Le deal à ne pas rater :
Soldes d’été 2024 : trouvez les meilleures promos !
Voir le deal

Partagez
 

 | Les Mord'th - I - Fiche |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Sam 23 Fév 2019, 14:03



Les Mord'th

En des temps immémoriaux qui échappent aujourd’hui à la mémoire, les Mord’th étaient craintes et respectées. Considérées comme les Voix de la Sagesse et des Incarnations de la Justice, elles occupaient des postes primordiaux au sein des tribunaux et faisaient respecter l’ordre en toute impartialité. Juges et bourreaux, elles étaient autant réputées pour leur intégrité que pour leur comportement froid et distant. Peuple uniquement composé de femmes à l’apparence inoffensive et éthérée, leurs paroles avaient à l’époque force de loi car une Mord’th ne ment pas et n’a qu’un seul objectif : que la justice et la sécurité règnent dans la clarté de la vérité, quitte à sacrifier des vies. Les plus prestigieuses Cités comme les plus petits bourgs de campagne faisaient appel aux talents des Mord’th pour régler les conflits et les litiges, démêler le faux du vrai. Il était impensable de contester l’une de leur décision ou de d’aller à l’encontre de leur volonté. Véritables maîtresses de contrées entières, elles géraient leur territoire d’une main de fer, sous la figure de l’autorité suprême résidant dans la personne de la Mère. Seulement, leur organisation et leur espèce furent renversées par les rebellions des peuples qu’elles gouvernaient, car au fil des ans, certaines avaient versé dans une attitude extrême et bafouaient les préceptes de la race. Elles furent presque totalement exterminées et se firent discrète, jusqu’à la venue de Delta à l’ère de la Renaissance du Dieu Roi où elles furent le premier soutien de Sympan. Les Mord’th sont des femmes insensibles, voire cruelles, car elles sont vidées de sentiments, sous un masque de grâce et de charmes.

:copyright: Vanille




Informations

● Création de la race : Leur genèse est un mystère, que l'on situe par commodité à l'ère de la Grande Fronde.

● Grands événements historiques :
- Aux premières heures de la Scission de la Couronne, elles furent en parties massacrées par les peuples qui ne reconnaissaient plus leur autorité tant elles avaient sombré dans la complaisance de leur rôle.
- Peuple discret et légendaire qui demeurait dans l’ombre, les Mord’th revinrent sur le devant de la scène avec la Renaissance du Dieu Roi, en tant que premier soutien à Delta.  

● Espérance de vie : Les Mord'th ont une espérance de vie incroyablement longues et peuvent être plusieurs fois centenaires. Une Mord'th est considérée comme une jeune femme à peine éduquée jusqu'à son premier centenaire.

● Nombre approximatif : Elles sont environ huit cents mille ; un chiffre en constante augmentation depuis quelques années.

● Les pouvoirs de base :
- Le souffle de vie
- Nolite Mentiri
- La Brume

● Les spécialités à favoriser : La magie, le charisme et l'intelligence.

● Lieu de la race Le Temple de Patolvielle

● Déesse Protectrice :  Shalubissa, Incarnation de la Justice. Il s'agit du nom qu'elles donnent, dans leur propre langue, à l'Aether Drejtësi.

● Souveraine actuelle : Lady Isuzu Takada [PNJ]

● Les Dames de la Brume :
- Catarsia Thobie [PNJ]
- Leolelle Casissa [PNJ]
- Mauna Narenyse [PNJ]

● Anciennes Souveraines :
- Les Originelles
- Jisith Orsina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 23 Fév 2019, 14:03



