je n'étais guère différent. Qu'encore actuellement, je pouvais m'abaisser à cette attitude avilissante. Ironiquement, je songeai que ce devait être la raison pour laquelle nous n'avions plus de reflet, comme si Lubuska nous tendait une main charitable et étendait son manteau d'ombres sur les surfaces laquées pour nous préserver de contempler l'être pitoyable que nous étions devenus.
Ce n'était ni plus ni moins que l'assouvissement d'un désir primaire, réduit à une brutalité choquante et sans fard. Comment en vouloir aux autres peuples de nous voir sous un mauvais jour ? Èibhlin me haïssait déjà et elle ne m'avait encore jamais vu me nourrir, l'imagination lui suffisait pour l'écœurer. Je dégoûtais aussi Isahya mais je crois qu'au fond, son cœur noirci de Sorcière embrassait le monstre que je représentais, étreignait toute ma difformité mais d'une manière propre à sa race, en me faisant souffrir comme je pouvais la faire souffrir. Et Bae... Bae était différent. On ne pouvait le ranger dans aucune case car il était unique, tel un trésor précieux et fragile dont je voulais être l'unique gardien pour le chérir et le protéger. Je me renfrognai en constatant la niaiserie dont s'était teintées mes pensées et plongeai dans la contemplation de mes ongles pour me soustraire à la vision insupportable de la Vampire, dissimulant la honte qu'elle éveillait en moi derrière un vernis d'arrogance. Mais qui étais-je en train d'essayer de persuader ? Ce public pitoyable, cette loque de Vampire qui ne m'accordait pas un regard tant j'étais secondaire, ou bien moi-même ?
À nouveau, je maudis copieusement ma Génitrice et cette gamine insupportable pour m'avoir mis dans cette situation grotesque. Malgré mon attitude souveraine, l'odeur métallique de son repas était si forte que j'en sentais presque la lourdeur sur mes lèvres, la douceur velouteuse sur mes dents et le plaisir étourdissant du fluide s'écoulant dans ma gorge. Bien que j'eusse détourné la tête, mon regard revenait invariablement sur la blanche qui se nourrissait goulument, mon attention happée et fascinée ; j'étais tel une abeille incapable de me détourner d'un piège sucré et je déglutis, ma gorge sèche comme du parchemin et les gencives à vif gonflant autour de mes crocs allongés. Tel un enfant capricieux et jaloux, je me demandais pourquoi on ne me donnait rien à moi. Ma bouche se tordit en une moue boudeuse et quand enfin la Rahzdens leva les yeux vers moi, j'étais à un stade avancé de contrariété et je lui retournai une œillade mauvaise. «Et comment tu connais mon nom ?» Cette moins que rien en savait plus que moi et ma haine envers Laysa flamba brusquement, annihilant l'amour que je lui portais pour se concentrer sur l'injustice de la situation. Comment pouvait-elle me faire ça ? M'enfermer sur des suppositions brumeuses avec une Vampire encore inapte en société et qui agissait davantage comme une bête que comme une personne civilisée, refuser de répondre à mes questions, c'était indigne de la relation que nous avions construite, c'était la preuve qu'au final, elle ne me faisait pas confiance bien que la réciproque soit fausse. Je songeai amèrement, et avec toujours aussi peu de maturité, qu'elle pouvait toujours courir pour regagner mon respect une fois cette mascarade éventée.
«Fjörd.» Lâchai-je enfin du bout des lèvres avant de retourner m'asseoir pour ignorer soigneusement Thessalia. Je n'étais pas d'humeur à discutailler, trop meurtri dans mon ego pour tirer des conclusions sur les raisons de notre enfermement mutuel. La rage grondait en moi, écho vénéneux de ma Soif qui s'était éveillée en regardant la Vampire boire, et je me levai après une bonne minute à pianoter bruyamment sur la table. «Enfin, c'est ridicule non ?» Eclatai-je enfin sans la regarder, dirigeant la pointe de mon ressentiment sur le mur. Pas même une fenêtre. Nous étions dans un cagibi redécoré en ce qu'on pouvait à peine appeler une chambre. Une tanière bonne pour des animaux. J'avais été habitué à davantage de considération. Je me tournai brusquement vers la blanche, dardant mon regard écarlate sur elle et ne cherchait pas à cacher l'accusation dans mon ton. «Tu viens d'où ? Tu sais pourquoi on est là ? Je sais pourquoi moi je suis là, parce qu'une gosse a cru bon de me jouer un tour en se faisant passer pour ma fille. Je suis incapable d'engendrer, comme tous les Vampires que je connais et Suna n'a pas pu...» J'inspirai, me préparant mentalement à la vague de douleur qui suivait toujours les réminiscences de ma femme mais fut surpris de constater que c'était supportable, inconfortable mais supportable, comme si je m'étais habitué à la douleur. Que cela fut possible était peut-être encore pire. Je considérais que je méritais de souffrir, que la douleur de sa mort était la seule chose qu'il me restait pour me souvenir d'elle. «Peu importe.» Terminai-je, agacé. Je passai une main dans mes cheveux, soudain las de la situation. Ne pouvait-on me laisser vivre ma vie en paix ? J'allais m'asseoir sur le lit et me lamentai sans vraiment m'adresser à Thessalia. «Pourquoi ne me croit-elle pas ? Il lui suffit de sonder mes pensées pour comprendre que c'est impossible. Je n'ai pas de temps à perdre ici, enfermé comme une vulgaire proie dénuée d'intelligence. Il faut que nous puissions leur parler, les convaincre qu'ils se trompent.» Je me tournai vers la Rahzdens. «Hé, toi ! Thessalia, c'est ça ? Comment est ton Créateur ou ta Créatrice ? Tu crois que tu peux lui parler ? Il faut qu'on sorte d'ici où je vais devenir dingue.»

Message II | 1038 mots



[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Mar 04 Jan 2022, 21:28


Image par Inconnu
La fertilité
Dorian & Thessalia

« Je l'ai entendu. » répondit succinctement la Novikov. Son regard s'attarda un instant sur le brun - son attitude distante et répulsive contrastait avec le magnétisme qui se dégageait de lui, rendant perplexe l'ancienne Eversha. Elle ne savait pas si elle appréciait le regarder ou si le jugement qu'elle percevait dans son regard lui donnait envie de détourner les yeux. Finalement, elle ne le supporta pas et tourna la tête pour analyser la petite salle dans laquelle ils se retrouvaient bloqués. « Mmh... » grogna-t-elle lorsque Dorian lui révéla leur localisation. Le Fjörd... Thessalia avait récemment découvert où se situait la région vampirique, lorsque Lavinia avait commencé à lui enseigner les bases de la géographie - sa Créatrice avait découvert avec stupéfaction que sa nouvelle protégée n'avait jamais été instruite, du moins pas comme elle l'entendait ; elle avait donc décidé de lui inculquer les bases essentielles dans l'espoir de lui faire intégrer, plus tard, une académie. Le chemin était encore long. La bélua se révélait être une élève dissipée - et ce n'était pas seulement dû à son statut de Rahzdens. Les leçons se ressemblaient toutes et sa mémoire se faisait capricieuse. A plusieurs reprises déjà, elle avait usé la patience de l'ancienne Lyrienne de Glace.

La nouvelle Vampire garda le silence tandis que le Zvyar entamait son monologue. Elle était perplexe. Il semblait s'adresser à elle, posant des questions, mais enchaînait sans lui laisser le temps de répondre, donnant alors l'impression de divaguer dans son coin sans vraiment faire attention à sa codétenue. Après quelques secondes, la Louve décida d'ignorer son comportement étrange, se retournant pour continuer son analyse de son nouvel environnement. La pièce était totalement close, avec peu de mobilier. Une prison. Elle détestait être enfermée. Fébrile, la fille aux cheveux blancs s'avança vers la porte. Elle y plaqua ses deux mains, puis s'appuya contre le panneau de bois. Posant son oreille contre la paroi, elle ferma les yeux pour essayer de se concentrer et entendre ce qu'il se passait de l'autre côté. Elle n'entendit rien - c'était compliqué, avec la pipelette qui ne faisait que se lamenter juste derrière elle. Pendant un temps, l'infante eu envie de lui dire de se taire. Elle n'en eu pas le courage : il l'intimidait un peu - peut-être était-ce un reliquat de son instinct animal, le fait de détecter presque immédiatement celles et ceux plus puissants qu'elle. Elle n'avait jamais été une Alpha. Au lieu d'essayer de se mesurer aux plus forts de la meute, elle se soumettait docilement pour ne pas se créer d'ennuis. A moins qu'elle ne soit encore sous le joug de l'ordre donné par Lavinia. Comprenant qu'elle ne parviendrait pas à entendre quoi que ce soit, la fille aux cheveux d'argent soupira puis s'adossa à la porte, se laissant glisser par terre sans s'inquiéter de la tenue délicate qu'elle revêtait - jusqu'à présent, elle s'était contenté de vivre nue ou avec un pagne, rien qui ne nécessita qu'elle s'en préoccupasse. A l'écoute de son nom, elle releva le nez vers le râleur.

Thessalia papillonna des paupières, son regard carmin rivé sur son interlocuteur. « Tu parles tout seul. Je crois que tu es déjà dingue. » commenta-t-elle. « Et pour parler à Lavinia... Elle n'est pas ici. Ça va être compliqué. » expliqua-t-elle d'une voix calme, comme si elle s'adressait à un enfant capricieux sur le point de faire une crise. La situation lui semblait évidente mais ce n'était peut-être pas le cas pour le second Vampire... Elle haussa les épaules avant de froncer les sourcils. Maintenant qu'il l'invitait à reparler, elle pouvait réagir sur ce qu'il avait dit, plus tôt. « La gamine... Tu parlais de Iulia ? » questionna-t-elle. « Moi aussi, elle est venue me voir. » fit-elle. « Et moi aussi... Elle a dit que j'étais sa mère. » Elle avait suffisamment insisté pour que sa créatrice ait l'air de la croire. La blanche fit battre ses longs cils, lentement, toisant son vis-à-vis. Il avait beau être attirant dans son genre, il était un brin trop maigrichon pour la Louve. Il ne donnait pas l'impression d'être capable de se défendre des autres prédateurs. Et puis, malgré sa réincarnation, la canidé détestait encore farouchement les buveurs de sang, auxquels elle ne s'identifiait pas. Jamais elle ne se serait accouplée avec lui. « Ne t'en fais pas. Je ne t'ai jamais rencontré avant ce jour. Lavinia me surveille de très près depuis que nous sommes rentrées de la guerre des crocs. Elles finiront par comprendre. » Comprendre qu'il s'agissait d'un malentendu, qu'il était impossible que ce couple soit réaliste.

