Le Deal du moment : -36%
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
Voir le deal
69.99 €

Partagez
 

 Deux têtes, deux fois plus d'argent [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Mar 12 Juil 2016, 23:19

Qui disait nouvelles associations, disait nouvelles aventures. Riche en rebondissements avec une pincée de raffinement, l’assurance de se quérir d'un immense plaisir était imminent. Kain et Camilla faisaient donc officiellement partie de sa nouvelle tribu, allias une famille qu’il était prêt à protéger au péril de sa vie, ou presque. Il n’avait pas encore eu l’occasion de les juger en tant qu’équipier. Individuellement, ils disposaient d’une valeur unique qui plaisait au capitaine du péché. En revanche, pour manier la collaboration avec adresse, encore fallait-il se confronter à des péripéties qui impliquaient de devoir se serrer les coudes à un moment donné. Zane lui-même n’était pas particulièrement doué lorsqu’il se battait en tandem, surtout en présence d'un parfait inconnu. Les précieuses personnes qui parvenaient à tenir le change en sa présence étaient si rares qu’elles figuraient incontestablement dans ses coups de cœur. En l’occurrence, Callidora était certainement celle qui avait le mieux réussi à s’adapter à ses afflux combatifs. Le démon avait un aspect très bourrin, mais parfois il adoptait un style de gentleman qui accordait un sacré contraste tant les deux tournures différaient autant que le ciel et la terre. Dans tous les cas, la brune avec qui il avait partagé de nombreux affrontements tous plus uniques les uns que les autres avait été peut-être la seule à complémenter ses extravagantes tactiques, c’est sans doute pourquoi ils n’avaient jamais échoué lorsque les ennuis les pourchassaient. En parallèle à la jeune femme en question, le démon cherchait justement à retrouver ce semblant de complicité qu’il avait tant apprécié. Peu importe à quel point il pouvait s’entendre avec ses autres compagnons, aucun d’entre eux n’avait pu réellement le suivre dans les chemins ardus qu’il empruntait. Les deux nouvelles recrues qu’il avait acquises étaient selon lui suffisamment dissemblables et puissantes pour compléter les bases de la formule. En tout instant, il pouvait de toute façon prendre la décision de les licencier. Après tout, il était l’unique responsable. Du moins, concernant les membres de son groupe qu’il comptait bien faire accroitre au fil du temps.

Sa réputation était suffisamment montée en flèche pour promouvoir son intérêt vis-à-vis de ceux qui arpentaient la réalisation d’un objectif bien précis. D’ailleurs, il avait désormais assez discuté avec ses amis pour comprendre ce qu’ils cherchaient à accomplir en venant avec lui. Rien n’était plus croustillant pour un chef que de contempler quelles étaient les ambitions de ses hommes. Plus ils étaient osés et irréalisables, plus le destin qui attendait le soldat devait être exceptionnel. Pour en revenir à ses intentions, le séducteur avait planifié un voyage en direction du domaine Liddl. D’après ces informations, il s’agissait d’une famille noble — mais pas trop — qui disposait entre autres d’une certaine forme d’influence sur les terres. La souveraine des vampires qui lui cherchait souvent des noises, probablement par un amour refoulé en causes des nombreuses tentatives qui vouaient à attirer l’attention sur sa personne, faisait partie de cette famille. Par conséquent, le forgeron à l’apparence d’ourson était également un membre de cette surprenante dynastie qui virait dans des mœurs que seul un démon pouvait comprendre. Quoi qu’il en soit, les incestueux n’étaient pas concernés par sa destination, mais plutôt l’animal qui y logeait pour garder le domaine, à savoir un dragon. Ces bêtes-là avaient comme réputation d’avoir un sale caractère. Les approcher sans se faire dévorer relatait déjà d’une forme d’exploit à part entière, alors qu’en était-il pour ceux qui arrivaient à les vaincre ? Des guerriers d’exceptions, voilà tout. D’après les espions qui lui avaient reporté cette information, la particularité du gardien voulait que ce dernier n’ait rien de semblable à ses copains cracheurs de feu. Deux têtes — un peu comme une mini-hydre — signifiaient deux fois plus de problèmes. La folie de l’ange destructeur avait assurément été plus que ravi d’apprendre ce fait puisqu’il considérait cette épreuve comme idéal au vu des intentions qui lui appartenaient.

Lorsqu’il avait assimilé la finalité de cette virée à ses camarades, il avait été d’autant plus satisfait de voir à quel point ils l’avaient bien pris. Camilla aimait beaucoup relever des défis. Elle était en quelque sorte sa version féminine. Quant à Kain, ses compétences allaient au-delà du simple savoir. Son physique n’était pas aussi bien sculpté que le sien, mais la finesse de ses muscles en disait long sur ses autres occupations. Enfin, le trio arpentait une route qui les mena jusqu’à un panneau directionnel. Pour l’initiateur, il était grand temps de marquer une pause. « Nous sommes un mi-chemin et j’ai une faim de loup. Sors les provisions Kain ! Et passe-moi le saucisson ! » L’homme prit ses aises sur un petit rocher en posant ses adorables fesses dessus. La jeune femme grimpa sur une barrière en croisant ses jambes, tandis que leur partenaire — qui s’occupait de la gestion de tout le matériel — jeta le sac à terre avant d’intégrer sa main à l’intérieur pour fouiller. Il piocha quelques provisions qu’il lança à ses alliés, chacun le réceptionnant avec grâce. Le soleil étant sur le point de se coucher, il offrait une magnifique vue au groupe, qui profita de cet instant de silence pour déguster tranquillement ce qu’ils avaient en main. Si les caractères étaient variés, ils partageaient au moins la cause commune de savoir quand il était bon de se taire. Zane arracha un bon morceau de saucisson avec ses dents, puis après avoir convenablement mastiqué sa part, il s’adressa à la jeune femme. « Alors, ma grande. Tu as prévu quelque chose pour vaincre ce dragon, ou comptes y aller au feeling ? » D’un revers de la main, elle dégagea sa longue chevelure pourpre sur le côté, sans pour autant révéler son second organe. « Tu es curieux de savoir de quoi je suis capable, mon chou ? L’attente engendre l’extase, tu ne crois pas ? » « Bonne réponse. » Confia-t-il solennellement en brandissant son aliment comme une arme. Il se préoccupa subséquemment de son associé. « Et toi ? » Tout en croquant dans une pomme par intermittence, Kain concoctait également quelques mixtures qu’il versait ensuite dans un divers tube. Les couleurs criardes avaient au moins la priorité de potions qu’il valait mieux boire avec prudence. « J’aimerais tester certaines de mes créations. J’ignore si elles seront fonctionnelles ou non au moment de leur utilisation, mais c’est aussi ce qui fait le charme de l’alchimie. » Zane ricana tout en se servant dans les provisions pour se dégoter quelques morceaux de viande supplémentaires ainsi que les fruits qui allaient avec.

