Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

Partagez
 

 [Q] La créature des rêves | Alcide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bellada Ward
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 915
◈ YinYanisé(e) le : 30/07/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : Gilbel ♥
◈ Activité : Cuisiner avec amour !
Bellada Ward
Mer 10 Nov 2021, 23:17


La créature des rêves
Alcide & Phobos
Intrigue ; Alcide devient le nouveau Maître de Phobos. Une alliance insoupçonnée découlera de cette rencontre.

Phobos émergea dans son habitacle. C'était étrange, de revenir dans ce monde après s'en être échappé durant tant de temps. Cet univers intimiste auquel lui seul avait accès. Une cage dorée dont il était prisonnier. L'être de magie sentit un point noir gronder en lui - une émotion négative, qu'il n'arriva pas à identifier immédiatement. Il lui fallut plusieurs secondes avant de comprendre ce qui troublait la placide neutralité à laquelle il était habitué : l'amertume de la solitude le rongeait. C'était comme s'il venait de se réveiller soudainement, après avoir goûté à un rêve particulièrement euphorique, et réalisait à quel point sa vie était morne. Se rendre compte que son existence n'avait pas de sens, ici. La silhouette lâcha un soupire, las. Un instant, il songea à gruger sa mentor et à retourner dans le Monde des Rêves. Après tout, elle lui avait demandé d'y rester quelques lunes, mais si elle-même restait cloîtrée dans les Songes des Rêveurs, elle n'aurait aucun moyen de s'assurer que son disciple avait respecté sa demande. Le Sylphe porta son regard - sous cette forme neutre, il n'avait pas d'yeux, en réalité, il n'avait pas d'enveloppe charnelle, il se contentait d'être une conscience flottant au beau milieu du paysage, trop instable pour supporter un corps - sur son environnement. Rien, ici, ne le retenait. Il n'avait aucune raison de s'attarder dans cette prairie vide dont seul le pommier brisait la monotonie. La tentation de retourner auprès de Nesloo s'ancra en lui. Seul la crainte de sa réaction l'en dissuada. S'il lui désobéissait, l'apprenti était certain que sa cicérone se rendrait compte de la supercherie. Elle lui avait ordonné de s’imprégner de la réalité, de mieux la comprendre pour pouvoir déceler ce qu'il y manquait et ainsi contenter les rêveurs, leur accordant les chimères oniriques de ce qu'ils convoitaient lorsqu'ils étaient éveillés. S'il se contentait de feindre cette découverte du monde, elle réaliserait bien vite la duperie. Il n'était pas encore de taille pour lui mentir effrontément. Il n'était pas assez fin acteur pour masquer ses lacunes, pour les imaginer et les combler de lui-même. Il avait encore besoin de l'aide des autres pour comprendre et appréhender ce monde qui restait si mystérieux et énigmatique à ses yeux.

L'écho d'une conscience, des pensées en arrière fond, comme une lointaine mélodie résonnant au tréfonds de son être. Ce n'était pas la sienne, mais bien celle d'un autre individu. Un maître potentiel. Phobos se laissa happer hors de son habitacle, s'échappant volontiers de sa tanière. Pendant le processus, il sonda le cœur de celui qui venait d'effleurer la carte de tarot. Il essaya de percer ses barrières pour mieux le lire, parvenir à l'appréhender, l'apprivoiser. Avoir un aperçu de ce qu'il attendait de lui. A mesure qu'il le discernait, il prenait forme, se matérialisait avec une apparence nouvelle pour convenir aux besoins de son nouvel interlocuteur. Finalement, après quelques secondes qui s'élongèrent interminablement, l'apparence se figea et il apparut devant le gamin. Encore un. L'apparition était féminine, légèrement plus grande que celui qui l'avait invoqué. Elle était vêtue de bleu et quelque chose évoquait une âme d'aventurière dans cette apparence imaginée. Peut-être était-ce son attitude, la façon dont elle se tenait fièrement face au garçon, un sourire malin sur les lèvres. « Salut. » fit-elle en s'approchant d'un pas vers le plus petit, comme pour mieux le détailler. « T'es qui ? » questionna-t-elle la première, comme pour couper court aux possibles interrogations agaçantes de son interlocuteur. La fille s'éloigna aussi subitement qu'elle s'était imposée, tel un courant d'air. Elle était tout aussi impalpable. « On est où ? » Elle se pencha au dessus d'un livre illustré - un conte. « Tu lis quoi ? Ça parle d'aventure ? Mois j'adore ça. Les histoires de pirates, ou bien de chevaliers. Et toi, t'aimes bien quoi ? » La tornade s'éloigna de l'ouvrage pour se rapprocher d'une fenêtre. A l'extérieur, d'autres enfants et adolescents s'amusaient. « T'as envie de vivre une aventure avec moi ? » enchaîna la pipelette en se retournant face au garçon.
727 mots


Avatar
Avatar de noël : LINOK_SPB
[Q] La créature des rêves | Alcide 2exr
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35442-bellada-ward-le-c
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3911
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Ven 03 Déc 2021, 08:31




La créature des rêves

Alcide | En duo | Phobos



Alcide laissa ses doigts courir sur la carte. Elle était belle. La figure, au verso, ressemblait à un pentacle. Sur son pourtour, la lune noire et la lune blanche semblaient se pourchasser. Le reste des symboles ne lui évoquait rien. En revanche, il identifiait sans aucun mal les personnages du recto : il s’agissait d’un Ange et d’un Déchu, face à face, séparés par la lame de leurs épées. Les pointes indiquaient un triangle rayonnant, au sein duquel une main bleue pourvu d’un œil désignait les deux protagonistes. Des fleurs enlaçaient leurs chevilles. Laëth avait raison : c’était une très belle carte. Il sourit.