« Les Vampires... Vous ne savez pas baiser, c'est ça ? » demanda la blanche, tout à fait sérieusement, sans détourner le regard de celui qu'elle interrogeait. Beaucoup de choses lui échappaient encore dans sa condition de Vampire. « Vous n'avez jamais de chaleur ? »
849 mots



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Mer 05 Jan 2022, 08:09

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité
Thessalia & Dorian




« Toute cette situation est compliquée. » Maugréai-je avec aigreur avant de laisser s'échapper un énième soupir d'exaspération. Je ne voyais pas de solution immédiate. Hormis être patient en attendant qu'ils daignent venir nous parler, il n'y avait rien à faire, sinon imaginer de quelle façon j'allais retrouver cette Iulia pour la tuer. Je m'allongeai à demi sur le lit, m'appuyant sur un coude. J'étais trop remonté pour songer à dormir, trop agité pour me taire. « Le pire, c'est qu'ils auront décidé sans même nous demander notre avis. Ils s'en fichent et nous imposeront ce qu'ils veulent. Tu ne trouves pas ça révoltant ? C'est de l'abus de pouvoir. » Râlai-je à nouveau, comme si trouver quelqu'un qui partageait mon apitoiement exacerbait ce trait chez moi.
À sa question, je me figeai de stupéfaction. « Attends, quoi ? » Je n'en croyais pas mes oreilles. Personne ne lui avait dit ? « Ce n'est pas que nous ne savons pas. Et pourquoi tu dis vous comme si tu n'étais pas comme nous ? Tu es logée à la même enseigne, désolé de te l'apprendre. » Et j'étais sincèrement désolé, comment Lavinia avait pu ne pas mentionner ce point à sa recrue ? Je me grattai la tête, embêté de me retrouver dans cette situation. « Plutôt que de t'expliquer, je vais te montrer. » Je quittai le lit pour m'avancer vers elle, lentement pour ne pas l'effrayer. « Ne t'en fais pas, je ne vais pas te faire de mal, laisse-toi faire. » Je mis un genou à terre pour me retrouver à son niveau et river mon regard au sien. J'y lus une trace de sauvagerie que je mis sur le compte de sa nature de Rahzdens et levai doucement la main pour caresser sa joue et m'assurer d'avoir son entière attention. Mon autre main se lova dans le creux de sa hanche. Je laissai passer quelques secondes le temps de m'assurer qu'elle n'allait pas me sauter à la gorge puis je fis courir aventureusement ma main le long de son torse, effleurant sa poitrine. Je trouvais étrange de reproduire ces gestes maintes fois répétés auparavant sans ressentir la moindre chaleur, sans sentir les palpitations de mon cœur s'emballer. Seuls nos souffles emmêlés suspendus entre nous distribuaient une moiteur dénuée de tension. Je décelai toutefois l'odeur du sang dans son haleine et je rapprochai instinctivement mon visage du sien, désormais à quelques centimètres à peine. Loin d'être aussi fixes que mon regard, mes mains parcouraient le corps de la blanche dans cette chorégraphie langoureuse qui appartenait au passé. Nul frémissement sur nos épidermes, aucun désir pour obscurcir nos prunelles. Pour finir, je m'emparais de sa main pour la placer sur mon entrejambe. « Tu comprends maintenant ? » Je lâchai sa main et esquissai un sourire rusé. « Heureusement, nous compensons autrement. » Et sans prévenir, je réduisis l'espace entre nous pour planter mes crocs dans sa gorge.
[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc
Un peu plus tard, de retour sur le lit où j'étais étalé sur le ventre, le menton sur mes doigts joints, j'avais orienté mon visage vers Thessalia. Je l'avais juste mordillée avant de la relâcher rapidement et un petit sourire insolent ne quittait pas mes lèvres. « J'ai un peu de peine pour toi. » Avouai-je. « On ne t'avait pas prévenue avant de te transformer ? Je me demande quoi d'autre on t'a caché. Tu es au courant pour le soleil, rassure-moi ? Cela fait combien de temps que tu es transformée ? Je commence même à me demander si tu voulais vraiment devenir l'une des nôtres. Tu as conscience que Lavinia t'a trompée ? Je serai furieux si j'étais à ta place. » En réalité, j'avais moi-même un solide dossier contre Laysa et notre relation était teintée autant de haine que d'amour, un amour qui m'était imposé, duquel je ne pouvais me dégager, même en listant toutes les raisons pour lesquelles elle était coupable. Elle pouvait me faire endurer les pires souffrances chaque jour, je savais qu'au final, mon attachement n'en serait qu'accru. Ce déséquilibre me donnait la nausée et attisait ma colère mais je n'y pouvais plus rien et elle non plus. Pour ne pas m'épuiser vainement, j'avais décidé de ne plus y prêter attention. Simplement, je n'oubliais pas. « Tu parlais de la guerre des crocs, tu y as participé ? C'est justement à cause de ce conflit que Laysa croit que je suis capable d'engendrer des enfants. Elle ne m'avait pas à l'oeil lorsque j'étais à Durienrisda et elle pense que c'est là-bas que ça se serait passé. » J'émis un rire sans joie. J'avais beau retourner le problème dans tous les sens, je ne voyais pas comment ils avaient tous pu gober de telles sornettes.

Message III | 828 mots



[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Mer 05 Jan 2022, 10:30


Image par ... nom de l'artiste si vous l'avez ...
La fertilité
Dorian & Thessalia

Thessalia se crispa. Elle détestait qu'on lui rappelle sans cesse sa nouvelle appartenance. Elle continuait à se plonger dans le déni régulièrement, à parler des autres Vampires sans s'inclure dans le lot, pour mettre de la distance, pour se démarquer de ces sangsues immondes qu'elle détestait tant. Et pourtant, elle savait pertinemment faire partie de cette race parasite. Les signes étaient trop nombreux, trop flagrants. Elle ne pouvait jamais les nier trop longtemps, la réalité s'imposant douloureusement à elle. La blanche soupira, passant une main dans ses cheveux immaculés. Elle aurait voulu trouver une réplique cinglante, mais rien ne lui vint. « Me montrer ? » répéta-t-elle soudainement, écarquillant les yeux. Une pointe de panique teintait son comportement. Elle s'était plaquée davantage contre la porte, par réflexe, comme pour chercher une échappatoire à ce qui était sur le point de se produire. Qu'allait-il lui montrer, au juste ? Allait-il se déshabiller devant elle pour lui montrer à quel point il était capable et en bonne condition, lorsqu'il le voulait ? La Louve n'avait pas spécialement de problème avec la nudité, et elle avait déjà eu le loisir d'admirer bon nombre de garçons dénudés, mais le moment ne lui semblait pas propice. Au contraire. Ça pouvait se révéler catastrophique. Et si leurs Créatrices débarquaient pile à ce moment là, le prenant en flagrant délit ? Pas étonnant que sa mère à lui ait des doutes sur sa parentalité, s'il sortait sa queue à la moindre occasion. Mais ne s'était-il pas plein, plus tôt, de leur terrible condition ? Ne craignait-il pas de jeter de l'huile sur le feu, en se comportant ainsi ? L'Eversha n'avait plus de doute. Il était déjà dingue, et pas qu'un peu. « Tu vas faire quoi ? » demanda-t-elle, méfiante, lorsqu'elle le vit s'approcher au lieu de se déculotter. En fin de compte, le voir de plus près la rendait plus nerveuse encore que de le voir dans son plus simple appareil. « Me laisser faire ? » répéta-t-elle en écho. C'était mal la connaître. Elle était réputée pour son mauvais caractère - elle n'avait simplement pas conscience que le spécimen en face d'elle la battait à plate couture, sur ce domaine.

La nouvelle-née fronça les sourcils. Elle aurait voulu se relever pour lui échapper, mais il était trop tard, désormais : Dorian lui barrait la route. Et puis, elle devait admettre qu'il l'intriguait. Il s'était approché, mais avait gardé ses vêtements. Si c'était comme ça que les Vampires essayaient de se reproduire, il n'était pas étonnant que leur natalité soit si faible. Thessalia observa la main qu'il approchait de son visage comme s'il s'était agi d'une patte avec des griffes acérées. Sans pouvoir se contrôler, elle laissa un grognement résonner dans sa gorge, le pan droit de sa lèvre se soulever pour révéler ses crocs : c'était une mise en garde, elle allait le mordre, s'il dépassait les limites. Pourtant, elle n'en fit rien et le brun put déposer ses doigts sur sa joue sans qu'elle ne réagisse. La gorge de la Rahzdens se noua à ce contact. Ca n'avait rien de la tension sexuelle qu'elle avait pu ressentir autrefois au contact d'un mâle séduisant. Non, cette réaction physiologie était davantage motivée par son appréhension. Son regard jonglant entre les deux prunelles carmines de son pair, elle analysait les sensations qui l'assaillaient. Leurs peaux étaient à la même température. L'odeur du garçon emplissait son nez sans l'émouvoir. Elle sentait son souffle sur sa peau, ses mains sur son corps, mais tout cela la laissait de marbre. « Ca ne veut rien dire. » essaya de se persuader la Blanche. Cela témoignait simplement de sa non-attirance envers le brun. Pourtant, ne l'avait-elle pas trouvé charismatique, lorsqu'elle s'était relevée après avoir terminé son repas ? Essayant de se plonger dans le déni, la blanche pressa ses lèvres entre elles. Lorsqu'elle sentit le parcours des mains se glisser sensuellement jusqu'à sa poitrine, elle attendit le frisson de l'excitation, l'envie rugir au fond de son ventre... Rien ne vint. « Il est juste nul. Il ne sait pas s'y prendre. » objecta-t-elle intérieurement, sans véritablement y croire. Enfin, le charmeur s'empara de sa main et vint la plaquer contre son entre-jambe. Mou. Visiblement, elle le laissait tout aussi indifférent. Ca avait presque quelque chose de blessant. Elle n'était pas la plus jolie de la meute, mais lorsque des mâles étaient venus la renifler d'aussi près, elle ne les avait jamais laissé sans érection.

« Je... » Non, elle ne comprenait pas. Ou plutôt, elle refusait de comprendre. Confuse, perdue dans ses argumentations silencieuses, elle ne se douta pas un instant de ce qu'allait faire le buveur de sang. Aussi, elle hoqueta de surprise lorsqu'il fondit dans son cou pour marquer sa peau de la trace de ses dents. Son instinct reprenant le dessus, elle plaqua ses mains contre le torse du brun pour le repousser. « Non ! » Il n'avait pas bougé d'un poil, faisant rouler sa peau entre ses incisives. Elle n'avait pas mal, mais l'intrusion de son intimité la bouleversait. Elle était plus sensible encore qu'à son naturel, et des larmes avaient commencé à rouler sur ses joues. « Dégage ! » Ses poings ne suffisant pas à le chasser, la Louve tenta de le heurter avec des coups de pieds, mais s'emmêla les jambes au milieu de toutes les couches de sa robe - elle ne parvint qu'à se faire mal à elle-même. Finalement, Dorian se retira de lui-même. Thessalia le regarda s'éloigner avec toute la haine dont elle disposait, ses yeux lui hurlant toutes les insultes qu'elle connaissait.

