-17%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
59.99 € 71.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Q] La voie pour un nouveau chemin | Nefraïm&Sora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mer 20 Fév 2019, 20:32

Catégorie de quête : XII. Organisation
Partenaire : Sora
Intrigue/Objectif : Après avoir découvert le secret du Conte du Sapin et réfléchit aux conseils que lui a donné Sora par le passé, Nefraïm décide de s'entretenir avec lui sur plusieurs points. Aussi, entre la recherche de Shiva et l'implication du duo dans l'évolution de la condition des Anges, un entretien loin des Jardins aura lieu entre l'Ange et son Reflet afin de voir et revoir la façon dont aborder ces différents sujets.



Les idées se bousculent se rassemblent et se fuient les trajectoires se délient

Dans une grammaire aléatoire le maillage se détend les pensées se rattrapent se libèrent d’une mouvance illusoire

Détruire et se régénérer ailleurs ou ici même selon un algorithme d’une latence bien éclairée

Attendre l’évidence, l’instinct ou l’intuition

La voie pour un nouveau chemin


Un sourire sur les lèvres, tu étais agenouillé face à Avetis, à jouer avec lui une grue en papier dans les mains. Tu finis finalement par poser la grue sur la table basse pour prendre l'enfant dans tes bras. « Je reviens vite. », lui fis-tu dans un murmure en déposant un baiser sur le front du garçon. « Vraiment ? ». Tu te tournais en direction de Miela qui te regardait d'un œil désapprobateur. « J'essayerais du moins. », lui répondis-tu en caressant la tête blonde de l'enfant. « Vous ne pouvez pas laisser l'autre se charger de cette affaire pour vous ? ». Un sourire amusé se posa sur tes lèvres à ces mots. « Le problème est que je n'aurais plus aucune raison de partir s'il venait ici puisque c'est justement lui que je vais voir. » - « Mais... Pourquoi ne pas l'attendre ici alors ? Est-ce une raison que vous cherchez ? » - « Non. La seule raison c'est que les choses dont je souhaite discuter avec lui sont... Personnelles. Et je préfère tenir cette conversation en terrain ''neutre''. Loin de ce paysage. », finis-tu par conclure en tournant ton regard par la fenêtre. « Dans ce cas, me permettez-vous de garder Avetis chez moi, en Haute-Terre ? ». Tu plantas ton regard dans le sien à ces paroles. « Pourquoi une telle requête ? » - « Vous ne savez pas vous-même combien de temps va durer votre voyage. » - « C'est pour cela qu'une chambre vous est attitrée. Il était évident qu'un jour où l'autre aucun de nous deux ne puissions être là pour Avetis. ». Tu poussais un soupir reportant ton attention sur l'enfant qui tendait sa main vers la table. Tu saisis l'objet de ses désirs et lui donnait la grue de papier avant de reprendre. « Mais soit... Je viendrais le récupérer quand je serais de retour. » - «  Alors.... Vous acceptez ?! », fit-elle étonnée. Elle ne s'y attendait pas. Elle ne s'attendait pas à ce que tu laisses ton fils au cœur des terres Humaines après la dernière conversation que vous aviez eu.

Tu accompagnais Miela jusque chez elle, Avetis dans les bras. Tu profitais de la route pour la questionner sur l'un des sujets qui serait évoqué avec le Reflet et qui tourmentait ton esprit depuis que tu l'avais découvert. « Dites-moi, vous avez déjà lu ce conte à Avetis ? », demandais-tu en même temps que tu sortais l’œuvre de ta besace. Elle attrapa le livre que tu lui tendais pour feuilleter quelques pages avec le sourire. « Oui, c'est une histoire plutôt mignonne je trouve, même s'il y a mieux. Mais je trouve les dessins magnifiques, pas vous ? », ajouta-t-elle en te rendant le conte. Tu te saisis du livre et le fixa du regard un instant avant de lui répondre dans un souffle, te remémorant la Magicienne qui t'étais apparu alors que tu n'avais ouvert qu'une page. « Oui... Je n'en ai jamais vu de tels. ». La nourrisse t'observa d'un œil intrigué. Ces mots devaient probablement être bien fort selon elle. Mais elle n'avait pas eu le droit au même conte que toi. Peut-être était-ce mieux ainsi.

Sur le pas de la porte, tu lui confiait le petit avec un dernier baiser, avant de te diriger vers les limites du territoire Magicien. Tu songeais alors qu'elle n'avait pas tord. Peut-être mettrais-tu bien plus de temps que prévu. Après tout, vous aviez rendez-vous au milieu de nul part sur les plaines des Terres d’Émeraudes. Entre le moment où tu serais sur place et celui où Sora te rejoindrait, qui sait combien de temps s’écoulerait ? Après t'être posé cette question sans réponses immédiates possible, tu déployais tes ailes et fit demi-tour, survolant alors les tranquilles Terres Magiciennes pour rejoindre ce qui serait votre point de rendez-vous. Un lieu tout ce qu'il y a de plus normal, loin des routes et des villages. C'était l'un d'entre eux qui t'avais donné l'emplacement. Tu ignorais si le Reflet l'avait eu également. Tu l'espérais. Dans le cas contraire, tu pourrais alors affirmer que Miela avait bel et bien raison.

Après avoir volé quelques temps, tu t’arrêtais un instant et, suspendu dans les airs, tu te retournais vers les Terres du Lac Bleu. Un Lac qui ne prenait plus que les proportions d’un point bleu pâle d’où tu te trouvais. Il y avait quelque chose de beau à prendre de la hauteur. On y voyait le monde sous un œil bien différent. C’était comme si une nouvelle carte se dessinait chaque fois que tu empruntais la voie des airs. Mais ce point bleu pâle, plus qu’une nouvelle vision de l'immense Lac, était surtout un point de repère. C’était ainsi qu’il le lui avait énoncé. « Vous serez proche lorsque leur territoire ne sera qu’un point bleu dans l'horizon. ». Tu grimaçais en y repensant. '’Proche’’ reste assez vague comme indication. Finalement rien de ce qu’il ne t’avais donné n’était réellement précis. Tu espérais qu’ils n’étaient pas tous comme ça.



