Le deal à ne pas rater :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz – i7-12650H – ...
999.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Soirée spéciale: Tout est permis! [Rp pour tous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar
Mer 28 Mar 2012, 17:17

Soirée spéciale: Tout est permis! [Rp pour tous] Div>

Approchez! Venez gouter aux plaisirs les plus interdits, venez croquer dans le fruit défendu. Ici vous ne serez pas jugé, vous serez les rois/reines de la nuit.

Donc pour pouvoir bénéficier des récompenses suivantes il vous faudra faire 4 postes de 30 lignes minimums.

Pour les femmes:
- Un éventail à lames (modèle unique à choisir, réservez-le en m‘envoyant un mp.Si vous avez une image qui vous plait et qui n'est pas dans la liste n'hésitez pas à me le proposer par mp)
Choix:
Spoiler:

Pour les hommes:
- 1 point de charisme, pour cela il vous faudra gouter au cocktail spéciale offert par la maison. Un mélange d’alcool et d’une potion. Vous n’aurez bien sur droit qu’à un seul verre de ce fameux cocktail. Je vous laisse libre choix pour la description et le gout, la potion rend le cocktail agréable pour celui qui le voit et le boit.

Je tiens juste à préciser que vous ne pouvez pas tuer mes hôtesses sinon je vous mets dehors! Je vous rappel que c’est le quartier général des Veuves Noires donc ici les femmes sont protégées, donc Messieurs tenez-vous à carreaux si vous ne voulez pas d’ennuis. Soyez des gentlemans.

Bonne soirée à tous!








Soirée Spéciale
Tout est permis




Aya avait passé la journée à préparer la soirée qui devait se dérouler ce soir là. Elle avait passé toute la semaine à afficher des affiches publicitaires pour faire la promotion de cette soirée très spéciale. Elle avait bien sur chargé toutes ses hôtesses de l’aider pour la répartition des affiches sur les terres du Yin et du Yang. Elle s’était débrouillé pour qu’il y en ai dans chacune des villes de ces terres. Après donc plusieurs jours de voyage à parcourir les quatre coins du globe elle avait fini par rentrer chez elle afin de terminer les préparatifs de la soirée. Elle avait bien sur invité ses fidèles Veuves Noires lors d’une communication télépathique à l’aide de leurs diadèmes. Elles devaient toutes être présente, car ce soir tous les hommes les plus séduisants seraient présents, et elles devaient toujours être à l’affut d’une potentielle nouvelle proie. Aya avait déjà prévue le déroulement de la soirée en cas de capture. En effet chaque Veuve Noire possédait un salon privé dans lequel elles pouvaient emmener l‘homme de leur choix pour de plus amples connaissances. Mais ce fameux salon, seul les hommes choisis seraient invité à y entrer, peut être y aura-t-il des chanceux ce fameux soir.

La jolie déchue était donc rentrée à Megido pour terminer les préparatifs. Elle s’occupa d’abord de la préparation de la salle de spectacle ainsi que des tenues des hôtesses présentent ce soir là. Elle avait beaucoup de travail en perspective et savait qu’elle n’aurait pas le temps de souffler avant la fin de la fameuse soirée spéciale. Elle alla donc rendre visite à tous ses employés qui se hâtaient à la préparation de la salle de spectacle. Ils mettaient en place les différentes décorations, déplaçaient les tables et les canapés afin de réaménager la salle de façon à pouvoir y contenir beaucoup plus de monde que d’habitude. La jeune femme avait demandé à ce qu’il y ai une piste de danse ou les invités pourraient s’adonner à des danses érotiques qui peut être les aideraient à se détendre un peu plus et se prendre au jeu de la séduction. Elle voulait que tout soit parfait et il valait mieux pour eux que ce soit le cas. Elle souhaitait marquer les esprits ce soir et ainsi pouvoir donner envie à des hommes de revenir plus souvent dans son établissement. Elle vérifia l’arrivage de boissons ainsi que celui des amuses bouches qui seraient indispensable pour le côté plus agréable de la soirée. Elle avait fait venir plusieurs danseuses de revue, chacune étaient spécifiées dans des domaines différents, l’une dansait à la barre, une autre faisait de l’effeuillage et la dernière effectuait un spectacle de cordes aériennes et tout cela en tenue légère. Il y avait bien sur les plus belles hôtesses de la maison qui seraient mises en valeurs dans des tenues affriolantes. Après avoir fait le tour du cabaret et avoir vérifier le bon déroulement des opérations, elle se rendit dans son appartement qui se trouvait juste au dessus du cabaret. Elle passa par son salon privé et emprunta la porte qui la menait à un grand escalier la menant à son appartement.



Une fois chez elle , la jeune femme prit un bain de lait tiède afin de se détendre. Une servante avait prit soin de tout préparer à son arrivée, elle avait tout prévue à la minute prêt et savait que la patronne ne plaisantait pas avec la ponctualité. Aya alla donc se glisser dans son bain lacté et resta quelques temps dans ce concentré de douceur. Après quelques temps à se prélasser elle finit par sortir pour passer à la préparation de son jolie minois. Tout était déjà prêt, la servante avait posée la tenue d’Aya sur le grand lit de sa chambre. Elle avait étalé ses vêtements avec soin sur les draps de satin blanc. La belle déchue n’avait plus qu’à s’habiller et décider ensuite de ce qu’elle mettrait avec. Elle enfila donc sa tenue de soirée. Elle avait choisit une robe légère de couleur rouge et noire. La robe était constituée d’un corsage rouge au laçage noire, il était recouvert de satin rouge et les ruban du laçage étaient en satin noir d’une douceur affolante. Elle portait une jupe en résille noire faite de plusieurs rangées de tissus qui lui donnait du volume. La robe était très courte et dévoilait donc la totalité de ses longues jambes dorées. Elle ne portait en dessous qu’un léger sous vêtement de dentelle noire que l’on apercevait sans forcer au moindre mouvement de son corps si elle se penchait un peu. La jeune femme chercha ensuite des bas de soie noirs ainsi que de très coquins porte jarretelle qu’elle laisserait dépasser de sa robe, prolongeant ainsi la vue sensuelle de ses jambes. Elle ne laissait rien au hasard, après tout le cabaret était un lieux de plaisir alors pourquoi s’habiller comme une sainte lorsque l’on ne va pas à l’église. Elle prit une paire de longs gants de dentelle noire qu’elle enfila sans attendre puis appela sa servante pour qu’elle vienne l’aider à préparer la suite.

Pendant que sa servante commençait à préparer de quoi la coiffer et la maquiller, Aya chercha la paire de chaussure adéquate pour sa tenue. Elle finit par tomber sur une paire de chaussure à talon qui remontait jusqu’au haut de ses genoux, elles étaient faite de deux rubans de satin rouge qui s’entrelaçaient sur la jambe et venaient s’attacher en un jolie nœud papillon sur le côté de la cuisse. Elle prit donc le temps de nouer ses chaussures puis alla s’assoir devant sa maquilleuse. Devant elle se trouvait le miroir de la maquilleuse dans lequel elle pouvait admirer ce que la vie lui avait si généreusement offert. Elle admirait son visage pendant que la servante s’affairait à la coiffer de la façon la plus parfaite possible. Elle lui attacha les cheveux en un chignon haut et très travaillé, plusieurs mèches retombaient sur son cou de façon sensuelle. Elle aimait beaucoup ce genre de coiffure cela faisait ressortir son visage de poupée. La jeune servante para les cheveux de la demoiselle avec de nombreuses pinces en diamants et rubis puis finit la coiffure en y ajoutant plusieurs paillettes qu’elle saupoudra légèrement. Dans un cabaret tout était exagéré, les vêtements, la coiffure, le maquillage, même le comportement des femmes était beaucoup plus poussé que dans la vraie vie, c’était ça la magie de ce temple de la nuit. Aya passa donc ensuite au maquillage assistée par sa servante. Elle maquilla ses grands yeux saphir avec une poudre pailletée blanche, elle souligna son regard d’un trait de crayon khôl puis allongea ses cils avec du mascara. Elle souligna la forme pulpeuse de ses lèvres avec un magnifique rouge à lèvre carmin. Une fois la partie maquillage terminée elle prit son parfum préféré et en vaporisa sur son corps. Elle était presque prête, il ne manquait plus que la touche finale. La servante arriva avec une boite entre les mains puis l’ouvrit devant Aya qui en observa le contenu. Elle lui avait apporté sa parure de diamants, une paire de boucles d’oreille pendante et un magnifique collier que l’on appelle plus communément une rivière de diamants. Et y ajouta aussi une sublime bague sertie d’un rubis tellement gros que si elle devait se noyait il l’attirerait tout droit au fond de l’eau. Elle mit donc ses plus beaux bijoux puis s’admira dans le miroir. Elle scrutait son reflet à la recherche du moindre petit détail à corriger puis souri une fois contente du résultat. Enfin, la patronne était prête, le spectacle pouvait commencer.
Elle redescendit donc dans le cabaret pour juger du travail terminé.



Elle passa donc encore une fois par son salon privé puis entra dans la grande salle de spectacle qui était prête à accueillir les clients. Elle passa la porte de l’entrée afin de scruter les lieux en commençant pas le début. L’entrée était donc décorée de façon simple mais suffisamment chic pour mettre tout de suite les gens dans l’ambiance. Les murs étaient dans des tons rouges chauds décorés de dessins de dentelle noire, de grandes fresques qui avaient été peinte par de grands artistes. De magnifiques hôtesses vêtues de courtes robes noires en dentelle étaient prêtes à accueillir les clients et à prendre leurs manteaux pour les suspendre dans la penderie de l’entrée. Elles étaient souriantes et apprêtées à la perfection. L’entrée était donc simple, juste une penderie et deux magnifiques créatures pour vous accueillir. Cependant une troisième jeune femme vous attend au fond pour vous ouvrir la porte qui mène à la salle des spectacles. Elle vous mènera à votre place ou vous indiquera le bar celons vos préférences. Après être entré dans la grande salle on peut donc admirer le décor chaleureux de la pièce. Une décoration sobre mais très coquine, en effet ici tout est en noir et rouge les couleurs du mal et de la passion. Si vous vous installez à une table vous pourrez profiter de confortables fauteuils en dain de couleur noire rayé rouge. Devant vous se trouvera une table en bois noir laqué sur laquelle vous recevrez vos boissons et autres commandes. La scène se trouvera juste face à vous, il vous sera donc impossible de manquer le spectacle. Si vous souhaitez aller au bar il se trouve lui à droite de l’entrée, tout en marbre noire ce grand bar est assez robuste pour résister aux hommes les plus éméchés. Il est sculpté de façon harmonieuse. Face à vous vous aurez de sympathiques serveuses en tenue légère sous leur tabliers qui vous offriront toutes les consommations de votre choix. Vous pourrez vous assoir sur de haut tabouret en cuir rouge ou simplement rester debout accoudé au bar. Si vous avez envie d’aller danser seul ou avec une charmante créature, vous pourrez aller exercer vos talents de danseurs sur la piste qui se trouve juste à côté entre la scène et le bar. Un orchestre joue tous les soirs dans le cabaret pour le plus grand plaisir de la clientèle.