La Novikov s'était redressée et s'était réfugiée dans un coin de la pièce - le plus éloigné de ce charognard - et ne s'était pas laissée retomber, restant cette fois-ci bien campée sur ses deux jambes. « J'ai pas besoin de ta pitié. » maugréa-t-elle du bout des lèvres, continuant à fusiller son camarade du regard tandis qu'elle frottait la zone qu'il avait tiraillé. « Bien sûr que je suis au courant, pour le soleil ! » grogna-t-elle, hargneuse. La guerre avait fait d'eux des ennemis. Elle s'était donc renseignée. Puisque la vulnérabilité à l'astre du jour était de notoriété publique, elle n'avait eu aucune difficulté à le savoir - la stratégie de son camp avait parfois reposé dessus, d'ailleurs. « Quelques mois. » répondit-elle vaguement. En réalité, elle n'en savait pas beaucoup plus. La Soif accaparait tant de son attention que le temps lui était devenu abstrait. Elle avait l'impression d'avoir vécu une éternité de souffrance, depuis sa renaissance. « Tss. » fit-elle lorsque la pipelette énonça son doute quand à sa volonté de s'être fait transformer. Evidemment, que ça n'avait pas été consenti. En réalité, ça n'avait été de la volonté de personne - ni d'Oona, ni de Lavinia. Les choses avaient simplement mal tournées, et leurs destins s'étaient retrouvés liés. Elle ravala ses pensées acides sans les partager au curieux et croisa les bras sur sa poitrine, continuant à le toiser du plus haut qu'elle le pouvait.

« Oui, j'y étais. » Parler d'autre chose que de sa transformation et de sa condition de Vampire l’apaisait. Aussi, elle ne se plaignit pas du changement de sujet. Il était plus simple de cracher sur Iulia que de s'insurger contre celle qui lui avait donné un nouveau souffle de vie. « Lavinia pensait à un autre incident mais... J'imagine qu'elles trouveront facilement un terrain d'entente, si tu y étais aussi. » C'était une opportunité trop grosse pour qu'elles ne sautent pas sur cette conclusion.



« Ma fille est encore jeune. » confia la Lyrienne de Glace. Son physique, bien qu'il se soit embellit avec sa transformation en être éternel, avait gardé cette beauté cristalline et froide qui l'avait caractérisé de son vivant. « Elle n'a que six mois. » expliqua-t-elle, morose, faisant tourner le liquide carmin au fond de son verre à pied. « Elle a été transformée durant la Guerre des Crocs. Une Eversha. » La blonde se garda de fournir davantage d'explications. La morsure sur ces animaux était encore tabou - sans doute parce que cela rappelait les Rahzdens qui s'étaient retrouvés sans Créateurs, laissés à l'abandon, dans la nature, incapables de se contrôler. « Je l'ai renvoyé à Myngrimu avec l'une de mes filles mais elle y est restée suffisamment longtemps pour que ton fils ait pu la rencontrer et... Faire ses affaires. » Une pointe de reproches se faisait sentir dans le discours de la mère. Comme si elle tenait Laysa pour responsable des agissements de son enfant. Comme si Dorian était le seul coupable de l'histoire. «  Il y a eu un léger incident, lorsqu'elle était loin de moi. » soupira cependant la femme tout en se réfugiant dans sa boisson, pour apaiser ses nerfs. « Elle a échappé à la surveillance de sa gardienne pendant plusieurs jours. » C'était cette affaire qui l'avait retiré du côté de Sanguice. « Ça paraît peu mais Iulia a affirmé avoir autant grandi en seulement deux semaines. Peut-être que la grossesse était accélérée également. » C'était une possibilité. Le processus était mal connu, même au sein de la race. Les Shevarors étaient trop rares, trop peu nombreux pour que le publique puisse en connaître suffisamment à leur sujet. Seuls les descendants d'Oksana, qui les traquaient activement, étaient en mesure de donner des informations solides. « La question est de savoir si on peut la croire ou s'il ne s'agit que d'une mascarade. »
1646 mots
Le pavé. 8D



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Mer 05 Jan 2022, 15:04

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité
Thessalia & Dorian




Je lui lançai un coup d'oeil qui se voulait sympathique, comme si je ne l'avais pas agressée il y a seulement quelques minutes. J'avais un don pour m'attirer l'inimité de tous ceux que je rencontrais mais cela n'alourdissait pas ma conscience. Je me fichais bien d'être apprécié, sauf lorsqu'il s'agissait de proies alléchantes et quand bien même alors, il me suffisait de me servir, le goût de leur sang était le même qu'ils m'aiment ou non. Si j'avais voulu me faire aimer, je n'aurai pas choisi d'être un Enfant de la Nuit, et je ne parlais pas de cette attirance que la race exerçait sur les autres. Ce n'était que de la poudre aux yeux selon moi, une simple manipulation des sens et du psychique de l'autre personne pour l'amener à se plier à nos désirs et à leur faire croire que cela leur plairait aussi, ce n'était pas de l'amour ou de l'amitié, juste un tissu de mensonges et je rechignais à m'en servir. « J'ai eu la chance de pouvoir sortir du manoir de Sanguice avant la fin. C'était évident que ce crétin décrépit allait perdre. Tant de pertes, et tout ça pour quoi ? Un lopin de terre ? Un combat de coqs pour conserver sa fierté, voilà ce que c'était. Et comme toujours, ce sont les innocents qui paient. Peuh, qu'ils le gardent, ça ne valait pas la peine de s'entretuer. Et toi ? Comment as-tu réussi à t'en sortir ? Tu es partie avant comme moi ? » Avait-elle assisté à la déchéance du vieux Sanguice ? Je me souvenais de ce vieillard qui souhaitait que je devinsse son larbin, comme si être sous les ordres de Laysa et de Magnus n'était pas suffisant, je devais aussi me soumettre à n'importe quel Vampire plus expérimenté que moi ? Je réalisais que je ne savais même pas s'il était mort à l'issue du conflit, cela démontrait l'étendue de l'importance que j'y accordais. « Tu as beaucoup tué pendant la guerre ? C'est ridicule d'embarquer des Rahzdens dans une guerre, ils sont trop faibles et trop instables et la vue et l'odeur du sang sont des variables trop importantes pour pouvoir compter sur eux lors d'une guerre. » Incrédule devant tant de stupidité, je secouai la tête avec une expression sombre. Avec l'arrogance de ceux certains qu'eux auraient mieux fait, j'étais également persuadé que Thessalia avait été recrutée alors même qu'elle venait d'être transformée et apprenait tout juste à découvrir sa nouvelle existence. Pas étonnant qu'elle soit si bizarre, la transformation était déjà un traumatisme conséquent mais les jeter dans une guerre relevait d'une bêtise sans limites. Si Sanguice était toujours en vie, j'espérai qu'il avait reçu une punition équivalente aux pertes que la race avait subit par sa faute. Il était un danger pour les Enfants de la Nuit mais j'avais confiance en Lubuska. Elle voyait tout et saurait réagir en conséquence, elle l'avait déjà fait par le passé, j'en étais sûr.
« Comment crois-tu que nous pourrons les convaincre ? Je n'étais pas vraiment supervisé au manoir de Sanguice, j'étais souvent seul, il n'y a personne qui puisse prouver que je n'ai pas eu de relations sexuelles pendant que les nôtres se faisaient massacrer. » J'eus un rire sans joie. « Je sais que je ne suis pas un modèle mais quelle image ont-ils de moi pour pouvoir penser une telle chose ? Et Iulia, a-t-elle dit autre chose ? T'a-t-elle expliqué les détails de sa conception ? Comme je le vois là, c'est elle que nous devons convaincre en premier pour qu'elle puisse ensuite parler à Laysa et Lavinia mais ce gnome affreux a disparu. Comme c'est commode. Il s'agit peut-être d'un sale tour joué par un de nos ennemis ? Tu sais si des gens voudraient s'en prendre à toi pour quelque raison ? » Quant à moi, je me faisais peu d'amis mais ils étaient peu à me détester au point de vouloir envoyer une enfant prétendre être de moi. Il y avait bien sûr cette Alfar et Isahya mais les Shevarors étaient des spécimens trop rares pour être connus des autres peuples. Qui alors ? Magnus ? Il n'était pas un ennemi mais je ne lui faisais pas confiance. N'étant pas mon géniteur direct, il prenait la liberté de monter des plans retors en m'incluant dedans comme si j'étais de la chair à canon ou une sorte d'investissement duquel il espérait tirer quelque profit. Laysa lui étant entièrement dévouée, j'étais vulnérable face au Vampire, d'autant plus qu'étant mon ascendant dans notre Lignée, je ne pouvais que m'incliner face à ses ordres. Je grinçais des dents, mécontent.
[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc

« Je vois, ce ne doit pas être évident. » Commenta Laysa, ses longs doigts effilés réarrangeant les plis de sa robe sur ses jambes croisées. « J'espère pour vous que son animal n'était pas une proie, autrement la transition risque d'être encore plus complexe. » La brune ne le pensait pas vraiment mais elle se devait de rester courtoise pour œuvrer en bonne intelligence avec Lavinia. Si elles n'unissaient pas leurs forces, c'était ceux d'Oksana qui poseraient la main sur leurs Enfants et cela, elle ne le permettrait pas. Dorian lui appartenait, ses bons côtés comme les mauvais, elle les acceptait et elle les sculptait pour faire de lui un Vampire mieux que convenable. Sa mauvaise volonté faisait de lui un sujet sûrement aussi difficile que devait l'être cette ancienne Eversha mais elle apprenait à jongler avec. À force de le côtoyer, elle avait compris qu'il se complaisait dans l'auto apitoiement, qu'il l'embrassait sans retenue, comme si la douleur était une drogue. Ce n'était pas très sain mais du moment qu'il n'allait pas jusqu'à se suicider ou à devenir complètement neurasthénique, cela lui convenait et Laysa avait d'autres chats à fouetter. Avec Dorian qui devenait indépendant et Selyne qui devenait suffisamment compétente pour gérer la maison de jeux, elle avait de nouveau le temps de prospecter pour étendre sa Lignée et avec, son influence sur Merhoneän. La maison de jeux était une façade, la première pierre. Avec Dorian, elle le placerait de sorte à ce que sa position sociale et professionnelle rejaillisse et fasse briller leur nom dans la communauté.
« Pour ne rien vous cacher, je reste dubitative sur la possibilité que Dorian ait pu faire quoi que ce soit avec Thessalia. Ce n'est pas vraiment son genre, c'est un solitaire et depuis la mort de sa femme, il rejette toute forme de relation positive. De plus, de ce que j'ai compris, il n'a pas quitté une seule fois le manoir de Sanguice. » Elle but une gorgée et Magnus posa une main sur son épaule. Dans ses yeux d'ambre dansait une lueur avide. Ce mystère l'enchantait et le Vampire calculait déjà dans sa tête toutes les opportunités qu'un Shevaror dans ses descendants représenterait. « Les enjeux sont trop gros pour tirer des conclusions trop hâtives. Nous ne devons écarter aucune possibilité. J'aurai aimé interroger davantage Iulia et faire quelques tests sur elle, les laboratoires des manoirs de Douria sont très pointus et nous avons les moyens de vérifier ses dires mais elle s'est comme évanouie dans la nature. » Il eut un froncement de sourcil et ses doigts se crispèrent sur la peau de Laysa qui eut l'air mortifiée. D'agacement contre elle-même pour avoir laissé filer la fillette, sa langue claqua contre ses dents serrées. Cette enfant était la réponse à toutes leurs interrogations, quelle malchance qu'elle ait disparu sans explications. « En tout cas, j'ai déjà sondé l'esprit de Dorian et cela corrobore avec ce qu'il affirme. Mais nous ne sommes pas à l'abri que quelqu'un ait effacé sa mémoire, nous ne sommes sûrs de rien. Ils étaient nombreux à Durienrisda, n'importe qui aurait pu profiter de nos Enfants sans qu'ils ne se doutent de rien. Mes premières suppositions visent ceux d'Oksana. Nous ignorons quelles connaissances ils ont à leur disposition, qui nous dit qu'ils n'ont pas les capacités de repérer les Shevarors par la magie et qu'ils n'attendent pas un manque de vigilance de notre part pour s'emparer d'eux dès que l'occasion se présentera ? Et nous ne pouvons même pas nous tourner vers eux pour les interroger, ce serait trop risqué s'ils sont impliqués. » Un sourire malveillant ourla les lèvres fines de Laysa. « Et capturer l'un d'entre eux pour l'interroger ? » Si ces fanatiques voulaient s'en prendre à Dorian, elle se ferait une joie de soumettre quelques uns à la question. « Ce serait tout aussi risqué. Si l'on nous y prend, nous serons accusés d'encourager les frictions entre les Lignées et nous devrons en répondre. » Laysa se renfrogna. « Mais n'excluons pas cette éventualité. En attendant, Thessalia et Dorian devront rester enfermés. » « Dorian ne va pas aimer ça. » « Il n'aime rien de toute façon. »