Tu regardais par la fenêtre de l’auberge dans laquelle tu t’étais installé pour la nuit. La tête levée, le regard plongé dans la lumière blanche de Phoebe, tu songeais à la missive que tu avais reçu il y a quelques jours de cela. Nefraïm était désireux de parler. D’une certaine façon, tu en étais ravi. Peut-être s'était-il enfin décidé à arrêter de se cacher à toi. Mais une part de toi appréhendait cet entretien. Il n'avait en rien évoqué ce dont vous alliez parler. Seulement quand cette rencontre aurait lieu. Un rictus se posa sur tes lèvres. La dernière fois qu’il avait fait cela il avait, pour ainsi dire, perdu une amie. Peut-être devrais-tu aborder ce point avec lui avant qu’il n’en fasse une habitude. Tu finis par te détourner de la pâleur de la Lune et des étoiles, t’habillant pour aller dormir. La rencontre devait avoir lieu le lendemain de la nouvelle lune. Demain. Pourtant tu n’avais eu aucune information sur l’endroit où tu devais te rendre. C’était l’un d’eux qui était censé te la donner selon l’Ange. Mais tu n’avais eu aucune nouvelle d’aucun d’entre eux. Un soupir t’échappait. La belle affaire. Et bien tu feras sans et te débrouillerais comme tu le pourrais.

Le lendemain, l’aube pointait à peine que tu te préparais déjà à prendre la route. Cependant quelque chose attira ton attention alors que tu te saisissais d’un carnet de note. Une page dépassait légèrement de ce dernier. Tu ouvrais alors le carnet et y découvrais un feuillet arraché. Un message y était inscrit. Le lieu de ton rendez-vous avec Nefraïm. Malgré la bonne nouvelle d’avoir enfin connaissance de l’endroit où tu devais te rendre, tu grimaçais en imaginant l’homme te donner l’information. Tu détestais quand il faisait ça, et il le savait parfaitement. C’est d’ailleurs pour cela qu’il le faisait régulièrement. Dans un soupir, tu repliais le morceau de papier que tu remettais dans le carnet, ce dernier finissant au fond de ton sac, avant de quitter l’auberge. T’éloignant du chemin, tu fronçais des sourcils en te remémorant le message. Bien que rassuré d’avoir enfin eu des nouvelles, les indications avaient été bien floues. Aussi tu espérais bien les avoir compris ou tu serais bon pour un détour qui te coûterais en temps.

Et en effet. Si au début tu crus prendre la bonne direction, tu pris rapidement conscience que c’était loin d’être le cas alors que les sommets de l’Edelweiss Enneigé se dessinait à l’horizon. En un sens, tu t'y attendais presque. Tu reposais pied à terre, le temps de relire le message qui t’avais été laissé. Tes lèvres s’étirèrent alors en un rictus. Entre les côtes et les montagnes, tu étais en effet loin du compte. Tu songeais un instant à faire un détour par les Jardins de Jhen, au cas où ton modèle n’ait pas encore quitté les lieux. Après tout tu n’en étais pas si loin. Cependant s’il avait tant tenu à avoir cette conversation en dehors de ces terres, c’est que ce devait être important pour lui. Suffisamment pour qu’il ne veuille être dérangé par rien ni personne. Tu oublias alors cette idée au profit de retrouver le lieu qui t’avais été indiqué, dusses-tu y passer une semaine entière s’il le fallait.  

Bienheureusement, tu ne mis pas une semaine pour arriver au lieu du rendez-vous. Cependant, ce fut une gymnastique de repartir sur la bonne route à partir de l’endroit où tu te trouvais avec les maigres indices qui t’avaient été donnés et t’avaient conduit dans la mauvaise direction. Pourtant, alors que Phoebe brillait d’un nouvel éclat, tu atterris face à une tente montée dans le creux d’un vallon. Un instant tu te demandais si le lieu était approprié. N’était-ce pas dangereux ? Avant de pénétrer à l’intérieur de la tente, tu signifiais ta présence à Nefraïm au cas où ce dernier ne l’ait pas remarqué. Tu marquais alors un temps en pénétrant à l’intérieur de la tente. « Cela me faciliterait bien les voyages si j’avais ce genre de choses. » - « Et tes rencontres avec des bandits également. », rétorqua Nefraïm en posant le livre qu’il tenait entre les mains. Ce à quoi tu ne répondis que par un haussement d’épaule en t'asseyant face à ton modèle. « Tu te mets aux langues étrangères ? », fis-tu en voyant ce que l'Ange lisait. « Je ne peux pas empêcher Miela, de parler à Avetis en alikir. Entre enfants de Sympan, c’est un réflexe. Seulement je suis ennuyé de ne pas savoir ce qu’elle raconte à mon fils. ». Un sourire se posait sur tes lèvres. Tu t’étais déjà demandé quand il s'y mettrait. La dernière fois que tu l'avais vu tu avais remarqué que ce détail le dérangeait. « Alors ? Pourquoi tant de mystère ? ». Après quelques secondes passées à fixer l'Immaculé, tu te saisis de la tasse qui se trouvait à tes côtés avant de lâcher, « Mmh. Alors on remet tout à plat c’est ça ? ».



Tu attendais patiemment le Reflet à la lueur de la lampe, t’imprégnant de chacun des mots que tu lisais. Apprendre la langue des Humains avait cela de difficile qu’elle différait totalement du Naciaze. Du coin de l’œil, tu captais un mouvement en provenance de l’entrée de la tente. Sans lever le nez du livre, tu fixais néanmoins l’endroit pour y voir enfin apparaître Sora. Il était temps. A moins qu’il ne se soit trouvé à l’autre bout de la Terre, tu te demandais par où il avait bien pu passer pour mettre autant de temps à te rejoindre. Alors qu’il plongeait ses pupilles dans les tiennes, tu posais le livre et laissais ton esprit ouvert pour qu’il puisse connaître tes intentions et les raisons qui t’avais poussé à organiser cette rencontre pour finalement affirmer d’un signe de tête la remarque de ce dernier. « C’est exactement cela. On reprend tout depuis le début. ». Un sourire mesquin se dessinait sur le visage de ton double. « Tu crois que ça changera quelque chose ? » - « Je l’ignore. Sans avoir essayé c’est impossible à affirmer. ». Tu te levais sous le regard de ta copie avant d’ajouter, « Mais on verra plus en détail cela demain. La nuit est déjà bien avancée. ».
Le chemin est long du projet à la chose.