Récemment, il lui avait écrit une lettre. Il lui annonçait qu’il vivait à Basphel, lui racontait ses journées, l’ambiance et les bizarreries des autres, leurs comportements qu’il ne comprenait pas mais dont il ne se formalisait jamais, ses amis, les cours passionnants ou terriblement ennuyeux dispensés par des professeurs passionnants ou terriblement ennuyeux, sa hâte de rentrer à Boraür pour Ësse’Aellun, bien qu’il se plût beaucoup ici, son envie de la voir, son désir de découvrir le monde, ses rêves d’aventure et ses plaisirs d’enfant… Il avait reçu la réponse quelques temps plus tard. Elle se réjouissait du fait qu’il s’épanouissait à Basphel, lui promettait son soutien si le mal du pays ou les cours ennuyeux lui pesaient trop, encourageait sa tolérance mais lui demandait de ne pas se laisser faire si on l’embêtait trop, lui assurait qu’ils se verraient le plus tôt possible, lui proposait de lui faire visiter quelques territoires angéliques, et lui offrait cette carte, parce qu’elle savait qu’il en possédait déjà et qu’il les adorait. Il sourit encore. Il adorait Laëth. Pris d’un élan d’amour, le petit Magicien pressa la carte contre son cœur, les yeux fermés. Il aurait tant aimé avoir une amie comme elle, ici. Ils auraient pu faire de la luge, se goinfrer de gâteaux, parler d’histoire de chevaliers et vivre de formidables aventures !

Lorsqu’il rouvrit les paupières, une fille se tenait devant lui. Il cligna des yeux, surpris. Il ne l’avait pas du tout entendue arriver. Sa robe bleue était nouée à sa taille par un ruban rouge, comme celui qui ornait ses cheveux. Une besace pendait en bandoulière à son épaule, sous un gilet sans manche décoré de fils d’or. Poliment, il quitta le confort de son fauteuil, dépliant ses jambes croisées en tailleur, pour se lever. « Comment tu… » Elle lui coupa la parole. « Alcide. Alcide Taiji. » répondit-il. « Et toi ? » Il la regarda se déplacer à toute vitesse à travers la salle d’études. Elle ressemblait aux brises qui soufflaient en haut des collines de Boraür. « Dans une salle d’études. Tu t’es perdue dans les couloirs ? » Il tourna la tête vers le livre qu’il avait laissé posé sur la table, la lettre et la carte lui servant de marque-page. « Oui, c’est… » Elle parlait très vite et beaucoup. Dès qu’elle ouvrait la bouche, un flot continu de paroles s’en déversait comme s’il s’était agi d’une source de montagne. Alcide sourit. Nombre d’individus se seraient énervés mais, lui, cette attitude l’amusait. Elle transpirait de fraîcheur et de spontanéité, ce dont certaines personnes – surtout les adultes – manquaient cruellement. « Oui ! » s’exclama-t-il joyeusement, en la rejoignant près de la fenêtre. « Moi aussi j’adore les aventures ! Surtout les histoires de chevaliers ! J’ai pas beaucoup lu d’histoires de pirates, et j’en ai jamais rencontré… mais des chevaliers, oui ! Tu connais des pirates, toi ? » Une étincelle de curiosité piqua son regard céruléen. Il n’était pas difficile de devenir l’ami du Magicien, et à cet instant, il eut l’exacte impression que c’était aussi le cas pour son interlocutrice. Son âme paraissait faire écho à la sienne, comme s’ils s’étaient toujours connus. « T’as déjà pris la mer ? J’aimerais trop naviguer, un jour ! L’océan, ça a l’air génial ! » Ses yeux brillaient de passion. « On n’a qu’à faire ça, comme aventure ! Mais d’abord, faut que tu me dises ton prénom, sinon, je ne saurai pas comment t’appeler en renfort si on se fait attaquer par des pirates. » Il lui sourit, avant que la curiosité ne revînt cribler ses iris. « T’es dans quel département ? Je ne t’ai jamais vue, avant aujourd’hui. Ça fait longtemps que t’es arrivée ? »



Message I – 730 mots




[Q] La créature des rêves | Alcide 1628 :


[Q] La créature des rêves | Alcide 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Bellada Ward
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 915
◈ YinYanisé(e) le : 30/07/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : Gilbel ♥
◈ Activité : Cuisiner avec amour !
Bellada Ward
Mer 15 Déc 2021, 18:19


La créature des rêves
Alcide & Phobos


« Oh oui ! J’en connais plein ! » répliqua la fille aux cheveux courts, d’un air entendu. Comme si la réponse était évidente – à croire qu’il n’aurait pas été possible, pour elle, de ne pas connaître de pirates. La gamine s’empara de l’épée en bois qui pendait à sa ceinture et esquissa un pas de côté tout en tendant son arme en direction d’Alcide. « Il y a Gagnar le barbare. » Elle fit un moulinet du poignet avant d’effectuer un saut vers la table où elle avait rencontré son interlocuteur, pourfendant un ennemi invisible. « Erm’lin l’avare – c’est le pirate avec le plus gros trésor du monde, tu sais ? Il m’a promis de m’emmener sur son île super secrète où il ramène tous ses butins, un jour. » L’adolescente se remit face au blond et commença à le toiser de la tête au pied, comme si elle était en train de juger le potentiel de son nouveau partenaire. Son semi-silence se prolongea plusieurs secondes. Finalement, elle sembla le trouver digne de sa confiance, car elle continua : « Si tu veux, je t’emmènerai avec moi. » Elle haussa les épaules avant de bondir dans une autre cabriole. « Y’a aussi Dalphémyr le tyran, ou Xarxok le noyeur. » énumérait-elle. Les titres lui venaient naturellement, mensonges nés de l’imagination fertile des enfants. Peut-être s’inspirait-elle des noms nobles que le petit mage avait lu dans son conte et qui résonnaient encore dans son cœur. Ou bien peut-être était-ce la vague réminiscence d'une enfance oubliée. « Ils étaient pas tous sympathiques. Du tout du tout. Je l’ai échappé belle, tu sais. Un peu plus et l’un m’embrochait sur sa lame, ou l’autre m’agrippait du bout de son crochet. » Chacune de ses tirades était accompagnée d’une illustration mimée. « Faut pas rigoler avec les pirates. Si tu fais pas gaffe, ils te chipent toutes tes sous, ces brigands ! » Enfin, la tornade s’immobilisa, face à l’écolier, la mine presque effrayée. « Ou pire. » souffla-t-elle tout bas. « Ils t’embarquent sur leurs navires hantés… » Finalement, elle balaya son effet dramatique d’un haussement d’épaules, comme s’il ne s’agissait pas d’une si grande menace que ça, à bien y réfléchir. Se remettant en mouvement, la jeune fille se mit à flâner entre les tables de la salle d’étude, incapable de rester en place plus de quelques secondes – à croire que Phobos était resté trop longtemps enfermé dans sa prison dorée et que son besoin de profiter du monde réel débordait sur cette personnalité fictive.