Aya à fait préparer un cadeau particulier pour toutes les demoiselles présentes ce soir. Sachant pertinemment que ce genre d’endroits attire moins de femmes que d’hommes, et surtout étant toujours à la recherche de nouvelles Veuves Noires, elle voulait leur faire un petit présent. Elle avait fait préparer plusieurs éventails assez particuliers. En effet, chacun d’eux étaient des modèles uniques en ce qui concerne la décoration, mais pas seulement, car ces éventails sont en fait des armes. Lorsqu’une demoiselle se sent menacée il lui suffit de faire ressortir les lames qui sont cachées dans les différents volets de son éventail. Elle avait préparé ces jolie cadeaux dans l’espoir de faire passer un message et de peut être attirer de nouvelles fidèles. Les hommes ce soir ne seraient pas inquiété, ils seraient traité avec attention. Elle ne voulait pas de scandale dans son cabaret et avait interdit tout crime lors de la soirée, précisant à ses amies de ne faire que repérer les proies potentielles, leur laissant donc la vie sauve pour ce soir. Cette soirée serait une partie de plaisir pour elles toutes, car elles pourraient s’amuser un peu loin de leurs responsabilités respectives. Alors que vous soyez ange ou démon n’ayez pas peur nous ne mordons pas. Enfin, Pas ce soir…

Le cabaret ouvrit ses portes, attendant les premiers clients. Les hôtesses étaient toutes à leur poste, et Aya la directrice attendait ses invités au bar assise sur un tabouret, les jambes croisées avec élégance et un verre à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 28 Mar 2012, 18:57

-Majesté, je pense que nous devrions y aller.

Lynn n’avait le nez sur le tableau d’affichage que depuis quelques secondes et son escorte commençait déjà à l’embêter. Ignorant superbement le magicien qui l’avait interpellé, elle continua l’examen des diverses annonces épinglées sur la planche en bois qui trônait dans le centre-ville. Ce fut avec une petit moue déçue qu’elle regardait toutes ces publicités pour des pièces de théâtres et autres spectacles amusants mais elle devient bien ce faire à l’idée qu’elle n’avait pas le temps pour ça. Soudain, son regard s’arrêta sur l’annonce d’un cabaret « Le Black Widow ». C’était l’établissement de l’une de ses amies, Aya !

Le capitaine de la garde jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule de la jeune femme pour s’informer de ce qui captait son attention. Il eut alors un rictus, suivi d’une exclamation méprisante.

-C’est une maison clause, ma dame, l’informa le bonhomme qui connaissait bien le caractère impulsif de Lynn. Ce n’est pas digne de votre rang et ça pourrait être dangereux.

-Celle qui tient l’établissement est une personne que j’affectionne, rétorqua-t-elle d’un air pensif. Notons l’adresse et la date !

Le garde poussa alors un long soupir résigné et face au regard insistant de la jeune fille, il sortit son calepin.

* * *

Lynn resserra l’écharpe de soie noire qui enlaçait ses épaules nues. Sa robe d’Ultimage peinait à faire ressortir le blanc immaculé qui la caractérisait, miroitant plutôt dans des tons nacrés. Celle-ci était pourtant sensée être blanche, laissant son dos nu alors que le vêtement créait un ''V'' de ses épaules jusqu'au haut de ses fesses. Sa traîne était tout de même longue mais, ce qui faisait surtout contraste – mis à part la couleur pure qu'elle était la seule à porter – était que, comparé aux hôtesses en ces murs, on ne voyait ni ses cuisses, ni sa poitrine vue le décolleté très minime. Ses talons créaient une mélodie rythmée sous chaque pas que la jeune femme enchainait, la conduisant bien rapidement aux fameuse hôtesses qui lui proposèrent de la débarrasser. Lynn armée de son sourire fit lentement « non » de la tête et entra finalement dans le cabaret.

La salle était grande. L’atmosphère de noir et de rouge donnait à l’environnement une saveur à la fois discrète et sulfureuse. Pourtant, Lynn ne voyait pas la luxure qui était sensé embaumer l’endroit. Elle ne s’attarda même pas sur les barres, partie intégrante de la scène, car elle ne voyait pas encore leur utilité. Autant dire que son expérience de ce genre d’endroit était parfaitement nul. La magicienne n’avait absolument aucune idée de ce qu’elle allait voir. Elle appréciait simplement avec émerveillement toutes les petites décorations qui embellissaient la salle. Et pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine excitation, rien qu’à pénétrer dans cet endroit, symbole des plaisirs les plus inavoués. Certes, elle ne connaissait pas beaucoup des choses de l'amour, mais en tant que toute jeune fille, elle ne pouvait ignorer son appel.

Une autre hôtesse courtement vêtue lui demanda alors où elle préférait s’asseoir. Lynn allait jeter son dévolu sur une petite table à l’écart et avisa une silhouette bien connue assise près du bar. Elle remercia donc la jeune femme et se dirigea à grandes enjambées vers Aya, un sourire ravi étalé sur son visage de poupée.

-Aya ! L’interpella-t-elle. Je suis très heureuse de te revoir. J’espère que ta soirée se passera comme tu le désires.

L’échange fut bref car Lynn ne voulait pas la déranger plus que de mesure. Sans doute avait-elle des obligations plus pressantes. Elle prit donc congé poliment et alla s’asseoir à la table qu’elle avait repérée un peu plus tôt. Il y posa d’ailleurs son écharpe et commanda un verre de vin à une hôtesse qui avait la gentillesse de s’intéresser à son sort. Ici, il y avait de grandes chances que Lynn ne fasse qu’observer. On ne peut être acteur d’un monde dont on ne fait pas partie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 28 Mar 2012, 19:43

    Les rues de Medigo était sombres. Les ruelles étroites, souvent mal fréquentées, pouvaient si aisément devenir le théâtre de tous les crimes, des plus simples aux plus élaborés. Parmi les soulards qui bafouillaient avec peine, des bouteilles plus ou moins vides à la main, des chansons en l'honneur des dames de petites verrues, les seules qu'ils arrivaient à approcher moyennent compensation tandis que celles ci affichaient les corps souvent usés et défraichis, leur vêtements sales et déchirés; les ombres qui masquaient leur visage, semblant préparer de mauvais coups, les bonnes gens qui pressaient le pas mal à l'aise dans cette foule, les gamins qui tentaient de voler les bourses des moins attentifs; quelques autres individus bien plus mystérieux et à l'allure énigmatique convergeaient dans la même direction. Cette nuit serait spéciale pour Medigo, le Black Window ouvrait ses portes pour une soirée unique, un événement que Vanille ne devait rater pour rien au monde. Elle évoluait, silencieuse et dissimulée sous une cape bordeaux parmi les quelques vermines qui trainaient encore dans les avenues. Certains tentèrent d'attirer son attention, espérant obtenir d'elle certains plaisirs qu'elle ne leur céderait jamais: ils étaient bien trop laids et sans intérêt, et elle avait d'autres chats à fouettes.

    Après quelques minutes de marche, elle arriva enfin au lieu de rendez-vous et poussa la porte. De ses mains blanches, elle fit délicatement glisser la capuche de sa tête, dévoilant ainsi son doux visage de poupée innocente aux grands yeux verts. Une hôtesse se précipita sur elle pour la débarrasser de sa cape, et tout naturellement, la sirène lui remit le vêtement,elle n'allait tout de même pas se trimballer avec jusqu'au bout de la nuit. Débarrasser du large morceaux de tissus, elle passa ses doigts dans ses cheveux roux qui descendaient en boucles élégantes et douces jusqu'à sa taille. Exceptionnellement, elle avait opté pour une tenue assez simple, et étrangement en vue de l'occasion présente, bien plus habillée que ses accoutrements habituels. Elle abordait une robe corset rouge qui remontait sa poitrine déjà généreuse et laissait sa gorge dénudée. Parsemés de motifs et de dentelles noires, et le bas étant une simple jupe assortie au haut qui lui tombait à mi cuisse, elle était loin de ses extravagances coutumières, tout en mettant en valeur son corps et ses longues jambes de lys. De taille moyenne, elle s'était fait un petit plaisir en ce qui concernait les chaussures avec des talons d'une hauteur affolante, sans que cela semble la gêner.

    Vanille laissa son regard d'émeraude se balader sur les environs, avisant toutes les personnes présentes. Pour une fois, elle n'était pas en retard et les invités commençaient tout juste à arriver. Il était alors aisé de procéder à un examen des convives. Être aussi attentive à son environnement ne ressemblait pas à la jeune femme, d'ordinaire si rêveuse. Mais elle cherchait quelqu'un. Et pas n'importe qui. Après tout, faisant partie des Veuves Noires depuis un certain temps, la moindre des choses auraient été de se présenter lors des réunions précédentes, or, elle n'y était encore jamais allé, trop prise par de sombres desseins. Aujourd'hui était alors le grand jour.

    -Aya !Je suis très heureuse de te revoir. J’espère que ta soirée se passera comme tu le désires.

    Cette voix interpella Vanille et elle avisa celle qui venait de paler. Lynn? Elle s'était déjà rencontrée, une fois, dans les montagnes de l'Edelweiss. Mais cela faisait bien longtemps maintenant. Peut-être que la magicienne ne se souvenait plus d'elle. L'ondine jeta ensuite un coup d'oeil à «Aya», avec un certain intérêt. Elle se rapprocha lentement, avançant avec la grâce des félins et le vicieux des serpents, elle s'accouda contre le mur, les yeux voguant entre les deux jeunes femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Mer 28 Mar 2012, 23:59

Après sa traversé du désert, Forceria avait bien besoin de décompresser. Elle se sentait tellement lourde, mais aussi tellement peu séduisante dans cette tenue. Au début c'était assez agréable de porter un voile blanc, mais maintenant le blanc avait cédé la place à un marron assez atroce.
Les habitants de la ville de Megido s'écartaient devant elle, craignant d'attraper une maladie contagieuse. Elle n'aimait vraiment pas cette situation. En temps normal, elle n'était pas le centre d'attention pour cette raison. Tout le monde se massait autour d'elle et demandait ses services.
Une affiche attira alors son attention. Il était donné une sorte de réception. Rien n'était vraiment spécifié, tout le monde semblait autorisé à y participer. Voilà qui lui donnerait une bonne raison de profiter des bains! Sans plus attendre elle se dirigea vers les bains publiques. Elle passa la porte de l'établissement et se dirigea vers l'accueil.