Codé par Heaven sur Epicode



Mots 1894
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Mer 27 Fév 2019, 20:09



Les idées se bousculent se rassemblent et se fuient les trajectoires se délient

Dans une grammaire aléatoire le maillage se détend les pensées se rattrapent se libèrent d'une mouvance illusoire

Détruire et se régénérer ailleurs ou ici même selon un algorithme d'une latence bien éclairée

Attendre l'évidence, l'instinct ou l'intuition.

La voie pour un nouveau chemin


Le soleil se levait à peine, pourtant tu te tenais debout, face aux doux rayons matinaux, à quelques pas de la tente, les yeux fermés. « Qu’est-ce que tu fais ? », t’interrogeai Sora après t’avoir rejoint. « Je profite du calme. C’est apaisant. » - « Je vois… ». Tu restais ainsi encore quelques minutes avant de prendre une profonde inspiration en même temps que tu rouvrais les yeux. « L’ambiance aux Jardins ne se prête guère à la détente, encore moins en ce moment. », finis-tu par expliquer au Reflet avec une tape sur l’épaule en retournant vers la tente pour y chercher deux tabourets que tu installais à ces côtés, voulant profiter de la météo qui s’annonçait bonne. Tu devais admettre que Sora avait raison, cette tente était bien pratique. « Je vais voir ce qu’on peut trouver à manger. », t’annonçait ton double en commençant à s’éloigner, sans te laisser le temps d’ajouter quoi que ce soit. Aussi tu le regardais partir, un rictus amusé aux lèvres.

L’air du matin était frais, aussi avais-tu été récupérer un plaid pour t’en couvrir les épaules en attendant le retour de Sora. Tu voyais d’ailleurs sa silhouette glissant à quelques pas du sol arriver vers toi, ailes déployées, aux côtés d’une réplique de lui-même. Tu préférais ne pas t’attarder longtemps sur ce détail. C’était le meilleur moyen de récolter un mal de crâne alors que la journée commençait à peine. Ton Reflet semblait cependant tout à fait disposé à ouvrir la conversation à en voir l’expression surprise de son visage. « Tu croyais que je n’avais fait que lire et me tourner les pouces en t’attendant hier ? » - « Non, apparemment… », te répondait-il en faisant disparaître le clone, laissant tomber au sol la bête qu’il tenait dans ses bras. « Cependant, il est vrai que je n’ai rien ramené de ce genre. », ajoutais-tu alors rapidement en faisant un signe vers le paon. « Installe-toi, et prends une tasse. Le thé est encore chaud normalement. », continua-tu en lui indiquant le second tabouret qui l’attendait. Il ne se fit pas prier pour suivre ton conseil.

« Alors ? » fit ce dernier en s’installant. Tu tournais ton regard vers le soleil qui doucement se faisait plus éclatant à mesure qu’il avançait dans sa course. « Nefraïm, tu m’écoutes ? » - « Je t’écoute et je t’entends. », rétorquas-tu en posant tes yeux sur lui. « Par où on commence, c’est cela ? », ajoutais-tu en attrapant l’un des bols de thé dont tu avais détourné l’utilisation pour y mettre votre collation matinale, que tu le lui tendais. « Par la base bien sûr. ». Tu pris le temps d’avaler une gorgée de thé avant de reprendre. « Tu as raison, je t’ai trop mis à l’écart. Non seulement on perd en efficacité mais en plus ça risquera de nous porter préjudice un jour. ». Alors que tu finissais ta phrase, tu pouvais voir un sourire victorieux naître sur le visage de Sora en même temps que ce dernier te répondait, « Je suis ravi que tu l’admettes enfin de vive voix. ». Cette fois c’est toi qui souriais en l’entendant. Lorsque tu le regardais, lorsque tu l’écoutais, tu te projetais plusieurs années en arrière, alors que ton esprit était moins tourmenté. Cela faisait si longtemps qu’il te surveillait ? Tu réfléchis quelques instants, continuant à le fixer, pendant qu’il prenait de nouveau la parole. « Après m’avoir envoyé baladé, tu ne vas pas me dire de me cantonner aux Jardins pour t’observer jour et nuit dans tes moindre faits et gestes ? » - « Non, bien sûr. Mais je ne me fais pas d’idées, et tu le sais mieux que moi que pour parfaire le costume il n’y a pas trente-six solutions possibles. ». Sora restait silencieux à cette remarque. Il en sera ainsi.

« Néanmoins la vie dans les Jardins te permettra de parfaire uniquement les détails que je t’ai laissé échapper ces années. », ajouta-tu alors en fixant ses iris. Tu pouvais clairement lire l’interrogation sur le visage de ta copie, aussi tu détaillais ta pensée. « Je pensais à affiner mutuellement cette ressemblance, sans se soucier d’être pris en flagrant délit de doublon en se réunissant plus régulièrement comme nous le faisons aujourd’hui. ». Bien que détaillée, il était évident que cette idée méritait d’être expliquée car Sora te fixait avec plus d’incompréhension que jamais en même temps qu’il lâchait ces mots, « Affiner mutuellement ? ». C’était évident que quelque chose n’allait pas dans cette phrase pour lui. Ici, il était la copie. S’il y avait ressemblance, c’est parce qu’il avait décidé que tu serais son modèle. En quoi toi devais-tu t’occuper de le copier ? Ça n’avait aucun sens. « Je ne parle pas du physique ou du mental ici. Tu possèdes certains pouvoirs que je n’ai pas. Et inversement. » - « Je comprends mieux où tu veux en venir. Ça se tient. », affirma-t-il alors d’un signe de tête, l’index sous le menton. Puis ses yeux se plongèrent dans le vide, son esprit entrant dans une profonde réflexion. Aussi tu restais silencieux le temps qu’il reprenne la parole. « Cependant, il y a une question que je me pose… Est-ce que je pourrais seulement apprendre tout tes pouvoirs, comme toi tu pourras apprendre les miens ? » - « Comment ça ? » - « Je pense à ton don de Prescience par exemple. ». Tu marquais un instant de silence. Cette Prescience… Tu bénissais autant que tu haïssais ce pouvoir. Tu n’avais aucune emprise sur lui. Il t’avait permis de sauver tes sœurs lors du Génocide, à ton grand soulagement. Il avait refusé de se manifester le jour où tu avais rencontré cette Sorcière pour la première fois, à ton terrible désolement. Tu t’étais toujours demandé pourquoi. Tout aurait été si différent si ce pouvoir n’était pas si capricieux. « On verra bien. Sinon tu devras t’en passer, ce qui n’est pas bien grave… ».