« Oui, une fois, je suis montée dans un navire marchand. » Deux fois, en réalité : la première fois lorsqu’on avait emporté la carte de tarot sur une étrange île ; la seconde quand on l’avait rapatrié loin de cette terre de malheurs. « Mais je n’en ai pas beaucoup de souvenir. » La gamine fit la moue, comme à regret. L’être chimérique, lui, n’éprouvait pas réellement de déception à cette idée. Il était simplement heureux d’avoir pu atterrir à bon port et d’avoir trouvé de nouveaux maîtres. « Lucette ! Mais tu peux m’appeler Lulu, si tu veux. Mais c'est que parce que t'as l'air gentil. » répondit enfin l’adolescente. « T’en fais pas, moi je te défendrai, s’il y a un vilain pirate ! Même pas peur, Ha-yah ! » fit-elle, plongeant devant elle pour pourfendre la menace imaginaire.

« Non, je suis arrivée que ce matin. » La silhouette se troubla légèrement, vacilla sous l’effet de l’appréhension. Ce mensonge là n’était pas maitrisé. Phobos ne savait pas s’il était convainquant ou s’il risquait, ici aussi, de se faire démasquer comme étant un imposteur. « Et toi ? T’es dans lequel, de département ? » questionna le Sylphe. Dans le doute, mieux valait dévier l’attention du petit mage. « Est-ce que t’es content d’y être ? »

Lucette se trouvait de nouveau près de la fenêtre. Se hissant sur la pointe des pieds, elle avisa un banc libre à côté duquel se trouvait un petit muret ainsi qu’un arbre. « Oh ! T’as vu ?! Ca ferait un trop bon navire pour nos aventures, ça ! » s’exclama-t-elle en se retournant vers le Taiji. « Viens on va dans la cours ! » Sans attendre son approbation – Lucette savait que son camarade en mourait autant d’envie qu’elle – la tornade s’élança vers le couloir. Cependant, elle ne s’embarrassa pas de prendre la porte – qui était hors de sa trajectoire. A la place, elle traversa le mur. De cette façon, elle n’aurait plus besoin de justifier son immatérialité constante : elle donnerait simplement l’impression d’avoir une bonne maitrise de sa magie.

727 mots


Avatar
Avatar de noël : LINOK_SPB
[Q] La créature des rêves | Alcide 2exr
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35442-bellada-ward-le-c
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3911
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Mer 02 Fév 2022, 06:25




La créature des rêves

Alcide | En duo | Phobos



Émerveillé, Alcide écouta la fille brune énumérer tous les pirates qu’elle connaissait. Il lâchait parfois des « ouah ! » extasiés ou des « han ! » surpris, parfois presque effrayés. Sur ses mots roulaient ses sensations, comme s’il avait été en train de lire un livre. Il s’imaginait déjà sur le navire d’Erm’lin l’avare, prêt à découvrir cette île inondée d’or et de joyaux. « Oh oui ! » s’enthousiasma-t-il, ses yeux si brillants que le vil pirate aurait pu les prendre pour deux lapis-lazuli. Il buvait les paroles de l’enfant comme autant d’informations précieuses à enregistrer. Tantôt, les pirates aidaient les chevaliers ; tantôt, ils faisaient partie des ennemis à combattre. « Des navires hantés ? » souffla-t-il, stupéfait. À quoi cela ressemblait-il ? Il se figurait un bateau-épave, à la voile décharnée et au mât grinçant, habité de fantômes au parfum iodé qui hurlaient à travers les trous de la coque. Il frissonna, plus d’excitation que d’appréhension. La brune lui avait donné envie de découvrir ce monde dont il ignorait tant de choses.

« Enchanté, Lucette la pourfendeuse de pirates ! » Tout sourire, il brandit le poing comme s’il tenait une épée. « Et moi je te défendrai face aux monstres ! On fera une sacrée équipe, comme ça. » Amusé, il lui adressa un clin d’œil, avant de recouvrir une expression plus sérieuse quand ils se mirent à parler de l’école. « Ah oui, aujourd’hui ? » Il ignorait que l’on pouvait arriver en cours d’année. Après tout, pourquoi pas ? Il devait bien exister des exceptions, dont Lucette faisait partie. Il se frotta les yeux. Sa vue fatiguait : par moment, il avait l’impression que la silhouette de la brune vacillait. « Je suis à l’Étain ! » répondit-il sur un ton enjoué, ce qui laissait présager de la suite de sa réponse. « C’est un bon département, je pense ; enfin, ils sont tous bien, mais disons que celui-là me correspond bien. » Il regarda son interlocutrice. « Tu connais un peu les départements ? L’Étain c’est pour les gens indépendants, intuitifs, joyeux et souriants, qui savent s’adapter aux gens et aux situations… Et je crois que c’est à peu près tout. » Il se gratta la tête. « Ah, si ! Quelqu’un de l’Obsidienne m’a dit qu’on était trop naïfs. » Il haussa les épaules. « Je crois qu’ils sont justement trop méfiants, eux. » Un sourire ourla ses lèvres. Il avait un don pour ne pas se formaliser des attaques des autres sans jamais avoir l’impression de maltraiter son amour propre.