"Bonjour Walt, avez vous une salle privée pour moi?"

Le jeune homme la regarda avec stupéfaction.

"Excusez moi mademoiselle, mais... Nous sommes nous déjà vu?"

Elle ouvrit grand les yeux. Elle avait eu une rapide aventure avec cet homme la dernière fois qu'elle avait mis les pieds ici. Disons qu'ils avaient profité quelques heures de bains pour se laver l'un l'autre. D'ailleurs elle n'aurait pas dit non au même traitement cette fois ci.
La jeune femme dénoua le haut de son voile, dévoilant ainsi sa chevelure bleue. Walt n'en croyait pas ses yeux.

"Forcé?"

Directement il contourna le comptoir et attrapa sa main. Cela faisait bien un an qu'il ne l'avait pas vu et espérait secrètement qu'elle passe quelques mois en ville. Il nourrissait depuis bien longtemps une forte affection pour la jeune femme, mais savait que cela n'était pas réciproque. Il se contentait donc de jouir de sa compagnie (dans tout les sens du terme) lorsqu'elle faisait un passage en ville.
La jeune femme sourit timidement.

"Désolée d'arriver ainsi. J'ai traversé le désert récemment et je n'ai pas trouver le temps de prendre un bain. Du moins avant maintenant."

Il secoua rapidement la tête.

"Tu n'as pas à t'excuser. De plus, je pense que tu es relativement bonne pour nos affaires. Peut être as-tu fait fuir quelques clients en arrivant, mais tu vas nous en ramener au moins le triple en quittant ces lieux."

Bien que cela ne se remarqua pas, la jeune femme rougit. C'était assez courant que les passants la complimente, mais pas ses amis. Aussi cette remarque lui allait droit au coeur.

"Bon, une pièce d'eau privée c'est ça?"

Elle hocha la tête. Immédiatement il se posta derrière le comptoir et lui donna la clès de la pièce qui lui serait réservé pendant les quelques heures à venir. Walt savait qu'elle prendrait tout son temps.

"Est ce que je pourrais..."

Il laissa la question en suspend, trop gêné pour continuer. Forceria s'appuya sur le comptoir.

"Pas aujourd'hui, je me rends au bal ce soir et je tiens à être en forme. Si jamais je te laisse me rejoindre je serais incapable de quitter les bains de la soirée!"

Ils rirent tous deux pendant quelques secondes avant de laisse le silence s’installer. Sans plus attendre Forceria s'empara de la clé et disparut dans les couloirs du bain. Sa toilette prit beaucoup plus de temps que prévu mais cela en valait la peine. Elle était à présent aussi propre et détendue que l'on pouvait l'être. La pendule marquait les vingt heures. La soirée ne devrait pas tarder à commencer, mais il ne serait pas bon pour son image qu'elle arrive trop tôt. De toute manière, il est bien connu que les femmes mettent toujours beaucoup trop de temps à se préparer.
Il ne lui restait donc qu'à se vêtir pour la fête! Elle avait trouvé chez les marchands du désert une robe qui irait à merveille pour la fête de ce soir.
La robe était bleu foncée et dorée. C'était une tenue de réception chez les femmes du désert. A la différence près qu'elle l'avait modifié de-ci de-là avec quelques dorures. (Je suis malheureusement incapable de décrire la robe tellement je la trouve magnifique, donc je vous la post) Elle enfila des sortes de spartiates dorées à talon ainsi que quelques bijoux simple afin de compléter sa tenue.

Spoiler:

Concernant la coiffure, elle ne tenta rien de particulier. Le naturel était toujours mieux! Pour le maquillage, un trait au crayon noir, un peu de mascara et une touche de rouge à lèvre suffirait. Elle avait envie de tout sauf de passer trois heures de plus à se peinturlurer le visage. Elle ne comprenait toujours pas ce qu'elle appelait "femme pot". Tout ce maquillage qu'elles se tartinaient sur le visage devait peser atrocement lourd! De plus, elle n'imaginait même pas le choc pour les quelques malchanceux qui les voyaient sans maquillage. Elle sortit de la salle de bain et se dirigea vers l'accueil, son baluchon sur l'épaule.

"Walt, peux-tu garder mon sac pour ce soir?"

Le jeune homme leva les yeux et s'immobilisa. Sans prononcer un mot, il acquiesça. Elle l'embrassa sur la joue puis fila dans la nuit.
Les rues étaient étrangement calme, les habitants devaient sans doute se trouver à la fête. Celle ci se déroulait non loin de la place, il ne lui faudrait qu'une dizaine de minute pour rallier ce point.
Une fois devant les portes de la bâtisse, Forceria prit une grande inspiration et entra. Elle ferma vivement les yeux, agressée par la lumière ambiante.
Son entrée passa presque inaperçue. Il y avait ici tellement de belles femmes qu'une de plus ne ferait aucune différence. Elle chercha du regard l'organisatrice de la soirée mais ne la trouva pas. Elle se sentait extrêmement gênée de ne pas pouvoir lui présenter ses hommages. Elle fit rapidement le tour de la salle, espérant trouver un visage familier.
Ce fut à ce moment là qu'un homme attira son attention. Un sourire illumina son visage alors qu'elle se frayait un chemin dans la foule pour le rejoindre.
Le jeune homme a la chevelure coloré ne passait pas inaperçu. Quelques femmes se précipitaient déjà vers lui. Elle ne serait pas la première à l'accueillir pensa-t-elle avec tristesse. Mais espéra-t-elle, serait-elle la première à éveiller son attention. Elle n'avait pas vu Sanno depuis quelques temps, qu'allait-elle lui dire? La timidité la gagna peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 29 Mar 2012, 14:33


Nathaniel avait continué son voyage non loin de Megido. Et les rumeurs vont si vite par ici qu'il ne mit pas beaucoup de temps à savoir qu'un évènement particulièrement délicieux allait avoir lieu.
Le jeune démon prit donc sa journée à se renseigner sur l'endroit, les demoiselles ainsi que l'attitude qu'il faudrait avoir pour aller en ce lieu. Bien sûr, et Naomira sa louve noire aux pattes blanches le savait mieux que quiconque, Nath' n'en prendrait pas compte car bien se tenir en société et lui font bien plus que deux.

Il se léchait les crocs d'avance, aller en ce lieu où plus d'une charmante créature irait le divertir c'était comme proposer au démon des âmes "innocentes" à aller croquer.
Le soir venu, Nathaniel avait toutefois pris soin de paraître un minimum présentable : les cheveux lavés et ondulés entre ses deux cornes saillantes, la veste dépoussiérée, la dague bien gardée en son fourreau et les bottes quelque peu re-cirée, Nathaniel entra dans la noble demeure.
Naomira le suivait humblement ses yeux vairons furetant ci et là les arrivants. Devrions nous dire d'ailleurs les arrivantes. Car en effet, l'assemblée se remplissait de douce créatures toutes les plus attrayantes les une que les autres.

L'endroit était tout à fait au goût de Nathaniel, une dominante rouge et noire et une esthétique très plaisante pour un cabaret. Rien à dire tout était d’esbroufe mais cela avait un charme qui ne rendait pas Nathaniel indifférent. Ce dernier était au sourire édenté de ses deux petites canines. Une hôtesse voulu lui enlever son manteau à l'entrée mais il maintenait qu'il était impoli d'entrer en ce lieu torse nu, ce qui risquait d'arriver s'il commettait l'imprudence de se dévêtir.
Il entrait alors dans cette ambiance chaleureuse et frivole, entouré des lumières à la couleur bien chaude quand on lui fit une remarque sur le loup noir qui l'accompagnait.


" C'est ma louve Naomira. N'ayez pas d'inquiétudes elle ne nuira ni à l'ambiance ni aux membres de cette merveilleuse soirée. "

Le démon tendit une main confiante vers sa louve qui eut comme réponse de s'assoir aux côtés de son maître le plus modestement possible avec une docilité épatante quand on connaît la relation qu'elle entretien avec Nath'. L'une des hôtesse esquissa un sourire de convenance à l'hypocrisie de courtoisie et laissa donc Nathaniel poursuivre son chemin dans les méandres du cabaret. Comme la maîtresse des lieux leur avait souligné, pas de scandale.
Naomira pensa en son fort intérieur que Nath' lui revaudrait de ne pas lui avoir fait défaut. Car en l'instant présent, la personne qui faisait défaut à l'autre c'était Nathaniel qui avait moins de tenue que sa propre louve.
Cette dernière souffla un peu de désespoir quand à l'éducation de son maître et continua de le suivre tandis que celui ci égarait ses yeux dans de larges décolletés, tandis que sa langue caressait l'envie de se voir s'échouer le long des cuisses des danseuses ici et là.

Alors qu'on le conduisait aux tables, Nathaniel vit une occasion inespérée de s'amuser un peu plus ce soir. En effet, il apercevait au loin ce qui semblait être un très beau spécimen d'ange, manifestement déchue si l'on regarde la cruelle indescence de ses jambes croisées cependant avec élégance. A fin de ne pas éveiller les soupçons, Nathaniel prit soin de replier un peu plus ses ailes rachitiques contre son dos. Il avait bien taillé des fentes dans son manteau pour les laisser libres mais il tenterait de ne pas trop les déplier ce soir, avec un peu de chance s'il se cachait bien on le prendrait pour un bélua.
Cela dit, les cornes et les yeux rouges portent à confusion, mais sait on jamais un humains hybride à un bélier . . . Beaucoup trop d'espoir pour ce démon, il était repéré et Naomira savait d'avance qu'elle devrait supporter les jeux de son maître.

Assis sur un fauteuil plutôt majestueux, rayé noir et rouge, accordé à la pièce, et dont le confort était appréciable puisqu'en daim ; le démon profitait du spectacle qui s'offrait à lui.
La louve préféra prendre place sur le canapé qui était collé au mur. Elle prit soin à ne pas prendre trop de place mais elle ne tenait pas à se placer aux pieds de son maître. Si elle devait supporter ses blagues incessantes et douteuses autant qu'elle soit confortablement installée. Les pattes blanches croisées elle pouvait à présent poser sa tête et observer les rêveries qui se passait autour d'elle.
On servit à Nathaniel un petit verre d'où s'évaporait une odeur d'alcohol particulière. Le petit coktel n'était pas fort mais avait la particularité de vous mettre l'eau à la bouche et de continuer à en boire, bien sucré, comme Nath' les aime. Cependant, le démon aurait préféré qu'on lui serve la jeune demoiselle qui lui avait présenté ce verre, une robe aux dentelles audacieuses, il y avait de quoi vous donner envie de jouer un peu.