Il était assurément celui qui mangeait le plus, son estomac étant forgé pour accueillir toutes sortes de plats. « C’est effectivement un gros risque. Je présume qu’il t’est déjà arrivé de frôler la mort à plusieurs reprises. » « Et comment ! Je dirais que c’est ce qui est le plus plaisant. Sans prise de risque, j’estime que la vie ne vaut pas le coup d’être vécu. » « Je ne te pensais pas ainsi, Kainou. Finalement, tu n’es pas aussi étrange que je le croyais. Tu nous ressembles un peu. » « Juste un peu alors. » C’est vrai. Ils éprouvaient le même besoin de se coller aux problématiques quotidiennes. Cependant, Zane avait beaucoup plus de mal à activer l’adrénaline qui lui donnait des sueurs froides, ceci pour la simple raison qu’il devenait toujours plus fort à cause et grâce aux situations conflictuelles dans lesquelles il se livrait. Il ne s’en était pas rendu compte tout de suite, mais il figurait bel et bien dans un groupe à part, où la transcendance appelait occasionnellement à l’ennui. Il était encore très loin du niveau qu’il s’était fixé, mais ça ne révolutionnait rien aux aspects parfois monotones qui ressortaient de ses expériences. En compagnie des deux phénomènes, il comptait bien changer la donne tout en se persuadant que d’autres défis encore plus fous l’attendaient. Ses poings ne vibraient plus avec la même intensité alors que les battements de son cœur demeuraient aussi stables que les notes d’une musique réglées sur le tempo identique. Heureusement qu’il profitait de beaucoup d’imagination pour faire pleuvoir un déluge de péripéties au-dessus de sa tête. Il disposait de pas mal d’idées à mettre en pratique pour le restant de ses jours. Au diable l’ennui, et bienvenue le frisson de la joie ! Lorsque tout le monde eut fini de manger, de faire la sieste ou autre, la tombée de la nuit annonça le grand départ des troupes. Aussi, c’est surtout le cri appréciable d’un de ces lézards géants qui les convia à presser le pas. « On dirait que nous ne sommes pas les seuls à vouloir gouter à cette viande. Allons-y. » Conscients qu’ils devaient se hâter pour ne pas se faire devancer par d’autres audacieux, les trois membres entrèrent précipitamment dans le domaine.

Alors qu’ils venaient tout juste de passer le seuil de la porte principal, ils virent effectivement un immense dragon à deux têtes en train de se débattre contre une légion de mercenaires. Ceux-ci ne semblaient pas particulièrement puissants, puisqu’ils étaient surtout en grand comité. Ils avaient eu la présence d’esprit d’élaborer une quelconque stratégie pour malmener le prédateur. À base d’un équipement adapté à ce type de chasse pour le moins conventionnel, un fil lesté par un métal très lourd reposait sur le corps du géant. Quelques pièges avaient également été lancés afin de ralentir ses mouvements, permettant à trois d’entre eux de le prendre en tenaille. Blindé d’armes d’hast pour une allonge plus importante, ils tentèrent de percer ses points faibles en contournant son épaisse carapace. Ce dragon n’était pas commun et autres. Zane n’était pas un expert en la matière, mais il avait affronté suffisamment de ses pairs pour s’en convaincre sans pour autant avoir le besoin de passer à l’action. Croisant les bras, il caressa son menton en les regardant faire d’un air intrigué. « Je parie sur trois. » Camilla fronça les sourcils, ses mains posées sur sa taille. « Mmh… cinq. » À son tour, Kain s’avança à leur hauteur, une fiole dans les mains. Il examina plus longuement la scène, passant lui aussi aux pronostics après le cri furieux de la bête. « Vous êtes trop optimistes. Ils vont tous périr. » À l’image d’un voyant qui venait d’annoncer les images d’un futur sombre, la grosse bête qui répondait au nom d’Orthos déchargea toute sa colère contre ses opposants, son cri les propulsant au loin, lui laissant ainsi l’occasion de s’exempter de ses entraves. Le monstre passa ensuite à l’attaque en les balayant avec son imposante queue. Déboussolés, les mercenaires tentèrent de se reprendre, mais ils se firent tous écraser par sa patte, ses griffes déchirant le corps des imprudents. Pour conclure son enchainement, il libéra les flammes de l’enfer dans le but de calciner les pauvres hères. Chantant par l’angoisse et la peur, ils sombrèrent dans le néant. Zane tira l’épée de son fourreau, un sourire aux lèvres. « C’est à notre tour mes enfants. » À eux de jouer à présent.