Ils avaient vraiment bien choisi le lieu. Au creux d’un vallon traversé par un ruisseau qui continuait son chemin dans un bois en aval, non loin de là. Pendant que Sora rinçait les bols, tu avais allumé un feu afin de faire chauffer la pierre. « Tu as entendu ces rumeurs ? », fit le Reflet une fois de retour avant de rentrer dans la tente pour ranger les récipients. Tu attendais qu’il ressorte pour lui répondre, fixant les flammes quelques secondes avant de te tourner vers le Reflet. « Quelles rumeurs ? Il y en a tellement qui se répandent en même temps et certaines naissent aussi rapidement qu’elles se meurent. » - « C’est pas faux. », rétorqua-t-il dans un haussement d’épaule en se rasseyant. Sans parler que certaine vérité étaient parfois bien plus abracadabrantes que les potins du moment. Un coude sur la cuisse, le menton dans la main, il reprit alors un rictus aux lèvres, « On  chuchote à certains endroits que ça semblerait s’agiter sur les Terres Blanches. » - « Ah oui ? ». Tu pouvais dire ce que tu voulais, mais il t’était bien  impossible de nier que ce dernier avait piqué ta curiosité malgré l’air détaché que tu tentais d’adopter, et il le remarqua immédiatement. « Mais c’est la seule partie de cette rumeur sur laquelle tout le monde s’accorde. », ajouta-t-il en se redressant. « Ensuite, certains affirment que les Anges préparent un soulèvement, d’autres que les Démons ont décidé de décimer tous les Anges actuellement présents… J’ai même entendu quelqu’un dire qu’en réalité c’était une meute de Béluas qui avait prît d’assaut le territoire pour se l’approprier. ». Il avait conclu avec un ton ironique, bien moins convaincu par cette version des faits que des deux précédentes. « Bref, chacun y va de sa version des faits. ». Il continuait à te parler de cette rumeur, cependant, depuis qu’il t’avait expliqué que ce ragot n’avait rien de fondé, tu ne l’écoutais plus que d’une oreille. Néanmoins un fin sourire satisfait s’était imprimé sur ton visage. Imaginer que les captifs présents en Terres Blanches puissent s’unir et se révolter contre cette oppression était beau. Ce serait mettre un magnifique coup de pied dans ce régime imposé par les Vils et leur montrer que tempérance n’est pas synonyme de soumission. En espérant que ce soit ça et non une extermination pur et simple de la population actuelle, comme suggéré également. « Le problème est que, en admettant qu’il s’y passe réellement quelque chose, on ne saura jamais la vérité. » - « Comment ça ? » - « Que ce soient les Anges qui se soulèvent ou les Démons qui éradiquent tous les Immaculés, dans les deux cas chacun exagérera ou atténuera les faits. Et même dans le cas d’une invasion de Béluas. ».

Tu restais silencieux, les yeux dans le vague, te demandant si tu pouvais réellement prendre cette rumeur au sérieux, avant de pousser un profond soupir en même temps que tu te levais sous le regard de ton Reflet. Tu lâchais alors, dans un soupir, « Le monde est bien agité depuis quelques temps… » - « Un effet secondaire de la Coupe des Nations, qui sait ? », rétorquait Sora, une pointe d’ironie dans la voix contrastant avec l’air sérieux qu’il affichait. Tu levais les yeux en direction de l’immense hibou qui fixait le monde de son regard spectral depuis plusieurs mois déjà. « Qui sait… », ajouta-tu dans un souffle avant de reprendre, « Je vais chercher du bois pour ce soir. ». Sora répliqua en silence d’un signe de la main, sachant pertinemment que ce n’était qu’un prétexte pour t’isoler le temps de mettre de l’ordre dans tes esprits suite à cette nouvelle réflexion qui risquait de parasiter tes pensées.  Bien sûr que ce pouvait être important, qu’il y avait matière à discuter et que peut-être ne devais-tu pas mettre ces informations de côté si rapidement. Mais tu étais venu avec une idée précise. Tu ne voulais pas t’éparpiller et allonger ce séjour plus que nécessaire.

Tu étais étonné de ne pas trouver ta copie une fois de retour de ta collecte. Tu cherchais des yeux alentour pour le trouver, sans succès. Finalement tu te dirigeais vers la tente et, après avoir déposé le bois à côté de cette dernière, y pénétra pour le trouver allongé sur une couche, un livre entre les mains. Le temps d’une seconde tu restais figé sur place, avant de voir qu’il ne s’agissait que de celui d’apprentissage de l’Alikir. « Toi aussi tu t’y mets ? » - « Je suis ta copie je te rappel. Si tu apprends l’Alikir, je suis bien obligé de connaître aussi cette langue. Même si j’ai l’avantage d’apprendre par ton biais, ce qui prends beaucoup moins de temps. », répliqua-t-il avec une œillade dans ta direction avant d’afficher un sourire amusé en entendant, dans un soupir, ta réponse. « J’aimerais que ce soit si simple pour moi aussi. ». Tu t’installais sur ta couche en même temps que tu prononçais ces mots puis marquais une pause avant de reprendre, circonspect, « Dis-moi, si tu es capable de connaître une langue dès le moment que j’en connais une, tu ne peux pas faire pareil avec les pouvoirs ? » - « Si seulement c’était si simple. » - « Je prends ça comme un non alors… ». Sora refermai le livre et s’assit pour te faire face. « Tu sais, peut-être que c’est mieux ainsi finalement. Quand on y pense, maîtriser un sort demande beaucoup d’entraînement. Alors apprendre instantanément un sort ne servirait à rien si derrière il n’y avait aucun entraînement. » - « Ça tiens la route en effet. », ajoutais-tu, les bras croisés, l’index sous le menton. Ton regard alla se perdre sur le livre. « Et pour les objets magiques. Tu crois qu’apprendre à les maîtriser améliore leurs effets ? », le questionna-tu l’air grave. « J’en sais rien… Peut-être. Il faut voir ça avec quelqu’un qui s’y connait pour ça.  Pourquoi ? ». Tu restais un instant silencieux, sans détacher tes yeux du livre avant de plonger ton regard dans celui de Sora. « Je dois te montrer quelque chose. ».
Le chemin est long du projet à la chose

Codé par Heaven sur Epicode



Mots 1937
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Dim 17 Nov 2019, 22:11



Les idées se bousculent se rassemblent et se fuient les trajectoires se délient

Dans une grammaire aléatoire le maillage se détend les pensées se rattrapent se libèrent d'une mouvance illusoire

Détruire et se régénérer ailleurs ou ici même selon un algorithme d'une latence bien éclairée

Attendre l'évidence, l'instinct ou l'intuition.

