Le Deal du moment :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 ...
Voir le deal
12 €

Partagez
 

 Quand amour ne rime pas avec toujours | Solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 1069
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Ven 14 Déc 2018, 03:08




Quand amour ne rime pas avec toujours

# C’est une pomme empoisonnée qu’il croqua avant de se damner



☯ Au cours de Gestion et Organisation


Doucement, la porte se referma derrière le capitaine et ce ne fut qu’à cet instant que je me permis d’extirper un soupir, comme si, tout au long de notre discussion, j’avais retenu ma respiration entre chacune de mes prises de parole. Incroyablement épuisé, je frayais mon propre chemin jusqu’à la chambre que je partageais avec mon frère. Je ne savais même pas quelle heure il pouvait bien être, n’ayant pas eu la chance d’examiner l’extérieur depuis une fenêtre, je n’avais aucun moyen de me repérer, temporellement parlant. Cela étant dit, sur l’instant, je ne portais que très peu d’attention sur ce détail, sentant le poids de tout ce que j’avais traversé peser sur mes épaules. Dans des gestes lents, qui témoignaient de ma fatigue et de ma lassitude, je défis mes bottes et retirais mon costume de soirée – par les Ætheri, que cette veillée à la capitale magicienne me semblait loin – afin d’enfiler mes vêtements de nuit. Puis, ni une ni deux, je me couchais, oubliant brièvement que le reste de mon unité attendait certainement dans l’autre pièce que je nourrisse leur curiosité en leur partageant ma péripétie. Si la pensée me revint à l’esprit durant une poignée de secondes seulement, je la repoussais bien assez rapidement, me laissant simplement tomber dans les bras de Morphée en remerciant le ciel de m’avoir permis de retrouver le confort d’un lit et de draps chauds. En un claquement de doigt, je m’assoupis pour mieux me réveiller, quelques heures plus tard, aux sons de la pluie qui s’abattait à l’extérieur. Lentement, j’ouvris un premier œil avant de balayer mes environs, incertain. Cependant, je me rendis bien vite compte que je me trouvais toujours dans ma chambre, avec sa petitesse et son bois d’une couleur pâle et réconfortante.

« Tu t’assures que tu ne disparaitras pas de nouveau? »

Je sursautais à l’entente de cette voix, me tournant prestement pour observer une silhouette de l’autre côté de la pièce. En le voyant debout, bel et bien éveillé, je sentis comme un serrement exercer une certaine force sur mon cœur.

« Isley… Je suis tellement content que tu te sois enfin réveillé… »

Je me redressais dans mon lit, passant mes jambes par-dessus celui-ci pour faire face à mon frère, qui me fixait d’un regard illuminé, assis sur le matelas de sa couche.

« Et moi que tu sois enfin de retour. »

Nous nous observâmes en silence durant plusieurs minutes. Nous nous dévisagions, nous nous analysions sans prononcer quoi que ce soit et pourtant, nous nous adressions toujours ce petit sourire avenant et poli que nous esquissions lorsque quelque chose nous troublait et hantait notre pensée. Je ne savais pas ce qui préoccupait ainsi mon frère, mais je savais pertinemment ce qui me taraudait l’esprit et décidais d’être le premier à faire le pas.

« Est-ce que tu vas bien? »

Isley ne répondit pas, mais je m’aperçus très rapidement que son sourire venait de se troubler. Sachant cela, je fus immédiatement incité à poursuivre sur ma lancée, la réaction de mon frère attisant ma curiosité – et mon inquiétude aussi.

« Les autres ont dû t’en parler, n’est-ce pas? Mais tu as dormi pendant tellement longtemps… Lui dis-je en braquant mon regard dans le sien. Personne ne savait ce qui se passait, même les médecins. Physiquement, tout était en ordre. Tu aurais dû te réveiller bien plus tôt, mais tu as dormi pendant des semaines et des semaines… »

Plus je parlais, plus je me rendais compte que l’expression de mon frère s’assombrissait. J’allais renchérir, mais Isley fut plus rapide que moi et laissa tomber d’une voix basse et tremblante :

« Je ne voulais pas me réveiller… »

Son visage, dès lors, se décomposa complètement. Ses joues rougirent et des larmes se mirent à couler de ses joues. Instantanément, comme s’il s’était retenu tout ce temps.