1800+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 13 Juil 2016, 23:27


Le serpent géant n’était pas d’humeur, et à juste titre. Après tout, il venait de se faire agresser et acculé par des hommes souhaitant probablement le dépecer. Tout laissait à penser qu’il ne s’agissait pas des premiers assaillants auxquels il avait dû se confronter. Il protégeait un lieu. Par conséquent, il était plus que jamais exposé aux assauts domestiques des autres combattants qui passaient dans le coin, et ce pour diverses raisons. Ce dragon n’avait pas de chance. Sa maitresse ne devait pas l’aimer beaucoup pour lui faire subir un tel châtiment, ou alors elle croyait que personne n’était capable de le vaincre au vu de sa puissance phénoménale. Il est vrai qu’un observateur un tantinet minutieux pouvait distinguer les nombreuses empreintes de griffes qui scellait les alentours, ainsi que le sang abondant qui coiffait sol comme minéraux avec une certaine fraicheur. Celui-ci ne lui appartenait pas, pour preuve sa cuirasse qui ne prétendait aucune faille. Le gout du décor était particulièrement prononcé grâce à ça. Certes, la créature possédait toutes les caractéristiques d’un monstre insensible à toutes figures de douleur, sûrement apte à écraser ses autres compagnons dragons sans se heurter à trop d’obstructions. Cela dit, aussi menaçant qu’il puisse l’être, toutes bêtes disposaient de limites que les hommes ne connaissaient pas. L’intelligence demeurait spécifique aux bipèdes, bien plus évoluée et complexe que celles d’animaux, même aux consistances mythiques. De plus, elle n’avait probablement encore jamais fait face à un démon qui dépassait ses limites à chaque instant. Son équipe était parée à lui montrer de quoi elle était capable, alors que sa propre personne respirait le parfum des corps calcinés qui reposaient près de l’ennemi. « Hm. Je ressens le plaisir monter en moi. Deux têtes, quatre pattes, une queue et une adorable paire d’ailes. J’ai bien peur de t’annoncer qu’il te manque au moins le triple de tout ça pour espérer me voir suer. » « Faites attention les garçons. Notre jouet s’approche. » « L’impulsivité est un tort qu’il faut savoir refouler. » La posture de Kain en position accroupie avait de quoi susciter quelques questions, mais Zane lui faisait confiance, ne cillant même pas lorsque le mastodonte se pressa vers eux.

Libérant un râle de terreur, il affala son énorme patte sur l’alchimiste qui se déplaça à la toute dernière seconde. Au lieu de frôler sa cible, la mimine de l’ailé remua le sol qui explosa aussitôt en générant une profonde impulsion qui refoula sévèrement cette dernière. Le malandrin n’était pas seulement un spécialiste doué dans l’alchimie, car il semblait également très compétent dans la composition de pièges. Au demeurant, leur élaboration dépassait de loin ce que le vil avait pu apercevoir jusqu’alors. Dans tous les cas, cette opportunité sonnait le moment idéal pour agir. Tandis qu’Orthos était encore déboussolé par le contre inattendu, Zane oscilla son corps en avant, accélérant la vitesse de ses membres antérieurs pour prendre le large avec vélocité. Il arriva en un éclair à hauteur de sa tête, chargeant frénétiquement sa main d’énergie afin d’émettre un puissant coup avec le plat de sa paume. Le choc délivré par la technique inaugura un son bruyant qui chemina tel un écho dans les contrées sauvages. La première gueule de l’adversaire se renversa en arrière, mais c’était sans compter sur l’intervention de la seconde qui émergea par un angle mort, sa mâchoire grande ouverte. C’est par cette occasion qu’il put davantage remarquer la sculpture effilée de sa dentition, probablement en mesure de déchirer sa chair sans effort. L’homme éclipsa la morsure en brandissant son sabre pour s’en abriter, cependant il se fit violemment repousser par sa force titanesque qu’il avait sous-estimée. Par chance, son corps fut sauvé par Camilla qui l’avait magnifiquement intercepté par ce qui ressemblait à de longs tentacules noirs. Elle le reposa tranquillement sur la terre ferme, ses bras demeurant croisés sous son imposante poitrine. « Tu m’en dois une, chéri. » « C’est noté. » Elle partait avec un net avantage en poche. Cette capacité avait toujours charmé le diable qui aurait voulu obtenir un pouvoir similaire depuis qu’il avait vu Roger à l’action.

Les multiples membres de cette espèce offraient de nombreuses voies, autant pour ce qui concernait l’attaque que la défense. En termes de stratégies et de variétés, elles transigeaient une matière essentielle à celui qui désirait s’armer d’un attirail légendaire. Après ce sauvetage plutôt impressionnant, la séduisante succube passa à son tour à l’action en approchant du carnassier avec témérité. De par sa grâce, elle parvenait à se frayer un chemin en dépliant ses longues lianes au bon moment. Lorsqu’un assaut survenait à elle, elle déployait celles-ci à bon escient. Trois d’entre elles furent utilisées pour maintenir la patte, dans qu’une autre poignée agrippait un point d’ancrage pour lui fournir l’élan nécessaire à sa projection dans les airs. Le dragon piqua ses deux têtes vers elles, et bien qu’il aurait pu la déchiqueter d’une seule bouchée, Camilla replia ses amis auprès de son corps pour les ajuster en une sorte de bouclier, qui bien qu’elle cédât, lui légitima de se préserver de toute blessure infligée. Pour autant, elle ne renonça pas au fil de l’action puisqu’elle parvint à saisir une encoche alternative pour revenir à la charge en le prenant à revers. L’élan donnée par ce biais lui permit de s’élever à nouveau, bien que cette fois-ci la gravité le ramena vers le monstre. Appelant le moindre de ses tentacules à accabler le géant, elle infligea une succession de coups, semblables à des claquements de fouet jetés par une cargaison entière de maitres punissant leurs esclaves. Le hurlement plaintif de la victime se manifesta avant que ce dernier n’en vienne à répliquer avec sa queue, imitant la mouvance du fouet qui était en revanche bien plus lourd, donc bien plus dommageable. Touchée en son centre, elle ne compromit pas son élégance naturelle malgré tout, se laissant intercepter par Kain qui avait plongé derrière elle pour refréner la chute. Zane était plus que satisfait par ce que ses yeux avides reflétaient pour l’instant. Orthos était un dragon très puissant, ce qui donnait du sens à son statut de gardien.