Hiérarchie

Existe-t-il une femme plus dévouée à son idéologie qu’une Mord’th ? Habituée à une existence dénuée de faux-semblant et de manipulation, à une vie où les bons et les justes sont récompensés de leurs vertus, elle ne peut que considérer qu’elle obtiendra ce qui lui revient de droit, en temps et en heure. L’ambition n’est donc pas un élément du caractère des Mord’th, conscientes qu’elles gagneront en puissance et en influence avec les ans. Pour autant, le peuple des Mord’th repose sur une organisation stricte et sévère ainsi que sur une hiérarchie exigeante. Le respect des traditions occupe une place essentielle au sein de la race et la Mère est la figure la plus importante, une autorité suprême et honorée par les siennes. Souveraine presque vénérée, elle a l’avantage de régner sur un peuple relativement peu étendu et connaît le nom de chaque Mord’th, qui l’ont élu.

~~~~~~~~~~

Les Brumeuses (niveau I) sont les jeunes femmes qui viennent tout juste d’achever la longue et éprouvante formation réservée aux élues. Bien qu’elles puissent être cinquantenaire voire centenaire, elles sont considérées comme des enfants et passent la plupart de leur temps au Temple de Patolvielle, une île au large de Tælora, où elles reçoivent des enseignements plus affinés et moins cruels. L’apprentissage a fait des Brumeuses des personnes froides, distantes et apathique. A présent, elles doivent apprendre les lois et les textes juridiques de chaque nation, de chaque ville, ainsi que les textes sacrés de la Grande Shalubissa. Les Brumeuses ont rarement l’occasion d’être seules, car elles sont sous la surveillance constante des Mord’th, qui veillent à ce que l’éducation ait été réussi parfaitement. Autrefois, il était impossible de naître au sein de ce peuple. Ce n'est plus le cas à présent, grâce à la Bénédiction du Dieu-Roi. Une Mord'th engendre une Mord'th. Si l'enfant est un mâle - forcément d'une autre race - il est simplement abandonné. Les Brumeuses savent qu’il n’existe pas vraiment de règle chez les Mord’th régissant une durée, autant pour la formation initiale que pour les cours donnés au Temple. Elles doivent faire preuve de patience et recevront, en temps et en heure, ce qu’elles méritent, lorsqu’elles seront prêtes.

Les Novices (niveau II) sont celles qui sont parvenues à éveiller l’intérêt et la curiosité d’une Mord’th, au point que celle-ci décide de prendre la Brumeuse sous son aile pour la guider dans les premiers instants de son périple. Grâce à cette décision, la Mord’th fait de la Brumeuse une Novice. La Novice est encore dépendante de la volonté des autres et doit continuer à apprendre. Si elle maîtrise mieux les impératifs de sa race, elle reste fragile sur bien des points. La proximité d’une Mord’th plus expérimentée l’aide à parfaire son éducation et à comprendre les mœurs des siennes. Ainsi, c’est un honneur de l’accompagner dans ses déplacements et de la voir rendre la Justice de Shalubissa. Une Novice est au service de sa Mord’th, jusqu’à ce que celle-ci décide que la jeune femme est prête à évoluer seule. Elle ne peut se détacher de son Maître par sa propre volonté : seule la Mord’th peut décider de libérer la Novice de son engagement auprès d’elle. Cette fois-ci encore, c’est une preuve du système méritocratique qui est en place chez ce peuple.

Une Mord’th n’en devient véritablement une (niveau III) qu’à partir du moment où elle a fait ses preuves, où elle a démontré aux siennes qu’elle mérite d’être appelée ainsi. Devenue indépendante et capable de prendre des décisions au nom de sa race, une Mord’th se destine alors à voyager à travers les Terres du Yin et du Yang pour répandre les vertus de Shalubissa. Elle peut être appelée sur son chemin, afin de faire régner la justice dans un petit village ou un bourg. Elle obtient aussi la possibilité de se rendre au Temple de Patolvielle selon ses désirs, afin de contempler les Brumeuses et, si elle le souhaite, de prendre une Novice. A chaque nouvelle Lune, la Mord’th reçoit une petite somme d’argent qui lui permet de mener une vie simple et dénuée de fioriture. Cette somme est vouée à s’accroitre selon ses actions et son renom. Il n’est pas rare, aussi, qu’une Mord’th cherche à obtenir un métier en rapport avec la religion, la justice et le droit. Elle est souvent encouragée dans cette démarche par sa hiérarchie, qui peut l’épauler dans ses desseins à rejoindre une Académie. Toutefois, une Mord’th ne peut encore s’établir dans une région.