"Hey Naomira, tu vois la fille avec les cheveux bleus là bas ? D'après toi j'ai une chance de converser avec elle ?"

* Si tu veux mon avis, reste calme, t'as oublié que ce domaine était aussi favorable à tous interdits ? Y comprit, parait-il, à celui des disparitions douteuses ? *

" Tchh ! Ce ne sont que des rumeurs, et puis d'ailleurs je serais ravis d'avoir à faire à d'aussi charmants défis s'ils se présentent sous ce genre de formes. D'ailleurs, en parlant de ça, j'adore particulièrement la maîtresse des lieux. A moins que je ne me trompe il me semble que c'est celle avec les cheveux blancs là bas, Nathaniel pointa discrètement de son verre l'intéressée, le regard rougeâtre et aiguisé et le sourire malsain sur le coin de ses lèvres celle-ci qui parle avec une autre ..."

* Peu importe, n'attire pas d'ennuis et tâche de tenir sur tes jambes quand on repartira, tu es plutôt lourd et je ne suis pas d'humeur à porter un démon sur mes épaules. *

" Haaa, quelle rabat joie tu fais .. Bien, je m'amuserais seul de toutes manières, mais j'aime bien profiter de la soirée avec une amie, et malgré le fait que je sois ton maître cela n'empêche pas que j'aie de l'affection pour toi. "

Pour seule réponse, Naomira installa un petit moment de silence et détourna le regard de son démon pour se porter vers la scène. Elle était prudente et continuait d'inspecter les lieux, mais des fois Nath' l'agaçait. Cependant elle avait été touché par ce rare moment de sincérité que Nathaniel lui avait offert.
Nathaniel fit un signe à l'une des serveuses et hôtesse pour qu'on lui reserve un de ces petits coktels rafraichissants qui lui donnait un certain plaisir gustatif. Quitte à dilapider l'argent qu'il avait durement gagné pendant son voyage, autant que ce soit dans le divertissement.
Haaa ce démon et sa débauche, encore qu'il aime avoir le temps de désirer sa convoitise avant de l'obtenir.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 29 Mar 2012, 19:53

Soirée spéciale: Tout est permis! [Rp pour tous] Sans_t15





Cela faisait maintenant plus de six mois que la demoiselle habitait Megido. Elle s'y plaisait malgré le danger qui guettait les rues comme des rats lorsque le soleil tirait sa révérence. Elle habitait toujours dans la petite chambre située au fond de l’hôtel dans lequel elle travaillait. Sa patronne, une femme très veloutée pour ne pas dire grosse, du nom de Marianne, était d'une gentillesse et d'une fermeté à toute épreuve. Persuadée que la jeune magicienne ne mangeait pas assez en voyant sa taille svelte, elle l'obligeait à se nourrir au moins cinq à six fois par jour. La patronne de l’hôtel s'était éprise d'affection pour sa jeune employée et Niva considérait Marianne, de son surnom Maria, comme une deuxième maman. C'était donc tout naturellement que la jeune femme l'aidait dans les différentes tâches pour gérer l'hôtel et faisait de la publicité à chaque coin de rue pour attirer les clients.

Ce soir là, la ciel était encore plus sombre et dépourvu d'étoiles que d'habitude. Niva sentait sa poitrine et ses poumons se comprimait à chaque fois que Maria tirait sur les ficelles de son corset, obligeant la jeune femme à retenir son souffle pendant plusieurs secondes. Dans une des rues principales de la ville avait été ouvert un bar, ou plutôt une maison des plaisirs. Le Black Widow, de son nom, accueillait leur nouvelle patronne, d'une beauté à couper le souffle, et une fête avait eût lieu en l'honneur de cet événement. Maria avait eût la si bonne idée d'envoyer la magicienne faire de la publicité pour l'hôtel dans ce lieu contraire a la personnalité de Niva. Mais, elle ne pouvait refuser, car après tout, Marianne l'avait prise sous son aile alors qu'elle était errante dans les rues. Elle eût l'impression de sentir une de ses côtes craquer sous le dernier mouvement du corset. La robe qu'elle arborait était d'un rouge sang, tout en voiles et dentelles, au manches bouffantes, rehaussée à la poitrine par un corset donc les fils étaient noirs satinés. Ses cheveux, qui, depuis ses premiers pas sur les terres du Yin and Yang avait considérablement poussés, voletaient autour d'elle, retenus furtivement par une barrette ornée d'une rose et d'un voile carmin. Son corps avait pris de belles formes pulpeuses et la robe que la jeune femme arborait moulait son corps aux courbes parfaitement dessinés pour s’épandre librement en de multiples jupon et voilages qui donnait l'impression qu'elle avait des plumes.

Cette robe était la robe de Marianne lorsque celle-ci faisait une carrière de danseuse en éventail. Toutes les femmes participant à la soirée du Black Widow pouvait recevoir un éventail, une raison de plus qui avait pousser Marianne à envoyer sa protégée pour qu'elle lui rapporte le fameux éventail.



- Tu es superbe.



Marianne entraina Niva vers la coiffeuse et la maquilla légèrement avec un léger trait noir au dessus de ses yeux couleur des mers. Puis, elle ajusta une dernière fois quelques mèches autour de son visage et contempla le travail. La patronne du Black Widow, Aya, pouvait bien se tenir, car, qu'elle le veuille ou non, sa petite princesse était aussi belle qu'une déesse.



- Tu va faire des ravages. Murmura Marianne, les yeux pleins d'étoiles.

- Ho ne dit pas n'importe quoi, répliqua Niva en se tournant vers sa " mère adoptive ", je ne vais là-bas que pour faire de la publicité, pas pour y prendre du bon temps.

- Tu devrais pourtant, beaucoup de beaux partit seront là-bas et puis à ton âge, le plaisir charnel seras au rendez-vous. S'exclama Marianne avec un malicieux sourire sur ses lèvres trop rouges.

- Maria ! Je ne me sent pas prête pour avoir une quelconque relation, charnel ou non avec un homme.

- Tu dis peut-être çà maintenant ... Mais avec ton jolie visage et ton corps sublime, attend toi à te faire courtiser ma chérie. File maintenant, avant d'être en retard et d'arriver lorsque tout le monde seras trop saoul pour pouvoir parler et entendre ce qui tu leur diras !


Marianne poussa la jeune fille vers la sortie de l’hôtel. Avant de partir, la grosse femme regarda Niva partir, soudain inquiète.


- As-tu pris du parfum ? Et t'es-tu lavé les dents ? Je t'ai mit du maquillage. Et puis as-tu pris les prospectus de l’hôtel ?


Niva leva les yeux au ciel en souriant : Bien sûr .. J'ai tout prit Maria. Bonne soirée !


Sans prendre le temps à sa patronne de continuer à penser à tout et rien, La jeune magicienne se dirigea vers le Black Widow.


L’intérieur était aussi beau qu'elle pouvait le penser. Un jeune homme entreprit de la débarrasser de son long manteau noir et de son sac. La maison des plaisirs était d'un ravissement exemplaire. D'une beauté égale à la nouvelle directrice. Niva vit celle-ci au loin, prise dans une grande conversation avec ... Dae Lynn, sa majesté Dae Lynn. La jeune femme rencontrait pour la première fois la reine des magiciennes. Ce n'était pas dans un lieu comme celui-ci qu'elle s'était imaginé la rencontrer mais c'était tout de même un privilège. Ne voulant en aucun cas couper court a leur conversation, la belle magicienne dans sa tenue de soirée s'installa autour d'une table, commandant un cocktail au barman, qui lui souriait déjà. Après tout, Maria n'avait peut-être pas tord. Elle aurait tout le temps pour faire de la publicité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 29 Mar 2012, 21:30

Spoiler:


Ellana marchait tranquillement dans les rues de Megido. Enfin ce n'était qu'en apparence, car en réalité, elle était sur ses gardes, ne voulant pas se faire agresser sans qu'elle ne puisse réagir. Depuis quelques jours, elle n'avait plus de travail, et était à la recherche d'un, mais pour le moment n'avait rien trouver de bien intéressant. La Bélua s'arrêta devant une taverne ou s'échappait des bruits, et entra. La mauvaise odeur la frappa de plein fouet, mais elle ne dit rien et continua à avancer jusqu'au panneau des affiches. Au passage, quelques personnes la sifflèrent, mais elle les ignora.

Arriver devant le panneau, elle examina les différentes proposition, avant de tomber sur une peut courante. Celle-ci annonçait que le Black Widow faisait une soirée spéciale, ouvert à tous. Bien que Ellana ne soit pas vraiment attirer par ce genre d'endroit, elle se dit qu'un peu de détente ne lui ferait pas de mal. Elle choisit d'y aller, notant l'adresse sur un papier, et sortit de la taverne.

Après quelques minutes de marche, elle s'arrêta, venant de penser à un détail, un gros détail même. Qu'allait-elle se mettre? Les robes ou jupes n'étaient pas son truc, et de toute façon, sa ne l'aidait pas à se déplacer correctement. Enfin une bonne nouvelle pour elle, elle avait du maquillage, donc seul la robe et les chaussures lui manquaient, mais elle allait régler ce problème tout de suite.

* Bon je ferais mieux d'aller m'acheter une robe.*

Elle se dirigea vers un magasin de couturier pas loin, et entra. L'établissement n'était pas bien grand, mais on voyait bien que les robes étaient de la bonne qualités. Des clientes se retournèrent, la fixant, essayant de déterminé qui était la plus élégante, ou se genre de chose. Ellana les ignora, et préféra reporter son attention sur une femme d'âge mure qui venait vers elle. Elle se présenta comme travaillant ci, avant de lui demander ce qu'elle voulait.

- Et bien, ce soir je vais à un club appeler le Black Window, et j'aimerai bien avoir une robe à porter pour l’évènement, mais je ne sais pas trop quoi choisir.

La femme la fixa pendant quelques secondes, avant de lui répondre.

- Je vois votre problème. Suivez moi s'il vous plait, je dois avoir des robes qui vous conviendrez.

Ellana la suivit à travers les rayons, lui laissant le choix pour choisir sa robe, n'étant pas très habile pour se genre de chose. La femme prit différentes robes, puis se dirigea vers les cabines.

- Tenez essayer celle-là. Et ne vous inquiétez pas pour la taille, je pourrais raccourcir si besoin est.