Lui infliger des dommages étant plus facile à dire qu’à faire, il comprenait à présent que de nombreux imprudents avaient dû s’y frotter et s’y piquer. En toute modestie, le bellâtre se savait supérieur à la moyenne, de par sa force pour commencer, mais aussi par sa manière de penser et d’interpréter les situations qui s’amenaient à lui. Ses capacités physiques et intellectuelles dépassaient de loin la norme, c’est la raison pour laquelle il savait porter de bons jugements que les individus auxquels il était confronté. Dans son joli cœur qui est le sien, une forme de respect commençait à naitre vis-à-vis de cet adversaire aux proportions gargantuesques. Cela étant, avec ce qu’il venait de voir de ses propres coéquipiers, il n’avait plus aucun doute quant à la conclusion de l’affrontement : la défaite du gardien surviendrait après l’échauffement. « Que diriez-vous si on passait la seconde désormais ? Si je me fie à sa carrure, il s’agit d’un mâle. On sait tous que les hommes sont fiers. Qu’ils ont besoin de se donner à fond pour trouver satisfaction à leur égo. Je m’en voudrais de vexer notre ami s’il remarquait qu’on ne fait pas de notre mieux. » La guerrière pourpre sortit des décombres dans lesquels elle avait atterri, suivi de près par son sauveur qui avait tout ramassé à sa place. Elle frotta certaines parties corrompues de sa si belle tenue. « Pas trop mal pour le gardien d’un domaine si pathétique. » Oh. Il ne pouvait pas la contredire. L’environnement dans lequel ce pauvre hère gisait jouet nuit manquait cruellement de panache. D’après tous les lieux qu’avait pu visiter le mercenaire de l’enfer, celui-ci se situait facilement dans son top du flop. Enfin, il n’avait pas emprunté ce virage pour contempler du paysage. Bien au contraire. « Tu marques un point, princesse. Tiens, en parlant de points. Ça vous dirait de parier sur lequel d’entre nous lui placera le plus d’attaques ? » Logeant ses fins doigts dans son amène coiffure, Camilla fit claquer ses talons sur le sol rocheux avant de dégainer son arme de prédilection : un fouet à double corde entièrement confectionné sur mesure.

Sur la lanière était soigneusement disposé un fourmillement d’épines impossibles à relever au premier coup d’œil. L’extrémité se voyait équipée d’un embout en métal, permettant très probablement à son utilisatrice de fomenter des dégâts ravageurs. La poignée, exhaustivement de cuir, contenait un étrange symbole marqué d’un S enfermé dans une forme ovale. La lettre était rayée par trois traits épais qui rappelaient immédiatement les griffes d’un monstre. « Joli ! » Ne pouvait-il s’empêcher de déclarer en faisant suivre sa remarque d’un sifflement. Beaucoup moins impressionnant, mais non moins élégant, Kain dévoila un long sceptre dont le joyau central brillait de mille feux. Afin d’éviter de passer pour le ringard de service, Zane invoqua sa seconde arme, celle qu’il utilisait peu par son manque de maitrise, mais qui était bien plus originale et esthétique que sa première. La faucille qu’il avait nommée Faith se dévoila graduellement sous l’effet d’une poudre argentée qui la fit naitre. Maintenant qu’ils étaient tous convenablement équipés pour passer au second stade de la gravité, le trio malsain passa simultanément à l’offensive en chargeant le pauvre quadrupède de tous les côtés. Sans se concerter, ils avaient emprunté un angle différent, le prenant malgré eux en tenaille. N’ayant pas le luxe de posséder une tête supplémentaire pour compléter l’efficacité de sa défense, il concentra ses pensées sur Zane et sur Camille. Le premier administra une poignée de puissance à son arme avant de faucher l’air avec une passion dévorante. Sans trop de difficultés, il parvint à chasser la tête, le ménagement étant absent de sa détermination. Sa concubine fit plus ou moins la même chose – sans la force qui allait avec – en claquant ses deux pointes propices à la flagellation sur le sommet de son crâne. L’écho du bang supersonique cadra à merveille à l’ambiance de suprématie qui ressortait de la coopération effective. Les ferrets ainsi que le souffle de la faux avaient réussi à blesser l’animal. Toutefois, il restait encore un combattant en lice. Appuyé par l’absence d’obstacles, il se confronta néanmoins à la queue du prédateur qui remua en tous sens à cause de la panique qu’il éprouvait, explosant tout ce qui se trouvait sur son malheureux passage. Qu’importe, puisque le second homme de la troupe arriva à bon port en opérant sa traversée par quelques esquives assez adroites. Au-delà des croyances qui voulaient le voir utiliser un autre de ses subterfuges, il n’en fit rien. Kain imprima son pied à la base de sa queue. Quelques secondes plus tard, une marque noire recouvra une grande partie de son échine. Le dragon s’effondra juste après.