« Je ne voulais pas revenir… Je ne voulais pas… Pas en sachant qu’elle ne serait peut-être plus là… »

Dès que j’entendis ces mots, je cessais de respirer; je me figeais, interloqué. Mon frère parlait ainsi uniquement lorsqu’il était question de cette femme. Araya… Comme à son habitude, elle avait subitement disparu, dix ans plus tôt, après avoir rempli la tête de mon frère de rêves, de promesses et d’insupportables illusions. Dix ans qu’Isley s’était promis de l’attendre, alors que son cœur lui criait, même en silence, qu’il désirait la retrouver; dix ans qu’Isley se rongeait les ongles d’inquiétude alors qu’il était en mesure de ressentir plus ou moins distinctement les émotions et les ressentis de celle qui avait été, autrefois, sa Protégée; dix ans qu’Isley nourrissait ses sentiments d’espoir et d’amour inconditionnel à son égard, patientant du mieux qu’il le pouvait le retour de celle qui faisait battre son cœur. Cependant, après dix ans, elle n’était toujours pas revenue et lui, l’attendait simplement. Du moins, c’est ce qui en était jusqu’à maintenant. Revenant de ma surprise, tranquillement, j’installais mes coudes sur mes genoux, posant mon menton contre le dos de ma main.

« Isley, qu’est-ce qui se passe? Qu’est-il arrivé à Araya? »


847 mots


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

Quand amour ne rime pas avec toujours | Solo Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entr
Isiode et Isley
~ Ange ~ Niveau III ~

~ Ange ~ Niveau III ~
◈ Parchemins usagés : 1069
◈ YinYanisé(e) le : 04/01/2016
◈ Activité : Soldats
Isiode et Isley
Ven 14 Déc 2018, 03:09

L’amour est un tourment qui assombrit l’âme et pervertit le cœur. Combien de fois l’Homme est-il tombé pour ce combat, rien que pour un sourire ou une discussion de vive voix? Combien de fois l’Homme s’est-il perdu pour un rire ou simplement pour retrouver les réminiscences d’un autrefois perdu et révolu? Trop pour le dénombrer, trop, malheureusement, pour cette humanité. Le cœur est sensible et l’amour, qu’importe son importance ou sa nature, le fragilise, l’effrite, et le brise. Cependant, même en miette, ce cœur continue de battre au fond d’une poitrine, pleurant plus qu’il ne vit en renvoyant ce souffle léger, mais essentielle, pour lequel il a été développé. L’amour a perdu les Hommes au même titre que l’avarice ou la gourmandise… Mais au final, n’est-il pas la source de tous ces maux? Après tout, l’avarice n’est-il pas un amour excessif reflété par une possessivité maladive, comme la gourmandise représente un appétit insatiable pour tout amoureux de l’immodération? L’amour n’apaise pas les cœurs et encore moins le fait trembler de milles battements affolés : il n’est qu’un poison qui, lentement, sournoisement, putrifie ceux-ci en laissant les propriétaires de ces cœurs malades complètement fous et aliénés. Et, d’après vous, qu’apporte cette aliénation non plus dans le cœur de ceux qui y sont touchés, mais plutôt dans leur âme? Ne marque-t-elle pas celle-ci d’encore plus de démence, allant jusqu’au déséquilibre complet du personnage? Ce dernier aura beau tenter de se soigner en se soulageant dans les bras d’une femme ou en s’accrochant à la main d’un petit enfant, rien au monde, finalement, guérira entièrement ce mal latent, mais ô combien virulent une fois qu’il s’est mis à ronger, dévorer, engloutir, en une seule bouchée, le peu d’esprit et de jugement que ces hères auraient conservé. L’amour est un mal, l’amour est le mal; et dans les larmes que versent mon frère juste devant moi, je peux ressentir toute l’insensibilité de ce sentiment. Ironique, n’est-ce pas? Mais alors, comment pouvez-vous expliquer qu’une émotion puisse faire autant de mal autour de lui? Pourquoi tant d’amour entretenu et nourri avec attention et soin finit par causer tant de tort à son cœur et son esprit? Pourquoi, alors que l’amour qu’il portait à cette femme l’avait apaisé et revigoré, pleurait-il aussi abondamment en sentant son cœur exploser? Mes poings se serrèrent, mais je parvins à rester stoïque face à la détresse de mon frère. Il était comme un enfant trahi, brisé… Ses larmes se déversaient en torrent le long de ses joues alors qu’il tentait vainement de trouver un sens à sa confusion et à son chagrin. Il essayait de toutes ses forces, de tout l’Espoir qu’il pouvait nourrir en son sein, sans pour autant parvenir à s’extirper de la tornade émotionnelle qui l’emportait. Il ne ressentait plus Araya comme il pouvait la ressentir autrefois. C’était comme si leur lien s’était de nouveau brisé et qu’il revivait le même désespoir que par le passé, alors qu’on lui arrachait sa Protégée sans qu’il puisse faire quoi que ce soit pour la sauvegarder. Il fabulait, spéculait, se convainquait et traversait tous les stades de l’espérance en cherchant un raisonnement logique pouvant expliquer son soudain vide. Peut-être était-elle trop loin, à présent, pour qu’il puisse la ressentir? Peut-être avait-elle trouvé un moyen de contrôler et couper temporairement cette étrange union qui les liait depuis près de dix ans?