- Merci, dit-elle en prenant les robes.

- Remerciez moi quand je vous aurai trouvez une qui vous ailles à merveille.

Ellana fit un mouvement positif de la tête, avant de rentrer dans la cabine, mettant une robe, sortant pour la montrer à la femme, avant que celle-ci ne lui dise non, et d'en essayer une autre. Après avoir essayer pas moins de sept robes différentes, la femme lui en rapporta une couverte par un plastique. Lorsque Ellana l'ouvrit, elle fut étonnée par la simplicité de celle-ci. Bleu marine avec des motifs blanc, et ouverte sur le coté. Il y avait aussi un décolleté avantageux, mais qui ne faisait pas vulgaire, au contraire. Elle l’essaya, et obtenue l'accord de la femme. Elle acheta avec les talons, et partit dans sa chambre d'hôtel se préparer.

Cela lui prit moins d'une heure, et c'est une cape sur ses épaules qu'elle alla au Black Window, et, bien que cela ne se voit pas, sous sa robe, Ellana avait garder le Venimeux, entourer autour se sa cuisse. Le personnel de l'empêcha pas d'entrer, et prit même sa cape. L'intérieur était magnifique, avec des pistes de danses, des tables sur les cotés, un bar et d'autres choses dans le genre. Elle se dirigea vers le bar, et acheta un simple cocktail, puis se retourna, et regarda autour d'elle.

Bien qu'elle soit arriver assez tôt dans la soirée, il commençait à avoir du monde, et parmi les visages qu'elle voyait, elle ne n'en reconnu aucun qui faisait partis de ses connaissances. Ellana s'éloigna du bar, et se coula parmi la foule, atteignant un endroit qui, pour le moment était assez tranquille. Les bruits et les odeurs étaient amplifier, mais elle ne s'en soucia pas, sachant que bientôt, ses sens seraient habituer, et que sa ne serait plus une gêne.

* Bon, tu es venue pour t'amuser un peu, tu vas pas passer ta soirée toute seule quand même?*

Elle s'avança dans les lumière, essayant de voir quelqu'un avec qui parler. La Bélua savait que dans se genre d'endroit, elle n'avait pas le droit de tuer qui que se soit, et se n'était pas son intention, et son arme n'était la que pour la rassurer, et éviter de se faire agresser si d'autres ne respectaient pas cette règle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 29 Mar 2012, 21:32

Soirée spéciale: Tout est permis! [Rp pour tous] 20r5nqt

Aya était assise avec élégance sur un tabouret, elle avait croisé les jambes dévoilant ainsi les détails de sa tenue affriolante qu'elle portait en dessous. Nous étions dans un lieu de plaisir où tout le monde pouvait vivre ses plus sadiques fantasmes sans être inquiété de ses actes. Les gens devaient se débrider et passer un moment d'inconscience et de chaleur ensemble. Il n'y avait pas meilleure pour rapprocher véritablement des gens. Les rapprocher de façon charnelle cela va de sois, nous ne sommes pas une agence matrimoniale, ici on ne vient pas chercher un futur mari, à la rigueurs un futur amant mais rien de bien sérieux. La belle déchue regardait les gens entrer un par un, ils étaient tous sur leur trente et un et cela la mettait dans un état de profonde joie. Elle ne pensait pas que l'événement ramènerait autant de monde et surtout de races si différentes. Alors qu'elle sirotait agréablement son verre de cocktail elle fut vite ravie de voir une amie s'approcher d'elle. Il s'agissait bien sur de Lynn, une jeune femme à l'opposé d'elle même mais qui c'était montré sympathique et amicale lors de leur dernière rencontre. Aya était heureuse de voir enfin un visage familier, il faut dire qu'elle espérait fortement que tous ses amis et connaissances viendraient la soutenir et profiter de cette soirée en son honneur. Elle savait que son établissement n'était pas du gout de tout le monde, mais maintenant qu'elle voyait Lynn elle se disait que si la magicienne avait put venir sans se sentir gênée d'entrer alors tous les autres pouvaient le faire aussi. Elle afficha donc un charmant sourire à la jeune femme puis se leva de son tabouret pour l'accueillir comme il se doit.

-"Aya ! Je suis très heureuse de te revoir. J’espère que ta soirée se passera comme tu le désires."

-"Je suis heureuse de te voir aussi, tu n'imagines pas ma surprise en te voyant arriver. Tu es si ravissante, il est impossible qu'une beauté pareille se fonde dans le décor. Allez vas donc profiter de spectacle!"

Elle lui fit une bise amicale puis la laissa aller prendre place à une table. Elle tourna la tête et vit une autre personne cher à son coeur qui c'était accoudé au mur non loin de là.

-"Vanille!"

Elle s’avança vers elle les bras grands ouverts. Elle la prit tendrement dans ses bras comme une sœur que l'on a pas vu depuis bien longtemps, trop longtemps d'ailleurs. Aya la serrait doucement contre elle comme pour s'assurer qu'elle était réellement présente. La belle déchue tenait beaucoup à la sirène, elles avaient tellement de choses à partager et à accomplir ensemble, cela n'était que le début d'une relation particulièrement forte. La jeune femme se recula légérement d'elle la laissant maintenant respirer. Elle la regardait de la tête au pieds pouvant juger de sa beauté habituelle.

-"Tu es magnifiquement sexy dis moi... Hum... J'aime beaucoup tes chaussures..."

Elle eut un léger rire, puis après lui avoir fait un petit bisous sur la joue elle lui indiqua de venir avec elle pour boire un verre. Aya se rassit sur son tabouret et croisa de nouveau les jambes empruntant toujours cette même élégance. Elle regardait son amie qu'elle n'avait pas vu depuis un moment et la questionna donc forcément afin de prendre des nouvelles.

-"Alors comment ça se passe? J’espère te voir à la prochaine réunion, j'aimerais beaucoup te présenter nos consœurs elles sont fabuleuses. Mais bon nous reparlerons de ça plus tard. Dis moi plutôt ce que tu deviens..."

Elle affichait un sourire sincère, il est vrai qu'Aya considérait les Veuves Noires comme de vraies sœurs et s'inquiétait donc régulièrement de leur sort à chacune. Elle était dévouée à son clan, que l'on pouvait même qualifier de seconde famille. Elle jetait quelques coups d’œil à la salle remarquant un homme qui l'observait, croisant son regard régulièrement. Elle regarda cependant ailleurs, constatant que la pièce se remplissait toujours plus et cela lui faisait chaud au cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Jeu 29 Mar 2012, 23:28

La soirée qui se profilait ne manquerais pas de me ravir, moi la gourmande qui n'en avais jamais assez, après tout pourquoi se contenter de ce que l'on as ? C'est grâce a Aya que j'avais pris connaissance de cette soirée, grâce à elle et au diadème qu'elle avait offerte à chacune d'entre nous. En prime étant Reine des Ombres je pourrais à présent leur apporté le soutiens de ses dernières. J'avais d'ailleurs chargés deux jeunes et belles Ombres de rejoindre ma camarade pour les préparatifs. Ancienne danseuse, je comptais bien utilisé cet atout pour charmé quelques grands, j'avais d'ailleurs pris soin de récupéré une de mes tenues passé, danseuse orientale, voilà ce que je serais ce soir, belle et sûr de moi, j'allais jouer impunément avec les malheureux qui tomberait dans ma toile. Je prenais mon temps mais ma maîtrise de la clé magique me permettrais de quitter mon palais rapidement pour gagner tout aussi rapidement Megido. deux membres du requiem avait d'ailleurs pris grand soin de vérifié que je ne partais pas sans défense, mais Bast, fidèle petite chatte des sables était un allié plus précieux encore que mes sous-fifres. Et puis mes aiguilles était habilement caché. Quant aux griffes, the jaws of death, je ne les prenais pas en ce jour, pas plus que mon armure de plume.

Je mettais tout en place, de la tenue voileuse et bruyante au kimonos léger qui cachait ses bruits de clochettes, bruit qui serait bien pire encore lorsque je danserais ce soir, faisant certes de l'ombres aux hôtesses de la cheffe des veuves noires mais pour le plus grand plaisir des messieurs. Car oui, je comptais bien jouer de mes charmes pour piéger les inconscients dans mes diabolique filets. Mon kimono était de soie rouge, et j'avais pris soin de faire bridé dessus des oiseaux de feu au fil d'or. J'étais parer pour cette soirée. A vrai dire sous ce Kimono ma légère tenu faîte de voile dévoiler amplement mon corps, ne cachant que le nécessaire, s'était parfait d'ailleurs pour pareil soirée, je laissais en quelque sorte la reine derrière moi pour cette fois, préférant la veuve noire. J'avais d'ailleurs pris soin de ma coiffure, adoptant un chignon habillement caché par une fleur aux multiples couleurs, laissant quelques mèches descendre sur mon cou afin d’attiser davantage la convoitise. Je ne posais sur mes yeux qu'un trait de crayon noir, suffisant pour faire ressortir mes yeux couleur or, ajoutant un sensuelle rouge à mes lèvres. J'étais prête.

Un petit tour de clé et hop, le chemin vers Megido s'ouvrit, je passais ce passage, le refermant soigneusement pour que nul ne puissent entré par mégardes dans le royaume des abimes, terres des ombres. Ma démarche était lente mais gracieuse, seule Bast, petite chatte sur mon épaule pouvait donner un peu d'étrangeté à ce tableau, en prime rien de ma tenue ne se faisait entendre sous mon doux kimono. Le cabaret était plus loin, je n'avais pas dit à Aya que je venais, préférant lui faire la surprise de ma venue. Elle avait du apprendre que j'avais pris place à le tête de mon peuple et peut-être même penserait elle que mes responsabilités nouvelles m’empêcherais de venir, mais pour rien au monde je n'aurais raté des retrouvailles avec celles que j’appelais affectueusement mes sœurs. Je mis lentement les pieds dans l'établissement, souriante, mes deux Ombres envoyé ici plus tôt m'informèrent qu'elle avaient veiller à se rendre utile, je les renvoyais donc à leur devoir car la mort n'attends pas ... Une hôtesse me demanda si elle pouvait me délesté de mes affaires, je lui lui donnais mon kimono de soie, je n'en avais nul besoin. Entrant dans le bâtiment à proprement dit, ma tenue de danseuse du ventre émettant de doux son métallique à chaque pas, je prenais les devants envers l’hôtesse en lui disant que je n'avais nul besoin d'elle d'une voix douce cependant. Il y avait déjà du monde mais pour le moment, j'observais avec attention, laissant surtout à Bast le loisir de regarder les gens de hauts.