Ce n’est que lorsque la Mord’th devient une Inquisitrice (niveau IV) qu’elle prend réellement une importance aux yeux de la hiérarchie et qu’elle obtient de grands privilèges. Les Inquisitrices sont des figures importantes pour le peuple. Peu nombreuses, elles se partagent les Terres du Yin et du Yang et s’établissent en région et en Cité, suivant la taille et la difficulté du lieu. Les Inquisitrices sont aussi des référentes pour les Mord’th moins puissantes qui traversent les terres où elles sont en fonction. Considérées comme des figures de sagesse et des incarnations de la justice, elles sont écoutées et respectées, pour être souvent spécialisées dans le droit d’une nation ou d’une contrée. Les Inquisitrices, en plus de servir leur propre hiérarchie, cherchent à être reconnues par le Souverain de la terre où elles exercent, à se rendre utile dans son domaine. Souvent, les Reines et les Rois acceptent la présence d’une Inquisitrice car celles-ci peuvent se révéler très utiles. Dévouées à leur cause et fidèles à leurs idéaux, elles peuvent être des alliés des poids, même si elles ne sont pas connues pour prendre parti dans les conflits qui opposent les mortels. Les Inquisitrices les plus talentueuses peuvent œuvrer pour l’Ordre d’Hébé.

Il n’existe que trois Dames de la Brume (niveau V). Elles ont à leur charge des tâches aussi vastes que complexes, qu’elles réalisent avec le soutien, l’aide et les bons conseils de la Mère avec qui elles travaillent sans relâche. La Première Dame de la Brume est en charge du recrutement des fillettes qui sont les élues, choisies pour devenir des Mord’th, ainsi que de leur formation. Elle incite aussi les autres Mord’th à la conception car si ces femmes sont peu capables d’amour, elles comprennent les besoins de la race et préfèrent que la future génération soit de leur sang que tirée d’autres familles. La Deuxième Dame de la Brume s’occupe de l’apprentissage et de la surveillance des Brumeuses. Elle est la principale gestionnaire du Temple de Patolvielle et à ce titre, fournit à la Mère les noms des Brumeuses et des Novices qui ne sont pas conformes aux exigences de la race, afin que la Souveraine prenne une décision. Elle est aussi un interlocuteur privilégié de l’Ordre d’Hébé, pour être la Dame en relation avec le Duc ou la Duchesse d’Arcadia. La Troisième Dame de la Brume est la supérieure en charge des Inquisitrices. Reconnue pour ses innombrables connaissances sur les différents droits des Terres du Yin et du Yang, elle peut être appelée pour les cas d’une rare difficulté qui exige un doigté et une délicatesse particulière, surtout lorsqu’il y a conflit entre plusieurs droits.

La Mère (niveau VI) est la femme la plus importante de la hiérarchie des Mord’th, celle qui connaît tous du droit, de ses différends et de sa complexité, et qui rend la justice avec une droiture inégalable. Elue par l’entièreté de son peuple, elle conservera sa position jusqu’à sa mort, qui signera l’ouverture d’une nouvelle élection. Elle est la seule à pouvoir être appelée en cas de conflit entre deux Rois. Décrite comme une femme des plus vertueuse qui ne ment jamais. Aussi appelée la Souveraine Grise, elle est surtout nommée « La Mère » par les membres de son peuple, pour qui elle est réellement une figure maternelle. Il n’est pas rare que la Mère soit aussi la Mord’th la plus âgée. Capable de déceler le mensonge et d’extirper les vérités, son don de Souffle du Dragon évolue et elle est capable d’apprendre tous les domaines. Peu loquace et très croyante, elle passe une majeure partie de son temps à gérer les affaires de sa race et à prier, au Temple de Patolvielle. D’une puissance aberrante, elle ne cherche cependant pas à asseoir une quelconque domination sur les autres, considérant qu’elle est au service d’un projet plus grand. Elle forme avec le Duc ou la Duchesse d’Arcadia un binôme efficace dans la recherche de la Justice.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 23 Fév 2019, 14:16



Clefs de compréhension