La voie pour un nouveau chemin


Sora posa un regard interrogatif sur toi. Pourtant son visage affichait un air grave. Un effet miroir à l’expression ainsi qu’au ton solennel que toi-même tu avais pris à tes dernières paroles. Qu’avais-tu à lui montrer qui pouvait mériter un tel comportement, devait-il songer. Sans un mot tu allais chercher dans tes affaires, au pied de ta couche, cet étrange artefact que tu n’avais osé toucher depuis la dernière fois. Objet pourtant des plus banal aux yeux de Miela, il était un mystère de magie pour toi, une obsession effrayante que tu aurais préféré ne jamais découvrir certains soirs, dont tu chérissais le contenu le reste du temps. En possession de ce dernier, tu revenais t’installer à la table basse pour déposer face au Reflet le livre à la couverture teinte uniformément d'un vert sombre. Il n’y avait qu’un petit sapin doré, gravé avec la plus grande délicatesse et précision, sur le dos du recueil pour en décorer la reliure. Tu fixais l’ouvrage quelques secondes avec un suave mélange d’appréhension et de quiétude en te remémorant le jour où tu l’avais ouvert pour la première fois. Un souvenir aussi tendre qu’il était douloureux.  « Le Conte du Sapin… », articula ton double en se rapprochant pour pouvoir décrypter les lettres d’or inscrite en police de caractère fine et manuscrite, légèrement italique, sur la couverture de l’épais livre, avant de finalement ajouter avec un air dubitatif, « Et bien ? » - « Je te laisse regarder. L’ouvrir quelques secondes sera bien plus explicite que plusieurs minutes à t’expliquer de quoi il s’agit. Ou plutôt, ce qu’il est capable de faire », répliquai-tu en t'accoudant à la table, le visage en appui sur ton poing, incapable de détacher ton regard de la reliure verte du conte jusqu’à ce que ta copie s’en saisisse. Tu observais avec attention ton Reflet manipuler le livre et en observer le grain du cuir de sa couverture comme s’il cherchait un indice sur ce qui l’attendait, ou peut-être un signe d’un quelconque danger. S’il savait. Puis il l’ouvrit enfin et commença à en tourner les premières pages, comme tu le fis toi-même par le passé. Alors pris d’un étrange malaise, élan soudain de tristesse et d’amour entremêlé, tu détournais instinctivement le regard te plongeant dans la contemplation de la toile de la tente. « Qu’est-ce que ?!... ». La surprise, oui, mais surtout l’incompréhension. Tu avais également éprouvé ces sentiments en découvrant le contenu du livre la première fois. L’absolue incompréhension de te retrouver soudainement face à ton aimée, tenue si loin de tes yeux pendant tant d’années.  Le doux sentiment de pouvoir la serrer de nouveau dans tes bras alors que tu te prenais à craindre de ne plus jamais pouvoir te permettre un tel geste. Et la chute, rude, tandis que ce livre ne redevenait qu’un joli conte pour enfant tandis que la silhouette de Shiva s’effaçait, te rappelant cet instant fatal où elle t’avait été enlevée sans même un mot, pour ne plus jamais pouvoir la revoir. Ton poing se serrait à ce terrible souvenir, fruit de trop nombreux cauchemars, en même temps que tu fronçais des sourcils alors que tu tournais ton regard vers le visage fin de la Magicienne.

« Nefraïm… ». Tu détachais tes prunelles de la douce à l’appel de ton nom et dévisageais Sora dont les traits de son visage, tendus, te laissait penser qu’il était prêt pour te faire une leçon de morale dont tu n’en ressentais en aucun cas le besoin. « Qu’est-ce que ça veut dire ?... », continua-t-il dans un souffle, ses iris d’ambres plongées dans les tiennes. Tu pouvais y voir un flot d’émotions diverses et variés. L’interrogation. La crainte. Le doute. La tendresse. Un instant tu sentais ta poitrine se serrer, étreins par la jalousie. C'était ridicule. C'en était même rassurant que tu n'ai jamais eu l'occasion de le voir exprimer ce sentiment avant aujourd'hui. Tu détournais les yeux du Reflet pour les poser à nouveau sur la silhouette de Shiva. Tandis qu’un pincement te saisis le cœur, un sourire vint se poser sur tes lèvres. Amoureux, mais affreusement triste car déjà tu savais que sa présence ne serait que de trop courte durée. Que, bien qu’elle paraisse avoir tout de ta femme, tu ne pouvais que te questionner sur la réalité des faits depuis que tu n’avais pu que l’effleurer ce jour-là. « Je n’en ai pas la moindre idée… », soufflai-tu enfin, le regard perdu dans le bleu des yeux de la Magicienne, après un temps qui parut une éternité à ton double. « Depuis combien de temps tu as cet objet en ta possession ? », continua à te questionner le Reflet avec une touche d’impatience dans la voix. « Depuis combien de temps es-tu au courant ? ». Cela commençait à ressembler à un véritable interrogatoire. Aussi finis-tu par rétorquer dans un soupir, « Je n’en sais rien… Quelques temps déjà. ». Il se passait quelques secondes silencieuses avant que Sora ne rétorque vivement en se relevant, alternant son regard de Shiva à toi-même, « Mais… Par Sympan ! Tu te rends au moins compte de ce que tu es en train de me dire ?! Tu as un livre qui peut te ramener Shiva. Et tu n’en parle que maintenant ?!». Tu sentais à ses paroles qu’il commençait à s’énerver, probablement à cause de ton silence sur l’étrange pouvoir du conte. Suite à ses paroles, tu quittais ta femme des yeux pour fixer le Reflet et lui répondre d’un ton sec, « La ramener ? Tu en es certain ? Elle ne semble pas nous avoir beaucoup remarqués depuis que tu as ouvert ce livre. Et puis… ». Dans un même temps le Reflet plongea ses iris ambrés dans celles de la Magicienne comme pour vérifier ce que tu lui énonçais. Juste à temps. Car la seconde suivante elle se volatilisa dans l’air, aussi simplement et cruellement qu’elle était apparue. Sora resta un instant pantois, continuant à fixer l’endroit où se tenait ton épouse quelques secondes plus tôt. « Qu’est-ce que… » - « Ce livre ne me la ramènera pas. », te contenta-tu de répondre sur ce même ton sec que tu venais d’employer. Un ton qui cachait un flot de sentiments bien plus profond. Bien plus passionnés.