Message IV | 1563 mots



[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Mer 05 Jan 2022, 16:47


Image par ... nom de l'artiste si vous l'avez ...
La fertilité
Dorian & Thessalia

« Oui. Lavinia m'a envoyé a... Hum... » Thessalia fronça les sourcils, mordillant l'ongle de son pouce tandis qu'elle réfléchissait. Les consonances vampiriques lui étaient encore étrangères. Elle ne s'y était toujours pas faite. La forêt dans laquelle on l'avait envoyé lui était inconnue. Lorsqu'elle faisait partie de la meute, Oona n'avait jamais eu besoin de se préoccuper des territoires qui n'étaient pas les leurs. Cela incluait donc les villes vampiriques. Seuls les lieux où son groupe vivait l'intéressait, elle n'avait même pas parcouru les terres Eversha dans leur entièreté. Pour le reste, elle se contentait de suivre Kellam là où l'Alpha décidait d'aller. Elle se fichait de savoir quels étaient ces endroits exactement, tant que les proies se faisaient suffisamment abondantes pour combler sa faim et que les conflits territoriaux avec d'autres meutes ne menaçaient pas leur clan. Jusqu'à présent, Pheobe s'était montrée clémente avec eux et la Blanche n'avait jamais eu à se montrer réticente des décisions de son chef. « Mu... Myn... Myngrimu ! » se souvint-elle finalement, arborant un air triomphal en relevant le visage vers Dorian. « Elle m'y a téléporté avant que les Eversha l'emportent. » Il y avait dans cette phrase une jubilation trop prononcée pour ne pas trahir le camp qu'elle avait véritablement soutenu. Malgré sa trahison, Oona n'avait jamais cessé d'espérer que son peuple d'Origine remporte la Guerre des Crocs, comme une revanche sur le malheur qui s'était abattu sur elle. Elle n'était en rien responsable de la victoire des hommes-bêtes mais s'en réjouissait comme si elle avait pris les armes. Lorsque la nouvelle était tombée, elle avait défié Lavinia du regard. Une façon de lui rappeler qu'elle n'était pas totalement soumise, qu'elle ne lui appartenait pas, qu'elle n'était pas sa chose... Un simple mot de la pars de la Vampire et l'insolente avait perdu son regard conquérant.

« J'ai fais ce que j'avais à faire. » répondit la Blanche lorsque le brun lui demanda si elle avait fait beaucoup de victimes. A la chasse, elle était la seule prédatrice, celle qui traquait, qui menaçait ses proies. La guerre s'était révélé bien différente. Elle n'avait plus tenue seulement ce rôle dominant. Elle avait également dû courir pour sa survie - et à en juger par sa condition actuelle, ses jambes ne l'avaient pas portées assez vite. « J'ai tué autant d'ennemis que je le pouvais. » L'homme ne pouvait pas se douter qu'elle ne faisait pas référence aux mêmes adversaires que lui. Elle ne commenta pas la fin de sa phrase. Une fois transformée en Rahzden, la Louve avait dû cesser les combats. Elle avait été davantage enfermée qu'apprivoisée et sa torture avait pris fin lorsque la Glacée avait accepté de l'envoyer hors des zones de combat - autant pour la sécurité de sa nouvelle fille que pour sa tranquillité.

« Hum... » Thessalia réfléchit sérieusement à la question. Elle ne comprenait pas encore tous les tenants et aboutissants de sa condition mais elle avait saisie que cela tracassait sa Créatrice, à tel point qu'elle était prête à la remettre en cage. C'était assez pour que la Blanche accepte de coopérer avec son désagréable codétenu. « Le Manoir de Sanguice... Je crois que c'était là où nous étions, nous aussi. Ou bien pas loin. » Elle en avait entendu parler plusieurs fois, bien que son esprit affamé ne parvenait jamais à capter entièrement ce qu'il se disait à ce sujet. La jeune femme soupira. Ce garçon parlait vraiment trop. Il l'interrogeait mais ne lui laissait jamais le temps de réagir. Ou bien peut-être était-ce elle qui ne s'imposait pas assez. « Il n'y a aucun Vampire qui me connaisse. Lavinia n'a pas cherché à m'exhiber, depuis ma création. Elle est restée très discrète me concernant. » Ça se comprenait. Lorsqu'elle n'était pas tenue en laisse par le lien de soumission, Thessalia mettait un point d'honneur à lui faire honte. « Il n'y a personne qui pourrait chercher à faire un coup aussi tordu. » Sans oublier que le reste de ses relations était principalement composées d'Eversha, qui n'avaient pas la moindre idée de ce que pouvaient être les les nés vampires. « Quand à Iulia... » La captive haussa les épaules. Elle n'arrivait pas à savoir ce qu'elle éprouvait envers cette petite. Quoi que ce fut, il n'y avait pas que du positif. « J'imagine qu'on pourrait argumenter qu'elle m'a gardé à l’œil trop longtemps pour ne pas s'apercevoir d'une grossesse. » Il y avait bien eu un intervalle de temps où elle avait échappé au contrôle de l'ancienne Lyrienne mais Lavinia l'avait déjà interrogée à ce sujet. Visiblement, ça ne suffisait pas à dissoudre le doute.

« Dis, qu'est ce qu'est ce qu'elle a de si exceptionnel, cette Iulia ? » demanda Thessalia en s'approchant légèrement. Elle fit quelques pas en direction du tabouret puis rebroussa chemin. Elle n'était pas prête, finalement, à s'asseoir si proche du dingue. « J'ai compris qu'il n'y avait pas assez de naissance parce que... » Parce qu'ils n'avaient pas de chaleurs. « Mais c'est tout ? » L'effervescence générée lui semblait disproportionnée, même pour un enfant miracle. « Ou bien est-ce à cause du mélange des... Des familles ? »



Lavinia esquissa un sourire. « Je dois avouer être un peu sceptique du côté de Thessalia également... La connaissant, elle ne se serait pas laissée approcher par un Vampire qu'elle ne connaîtrait pas... » Elle se montrait déjà agressive avec ceux qu'elle connaissait... Si Dorian avait essayé de l'approcher, elle l'aurait sans doute défiguré. Or, le garçon lui avait semblé en bon état lorsqu'elle avait enfermé sa descendante avec lui. « Et elle ne sortait jamais de sa chambre non plus, à part pour quelques repas durant lesquels elle était toujours surveillée. » Dès le jour où elle avait accepté sa parentalité et qu'elle l'avait sortie de la grange où avaient été regroupés des Rahzdens orphelins, la Glacée avait gardé sa protégée à l’œil, plus proche d'elle. Dans le manoir de Sanguice également, mais dans des appartements bien gardés par ses enfants. Cependant, elle imaginait la Louve suffisamment teigneuse pour essayer de lui donner la vie dure. Peut-être s'était-elle éclipsée sans qu'on le remarque ? Improbable. Pas impossible. La menace était trop grande pour ne pas s'en assurer. « J'ai interrogé Thessalia et elle nie connaître l'enfant et avoir quoi que ce soit à voir avec elle. » Le mensonge était presque impossible. La confiance n'était cependant pas établie entre les deux femmes, et les réticences  de la nouvelle-née n'arrangeait pas la méfiance. Le doute persistait malgré les ordres qu'avait donné la Mère.

La Novikov but une nouvelle gorgée de sang, observant le jeu de ses deux hôtes. « Oui. Il ne faudrait pas prendre la chose à la légère. » approuva-t-elle, bien qu'elle ne partagea pas les mêmes ambitions que Magnus. Son instinct se rapprochait davantage de celui de Laysa. Lavinia soupira. « Ne vous faites pas de souci quand à la lignée d'Oksana... Ils viendront jusqu'à nous d'eux-même. » Peut-être fallait-il s'inquiéter, justement. « S'ils ne sont pas déjà au courant, je crains qu'ils ne finissent par l'apprendre rapidement... »  La femme pinça ses lèvres, crispée, avant de développer. « L'apparition de Iulia était un peu trop publique à mon goût. D'après les rumeurs, leurs espions sont partout, prêts à traquer les proies de Lubuska... J'ai essayé de limiter la scène mais qui sait dans quelles oreilles sont tombées les déclarations de cette gamine... » Elle tapota son verre de l'indexe, faisant tinter le cristal. « Il faut remettre la main sur cette petite, et le meilleur moyen est de rassembler ses deux prétendus parents ensemble. » Ca n'allait pas plaire à Thessalia non plus. « Ils devront garder un profil bas, jusqu'à ce que l'on puisse s'assurer qu'ils ne courent aucun danger, et découvrir qui est vraiment cette Iulia. » Elle avait déjà envoyé Aubrey, son aînée, faire ses recherches. Peut-être pourrait-elle trouver, chez les Dalemir, si quelqu'un avait engendré cette petite.
1404 mots



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Astriid
~ Ygdraë ~ Niveau II ~

~ Ygdraë ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 2377
◈ YinYanisé(e) le : 03/04/2020
◈ Activité : Empoisonneuse
Astriid
Mer 19 Jan 2022, 07:19