Apparence : Créatures à l’apparence délicate et éthérée, les Mord’th sont parfaitement reconnaissables grâce à un physique particulier. Elles sont originaires de peuples aussi divers que variés, mais le Rituel du Temple entraîne des changements semblables à chacune. Elles possèdent toutes une chevelure blonde voire blanche, pouvant être légèrement grisâtre ou bleutée si elles avaient les cheveux très bruns auparavant. Elles sont aussi pourvues d’un teint pâle ou blême, avec des yeux clairs. Il est tout à fait possible qu’une Mord’th ait le teint sombre ou des iris noires. Mais elles dégageront toujours une impression de pâleur. Les Mord’th - lorsqu’elles deviennent indépendantes – suivent la tradition et arrêtent de se couper les cheveux. Les jeunes apprécient les tenues riches et extravagantes, là où les plus sages préfèrent la simplicité et l’élégance.

Le cas des hommes : Le Peuple des Mord’th est exclusivement composé de femmes, d’adolescentes et de petites filles. Les hommes ne peuvent pas devenir des Mord’th, simplement parce que le Rituel ne sera jamais accompli sur eux. Ce n’est pas simplement une tradition, mais une loi de la race. A en croire l’histoire des Mord’th, il y aurait eu des hommes dans ce peuple il y a des siècles de ça mais ils ont causé de nombreuses catastrophes, au point d’être écartés de la nation. Ils ne sont plus qu’un moyen d’engendrer de nouvelles Mord’th.

Un soutien pour les peuples et les empires : Les Souverains des Terres du Yin et du Yang accueillent les Mord’th au sein de leur Royaume, sans craindre une quelconque intrusion de leur part. Au contraire, les Mord’th sont considérées comme des alliées utiles : elles respectent les lois, peu importe qu’elles soient cruelles ou injustes. Elles ne cherchent pas à modifier une législation, mais simplement à faire respecter les textes qui s’appliquent au cas qu’elles ont sous les yeux. Les Mord’th occupent souvent des postes très prestigieux dans les institutions officielles : elles servent la justice avec efficacité, et il est devenu courant qu’elles soient à la tête d’édifices car il importe peu qu’elles ne fassent pas parti du peuple dans lequel elles agissent. Certains Monarques demandent même à recevoir quelques Mord’th. Il est très mal vu pour un royaume de refuser la présence d’une Mord’th sur son territoire, au point que les plus réticents soient contraints de les accepter, même s’ils chercheront à les cantonner à des rôles qui ne les gêneront pas.


Le souffle de vie : Ce pouvoir permet de redonner la vie à un individu mort récemment. Le Souffle guérit les blessures, répare les corps brisés et purifie de tous les vices, pour offrir une seconde chance. Cependant, il ne peut pas être utilisé sur une personne encore vivante pour simplement soigner : il s’agit vraiment de combattre la mort. Le Souffle permet aussi de redonner la vie de façon temporaire à quelqu’un mort récemment, dans l’hypothèse où une Mord’th cherche simplement à soutirer des informations quelconque sans désir d’offrir une seconde chance au trépassé.

Nolite Mentiri : Ne vous donnez pas la peine de mentir à une Mord’th : elles sont capables de déceler les mensonges et de faire éclater la vérité. Il est très difficile de mentir à une femme de ce peuple. Elles savent lorsqu’on tente de les abuser. Elles sentent les mensonges, les omissions, les manipulations. Elles peuvent aussi influencer les esprits d’un simple regard, qui incite à confier toute la vérité.

La Brume : Les Mord’th sont capables de changer de forme, jusqu’à devenir complètement invisibles et immatérielles. Elles peuvent aussi emprunter une apparence intermédiaire et éthérée, où elles semblent faites de brume grisâtre. Elles peuvent se faufiler dans des endroits très difficiles d’accès, espionner et éviter de subir des dégâts grâce à ce pouvoir.

La Bénédiction de Sympan : Autrefois, une Mord’th était forcément une femme issue d’un autre peuple. Elle était arrachée à sa famille pour subir le long apprentissage du Temple, au terme duquel elle devenait membre à part entière de la race. Ce n’est plus tout à fait le cas, à présent. Cette méthode existe toujours. Lorsque les effectifs sont trop bas, les Mord’th adoptent souvent des orphelines dans les établissements des Terres du Yin et du Yang ou achètent de jeunes esclaves, afin de remplir les rangs. Mais aujourd’hui, une Mord’th donnera naissance à une Mord’th, si son enfant est une fille.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

| Les Mord'th - I - Fiche |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I - Fiche
» I - Fiche
» | Les Nains - I - Fiche |
» I - Fiche
» | Les Ridere - I - Fiche |
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Races :: Races minoritaires-