Il y eu une longue minute de flottement qui suivi la disparition de la Magicienne et la triste affirmation que tu avais jeté au Reflet. Cependant, tu préférais partir de ce postulat plutôt que de fonder tout tes espoirs sur un artefact que tu ne connaissais que trop peu encore. Ce que Sora fit également en assimilant et acceptant rapidement cette affirmation désespérée après avoir vu la magie du conte.  « Comment l’as-tu eu ? », demanda enfin ce dernier, brisant le premier le silence qui s’était installé. « Pas moi. Avetis. C’est en voulant lui raconter l’histoire du livre que j’ai découvert ce qu’il cachait. ». Tu poussais un soupir avant de reprendre. « Ce n’est pas moi qui le lui ait acheté. Je m’en serai souvenu après avoir découvert de quoi il s’agit réellement. Alors j’ai demandé à Miela si elle était au courant de sa provenance. Elle ne s’en souvient plus. » - « Avetis... C’est pour cela que tu ne l’as pas vu plus tôt, n’est-ce pas ? A cause de leur anti-magie, à lui et à Miela, ils n’avaient accès qu’à l'histoire. », ajoutait-il en se rasseyant. Un silence pesant régnait dans la tente entre chacune des phrases que chacun de vous deux prononciez. « Mais tout de même, tu ne trouves pas ça étrange ? Comme par hasard, un conte pour enfant capable de faire apparaître une image de Shiva se retrouve, Oni sait comment, dans ta maison, entre les mains de ton fils. La coïncidence est trop forte pour que ça n’en soit qu’une. », fit-il d’un air inquiet. Il avait raison. Après tout, toi-même tu y avais songé. C’était d’ailleurs la raison principale pour laquelle tu avais souhaité retrouver les origines du livre et pour laquelle tu n'y avais plus touché non plus. Néanmoins, même en restant ignorant de son propriétaire initial, tu n’avais pu te résoudre à le jeter. « Il s’agit de bien plus qu’une image aussi, crois-moi. », lui répondais-tu alors en repensant à tes doigts entremêlés à ceux de cette étrange copie et au parfum qu’elle dégageait. « Ne le prends pas à la légère ! La part de hasard est trop infime pour ne pas soupçonner quelque chose. Ne va pas te laisser abuser par une simple copie alors que Shiva est peut-être encore là, quelque part. ». Tu esquissais un sourire cynique à ces mots. « Amusant n’est-ce pas ? » - « Pardon ? ». Tu pouvais voir l’air perplexe sur le visage de Sora. Cela n’avait rien d’étonnant. Que pouvait-il y avoir d’amusant sur un tel sujet ? Tu te redressais sur ton tabouret avant de croiser les bras pour lui répondre, sans te départir de ton rictus. « Disons que je trouve que c’est assez exagéré de ta part de me faire la leçon sur ma position vis-à-vis de cette copie. ». Ton Reflet restait quelques secondes à te fixer avant de comprendre où tu voulais en venir. Il te jeta alors un regard noir avant d’ajouter sur un ton sec, « Je ne dis ça que pour ton bien, Nefraïm. Maintenant libre à toi de prendre en compte ou non mon avis. ». Tu le dévisageais un instant avant de rétorquer, « J’entends bien. Cependant tu te fais du souci pour pas grand-chose. ». Tandis qu’il te dévisageait du même regard sombre que précédemment tu tournais nonchalamment les pages du livre. Il ne se passait rien, comme si toute forme de magie avait abandonné le conte. « Rien, aucun objet ni aucun sort, ne pourra remplacer la réelle présence de Shiva. », concluais-tu sur une page où était représenté une nuée d’oiseaux blancs en aquarelle qui, alors qu’ils atteignaient le firmament, prenaient la forme d’étoiles ardentes. Puis, relevant les yeux sur Sora, tu repris d’un air assuré et convaincu. « Et rien de tout ce qui pourrait entraver mon chemin ne m’empêchera de la revoir réellement. », finis-tu par conclure en refermant le livre bruyamment dans un geste sec. « Pas même elle. ». Pire qu’un parasite, elle était un véritable mal à éradiquer. Combien de fois s’était-elle insinuée dans votre vie ? Combien de fois t’étais-tu adressé à elle songeant t’adresser à celle que tu aimes ? Songeant tout cela, un éclat animait ton regard, brillant mais dangereux. Celui qui résumait tout le ressentiment que tu éprouvais à l’égard de la Mage Noire. Tu en avais conscience. Oui, tu avais pleinement conscience qu’elle pouvait être l’instrument te menant à ta perte. Tu avais pleinement conscience que sauver Shiva, c’était te sauver par la même occasion. Que la perdre te conduirais droit à la déchéance. Il est étonnant de voir comme une seule personne a le don d’abattre toute les barrières que l’on pouvait s’être créé en si peu de temps. Néanmoins, tu te devais d’admettre que tu ne mettais pas du tiens pour les garder intactes en sa présence. Tu n’y arrivais tout simplement pas. Pas avec elle.
Le chemin est long du projet à la chose

Codé par Heaven sur Epicode



Mots 1843
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Kyra Lemingway
~ Déchu ~ Niveau III ~

~ Déchu ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 4764
◈ YinYanisé(e) le : 22/03/2016
◈ Activité : Tenancière d'un Bar à vin (rang I) ; Négociatrice (rang I) ; Brasseur (rang I) ; Reine du monde des contes à mi-temps
Kyra Lemingway
Dim 17 Nov 2019, 22:29



Les idées se bousculent se rassemblent et se fuient les trajectoires se délient

Dans une grammaire aléatoire le maillage se détend les pensées se rattrapent se libèrent d'une mouvance illusoire

Détruire et se régénérer ailleurs ou ici même selon un algorithme d'une latence bien éclairée

Attendre l'évidence, l'instinct ou l'intuition.