1800+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 26 Aoû 2016, 23:21

Ils avaient vaincu le dragon ? Oh non ! Ce n’était pas si simple. Qu’importe la témérité avec laquelle ils s’opposaient à la bête, les phalanges enveloppées d’une aura sulfureuse, il ne renoncerait pas sans la certitude d’une défaite. Le combat n’aurait pas lieu d’être si la tempérance s’exprimait d’une manière aussi candide. Toutefois, vaincus ou pas, ils venaient de prendre un avantage considérable en l’accablant ainsi face à sa propre faiblesse. Toute légende qu’il symbolisait, il ne faisait pas le poids contre le trio impénétrable de trois démons. Au sens littéraire bien sûr. Ils appartenaient sans doute à d’autres espèces, mais ça n’avait pas la moindre importance pour le leader inconditionnel de la troupe, apte à juger objectivement ce qu’ils avaient dans le ventre. L’essence qui émanait d’eux était d’ailleurs étonnement semblable à la sienne, à la fois écrasante et oppressante. La posture qu’ils maintenaient lors de cette présente victoire — provisoire ou non — dessinait clairement le tableau idéal d’un artiste en pleine éclosion créative. Ils sentaient la menace et la destruction, venant tout juste de s’éveiller grâce à la formation de cette équipe en action. Ils auraient probablement pu importer le coup fatal afin de rompre la vie d’Orthos, mais sans même se concerter ils décidèrent de le laisser récupérer un peu de ses forces. Ses énormes pattes tremblotantes se fragilisaient au simple appui qu’il essayait d’accomplir. « Nous y avons été un peu fort, il semblerait. » « J’en doute. Cette espèce de dragons est relativement tenace. Ils peuvent survivre durant plusieurs nuits sur d’importantes blessures et se relever ensuite sans endurer le mal qui lui est prodigué. Celui-ci doit guérir plus promptement que ses semblables. » « Kain n’a pas tort. Regardez, il est de nouveau prêt à en découdre. » « Effectivement. Prouvons-lui qu’il aurait dû y réfléchir à deux fois avant de se ressaisir aussi vite. » « Yep. Je suis chaud pour la seconde manche. » Kain fit craquer ses vertèbres cervicales tout en se plaçant volontairement aux premières lignes. Il délaissa son armement actuel et fit apparaître une énorme hache, bien plus imposante que son propriétaire.

Avoir à disposition plusieurs cartes dans sa manche était naturellement adjuré pour faire partie de sa fratrie, car c’est souvent en dansant avec la variété que les bals recevaient la note maximale. En dehors de sa pose digne d’un beau gosse qu’aurait parfaitement pu utiliser le démon dans cette situation, le scientifique plaça également un morceau de bois entre ses lèvres. Il était complètement aux antipodes de l’image qu’on se faisait d’un tel personnage, neutralisant ainsi les clichés sans réserve. Grand bien leur fasse. Ils n’avaient toutefois pas le luxe de s’attarder sur les détails puisque le prédateur passa immédiatement à l’assaut en abattant son énorme queue sur le sol. Le marteau du colosse éclata le pavé en mille morceaux, manquant de peu les trois compères qui l’esquivèrent d’un bond orienté dans chaque direction. Le premier à répliquer fut Kain, qui sous la forme d’un éclair violacé, coupa au travers de l’air afin de pourfendre la cuirasse de la cible de métal. Néanmoins, c’est en étant habité par une curieuse férocité que le mâle se dressa sur ses deux pattes arrières. Dans la continuité de son action, il jeta l’un de ses membres avant sur Kain qu’il atteignit sans peine, ses terrifiantes griffes l’accablant de plein fouet tandis que son corps percuta lourdement des amas de dunes rocailleuses. Cette fois-ci, Camilla n’était pas là pour lui sauver la peau puisqu’elle fut elle-même contrainte de se défendre selon ses propres moyens. Elle focalisait toute son attention sur le monstre, car elle était consciente qu’ils révélaient leurs authentiques pouvoirs quand ils étaient acculés, somme toute comme n’importe quelle créature de ce bas monde. Dans l’immédiat, elle ne s’y trompa guère dans ma mesure où une déflagration se rua à elle dans la véritable intention de la carboniser tel un poulet frit. Son double fouet s’interposa sur la longue flamme qui se scinda en deux parties, à l’image d’une paire de crocs qui combattaient côte à côte pour défaire le mal, mais là encore l’espérance était trop élevée pour croire que ceci affecterait d’une quelconque façon son attaque diabolique. Le serpent incandescent divisé en deux entités bien distinctes tournoya autour d’elle avant de l’encercler et l’enfermer dans un cerceau qui détona en une impulsion assez forte pour la faire déguerpir au loin. Pas mal. Les prédictions dépassaient ses attentes, car c’est un présent un adversaire drogué par des surdoses de vitamines qui se dressait fièrement à dessein de prendre sa revanche bien méritée.