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité
Thessalia & Dorian




« Mmf. » Voilà au final ce que m'inspirait le conflit qui avait eu lieu en Durienrisda. Je n'y avais guère brillé mais ne le regrettais pas quand je voyais que les conséquences, réelles ou inventées, me poursuivaient encore comme une tique particulièrement tenace. Les réponses de la Rahzdens étaient cependant rassurantes ; si nos discours se rejoignaient, ils finiraient par nous croire et nous relâcher enfin. Les murs semblaient plus étroits qu'au début, comme si la pièce se refermait sur nous en une bouche de pierre et si je m'attardais sur cette pensée, l'air paraissait se raréfier. Ce n'était pas exactement le bon moment pour une crise d'angoisse. Je n'avais pas réalisé jusqu'à maintenant à quel point je haïssais ce sentiment d'enfermement. Il me rappelait ces quelques jours que j'avais passé comme esclave, plongé dans la cave d'une Sorcière au bord de la folie. Du coin de l'oeil, je vis ma codétenue s'agiter pour finalement se raviser et je retins le sourire qui me venait. J'aurais pu la rassurer et lui dire que je n'allais pas renouveler mon agression mais j'aimais qu'elle prenne ses distances. Au moins ainsi, j'avais le lit pour moi tout seul et si nous devions rester ici pour longtemps, c'était un avantage indiscutable que je n'allais pas lâcher aisément. Partager le lit ne me vint même pas à l'esprit et je pense qu'elle aurait refusé si je le lui avais proposé. Elle semblait bien plus à l'aise à rôder à même le sol comme une bête. Avais-je été ainsi aussi au tout début ? Mes sourcils se rejoignirent en une moue contrariée. J'espérais que non mais avec le temps, mes souvenirs de ce temps s'évaporaient, comme si mon esprit me soulageait de la douleur de ma transformation au profit de l'oubli. Thessalia en était à ce stade délicat et je la regardai d'un oeil nouveau. Entre la guerre des crocs et les suspicions de nos Génitrices sur nos supposées identités de Shevarors, cela faisait beaucoup pour une personne tout juste transformée. Je détournai le regard. Que pourrait m'apporter un peu de compassion ? Sa méfiance était un mur insurmontable, surtout après ce que j'avais fait et je renonçais à me montrer gentil pour gagner sa confiance, épuisé d'avance des efforts que cela exigerait. Qu'elle continue donc à me regarder ainsi et à demeurer loin, cela me convenait autant. Moins nous nous montrions proches et plus nos Génitrices seraient convaincus de notre innocence.
« Les enfants de Vampires sont très rares. L'existence même de Iulia suggère qu'il y a des Vampires capables d'enfanter. Je ne croyais pas cela possible malgré les rumeurs que j'entendais. Comme je te l'ai montré et de ce que m'a appris Laysa, c'est impossible car nous n'avons aucun désir charnel, il est donc difficile dans ces conditions de se reproduire. J'ai toujours pensé que les Shevarors relevaient de la légende, pour ceux nostalgiques de leur vie d'avant. » Je me renfrognais. « En outre, rien ne nous prouve qu'elle soit réellement une enfant de Vampire. Elle avait le teint pâle, c'est vrai mais ça aurait pu être le résultat d'un sortilège. Je sais aussi que certains sont transformés très tôt, elle pourrait faire partie de cette Lignée et chercher à nous nuire simplement parce que nous ne nous apprécions guère entre nous. Quoi qu'il en soit, je persiste à penser qu'elle ment, mais dans quel but ? » Je roulai sur le flanc pour me redresser en position assise, mes doigts appuyés sur mes tempes. « Il faut que nous puissions lui reparler. Comment s'était passée votre rencontre ? La notre a été désastreuse. J'avais tenté de la dissuader mais elle a alors fait une crise abominable lorsque j'ai nié notre lien de parenté. » Je frissonnai encore à ce souvenir. Le souvenir de pure tristesse sur ses traits me mettait mal à l'aise. Si elle mentait, elle était extrêmement bonne actrice. Sauf si quelqu'un avait falsifié son esprit ? J'exhalais un soupir, sentant un début de migraine percer à travers l'écheveau de mes pensées.
[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc

Laysa entrelaça ses doigts pour qu'ils cessent de pianoter nerveusement sur le cristal de son verre. Une mine inquiète imprégnait ses traits livides. « Alors nous jouons contre le temps. Pour autant que nous sachions, ils sont peut-être déjà en route pour ici. Nous devons nous y préparer pour savoir quoi leur dire. Ils voudront que nous leur livrions nos Enfants. » « Cela n'arrivera pas. » Déclara Magnus en posant une main rassurante sur la Vampire mais ses prunelles demeurèrent froides et calculatrices. « Il n'est pas question qu'ils posent la main sur eux sans notre consentement. Nous ne nous laisserions pas faire mais cela risque d'engendrer un conflit entre Lignées qui risque de remonter aux oreilles de l'Empereur. Il faut que nous jouions plus finement pour éviter cela. » « Ce n'est pas un jeu ! Ils ne sont pas n'importe qui, tu oublies qu'ils se dédient à la volonté de Lubuska. » Objecta Laysa avant de baisser le ton en voyant Magnus se rembrunir. Elle poursuivit néanmoins, une expression butée sur le visage. « S'opposer à eux pourrait être interprété comme dénigrer Lubuska. C'est un risque que nous ne pouvons pas prendre. S'ils viennent, nous ne pourrons ni refuser, ni lutter. » Sa conclusion plongea Magnus dans un silence pensif. Tout était une question de timing. « Cette enfant doit réapparaître avant que ces chiens d'Oksana viennent frapper à notre porte. » « Et s'ils arrivent avant ? »
[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc
Une secousse légère sur mon épaule m'arracha aux limbes du sommeil. Je grognai dans l'espoir de dissuader la personne de chercher à me réveiller. Insistante, la main serra sur mon bras pour l'agiter plus fort. « Papa ! Tu dors ? » Un bloc de glace se forma dans mon estomac et je replaçai sur mon nez les lunettes qui avaient glissé en dormant. J'étais soudain parfaitement réveillé. La fillette avait grimpé sur le matelas et se tenait à genoux à mes côtés, semblant attendre quelque chose. Elle réussit à soutenir mon regard avant de baisser timidement les yeux, ses doigts se tordant nerveusement. J'avais envie d'étrangler cette fauteuse de trouble. Ma main se referma sur son poignet. « Tu ne bouges pas d'ici, compris ? C'est fini la plaisanterie. » Mon regard se porta sur Thessalia. « Notre fille est là. » Articulai-je, sarcastique. J'envoyai la même phrase d'une poussée mentale pour atteindre Laysa. Nous allions interroger cette chipie et tirer enfin les choses au clair. Elle allait regretter s'être matérialisée au sein d'un manoir de Douria, nous avions tout ce qu'il fallait pour arracher la vérité de sa petite bouche de menteuse. « Ils arrivent. » Annonçai-je à la Razhdens, ignorant les protestations de Iulia qui tentait de se soustraire à ma poigne.

Message V | 1174 mots



[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Iuvu
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t37828-astriid-celwun-la
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Mar 03 Mai 2022, 11:40


Image par ... nom de l'artiste si vous l'avez ...
La fertilité
Dorian & Thessalia
La nouvelle Vampire écouta attentivement les explications de son aîné. Lavinia lui avait déjà exposé la liste interminable des lignées et leurs caractéristiques, mais la Bélua n'avait retenu que très peu de choses - elle n'était pas intéressée par l'histoire de sa nouvelle Nature et le montrait ostensiblement. Sa Mère avait un long chemin à faire : l'ancienne Eversha avait menée une vie de sauvageonne et n'avait jamais reçu d'éducation digne de ce nom. Il fallait donc repartir des bases les plus fondamentales - la lecture, l'écriture, solidifier les bases de langage commun qu'elle possédait-, et non pas seulement aborder les habituelles lacunes concernant la race vampirique. Tout cela représentait un travail colossal. Même Lucian, le Réprouvé, ne lui avait pas donné tant de fil à retordre à sa renaissance. Thessalia semblait ne retenir aucun de ses enseignements - et elle ne faisait même pas semblant de ne pas se souvenir. Elle avait cependant intégré le fait que les Lignées étaient régies par des tensions et que chaque membre n'appréciait guère ses cousins éloignés. Ça l'avait marqué parce qu'enfin, dans ce monde sens dessus-dessous qui lui semblait incompréhensible, une chose lui était apparue comme familière. Lorsqu'elle avait fait partie d'une meute, elle et les siens avaient été dirigés par les alliances et querelles entre clans. C'était étrangement similaire à ce que la femme de glace lui avait expliqué. La Louve compris donc l'hypothèse de Dorian. « Mmh. » grogna-t-elle pour signifier qu'elle l'avait écouté, sa tête reposant sur le mur derrière elle. Malgré ses paroles, le brun n'avait pas toutes les réponses. Elle-même n'en saisissait pas davantage à la situation. Elle se contentait de la subir, bien que tout ce foutoir lui déplu. « Ou peut-être qu'elle est simplement folle, et qu'elle pense sincèrement être notre fille. » Thessalia jaugea son vis-à-vis d'un regard. Non, décidément, elle ne se serait jamais accouplée avec un mâle aussi maigrichon. Il n'était pas vilain à observer, mais il ne possédait pas la puissance caractéristique des Alphas. Sa progéniture serait sans doute des gringalets comme lui.

« Je crois que ça ne s'est pas très bien passé non plus. » Son esprit était constamment embrumé, à cause des ordres de Lavinia, suffisant pour luter contre ses pulsions mais pas suffisamment pour effacer totalement son addiction de ses pensées. Elle n'était plus certaine d'avoir saisi tout ce qu'il s'était passé. « Elle s'est simplement présenté à moi en pleine rue et lorsque Lavinia a essayé de l'interroger, elle a pris peur et est partie. » conclut la Blanche en haussant les épaules. « Je ne pense pas qu'on la reverra de si tôt, si c'est un coup monté. Finalement, j'espère qu'elle est timbrée. » Ça rendrait tout plus facile.