*Il y a du monde dit donc.*
*Fait moi plaisir Bast, ce soir, tiens toi tranquille, il doit d'ailleurs avoir un salon privée pour moi, une fois que je saurais lequel je te laisserais tout le loisir de te reposé là bas.*

La petite chatte émit un léger ronronnement de contentement. Je reconnu Ellana plus loin mais je préférais nettement aller voir Aya, ainsi je laisserais plus rapidement Bast.Je ne tardais pas à voir Aya, j'allais d'ailleurs vers elle, marchant calmement, mes longues jambes à peine caché me guidant vers la belle blonde. J'affichais un sourire à la fois radieux et taquin.

"Aya, quel plaisir de te revoir, tu es sublime. Tu as du apprendre la grande nouvelle, chose promise chose du à présent, les Ombres sont avec nous. Oh, j'oubliais de te demander, tant que j'y pense, pourrais tu m'indiquais mon salon, afin que ma compagne ne soit pas une gêne, je compte bien mettre mes talent de danseuse aux services de cette soirée."

Hé oui, je comptais bien faire en sorte d'assurer que cette soirée soit un réel plaisir, j'avais d'ailleurs convié quelques membres du requiem à venir si le cœur leur en disait, mais visiblement ils avaient tous préférer remplir leur office, ce qui n'était pas un mal pour autant. Je reconnu un homme que j'avais vue à la forge de Takias, mais bien vite mon regard se reposa sur Aya, elle était époustouflante ce soir. Je remarquais soudain la jeune femme à mes côtés, je me sentais soudain gêner d'être ainsi intervenue, cependant j'essayais de ne pas y penser, gardant un sourire de façade qui semblait des plus franc. Habile manipulatrice je comptais bien m’amuser et sans faire de mauvais jeu de mots, il n'étais pas temps de mettre une ombre au tableau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 30 Mar 2012, 13:36


A force de courir après le pouvoir on en fini par oublier l’essentiel. Enfin, en tous les cas c’était vrais pour la plupart des hommes, seulement le réprouvé ici présent n’avait pas « d’essentiel » il était donc dur pour lui de l’oublier. C’était un peu idiot à dire, mais il vivait au rythme du vent et là ou ses pas l’emmener. Shizuo ne croyait pas vraiment au destin mais il c’était mis à suivre le chemin qui lui avait était dicté. Ainsi il n’y a pas longtemps il avait eu une idée, une idée folle mais qui serait bien amusante. Il y avait mis beaucoup d’argent et attendait encore de voir ce que cela aller donner, car rien n’était sûr à présent. De cette façon il n’avait plu cas attendre, ce qui lui laisser énormément de temps libres, mais il avait décidé de rendre ce temps libre utile. En réalité c’était une pure coïncidence. Alors qu’il revenait de Sceptelinôst, la cité des pirates, il avait croisé une affiche sur un mur. Il l’avait déjà vue plusieurs fois mais ne c’était pas attardait, alors que là passant juste à coter il avait pris le temps de la regardé. L’arrachant du mur il y avait lu quelque chose de très intéressant. Une soirée chez les veuves noires. Le blond avait déjà entendu ce nom, plusieurs fois, mais ne si était pas intéresser plus que cela, c’était le moment de savoir de quoi il en retourné exactement De plus Megido était justement sur son chemin. Alors le réprouvé c’était laisser tenter à venir ce que cacher ce Black Widow. C’était aussi un moyen d’observait un peu ce qui ce passer dans les villes à coter, et peut être même de faire des rencontre intéressante. Shizuo n’était pas très sociable, mais il savait parfaitement que si il voulait réaliser ses projet comme il le voulait il lui faudrait des allier et pas n’importe les quel, c’était certain.

C’est ainsi que le réprouvé sans ailes ce retrouva face à l’entrée du cabaret. Il s’avança sans hésitation. Une fois dans le vestibule, il eut un accueil charmant. Deux jeunes femmes vinrent récupérer son lourd manteau de capitaine et son chapeau. Il les gratifia d’un petit sourire alors que son poussin déranger dans sa sieste sortit de la poche de son manteau pour venir à lui, surprenant les demoiselles.
    Shizuo Ne vous en faites pas, il est inoffensif.
Et en plus il exercer un charme fous sur les femmes, il fallait entendre les « il est mignon » et les « oh qu’il est choux », c’était certain Taki avait la cote avec la gente féminine et il en profiter couinant joyeusement, le torse fièrement gonflé. Shizuo sortit du vestibule par la porte principal pour faire son entré dans la grande salle du cabaret. C’était très grand et tous les décors annoncer la couleur. C’était très raffiné, un peu trop à son gout et tout était là pour inciter le désir. C’était donc ça le Black Widow, un endroit de plaisir, mais a ses souvenirs il n’avait pas bonne réputation. Toujours à l’entré, les yeux du réprouvé parcourue la pièce sans vraiment chercher quoi que ce soit jusqu’à ce qu’une jeune femme vienne a sa rencontre et lui présenta le bar. Il lui sourit simplement et partit en sa direction. Le bar était tout à fait à son gout, en marbre noir, magnifique. En s’y rendant il croisa sur son chemin un rassemblement de femme toutes plus belles les unes que les autres, qui avait l’air de s’intéresser à la même personne. Un ange déchu à ce qu’il pouvait voir, il laissa son regard s’évadé un peu un petit sourire s’installant juste aux coins de ses lèvres. Splendide, il n’y avait pas d’autres mots, mais on pouvait bien en dire autant des femmes qui l’accompagner. Comme la jeune femme rousse par exemple, dommage que ce ne soit pas réellement son genre et de toute façon était-il réellement ici pour cela ? C’est vrai que venir ici sans avoir l’intention de s’amuser un peu était idiot au final. Il supposa que si l’occasion de présenter il ne refuserait pas, bien qu’il ait des obligations qui devaient l’empêcher de faire ça, il n’en aurait aucun scrupule.

Le réprouvé prit pace sur un tabouret en cuire qui se présenta a lui. Posant un bras, nonchalant sur le marbre noir, il regarda autour de lui, puis une voix charmante vin le déranger. Il se retourna sur la serveuse et posa ses yeux d’or sur elle.
    Serveuse Vous désirez Monsieur ?
    Shizuo La meilleure chose que vous avez à m’offrir.
    Serveuse Bien, tout de suite.
Il lui fit un sourire enjôleur. Il fallait se mettre dans l’ambiance non ? Avec le regard qu’elle lui avait lancé il ne pouvait résister à s’amuser un peu. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait plus charmé de femme, mais il savait que ce genre de choses ne se perdait pas, c’était inscrit en lui. La jeune femme partit lui préparé il ne sut trop quoi. Le réprouvé en profita alors pour la regardé de dos. Décidément il n’y avait rien qui n’était pas parfait ici. Elle se retourna et il lui sourit, le regard plein de charme. Posant le cocktail sur le bar sur un dessous de verre, elle leva la main lors ce qu’il sortit son argent.
    Serveuse Non, nous garderont cela pour nous.
Shizuo, ne put s’empêcher d’être amusé au clin d’œil que lui avait fait la ravissante demoiselle. Il sortit tout de même son or de sa poche et attrapa la délicate main de la demoiselle et y déposa ce qui était le prix de tout l’alcool du bar et non d’un seul malheureux verres. Il referma sa main et lui fin un clin d’œil à son tour.
    Shizuo Nous garderont cela pour nous.
La jeune femme n’en revenait surement pas car elle le regardé comme si il était venu d’un autre monde, ce qui était surement vrais. Elle lui fit un magnifique sourire le remercient mile fois avant d’être appelé ailleurs pour quelqu’un d’autre. Le réprouvé ce contenta de la regardé s’éloigner avant d’en revenir à son verre. Personne ne connaissait cette aspect de sa personnalité, du moins très peu de personne, mais il était d’une grande générosité avec les personnes qu’il juger le mérité. Regardant son verre qui contenait un liquide d’une délicate couleur verte, limpide et lumineuse. C’était à la fois amusant et intriguant, mais avant de boire le réprouvé sortit de la poche de son pantalon son tabac et il roula une cigarette avant de la mettre à la bouche. Seulement il vin à peine de se rendre compte qu’il manquait d’allumette. C’était bien contrariant pour le réprouvé, et toutes les serveuses qui étaient occupé…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 30 Mar 2012, 16:33


    Vanilla laissa son regard vagabonder dans les environs. Elle était mi amusée et mi écœurée. Le spectacle qui se déroulait devant ses yeux était des plus drôle. Tout les hommes, vils et perfides, excités et en suer, rampaient au pied des femmes, toutes plus belles les unes que les autres dans leur tenues affriolantes à souhait. Mais c'était si dégoutant... répugnant. Ils étaient si facile à manipuler, pour peu qu'on dévoile ses jambes. C'était à se demander la localisation précise et réelle de leur cerveau. Peu importait la morale pour Vanille, elle aimait profiter de ce côté pervers des messieurs, affectionnant elle même tout particulièrement les plaisirs charnels. Seulement, ils confirmaient l'idée de la jeune femme sur la gente masculine: ils étaient inutiles, faibles, risibles et corrompus. Puis, parmi les rires et les conservations enjouées, la sirène perçut son prénom. Ses prunelles vertes cherchèrent la source de ceci, même si elle savait pertinemment qui avait prononcer son nom. La jolie blondinette qu'était Aya s'approchait d'elle, visiblement ravie de sa présence. La voyant arriver, l'ondine se redressa, un petit sourire en coin malicieux illuminant son visage espiègle. Elle était une jeune femme naturellement joueuse, et cette soirée ravivait davantage son côté pétillant et délurée. Lentement, dans ses gestes comme d'ordinaire, très félin, Vanille tandis les mains en avant et dépliant ses doigts, prêt à prendre son amie dans ses bras. Répondant à ses signes d'affections, elle déposa aussi un léger baiser sur la joue de la déchue, et passa avec précaution une de ses mains sur les cheveux de son interlocutrice avant de la laisser glisser sur son épaule.

    « Tu es aussi bien à ton avantage aujourd'hui. Comme toujours. Mais je n'ai personnellement pas trop voulu en faire en cette charmante soirée. Je suis ici en... repérage.»


    Elle serait très évasive sur les informations qu'elle donnerait à Aya. Peut-être que cela n'allait guère plaire à cette dernière, mais elle devrait comprendre, sachant pertinemment que le moment venue, elle serait au courant des moindres détails.