L’unique barrière qui empêcherait de voir sa vengeance prendre les traits de la gloire, c’était Zane. La guirlande de feu avait certes vaincu temporairement la jeune femme, mais elle n’avait pas terminé son carnage pour autant. En suite logique de son crachat, il était le dernier rempart au rendu de sa sérénité, c’est pourquoi il donna tout ce qu’il avait dans le ventre pour annihiler la présence du démon. En respectable habitant des enfers qu’il était, le feu ne lui posait pas autant de difficultés que ses pairs. Toutefois, c’est surtout grâce à sa puissance actuelle qu’il put dévier le jet d’un revers de la main, chassant le torrent sur le côté. Il joignit ensuite sa force de frappe à sa vitesse luminescente pour charger en une rafale le mastodonte. Techniquement, les dragons étaient normalement plus fort que les hommes, tant par leur brutalité que par la taille qu’ils avaient, mais le bellâtre n’était plus un amateur, et ce depuis des lustres. Son niveau surpassait de loin la norme, ce que son adversaire vérifia plus vite que prévu en se confrontant au poing du diable. Esquissé par un sourire narquois, si, visage révéla les traits de sa délivrance malfaisante. Sous cette forme, plus rien n’était susceptible de gêner ses assauts. En conséquence de ce geste pour le moins conventionnel, les réflexes de l’homme lui octroyèrent un profond recul, ce qui par cette chance, lui évita une mort certaine. En véritable génie du combat qu’il était, il enchaina sans interruption en projetant son arme démentielle sur le tyran. Si l’arme en elle-même ne disposait d’aucun pouvoir particulier en mesure de produire des miracles, la précision mélangée à sa virulence quotidienne lui fournit la pesée nécessaire pour le désorienter. Pas assez cependant pour faire taire sa voix tonitruante qui asséna une seconde fournée infernale par le biais de sa grande gueule. Se désistant à la dernière seconde face à cette aimable invitation, les ombres transportèrent le fléau en sécurité. Enfin, sa notion de sécurité divergeait fatalement des classes inférieures qu’on dénommait aussi les prudents chez certaines espèces. Quoi qu’il en soit, la cruauté du chevalier haï par les vertus surgit au dernier moment pour sortir ses griffes et le couper au niveau de sa proéminente mâchoire. Une contre-attaque caudale le plaqua presque immédiatement au sol, lui portant aussi une succession de coups par la suite. Fissuré en tous points, un nuage de poussière impondérable se leva, masquant automatiquement la conclusion de la rage. Oh, bien entendu, il en fallait largement plus pour égratigner le héros de la démesure. L’enveloppe des faibles ne lui allait pas du tout, c’est pourquoi il s’en était débarrassé à la première occasion venue. Son teint se mariait mieux avec la colère, péché pour lequel il avait eu une certaine retenue jadis, mais qu’il maîtrisait désormais à la perfection. Alors que l’illusion de le prétendre blessée était bel et bien réelle, une intense lumière blanche inonda la terre en un dôme protecteur. Cette exposition immaculée n’appartenait à aucun ange, puisque celle-ci muta fièrement avec les ténèbres pour devenir aussi noire que sa chevelure.

Jaillissant dans les airs avec la grâce d’un phénix, le valeureux démon heurta frénétiquement le museau de sa Némésis en lui s’appuyant sur un uppercut parfaitement accompli. Sous le choc hors norme inculqué par la pression de ses phalanges, la créature sombra une nouvelle fois alors que sa déchéance s’accompagnait d’un interminable cri plaintif. Son long cou tomba en premier, suivi de sa tête qui généra une légère secousse par son poids incommensurable. Zane adopta son atterrissage après la débâcle de son adversaire, ses mains venant s’appuyer sur ses hanches tandis qu’il constatait par lui-même ce qu’il en était advenu. Il n’était pas encore hors combat. Les dégâts avaient certes étés considérables, mais rien de très grave pour un animal de sa trempe. Contre toute attente, ses partenaires le rejoignirent enfin, cela sans presser le pas. Ils avaient admirablement résisté. Il ne s’attendait à rien d’autre venant de leur part, si ce n’est d’être aussi imprévisible que lui pouvait l’être. « Vous en avez mis du temps. J’ai failli le tuer, vous savez. » Kain mangeait calmement des myrtilles qu’il avait récoltées au moment de sa chute. Il les dégustait une à une, non sans jeter un coup d’œil à Orthos. « C’est pas ce qu’on est censé faire ? » « Pas vraiment. Ce serait trop facile que de libérer complètement son pouvoir. La domination est un exercice opus délicat qu’il n’y paraît. » La séductrice passait plus de temps à se contempler dans le régler de son arme qu’à véritablement s’occuper de ses deux compères, du moins jusqu’à ce que le dragon se décide à remuer. Elle le pointa du doigt. « Est-ce que je peux en finir avec lui ? J’ai une revanche à prendre. » « Bien sûr. Après toi. Tu n’y vous aucun inconvénient Kain ? » « M’en fout. » « Très bien. » Mais au lieu de ça, la créature battit de ses imposantes ailes à tout rompre pour s’élever dans les airs. Il s’échappait, conscient qu’il ne survivrait pas sans cette revendication. « Il ne pourra pas aller bien loin, suivons-le. » Zane était le seul responsable du jeu. C’est lui qui décidait quand celui-ci prenait fin. Toutefois, il était aussi temps pour eux d’anticiper ses réactions futures en restant quelques temps en retrait. Ce type de combat se remportait sur la durée, donc c’est la fatigue qui décidait généralement de l’issue. En promenant ses yeux sur ses deux compères, il était rassuré de voir qu’ils en avaient encore dans le ventre pour et qu’ils étaient prêts à toutes les faires toutes les concessions pour le convaincre qu’ils étaient des partenaires d’exceptions. Sans que celui-ci ne leur dicte quoique ce soit, ils se préparaient déjà à l’offensive suivante en préparant tout le matériel qui étaient à disposition. Ils avaient plus de mérite que tous les partenaires qu’il avait eu jusqu’alors.