« Hum ? » Il rejoignit Lucette et regarda par la fenêtre. « Oh, oui ! » Et aussitôt, il courut derrière elle. Cependant, il s’arrêta net lorsqu’il la vit traverser le mur. Les yeux ronds, il papillonna des paupières quelques instants, étonné. Puis, un large sourire fendit son visage et il s’exclama : « Génial ! Youhou ! » Il sauta en l’air, puis s’engouffra par la porte pour courir dans le couloir. Il descendit les quelques marches en trombe et se précipita dans la cour. La pré-adolescente s’agitait déjà autour du banc. « C’est trop génial, ton pouvoir ! Comment tu fais ? Tu pourras m’apprendre ? » Il se hissa sur le petit muret puis se mit debout dessus. « En fait, d’où je viens, on n’a pas besoin d’utiliser nos pouvoirs. » Il s’approcha de l’arbre et attrapa l’une de ses branches, tombée sur le petit mur. « Tu connais Boraür ? C’est de là-bas que je viens. En fait, toute l’île est magique. Donc si je veux traverser un mur, j’ai juste à demander « Boraür, s’il te plaît, j’aimerais traverser ce mur ! ». Et quand l’île te connaît bien, parfois, une simple intention suffit. » Méthodiquement, il s’appliqua à retirer les petites excroissances de la branche. « Donc apprendre la magie, c’est tout un défi ! Enfin, pour moi, et mes frères et sœurs, ce n’est pas très naturel. Nounou Bonbon m’a dit que c’était un peu comme réapprendre à parler et à marcher. » Il sourit, soit qu’il fût amusé des propos de sa nourrice, soit qu’il fût satisfait de son épée de fortune. Il la brandit vers sa nouvelle amie, en appui sur ses jambes. « En garde, Lucette la Pourfendeuse ! »



Message II – 722 mots




[Q] La créature des rêves | Alcide 1628 :


[Q] La créature des rêves | Alcide 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Bellada Ward
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 915
◈ YinYanisé(e) le : 30/07/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : Gilbel ♥
◈ Activité : Cuisiner avec amour !
Bellada Ward
Mar 19 Avr 2022, 11:48


La créature des rêves
Alcide & Phobos

Lucette ne s'arrêta pas pour attendre son coéquipier. Lulu était libre comme l'air, elle était une vagabonde, sans attache ni devoir. Elle ne se retournait pas, jamais : elle allait de l'avant sans s'inquiéter des regrets, qu'elle laissait derrière elle. Telle était la personnalité qu'incarnait Phobos en dévalant les escaliers de l'école, à une vitesse exagérée - une fois encore, il ne maîtrisait pas son apparition qui semblait grésiller par endroits, ignorant les lois physiques de ce monde tangible qui auraient dû ralentir l'enthousiasme de la demoiselle. Peu lui importait que son comportement soit réaliste ou non. Il avait simplement besoin de duper le blondinet, de devenir une part de sa réalité à lui, de s'ancrer si profondément qu'il ne puisse jamais douter de son existence, ne jamais soupçonner le mensonge. L'aventurière déboucha sur la cour et fonça directement vers le banc qu'elle convoitait. Aussi légère qu'une plume, elle bondit sur la surface en pierre, y atterrissant avec une grâce aérienne. « En avant, matelots ! » ordonna-t-elle à un équipage imaginaire, tandis que le petit mage la rejoignait enfin. « Eh bah, t'en as mis du temps, Alcide ! On a bien failli lever l'ancre sans toi à bord ! » prévint la capitaine, plaçant ses poings sur ses hanches et un pied sur le rebord du muret. « Mais je savais que je pouvais compter sur un Chevalier aussi célèbre que toi ! Je peux te faire confiance, mon camarade ! » déclara-t-elle dans une tirade solennelle.

Feintant la surprise, Lucette ouvrit ses grands yeux sombres tout en observant le Taiji lorsque celui-ci lui demanda de lui apprendre son tour de passe-passe. La comédienne prit une seconde de réflexion avant de donner son verdict. « Seuls les meilleurs combattants sont dignes de percer le secret de ce pouvoir millénaire ! Il faudra faire tes preuves pour devenir mon apprenti ! » Lucette redevint cependant sérieuse en écoutant les explications de son camarade, une pointe de curiosité miroitant sur son visage. Expressive, elle avait secoué la tête lorsqu'Alcide lui avait demandé si elle connaissait Boraür, avait froncé les sourcils à la révélation de ce lieu baigné de magie - un tel lieu semblait capable de subvenir à tous les besoins de ses habitants, détruisant la raison d'être des génies, et le Sylphe ressentit instinctivement une méfiance à l'encontre de cette île - et avait souri avec malice lorsque le garçon avait répété les paroles de Nounou Bonbon. « Parler une nouvelle langue, ou marcher avec des béquilles... » répéta la brunette. « Sauf que cette langue-ci fait partie de toi, et que ta béquille ne sera jamais dérangeante... Bien au contraire. Je pense que c'est plus comme d'apprendre à courir. Comme si ta magie avait toujours été là, en toi, mais qu'en s'éveillant, elle te donnait un nouvel élan, la possibilité d'atteindre des endroits que tu n'aurais pas pu atteindre avant, ou bien seulement dans très longtemps... » Lucette s'était détournée de son camarade et jouait désormais les équilibristes, marchant au bord du muret - sur la rambarde de son navire. Arrivée au bout, elle se hissa sur la pointe des pieds et exécuta un demi-tour, les bras tendus de chaque côté de son buste. « Mais ne t'en fais pas. Je suis certaine que tes frères et toi allez arriver à maîtriser votre magie en un clin d’œil... Et si tu rencontres des difficultés, et bien... Tu n'as qu'à demander un peu d'aide. » Plantant fermement ses deux pieds dans le sol, Lucette tendit une main en direction du Chevalier.