    « Je suis navrée de ne pas être très présente auprès des nôtres. Il est vrai que je n'en ai rencontré aucune... Mais j'ai des desseins si importants que je ne peux me permettre de les perdre de vue pour le moment. Je compte régler mon affaire très vite. Je ne peux t'en dire plus pour le moment. Mais bientôt, toi comme toutes les terres du yin et du yang comprendront. Sauf que toi, tu en sera ravis.»

    Un petit rire s'échappa des lèvres de la jeune femme, malsain, narquois. Comme presque toujours, ces intentions étaient loin d'être nobles. Une idée lui traversa soudainement l'esprit, puis elle ajouta:

    « Je ne crois pas que tu le sache... Mais je suis mère depuis peu... de deux fillettes de cinq ans. Longue histoire. Peu importe. Elles comme leur père m'encombrent. Crois tu que...?»

    Elle laissa la question en suspend, se mordant délicatement les lèvres, l'air malicieux. Vanille avait manifestement rater sa vocation, elle aurait du être une démone ou quelque chose d'approchant, tout, mais pas une sirène. Elle s'apprêtait à parler quand une jeune femme débarqua, engageant la conversation avec Aya. Vanille lui jeta un regard qui dure à peine une seconde, noire et mauvais. Puis avec un soupire, elle glissa à l'oreille d'Aya.

    « C'est ta soirée. Tout le monde te réclame. Je trainerais dans les environs si tu as quelque chose à me dire.»

    Puis, elle s'éloigna en saluant de la tête avec un léger sourire celle qui les avait interrompu. C'était une femme après tout! Qui sait... Elle se mit alors à observer minutieusement les hommes présents, à la recherche d'une potentiel proie, ou juste d'un divertissement de quelques instants Elle s'approcha alors d'une personne aux cheveux clairs qui tenait un verre à la main. Elle avisa quelques secondes le liquide vertes qui se trouvait dans sa coupe, avec un air perplexe.

    " C'est buvable, ça?"


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 30 Mar 2012, 20:07



    Sur la ville de Megido, la nuit recouvrait inlassablement chaque parcelle de vie de sa robe ébène. Les seules lumières illuminant le paysage étaient formées par la nappe étoilée tapissant le ciel. Mais lui n’avait nullement besoin d’une quelconque source d’éclairage afin de se déplacer convenablement. Vêtu d’une veste en cuir sur une chemise blanche épousant à la perfection la musculature développée de son corps, Blake avançait dans les rues, seul, en direction de l’endroit qui avait sans nul doute attiré les populations de tout le continent. De là où il était, malgré l’énorme distance qui le séparait du cabaret, il pouvait entendre les voix, les rires et les musiques qui en provenaient. « Soirée spéciale » avaient affirmé les affiches placardées sur chaque mur des villages alentours, « Consommations offertes et les plaisirs aussi ». Ces mots, écrits sur la représentation picturale d’une femme savoureuse à la poitrine généreuse, ne pouvaient qu’attirer la grosse majorité des machos du pays, voire également des adolescents attardés. Pourtant, Blake ne se plaçait dans aucune de ces deux catégories… Alors que faisait-il ici ?

    L’ennui ? Sans nul doute… L’absence d’une quelconque mission, voire du moindre endroit à ratisser moyennant finances l’exaspérait. L’envie de s’amuser avec des femmes ? C’était contestable… Il avait l’habitude d’avoir du succès avec la gente féminine, cabaret ou non elles finissaient toujours dans son lit à un moment donné. Blake fit s’évaporer ces deux suppositions de ses pensées. Il connaissait la raison de sa venue, la seule et l’unique mais ne pouvait se l’avouer à lui-même. L’opportunité de revenir ici, après ce qu’il y avait vécu était trop belle pour la laisser passer. Avec cette invitation collective et cette ouverture au public, il acquérait enfin l’occasion de la revoir.

    Après plusieurs minutes de marche obscure en ne se fiant qu’à sa nyctalopie et à ses autres sens exacerbés, Blake parvint enfin devant sa destination. Le Black Widow n’avait rien perdu de sa splendeur passée, celle qu’il gardait dans ses profonds souvenirs, celle qu’il revoyait en rêve… L’entrée avait été, pour l’occasion, richement décorée mais également réaménagée afin de contenir sans problème la foule monstrueuse qui s’annonçait. Comme dans ses mémoires, des hôtesses vinrent se saisir de sa veste, mais il nota que ce soir leurs tenues étaient encore plus légères que la dernière fois. Décidément, elles avaient décidé de mettre le paquet pour cette fête, c’était le moins que l’on puisse dire. Une fois débarrassé de son pardessus, Blake entra dans la salle de spectacle, et cette fois, la beauté le saisit. Une quantité impressionnante de danseuses resplendissantes animait les spectateurs ébahis tandis que les hôtesses s’efforçaient de satisfaire les clients. La pièce regorgeait de décorations fascinantes mais gardant ces teintes rouge et noir qu’il lui connaissait.

    Une fois proche du bar, il s’installa sur un des tabourets qui en faisaient le tour, préférant ne rien commander pour l’instant. Tout ce qu’il fit était de contempler la pièce dans son intégralité, s’attachant à chaque détail… A moins qu’il ne veuille quelqu’un en particulier ?... Il ferma les yeux et inspira légèrement. Que cherchait-il au juste ? Essayer de justifier sa venue par des arguments futiles et insensés ne rimait à rien. Tout ce qui l’avait poussé à venir était la personne à la fois la plus importante et la plus inatteignable de l’endroit : Aya… La gérante. Admettant enfin cette cause et mettant de côté sa fierté de célibataire ravi, Blake commença à réellement la chercher. Il ne lui fallut cependant guère longtemps afin de la repérer.

    Là, assise à l’autre extrémité du bar dans son habituelle pose princière toute en élégance – jambes croisées dissimulant le dessous de sa robe à la longueur presque inexistante – se trouvait la femme qui, sans nul doute, était la plus éclatante de la soirée. Il hésita quelques secondes puis se leva et saisit une rose qui servait de décoration à la pièce. S’il ne saisissait pas sa chance maintenant, tôt ou tard, quelqu’un lui passerait devant. Et ça, il ne pourrait certainement pas le supporter. Une fois arrivé, il remarqua que plusieurs autres personnes étaient aux côtés de son Aphrodite. Faisant en sorte qu’Aya ne le voie pas, il se posta devant elle puis fit passer la fleur juste devant ses yeux, afin d’attirer son attention et qu’elle monte son regard le long de son bras, jusqu’à son visage.

    - Je ne crois pas que cela soit très original de te donner une rose, étant donnée la quantité de fleurs semblables ici… Mais j’ai jugé que me présenter devant toi sans présent ne pouvait être qu’une injure à ta beauté.

    Il ponctua sa phrase de son éternel sourire amusé, celui qu’Aya, à force de le voir, devait sûrement connaitre par cœur.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 30 Mar 2012, 21:20


Du feu, pourquoi n’avait-il plu de feu ? Le réprouvé ce retrouvé comme un idiot une cigarette a la main sans feu et en plus pour ce détendre complétement il en avait vraiment besoin. Il attendit alors qu’une serveuse repasse devant lui pour demander du feu car elles en avaient surement. Seulement ce ne fut pas une serveuse qui l’aborda.
    Inconnue C'est buvable, ça?
Le réprouvé leva sn regard d’or sur la jeune femme rousse qui venait de lui poser une question a la quel il n’aurait pu répondre. C’était une des femmes qu’il avait croisé en venant s’assoir, c’était un peu dommage qu’elle soit rousse. Il n’avait pas de problème avec les rousse, mais il était le genre d’homme à aimer un certain type de femme et les rousses aussi belles soit-elle n’en faisait pas partit. Pourquoi ? C’était une longue histoire et il n’avait pas forcément envie d’y repenser aujourd’hui. Le réprouvé baissa son regard sur la coupe qu’il avait commandé et haussa les épaules.
    Shizuo C’est ce que je me demandé.
Il ne pouvait pas être plus honnête. Heureusement que ce verts était si claire sinon cela n’aurait pas donné envie d’y gouter, mais c’était justement par ce qu’il était si clair et d’un vert si léger qu’il donner envie, juste pour savoir qu’elle gout cela pouvait avoir. De la mente peut être ? Ou surement même, quoi d’autre pouvait ce boire est être d’un tel vert ? Le blond eu alors un petit sourire et tendit le vers a la demoiselle rousse.
    Shizuo Le mieux encore c’est de le gouter non ?
Il y avait un petit air de défit dans le regard de l’homme. Si cela avait était à la menthe se serait trop simple, il était persuadé que ce cocktail n’était pas aussi banal que cela. Il vit une serveuse passer juste à ce moment-là et en profita.
    Shizuo Mademoiselle, un autre verre s’il vous plaît et… auriez-vous du feu ?
    Serveuse Oui, bien sûr mon seigneur.
Elle lui donna une boite d’allumette du cabaret puis alla préparer le cocktail. Shizuo pu enfin allumer sa cigarette et à la première bouffer il se sentit tout à fait à son aise. Il prit soin d’évacuer la fumer de ses poumon ailleurs que dans le visage de la demoiselle qui était venu l’aborder. Il la regardé ce demandant si elle était réellement venu que pour le cocktail ou si elle voulait bien plus que cela. Elle devait faire partit du décor car elle était des plus charmante habiller d’une manière qui ne pouvait qu’attirer l’œil et sur tout doté d’un corps approchant la perfection. Il ne pouvait pas ce gratifier d’être un grand connaisseur, mais il ne pensait pas avoir mauvais gout non plu.
Son cocktail fut servi, il remercie gracieusement la jeune femme qui l’avait gentiment servit, puis ce reconcentra sur la rousse.
    Shizuo A votre santé.
Le grand blond aux yeux d’or fit venir le bord fin du verre a ses lèvres et prit une gorger de la boisson verte. Le liquide était très frais, il y avait de l’alcool mais c’était très doux et sur tôt très sucré. C’était d’une délicate douceur qui relever le plaisir gustatif d’un gout très léger de mente. Il ne c’était pas tromper, mais il sentait aussi comme un parfum de gingembre et il ne put s’empêcher de sourire amuser à cette constatation. Ne ditons pas que ce produit-là avait un pouvoir aphrodisiaque, tout comme le chocolat par ailleurs. Le réprouvé reposa son verre sur le barre, accompagnant son geste d’une bouffer de cigarette. Son regard ce recentra sur la demoiselle.
    Shizuo Nous somme fixez.
Il sourit simplement, n'étant pas très bavard il attendait une quelconque réactions qui ne manquait pas de ce faire attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 30 Mar 2012, 21:40

Aya était donc assise à côté de son amie Vanille. Elle ne l'avait pas vu depuis longtemps et lui accordait donc une attention toute particulière.