1800 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Sam 27 Aoû 2016, 00:36

La retraite anticipée du dragon fut l’excellente idée du jour, ou plus précisément l’un des réflexes essentiels à la survie. Tous les animaux – quelle que soit leur appartenance – disposaient de ce merveilleux avantage qu’était l’instinct. Grâce à ce dernier, ils pouvaient rapidement savoir comment réagir à telle ou telle situation sans s’exposer inutilement à une mort certaine. Ce qui allait au-delà de la fierté leur indiquait avec précision quelle était la meilleure voie à emprunter en mettant de côté l’inconscience. La fatigue qu’il avait emmagasinée lors de ses multiples attaques avait évidemment étés trop importante pour qu’il soit apte à se débarrasser d’eux en une seule intervention. Camilla, Kain et Zane formaient un trio d’insouciance qui ne cessait d’évoluer au fil du combat. Pour une première union, ils avaient appris plus vite que n’importe quel groupe, leur solidarité étant aussi dangereuse qu’elle était fusionnelle dans la manière d’appréhender chaque revirement. La folie étant le point commun qui les fortifiait allait aussi à l’encontre de leurs différences, qui ensemble formaient pourtant la meilleure des stratégies. Même pour les dragons déjà naturellement doués pour le combat, semblable à une élite entrainée dès le plus jeune âge, le sens critique de ce qu’ils étaient capables de faire s’était fait ressentir au travers de leurs intentions. Le chef de la troupe avait obtenu une révélation lorsqu’il s’était dressé à leurs côtés, confirmant son bon choix de les compter parmi les premiers membres de sa famille. Pour les déterminer correctement, on pouvait dans ce cas les appeler fondateurs ; les adhérents originels qui dès lors venaient de se voir gratifié de la promotion la plus valorisante possible au sein de ses alliés. En les regardant, il était persuadé que son parcours initiatique ne faisait que commencer, et qu’il avait par conséquent de grandes choses à accomplir. Les dieux allaient devoir le garder à l’œil s’ils ne voulaient pas périr de la main du diable en personne.

Dépossédé de son rire maléfique qui fit écho dans toute la zone, le guerrier né pour gagner se targuait de pouvoir s’emparer du monde, définitivement. Pour ça, il avait toutefois quelque chose à accomplir pour que ce but soit possiblement réalisable. Maintenant qu’il avait toutes les cartes en main pour faire ce que bon lui semblait, il ne restait plus qu’à assembler les derniers éléments afin de mettre un point final à certaines histoires. Pour cela, des présentations s’imposaient. Mais avant de les préparer selon les hautes convenances, ils devaient compléter la mission qu’ils s’étaient donnée en anéantissant une bonne fois pour toutes l’esprit du dragon nommé Orthos. Suivre sa piste ne réclamait aucun effort au vu des blessures pour le moins sérieuses qu’il avait encaissées. Un mastodonte de son gabarit devait se reposer durant plusieurs heures pour espérer pouvoir reprendre le vol convenablement. Sa fuite n’était que temporaire, c’est pourquoi il avait surement dû se réfugier dans un abri qui lui était le plus accessible. Ils n’allaient pas avoir besoin de faire de grands efforts pour le retrouver, puisque les nombreuses taches de sang présentes au sol leur mâchaient tout le travail. Lui remettre les griffes dessus allait s’avérer aussi aisé qu’une partie de cartes contre des enfants estropiés. Une facilité déconcertante qui entrait également dans les règles d’un jeu. « Si on se fie à la douleur qu’il doit actuellement ressentir, alors je présume qu’il est allé se dérober au sommet de cette montagne. » Kain pointa l’objet de sa suspicion avec son index. Il s’agissait d’un piton disposant de plusieurs cimes proéminentes se tirant dans diverses directions. Une cache parfaite en somme. « C’est plus que probable. Orthos n’est pas qu’un dragon. Il agit aussi en tant que gardien qui doit protéger les lieux. Pour cette raison, il doit être impensable pour lui de s’écarter trop loin de sa niche. L’esprit des lézards apprivoisés ne se différencie pas de celui des humains. Quelle que soit sa taille, un toutou reste un toutou. » Et c’était probablement ce qui faisait défaut au monstre.

Géant ou lilipution, sa faiblesse majeure résidait non pas dans le corps, mais toujours dans le mental. Peut-être aurait-il pu survivre si seulement sa sensibilité avait été celle d’une véritable terreur et non celui d’un subordonné. Tout ceci devenait tellement prévisible. « Camilla. Tu peux le tracer n’est-ce pas ? Tu es bien meilleure que moi à ce petit jeu. » La séductrice l’avait néanmoins devancé. Elle s’approcha de lui en se dandinant comme elle savait si bien le faire, puis elle le contourna en glissant sa main à divers endroits de son anatomie. Elle lui déposa un baiser sur le coin des lèvres, avant de repartir en première ligne. « Suivez-moi. Il est tout près. » En pisteuse d’exception, elle dirigea l’équipe en prenant les devants. Ils arrivèrent rapidement au pied de la montagne, et alors que le vol leur aurait fait gagner un temps précieux, aucun d’entre eux ne mentionna cette possibilité. Zane était certes le seul à disposer d’ailes capables de lui faire sauter l’obstacle en quelques secondes, mais ces derniers avaient d’autres moyens tout aussi efficaces. Sans se concerter, ils préférèrent toutefois l’option la moins positive, probablement par esprit sportif. De toute façon, bien que les prises étaient peu nombreuses et praticables, le démon n’avait aucun mal à se déployer de sa grande force pour franchir l'obstacle, à tel point qu’il atteignit le sommet avec la même facilité que la voie aérienne. Sans imprévu, il était le premier à l’accomplir. Malgré tout, ses amis le talonnèrent en le succédant presque sur l’instant. Camilla s’était servi de ses armes avec une adresse incomparable tandis que Kain avait usé de quelques tours en mesure de remplacer n’importe quelle compétence physique. La reine de la chasse reprit ses positions en entamant quelques détournements qui les conduisirent assez promptement au lieu du rendez-vous. Alors qu’ils pénétraient dans une immense caverne, ils renouèrent contact avec la bête qui se détendait paisiblement dans une posture favorisant le confort.