Phobos esquissa un mouvement de recul lorsque le Basphelien le défia. Il ne pourrait pas répondre à sa joute et doutait que la scène se révélerait amusante pour l'enfant s'il se battait contre du vent... Déstabilisé, son hésitation se répercuta sur la brunette qui esquissa quelques pas en arrière, le visage flou, avant de se ressaisir. « Voyons, Alcide le Brave ! Je ne suis pas ton ennemie ! » dit-elle en dégainant sa propre lame. « Ce sont-eux, regarde ! » Elle pointa un point dans le vide. « Les pirates de Sceptelinost sont venus voler notre trésor ! » D'un moulinet du poignet, Lucette fit apparaître une gerbe de flammes à quelques mètres de leur banc, là où le navire ennemi se trouvait. Ce n'était qu'une petite flammèche, rien de réellement impressionnant, mais Phobos avait le sentiment que c'était suffisant pour donner une toute autre dimension à leur jeu. « Attention, la figure de proue de leur navire est capable de cracher des flammes : regarde, c'est un dragon ! » L'imagination gagnait le Sylphe, qui se prenait étrangement au jeu. Le dialogue lui venait instinctivement. « Pas de souci, camarades ! Je vais les ralentir ! » Lucette s'empara d'une fiole qui pendait à sa ceinture - un autre élément de son costume - et la secoua vivement : à l'intérieur, une lumière scintillante semblait remuer vigoureusement. Elle lança la boule en l'air puis claqua des doigts : son contenu explosa et une gerbes d'étincelles donna lieu à une nuée de petits feux d'artifices.

854 mots

Pouvoirs :
- Splendide contemplation; Ce pouvoir permet au Génie de créer des feux d'artifice qui plongeront les Rêveurs dans une contemplation qui canalisera leur attention. Ils seront touchés par le Beau et oublieront le reste, dépendamment de la magie du Djinn.
- Le Caprice d'Asmodée : Par ses actions [tendre la main], le Génie pourra faire naître un désir immédiat chez saon Maître.esse. Iel aura alors la conviction de devoir utiliser l'un de ses vœux (de la manière qu'iel souhaite) pour étancher cette pulsion nouvelle. (Mais comme Alcide et Lulu sont passés à autre chose, on peut dire que ça a juste pas fonctionné. /sbam Tu peux dire que Phobos essaye à plusieurs reprises de lui tendre la main, même si Alcide n'est pas obligé de la saisir. ^^)


Avatar
Avatar de noël : LINOK_SPB
[Q] La créature des rêves | Alcide 2exr
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35442-bellada-ward-le-c
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3911
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Mer 11 Mai 2022, 09:13




La créature des rêves

Alcide | En duo | Phobos



Alcide voulut serrer la main de sa nouvelle amie, mais elle se détourna, et sa propre attention se déporta vers la scène imaginaire qu’elle décrivait. « Mince, c’est vrai ! » Il pointa son épée de fortune en direction des infâmes pirates. « En garde, viles voleurs ! Lucette la Pourfendeuse et Alcide le Chevalier Bleu ne vous laisseront jamais s’emparer de leur trésor ! » Il agita furieusement son épée, avant de s’arrêter, stupéfait et heureux, en voyant une flamme jaillir près de leur banc. Il se laissa volontiers prendre au jeu de la petite brune. « Oh, j’ai une amie qui a un dragon ! Enfin je ne crois pas qu’il crache de feu, mais, c’est un drag- Oh ! » s’exclama-t-il encore lorsque la fiole explosa dans un crépitement et un scintillement incroyables. Émerveillé, le garçon ne put se détacher du spectacle du feu d’artifices. Les couleurs, leur chatoiement et les étincelles qui en résultaient le captivaient. Il lui semblait avoir rarement vu quelque chose d’aussi beau. C’était au moins aussi beau que les pluies d’étoiles filantes qui nimbaient le ciel de Boraür de leurs longues traînes d’argent. C’était tout autant éphémère, aussi. Lorsqu’il n’y eut plus rien, il souffla : « Ouah… » Il demeura quelques instants dans cet état de béatitude, comme si le silence et l’immobilisme avaient pu permettre de mieux ancrer le souvenir et les sensations dans son esprit.

Finalement, il cligna des yeux, avant de se redresser. Il inspira, bloqua sa respiration, et enfin, lâcha : « C’était incroyable ! » Pour accentuer son ébahissement, il leva et écarta les bras. Un large sourire enthousiaste étira sa bouche. « Incroyable ! » répéta-t-il, la voix rendue aiguë par l’excitation. Il désirait pouvoir faire la même chose. Il voulait absolument pouvoir utiliser sa magie comme elle le faisait, avec une aisance si plaisante à l’œil. Lui, il ne parvenait qu’à des crachotements précaires, des esquisses tout juste bonnes à former quelque chose. Il avait envie de répandre dans le monde la même extase que celle qu’elle lui avait fait ressentir. C’était un désir si impérieux qu’il s’apparentait à un besoin. Plus les secondes s’égrenaient, plus il semblait se renforcer. Plus il y songeait, plus cela lui paraissait possible, aussi. Lucette l’avait bien dit : sa magie avait toujours été là. Elle ne demandait qu’à s’éveiller et à exprimer son plein potentiel. Il savait, de surcroît, que les enfants de Boraür finissaient toujours par la maîtriser. Ses frères et sœurs plus âgés en étaient la preuve. Quand ils revenaient sur leur île natale, ils trouvaient même étrange de ne devoir avoir recours qu’à la magie du territoire. C’était une question d’habitude et d’entraînement.

Il sourit et fit un petit saut en direction de la fillette brune. « Je veux que tu m’apprennes ! S’il te plaît ! Il faut que tu m’apprennes, comme ça, moi aussi je rendrai les gens heureux ! » Il sautillait presque sur place. « On va battre les pirates, et ensuite, tu vas m’apprendre, d’accord ? Tu veux bien ? Je vais te prouver que je suis un des meilleurs combattants ! » Sans même attendre son accord, il bondit au pied de leur banc et s’élança vers l’emplacement du navire. « À l’attaaaaaque ! » Le sourire aux lèvres, le blondinet décrivit les plus beaux mouvements de combattant qu’il lui était permis de connaître et d’exécuter. Il était encore maladroit et sa danse guerrière brillait plus par son caractère erratique qu’impressionnant. « En garde, vilain pirate ! » Toc, coup d’estoc ! Vlan, geste tranchant ! « Lucette la Pourfendeuse ! Je suis aux prises avec un ennemi redoutable ! J’ai besoin de ton aide ! » s’exclama-t-il en mimant des parades essoufflées et de brûlants efforts pour repousser un assaillant imaginaire. Le Chevalier Bleu mettait toute la motivation du monde dans ses tentatives, mais il n’était encore qu’un apprenti. Il fallait qu’il écrivît à Laëth pour lui demander si elle était toujours d’accord pour lui apprendre à combattre, et pour savoir quand elle pourrait venir, à Basphel ou à Boraür, pour lui donner ses premières leçons.