L'ancienne Lyrienne termina son verre d'une traite, avant de le reposer sur la petite table devant elle. Elle passa sa langue sur ses lèvres et il ne resta aucune trace du liquide carmin. L'urgence qui étreignait Laysa résonnait en écho dans sa propre poitrine. Aussi teigneuse sa benjamine puisse être, un attachement s'était développé de sa part. Son enfant était sa responsabilité, et elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour la protéger, de qui que ce fut, même des fanatiques d'Oksana. « S'ils arrivent avant, il sera trop tard. Ils ne viendront pas légèrement et ne repartiront pas sans avoir obtenu ce qu'ils désirent. » La blonde soupira avant de presser ses doigts sur ses paupières closes. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle les braqua sur sa consœur. « Ils ne doivent donc pas les retrouver ici. » Une migraine commençait à poindre douloureusement. « Ils viendront les chercher ici, mais également dans mes demeures... Il faudrait trouver un lieu sûr où les envoyer, un lieu où personne ne penserait à retourner les chercher. Quelque part qui ne soit relié ni à vous ni à moi. » Elle marqua une légère pause, son regard voyageant entre Laysa et Marcus. « Quant à nous, nous resterons ici. Pour leur présenter ce qu'ils veulent voir. Dorian et Thessalia. » La femme de glace claqua des doigts. A son signal, Aubrey apparut dans la pièce, derrière le sofa sur lequel elle était installée. Elle tenait par les cheveux une jeune femmes à la chevelure claire, à moitié amorphe - la buveuse de sang avait été droguée et se tenait désormais docile. A bien y regarder, elle ressemblait vaguement à la Louve, quoi que ses traits fussent plus fins. Peu importait : peu de Vampires avaient rencontré la Rahzden. Leur ressemblance était suffisante pour que l'on fasse passer l'inconnue pour la plus jeune des Novikov. Il n'en allait pas de même pour Dorian, qui avait suscité l'intrigue de Sanguice et de ses collaborateurs. « J'ai un autre vampire irrégulier rescapé de la Guerre des crocs. » informa-t-elle. « Avec un peu de magie, il pourra ressembler à ton Fils comme deux gouttes d'eau. » fit-elle. Lavinia attendit la réactions de ses deux collègues. Elle avait conscience que le plan qu'elle proposait était risqué mais elle ne comptait pas rester sans rien faire. Mentir valait mieux que risquer la vie de sa fille.



« Lâche-moi ! Papa, tu me fais mal ! » Iulia se débattait, essayant de se défaire de la prise du brun. Les larmes avaient commencé à s'agglutiner sur sa cornée. « Maman, dis lui de me lâcher ! » Thessalia observait la scène, stoïque. Elle avait pris le temps de se redresser et s'était approchée, restant toutefois à bonne distance du duo. La fillette compris bien vite que sa génitrice ne lui viendrait pas en aide. Alors, comme un animal blessé, elle décida d'attaquer pour se défendre. Ses canines s'allongèrent et, pendant un instant, son visage candide devint terrifiant, bestial. Elle feula, comme une mise en garde, puis bondit sur son assaillant, visant sa gorge. La Blanche écarquilla les yeux, surprise, et il lui fallut plusieurs secondes avant de réagir et de venir attraper la gamine, passant les bras autour de son buste pour l'empêcher de griffer le visage du père. La diablesse était plus forte qu'il n'y paraissait, plus virulente également. Sa mâchoire claquait dans tous les sens et elle donnait des coups de pieds dans le vide pour essayer de toucher ses bourreaux. Elle s'égosillait, hurlant à la mort. « Je crois que tu avais tort. » grogna la Louve. « C'est un Vampire. » constata-t-elle en jetant un regard accusateur sur Dorian, comme s'il s'agissait de sa faute.

Thessalia reçut un violent coup de tête en plein nez. La douleur lui arracha un couinement et sa prise se desserra légèrement. Elle sentit son estomac se soulever et ses jambes se dérober sous elle.
1146 mots



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Dorian Lang
~ Vampire ~ Niveau II ~

~ Vampire ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 251
◈ YinYanisé(e) le : 22/08/2022
◈ Activité : Chômeur grincheux
Dorian Lang
Mar 23 Aoû 2022, 15:02

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité




L'idée de Lavinia fut accueillie par un silence pensif. L'expression de Magnus s'était faite calculatrice et il eut un petit sourire approbateur. « Ça pourrait fonctionner. Il faudra faire appel à nos talents d'acteurs pour ne pas donner l'impression que nous leur donnons nos Enfants trop facilement. Et prier pour qu'ils ne sachent pas déceler le mensonge. » « Et Dorian ? Où iraient-ils pendant la supercherie ? Nous n'avons pas assez de temps pour contacter des amis pour les accueillir et... » « Ils devront se débrouiller seuls. » « Pardon ? » « Ce ne sera pas la première fois que Dorian se retrouve sans toi à ses côtés, si j'ai bonne mémoire. » « Oui, et ça s'est mal fini à chaque fois. » Grommela Laysa à voix basse. Magnus poursuivit sans y faire attention. « Envoyons les dans la forêt dans l'heure. Dès que possible. Qu'ils s'enfoncent dans les bois, là où ils ne seront pas retrouvés. » « Je... Je ne sais pas. » La Vampire se mordillait un ongle nerveusement et sa peau avait acquis un nouveau degré de pâleur. « Tu ne sais pas. Peut-être que d'être en compagnie d'un Rahzdens réveillera en lui un instinct qui les préservera tous les deux. » Dubitative, Laysa ne répondit pas. Comme pour beaucoup de choses, Dorian n'avait pas été béni avec un sens de la coopération très développé. Il était égoïste et pas une goutte de courage ne charriait ses veines. « Nous n'avons pas le choix, je suppose. » La brune sursauta subitement et le sang contenu dans son verre se répandit généreusement sur sa robe. « Elle est revenue. »

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc

Une peste. Ma vision était envahie de nuages écarlates qui m'aveuglaient et ma prise sur Iulia s'intensifia à mesure qu'elle hurlait et suppliait. Elle méritait cette souffrance, ça et plus encore. Je sus le moment exact où elle comprit que je pouvais aller jusqu'à la tuer quand elle se démena comme une enragée, ses petits ongles cherchant à atteindre la moindre parcelle de ma peau à découvert, ses talons et ses coudes cherchant à creuser des fosses de douleur dans mon corps. Un rire s'extirpa de ma gorge, un rire sans joie, rauque et un peu fou et je sentis mes propres dents s'allonger en réponse à sa pitoyable défense. Qu'importait que Laysa ou les fanatiques cherchent à l'étudier, j'allais - la fillette fut arrachée à son étreinte, ayant trouvé une nouvelle cible. Thessalia avait pris la relève et tentait de dompter la sauvageonne. La lutte fut brève et elle s'écroula sur le sol au moment où la porte claquait dans notre dos. Je pivotai pour voir Laysa pénétrer dans la pièce, suivie de Magnus et d'une blonde que je ne connaissais pas mais présumais être la Créatrice de Thessalia. « Où est-elle ? » Interdit, je l'observai comme si elle était folle. « Juste là, tu ne ... » En me retournant, je constatais le vide. La Rahzdens gisait au sol, sonnée. « Je... Ce n'était pas moi ! Je jure qu'elle était là ! Elle dit s'appeler Iulia. » « Peu importe. » Me coupa calmement Magnus. « Nous avons un plan. Mais il faut faire vite. »

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian Zktc

Combien de temps est-ce que je réussissais à traîner Thessalia sur mon dos en marchant entre les arbres ? Très peu de temps. Au bout de quelques minutes je m'essoufflai, et peu après, une brûlure se répandit comme un feu vivant le long de mes muscles, engourdissant la ligne de mes épaules et nouant les muscles de mes jambes. Je grognai à chaque pas, maudissant chaque caillou sur lequel je trébuchai, chaque branche qu'il me fallait enjamber, le poids de ma congénère, le fait que je n'eusse jamais appris la lévitation, cette maudite gamine qui m'avait empoisonné l'existence en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Parvenu à la limite de mes capacités, je perçus d'abord l'odeur de la mousse humide, puis le son d'un ruisseau glougloutant. Ahanant à grand bruit, je nous traînais jusqu'à la berge et laissai Thessalia glisser à terre sans la moindre douceur. Je flanchai et tombai sur mes genoux et demeurai dans cette position le temps de récupérer mon souffle et de me souvenir qu'il y avait autre chose que de la souffrance dans mon dos. Après quelques minutes, je me penchai vers le ruisseau et plongeai une main dans l'onde glacée. Sans autre forme de procès, je pris une poignée de cheveux sur l'arrière de son crâne et lui plongeai le visage dans l'eau jusqu'à ce que je vois ses membres revenir à la vie et des bulles remonter à la surface. Je la redressai alors et la rejetai prudemment loin de moi pour éviter la potentielle gifle qui la démangerait sûrement de me gratifier. « T'aimes les randonnées ? »

Message VI | 814 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39670-dorian-lang#75263
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Mer 24 Aoû 2022, 10:44


Image par ... nom de l'artiste si vous l'avez ...
La fertilité
Dorian & Thessalia
Thessalia recracha l'eau s'étant infiltrée dans sa bouche et ses narines, dans une toux paniquée. Désorientée, la Rahzden tenta de rouvrir les yeux malgré le liquide glacial qui ruisselait sur son visage et ses vêtements, depuis ses mèches imbibées. Il lui fallut plusieurs battements de paupières pour que sa rétine retrouve son utilité et que les informations visuelles lui parviennent enfin. Il en fallut plus encore pour qu'elle soit en mesure d'analyser et comprendre ce qu'elle percevait. « Où est ce qu'on est ? » interrogea la Blanche en dardant son regard sanguin sur la silhouette de son compagnon d'infortune. Ils ne se trouvaient plus dans la cage où on les avait enfermé. C'était pire que cela. Ils ne se trouvaient même plus à l'intérieur du manoir. Ils se tenaient désormais sous le couvert des arbres, perdus au milieu de ce qui semblait être une forêt... Cette constatation n'effraya pas la Vampire. La sauvageonne était davantage familière à cet environnement qu'aux salles de cours et salles de réceptions dans lesquelles on essayait de l'enfermer à longueur de temps depuis que sa nouvelle vie avait débuté. Au final, constater son environnement avait presque quelque chose d'apaisant, de rassurant. Elle pouvait enfin renouer avec ses racines. Elle se sentait davantage chez elle ici, au milieu de nulle part, plutôt que sous le couvert de ces grands murs de brique. La Novikov passa une main pour essuyer son visage tout en reniflant, avant de grimacer lorsqu'elle esquissa un mouvement pour se redresser. Son corps était douloureux, comme si elle avait fait une mauvaise chute. Le regard qu'elle darda sur la silhouette de Dorian se fit accusatrice. Peut-être aurait-elle pu être menaçante, si elle n'avait pas été en aussi piètre état, tremblant des pieds à la tête. Dans un râle grognon, elle se leva enfin. « Où est Lavinia ? » interrogea-t-elle ensuite en tournant sur elle-même, cherchant sa Mère du regard au milieu des troncs qui les entouraient. La jeune femme ne percevait plus la présence de celle qui l'avait transformé. Cette constatation là la laissait légèrement pantoise. La sangsue avait toujours mis un point d'honneur à la faire surveiller, et Thessalia doutait qu'elle l'eut confié à ce maigrichon pour assurer sa défense... Malgré elle, la Blanche ne put empêcher un sentiment de malaise de grandir en elle. Savoir sa protectrice loin d'elle avait quelque chose de déstabilisant, presque d'effrayant... L'ancienne Eversha se maudit intérieurement d'oser éprouver une telle dépendance. Elle était devenue bien faible. Bien plus qu'elle ne saurait le tolérer. Une nouvelle grimace traversa ses traits. Elle croisa les bras sur sa poitrine et s'adressa de nouveau à son garde du corps. « Pourquoi on est là ? On nous envoie chercher Iulia ? » La Louve ne voyait pas quelle autre raison aurait pu justifier leur présence ici, seuls tous les deux. Elle écouta attentivement les explications que lui fournit Dorian.