« Mais peut-être est-elle morte, aussi… » Finis-je par avancer en constatant qu’il évitait, à tout prix, cette éventualité.

Et, à ces mots, il se figea, plaquant instantanément un regard noir de colère, rouge d’accablement, sur mon visage. Pour autant, je conservais mon calme, supportant le poids de son regard et de la désolation qu’il me projetait de par celui-ci. Soyons réaliste, voulez-vous? Ce monde était dangereux et engloutissait n’importe qui au fond de ses entrailles. Araya était peut-être l’une d’entre eux, qui sait?

Toc! Toc! Toc!

Tous deux, nous sursautâmes, tandis que la porte, lentement, s’ouvrit.

« Isiode, j’ai à te parler… »

Du coin de l’œil, je considérais le capitaine Endeover qui se tenait dans l’encadrement de la porte, qui attendait patiemment que j’esquisse le premier mouvement. Las, je soupirais, coulant un long regard sur le visage de mon frère. D’un air passif, il passait sa main sur son visage, effaçant ses larmes, peut-être, mais ne pouvait effacer le tourment de sa peine.

« Ce n’est qu’une possibilité, mon frère. Ne fais pas une telle tête, le rassurais-je en lui adressant un doux sourire, accompagné d’un regard qui se voulait tranquille et réconfortant. N’oublie pas que je suis et serai toujours là pour toi… » Concluais-je avant de me lever et de rejoindre Hayden.

J’étais prêt à le soutenir, à être de nouveau la canne sur laquelle il pouvait s’appuyer lorsqu’il risquait de tomber. Isley était mon frère, le seul qui ait ressenti et vécu les mêmes supplices et les mêmes tourments que nous a fait traverser la vie. Et s’il était au bord du gouffre, à un pas de la chute fatale, de la descente infernale, je serais toujours là pour lui tendre la main et veiller à ce qu’il ne tombe pas. C’était mon rôle, en tant que frère… Mais plus que tout, c’est dire combien je désirais le protéger et étais prêt à tout pour le préserver du mal qui pourrait le ronger et noircir son âme. Sur les Dieux, je ne laisserais personne lui faire du mal, même s’il s’agit de celle qu’il aime. Je serais prêt à devenir un monstre pour le bien de son cœur et de son âme. Je serais prêt à tout pour qu’il puisse vivre heureux et en paix. Crois-moi, mon frère… Je ne laisserais plus personne te faire souffrir de la sorte. Crois-moi… Le monde que l’on façonnera ne connaîtra jamais la tristesse qui te ronge à l’instant. Les bébés grandiront, les enfants riront, les parents vieilliront et ceux qui aiment… n’auront plus jamais à devoir endurer les pleurs de leur cœur. Nous vivrons heureux et en paix, quittes à asservir le monde entier dans cette nouvelle réalité… Et étrangement, alors que je suivais le pas du capitaine, je me plaisais à croire en ce rêve enjolivé, fantasmant sur un monde pur et sain où l’amour, comme nous le connaissons de nos jours, n’existeraient plus que dans les contes et les récits de romantiques illuminés. Parce qu’un monde sans Amour ne serait-il pas un monde meilleur, après tout?

1 055 mots | Fin


It's a little price to pay for salvation
Thème I | Thème II | Thème III | Thème IV | Thème V

Quand amour ne rime pas avec toujours | Solo Signat20
Merci Mancy et Shanxi pour les cadeaux ♪:
Revenir en haut Aller en bas
http://lesterresdesympan.forumactif.com/t34283-isiode-isley-entr
 

Quand amour ne rime pas avec toujours | Solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand l'amour rend aveugle - ft. Hohni
» Quand l'amour rend aveugle [Pv Evey]
» Quand l'amour rend aveugle [PV Lysis]
» Quand l'amour rend aveugle. [Ft. Khartasielle]
» Quand l'amour rend Aveugle - Quête - PV Lumi
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Ouest :: Terres du Lac Bleu :: Jardins de Jhēn-