Lorsqu’ils parvinrent enfin à venir à bout de l’ennemi, Alcide se laissa tomber sur les fesses, puis sur le dos, les bras écartés et la langue pendante. « Je suis épuisé. Et j’ai soif ! » clama-t-il. « Si j’étais sur Boraür, je lui demanderai au moins cinquante verres d’eau ! Et un bon matelas tout moelleux ! » Il roula sur lui-même, dans l’herbe, comme s’il éprouvait le sommier dont il venait de parler. « Ici, ça marche pas, alors faut que j’apprenne la magie ! Comme ça je transformerai tout ce que je veux en matelas et en verre d’eau. » Un sourire extasié couvrit ses lèvres, tandis que ses yeux bleus se perdaient dans l’azur du ciel. « T’es toujours d’accord, dis, Lulu ? »



Message III – 817 mots

Héhé normalement ça passe, j'ai biaisé un peu <3




[Q] La créature des rêves | Alcide 1628 :


[Q] La créature des rêves | Alcide 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Bellada Ward
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 915
◈ YinYanisé(e) le : 30/07/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : Gilbel ♥
◈ Activité : Cuisiner avec amour !
Bellada Ward
Mer 11 Mai 2022, 20:56


La créature des rêves
Alcide & Phobos


« Ha-Yah ! » Lucette s'était élancée dans la bataille avec autant d'aplomb que son acolyte. Son cœur vibrait en diapason avec celui du Chevalier. C'était lui qui dictait les mouvements d'âmes de l'enfant des rêves, lui qui influençait son caractère, ses envies et son imagination. Il définissait son identité, modelait ses réactions. Le Sylphe ne faisait que répondre aussi harmonieusement que possible aux aspirations de celui qui l'avait invoqué hors de sa carte de tarot - qui l'avait délivré de sa prison. Aussi, lorsque le mage bleu s'était engagé dans un combat féroce, l'aventurière n'avait pu que le suivre. Mimant un combat qui n'existait que dans ses rêveries, la gamine agitait les bras, les jambes, ce corps qui ne lui était pas tout à fait familier et qu'elle devait apprendre à manipuler comme un pantin docile. Ce n'était pas chose aisée. Les sensations oubliées, les douleurs et les caresses perdues : l'être intangible ne possédait plus de repères et devait réinventer une réalité plausible, à partir d'éléments qui lui échappaient encore. La tâche réclamait une dextérité qui lui faisait défaut. Son imitation était aussi passionnée que l'écuyer était investit dans sa mission. Tout comme lui, ce n'était pas suffisant : le génie avait encore beaucoup à apprendre, devait évoluer pour s'améliorer. « Tu ne monteras pas ! Tac ! Et tchac ! Et boum ! » Impitoyable, la Pourfendeuse asséna des coups de son épée à l'adversaire invisible.

« J'arrive, Chevalier Bleu ! » En un battement de cils, la brunette était aux côtés de son camarade. Gesticulant de façon tout aussi erratique que sa source d'inspiration, la fillette continuait de jouer une bagarre sans merci. Les pirates qu'ils affrontaient étaient redoutables et sanguinaires. Ils ne s'arrêteraient pas avant d'avoir dérobé leur butin, ou d'avoir trouvé la mort. Le duo de justiciers ne pouvaient tolérer une telle fin à leu épopée. Chorégraphie maladroite et équilibre vacillant n'entachaient en rien leur imagination débordante et, là où la dure réalité les aurait cloué au sol, la rêverie leur permettait d'avancer sans crainte jusqu'à leur objectif. « Abandonne, scélérat ! Tu ne pourras jamais nous vaincre ! Nous sommes soutenus par l'Ordre et la Justice ! Nous vaincrons, peu importe tes manigances ! » Et, bientôt, les parades et les coups d'estocs eurent raison du malfrat.

Lucette regarda Alcide. Son corps était tiraillé par les contraintes de sa condition physique. La fatigue avait gagné ses muscles et le repos s'imposait au garçon, là où la fillette ne manifestait pas la moindre once d'épuisement. Intriguée par le phénomène l'aventurière s'accroupit à quelques pas du blond. Comme les enfants observent pour apprendre de leurs aînés, Phobos toisait pour emmagasiner les réflexes du corps, pour mieux les reproduire ensuite  Ici, il lui était plus complexes de saisir ses chances que dans le monde onirique. Il ne percevait les demandes que si elles lui étaient destinées : il ne parvenait pas à lire entre les lignes, ne prenait pas l'initiative de matérialiser les désirs. Aussi, l'idée d'invoquer un matelas et un verre d'eau ne lui traversa même pas l'esprit. « Mmh... » fit Lucette, feintant une réflexion. Après qu'un sourire s'épanouit sur ses lèvres, elle se redressa, positionnant ses mains sur ses hanches dans une position conquérante. « Tu t'es battu vaillamment ! Tu es digne d'apprendre les secrets de mon don ! » La gamine pointa un doigt accusateur en direction de la poitrine de son interlocuteur. « Mais ne vas pas croire que ce sera fastoche ! Même les meilleurs n'y parviennent pas toujours. » Son doigt décrivit un moulinet jusqu'à rejoindre son nez. « Heureusement, j'ai du flaire : je suis certaine que tu en es capable, à condition de suffisamment te concentrer ! »

« Ferme tes yeux. » ordonna Lucette une fois que le magicien se fut redressé. De nouveau, l'esprit des rêves vacilla : la seconde suivante, il s'était matérialisé derrière son apprenti. « Concentre-toi. Encore plus fort. » murmura-t-il à l'oreille du garçon. « Pense à ce que tu désires vraiment. » Phobos était désormais penché par dessus l'autre épaule. « Imagine ce que tu veux créer, ce dont tu veux être capable. » Sa voix, qui appartenait toujours à Lucette, avait pris une inflexion légèrement plus envoûtante. « Dis le à voix haute. Pour rendre les choses plus réelles. » Pour que le Sylphe puisse enfin entendre les murmures du cœur.