« Nous cacher... » Thessalia porta sur la forêt un regard sceptique. « Ce n'est pas une très bonne cachette. » critiqua-t-elle. Les arbres étaient trop éparses et trop fins pour leur permettre de se dissimuler. Sans oublier leur ennemi mortel : la nuit était tombée plusieurs heures auparavant. Quand est-ce que le Soleil les menacerait de nouveau ? N'ayant jamais foulé le territoire des Fjörd avec sa meute, Thessalia n'avait aucune notion des saisons qui garantissaient à leur peuple une autonomie correcte. La Blanche fronça les sourcils et commença à renifler, sans aucune forme d'élégance. « Tu empestes le Vampire. » accusa-t-elle le brun, avant de sentir ses propres vêtements. Elle n'était guère mieux. Sans sourciller, la jeune femme commença à tirer sur le cordage de son corset, laissant tomber sa lourde robe au sol. Le froid la dissuada de retirer ses dessous mais cela resterait plus confortable que de devoir fuir dans cette tenue grotesque dont l'avait affublé sa mère. Jetant un regard à son acolyte, elle haussa les sourcils, surprise de ne pas le voir faire de même. « Tu ferais mieux de te mettre à poil, comme moi. » lui conseilla-t-elle avant de s'accroupir et de commencer à frotter des feuilles mortes et de l'humus contre son corps et sa tenue pour recouvrir sa propre odeur. Elle était illettrée et n'avait aucune connaissance scolaire, mais sa vie dans la nature lui avait appris quelques clés de survie. Le mieux serait de pouvoir trouver les excréments de gibier, mais ayant été inconsciente, elle n'avait pas pu en repérer. « Qu'est ce que t'attends ? Qu'ils nous retrouvent ? » râla-t-elle en constatant que le brun ne l'imitait pas. Ou bien faisait-il tant confiance à leurs Mères pour distraire leurs poursuivants ? Thessalia le trouva idiot. Sa propre méfiance envers sa transformatrice l'empêchait de se fier entièrement au bon vouloir de Lavinia, malgré les émotions qu'elle avait pu éprouver plus tôt.

La Blanche tourna vivement la tête. Elle avait entendu du bruit. Le vent porta l'effluve des bêtes qui vivaient au sein de la forêt jusqu'à ses narines. Une paire de croc commença à pousser douloureusement, tirant sur ses gencives. Sa bouche se trouva noyée d'une salive abondante, qui se mit presque instantanément à couler sur son menton. Tout son corps s'était tendu et se mit à trembler. L'odeur alléchante alertait ses sens et balayait sa raison. Avant qu'elle ne puisse réaliser ce qu'elle faisait, la Rahzden bondit en direction du gibier.



Lavinia relâcha le visage de la jeune femme puis s'éloigna pour la juger. « Quel est ton nom ? » demanda-t-elle. « Thessalia. » murmura la blonde. « Et qui t'as Transformé ? » « Lavinia Novikov... » Une légère contraction des lèvres trahit le sourire satisfait de la Vampire. Son Hypnose avait fonctionné. Elle n'avait pas eu beaucoup de temps pour tisser un mensonge sophistiqué et l'implanter dans l'esprit de sa victime, mais elle devrait faire avec. L'ancienne Lyrienne était une manipulatrice habile, et ses hypnoses étaient habituellement difficiles à repérer et à déficeler. Son talent résidait dans la préparation minutieuse de ses histoires, et la répétition de ses séances de contrôle... Heureusement, elle n'avait pas attendu l'accord de ses partenaires pour commencer à falsifier les souvenirs des Vampires irréguliers, ces Orphelins de la guerre des crocs. La blonde s'approcha de Laysa. « Est-il ressemblant ? » questionna-t-elle en toisant le nouveau sosie de Dorian. « Le subterfuge me parait convainquant. » approuva-t-elle. La ressemblance était suffisamment similaire pour tromper quelqu'un qui n'avait pas longuement côtoyer le brun.
1105 mots
Sosie de Thessalia : #999900



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Dorian Lang
~ Vampire ~ Niveau II ~

~ Vampire ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 251
◈ YinYanisé(e) le : 22/08/2022
◈ Activité : Chômeur grincheux
Dorian Lang
Sam 17 Sep 2022, 16:59

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité




« Dans les toilettes d'Ezéchiel, ça se voit pas ? » Le sarcasme claqua aussitôt en réponse. Toute cette situation m'exaspérait et s'il y avait eu un soupçon de tolérance en moi pour cette Rahzdens qui était finalement aussi paumée que moi, il avait disparu depuis longtemps, remplacé par une lassitude aigrie. Le climat était à l'image de mon humeur, avec une bruine désagréable qui traversait les vêtements et glaçait mes os. Horrible contrée. C'est dans ces moments que je regrettais les baisers du soleil sur ma peau. Je grelottais avec la sinistre impression que jamais plus je ne ressentirai la chaleur.

Ma partenaire d'infortune semblait prendre notre fuite avec davantage de calme que moi malgré la brutalité de son réveil. Là où je promenai un regard mauvais sur les ronces qui s'étaient refermées sur mes vêtements, la terre qui maculait les ourlets de mon pantalon ou encore la fiente d'oiseau qui s'était échouée sur mon bras, elle était dans son élément aussi bien qu'une Sirène dans l'océan. Fasciné malgré moi, je la regardai épouser l'environnement de son regard où transparaissait encore la sauvagerie comme on retrouve un amant, avec familiarité et peut-être même de la joie. Nous étions si différents que c'en était comique. Malheureusement, la situation ne prêtait pas à rire.

« Elle est restée au manoir. » J'avais envie d'ajouter qu'elle l'avait abandonnée mais cette mesquinerie n'était plus de mon âge et je n'avais pas davantage envie de jouer que de rire. « Ils ont monté une supercherie pour tenir les fanatiques de Lubuska loin de nous. Pendant qu'ils les occupent, on se planque. Ils viendront nous chercher quand cette mascarade sera terminée. Et si tu veux mon avis, avec un peu de chance, personne, pas même Lavinia ou Laysa ne nous retrouvera et on pourra vivre notre vie comme on l'entend, libres. » Marmottai-je en frottant vivement la fiente sur mon bras comme si elle était la responsable de tous mes tourments.

« Si t'en as une autre à proposer, je suis toute ouïe. » Ronchonnai-je avant de laisser tomber mon bras. J'avais les doigts rougis et raidis par l'eau glaciale et l'attitude de ma partenaire commençait à me porter sur les nerfs. Et qu'est-ce qu'elle fabriquait à renifler ? Par réflexe, je me mis à sentir l'air moi aussi, et je lui en voulus aussitôt. Je faisais tout pour ne pas me rabaisser au rang d'animal depuis ma transformation et elle s'y lovait sans le moindre respect pour elle-même, avec un naturel que je lui enviais un peu. Je roulais des yeux. « Evidemment, je suis un Vampire. T'es vraiment à l'ouest toi hein. Je me demande ce que Lavinia a - Qu'est-ce que tu fais ? » Ebahi, je la regardai se défaire de sa robe. « Pardon ? Je ne vais pas me déshabiller, il fait un froid de canard et arrête de te frotter de la terre sur toi, c'est répugnant ! » Réprimant un frisson de dégoût, je reculai d'un pas comme si m'éloigner pouvait me préserver de la honte qu'elle m'inspirait. Comment avait-elle pu être transformée alors qu'elle ne se comportait pas avec plus de dignité qu'un vulgaire chien ? Il y avait des choses qui me dépassaient. Ceci dit, je n'étais pas un choix beaucoup plus compréhensible, à la réflexion. Je n'avais qu'un pauvre attrait pour la chasse, je ne démontrais aucune envie de briller aux yeux de mes congénères, je n'étais pas particulièrement doué dans un domaine. Je n'étais qu'un fardeau que Laysa portait à bout de bras. Je revins sur terre lorsque Thessalia me tança et je lui lançai un regard noir. « D'accord. Mais il est hors de question que je m'étale de la terre sur moi comme si j'étais un cochon dans la boue. » En quelques gestes, je me débarrassai de mes vêtements. Un frisson agita ma chair soumise à la froidure de la brise et je croisai les bras sur mon torse dans une vaine tentative pour conserver un peu de chaleur. La pudeur ne me posait en revanche aucun problème, et ce encore moins depuis que j'avais embrassé ma nouvelle condition. La sexualité perdait peu à peu ses attraits, c'était un visage du passé dont j'oubliais les caractéristiques et je voyais un corps comme un morceau de chair dans lequel se trouvait par chance la seule chose encore bonne à mes yeux en ce monde.

Au même moment que Thessalia, je perçus l'air saturé de sang embaumer mon nez et j'oubliai presque aussitôt ma mauvaise humeur ou les raisons qui nous avaient poussés à nous déshabiller et à nous retrouver seuls ici. D'un bond, je suivis la Rahzdens, non pas pour la retenir mais pour la rejoindre dans sa chasse. Si j'en jugeais mon odorat, l'animal était blessé, gravement blessé et son sang envahissait mon système nerveux, balayait mes pensées comme des fétus de paille. C'était une proie facile, et l'enthousiasme me gagnait à l'idée que nous n'aurions pas à fournir beaucoup d'efforts pour voler au futur cadavre son liquide sombre. Mon imagination galopait et j'en sentais presque le goût sur mes papilles quand au détour d'un buisson de ronces, nous débouchâmes sur le gibier. Comme je l'avais deviné, c'était une proie facile. Trop facile. Je mis un frein à ma course, trop tardivement et dans ma hâte, je bousculai Thessalia pour arriver en premier sur le daim couché au sol. Ouvert de la gorge jusqu'à ses appareils génitaux, il offrait à mon appétit ses entrailles luisantes et j'y enfouis mes mains en tremblant de plaisir par anticipation. À aucun moment je ne perçus le sol près de la bête s'animer, la boue se gondoler en bosses de plus en plus grosses jusqu'à ce qu'une silhouette humanoïde surgisse. Couverte de mousse et de boue, deux yeux aux pupilles rétrécies à la verticale s'ouvrirent sur nous tandis qu'une paire de cornes émergeait de sa gangue de terre et de branches. Aveugle au piège, je me nourrissais en ignorant jusqu'à la présence de ma congénère, que je tolérais près de moi tant qu'elle ne venait pas s'abreuver trop près de là où j'avais planté mes crocs.