Son odorat finement accru lui permit de reconnaitre instantanément ses agresseurs pour lesquels elle se leva, comme un hôte ravi d’accueillir ses invités. La joie en moins, elle révéla vivement ses intentions en expulsant ses flammes punitives dans la caverne. En s’enjouant de plusieurs bonds cabriolés, ils s’exondèrent du four en vitesse, ceci afin d’éviter de finir en proies roussies. Il est vrai que le terrain fermé dans laquelle se trouvait leur victime les désavantageait en comparaison de l’environnement précédent, car s’il parvenait à leur bloquer le débouché, alors aucun d’entre eux ne s’en sortirait indemne. L’intelligence de ce dernier n’était plus à prouver, puisqu’il paraissait évident qu’il avait calculé son coup pour les empêcher de combattre librement. Heureusement qu’ils étaient plus timbrés que ça, sous-entendant l’idée que rien ne les prohiberait de mettre un terme à ce qu’ils avaient juré de faire. « Je propose la solution la plus viable. On fonce comme des bêtes et on lui fait le plus de dégâts possible, qu’importe ce qui nous arrive durant l’opération. Sa puissance a considérablement faibli depuis nos attaques répétées. Honnêtement, je pense que nous ne misons pas grand-chose en agissant avec l’imprudence à nos côtés. » « Ma foi. L’on dit que l’étourderie n’est qu’une forme alternative de la vie, la vraie. Le risque de mourir est notamment plus excitant que de partir avec des certitudes. » « Je suis encore jeune. Je n’aime pas beaucoup les mauvais pas inconsidérés, mais je suppose que j’ai signé pour ça quand j’ai décidé de vous rejoindre. » « Pour le roi des pactes, l’émargement n’est qu’une promesse que tu te portes garant de tenir jusqu’au bout. Bien, puisque nous sommes tous d’accord, allons mettre un terme à son agonie. » Rares étaient les soldats à faire preuve d’autant d’acharnements sans qu’aucune récompense ne soit à la clé. La gratuité de leurs actes se voulait aussi malsaine qu’elle était dénuée de principes ou de foi. Tous s’élancèrent en même temps, se disposant naturellement côte à côté en face du cracheur de feu qui surplomba les parois caverneuses de sa colère. Sa frénésie dévasta une partie du mur qui céda sous son affolement furieux.

Il avait renoncé au contrôle, c’est pourquoi son énorme queue, ses pattes et sa gueule se mouvaient dans n’importe quelle direction, ceci dans l’espoir d’éradiquer l’un d’eux par la chance du hasard. Zane parvenait à user de ses différentes capacités pour fausser compagnie à toutes les attaques, bien qu’il ne pouvait tout esquiver, s’en prenant alors quelques-unes sans possibilités de contrer directement. Les autres survivaient avec la même ténacité, chacun émoussant de ses points forts pour contraindre la bête à se fatiguer au maximum. Les flammes dansaient autour d’eux comme des animaux vivants qui semblaient avoir leurs propres consciences. Le démon s’essayait à deviner le moment opportun pour agir, et lorsqu’il trouva la fameuse lacune ; cette ouverture que seul un fin observateur pouvait voir, il lança le signal à ses camarades pour assener l’assaut final. Dirigés par la même rage que le monstre des airs, ils utilisèrent leurs meilleurs techniques en même temps sur lui dans le but de le calmer définitivement. Ainsi, Zane lâcha sa superforce en dupliquant ses poings de violence, Camilla projeta son double fouet en le chargeant d’une puissante magie foudroyante, et Kain libéra un flux destructeur qui provenait de ses deux paumes. Une fois n’est pas coutume, c’est sans aucune concertation qu’ils ciblèrent un endroit différent, Zane valorisant la tête, la guerrière l’articulation de ses pattes et la vaudou sa colonne vertébrale. Une explosion sans précédent se produisit, laissant la bête de feu baigner dans un grognement de haine et de douleur qui se répandit dans toute sa splendeur en sillonnant des kilomètres à la ronde. La caverne céda également puisqu’elle se brisa en de multiples morceaux, ses gravats de roches s'effondrant sans prévenir. Enseveli sous les pierres, le trio dégagea celles-ci en sortant non sans être épuisé de leurs périples. Crachant leurs poumons, ils rampèrent en dehors des décombres avant de se laisser tomber sur le sol. Quelques secondes après ce repos bien mérité, la roche trépida doucement avant de laisser l’énorme dragon sortir à son tour, ses grandes ailes débattant lourdement pour prendre son envol et foncer au plus loin dans l’horizon. Sans un mot, ils savaient qu’il était préférable de le laisser partir, leurs victoires étant de toute façon bien réelles. Ils avaient obtenu ce qu’ils avaient voulu en venant le chasser, et surtout ils avaient compris à quel point leur équipe fonctionnait à merveille. Désormais, il restait à recruter quelques membres en plus afin de parfaire son but. Le sourire des trois amis reflétait le sentiment de plénitude qui vibrait dans leur intention de créer l’organisation la plus terrible qu’il ait été donné d’exister. Après être devenu roi, Zane pourrait se complaire à revêtir la casquette du régicide qu’il désirait tant être, ceci avec l’aide de sa famille bien sûr.

1800 mots
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Deux têtes, deux fois plus d'argent [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» EVENT PART II : Il était une fois deux aveugles à Utopia [PV Gontrand]
» [Q] (Asuna) Deux par deux rassemblées, nous iront le point levé
» Deux éléments, deux élémentales [Anwen]
» [Q] Un, deux, trois... soleil ! | Solo
» [Q] - Entre deux mondes | Solo
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Naturel - Est :: Edelweiss enneigée-