741 mots


Avatar
Avatar de noël : LINOK_SPB
[Q] La créature des rêves | Alcide 2exr
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35442-bellada-ward-le-c
Priam & Freyja
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 3911
◈ YinYanisé(e) le : 02/02/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : La bière et le saucisson | L'adrénaline et les problèmes
◈ Activité : Berger [III], traducteur [II], diplomate [I] | Soldat [III], violoncelliste [I]
Priam & Freyja
Dim 03 Juil 2022, 21:40




La créature des rêves

Alcide | En duo | Phobos



Lorsque Lucette accepta, Alcide se redressa d’un coup, comme si toute fatigue l’avait quitté. « Génial ! » s’écria-t-il. Il venait de trouver une professeure particulière – dans tous les sens du terme. « Oui oui, je sais ! » Il ne savait rien du tout, sinon qu’il y arriverait. Il le fallait. Il était un Magicien, il vivait sur une île magique, son papa avait de super pouvoirs trop géniaux, et sa maman sans doute aussi, et ses frères et sœurs, tous, tout le monde ! Il n’avait aucune raison d’être différent. Même sa nouvelle amie confirma ses espoirs. Un large sourire s’épanouit sur le visage du petit blond, qui hocha d’autant plus vigoureusement la tête. « Je vais me concentrer, promis ! Je serai tellement suuuuuuper concentré que rien ne me distraira ! Pas même un jeu de pirates ! Pas même un livre sur le Chevalier Bleu ! Rieeeeeeeeeeeeeen du touuu- oui d’accord, oui oui, pardon ! » Il se trémoussa sur place, trépignant d’impatience, puis croisa les jambes en tailleur, posa ses mains sur ses genoux, et ferma les yeux. Au bout de quelques secondes, il demanda : « C’est bien comme ça ? » Il fit la moue. « Mais je suis concentré ! » Il était tellement concentré qu’il voyait des paillettes de toutes les couleurs danser sur l’écran noir de ses paupières. « Ce que je désire vraiment… » chuchota-t-il. Ce qu’il voulait créer, ce dont il voulait être capable… Que désirait-il vraiment ?

Il plongea en lui-même. Il y avait plein de choses qu’il pouvait vouloir. Plus jeune, il aurait directement demandé une tasse de chocolat chaud. Il adorait le chocolat chaud, surtout celui que Nounou Bonbon préparait. Il l’aimait encore plus quand il pouvait le prendre assis sur les genoux de son père, tandis que celui-ci lui lisait une histoire. Son phrasé était le seul qui savait le bercer et le tenir en éveil à la fois. Il avait le meilleur phrasé du monde ! Surtout, il savait mettre le ton comme personne. Et puis quand il parlait, il demandait à Boraür de faire apparaître des personnages du conte. Pour lui, l’île servait toujours ses plus belles interprétations. Il aurait souhaité que son père vînt lui rendre visite à Basphel, mais il était à peu près certain que l’invoquer ne rentrait pas dans ses capacités. Et il ne voulait pas se préparer un chocolat chaud non plus. Il pouvait le faire sans magie. Pareil pour les paquets de bonbons ou les gâteaux : il pouvait en trouver n’importe où. Non, il fallait quelque chose de spécial, et pas quelqu’un, parce que quelqu’un, c’était vraiment trop compliqué. Un livre ? Il en avait beaucoup dans sa chambre, et la bibliothèque de l’école en était pleine. Existait-il seulement un seul livre sur les Terres de Sympan que l’on ne pût pas trouver là-bas ? Il en doutait. Le petit garçon inspira profondément. De quoi avait-il besoin ? Un matelas et un verre d’eau, oui, mais les paroles de Lulu semblaient l’inviter à voir plus grand. Puis que ferait-il d’un matelas au milieu de la cour ? Il faudrait le monter jusqu’à son dortoir, ce qui serait sans aucun doute particulièrement éreintant, et une fois là-bas, il n’aurait pas grande utilité. Tous ses colocataires disposaient d’une literie qui leur était propre, et lui aussi. Quant au verre d’eau… Il avait juste à se rendre aux toilettes ou à la fontaine la plus proche pour boire. Il fallait être rationnel et écarter tout ce qui ne sortait pas de l’ordinaire, pour penser à quelque chose d’extraordinaire !

« Han ! Je sais ! » s’exclama-t-il soudain. Il faillit ouvrir les yeux, mais se retint juste à temps. « Je veux… Je veux créer une épée. » Son sourire s’étendit jusqu’à ses oreilles. Si cela avait été possible, il aurait sans doute fait le tour de sa tête. « Une longue épée en argent. Avec une pierre bleue incrustée dans la garde. Et la pierre… La pierre est ronde. C’est doux, un rond, c’est doux comme la paix. » Il sourit. « Et bleu, bleu parce que le Chevalier Bleu, et parce que c’est ma couleur préférée. » Souvent, il portait des habits céruléens. Ce jour-là, un pull azur couvrait ses épaules et tombait sur son pantalon gris. Sous ses bottes noires, deux chaussettes bleues dépareillées réchauffaient ses pieds. « C’est bon ? Elle est là ? J’ai réussi ? Je peux ouvrir les yeux ? » s’enquit-il, frémissant d’excitation.