Message VII | 1085 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39670-dorian-lang#75263
Stanislav Dementiæ
~ Sorcier ~ Niveau II ~

~ Sorcier ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 1372
◈ YinYanisé(e) le : 30/01/2016
◈ Âme(s) Soeur(s) : Aggripina, la seule, l'unique.
◈ Activité : Mangeur officiel de chaire fraiche
Stanislav Dementiæ
Ven 23 Sep 2022, 13:12


Image par Inconnu
La fertilité
Dorian & Thessalia

Du sang. Beaucoup de sang. Il l'avait pris à la gorge, son odeur saturant son odorat. Il avait gonflé ses muscles et l'avait élancé dans une course effrénée. Le liquide vital avait éclipsé toute autre considération. Rien d'autre n'existait que cette odeur alléchante et la promesse d'un festin abondant. La Louve ne se souciait plus ni de Lavinia, ni de ses poursuivants, ni de Dorian. A vrai dire, elle aurait sans doute oublié l'existence du dernier si elle n'avait pas sentit sa présence à ses côtés : il la talonnant d'un peu trop près à son goût. S'il avait été considéré comme un camarade d'infortune, peut-être même un allié inopiné l'instant précédent, il se transformait désormais en adversaire. Un concurrent déloyal, qui menaçait de la dépouiller de son repas s'il parvenait à mettre la main sur leur cible en premier. Thessalia accéléra la cadence, puisant dans ses ressources pour accélérer le mouvement de ses jambes. Cela n'empêchait en rien le Zvyar d'avaler la distance qui les séparait en quelques enjambées. Il gagnait du terrain sur l'avance qu'avait pris la chasseuse en détalant la première. L'ancienne femme-bête retroussa ses babines écumantes, sa gorge vibrant d'un grognement menaçant qu'elle espérait dissuasif. Soit il ne l'entendit pas, soit il l'ignora superbement, si bien que le feulement muta en jappement contrarié. La Rahzden était dissipée, maladroite et bruyante. Le gibier, celui qui n'était pas déjà mal en point, pouvait l'entendre à des kilomètres à la ronde. Si elle avait été apte à maîtriser ses pulsions, sans doute aurait-elle pu remarquer que les véritables proies s'échappaient toutes à sa prise, détalaient bien avant qu'elle ne soit un véritable danger pour eux. Mais l'insatiabilité dans laquelle elle était l'obnubilait bien trop pour qu'elle pusse raisonner clairement. Aussi suivait-elle avidement le chemin olfactif qui se dressait devant elle.

Finalement, la délivrance. Il était là, à leur merci, étalé sur le sol humide des bois. La blanche s'apprêtait à se jeter dessus lorsque son rival la dévia de sa trajectoire d'un coup d'épaule brusque. La vitesse couplée à la force de l'impact projeta l'affamée contre le tronc d'un arbre. Tout ne fut que cri hargneux et plainte désespérée. Elle était si proche du but... La folie déclencha en elle une ire vengeresse : l'envie d'arracher la tête du malotru ou de le déchiqueter en morceau lui tirailla les entrailles. Une fois encore, cependant, l'appel de la Soif fut plus puissant que tout le reste et la sangsue s'installa à côté du brun pour planter ses crocs dans la carcasse, sans chercher querelle à son ennemi.

Le sang inonda sa gorge, glissa le long de son œsophage jusqu'à venir remplir son estomac. La gloutonne sentait le liquide couler sur les parois de ses entrailles. Il apaisait la douleur lancinante qui hantait son corps en manque. Elle ne prenait pas le temps de reprendre son souffle, de peur de subir de nouveau la morsure douloureuse de sa Soif. Elle ne profitait même pas de la saveur qui noyait ses papilles : elle était plongé dans un état plus bestial, beaucoup trop primaire pour considérer ce genre de plaisir. Aveuglée par la quête de ce liquide vital, elle se contentait de se remplir la panse sans penser, d'assimiler avidement chaque goutte pour s'assurer que son voisin n'en déroberait pas plus qu'elle. L'idée de partager lui aurait été désagréable, si elle avait pu la formuler. Mais non. En transe, elle ne pensait plus à rien, se laissant guider par cet instinct bestial qui l'animait plus sauvagement encore que son Totem passé.

L'ombre vola d'abord sur le mâle. Il était plus imposant que la Louve, plus puissant et musculeux. Il représentait le plus grand danger des deux. Pourtant, il ne bougea pas lorsque la silhouette s'extirpa du sol boueux. Sa compagnonne n'intervint aucunement lorsqu'il fut arraché à la carcasse : cela lui laissait davantage à boire. S'il était une chose, Thessalia se trouvait satisfaite de sa disparition. Elle ne percevait pas le danger qui pesait tout aussi sournoisement au dessus de sa tête. Aussi fut-elle incapable de se défendre lorsque les mains l'extirpèrent du corps encore tiède auquel elle essaya de se cramponner. En quelques secondes, les deux Vampires avaient été happés par les ténèbres.

755 mots



Merci Kyky  nastae
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34204-nostradamus-demen
Dorian Lang
~ Vampire ~ Niveau II ~

~ Vampire ~ Niveau II ~
◈ Parchemins usagés : 251
◈ YinYanisé(e) le : 22/08/2022
◈ Activité : Chômeur grincheux
Dorian Lang
Dim 02 Oct 2022, 22:42

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian L2ds
La fertilité




Une tension anormale pesait sur l'atmosphère dans le salon. Destiné aux invités et aux spécials évènements, il se révélait trop vaste pour le comité qui s'était réuni sur les sofas disposés en cercle. Les doigts verrouillés entre eux pour dissimuler leur tremblement, Laysa jetait des coups d'oeil angoissés entre Magnus et les nouveaux arrivants. Ils portaient tous la livrée caractéristiques de ceux qui dévoyaient l'éternité de leur vie à célébrer Lubuska et n'avaient pas encore touché au verre qui leur avait été offert en guise de bienvenue. Ils étaient cinq, mais Laysa craignait que d'autres soient à l'extérieur, déjà à la poursuite des fuyards. Anticipant qu'ils puissent lire ses pensées, la brune renforça ses murailles mentales et glissa un bras sous celui du clone de Dorian. Passif, ce dernier se laissa faire. L'original ne se serait pas laissé toucher sans grogner mais ils n'avaient pas eu le temps de répéter.

« Où est l'Enfant ? » Fit soudain un homme, un blond de petite taille au menton pointu. Laysa présuma qu'il s'agissait du porte parole du groupe et elle le regarda fixement. Sa partie était difficile à jouer. Il lui fallait se montrer inquiète pour son fils sans éveiller leurs soupçons en dosant mal ses réactions. Elle n'avait pas à feindre ses angoisses. La simple idée de savoir Dorian dans la forêt avec cette Thessalia, sans elle à ses côtés pour le défendre, l'emplissait d'une terreur sur laquelle elle n'avait aucune maîtrise. Mais c'était l'image d'une mère qui s'apprête à livrer sa progéniture aux loups qu'elle devait afficher. Elle ne devait pas non plus paraître trop réticente, pour ne pas être accusée d'hérésie envers Lubuska. Ces fanatiques lui faisaient froid dans le dos et elle n'osait imaginer le sort réservé aux Vampires qui manquaient de respect à la Mère de la Nuit mais d'épouvantables rumeurs couraient parmi les Enfants de la Nuit. « Elle a disparu. Elle semble avoir un pouvoir de téléportation et nous n'avons pas réussi à mettre la main sur elle. » « Comme c'est commode. » « J'en suis la première frustrée. J'ai beaucoup de questions à lui poser. » « Ce n'est pas votre place. » Objecta une rousse, les traits subitement déformés par l'outrage. Calmement, Laysa but une gorgée de son verre. « C'est mon fils, et il me semble naturel de connaître la nature de tous ceux qui lui sont... proches. Mais je n'ai pas pu prouver sa paternité. » « Evidemment. Vos laboratoires sont connus dans notre communauté et nous apprécions tout le savoir que votre Lignée a engrangé grâce à votre curiosité. Mais dans cette situation, c'est à notre expertise qu'il faut s'en remettre. Il est regrettable que vous n'ayez pas pensé à faire appel à nous directement. Nous préférons nous déplacer pour une fausse alerte que perdre de potentiels Shevarors. » La rousse avait orienté son regard sur la fausse Thessalia et son supposé amant et ses yeux se rétrécirent. Laysa craignait que la supercherie soit trop visible et elle reposa son verre avant de le renverser. « Nous nous excusons pour cette erreur. En plusieurs centaines d'années d'existence, c'est la première fois que nous faisons cette expérience et nous ne connaissions pas la procédure. » Elle marqua une pause et consolida sa prise sur le brun drogué. « Est-ce que vous allez les emmener ? » « Bien sûr. C'est pour ça que nous sommes ici. Nous avons un manoir à quelques heures de marche. De là, un portail nous est réservé pour rejoindre Seaghdha. Là-bas, nous pourrons faire les tests qui conviennent pour évaluer s'ils sont réellement des Shevarors. Ensuite, dépendamment du résultat, nous les garderons avec nous ou nous vous les rendrons. » Laysa échangea un regard avec Lavinia. Les deux femmes s'étaient mises d'accord auparavant mais pour davantage d'authenticité, elles ne devaient pas consentir tout de suite aux exigences des Fanatiques. Malgré son envie de les voir quitter le manoir, elle ne devait pas montrer son empressement à les laisser prendre les faux rejetons pour quitter les lieux avec. « Quelle garantie nous donnez-vous ? Vous avez conscience qu'en touchant à un seul de leur cheveux, vous risquez une nouvelle guerre des Lignées ? Douria, et certainement Vlad, ne resteront pas gentiment assis tandis qu'on charcute nos membres. » La brune bluffait, jamais Douria ne risquerait de se soulever au nom de Dorian, cet inconnu dans leurs rangs. Le blond eut un sourire condescendant et Laysa se contraignit au calme. Imaginer enfoncer ses ongles dans ses orbites la calmait, un peu. « Qui a parlé de charcuter, voyons. J'ignore ce qu'il se trame dans vos cachots pour vos étranges expériences, mais nous ne sommes pas des sauvages chez Oksana. » « Mais vous n'avez pas répondu à ma question. Quelle garantie ? » La rousse confirma son caractère sanguin, et probablement sa jeunesse, en crachant avec dédain. « Nous n'avons pas de garantie à vous offrir. Depuis quand les autres Lignées négocient-elles avec Oksana ? Nous pourrions très bien vous prendre Thessalia et Dorian par la force mais nous ne souhaitons pas envenimer les relations entre Lignées. Mais tentez de vous opposer à nous et vous le regretterez amèrement. » Le blond posa une main apaisante sur l'épaule de sa congénère. « Meryl a raison. Gardons notre calme. Aucun mal ne leur sera fait dans un cas comme dans l'autre. Mais vous devez comprendre qu'il leur faudra rester à nos côtés s'ils s'avèrent être fertiles. Leur place est au plus près de Lubuska et de ceux qui exécutent sa volonté. »

Message VIII | 930 mots

Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t39670-dorian-lang#75263
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] - La Fertilité | Thessalia & Dorian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Quête] Indomptables [Pv Dorian]
» [Q] - Exposition | Dorian
» | Dorian Lang |
» | Dorian Lang |
» [Q] - Vertige | Dorian & Bae
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Fjörd-