La voie pour un nouveau chemin


Tu surveillais attentivement le gibier en train de cuir sur la pierre mise à chauffer dans la matinée, avant de lever un regard inquiet en direction de Nefraïm. Ce dernier était assit sur la berge du ruisseau. Tu savais qu'une tempête avait éclaté dans son esprit suite à votre conversation et que seul le temps pouvait l'apaiser. Plus tu l'observais dans ces instants d'errance, plus tu y songeais. Il y avait dans ses sentiments à l'égard de Shiva quelque chose de semblable à ce que pouvait éprouver un Réprouvé une fois les liens du mariage établi. Probablement l'ignorait-il. C'est pourtant ce qui avait provoqué ta mort lors de ta vie précédente. Son visage était terne, crispé. La Raagus l'avait assassiné une première fois en lui enlevant sa femme et son enfant et en lui avouant en toute franchise, presque sur le ton de l'hilarité, le meurtre des deux précédents. Ainsi, il s'agissait d'une course contre la montre à présent car rien ne te laissait penser qu'Ava serait présente si un jour Shiva venait à se laisser entièrement submerger par la conscience de la Sorcière. Après un temps tu finis par rejoindre l'Ange, pensif, et le regard sombre perdu dans le courant ininterrompu de l'eau clair. « J'ai l'impression que ça fait une éternité. » - « Le temps paraît toujours plus long quand on perd de vu ce qui nous fait nous sentir vivant. ». Il tourna son regard dans le tien. Ces paroles étaient on ne peu plus sincère. S'il savait à quel point la vie est d'une lassitude pour un Reflet sans modèle. « C'est pour ça qu'Avetis doit être chéri plus que tout. » - « Évidemment, j'en suis conscient. Je ne remercierai jamais assez Edel pour avoir fait en sorte que nos chemins se croisent. » - « Parfait ! Alors vient ou cet oiseau sera immangeable s'il cuit plus longtemps. », conclu-tu finalement en te relevant après lui avoir donné une tape amicale sur l'épaule.

Tu vis l'Okan aller chercher du petit bois dans la réserve que vous vous étiez faites afin d'en alimenter le feu, et embraser depuis sa paume l'extrémité de certains morceaux. « Tu n'as pas la capacité de le maîtriser, n'est-ce pas ? », fis-tu en servant à chacun une tasse de thé. « En effet. Je comptais apprendre justement. Mais peut-être vais-je reporter cette leçon à plus tard. ». Tu le détaillais, surpris et curieux. Lorsqu'il plongea ses iris dans les tiennes, il comprit que sa phrase ne pouvait rester sans explications. Aussi continua-t-il en se saisissant de la tasse que tu lui tendais. « Je te l'ai dis, non ? Même si un jour tu me ressemble parfaitement, que ce soit d'un point de vu physique ou psychologique, il restera une imperfection sur le tableau, un bris sur le miroir. » - « Nos compétences. », complétais-tu sa phrase instinctivement. Tu le vis t'indiquer d'un signe de tête que tu avais vu juste. Tu jetais alors un regard sur le bois crépitant sous l'assaut des flammes. « Je vois. Tu préfères qu'on égalise nos savoir-faire avant de partir sur de nouvelles connaissances. » - « Inutile de se rajouter plus de travail que nécessaire. », concluait-il en levant le visage, perdant son regard dans l'azur des nues. « Il doit être à sa sieste à cette heure-là. » - « Tu l'as confié à Miela ? ». Il affirma d'un signe de tête. « Il est avec elle à Haute-Terre. » - « A Haute-Terre ? Tu l'as laissé sur le territoire Humain ? ». Tu en étais étonné. Nefraïm restait attentif aux liens que pouvait tisser la nourrisse avec Avetis. Même absent, il avait un minimum d'autorité sur la vie du petit lorsqu'il se trouvait dans les Jardins de Jhēn. Ce qui n'était pas forcément le cas à Haute-Terre. Tu l'entendis expirer bruyamment. « Avetis a encore besoin d'elle, c'est un fait. », se contenta-t-il de te répondre.