Message IV – 753 mots




[Q] La créature des rêves | Alcide 1628 :


[Q] La créature des rêves | Alcide 2289842337 :
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34615-priam-belegad-aux
Bellada Ward
~ Magicien ~ Niveau I ~

~ Magicien ~ Niveau I ~
◈ Parchemins usagés : 915
◈ YinYanisé(e) le : 30/07/2018
◈ Âme(s) Soeur(s) : Gilbel ♥
◈ Activité : Cuisiner avec amour !
Bellada Ward
Ven 08 Juil 2022, 09:03


La créature des rêves
Alcide & Phobos


Inspiration ; Image 1 - Minor Arcana / Ace of Swords - Casimir Art

Lucette esquissa un sourire tout en fermant à son tour les yeux. Elle était la réflexion visible des courants internes au cœur du petit Mage. En d'autres mots, elle représentait tout ce qu'il désirait. S'il avait souhaité des réponses, sans doute se serait-elle présentée sous la forme d'une adulte sage, capable de lui expliquer le fonctionnement de l'univers. S'il avait eu besoin d'extérioriser sa colère, elle aurait arboré le physique d'un jeune voyou souhaitant lui jouer de vilains tours, pour le pousser dans ses derniers retranchements jusqu'à ce que sa rage explose. Mais l'enfant n'avait eu besoin ni du savoir ni de l'exutoire. Ce qui avait éveillé le Sylphe avait été cet appel de l'Aventure, ce goût pour les péripéties chevaleresques et cette affection naturelle et spontanée pour autrui, qui avait forgé une camarade plutôt qu'une rivale. Bien qu'il ne s'en rendait pas compte, les très légères variations d'humeur du garçon impactaient inconsciemment le faiseur de miracles. Il était dépendant de ses états d'âme, de ses pensées et de ses désirs : même lorsqu'il ne parvenait pas à mettre de mot sur ce que ressentait l'enfant, son instinct lui dictait la marche à suivre - ou, tout du moins, essayait de combler les vides pour lui faire adapter sa conduite. Cette introspection profonde facilitait cependant la contemplation subconsciente du jeune Maître - à croire qu'en se concentrant sur ses murmures internes, l'enfant dévoilait au grand jour ses aspirations et rêves inavoués. Phobos se plongea sans restriction dans cet exercice intrusif.

L'être immatériel perçut deux choses distinctes. La première était simple et résonnait avec l'ordre proféré par Lucette un peu plus tôt. Chocolat chaud. Un père. Un conte. Un lit. De l'eau. Les idées fusaient telles une nuée d'étoiles filantes, sans se poser, de simples pensées fugaces qui ne s'accrochaient pas à la toile. Il fallut quelques secondes pour qu'une ébauche s'ancre plus ardemment à la trame du garçon. Le Sylphe la vit se matérialiser en pensée plus distincte, plus concrète. Les détours se dessinèrent plus précisément, prenant progressivement forme pour donner naissance à un objet tangible. Une lame fine mais redoutable. Redoutable et pourtant, elle ne serait pas usée pour trancher et écraser. A l'image du saphir qui s'était incrusté dans le manche, cette arme serait là pour assurer la paix. Maniée d'une poigne ferme mais juste, pourfendeuse des préjudices et libératrice des servitudes. Elle transcenderait les ténèbres pour faire régner la lumière. Elle donnerait naissance à des légendes épiques. Peut-être guiderait-elle son propriétaire jusqu'aux sommets, l'érigeant en roi absolu de la Justice. Phobos sentit un courant électrisant le traverser, sa magie crépitant en lui tel un brasier : devant les deux silhouette, une lueur bleutée était apparue, laissant deviner la formation de l'épée. Comme si la Kan’Ghar désirait imprégner sa création, la lame argentée était marquée par d'étranges formes bleutée.

Par delà cette couche superficielle, le Sylphe s'était également heurté à une étrange irrégularité. Un détail avait accroché sa conscience et, bien qu'il aurait pu en faire abstraction, il se sentit happé par elle, à tel point qu'elle occupa bientôt une place prédominante de sa contemplation. C'était comme un fil, qui s'enroulait autour du mage bleu. Suivant son instinct, l'Esprit des Rêves s'en empara : aussitôt, il sentit plus puissamment la connexion qui le liait au Rêveur. C'était comme d'entrer en résonance parfaite. Comme si son être se calquait aux sons produit par l'âme de l'enfant. Leur mélodie commune sonnait désormais en diapason. Le lien s'étendit et, bientôt, vint s'enrouler autour de l'être immatériel. De nouveau, Phobos sentit sa magie s'affoler, bouleverser son énergie. Un picotement désagréable le parcourut. Lorsqu'il rouvrit les yeux, il découvrit que l'épée n'avait pas été sa seule création. Une étrange créature éthérée faisait délicatement battre ses ailes, virevoltant au dessus du cadeau d'Alcide. L'Enfant de Pandore resta interdit quelques secondes. Il ne savait pas à quoi il avait donné naissance et cela le perturbait. Pourtant, il se sentait étrangement appelé vers ce feu-follet.

« Tu peux rouvrir les yeux. » déclara Lucette devant l'insistance et l'impatience du mage bleu. La Créature des Rêves s'envola alors, venant tourner autour de ses deux parents. Lorsqu'il se posa sur l'être de magie, il s'évapora, en même temps que la silhouette de Lucette. Phobos rouvrit les yeux. Il était de retour dans sa carte de Tarot. Épuisé, comme si le basphélien avait aspiré toute son énergie, il s'effondra dans son domaine secret.
791 mots


Avatar
Avatar de noël : LINOK_SPB
[Q] La créature des rêves | Alcide 2exr
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t35442-bellada-ward-le-c
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] La créature des rêves | Alcide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Speed-dating] - Par Sympan, Alcide est une fille ! (Alcide)
» « Alors, t'es un homme, une femme ou une créature ? » [PV Asriel & Elisha]
» [Vampirel] Goûter avant de juger | Alcide
» L'élixir de longue-vie [Alcide & Otoris]
» | Alcide Taiji & Hélène Paiberym |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Est :: Basphel-