« Tu es aussi bien à ton avantage aujourd'hui. Comme toujours. Mais je n'ai personnellement pas trop voulu en faire en cette charmante soirée. Je suis ici en... repérage.»

Aya avait bien comprit qu'elle ne voulait pas tout lui dire. Elle n'en était pas pour autant vexée ou agacée, elle comprenait tout à fait, après toutes les Veuves Noires avaient leur petits secrets.

« Je suis navrée de ne pas être très présente auprès des nôtres. Il est vrai que je n'en ai rencontré aucune... Mais j'ai des desseins si importants que je ne peux me permettre de les perdre de vue pour le moment. Je compte régler mon affaire très vite. Je ne peux t'en dire plus pour le moment. Mais bientôt, toi comme toutes les terres du yin et du yang comprendront. Sauf que toi, tu en sera ravis.»


Vanille se mit à rire de façon narquoise presque malsaine, Aya la trouvait différente, comme si elle avait fait quelque chose qui l'avait fait grandir. Elle en était très heureuse et la nouvelle qu'elle lui avait annoncé sans les détails, lui précisant qu'elle serait heureuse du résultat, la ravissait totalement. Elle aimait que ses amies soient ambitieuses et accomplissent de grandes choses. Elle ne lui en voulait pas pour la réunion, le plus important était qu'elles se connaissaient toutes les deux. Seul Aya pouvait lui donner les directives à suivre, elle la présenterait donc aux autres au moment le plus opportun pour la sirène.

« Je ne crois pas que tu le sache... Mais je suis mère depuis peu... de deux fillettes de cinq ans. Longue histoire. Peu importe. Elles comme leur père m'encombrent. Crois tu que...?»

-"Je suis mère aussi, et père comme fils ne vivent pas avec moi. Donc personne ne me dérange. Tu n'as qu'à les laisser quelque part tous les trois. Après tout ils n'ont pas besoin de toi..."

Aya l'observait tout en lui souriant étrangement. Elle était amusée de voir que Vanille était presque pire qu'elle maintenant. Décidément c'est fou comme les gens changent. Elle devait avoir vécu des choses très importantes pour être devenu aussi forte. Bref, elle était contente d'échanger un peu avec elle. Alors qu'elle n'avaient pas fini de discuter elles furent interrompu par Neith qui arriva comme une fleurs au milieu de la discutions.

"Aya, quel plaisir de te revoir, tu es sublime. Tu as du apprendre la grande nouvelle, chose promise chose du à présent, les Ombres sont avec nous. Oh, j'oubliais de te demander, tant que j'y pense, pourrais tu m'indiquais mon salon, afin que ma compagne ne soit pas une gêne, je compte bien mettre mes talents de danseuse aux services de cette soirée."


Elle entendit alors Vanille lui murmurer à l'oreille.

« C'est ta soirée. Tout le monde te réclame. Je trainerais dans les environs si tu as quelque chose à me dire.»

La belle déchue n'eut rien le temps de lui dire qu'elle était déjà partit. Tant pis elles auraient d'autres occasions de reparler de tout cela. De toute façon Vanille n'avait pas l'air prête à tout lui révéler il valait mieux donc attendre encore un peu avant la grande discutions. Elle porta donc désormais sur l'une de ses sœurs de cœur, Neith. Elle était très belle ce soir, tout comme à son habitude. Les Veuves Noires étaient toujours tirées à quatre épingles, qu'elles soient classique, rock ou baroque. Elle lui fit un grand sourire, elle était heureuse de voir qu'une autre Veuve Noire était de retour au centre de la toile. Aya souriait puis regardant un peu autour répondit en même temps à son interlocutrice.

-"Elle est tout au fond du couloir là-bas, ton nom est inscrit sur la porte tu ne peux pas te tromper. Oh et en ce qui concerne le spectacle de danse dont on avait discuté, finalement je me joindrais à toi."

Elle eut un petit rire d'excitation. Elles avaient prévu quelque chose pour le milieu de soirée qui ne manquerait pas de ravir l'assemblée masculine. Alors que Neith allait la quitter pour aller dans son salon privé Aya fut interrompu par une sublime fleurs qui vint se poser juste devant son visage. La sublime rose rouge qu'elle voyait et dont elle pouvait même respirer le parfum était tenue par un homme particulier. Elle n'eut pas de mal à le reconnaitre, depuis le temps elle avait apprit les moindres détails de son visage et se plaisait toujours à le contempler. Elle prit donc la rose délicatement du bout des doigts, caressant doucement sa main au passage.

- Je ne crois pas que cela soit très original de te donner une rose, étant donnée la quantité de fleurs semblables ici… Mais j’ai jugé que me présenter devant toi sans présent ne pouvait être qu’une injure à ta beauté.

Elle pouvait admirer son sourire, ce même sourire qu'elle avait tant de fois pu regarder. Il semblait heureux de la voir et ce sentiment était partagé. Elle se leva donc et se retrouvait face à lui. Ils n'étaient pas loin l'un de l'autre mais gardait une certaine distance comme par pudeur face aux nombreuses personnes présentent. Elle posa une main légère et tendre sur sa joue puis déposa un doux baiser sur le coin de ses lèvres.

-"Ton absence à cette soirée aurait été une injure. Mais tu es là et c'est tout ce qui compte..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
Ven 30 Mar 2012, 22:15

Je n’avais jamais eu l’occasion de visiter Megido auparavant. Cette ville avait été fondée par les Orishas, lorsqu’ils s’étaient enfin émancipés de leurs maîtres. De nombreuses légendes urbaines circulaient dans cette fille, et bien évidemment aucunes d’entre elles n’étaient fondées. La ville s’étaient énormément agrandis depuis ces débuts, le temps où les vestiges des batailles passés se faisaient encore voir était loin désormais. La ville avait pris de l’ampleur, son expansion était telle que la ville avait désormais la réputation de tout abriter. Que l’ont recherche des criminels, des hommes de fois, ou encore de simples aventuriers, ont pouvait trouver son bonheur dans cette ville si prospère. Pour ma part, ce qui m’avait attiré ici, c’était la grande réserve de livres dont disposait la cité. J’avais lu quelque part que la bibliothèque de Megido était l’une des plus fournis du continent. Je doutais que les ouvrages présents ici puissent être plus pertinents que ceux qui remplissaient la mienne, mais je pouvais très bien me tromper, après tout, la reine des Orisha elle-même avait put y déposer un livre écrit de sa main.

Lorsque j’arrivai enfin devant les portes de la ville, le soleil était déjà bas dans le ciel. J’allais devoir attendre le lendemain pour visiter les lieux. Je devais me trouver une auberge où passer la nuit, je n’avais pas envie de me faire agresser par tout les malfrats des environs. Je ne redoutais pas ces petits voleurs à la tire, mais étant moi-même une créature maléfique, les gardes prendraient à coup sur le parti des bandits. D’autant que je ne voulais pas me mettre à dos l’Orishala.

Voguant quelque peu à travers les ruelles, je réussis à trouver une petite taverne qui proposait des lits pour une somme modique. Je n’avais pas sommeil, mais je ne voulais pas passer la nuit dehors. Lorsque je pénétrai dans la bâtisse, une étrange affiche accrochée sur un poteau attira mon attention. Elle indiquait qu’une soirée avait lieu au Black Widow et tout le monde avait la possibilité d’y entrer. On célébrait apparemment l’arrivée d’une nouvelle directrice. Je ne m’y pas beaucoup de temps à me décider, je n’avais rien de particulier à faire, et je ne m’imaginais pas passer une nuit entière enfermé dans une chambre sans aucuns livres à portée de main. Je fis donc demi tour et tentait de trouver le Black Widow. Demandant mon chemin à quelques passants, je trouvais enfin ledit établissement.
L’endroit semblait prestigieux, j’avais un peu honte d’y aller avec mes habits de tous les jours, d’autant que les femmes qui poussaient la porte de ce lieu étaient toutes en tenue de soirée. Les robes étaient toutes plus belles les unes que les autres. Je pris donc la route d’un grand tailleur. Je réussis à trouver une tenue parfaite pour l’occasion. Simple, mais classe. Je portais une chemise blanche, un pantalon ainsi qu’une veste noir.

De retour devant le Black Widow, je pénétrai enfin dans le cabaret. De jolies jeunes femmes vinrent à ma rencontre pour me débarrasser de mes effets personnels. Après leurs avoir laissé ma veste, je fis rapidement le tour de la pièce. A première vue, je ne connaissais personne, mais ceux qui étaient déjà présents dégageait une telle prestance que j’aurai pus jurer avoir pénétré dans le palais d’une véritable déesse. De nombreuses femmes étaient déjà là, elles étaient même bien plus nombreuses que les hommes. Je me sentais un peu gêner, j’avais l’impression de n’être qu’une proie attendant l’heure de sa capture. Je me dirigeai vers le bar, projetant de commander quelque chose à boire, lorsque qu’une chevelure bleue attira mon attention. La femme était de dos, mais j’étais persuadé de la connaître, Forcéria était ici, j’en étais sur. Je m’apprêtais à la rejoindre, mais deux femmes ma barrèrent la route, me regardant avec des sourires enjôleurs.

« Bonsoir ! Tu es venu seul ? Ça te dirait de boire un verre avec nous ? On cherche de la distraction. »

Leur proposition était tentante, mais quitte à choisir, je préférai encore passer la soirée en compagnie de la belle Rhéla.

« Je suis vraiment désolé mes demoiselles, vous êtes charmante, mais malheureusement pour vous la concurrence est rude ce soir. »

Leur dévoilant mon plus beau sourire, je me faufilais à travers la foule et rejoignis Forcéria. Elle avait une robe bleue qui se mariait parfaitement avec ses yeux et ses cheveux. J’étais très surpris de la retrouver ici, je ne m’étais pas attendu à croiser des têtes connus.

« Bonsoir Forcéria. Tu es vraiment magnifique ce soir ! Je dois bien avoué que je m'attendais pas à te trouver ici, mais ta présence me réchauffe le cœur. Cela te dirait-t'il de prendre un verre ? »

Je lui souris, et désignant le comptoir de la main droite, je passais le bras gauche dans son dos pour la diriger vers le bar.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Soirée spéciale: Tout est permis! [Rp pour tous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le bal d'Or [RP pour tous - EVENT]
» Aux remèdes d'ortie (RP pour tous) (Ouvert pour une nouvelle cession)
» [RP pour tous] Foire à l'emploi pour une bonne cause
» [Événement|Rp pour filles] - Soirée pyjama
» [RP pour tous] La comédie
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Sympan :: Zone RP - Océan :: Continent Dévasté - Est :: Désert de Mow :: Megido-