Le soleil était déjà sur sa pente descendante lorsque vous eûtes finis de préparer la soirée à venir, signe que le jour n'allait pas tarder à céder la place à son homologue nocturne. « Le temps passe incroyablement vite. », lâchais-tu à Nefraïm qui revenait du ruisseau, les deux gourdes remplies d'eau fraîche, tandis que ton regard fixait l'astre solaire. « C'est vrai. », te répondit-il simplement en suivant ton regard avant d'aller poser les vessies dans la tente. Puis, après quelques secondes tu l'y rejoins. « Tu as vu le dernier rapport ? », te fit-il tandis qu'il changeait l'huile des lampes. « Non. Que disent-ils ? », répondais-tu en lui tendant celle à proximité de toi. « Absolument rien. Soit ce sont des incapables, soit il y a tout à revoir. ». Un rictus t'échappa. « Et selon toi, quelle est l'explication la plus probable ? » - « J'espère qu'il s'agit de la seconde. », répondait-il dans un soupir en te rendant la lampe. « Elle a réussi à se cacher du monde durant tout ce temps. Il y a forcément une raison. Et c'est cette raison qui fait que l'on n'avance pas. » - « A quoi tu songes ? » - « Qu'il n'est peut-être pas si utile d'être si étalé. De les regrouper sur des points d'intérêts, là où on a le plus de chance de la trouver. » - « Au risque de manquer certaines informations ? » - « C'est un risque à prendre. Oui. ». Tu l'observais un instant, en silence, les sourcils froncés avant de reprendre. « Dis-moi, quand tu parles de points d'intérêts, tu as des idées en têtes ? ». L'Okan marqua un temps, levant le regard vers toi afin de plonger ses iris d'ambres dans les tiennes. « En effet. Et je suis certain que tu as déjà imaginé lesquels ce pouvaient être. », te rétorqua-t-il en prenant place sur le tabouret à proximité. « Les Sorciers sont méfiant. Un seul c'était déjà dangereux... » - « Ne t'en fait pas. Je ne compte pas les envoyer au couperet en envoyant un bataillon entier sur leurs terres. ». D'une certaine façon ces paroles te rassurèrent. Néanmoins les Mages Noirs étaient aussi perfides qu'ils étaient cruels. Aussi tu te demandais si l'idée était aussi bonne qu'il l'envisageait. « Ait confiance s'il-te-plaît. », lâchait alors ton modèle comme s'il avait lu dans tes pensées. « De toute façon ils ont déjà été mis au courant afin de se préparer et s'organiser. » - « Tu n'avais pas besoin de mon avis pour ça alors ? » - « Mais je devais bien te mettre au courant. Si un jour tu recevais un de leur rapport à ma place, que tu ne sois pas étonné. » - « Je vois. », concluais-tu dans un soupir en t'affalant à ton tour sur le tabouret. « De toute façon ce n'est pas ça le plus important. » - « Comment ça ? ». Le visage de Nefraïm se fit plus sérieux. « Tu te souviens de ce que l'on avait prévu ? Une fois les expéditions pour acquérir une nouvelle terre pour les Anges lancées, on devait se séparer. » - « Oui, j'étais sensé me joindre à ces expéditions de conquêtes de territoires pendant que tu continuerais à chercher Shiva. Et bien quoi ? Finalement tu as décidé d'inverser nos rôles ? ». L'Ange poussa un soupir. « Non, ce n'est pas exactement ça. ». Il marqua une pause avant de reprendre. « L'arrivée d'Avetis a quelque peu changé la donne en vérité. Pour commencer, d'ici quelques temps la présence de Miela ne sera plus une nécessité. Qui plus est... Avec Avetis je ne peux pas fournir la même énergie que je fournissais avant pour trouver Shiva. ». Un sourire vint s'épingler sur tes lèvres. « Les enfants... Ils demandent un temps et une énergie considérable, n'est-ce pas ? ». Le même sourire vint se dessiner sur celles de ton modèle avant qu'il ne reprenne. « Je sais qu'ils auront besoin de bras. Mais à présent j'ai un fils. » - « Et, sans parler de Shiva, il semblerait étrange que tu quittes les Jardins alors que tu as un enfant en bas âge. ». Nefraïm affirma d'un signe de tête. « Très bien. Tant pis pour le voyage. On fera les explorateurs une prochaine fois. », fis-tu sur le ton de l'ironie en te relevant.

Les premiers rayons du soleil pointant, vous en profitâtes pour aborder des sujets plus divers devant le feu de camp juste allumé. Une volonté de ta part d'autant que, les sujets les plus importants ayant été évoqués, le départ avait été prévu pour le début d'après-midi. Tu t'abreuvais de chacune des tonalités de sa voix, scrutais chacun de ses mouvements. Et pour cela tu avais besoin de toutes sa palette d'émotion. Tu ignorais s'il se rendait compte de cette attention minutieuse que tu lui portais ou s'il faisait mine de t'ignorer. Tu songeas un instant qu'il en avait pleinement conscience mais qu'il faisait fi de cette insistance. Après tout, il était celui qui avait proposé d'apprendre chacun les pouvoirs de l'autre afin de rendre la copie que tu étais encore plus réaliste. Quelques secondes tu le fixa en silence. Depuis la veille une question te brûlais les lèvres. Tu n'avais pas voulu la mettre sur le tapis dès le réveil, néanmoins tu voulais connaître la réponse que ton modèle pouvait t'apporter. « Nefraïm. Que comptes-tu faire de ce livre ? ». Tu parlais évidemment du Conte du Sapin. Il garda le silence quelques instants, comme s'il cherchait une réponse à te fournir. « J'y ai un peu réfléchi. J'ignore ce dont il est réellement capable sinon de faire apparaître temporairement un reflet de Shiva. » - « Et alors ? » - « Il s'est retrouvé entre les mains d'Avetis. Alors... Il servira à lui faire connaître celle qui devrait être à ses côtés, à tenir le rôle de mère. ». Tu perçu un éclat dans son regard, sans savoir réellement quel sentiment lui attribuer. Probablement un mélange subtile d'émotions contraire. « Autant utiliser cet artefact à notre avantage s'il a été, de base, plutôt envoyé chez nous pour nous nuire. ». Shiva... Tu songeas un temps aux craintes qui t'avais étreints suite à la découverte de ce conte. Un sentiment qui transparu sur ton visage puisque l'Ange te le fis remarquer. « Je pensais juste... ». Tu poussais un soupir. Non, les mots ne voulais décidément pas sortir. « Et bien ? Tu vas me dire ce qu'il se passe ? ». Tu t'étirais la nuque avant de t'accrocher à son regard. Tu craignais sa réponse comme tu craignais de lui poser cette question. « Si un jour on arrive à enfin retrouver Shiva... Mais qu'on venait à arriver trop tard. Que l'on avait face à nous uniquement la Sorcière et que Shiva avait succombé, sa conscience dévorée... ». Tu ne finis pas ta question, voyant le visage de Nefraïm se refermer, un voile sombre s'abattant sur son visage. « Shiva est la seule raison pour laquelle cette Sorcière n'a toujours pas de prime sur sa tête. », rétorqua-t-il finalement d'un ton ferme.
Le chemin est long du projet à la chose

Codé par Heaven sur Epicode



Mots 1878
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34243-kyra-lemingway-la
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Q] La voie pour un nouveau chemin | Nefraïm&Sora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour que le Marcheur arpente un nouveau chemin. [Pv. Nastaé]
» La Voie du Dragon | PV - Sora
» La voie du temps pour une aventurière [voie LVL1]
» [Q] - Plonger dans les ténèbres pour elle | Nefraïm
» Vers un nouveau chemin| Event Juillet 2015 – Mission V [Scott]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres d'émeraude-